Navigation – Plan du site

In memoriam Charles Fourniau

(1921-2010)
Van Thao Trinh
p. 5-6

Mes plus vieux souvenirs de Charles Fourniau remontent à un retour de son séjour à Hanoï comme correspondant du quotidien L’Humanité et unique journaliste étranger autorisé à séjourner avec sa famille dans la capitale vietnamienne. Avec un ami compositeur, nous nous sommes présentés, un dimanche matin exceptionnellement radieux, chez lui au neuvième étage d’un immeuble appartenant à un ensemble construit en courbe face au siège actuel du PCF. Il nous a remis, à mon ami P.T. Câu et à moi-même, des lettres rédigées par son frère replié dans le Nord du Viêt Nam à la suite du partage du pays en deux régimes ennemis. C. Fourniau, en pleine forme, au visage jovial portant des lunettes d’écailles, venait de traduire en français le fameux Kim Van Kieu de Nguyen Du et de publier aux Éditions sociales des rares témoignages et analyses portant sur l’actualité vietnamienne.

Il nous a reçus sur la terrasse de son appartement de la rue Mathurin Moreau (19e arrondissement) et nos échanges sur la vie difficile de la population de Hanoï au début de la guerre « voilée » des Américains avaient pour décor le bel immeuble vitré du parti communiste et la belle voûte d’un blanc éclatant de l’Agora fermée, bâtis par Oscar Niemeyer, magnifiques symboles de l’utopie communiste.

Sur cet épisode de sa vie et de son double engagement pour l’internationalisme prolétarien et la résistance vietnamienne face à l’impérialisme, on lira avec intérêt son livre-parcours qui aurait mérité davantage de succès éditorial Le Vietnam que j’ai vu (1960-2000) (Paris, Les Indes Savantes, 2003).

Plus tard, je découvrirai le secret du lien indéfectible qui se nouait entre l’intellectuel et le Viêt Nam, entre le journaliste engagé, le témoin révolté et l’historien marxiste et qui dévoile le fil rouge de son œuvre :

Ma propre vie a subi l’influence déterminante de ces événements (indochinois de la défaite de Langson en 1885 au début de la guerre américaine dans les années 1960 en passant par la victoire de Giap à Dien Bien Phu, TVT). La conquête du Tonkin a été le point de départ des recherches historiques qui m’occupent depuis 1963. La lutte contre « la sale guerre » fut parmi les premières armes de jeune militant qui venait d’adhérer au PCF. En 1961, au moment où s’engageait, sous des formes encore voilées, la guerre américaine, je participai à la fondation de l’Association d’Amitié Franco-Vietnamienne (AAFV), dont je suis encore, 40 ans après, le président-délégué. Cette aventure individuelle […] m’a valu d’être […] un témoin de l’évolution de ce pays. » (Fourniau 2003 : 4.)

En peu de mots, Charles Fourniau révèle la culture historique des intellectuels de sa génération, l’état de fusion entre l’éthique de conviction et celle de responsabilité qu’avaient connu des gens de l’après-guerre, et parfois les crises de conscience qui en découlent, entre la certitude de dire la vérité et les incertitudes de la dialectique. Cette vision unitaire n’est plus de mise au sein de la génération née du désenchantement et de la défaite de l’URSS, même parmi ses disciples, mais nul n’a songé un instant à mettre en doute son intégrité morale et intellectuelle.

En sa qualité d’historien du monde moderne, voire des temps présents, il savait pertinemment le moment critique du dépassement de l’expérience vécue du témoin engagé pour « faire » le métier de l’historien et de sociologue, le basculement du « vu et entendu » au « réfléchir et comprendre » de quoi l’événement est fait. En tant qu’observateur du terrain, il saisit mieux que personne le jeu, disons plus sobrement la logique de renvoi des événements historiques vietnamiens depuis l’irruption européenne : conquête et résistance, alignement et émancipation, communisme de guerre et recherche d’un modèle vietnamien de croissance socialiste. En un sens, son histoire exemplaire, même pour les spécialistes vietnamiens, de la résistance des lettrés et paysans du Cân Vuong (1885-1896) fait comprendre et redécouvir la longue guerre de libération de trente ans du xxe siècle menée par ses « amis » vietnamiens tels que l’oncle Ho, Pham Van Dong, en particulier le général Vo Nguyen Giap et une foule d’acteurs rencontrés durant quarante années de son périple.

Une telle amitié-fusion ne peut se concevoir que dans une fidélité exigeante. Même dans ses moments de solidarité militante, le compagnon de route du Parti communiste vietnamien n’a jamais perdu le sens critique, surtout quand l’avenir des peuples et des classes pauvres (ouvriers, paysans) est en jeu et Charles l’a prouvé durant notre travail commun réalisé quelques vingt ans après notre première rencontre : la fondation à Marseille de l’Institut de Recherche sur le Sud-Est Asiatique (UMR CNRS-université de Provence), la direction des travaux de recherche sur l’histoire du Viêt Nam, l’organisation des congrès internationaux et la publication des actes et documents de recherche sur l’Asie du Sud-Est.

Une anecdote en dit long sur l’homme. Lors d’une mission à Hanoï dans les années 1990 pour mettre au point un programme de coopération scientifique avec nos collègues vietnamiens sur l’exploitation des Huong Uoc (chartes communales) à des fins historiographiques, il a répliqué sèchement à un jeune responsable d’un centre de recherche qui nous interrogea d’emblée sur le prix en dollars que nous étions prêts à « mettre sur la table » : « Monsieur, il semble qu’il y ait erreur sur la personne en nous prenant pour des représentants d’une marque de fabrication de voitures japonaises ! »

À l’image d’intellectuels des Laurent Schwartz, Van Regemorter et d’autres universitaires français qui ont soutenu de manière exemplaire la lutte du peuple vietnamien tout le long de sa guerre pour l’indépendance, Charles Fourniau incarnait ce qu’il y a de plus noble dans le sentiment d’amitié et de fidélité entre les peuples.