Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Livres

Le Dê Thám (1858-1913). Un résistant vietnamien à la colonisation française, Claude Gendre

Paris : L’Harmattan, 2007, 219 p.
Jean-François Klein
p. 397-399
Référence(s) :

Claude Gendre, Le Dê Thám (1858-1913). Un résistant vietnamien à la colonisation française, Paris : L’Harmattan, 2007, 219 p.

Texte intégral

1Il est des hommes dont le destin est de passer leur vie à entrer dans la postérité. C’est le cas de Giai Thiêm, plus connu sous le nom de Hoàng Hoa Thám ou encore celui du Đề Thám. La naissance même du « tigre du Yên Thâ », dans la province de Bắc Giang, à une centaine de kilomètres au nord-est de Hà Nội – au cœur de la Moyenne région du Bắc Bộ – semble se diluer dans une nébuleuse de conjectures. La légende nationale s’est emparée de son image, faisant de lui un héros du Việt Nam contemporain. Pourtant, de son vivant, de 1858 à 1913, il revêtit plusieurs visages antithétiques : héros, patriote, bandit, « pirate », « collaborateur du régime colonial », etc. Ces images multiples qui se télescopent pour n’en former finalement qu’une sont caractéristiques de son héroïsation a posteriori. S’il n’est pas toujours facile de brosser un fidèle portrait du héros, on peut, en revanche, en cerner certaines caractéristiques : la propension au sacrifice, la capacité médiatrice, l’intégration de traits appartenant à des héros antérieurs, l’aptitude à servir des causes parfois contradictoires. Indéniablement Hoàng Hoa Thám est entrée dans ce qu’il convient d’appeler « la fabrique des héros » tant ces caractéristiques lui conviennent. Or, faire l’étude des processus d’héroïsation, c’est remonter le cours de l’histoire des mentalités. Le héros est le reflet de la société dans laquelle il naît et, en dépassant la simple analyse politique, le héros rassemble en lui un concentré d’histoire culturelle.

2La biographie de Đề Thám, véritable personnage de cape et d’épée, se lit comme un roman à l’intersection de deux cultures, vietnamienne et française. Pourquoi ? Simplement parce que Hoàng Hoa Thám a fait plus que croiser le monde colonial. De cette tragédie dont il est l’un des acteurs, il a partagé le destin de ceux le croisèrent dont, en particulier, l’aïeul de son biographe, au tournant du xxe siècle dernier. Ce dernier, Claude Gendre, n’est pas historien – au sens académique du terme – il en a pourtant utilisé la méthode et y a apporté la passion et, surtout, la finesse de son analyse lui qui, depuis des années, réfléchit à l’altérité d’ici et d’ailleurs. Cet ingénieur s’est en effet engagé de bonne heure dans la défense des langues et cultures identitaires, publiant en 1979 aux éditions Fédrop, École, histoire de France et minorités nationales puis, en 2003, une Histoire de l’olivier en Roussillon (Éd. Trabucaire). L’année suivante, en retrouvant par hasard les archives de son grand-père, ancien « marsouin » de la coloniale, engagé dans les combats de la « pacification » du Tonkin, Claude Gendre décide d’éditer le récit autobiographique de son aïeul : Le combat de Dong-Dang. C’est ainsi que le destin de Claude Gendre allait rencontrer celui de l’ennemi de son grand-père, le légendaire Đề Thám. Curieux et ouvert d’esprit, le biographe s’est passionné pour cet homme au parcours et au destin hors du commun et a cherché à en dresser le portrait le plus fidèle possible. Comme le fait remarquer Charles Fourniau, son enthousiaste préfacier, cette vie du Đề Thám, rendue accessible sous la plume de son biographe, est exemplaire : « il est bon que l’histoire soit écrite de cette manière, non pas comme exercice universitaire mais comme un lien personnel entre celui qui écrit et son sujet » (p. 7). De plus, Charles Fourniau, éminent spécialiste du Cần Vương à qui l’on doit, entre autres, Vietnam. Domination coloniale et résistance nationale 1858-1914 (Les Indes Savantes, 2002) et Le Vietnam que j’ai vu 1960-2000 (Les Indes Savantes, 2003), sait de quoi il parle.

  • 1 Qui aurait été exécuté pour pillage aux alentours de 1873.
  • 2 C’est cette version qui semble la plus crédible. Que son père, connu sous le nom de Phó Quât, soit (...)
  • 3 Pierre Brocheux, 2003, Hô Chi Minh. Du révolutionnaire à l’icône, Paris : Payot, coll. « Biographie (...)

3On sait peu de chose de la naissance de Giai Thiêm, si ce n’est qu’il serait né aux alentours de 1858. La date elle-même est à prendre avec précaution (aucun registre ne l’attestant) tant elle s’inscrit dans l’histoire nationale vietnamienne. 1858 est, en effet, l’année où officiellement les Français prirent pied en Annam et s’y taillèrent une parcelle d’empire. De facto, sa naissance, peut ainsi être interprétée comme le signe de son karma. Sa filiation, encore plus obscure, est faite d’une succession de malheurs qui sont, à bien y regarder, eux-mêmes des raccourcis de la période qui suit l’ébranlement du monde que connaît le Việt Nam des années 1860-1890. L’on connaît de son arrivée au monde au moins cinq récits dont aucun ne recoupe tout à fait les autres. Quoi qu’il en soit, qu’il fût fils d’un mandarin du Quảng Yên1 ou d’un pauvre bougre métis sino-vietnamien employé comme manouvrier2 et d’une paysanne du Yên Thâ qui finit dévorée par un tigre, quelques fussent ses origines, elles dressent le portrait d’un enfant marqué par un destin violent, mis en parallèle à celui de son pays, incarnation des années de sang qui dévastent le Bắc Bộ. Destin qui n’est pas sans faire penser à celui d’un autre patriote, Nguyễn Ái Quốc devenu… Hồ Chí Minh, dont l’héroïsation – du révolutionnaire à l’icône – est aujourd’hui mieux connu grâce à la biographie que Pierre Brocheux lui a consacrée3. Pourquoi Hoàng Hoa Thám est-il devenu un héros national ? Simplement parce que, comme tous les héros, il exemplifie les idéaux politiques du moment – ici celui du temps colonial – tant bien même qu’il connut des expériences diverses, parfois pour le moins ambivalentes. Cependant, ces variations ne comptent finalement pas, la plasticité fonctionnelle du héros lui permettant de survivre aux accidents de l’histoire, de recevoir de nouvelles missions, de changer de partisans et, cas limite, de les cumuler. Ce sont précisément les divers aspects de sa vie qui fournissent la matière à tisser la légende qui est, rappelons-le, « un récit à caractère merveilleux, ayant parfois pour thème des faits et des événements plus ou moins historiques mais dont la réalité a été déformée et amplifiée par l’imagination populaire ou littéraire. » Héros national, dont l’ambiguïté traduit le complexe des situations coloniales décrites par Balandier. Petit gardien de buffle du Yên Thâ, le jeune homme reconnu pour sa force, son courage et son intelligence allait devenir un redoutable chef de clan et un farouche opposant à la France lorsque ses représentants vinrent à gêner ses affaires. Sa révolte se confond aussi – et ce n’est pas incompatible, l’on peut être à la fois rebelle et patriote – avec celle du mouvement Cần Vương, étudié par Charles Fourniau. C’est ainsi que celui que les coloniaux avaient baptisé le « tigre du Yên Thâ » tint tête, avec une réputation d’invincibilité quasi surnaturelle, « pendant un quart de siècle à des troupes françaises vingt fois supérieures en nombre aux siennes », personnifiant les « insaisissables pirates » du Tonkin qui firent la joie des imagiers d’Épinal. Dans la légende coloniale – car il y en eut aussi – Đề Thám qui fit tant courir les troupes françaises et les supplétifs locaux, du colonel Galliéni au grand mandarin Hoàng Khao Khai, à la manière d’un « Robin des Bois annamite » ou d’un héros d’Alexandre Dumas transposé au Tonkin et armé d’un pistolet Mauser et d’une carabine Winchester (p. 47). Indéniablement, cet homme peu commun figure en bonne place dans la bibliothèque impériale au rayon littérature coloniale et carnets de route des militaires. À la manière d’un Samory Touré « indochinois », il personnifia aussi pour les Français comme pour les « Annamites » l’esprit de résistance des Vietnamiens.

  • 4 Voir, à ce sujet, Gilles de Gantès et Nguyên Thi Phuong Ngoc (eds.), Vietnam le moment moderniste. (...)

4Si son origine modeste ne le place pas dans la lignée d’un Lê Lợi ou des sœurs Trưng enfants d’aristocrates et propriétaires fonciers, il incarne néanmoins ces héros populaires qui surent se lever contre l’ennemi. De plus, dans un Việt Nam où les lettrés modernistes intériorisent les enseignements des Lumières et ceux d’un marxisme encore balbutiant, Hoàng Hoa Thám à tout pour incarner la patrie en armes, celle du soldat-paysan combattant – encore et toujours – l’envahisseur, qu’il soit chinois, mongol, cham ou français. Symbole de la résistance populaire vietnamienne, Hoàng Hoa Thám paysan rebelle aux méthodes musclées, s’inscrit dans un mouvement plus large, celui de la résistance des Lettrés (Cần Vương). Et contrairement aux principaux chefs de guerre de celle-ci, presque tous des mandarins de hauts rangs, Hoàng Hoa Thám, qui fit du Yên Thâ un repaire quasi imprenable – à la manière, quarante ans plus tard d’un Hồ Chí Minh, était un homme du peuple, un paysan en arme. On comprend, dès lors, dans l’idéologie développée par Nguyễn Ái Quốc, l’importance symbolique que revêtit Đề Thám. L’héroïsation de sa lutte s’inscrit dans un moment (1905-1908) qui voit les Lettrés réformistes remettre en cause l’ordre bureaucratique confucéen, accusé d’incurie, de s’être prêté à la collaboration d’État avec l’administration coloniale et paré de la lourde responsabilité de l’occupation française. Hoàng Hoa Thám, aussi ambivalent soit-il, pouvait ainsi entrer au panthéon de l’histoire contemporaine vietnamienne pour ses réels talents de chef de guérilla et du fait même de sa condition sociale. L’homme pouvait ainsi assurer la jonction entre la résistance patriotique à l’occupation française (Cần Vương) et les luttes « modernes » contre la machine coloniale, de la Ligue Duy Tân jusqu’au front patriotique du Việt Nam Ðộc Lập Ðồng Minh Hội (Việt Minh). Entre tradition et modernité, Hoàng Hoa Thám incarne un tournant, articulant autour de sa personne une façon de combattre qui emprunte à la tradition mais, aussi, préfigure les trois guerres d’Indochine à venir. Enfin, il incarne aussi les résistances modernes à la colonisation du début du xxe siècle4, seuil d’émergence des nationalismes d’Asie du Sud-Est.

Haut de page

Notes

1 Qui aurait été exécuté pour pillage aux alentours de 1873.

2 C’est cette version qui semble la plus crédible. Que son père, connu sous le nom de Phó Quât, soit sino-vietnamien n’a rien d’invraisemblable, surtout à cette époque troublée et compte tenu de l’importance des débris de l’armée Taiping réfugiés au Tonkin, après l’échec du soulèvement messianique qui dévasta la Chine des Qing de 1851 à 1864.

3 Pierre Brocheux, 2003, Hô Chi Minh. Du révolutionnaire à l’icône, Paris : Payot, coll. « Biographie », 33 p. Voir aussi Benoit de Tréglodé, 2001, Héros et révolution au Viêt Nam, Paris : L’Harmattan, 446 p.

4 Voir, à ce sujet, Gilles de Gantès et Nguyên Thi Phuong Ngoc (eds.), Vietnam le moment moderniste. La réactivité d’une société face à l’intrusion d’une modernité exogène au début du xxsiècle, Aix-en-Provence : Publications de l’Université de Provence, 2009.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-François Klein, « Le Dê Thám (1858-1913). Un résistant vietnamien à la colonisation française, Claude Gendre », Moussons, 13-14 | 2009, 397-399.

Référence électronique

Jean-François Klein, « Le Dê Thám (1858-1913). Un résistant vietnamien à la colonisation française, Claude Gendre », Moussons [En ligne], 13-14 | 2009, mis en ligne le 13 juillet 2012, consulté le 17 août 2017. URL : http://moussons.revues.org/1136

Haut de page

Auteur

Jean-François Klein

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page