Navigation – Plan du site
Articles

Kathoey, un genre multiple

Le processus d’adaptation et de négociation identitaire des transsexuels MTF de Thaïlande
Kathoey, Multiple Gender : Identity Adaptation and Negotiation Process among Thai MTF Transsexuals in Thailand
Cheera Thongkrajai
p. 157-174

Résumés

Les kathoey, transgenres et transsexuels Male-to-Female thaïlandais s’adaptent pour trouver le rôle ou la présentation identitaire convenant aux contextes et aux interactions auxquels elles doivent faire face. Elles peuvent adopter une apparence ou un rôle plus masculin lorsque la situation dans laquelle elles se trouvent ne leur permet pas d’affirmer leur féminité ou que celle-ci pourrait leur nuire socialement. Elles peuvent également accentuer leur féminité pour exprimer leur sentiment identitaire. Les kathoey négocient leur place en faisant preuve de leurs qualités personnelles et de leurs compétences et en mettant également en évidence leurs autres privilèges : statut socio-économique, beauté, etc. pour gagner une reconnaissance sociale. Malgré leur marginalité due à leur différence de genre, elles tentent de s’intégrer dans leurs milieux sociaux en adaptant leur image identitaire, en assumant leurs responsabilités et en réussissant leur vie familiale et professionnelle.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 J’ai décidé employer le mot kathoey au féminin pour, d’une part, respecter les informatrices kathoe (...)
  • 2 L’enquête de terrain, effectuée de septembre à décembre 2007, s’est concentrée principalement sur l (...)

1En Thaïlande, les touristes occidentaux s’habituent rapidement à la présence de ces « troisièmes sexes », qui sont sur scène dans les cabarets et très présents dans les milieux de la nuit bangkokienne. Les nouvelles, les informations et les reportages sur les « trans » thaïlandais rencontrent aussi un écho dans le monde. En Thaïlande, les kathoey ou personnes transgenres hommes vers femmes (male-to-female ou MTF) sont présentes partout dans la vie quotidienne, nous les croisons dans la rue, dans les restaurants, dans les grands centres commerciaux, aux marchés de nuits, dans le bus, etc. Elles1 sont visibles dans toutes les scènes quotidiennes et à tous les niveaux sociaux, en ville aussi bien qu’à la campagne. Grâce à de nouvelles techniques médicales et chirurgicales, il devient progressivement difficile de les distinguer des femmes. Les kathoey sont extrêmement féminines. Sam Winter estime qu’il est probable que la Thaïlande a plus de personnes transgenres que les autres pays, tout particulièrement en Occident (Winter 2002). Aux yeux des étrangers, la Thaïlande semble être une « terre de liberté » pour les « troisièmes sexes » grâce à son climat de tolérance et à l’absence de sanction sévère ou explicite, légale ou religieuse envers ces personnes. Pourtant, il y a eu plusieurs incidents dus à l’intolérance ou à la discrimination. Ces situations contradictoires nous amènent à nous interroger comment est-il possible de vivre sa vie transgenre et négocier sa place dans cette société réputée être « le paradis des gays », dans laquelle la catégorie kathoey constitue un groupe minoritaire et marginalisé ? Comment les kathoey font-elles leur vie et leur place au sein de leur famille, de leur entourage et dans le monde du travail ? Comment s’adaptent-elles et utilisent-elles cette particularité de genre et d’identité afin non seulement de s’exprimer et de se faire accepter, mais aussi de pouvoir vivre harmonieusement avec la société dans son ensemble2 ?

La catégorie kathoey : origine, évolution et situation actuelle

  • 3 La transgenrité est un phénomène social qui se trouve dans diverses sociétés, par exemple les berda (...)
  • 4 Dans la langue thaïe, le mot kathoey est le seul mot ancien qui qualifie les personnes présentant u (...)
  • 5 Le Code des Trois Sceaux reprend l’essentiel du système juridique traditionnel qui était utilisé du (...)

2Les kathoey sont connues parmi d’autres expériences transgenres dans la région d’Asie du Sud-Est. Contrairement aux figures transgenres philippines ou birmanes3, les kathoey thaïlandaises ne semblaient pas avoir un rôle social précis et inscrit dans l’organisation sociale « traditionnelle ». La seule preuve historique qui témoigne de l’existence des kathoey4 se trouve dans « Le Code des Trois Sceaux5 », qui classe les kathoey comme des mineurs privés de certains droits, comme le droit de témoignage. Mais le texte ne nous donne pas plus d’explication. Richard Totman (2003) propose une hypothèse suggérant que les kathoey d’autrefois auraient pu tenir des rôles de danseurs ou d’acteurs dans les troupes de théâtre populaire lakhon nok (littéralement pièce de théâtre de l’extérieur). Le lakhon nok est une forme théâtrale populaire jouée en dehors de la cour royale et n’était composé que d’hommes, dont certains devaient jouer des rôles féminins. Ces hommes auraient pu être des kathoey. Le lakhon nok s’opposait au lakhon nai (littéralement pièce de théâtre de l’intérieur) qui était le théâtre de la cour royale, composé uniquement de femmes. Faute d’autres documents ou de traces historiques, on ne peut établir avec précision une conclusion sur l’origine et la définition de kathoey dans le passé. Cependant kathoey est une catégorie identitaire socialement reconnue dans la société thaïlandaise, qui a traversé les siècles et est d’un usage courant aujourd’hui.

3Selon le dictionnaire de l’Académie royale thaïlandaise, kathoey veut dire « personne ayant à la fois le sexe masculin et le sexe féminin » ou « personne ayant l’esprit et la manière d’être opposé à son sexe d’origine ». Cette définition est vaste. En effet, non seulement elle désigne les catégories d’hermaphrodites et d’intersexués, mais elle peut aussi comprendre le travestisme, le transgenre, voire le transsexualisme au sens occidental. Avant l’arrivée des influences occidentales et la modernisation du pays mise en place par l’État thaïlandais, la catégorie kathoey semblait être une catégorie intermédiaire qui englobait toutes les catégories se distinguant des catégories d’homme et de femme : transgenres, travestis, hermaphrodites aussi bien qu’homosexuels. Megan Sinnott (1999 : 106) nous montre que dans les zones rurales, le mot pourrait désigner aussi les femmes qui se comportent en homme (female-to-male ou FTM).

4Dans les années 1960, les homosexuels masculins thaïlandais empruntèrent à l’anglais le mot gay pour se désigner et se distinguer des kathoey. Le mot est employé d’abord parmi les homosexuels masculins issus de la classe moyenne ou supérieure des milieux urbains qui avaient les moyens de voyager ou de faire des études à l’étranger. S’identifier en tant que gay, c’est revendiquer à la fois son homosexualité et sa masculinité, et s’opposer à la figure féminine négative et méprisable de kathoey (Jackson 2000). L’adoption du mot, qui plus tard s’est répandu dans le langage populaire, a bouleversé la pensée identitaire et a engendré la redéfinition des catégories de sexe et de genre, notamment celle de kathoey. D’une part la sexualité ou bien l’homosexualité est devenue un fondement identitaire auquel les individus s’identifient et se réfèrent, et d’autre part la catégorie de kathoey s’est modifiée. Le sens du terme kathoey s’est efféminé petit à petit et prend le sens de sao-praphet-song ou « femme du second type ». Jackson note qu’à partir des années 1970, le mot kathoey est utilisé la plupart du temps pour désigner les personnes mâles qui adoptent le genre féminin ou qui ont subi l’opération de réassignation de sexe (Jackson 2000 : 412). Le mot kathoey ne comprend plus le sens « femme vers homme » (female-to-male). Ce dernier est traduit par le mot tom, venant de tomboy en anglais. Tom désigne les filles ayant le style garçon manqué, les femmes qui ont une apparence masculine et/ou se comportant en homme et/ou les femmes homosexuelles masculines.

5Cependant, on peut observer une certaine confusion et interchangeabilité entre les deux mots kathoey et gay dans des discours ou des conversations quotidiennes. Plusieurs kathoey proclament la similitude entre les kathoey et les gays. Pum, une enquêtée post-opérée de 42 ans, suggère que les deux sont du même groupe, ayant la même préférence sexuelle pour les hommes. Pour elle, kathoey veut dire aussi homosexuel et elle distingue les kathoey -sao et les kathoey -i-ap, c’est-à-dire celles qui sont féminines et celles qui incarnent le rôle masculin et/ou qui cachent leur féminité ou dissimulent leur préférence homosexuelle. Ainsi le sens du mot kathoey peut inclure la notion d’homosexualité. L’origine et le milieu social semblent avoir un rôle dans le processus d’auto-identification, en tant que gay ou kathoey, et de catégorisation de sexe et de genre chez les individus. Nos deux enquêtées, d’origine villageoise, nous ont avoué leur ignorance de la catégorie gay, avant de s’installer en ville ou à l’étranger. Pour elles, un homme qui aime les hommes n’a pas d’autres choix qu’être kathoey. L’une d’entre elles s’est redéfinie comme gay lorsqu’elle s’est installée dans un pays européen où les kathoey au sens thaïlandais se font rares. Ceci nous confirme l’inexistence de la catégorie homosexuelle straight dans la pensée rurale thaïlandaise.

  • 6 Étant donné la complexité du terme kathoey dans le langage populaire et la différence d’expression (...)

6La différence entre les deux catégories semble alors résider dans l’expression et l’interprétation (performance) du genre, selon que la personne affiche une image masculine ou féminine. Prim, une jeune étudiante, nous explique que « les gays ont l’air plus masculin que les kathoey ». Les gays sont ceux qui apparaissent masculins par leur comportement, leur geste, leur apparence, leur style vestimentaire. Les kathoey sont, au contraire, efféminées, adoptant le rôle, le comportement, les gestuelles féminines et/ou se travestissent. Or il existe aussi, dans le vocabulaire des kathoey, d’autres « sous-catégories » comme « kathoey -chai » qui désigne celle qui ne se travestit pas, « kathoey -hua-pok » qui désigne les kathoey adolescentes qui portent les cheveux très courts comme des garçons, « kathoey -sao-siap » qui désigne les kathoey féminines qui jouent le rôle actif dans l’acte sexuel avec leur partenaire masculin, etc. Le terme de kathoey et ses sous-catégories sont très divers et polysémiques. Kathoey peut être employé pour désigner un homosexuel efféminé aussi bien qu’une transsexuelle post-opérée. Ce terme recouvre une multitude de situations et de façon de vivre le genre et la sexualité où se confondent les catégories occidentales de transsexualité, de travestisme et d’homosexualité6.

  • 7 En 1996, une équipe de volley-ball composée principalement des kathoey nommée Satri-lek (femme de f (...)
  • 8 Le public thaï admire les kathoey, si elles sont belles, élégantes et gracieuses. Les concours des (...)

7De nos jours, la situation des kathoey ou « femme du second type » semble s’améliorer. Elles prennent de plus en plus de place dans le secteur des médias et dans le monde du show-biz7. Il est vrai que les kathoey bénéficient d’un certain climat de tolérance dans leur vie de tous les jours (Jackson 1999 ; Matzner 2001). Elles ont la liberté de se féminiser, de s’habiller en femme et peuvent mener une vie tranquille sans soumission aux agressions ou sanctions sociales violentes. Mais cet état de fait n’empêche pas les répercussions des discours politiques et des autorités qui tendent à contrôler et à marginaliser ceux et celles qui sont considérés comme « hors-norme » ou « anormales ». C’est le cas, par exemple, de la politique des Instituts Rachaphat (les grandes écoles d’instituteurs, aujourd’hui devenus des universités) : en décembre 1996, les Rachaphat et le ministre de l’Éducation ont mis en place envers les « déviants sexuels » (dont les kathoey) une politique d’interdiction d’entrer dans ces écoles en prétextant que cette catégorie de personnes avait une « mauvaise orientation sexuelle » et n’était pas un bon exemple pour les enfants. Les kathoey rencontrent souvent des problèmes ou des difficultés lorsque cela relève du domaine plus formel. Selon la loi, elles ne peuvent pas se marier avec un homme, car aucune législation n’autorise le mariage entre personnes du même sexe. Les kathoey ont des difficultés à voyager car leur passeport et leur carte d’identité indiquent toujours qu’elles sont des hommes. De plus, elles sont marginalisées dans le monde de travail. Ainsi, certaines sont refusées par les employeurs à cause de leur parcours de transgenre, et se dirigent donc le plus souvent vers des métiers réservés aux femmes ou typiques des kathoey, comme les métiers d’esthéticiennes, de coiffeuses, de maquilleuses, de danseuses de cabaret ou de prostituées, dans lesquelles elles sont acceptées voire valorisées et admirées8. Il est difficile, même impossible pour les kathoey de percer dans les milieux « plus sérieux » comme fonctionnaires, professeurs, enseignants, politiciens, etc. Les kathoey subissent encore aujourd’hui les conséquences des images négatives liées aux mauvaises représentations sociales. Elles sont connues pour être « over » (overacting), c’est-à-dire pour avoir des manières exagérées et pour être extrêmement féminines, extravagantes et agressives, émotionnellement violentes, vulgaires, obscènes et libertines. Les kathoey sont parfois sujettes aux moqueries, aux commérages, voire au mépris. La figure de kathoey est souvent caricaturée dans des films et des séries télévisées. Il n’est pas possible d’expliquer l’attitude de la société thaïlandaise en termes d’acceptation ou de tolérance généralisée (Matzner 2001). Mais il faudrait plutôt chercher à comprendre la complexité du mécanisme qui permet aux kathoey de vivre avec les autres membres, hommes et femmes, tout en faisant partie de la société thaïlandaise.

Être « bon enfant » pour sauver la face : les kathoey dans le milieu familial

8Dans la sphère familiale, les kathoey peuvent plus ou moins dévoiler leur vraie personnalité et leur véritable identité. Ceci dépend largement de l’attitude des membres de la famille et de leur acceptation. La plupart de nos enquêtées confirment que leur famille sait et accepte le fait qu’elles soient kathoey. Dans ce cas elles peuvent vivre dans l’apparence féminine sans dissimuler leur genre kathoey. Les kathoey, comme d’autres personnes, ne s’expriment pas de la même façon lorsqu’elles sont devant leurs parents ou lorsqu’elles sont avec leurs amis. En effet, dans la société thaïlandaise, les individus respectent une règle précise de la bonne conduite, lors d’interaction sociale, à savoir le kala-thesa. Ce dernier est une règle qui oriente les comportements et régularise la face sociale de chaque participant dans une interaction sociale. Pour sauver la face ou préserver une image sociale positive de soi, les individus doivent savoir se comporter de manière convenable et appropriée au temps (kala), au contexte, à la situation ou à la circonstance (thesa) dans lesquels ils exercent une interaction, face à autrui. La règle de kala-thesa change d’une situation à l’autre, en fonction des personnes et des circonstances dans lesquelles on se trouve. On doit ainsi montrer du respect envers les plus âgés et les supérieurs hiérarchiques et notamment envers ses propres géniteurs. Le kala-thesa se définit comme un savoir-vivre : celui qui le possède, considéré comme ayant une bonne éducation, est socialement valorisant. Il préserve et garde la face. Celui qui ne respecte pas ou qui transgresse la règle perd la face.

  • 9 Toutes les citations des discours des enquêtées proviennent des entretiens effectués lors de l’enqu (...)
  • 10 La notion de riap-roi est très associée avec celle de kala-thesa. Riap-roi désigne un caractère ou (...)

9Dans les interactions avec l’environnement familial, les kathoey tiennent compte de la face sociale de leurs parents et de l’honneur de leur famille. Elles font attention à leur manière de se comporter. Elles diminuent leur côté extravaguant ou contrôlent leurs caractères féminins devant les parents et en public. Prim nous raconte qu’elle ne porte pas de jupe devant son père, bien qu’il soit tolérant envers elle, par peur de heurter le sentiment de son père eut égard aux regards des autres : « il est mon père… il est quand même chef… il a beaucoup de monde sous ses ordres (dans son travail), je dois préserver sa face9 ». J’ai pu observer le même comportement d’adaptation dans le quotidien de Coco, 22 ans. Coco, une kathoey qui se révèle extravagante et provocatrice, travaillait avec sa sœur dans son restaurant familial. Au travail, avec sa sœur, Coco s’habillait de façon plus neutre et riap-roi10. Elle confirme qu’elle éprouve le sentiment de kreng-chai envers sa sœur. Le kreng-chai est une reconnaissance de la face des autres, notamment des personnes plus âgées, ou celles qui détiennent plus d’autorité ou qui occupent une place plus haute dans la hiérarchie sociale. Il est lié à la notion de kala-tesa. Il oriente les comportements des individus, pour ne pas abuser ou violer le kala-tesa ou ne pas faire perdre la face aux autres. Le kreng-chai est aussi un sentiment de gêne, d’embarras et de perplexité lorsqu’on viole le kala-tesa.

10Dans les cas où le coming out est encore un sujet tabou ou un secret dans la famille, les kathoey s’expriment plus difficilement et doivent cacher leur vraie identité. Ève, une jeune kathoey de 20 ans, nous explique comment elle change de rôle et passe dans sa vie quotidienne d’une personnalité de katheoy féminine au statut de fils et de petit-fils. Dans sa famille, surtout avec sa grand-mère paternelle, qui ne sait pas qu’Ève est devenue kathoey, elle doit s’habiller en garçon, utiliser le vocabulaire masculin et essaie de ne pas laisser apparaître le moindre de signe de féminité. Pourtant, Ève est très féminine et se travestit. En dehors de la sphère familiale, dans sa vie quotidienne à la fac elle féminise son corps et son apparence en prenant des hormones. L’attitude de refus de sa famille représente pour elle une pression. Ses parents essaient toujours de la faire revenir en arrière, c’est-à-dire redevenir un homme. Ève mentionne l’importance de la face sociale de ses parents et selon elle, il est de sa responsabilité d’enfant de préserver la face de ses parents vis-à-vis du regard d’autrui :

Je suis enfant de fonctionnaires. Et chez les fonctionnaires, y a plusieurs activités qu’ils font ensemble. Lorsqu’ils se voient, ils vont se demander : « ah que fait-il ton enfant ? » Moi je suis,… C’est comme si j’étais leur sujet de conversation. Ils veulent savoir qui fait quoi, l’enfant de celui-ci et de celui-là. Ils sont instituteurs. C’est comme si dans leur milieu, il y avait beaucoup de gens qui nous regardent… ma mère prête trop attention à ce que les autres pensent, les gens dans le village, les gens dans leur milieu.

11Le discours d’Ève nous montre qu’avoir un enfant kathoey, est souvent considéré comme de la faute des parents et peut entraîner chez eux des sentiments de honte, de culpabilité et leur faire perdre la face. En Thaïlande, même s’il n’y a pas de sanction sociale explicite contre les kathoey, les commérages et les bavardages sont toujours présents et ceux-ci peuvent atteindre et nuire l’honneur de la famille. Les kathoey y font attention en adaptant leur apparence, leur rôle et leur comportement pour sauver leur propre face et celle de leur famille.

12Puisqu’avoir un enfant kathoey peut être ressenti comme une honte et conduire à la perte de la face, les enfants kathoey emploient d’autres stratégies de négociation pour compenser cette perte et gagner leur propre place. Dans les discours des enquêtées, les kathoey ont tendance à justifier leurs bonnes relations ou l’attitude de tolérance de leurs parents par le fait qu’elles sont de « bons enfants ». Accomplir les devoirs et les responsabilités qu’un enfant doit à ses parents ou à sa famille peut renforcer le lien familial et aider les enfants kathoey à négocier leur identité et à s’imposer au sein de la famille.

13Ève étant l’aînée et plutôt douée à l’école, ses parents attendent beaucoup d’elle. Alors Ève vit sous pression. Elle doit rassurer ses parents en se consacrant aux études :

Je suis stressée, mais bon, je dois faire avec. Malgré leur réaction négative, je dois assumer mon rôle d’enfant. Je dois faire au mieux. J’étudie beaucoup pour leur prouver que je suis bien. […] Parfois je regrette que mes parents ne me comprennent pas. Je veux dire que, malgré notre identité de kathoey, parfois on est plus fort que certaines filles ou certains garçons. On doit faire le bien et étudier beaucoup pour effacer ou estomper le fait qu’on est kathoey.

14Tammy, une étudiante de 20 ans, nous raconte également qu’être bon à l’école et être un bon enfant, obéissant, sage et respectueux est une manière de satisfaire les parents et de faire accepter son identité de kathoey :

J’utilisais mon côté bonnes notes, bonnes études et ma personnalité riap-roi pour m’y opposer [l’expression se traduit littéralement par « oppresser » mais Tammy veut dire « pour s’opposer » à la réaction et à l’attitude de son père et pour compenser le fait d’être kathoey]. C’est bien que l’on soit riap-roi. Mes parents me font confiance parce que je suis bonne, je suis quelqu’un de bien, j’ai de la morale. Cela fait que mon père me croit et me fait confiance.

15Tammy semble réussir à s’imposer en se comportant conformément à la norme riap-roi et celle de bon enfant. Elle raconte les bonnes réactions des voisins qui la reconnaissent maintenant comme la fille de la famille. Elle a reçu des compliments grâce à sa personnalité d’excellente fille, ce qui favorise l’acceptation et l’attitude de tolérance de ses parents. Ceux-ci peuvent récupérer leur face sociale et faire leur coming out en tant que parents d’une kathoey.

16Certaines kathoey assument le rôle de fille et s’occupent de leurs parents. Jane, 34 ans, une kathoey pré-opérée, raconte les derniers moments qu’elle a passés avec sa mère, avant sa mort. Elle a fait le sacrifice de quitter son travail de banquier pour s’occuper de sa mère qui souffrait du diabète et qui avait subi une amputation. Jane faisait tout : elle donnait à manger à sa mère, faisait sa toilette, nettoyait ses blessures, parfois, quand sa mère s’ennuyait, elle lui faisait la manucure, lui mettait du vernis et la coiffait. Elle explique que ses grands frères ne pouvaient pas faire ce genre de choses car ce sont des hommes. Cela aurait pu provoquer un sentiment de gêne chez sa mère aussi bien que chez ses frères. Or le fait qu’elle soit une kathoey, donc ayant l’esprit d’une femme « à 100 % », lui a permis de le faire sans réticence. Tout ceci constitue un acte de reconnaissance envers sa mère qui, plus tard, a entraîné une acceptation au sein de sa famille et de ses proches. L’exemple de Jane montre la possibilité pour les kathoey d’effectuer des tâches ou diverses activités que les autres genres/sexes ne peuvent pas ou n’ont pas l’habitude de faire. En tant que kathoey, femmes de second type, elles peuvent faire des activités dites féminines comme le ménage, la cuisine, l’aide aux personnes, la couture, le tissage, l’esthétique, etc. Incarner le rôle de fille de la famille permet à certaines kathoey d’apporter de l’aide à leur famille et donc d’affirmer leur place au sein du foyer.

17Accomplir le devoir de l’enfant semble être le moyen privilégié des kathoey pour gagner l’acceptation de la famille et sauver la face. Dans la société thaïlandaise, où la valeur de la reconnaissance ou la gratitude envers les parents est toujours importante et constitue un modèle moral, la plupart des jeunes kathoey interrogées souhaitent pouvoir s’occuper financièrement de leurs parents lorsqu’ils seront âgés. Elles considèrent cet acte de reconnaissance comme une manière de payer leur dette envers leurs parents et comme un signe de réussite, conforme à la norme et aux idéologies sociales, qui pourrait masquer et compenser le fait d’être kathoey.

« Kathoey au travail ! ! ! » : revendications et négociations professionnelles

18Les situations des kathoey dans leur milieu professionnel sont très variées. Les kathoey que j’ai interrogées proviennent de milieux socioprofessionnels différents. On observe que celles qui travaillent dans les milieux non typiquement kathoey (commerce, administration, industrie, etc.) ont recours à des moyens d’adaptation identitaire beaucoup plus importants que celles qui évoluent dans les milieux typiquement kathoey (esthétique, mode, arts). Nin, 27 ans, était ingénieur dans une usine, un milieu très masculin. Elle nous raconte qu’elle devait dissimuler sa féminité et se faire passer pour un homme au début de sa carrière :

Je devais kekman (jouer le masculin). Je devais adapter ma voix, très grave… Mais à ce moment-là je ne savais pas trop à quel point je pourrais me montrer. Donc au début je me suis fait couper les cheveux et kek-man… je devais prendre une voix masculine, changer ma façon de parler, quelque chose comme ça, on doit… Je me sentais frustrée, vraiment frustrée. Ce n’était pas moi. Quand je parlais aux autres, ce n’était pas moi. Je devais parler comme les hommes alors je suis devenue silencieuse. Je ne laissais pas sortir les trucs efféminés. Au début je devais me contrôler beaucoup. Et puis c’est devenu une habitude… Au début j’étais plutôt stressée, la manière de marcher, etc. la voix… oui, c’est difficile, c’est la galère… on doit se forcer à être quelque chose qui n’est pas soi-même… on doit être un caméléon.

  • 11 J’ai employé ici « il » pour le cas de Dan parce que cette personne vit en permanence sous l’appare (...)

19Le cas de Nin n’est pas unique. On observe que plusieurs enquêtées qui ne travaillent pas dans les milieux typiquement kathoey ont eu des difficultés à dévoiler leur identité de kathoey par crainte d’incompréhension, d’intolérance ou de rejet. Dan, 28 ans, est banquier et consultant financier. Lorsqu’il11 a commencé à travailler, son supérieur lui a fait comprendre que le fait d’être kathoey n’était pas convenable dans le monde des affaires où le kala-thesa exige beaucoup de rigueur et de professionnalisme. L’image de kathoey krathung-krathing ou ok-sao (efféminée ou féminine) évoque une personne pas sérieuse, peu fiable, irrésolue ou instable, donc inapte au contexte de la profession, dans lequel Dan doit rencontrer des clients de tous niveaux sociaux. Dan devait donc s’adapter en changeant totalement sa personnalité, en mettant son identité de kathoey dans « le placard » et en montrant son côté masculin pour masquer ses traits efféminés. Au travail, Dan est devenue une autre personne :

On doit souvent rencontrer des clients. Eux, ils doivent pouvoir nous faire confiance et nous respecter aussi. Donc si j’étais comme ça (kathoey), faisais comme ça, ils pourraient se moquer de moi, je serais ridicule… Le premier jour, on m’a fait une remarque par rapport à mes cheveux. C’était trop long […]. Le premier jour j’ai eu ça, ça m’a fait… étonné,… mais pour être banquier, on doit être nickel […] les premiers mois c’était comme s’ils m’épiaient tout le temps. J’étais assis et les autres… ils ont parlé de moi. « Pourquoi Dan ne parle pas ? » En fait je ne parlais pas beaucoup, même si en réalité je suis très bavard, c’est parce que j’avais peur de montrer ma vraie personnalité. Et puis le manager m’a demandé d’aller le voir, il m’a dit « Pourquoi tu ne parles pas, dans ce genre de job, il faut être aimable et très sociable, il faut parler ». Moi je suis bavard, mais je n’y arrivais pas, je suis resté silencieux car j’avais peur que les clients me regardent… les clients ne m’accepteraient pas. […] les collègues, certaines personnes ont de mauvaises idées sur les kathoey.

  • 12 L’idée de « vrai » homme ou homme à 100 % se trouve couramment dans le langage thaïlandais. Les vra (...)

20Dans ce contexte professionnel, où le fait d’être kathoey est inapproprié et inadapté, où, de plus, l’image négative de kathoey pourrait nuire non seulement à la carrière de la personne, mais aussi à son image sociale, les enquêtées se sentent obligées d’ajuster leur image identitaire en diminuant leurs aspects féminins et en se masculinisant à travers leur comportement, leur apparence, leurs gestes, leurs paroles pour garder bonne figure. Les kathoey non-opérées peuvent toujours réutiliser leur aspect « mâle », même si cela contrarie leur sentiment identitaire. Cela ne veut pas dire que cette adaptation identitaire sera permanente. Nos enquêtées nous expliquent que l’adaptation du « soi » est forcément nécessaire au début de la carrière, notamment au moment de l’embauche. Elles devaient, par exemple, se faire couper les cheveux, sortir les costumes, les cravates, jouer à l’homme, etc. Au fil du temps, les enquêtées dévoilent petit à petit leur vraie personnalité et leur identité. En effet, les kathoey s’adaptent et expriment leur véritable soi plus ou moins librement, en fonction du kala-thesa, du contexte et des personnes avec qui elles sont en interaction. Mac, par exemple, une kathoey chai de 22 ans, travaille en tant qu’organisateur d’événements culturels. Elle doit souvent rencontrer les clients qui sont parfois des personnes ayant un statut social supérieur ou sont plus âgées qu’elle. Dans ce contexte, Mac doit contrôler son identité de kathoey, masquer sa féminité et parfois jouer à l’homme. On pourrait penser qu’elle est gay ou un vrai homme12. Mais en dehors de cela, Mac est une kathoey efféminée (elle s’identifie en tant que kathoey) qui exprime sa manière krathung-krathing, plus ou moins ouvertement selon les situations et les personnes rencontrées, malgré son apparence masculine. Mac explique que :

Les kathoey ne peuvent pas avoir un seul rôle, une seule personnalité. On ne peut pas exprimer notre « être », notre identité tout le temps… On est dans le cercle, il y a des gens qui nous protègent, ceux qui nous soupçonnent, ceux qui nous encouragent, ceux qui sont indifférents, ceux qui ne nous aiment pas, nous détestent même. Les gens qu’on doit côtoyer, il y en a de plusieurs types. Ça fait qu’on doit s’ajuster. Ça fait qu’on doit se cacher. On se cache devant telle personne, mais avec telle autre, on se lâche. Un petit peu avec l’un et pas du tout avec l’autre.

21Ainsi le cas de Mac nous montre que les kathoey doivent calculer ou prévoir la réaction ou l’attitude des personnes avec qui elles interagissent pour pouvoir s’adapter, c’est-à-dire choisir et afficher une image, une apparence ou un rôle identitaire du genre convenable et adapté au contexte d’interaction auquel elles doivent faire face.

22Le coming out professionnel ne se fait pas du jour au lendemain. Faire accepter son identité de kathoey constitue un long processus qui peut prendre des années. Les kathoey doivent se montrer compétentes, responsables et actives dans leur travail. Elles doivent se battre contre les mauvaises images et les préjugés et prouver qu’être kathoey n’est pas un obstacle ou un handicap qui les empêche de travailler aussi bien (sinon mieux) que les autres sexes/genres. Nin explique :

L’exclusion ou la discrimination, certes, pourraient être un obstacle pour nous, les kathoey, mais finalement ça dépend de nos résultats au travail. C’est possible qu’il y ait des obstacles au début, car on doit se montrer masculin, mais si l’on fait attention à notre travail, au final les gens nous accepteront. Tout le monde n’est pas si méchant.

  • 13 Pum venait au travail à l’hôpital avec son grand coffre de costumes et de maquillage. Elle s’est fé (...)
  • 14 Quand Pum a reçu une proposition du directeur d’un département de la faculté de médecine, pour trav (...)

23La négociation au sein du travail peut prendre la forme d’une discussion ouverte entre les kathoey et leurs supérieurs et leurs collègues. Parfois elle se passe de manière plus implicite, à travers l’adaptation, les comportements, les résultats au travail, les responsabilités que les kathoey assument. Pum nous raconte ses expériences de discrimination au début de sa carrière d’aide-soignante (fonctionnaire). Elle ne s’entendait pas bien avec l’infirmière en chef et tant que celle-ci fut en poste, Pum n’a pas eu de promotion. Elle confirme que les kathoey doivent se battre, qu’il faut se montrer forte, responsable et déterminée et surtout il ne faut pas se laisser faire. Pum a dû lutter contre les préjugés et le mépris et montrer ses compétences, son caractère et ses qualités personnelles. Cela lui a pris 6 ans pour gagner la confiance de son milieu professionnel avant de pouvoir s’habiller de façon féminine. Pum a procédé à sa transformation petit à petit : elle s’est laissée pousser les cheveux en restant habillée en homme, après avoir demandé l’autorisation de son supérieur ; puis elle a commencé à prendre de plus en plus d’hormones car elle travaillait le soir comme danseuse de cabaret. Pourtant elle n’a jamais failli à ses responsabilités à l’hôpital. Elle faisait le maximum d’efforts pour maintenir ses deux professions. Ses supérieurs étaient au courant de son autre job et ils lui ont permis de le garder. Les collègues et l’entourage étaient habitués à son caractère, à sa personnalité et ont vécu les étapes de sa transformation13. Ainsi, lorsqu’elle est devenue « une femme », au travail14 personne ne fut surpris ou choqué. Pum a négocié sa place non en tant que kathoey, mais en mettant en avant ses qualités de personne compétente, qui se consacre pleinement à son travail et apporte sa contribution au service et à la collectivité professionnelle. Ainsi son intégration professionnelle a facilité son coming out complet et lui a permis de pouvoir exprimer son identité librement.

24Certaines kathoey affirment que le comportement riap-roi, une valeur plutôt féminine, adapté au contexte de la profession, favorise l’intégration et les réactions positives de l’entourage. Pum mentionne aussi qu’elle a pu gagner la confiance de ses collègues grâce à ses caractères riap-roi et à sa bonne manière de se comporter. Elle insiste sur le respect envers la société, suggérant :

Pourquoi ne pas changer ce qui est un point négatif ou inconvenant en point positif ou avantageux, n’est-ce pas ? Vous êtes kathoey, vous avez des talents, des capacités. Il faut les montrer. Changer le négatif en positif. Vous avez des responsabilités, vous avez… vous aidez la société… faites-le. Est-ce qu’ils vont vous détester si vous êtes une bonne personne ? Qui que vous soyez. Qui va nous blâmer si l’on se comporte correctement ? Ce qui compte, c’est la manière d’être, de se conduire, de parler, de marcher… il faut savoir être kathoey d’une façon respectable, faire que les gens nous respectent. C’est l’expression du soi qui mène à l’acceptation.

25Les kathoey, surtout celles qui ne sont pas opérées, gardent toujours la possibilité de revenir en arrière. C’est-à-dire qu’elles conservent la possibilité de jouer le rôle masculin et des « avantages » du physique masculin. Ainsi elles peuvent effectuer certaines tâches qui sont normalement déconseillées ou risquées pour les femmes biologiques, par exemple, aller dans des endroits à risque, sortir seule la nuit, se défendre, etc. Jane raconte que quand elle était banquier, chargé de la vente des machines de payement, elle devait aller dans des boîtes de nuit et des bars, dans les quartiers réputés pour être « des destinations du tourisme sexuel », pour proposer le produit aux clients. Parfois ses collègues filles lui ont demandé d’y aller à leur place, car pour une fille, se trouver seule dans ce genre d’endroit n’est pas socialement bien vu :

Dans les bars, ils nous demandent une machine de payement par carte de crédit. On devait y aller pour installer la machine. Alors moi j’étais plus audacieuse, j’avais plus de temps à leur consacrer, plus que les gens « normaux », deux fois plus. Les kathoey ne sont pas sia hai [endommagées socialement ou jugées négativement]. Je n’étais pas sai hai [par le fait d’aller dans ce milieu comme le seraient les femmes]. J’ai osé faire face à des situations… pas comme les filles qui « ah, non, je ne peux pas aller dans ce genre d’endroits, mes parents vont me le reprocher. » En effet elles sont venues me voir, me demander : « Jane tu peux y aller ? je n’ose pas y entrer, là, il y a trop d’étrangers. »

  • 15 Sa voisine raconte : « c’est bien, un avantage, qu’elle soit comme ça (kathoey), c’est plus sécuris (...)

26Un autre exemple, Coco qui travaillait dans le fast-food de sa sœur, situé au bord d’une grand-route. En conservant son physique masculin, elle pouvait rester au restaurant toute seule tard le soir sans courir autant de risques que si elle avait été une fille15 (l’agression, le harcèlement sexuel, etc.). Ces exemples montrent que le genre kathoey ouvre certains avantages dans la vie quotidienne voire dans la vie professionnelle, car il permet aux kathoey de jouer les deux rôles, masculin et féminin.

27Leur spécificité de genre kathoey, permet aux kathoey de s’adapter en affichant différents comportements et des images identitaires différentes, de jouer plusieurs rôles, et d’effectuer différentes tâches, à la fois féminines et masculines. Les kathoey jouent l’entre-deux, masculin et féminin, en choisissant les éléments qui leur conviennent pour fabriquer leur façon d’être et de vivre dans la société, dans différentes situations. Cette capacité présente un avantage pour les kathoey, dans leur intégration familiale (comme l’exemple de Jane) aussi bien que professionnelle.

28Le statut de kathoey est attaché à des images négatives, comme si être kathoey était préjudiciable, méprisable, négatif et mauvais. Pour y échapper, sauver la face et gagner une reconnaissance sociale, il faut « compenser » en affichant d’autres images de qualités ou de prestige s’opposant à ces images négatives. Se montrer bon, fort, compétent et utile dans un domaine quel qu’il soit, dans le travail ou pour la collectivité est un moyen de se revendiquer, de négocier la place et de pouvoir s’intégrer et s’exprimer plus librement. Les kathoey tendent à sauver la face également en faisant preuve de bonnes manières riap roi, du caractère d’une personne pleine de bonté, d’une situation respectable, de leur réussite économique ou même grâce à leur beauté.

Les kathoey dans leur univers, l’extravagance et la mise en scène de la féminité

  • 16 Plusieurs enquêtées travaillent dans ce domaine ; quatre informatrices y travaillent en tant que pr (...)

29Dans la représentation sociale, l’image de la kathoey danseuse de cabaret, à la beauté extraordinaire et au talent artistique, celle de performance sur scène, sont très imprégnées dans l’opinion publique. Les kathoey sont reconnues socialement pour leurs talents esthétiques et artistiques. Cette représentation figée lie les kathoey à des professions aux caractéristiques stéréotypées comme coiffeuse, styliste, danseuse, maquilleuse, coach de pom-pom girls, organisateur de concours de beauté. Pour les Thaïlandais, les kathoey sont les expertes en matière de beauté et d’esthétique (elles le font mieux que les autres). Il n’est donc pas étonnant de trouver beaucoup de kathoey dans ces métiers, où elles se sentent elles-mêmes, bien dans leur peau et sont reconnues positivement. Les kathoey, elles-mêmes, intègrent cette représentation. Certaines kathoey clament haut et fort les talents particuliers de leur genre. Elles se considèrent comme un genre qui possède les talents et les capacités des deux sexes/genres. Elles se considèrent à la fois féminines par leurs talents artistiques et esthétiques dans les domaines de la beauté et du spectacle, et elles définissent leur masculinité en termes de courage, de confiance, d’audace. Elles se disent plus audacieuses et plus créatives que les filles biologiques, alors elles peuvent faire des choses plus surprenantes. Plusieurs kathoey utilisent leurs capacités artistiques et esthétiques, reconnues et socialement valorisées, en travaillant dans ces spécialités16. Elles le font non seulement pour gagner leur vie et leur place au sein de la société, mais aussi afin de s’affirmer, de montrer leurs capacités et d’exprimer leur identité, ce qu’elles sont véritablement.

30Parfois les kathoey s’adaptent en mettant en avant leur féminité. Elles développent leur féminité et s’investissent dans la féminisation du corps, selon leur propre désir ou dans un autre but. Dans certains milieux, être belle peut ouvrir des portes aux kathoey : celles des concours de beauté et des professions dans les domaines des médias ou du spectacle (Pramoj Na Ayutthaya 2003). Être belle peut aussi éviter ou atténuer les jugements ou les sanctions négatives comme le mépris ou la moquerie de l’entourage car, comme l’explique Mac :

Les gens aiment, tous, les choses belles, agréables. Si elles sont belles, les gens les aiment, les gens vont les regarder. le mot « belle » fait que les gens ne se posent pas de question, et que tout apparaît bien joli… peut-être ça ouvre à plus d’acceptation. La beauté est un avantage social.

  • 17 « The most admired kathoey are those who appropriate and exhibit a high standard of feminine beauty (...)

31Être conforme au modèle de la beauté et à la norme féminine peut favoriser l’intégration et l’acceptation, car selon Jackson, les kathoey qui sont plus appréciées sont celles qui possèdent une beauté féminine et qui adoptent une bonne manière et des bons comportements17 (Jackson 1999 : 230).

32Certaines kathoey exagèrent leur féminité. Elles jouent avec les images stéréotypées, de façon différente, plus ou moins importante selon les contextes, afin de s’exprimer et de s’imposer. Dans le cas extrême comme le contexte de drague et de « chasse aux hommes », dans les concerts publics, les kathoey féminines mettent en valeur leur féminité physique par des vêtements provocants, des coiffures, des maquillages et tous les accessoires afin de séduire les hommes. Dans ce contexte de séduction où le kala-thesa et ses contraintes changent le mode de contrôle, les kathoey peuvent laisser apparaître la féminité et même jouer l’excessive, l’extravagante ou la libertine. Certaines exhibent leur corps féminisé, leurs manières sexuellement provocantes et se laissent aborder par les hommes (ou les abordent elles-mêmes). Les images de kathoey over ou de drag-queens sont affichées et jouées. L’extravagance typique de la kathoey est mise en scène. Ainsi, les kathoey recréent une autre forme de féminité, « plus-que-féminine » (l’exagération de la féminité) (Pramoj na Ayutthaya 2006 : 215). Tant qu’elles ne sont pas considérées comme de vraies femmes, les kathoey semblent échapper à certains contrôles sociaux pesant sur les femmes biologiques, notamment celui de la sexualité.

33Coco, une kathoey extravagante et provocatrice, nous explique sa manière de s’adapter :

Je m’exprime différemment. À la maison, c’est cool, je peux faire n’importe quoi, dire n’importe quoi. Ils m’acceptent car ils savent que je suis comme ça depuis toute petite. Mais à l’extérieur, je me contrôle, je dois apparaître bien dans la société. C’est que tout le monde porte un masque. On doit s’adapter et se comporter de manière convenant à la situation, au contexte dans lequel on est. C’est comme par exemple… si je vais quelque part avec les « vieux », je dois être plus riap-roi, je m’habille bien, plus classique. Riap-roi, je parle bien, j’ai de bonnes manières. Je dois les respecter et leur faire honneur. Avec les amis, il y a plusieurs niveaux. Avec ceux du même âge c’est normal, on est cool, on s’éclate. On est plus vulgaire.

34Le milieu amical est le contexte où les kathoey se sentent le plus libre. Toutes nos enquêtées ont confirmé qu’avec les amis, elles peuvent s’exprimer librement sans crainte d’être jugées. Dans la sphère amicale, l’identité de kathoey est totalement acceptée et reconnue en tant que telle. Elles n’ont pas besoin de cacher leur vraie identité. Les kathoey sympathisent amicalement plutôt avec les filles biologiques ou les kathoey comme elles. Parfois les kathoey doivent jouer un rôle de « mâle » protecteur pour protéger leurs copines contre les « mauvais » garçons lors de sorties nocturnes et de rencontres. Mac raconte qu’elle doit kek man ou jouer à l’homme, si ses amies lui demandent de les protéger pour éviter la drague ou des ennuis lorsqu’elles vont en discothèque. Coco exprime son embarras lorsqu’elle sort avec des filles, non seulement parce qu’elle doit « s’occuper » de ses copines, mais aussi parce que les filles biologiques attirent l’attention des garçons plus qu’elle et les autres kathoey.

35Dans le discours des enquêtées, il y a souvent un sentiment de rivalité ou de concurrence vis-à-vis des filles biologiques. Les enquêtées reconnaissent qu’elles ne peuvent jamais concurrencer les femmes biologiques, surtout dans des histoires amoureuses. L’idée qu’une « kathoey est toujours kathoey » (elle ne deviendra jamais une « vraie » femme) est très imprégnée dans leur pensée et constitue la barrière qui marque la différence entre elles et la catégorie des « vraies » femmes, et qui les empêche d’en devenir une. Les kathoey se voient et sont vues comme des êtres efféminés ou/et féminins, mais jamais comme des femmes authentiques – même si elles sont déjà opérées – parce qu’elles ne peuvent pas enfanter.

36Quant aux relations avec les garçons, l’amitié entre les hommes et les kathoey pourrait être perçue comme ambiguë car les kathoey, considérées comme le genre opposé à l’homme, la plupart du temps sont attirées sexuellement par les hommes. Les garçons ont tendance à accepter les kathoey en tant qu’amies si celles-ci se comportent correctement : être riap-roi, sans exagérer leur côté féminin et leur désir sexuel. Prim nous a dit qu’elle avait beaucoup d’amis garçons dont elle était très proche :

Quand j’étais au lycée, j’ai changé, je suis devenue quasiment une autre personne. Je suis devenue plus riap-roi, beaucoup plus riap-roi. Je n’étais plus extravagante comme au collège… C’était à l’extrême, mais au lycée j’étais plus calme, plus silencieuse, tellement que… À ce moment-là, j’avais beaucoup de copains. C’est que les garçons sont venus me parler plus et sympathiser avec moi. Ils disaient : « tu sais, c’est bien que tu te comportes comme ça, tu te comportes bien, différemment des autres ». Je leur ai demandé « alors les autres comment sont-elles ? ». « Les autres, elles ont l’air trop. Elles sont over (overacting), elles ne sont pas naturelles. Toi, tu es différente, t’es bien comme ça, t’es riap-roi, c’est bien ». Alors ça a fait qu’en ce temps-là, j’avais beaucoup d’amis garçons. Et ils savaient tous que j’étais kathoey. Et imagine les hommes qui vont quelque part avec une kathoey, tous seuls, que nous deux… je pense que si c’était les autres kathoey, ils n’oseraient pas le faire. Ils auraient peur que les gens suspectent qu’ils sont ensemble, quelque chose comme ça. Mais moi non, ce n’est pas ça, on était des amis. Et eux…, je les voyais comme des amis. Les kathoey doivent, parfois, jouer à la « bonne femme », en mettant en avant la féminité, convenable à la situation d’interaction.

37Ces exemples nous montrent les différentes manières dont les kathoey s’adaptent et expriment leur image identitaire en adoptant les éléments tantôt masculins, tantôt féminins, selon les contextes, dans leur milieu privé plus intime, tel que la famille, le loisir, ainsi que leur milieu amical. Elles investissent ces éléments comme elles l’entendent, en les intégrant et les ajustant dans leur manière de vivre, dans diverses situations d’interaction pour produire l’image sociale qui leur convient, afin de donner une bonne image de soi et donc de gagner de la considération au sein de la société. Les kathoey, notamment les non-opérées, gardent la possibilité de jouer et de circuler entre les catégories masculine et féminine. Elles peuvent revenir en arrière, masculiniser leur image, se faire passer pour un homme ou un gay, ou bien aller plus loin, jouer à la femme conformément aux normes féminines ou parfois exagérer la féminité, afficher l’image stéréotypée des kathoey extravagantes et libertines. L’identité de kathoey témoigne de la flexibilité et de la plasticité du « statut » identitaire du genre, qui est modifiable et modulable. Il n’y a pas qu’une seule manière d’être kathoey. Le genre des kathoey est un état identitaire qui ne cesse de se redéfinir, se réadapter et se négocier au quotidien.

38Tout au long de cet article, j’ai montré la capacité des kathoey à s’adapter, à bricoler leur image sociale et à jouer les différents rôles. Chaque individu choisit et cerne son image identitaire de manière différente selon le moment, le lieu, le contexte, les règles d’interaction et sa propre histoire. Cette capacité de multiplier les différentes facettes du soi devrait être considérée comme une stratégie avantageuse que seul le genre kathoey possède et qui permet aux kathoey de se définir, de se construire et de se faire leur propre place dans leurs milieux sociaux.

39Malgré la marginalité de leur genre, les préjugés et les idées négatives marginalisantes, ces vies de kathoey ordinaires nous montrent que les kathoey sont aussi banales que d’autres membres de la société. Elles font des efforts pour s’intégrer au sein de leurs milieux sociaux et se conformer à la norme, à la règle et à l’idéologie sociale, tout comme les hommes ou les femmes. Elles tendent à accomplir les devoirs et les tâches qu’un individu quelconque devrait faire dans sa vie : s’intégrer socialement, être indépendant financièrement, avoir un travail stable, fonder une famille, être un bon enfant, s’occuper de ses parents lorsque ceux-ci deviennent vieux, contribuer à la société ou à la collectivité. Les réussites et les privilèges acquis au fil du temps par leur expérience et leurs compétences sont les preuves de leur intégration et jouent un rôle, comme un signe distinctif ou un marqueur social qui pourrait compenser leur identité de genre marginal et leur permettre de sauver la face et l’honneur. Plusieurs enquêtées insistent sur le fait qu’être une personne bonne, quel que soit le sexe ou le genre, est un moyen de s’intégrer socialement. Si un homme ou une femme est mauvais, il ou elle ne sera pas non plus accepté : « on est kathoey, on n’est pas différents des autres » (Pum). Les kathoey font tout leur possible pour se faire entendre et reconnaître en tant que personne comme une autre, non en tant que kathoey.

Haut de page

Bibliographie

BRUMMELHUIS, H.T., 1999, « Transformations of transgender : The case of Thai kathoey », Journal of Gay and Lesbian social service, 9, 2-3 : 121-139.

COLEMAN Eli, Philip COLGAN & Louis GOOREN, 1992, « Male cross-gender behavior in Myanmar (Burma) : A description of the Acault », Archive of Sexual Behavior, 21, 3 : 313-321.

COOK, Nerida & Peter JACKSON, 1999, « Desiring constructions : Transformation sex/gender orders in Thailand twentieth-century Thailand », in Gender and Sexualities in Modern Thailand, Andrea Whittaker, Peter Jackson & Nerida Cook (éds), Chiang Mai : Silkworm books, p. 1-27.

COSTA, LeeRay & Andrew MATZNER, 2007, Males Bodies, Women’s Souls : Personal Narratives of Thailand’s Transgendered Youth, Binghamton : The Haworth press.

ESTERIK , Penny (van), 2000, Materializing Thailand, Oxford : Berg.

GOFFMAN, Erving, 1974, Les Rites d’interaction, Paris : les éditions de Minuit.

JACKSON, Peter, 1997a, « Kathoey -gay-man : The historical emergence of gay male identity in Thailand », in Sites of desires, economies of pleasures sexualities in Asia and the Pacific, Lenoire Manderson & Margaret Jolly (éds), Chicago : The university of Chicago Press, p. 166-190.

JACKSON, Peter, 1997b, « Thai research on male homosexuality and transgenderism and the cultural limits of Foucaultian analyse », Journal of the History of Sexuality, 1, 1 : 52-83.

JACKSON, Peter, 1999, « Tolerant but unaccepting : The myth of a Thai “gay paradise” », in Gender and Sexualities in modern Thailand, Andrea Whittaker, Peter Jackson & Nerida Cook (éds), Chiang Mai : Silkworm books, p. 226-242.

JACKSON, Peter, 2000, « An explosion of Thai identities : Global queering and reimagining queer theory », Culture, health and sexuality, 2, 4 : 405-424.

JACKSON, Peter, 2003, « Performative gender, perverse desires : a Bio-history of Thailand’s same sex and transgender cultures », Intersections : Gender, History and Culture in the Asian Context, 9, août.

JACKSON, Peter, 2004, « Thai genders and the limits of Western gender theory », Intersections : Gender, History and Culture in the Asian Context, 10, août.

JOHNSON, M., 1998, « Global desiring and translocal loves : Transgendering and same-sex sexualities in the Southern Philippines » American ethnologist, 25, 4 : 695-711.

MATZNER, Andrew, 2001, « The complexities of acceptance : Thai students attitudes towards kathoey”, Crossroads, 15, 2 : 71-93.

MATZNER, Andrew, 2002, « On the question of origins : Kathoey and Thai culture”, http://web.hku.hk/sjwinter/Transgender ASIA/ paper_on_the_question_of_origins.htm.

NANDA, Serena, 2000, Gender Diversity : Crosscultural Variations, Long Grove, Waveland Press, 127.

PRAMOJ NA AYUTTHAYA, P., 2003, « Contesting identities of kathoei in cabaret show », mémoire de master Science de développement, Chiang Mai, Chiang Mai University.

PRAMOJ NA AYUTTHAYA, P., 2006, Kathoey dans la lutte devant la scène, Bangkok : Matichon.

SINNOTT, Megan J., 1999, « Masculinity and Tom identity in Thailand », in Lady boys, Tom boys, Rent boys : male and female homosexualities in Contemporary Thailand, Peter Jackson & Gerard Sullivan (éds), New York : Harrington Park Press, p. 97-119.

SINNOTT, Megan J., 2000, « The semiotics of Transgendered Sexual Identity in the Thai print Media : Imagery and Discourse of the Sexual Other », Culture, Health and Sexuality, 2, 4 : 425-440.

SINNOTT, Megan J., 2002, « Gay vs kathoey : Homosexual identity in Thailand », IIAS newsletter, 29, novembre : 7-8.

THONGKRAJAI Cheera, 2006, « Kathoey, femme de second type : l’identité au quotidienne, le processus de négociation identitaire des personnes transgenres MTF en Thaïlande », mémoire de master 1 en anthropologie, Aix-en-Provence, université de Provence.

THONGKRAJAI Cheera, 2007, « Kathoey, une identité à plusieurs faces : Une approche anthropologique du processus d’adaptation et de négociation identitaire des personnes transgenres MTF en Thaïlande », mémoire de master 2 en anthropologie, Aix-en-Provence, université de Provence.

TOTMAN, Richard, 2003, The Third Sex : Kathoey – Thailand’s Ladyboys, Londres : Souvenir Press.

WINTER, Sam, 2002, « Why are there so many kathoey in Thailand ? », http://web. hku.hk/~sjwinter/TransgenderASIA/paper_why_are_there_so_many_kathoey.htm.

WONG, Y.W. [2005], “The making of local Queen in an international transsexual beauty contest”, http://bangkok 2005.anu.edu.au/papers/Won.pdf.

Haut de page

Notes

1 J’ai décidé employer le mot kathoey au féminin pour, d’une part, respecter les informatrices kathoey qui sont, pour la plupart, très féminines et qui vivent quotidiennement sous une apparence féminine. Et d’autre part pour reprendre le sens de « femme du second type ». L’usage d’« elle(s) » me semble plus approprié.

2 L’enquête de terrain, effectuée de septembre à décembre 2007, s’est concentrée principalement sur la région Nord-Est du pays, où j’ai pu interroger douze personnes et dans la province de Chumphon au sud de la Thaïlande (trois enquêtées). Les 15 personnes interrogées, âgées de 16 à 43 ans, proviennent de milieux socioprofessionnels divers : banquière, ingénieur, profession libérale, professeur, fonctionnaire, styliste, coiffeuse, agricultrice, vendeuse, étudiantes et chômeuses.

3 La transgenrité est un phénomène social qui se trouve dans diverses sociétés, par exemple les berdache ou two-spirits chez les Indiens d’Amérique, les hijras en Inde. On rencontre aussi les acault en Birmanie qui sont respectés grâce à leur rôle de chaman. Un transgenre mâle acault adopte le genre féminin pour toute sa vie, après être marié à Manguedon, un nat (esprit) femelle de la richesse et de la réussite. Il/elle est le/la seul(e) intermédiaire pour pouvoir entrer en contact avec Manguedon. Ainsi les acault occupent une place importante dans le monde du business birman. Plus souvent, ce sont des hommes d’affaires qui invitent les acault chez eux et leur offrent de l’argent et d’autres dons au nom de Manguedon pour assurer leur richesse et leur réussite (Coleman, Colgan & Gooren 1992). Aux Philippines, le rôle de guérisseur était associé aux attributs féminins, et exercé par les femmes et les travestis mâles, nommé babyalan dans les sociétés indigènes pré-euro-américaines. Les babyalan endossaient le rôle de femme jusqu’à se vêtir comme elle afin d’exercer ce rôle. Dans certaines sociétés les figures travesties ou transgenres étaient la métaphore de l’unité cosmique, liées à des personnages sacrés. Ils/elles assuraient les rôles de chanteur et de danseur pendant les cérémonies et les rites de passage. Historiquement, contrairement à l’Occident où les personnes transgenres étaient réprimées et marginalisées, ils/elles occupaient une place symbolique et centrale dans la société : ils/elles étaient le médiateur entre le monde de l’au-delà et le monde des êtres humains (Johnson 1998). Dans les Philippines d’aujourd’hui, malgré de longues périodes d’acculturation à cause de la colonisation, cette diversité de genre n’est pas totalement effacée, mais incorporée et réinterprétée dans la construction de bakla ou gay. Ces termes catégoriels confondent plusieurs caractéristiques ; l’efféminé, le travestisme, la relation homosexuelle, l’inversion psychique, et ne concernent que des MTF. Un bakla ou un gay est vu comme un mâle avec l’âme féminine (Nanda 2000).

4 Dans la langue thaïe, le mot kathoey est le seul mot ancien qui qualifie les personnes présentant une ambigüité de sexe ou de genre. Il est possible que le mot dérive d’un vieux verbe khmer qui voulait dire « être différent » ou « être autre » (Totman 2003 : 55).

5 Le Code des Trois Sceaux reprend l’essentiel du système juridique traditionnel qui était utilisé durant l’époque de l’Ayutthaya jusqu’à l’époque de Rattanakosin (du xviiie jusqu’à la fin du xixe siècle). Il a été aboli lorsqu’il y eut la Réforme du roi Rama V (1868-1910).

6 Étant donné la complexité du terme kathoey dans le langage populaire et la différence d’expression identitaire de mes enquêtées, il a fallu délimiter la définition pour mieux cerner l’objet d’étude et orienter ma recherche. Dans cette étude, le terme kathoey désigne les personnes physiquement mâles qui présentent une apparence, des caractéristiques, des traits féminins ou/et remplissent des rôles féminins.

7 En 1996, une équipe de volley-ball composée principalement des kathoey nommée Satri-lek (femme de fer, the iron lady), a gagné le championnat national de volley-ball dans la catégorie homme. Cet événement a été diffusé par les médias thaïs et étrangers. En février 1998, l’histoire d’un boxeur transgenre, Nong Tum ou Parinya Charoenphol, a encore attiré l’attention des médias. Ces deux histoires ont été mises en scène, en 2000 pour le Satri-lek avec un énorme succès en Thaïlande et à l’étranger, et le film Beautiful Boxer en 2003.

8 Le public thaï admire les kathoey, si elles sont belles, élégantes et gracieuses. Les concours des Miss Queen Tiffany ou Alcazar, concours de beauté des transgenres, sont suivis par le public autant que les concours des femmes biologiques (Tongkrajai 2006).

9 Toutes les citations des discours des enquêtées proviennent des entretiens effectués lors de l’enquête.

10 La notion de riap-roi est très associée avec celle de kala-thesa. Riap-roi désigne un caractère ou un comportement sage, élégant, poli, approprié au kala-thesa, avoir de bonnes manières convenant à la situation. C’est un caractère plutôt féminin.

11 J’ai employé ici « il » pour le cas de Dan parce que cette personne vit en permanence sous l’apparence masculine. Dan ne se définit pas comme kathoey phom yao (kathoey avec les cheveux longs, féminine) mais kathoey dans le sens de l’homosexuel efféminé.

12 L’idée de « vrai » homme ou homme à 100 % se trouve couramment dans le langage thaïlandais. Les vrais hommes, ce sont les hommes masculins hétérosexuels. Cette distinction montre une autre perception selon laquelle les gays ne sont pas considérés comme de vrais hommes, malgré la masculinité qu’ils exposent, comme si l’homosexualité masculine s’accompagnait toujours d’une part de féminité mentale.

13 Pum venait au travail à l’hôpital avec son grand coffre de costumes et de maquillage. Elle s’est féminisée en prenant des hormones. Sa transformation est devenue le sujet de conversation et de rigolade de ses collègues, mais sans jamais rien de méchant.

14 Quand Pum a reçu une proposition du directeur d’un département de la faculté de médecine, pour travailler en tant que secrétaire, elle lui a demandé est-ce que si elle acceptait ce poste, elle pourrait s’habiller en femme. Le directeur lui a donné l’autorisation et depuis Pum va au travail en femme et assume pleinement son identité de kathoey. Elle s’est fait opérer quelques années après.

15 Sa voisine raconte : « c’est bien, un avantage, qu’elle soit comme ça (kathoey), c’est plus sécurisant. Par exemple si Gigi (sa sœur) est malade, Coco peut rester au resto toute seule tard le soir. On ne s’inquiétera pas. Si c’était une fille, personne n’aurait voulu laisser sa fille toute seule très tard le soir, 10h, 11h. Mais elle est comme ça, on ne se fait pas de soucis. »

16 Plusieurs enquêtées travaillent dans ce domaine ; quatre informatrices y travaillent en tant que profession principale. Pour les autres, par exemple Pum et Dan qui font des séances de maquillage à la demande, elles les considèrent comme un loisir, un moyen de faire ce qu’elles aiment vraiment.

17 « The most admired kathoey are those who appropriate and exhibit a high standard of feminine beauty and who adopt the reserved, polite manners and speech of a genteel Thai man or woman. In the other word, the most respected kathoey are those who most successfully abandon signs of masculinity in becoming feminine beauties and who exhibit “high class” behaviour and manners. »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cheera Thongkrajai, « Kathoey, un genre multiple », Moussons, 16 | 2010, 157-174.

Référence électronique

Cheera Thongkrajai, « Kathoey, un genre multiple », Moussons [En ligne], 16 | 2010, mis en ligne le 01 juillet 2012, consulté le 25 mai 2017. URL : http://moussons.revues.org/150 ; DOI : 10.4000/moussons.150

Haut de page

Auteur

Cheera Thongkrajai

Cheera Thongkrajai est doctorante en anthropologie à l’université de Provence.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page