Navigation – Plan du site
Articles

Philanthropie, évergétisme ou philotimie. Les Lamsam et les Chearavanont, familles d’entrepreneurs sino-thaïlandais

Philanthropy, Evergetism and Philotimia. On Two Thai-Chinese Business Families: the Lamsam and the Chearavanont
Jean Baffie
p. 101-122

Résumés

La philanthropie semble avoir en Asie suscité un net engouement ces dernières décennies. En Thaïlande toutefois, ces largesses financières à l’égard des œuvres du bouddhisme ou des fondations patronnées par la famille royale ne sont pas toujours l’illustration d’un total désintéressement. En effet, en contrepartie de cette générosité bien orientée, le donateur peut espérer recevoir – voire réclamer – une des multiples décorations officiellement attribuées par le souverain. Lorsque le donateur est une donatrice, certaines médailles donnent droit à des titres placés dorénavant devant le prénom qui ont pour effet de distinguer une nouvelle noblesse. Cette ferveur pour les décorations a pu entraîner dans le passé des phénomènes de corruption de la part de hauts responsables de monastères bouddhiques habilités à délivrer des certificats de donations. Au lieu de réelle philanthropie ou même d’évergétisme à la mode antique, c’est bien de course aux honneurs ou philotimie qu’il convient ici de parler.

Haut de page

Texte intégral

1L’idée qui sera avancée dans ce texte est que l’élite des entrepreneurs thaïlandais – qui se trouve être d’origine chinoise dans son immense majorité – a besoin de liens politiques pour faire fructifier ses capitaux et augmenter sa richesse mais également du bouddhisme, et surtout de la monarchie, pour transformer une partie de cette richesse en capital symbolique.

  • 1 Notons que le sens du mot grec philanthropia est sentiments d’humanité, de bonté, affabilité, cléme (...)

2La philanthropie (du grec φιλάνθρωπία, philos et anthropos, littéralement : ami de l’homme ou du genre humain1) revient à la mode dans le capitalisme depuis quelques années. Les ouvrages sont relativement nombreux – surtout en langue anglaise – depuis 2005. En français, on peut citer l’ouvrage de Virginie Seghers, maître de conférences à Science Po Paris, La Nouvelle Philanthropie (ré)invente-t-elle un capitalisme solidaire ? L’autre mot grec qu’il convient de mentionner est celui de ευεργέτης, pour bienfaiteur ou évergète, qui a donné évergétisme. Si cette générosité envers les autres et la collectivité – la pratique des bonnes œuvres, le mécénat – a pu être considérée comme une obligation chez les Grecs et les Romains les plus fortunés, une nécessité pour ceux qui briguaient les fonctions les plus élevées, chez les hommes d’affaires thaïlandais d’aujourd’hui, l’objectif est autre. Il s’agit d’abord de légitimer une fortune parfois obtenue par des biais peu recommandables. Cette reconnaissance passe par la médiation du bouddhisme et de la monarchie, les deux institutions les plus respectables et se matérialise par des décorations et des titres.

  • 2 Les sociétés Capgemini et RBC Wealth Management ont publié leur 16e Rapport Mondial en 2012, mais d (...)

3Sans doute au moment où les écarts de fortune s’accroissent considérablement et où les États ne remplissent pas réellement une fonction – parfois pourtant revendiquée – de redistribution, le besoin de redistribuer une partie de ces richesses finit par se faire de manière volontaire, informelle. Dans certains pays, c’est même parce que l’État ne remplit pas (n’a jamais rempli ni même songé à remplir) cette fonction que l’initiative est laissée aux particuliers. Peut-être parce que publier régulièrement les listes des gens les plus riches du monde pouvait avoir des conséquences déplaisantes, une partie de la presse mit aussi l’accent sur la générosité des milliardaires. Ainsi, dans Le Figaro du 28 juin 2007, faisant état de la 11e édition du World Wealth Report2, Danièle Guinot titre « Millionnaires oui, mais philanthropes » et nous explique que les Bill Gates, Warren Buffet et autres Li Ka-Shing sont de dignes successeurs des Carnegie et Rockefeller (Guinot 2007 : 20).

  • 3 En revanche, je ne connais aucune utilisation systématique des termes évergète et évergétisme dans (...)
  • 4 Le numéro d’août 2012 propose ainsi le portrait du milliardaire taiwanais Shi Wen-Long (p. 78-80).

4Car, en Asie, on parle également de plus en plus de philanthropie3. Ainsi, à partir de 2007, le magazine de langue anglaise Forbes Asia a classé tous les ans les plus grands philanthropes de la région Asie-Pacifique : 40 en 2007, 48 en 2011. Le périodique a également créé une rubrique intitulée « Heroes of Philanthropy4 ». Depuis 2008, des sites Internet existent également comme http://southasianphlanthropy.org ou http://www.asianphilanthropyforum.org. Des conférences ont eu lieu dans cette aire géographique, surtout en Inde et en Australie. Dans le dictionnaire biographique des Chinois d’Asie du Sud-Est, publié en 2012 à Singapour sous la direction de Leo Suryadinata, une rubrique « philanthrope » a été incluse dans les index. Elle compte 56 personnes, essentiellement des hommes d’affaires : 19 de Singapour, 13 des Philippines, 8 de Malaisie, 7 de Thaïlande, 4 de Brunei, 3 de Birmanie et 2 du Viêt Nam, mais aucun d’Indonésie, du Cambodge ni du Laos (Suryadinata 2012 : 2, 122-123).

  • 5 Les raisons sont diverses selon les pays. Les monarques anciens puis les autorités coloniales ont p (...)

5En Asie du Sud-Est – et en Thaïlande en particulier – où l’entrepreneur, à partir d’un certain niveau, est presque toujours un Chinois5, la philanthropie, ou l’altruisme, n’est pas a priori naturelle. Une maxime chinoise, citée par Paul Sih dans son autobiographie, dit précisément : « tu honoreras tes ancêtres et tu enrichiras tes descendants » (Sih 1959 : 19). Les entreprises sont encore pour beaucoup des affaires de famille et la solidarité s’exerce dans un cadre familial plus ou moins élargi. Elle s’étend parfois à tous ceux qui portent le même nom de famille (ou de clan), sont originaires du même village ou district dans le sud-est de la Chine. Les premières générations d’immigrants sont surtout préoccupées de réaliser une accumulation de richesses dans les plus brefs délais. Je me souviens, dans les années 1980, des hommes d’affaires français venus en Thaïlande pour trouver des partenaires pour assurer la production ou la distribution locale d’un produit. Il était inutile de proposer une affaire qui demanderait plus de trois années avant de rapporter de l’argent. Théorie des dominos aidant, beaucoup croyaient alors que le pays allait fatalement tomber dans le camp communiste et qu’il importait donc de gagner rapidement le plus d’argent possible avant de se déplacer sous d’autres cieux.

6Il n’existe pas réellement d’équivalent thaï pour philanthropie. À ce mot, les dictionnaires anglais-thaï, par exemple, donnent des périphrases : kanrak phuean manut, kanchop chuailuea phuean manut, kanmi metta tham (การรักเพื่อนนุษย์, การชอบช่วยเหลือเพื่อนนุษย์, การมีเมตตาธรรม) (Y.A. 2537, 276). Les deux premières expressions sont une traduction et une explication du terme grec (et anglais, français) : « l’amour de l’humanité » ou « l’amour de ses semblables », « le fait d’aimer aider l’humanité », tandis que le troisième tente un équivalent bouddhique : metta (เมตตา) est un mot d’origine palie qui a le sens de bonté, volonté d’obtenir le bonheur pour les autres, et tham (ธรรม) est le mot (pali-sanskrit) Dharma qui désigne l’enseignement du bouddha, mais a également le sens de vertu, de bonté et de justice. Notons que les images et les blogs Internet semblent surtout renvoyer à l’amour de sa famille et de ses proches, tandis que dans la seconde acception, on renvoie au mot bun (บุญ), terme très courant généralement traduit dans le contexte bouddhique par « mérite », voire au terme de kuson (กุศล, « action méritoire », « action charitable »).

7Il ne manque pas d’articles et d’ouvrages qui nous expliquent que le secret de la réussite des entrepreneurs chinois d’Asie du Sud-Est réside dans une philosophie qui doit beaucoup au confucianisme, aux croyances chinoises anciennes, voire au bouddhisme mahayana, plus social que le bouddhisme theravada, pratiqué par la majorité des populations de l’Asie du Sud-Est continentale. Pour quelques auteurs, plus iconoclastes, le secret « culturel » de la réussite des Chinois d’Asie du Sud-Est consisterait en le « thick face and black heart », c’est-à-dire pour simplifier et adoucir un peu : ne rien laisser paraître de ses sentiments (thick face ou visage impassible) et ne pas hésiter à imposer sa volonté aux autres par tous les moyens disponibles (black heart). L’ouvrage à l’origine de cette théorie explique que le monde est considéré comme mauvais et que seuls les gens les plus mauvais parviennent aux plus hautes positions. Ce livre Thick Face, Black Heart écrit par Ching-Ning Chu (Zhū Jīnníng 朱津寧, 1947-2009), une consultante en affaires née en Chine et élevée à Taiwan puis émigrée aux États-Unis, a été publié sous de nombreux formats et en diverses langues.

8De fait, pour le Chinois d’Asie du Sud-Est, la limite entre légal et illégal est parfois assez floue. Il est vrai que de nombreux secteurs qui sont à l’origine de la richesse – on pourrait parler d’accumulation primitive – sont devenus (assez tardivement et sous l’influence d’institutions internationales) illégaux et même gravement réprimés par la loi. C’est parfois le cas des jeux, mais surtout de la vente de l’opium et de la prostitution, qui ne sont devenues illégales en Thaïlande qu’en 1960. D’autres secteurs prospères n’ont pas très bonne presse comme celui des alcools. Il y a quelques années, des bouddhistes intégristes ont même réussi à décourager un magnat de la brasserie (le producteur de la bière Chang) de mettre son entreprise en bourse à Bangkok. Cela était considéré comme une faute morale, les bouddhistes étant incités à modérer ou même à supprimer leur consommation d’alcool. Cet homme d’affaires sino-thaïlandais l’a fait finalement à Singapour.

  • 6 Notons qu’à l’époque où le pouvoir des généraux était très largement dominant, c’était le contraire (...)

9La corruption est un mal endémique en Asie du Sud-Est. Dans le secteur économique, le Chinois estime que si des pots-de-vin lui permettent de gagner des marchés publics (et même si les services qu’il fournit sont de plus mauvaise qualité), ils ne devraient pas être interdits. Pour accélérer le processus, « huiler les mécanismes », la corruption était un facteur accepté ; une des revendications récurrentes des entrepreneurs était que la justice ne puisse considérer comme corrompu que celui (en général des fonctionnaires aux salaires peu élevés) qui acceptait le bakchich, certainement pas le patron dont le seul souci était d’emporter un marché ou améliorer le fonctionnement de son entreprise6.

10En fait, lorsque les leaders des grands groupes chinois laissent tomber la langue de bois, ils nous font comprendre que tout cela ne suffit pas et que le vrai secret réside dans les liens politiques que les chefs d’entreprise réussissent à tisser. Ce qui, bien entendu, serait souvent compris dans certains pays comme des pratiques de corruption, de délits d’initiés, etc.

11Dans le cas de la Thaïlande pourtant, pour des raisons historiques très précises, les chefs d’entreprise et leurs familles sont tenus de présenter un visage plus humanitaire et de se montrer généreux dans le caritatif, le philanthropique et les activités sociales plus généralement. Jusqu’en 1932 – date du coup d’État mettant fin à la monarchie absolue – les rois attribuaient à leur guise des titres de noblesse principalement aux fonctionnaires de rang élevé mais également à des entrepreneurs qui leur avaient rendu des services. Dans les années 1920, certains avaient donc des grades de phraya qui correspondaient à ceux de marquis. Après 1932, les souverains – c’est sans doute surtout le cas du souverain actuel sur le trône depuis juin 1946 – continuèrent à donner des titres aux femmes et purent assez librement donner des décorations. Tous les ans, le 5 mai, pour l’anniversaire du couronnement, quelques femmes (15 en 2011), surtout des épouses de généraux et de ministres proches du palais mais également des épouses d’entrepreneurs, reçoivent ainsi le 4e échelon de la décoration de l’ordre de Chula Chom Klao avec le titre de Khunying qui devra désormais précéder leur prénom. Quelques Thaïlandaises ont reçu directement ce titre parce qu’elles travaillaient pour des fondations de la famille royale ou qu’elles avaient réellement passé des années à travailler à améliorer la situation des habitants des bidonvilles ou des prostituées, mais dans le cas des épouses d’entrepreneurs sino-thaïs, les raisons sont presque toujours les contributions financières à des œuvres caritatives, notamment celles patronnées par la famille royale.

Udane Tejapaibul (1913-2007), l’archétype du philanthrope sino-thaïlandais

12La figure la plus connue de la philanthropie en Thaïlande fut celle de M. Udane Tejapaibul (อุเทน เตชะไพบูลย์, 鄭午樓/郑午楼) ou Tae Ngow Lao selon la prononciation teochiu de son nom chinois (Zheng Wulou en mandarin). La réussite d’Udane après la Seconde Guerre mondiale était pour une large part due à son association avec le maréchal Phin Choonhavan, auteur de deux coups d’État (1947, 1951). Phin utilisa Udane pour contrôler une partie de l’économie mais également pour le rôle central qu’il occupait déjà dans la communauté chinoise, les Teochiu étant à Bangkok les plus nombreux et les plus puissants (Seagrave 1995 : 164). La famille Tejapaibul fut longtemps associée à la Bangkok Metropolitan Bank, aux distilleries de whisky thaï Suramaharaj puis à la société Wang Phetchabun qui fut à l’origine du plus grand centre commercial de Bangkok. La distillerie fut vendue, la banque, mortellement touchée par la crise financière de 1997, disparut définitivement en 2002 et le projet Wang Phetchabun fut repris par une famille chinoise hainanaise.

  • 7 En décembre 2003, l’ouvrage en était déjà à sa dixième réimpression, dont sept pour la première ann (...)
  • 8 Bernard Formoso prépare une étude sur cet entrepreneur et la fondation Po Tek Tueng.

13Mais Udane Tejapaibun était surtout connu pour son action à la tête de la fondation Po Tek Tueng et de ses activités philanthropiques. Le sinogramme 善 (prononcé siang en teochiu et shàn en mandarin), véritable logo de la fondation, doit être traduit par « faire la charité » (Tanprasoet 2543 : 3). En mai 1981, Udane Tejapaibul avait déclaré à la télévision thaïlandaise que sa banque donnait annuellement 60 millions de bahts (17 millions de francs de l’époque) et que lui-même en donnait autant personnellement (Baffie & Simon 1990 : 157). Dans un ouvrage à succès de 2001 sur la pensée des hommes d’affaires chinois (khwamkhit chaosua) le chapitre consacré à Udane s’intitulait « yettoede (yesterday)7 ». Udane est décédé en novembre 2007 à l’âge de 93 ans8. Il avait été décoré par le roi à douze reprises, ce qui constitue peut-être un record (Tanprasoet 2545 : 188).

14Dans son ouvrage de 1958 sur les leaders de la communauté chinoise en Thaïlande, G. W. Skinner note qu’entre 1952 et 1956, quelque 26 leaders chinois ont été décorés par le roi Bhumibol. Il estime que l’attribution de décorations aux Chinois les plus fortunés ainsi que les audiences royales remplissent une fonction équivalente à celle des titres de noblesse auparavant, ces honneurs apportant un énorme prestige et étant continuellement convoités. Selon Skinner, elles « amènent ces leaders vers le système de valeurs de l’élite thaïe » (Skinner 1958 : 319).

15Je préfère développer ici le cas de deux entrepreneurs (et de deux familles) parmi les plus puissants et les plus médiatisés du moment. Dans son numéro d’août 2000, le magazine économique Phutchatkan commençait sa liste de notices des « 50 entrepreneurs leaders du changement » par Banthoon Lamsam et Dhanin Chearavanont (p. 80-83), les leaders des deux familles d’entrepreneurs chinois de Thaïlande dont il sera question ici. Mais ces deux familles sont très différentes.

Le groupe Charoen Phokphand (เครือเจริญโภคภัณฑ์, CP) de la famille Chearavanont (เจียรวนนท์,[] [xiè])

16M. Dhanin Chearavanont ou Chia Kok Min (Xiè Guómín 謝國民, 谢国民), xiè ayant le sens de remercier) est une figure relativement nouvelle de l’establishment économique thaïlandais. Il y a une trentaine d’années, seuls les spécialistes connaissaient son nom et celui de son groupe. Pourtant, en 1987, le mensuel financier Dokbia (intérêt) en faisait « l’entrepreneur de l’année » et en 1989, c’est l’hebdomadaire économique Senthang Thurakit (la direction des affaires) qui le nommait « industriel de l’année », puis en 1990 le magazine politique Lak Thai en faisait « l’homme d’affaires de l’année ». En 1988, l’université Thammasat le fit docteur honoris causa en commerce. Deux ans plus tard, c’est l’université Ramkhamhaeng qui lui attribuait un doctora honoris causa en économie, puis les universités de Chiang Mai en 1991, de Kasetsat en 1992.

17La famille de Dhanin est originaire du district teochiu de Choeng Hai de la province de Kwangtung au sud-est de la Chine. Chia Ek Cho avait un lopin de terre dans le village de Hua Sua où il faisait le commerce des graines pour légumes. Quand il apprit qu’au Siam de nombreux Chinois avaient des jardins potagers, il partit pour ce pays avec ses graines. Il fit des dizaines de voyages avant, selon la version officielle, de s’y installer définitivement en 1921. Il ouvrit son commerce de semences de légumes, d’engrais et de pesticides sous le nom de Chia Tai Chueng, au cœur du quartier chinois sur la rue Songsawat. Parallèlement, la société exportait des poulets et des porcs vers Hong Kong. En fait, une autre version plus précise explique que le siège de la société fut à Shantou, en Chine, jusqu’en 1949 avec des succursales à Hong Kong, Taipei, Kuala Lumpur, Singapour et donc à Bangkok, et que c’est cette dernière qui devint le siège lorsque la Chine devint communiste, sans doute parce que ce choix était naturel pour des Teochiu, majoritaires en Thaïlande (Janssen 1994 : 10). En 1953, la société se lança dans le commerce de la nourriture pour animaux puis progressivement dans l’élevage (anonyme 2534 : 18). En 1991, selon un système inauguré 17 ans plus tôt, Charoen Phokphand (CP) fournissait des poussins, de l’alimentation animale et de l’équipement à plus de 10 000 paysans thaïs et 43 jours plus tard leur rachetait les poulets.

18Dhanin lui-même est né le 19 avril 1939 dans le quartier chinois de Bangkok. Il alla d’abord à l’école primaire dans la province de Ratchaburi, située au sud-ouest de Bangkok, continua ses études à Swatow (Shantou), en Chine, puis à Hong Kong. Ce qui explique vraisemblablement qu’il fut longtemps plus à l’aise en chinois qu’en thaï. Il semble être revenu en Thaïlande en 1961 pour travailler dans l’entreprise familiale. Il épousa Thewi Watthanalikhit dont il a eu cinq enfants. Il prit la direction de la société CP dès 1964. En 1978, elle fut la première société étrangère à investir en Chine après l’ouverture voulue par Deng Xiaoping. Dès septembre 1992, le magazine américain Fortune évaluait la fortune de Dhanin et de la famille Chearavanont à un milliard de dollars (Fortune, 7 septembre 1992 : 106). En 1993 CP était devenu le 3e producteur de nourriture pour animaux au monde.

19Dans un entretien publié en 1991, Dhanin expliquait que les grandes entreprises ne pouvaient plus être seulement familiales, mais devaient faire appel à des professionnels. Les enfants et petits-enfants ne devaient avoir des postes que s’ils avaient fait preuve de leurs capacités. S’inspirant de la philosophie des entreprises japonaises, il précisait qu’il fallait s’occuper au mieux du personnel pour gagner sa fidélité (anonyme 2534 : 18).

  • 9 On ne peut bien entendu exclure que Dhanin se soit montré particulièrement généreux envers cette pu (...)

20En 1996, Dhanin semblait au sommet de sa puissance. L’hebdomadaire Lak Thai du 27 mai de cette année-là lui consacra sa couverture et un dossier de seize pages, unique sans doute dans l’histoire de cette publication9. L’occasion était la remise récente de deux décorations à Dhanin, Grande croix de chevalier de l’ordre de Direkgunabhom (Direkkhunnaphon) et Commandeur de seconde classe de l’ordre de Chula Chomklao. Le titre du dossier était éloquent : « décoration : la récompense de la vertu (ou moralité : khunnatham) », le mot thaï คุณธรรม étant une combinaison de khun (qualité, ou déjà vertu) et dharma qui veut dire également droiture mais surtout « enseignement du bouddha ». L’article précisait que la première de ces décorations était la décoration suprême pour les civils qui avaient réalisé des choses utiles pour le pays, la religion et la population selon l’opinion du roi. Dhanin avait obtenu une première décoration dès 1986, celle de l’Ordre de la Couronne de Thaïlande (5e classe), puis en 1989, la 3e classe du même ordre, en 1991 Ordre de l’Éléphant Blanc (3e classe), puis grand commandeur (seconde classe, grade supérieur) de l’Ordre de Chula Chomklao en 1992, en même temps que Commandeur (2e classe) de la Couronne de Thaïlande). Dhanin était déjà probablement un des entrepreneurs les plus décorés de Thaïlande.

  • 10 Le bodhisattva est un futur bouddha, un sage qui a accumulé suffisamment de mérites pour atteindre (...)

21Le mot thaï ทศพิธราชธรรม (thotsaphittharatchatham) ou « dix vertus du leader », habituellement réservées aux rois, est cité dans un article sur Dhanin. Il s’agit de la générosité, de la moralité, de l’esprit de sacrifice, de l’intégrité, de la modestie, du self-control, de la non-agressivité, de la non-violence, de la persévérance et du maintien du cap fixé. La plupart de ces qualités – supposées être celles du monarque bouddhiste – sont reprises dans des termes plus courants à propos de Dhanin. Certains passages du texte de la revue Lak Thai semblent même suggérer pour Dhanin le statut d’un bodhisattva10 du bouddhisme mahayana, le bouddhisme chinois (différent du bouddhisme theravada de Thaïlande). « Le groupe Charoen Phokphand s’est lancé sur la grande route de la communauté des nations avec la personnalité de ceux qui ont des vertus (khunnatham) toujours prêts à œuvrer à l’amélioration de la société » (anonyme 2539 : 41). Le slogan de CP est d’ailleurs assez significatif : « Khruea charoen phokkhaphan sangsan sangkhom thai/Charoen Phokphand Group Dedicated to Thai Society » (Si-phi parithat/CP review décembre 1991 : 1). Pour terminer un entretien qu’il donna en mars 1993 au magazine régional Asia Magazine, Dhanin déclara :

Je suis heureux que toutes les entreprises de CP soient bénéfiques à la société et au pays. Des gens peuvent mal comprendre nos motifs, mais ce n’est que temporaire. Nous faisons ce que nous faisons pour le bénéfice de la Thaïlande et des Thaïlandais. (Allison 1993 : 13.)

22Un encart donné dans la revue Lak Thai détaillait les positions et activités « sociales », c’est-à-dire non liées aux affaires de Dhanin. Il fut conseiller de divers ministères ainsi que de certains premiers ministres, membre de l’assemblée constituante de 1991, sénateur en 1992 et en 1993, vice-président de deux associations sino-thaïlandaises, conseiller de divers organismes des universités Thammasat, Chulalongkorn, Ramkhamhaeng de Bangkok et de celle de Chiang Mai, conseiller du Comité pour le don de sang de la Croix Rouge thaïlandaise, conseiller de la Commission pour la sécurité sociale de l’armée de terre, membre du Conseil national de la recherche, et même conseiller de l’association des haltérophiles amateurs de Thaïlande (anonyme 2539 : 41).

23Dhanin donna un entretien au même Lak Thai dans lequel il parlait de sa philosophie. Il expliquait :

Il faut avoir un idéal ; le mien est d’œuvrer pour la majorité. Celui qui n’a pas d’idéal n’a pas le cœur assez grand. […] Celui qui ne pense qu’à lui-même ne mérite pas d’être un dirigeant. Une entreprise qui n’est pas utile à la société n’est pas constructive. Je ne cherche pas à détruire mes concurrents, seulement à être plus progressistes qu’eux. (Chearavanont 2539 : 44.)

24Nous apprenons vers la fin du dossier déjà cité ce qui a vraisemblablement valu à Dhanin ses décorations (et les précédentes). En effet, le groupe CP avait financé le reboisement de 100 000 rai de forêt (16 000 ha) pour un projet royal et 10 000 autres rai (1 600 ha) pour des fondations liées à la famille royale. CP était également très actif dans le domaine de l’éducation. Au mois de juin 1996, il avait fondé six écoles dans des provinces arides, il participait à un projet royal dans les provinces de Buriram et de Phichit pour développer sept métiers, il distribuait des bourses pour que des jeunes puissent atteindre le niveau de la licence, il organisait des compétitions scolaires dans des disciplines comme les mathématiques et les sciences en général. Ainsi en janvier 1997, Dhanin donnait près de 5 millions de bahts (250 000 francs de l’époque) au ministère de l’Éducation pour envoyer des jeunes gens aux « Olympiques de la Science ». CP avait parfois des actions sociales plus spécifiques. En octobre 1996, on apprenait que la fondation pour le Développement rural de CP proposait aux femmes de la province septentrionale de Phayao d’élever des poissons pour la demande locale (quotidien Thai Rath 23 octobre 1996 : 7). En décembre 1996, un article d’un autre quotidien thaï révélait que la même fondation proposait des emplois très divers (employées d’usine, d’hôtel, d’hôpital, de restaurant) aux jeunes filles de la même province, sans doute pour éviter qu’elles ne tombent aux mains de réseaux de prostitution, particulièrement actifs dans le Nord (Sayam Post 14 décembre 1996 : 7).

25La notice publiée sur Dhanin et la famille Chearavanont dans le numéro du magazine Forbes-Asia de 2011 consacré aux philanthropes asiatiques est éloquente :

Over the last 15 years [Dhanin] has contributed more than $500,000 a year to various education, child welfare and Buddhist causes. Family’s Buddharaksa Foundation assists orphans and other underprivileged children and is run by daughters Varnnee and Tipaporn. It’s created a program that helps schools become self-sufficient—it’s built 4 chicken farms to supply schools with eggs; the surplus is sold and profits used to fund school programs. He’s also built or restored more than a dozen Buddhist temples in Thailand.

26La philanthropie est ici affaire de famille plus que simplement du couple, car si khunying Thewi Chearavanont ne fait guère parler d’elle, Prani Chearavanont, l’épouse de Charan, le frère aîné de Dhanin, a également obtenu le titre de khunying pour ses activités caritatives. Dès février 1997, le quotidien de langue thaïe Sayam Post lui consacrait une demi-page à l’occasion de l’ouverture d’une école pour enfants défavorisés dans la province de Pathum Thani. L’article précisait que khunying Prani était active depuis plus de 20 ans pour venir en aide à la jeunesse et aux malades dans des fondations comme Saichai thai, Bamrung Khwan, Ramathibodi et Chuai kansueksa (anonyme 2540 : 9).

27Mais Dhanin aide la société par ses entreprises mêmes. Il explique ainsi que le prix de vente de ses poulets (CP est le roi de la production de volailles en Thaïlande) n’a pas augmenté au fil des ans et que grâce à cela une viande qui était autrefois réservée aux fêtes familiales est devenue extrêmement abordable (Adunyanon 2542 : 144). On explique que CP a bouleversé les habitudes alimentaires de plusieurs pays d’Asie du Sud-Est. Avec ses 6 000 supérettes 7-Eleven (en 2011), CP a aussi facilité la vie quotidienne de nombreux Thaïlandais (la moitié de ces 7-Eleven étant hors de Bangkok). Dans ces magasins, ouverts 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, on peut acheter les produits de base à des prix corrects, mais aussi payer son électricité et diverses autres factures.

28L’hebdomadaire Time du 23 février 2004 consacra un dossier aux familles qui possédaient l’Asie. Les Chearavanont furent parmi les six familles retenues. On apprenait dans l’article que Dhanin travaillait 14 heures par jour 7 jours sur 7. Son groupe avait alors 100 000 employés dans vingt pays. Dhanin avait révélé qu’il avait songé à prendre sa retraite en 1997 juste avant la crise financière, mais qu’il y avait renoncé pour sauver son empire menacé (il dut rapidement payer 400 millions de dollars à la banque HSBC).

29Depuis les années 1980, CP finance les partis politiques. Dhanin avait confirmé en 1995 qu’il finançait « tous les partis considérés comme acceptables par le public, anciens ou nouveaux ». Sumet, son frère aîné, précisa toutefois que CP ne formerait jamais son propre parti politique (Ashayagachat & Keeratipipatpong 1995 : 19). Pourtant, à la même époque, chacun savait que CP était le principal soutien du parti Khwam Wang Mai (nouvel espoir) du général Chavalit Yongchaiyudt. Dhanin lâcha Chavalit, devenu Premier ministre après que celui-ci a suggéré que les entrepreneurs chinois étaient responsables de la crise économique de juillet 1997. Chavalit choisit de démissionner. Beaucoup ont fait allusion à la possibilité de Dhanin d’entrer en politique, le comparant à Thaksin Shinawatra (quotidien Khao Sot du 7 novembre 1995 : 13). L’année suivante, l’hebdomadaire de Hong Kong Asiaweek donnait une liste des 50 Asiatiques les plus puissants du moment. Dhanin était, à la 17e place, le premier des Thaïlandais, suivi du général Chavalit à la 27e place (mais ce dernier n’était pas encore Premier ministre) et de Thaksin Shinawatra à la 44e place (quotidien Matichon du 30 juin 1996 : 2). Mais si Dhanin n’a peut-être pas envie de devenir ministre ou même Premier ministre, plusieurs de ses parents par alliance le sont ou l’ont été, et, à l’inverse, d’anciens hommes politiques ou des épouses de leaders politiques ont été embauchés par CP à des postes de direction (anonyme 1979 : 27).

La banque Thai Farmers (Kasikon Thai, ธนาคารกสิกรไทย จำกัด) de la famille Lamsam (ล่ำซำ en thaï et 伍 [Wǔ] en chinois)

30Selon un sondage publié par l’hebdomadaire de Hong Kong Far Eastern Economic Review de mars 1996, la banque Thai Farmers/Kasikon Thai de la famille Lamsam était devenue l’entreprise thaïlandaise la mieux gérée prenant la place de Charoen Phokphand (Petsiri 1996 : 17). Les deux groupes sont leaders dans leurs secteurs d’activité et font partie des entreprises de Thaïlande à être sorties sans trop de dommage, voire renforcées, de la crise économique de 1997, qui eut, en revanche, des conséquences dramatiques pour la famille Tejapaibul.

  • 11 Une autre hypothèse voulant que Lamsam soit l’expression anglaise lump sum signifiant « d’une trait (...)

31Les Lamsam ont pour nom chinois Wǔ (伍, Ngow en hakka, Ueng en teochiu, longtemps la lingua franca des Chinois de Thaïlande) qui signifie « cinq ». Le nom de Lamsam était au départ celui d’un de leurs magasins : หล่ำ (lam prononcé avec un ton descendant a en hakka le sens de bleu 11). Le fondateur était un Hakka, connu au Siam sous le nom d’Ueng Miao Ngian (Wu Miao Yuan en mandarin) qui immigra au Siam sous le règne du roi Mongkut (1851-1868). La famille, originaire du Honan, s’était d’abord installée au Fujian puis dans le Kwangtung (région de Canton). Il se lança dans le commerce du bois et ouvrit une scierie qui fut connue sous le nom d’Ueng Lam Sam. Il se fit enregistrer comme protégé français sous le règne suivant et devint assez riche pour acheter en 1890 un terrain sur la rue Silom pour servir de cimetière aux Hakkas de Bangkok. En 1905, il fut parmi les riches Chinois qui ouvrirent l’hôpital Thianfa situé à l’entrée du quartier chinois.

32Le deuxième fils d’Ueng Miao Ngian, Ueng Yuk Long (Ngow Tchô Nam en hakka) se lança dans les moulins à riz et les assurances. En 1908, il fonda le Club des Chinois hakka de Bangkok (Samoson Chin Khae Krungthep/สโมสรจีนแคะกรุงเทพ). Il devint surtout connu lorsqu’il ouvrit le restaurant Hoi Thian Lao/ห้อยเทียนเหลา, longtemps le meilleur de la ville, situé également dans le quartier chinois. La troisième génération, les fils de Ueang Yuk Long Lamsam, fut représentée par Chot (Ngow Cô Lim) et Tchulin (Ngow Tchu Lim) Lamsam. Ils créèrent la société Loxley qui fait du négoce et qui est aujourd’hui dirigée par Khunying Chatchani Chatikavanich, née Lamsam. Avec son frère Kasem, Chot Lamsam créa surtout en 1945 la banque Kasikon Thai (ธนาคารกสิกรไทย/Thai Farmers). La génération actuelle a à sa tête Banyong et Banthoon Lamsam.

33Avant 1950, ce groupe était sans doute le plus puissant du pays (Akira 1992 : 45). La banque Thai Farmers ouvrit sa première succursale à l’étranger en 1977, et ce fut à Londres plutôt qu’en Asie. Elle est souvent citée comme exemple d’entreprise d’esprit moderne (à la différence des entreprises familiales, qui sont encore légion). En même temps, ayant tissé des liens privilégiés avec la famille royale de Thaïlande, la famille Lamsam est considérée comme « aristocratique » (Mackie 1992 : 177). Bancha Lamsam (1924-1992), longtemps leader de la famille, avait en effet épousé M.R. Sam-angwan Thewakul (ม.ร.ว.สำอางวรรณ เทวกุล), fille d’un prince. Son beau-frère M.R. Pridiyathorn Thewakul, devint un membre influent de la direction de la banque. Les liens étaient aussi particulièrement étroits avec l’ancien Premier ministre M.R. Kukrit Pramoj, également fils de prince, mais aussi banquier et homme d’affaires, notamment au sein de la société Pepsi Cola Thaïlande et d’une société produisant une huile végétale très populaire, Kuk กุ๊ก.

  • 12 Le Chinois (Baba) prend comme associé (dormant) un Malais (Ali), ce qui lui permet d’améliorer les (...)

34Comme d’autres grandes familles chinoises, dont les Techapaibul, qui ont au moins un membre actif dans un parti politique, certains Lamsam sont très actifs en politique. On a ainsi pu écrire que comme les Wang Lee, les Bulakul et les Bulasuk, les Lamsam avaient accumulé leurs capitaux sous le patronage de membres du Parti du peuple, dont Pridi Banomyong, arrivés au pouvoir en 1932 avec le coup d’État qui renversa la monarchie absolue (Piriyarangsan 1983 : 75). Par la suite, les Lamsam furent considérés comme proches de militaires royalistes, notamment Thanom Kittikachorn et Prapas Charusathien, lorsqu’ils n’étaient que colonels (ils devinrent maréchaux et Premier ministre et ministre de l’Intérieur, par la suite). Dans son second livre consacré aux Chinois de Thaïlande dans les années 1950, G. W. Skinner consacre de longues analyses aux relations entre les entrepreneurs chinois et les « élites thaïes », liens d’affaires semblables aux relations de type « Ali-Baba », expression proposée pour la Malaisie 12. Plus récemment, c’est le parti Prachathipat (démocrate), très royaliste également, qui a leurs faveurs. Phothiphong Lamsam fut député de ce parti en 2001, vice-leader du parti et vice-ministre du commerce du deuxième gouvernement de Chuan Leekpai, en 1997. Sa fille Nuanphan fut assistante du secrétaire du parti Prachathipat en 2006, puis conseillère du gouverneur de Bangkok, un membre du même parti.

35On peut peut-être parler de stratégies matrimoniales, car les liens avec les familles Wang-Lee, Thewakul, Chutrakul, Sibunruang, Chatikavanich, Chantrakul sont très souvent des liens d’affaires en même temps que des liens matrimoniaux. Il faut noter qu’un petit nombre de ces familles seulement est également d’origine hakka. En 1996, la revue Forbes (édition chinoise) classa Banyong Lamsam à la 5e position des Chinois les plus riches de Thaïlande ; dans une autre liste publiée la même année par la même revue, il est classé en 3e position. Selon l’hebdomadaire Nechan le nom de Lamsam serait passé dans le vocabulaire et serait l’équivalent de « riche » : être un lamsam ; ce que confirme au moins un des dictionnaires consultés (Nechan Sutsapda 25 février 1999 : 31 ; Iamworamate 2004 : 492).

36Les Lamsam sont considérés comme des Chinois thaïsés, comme les Wanglee, les Na Thalang, les Na Ranong, les Krairiksh. Le troisième président de la Chambre de commerce thaïe fut un Lamsam (de 1940 à 1950, le plus long mandat), le 17e fut encore un Lamsam, M. Phothiphong Lamsam, en 1994. Toutes les succursales de la banque Kasikon Thai arborent à la fois un garuda (aigle) royal – ce qui est relativement commun même si cela indique une reconnaissance par le palais – mais aussi un drapeau thaïlandais, ce qui est beaucoup plus rare.

37Le leader actuel de la famille, Banthoon Lamsam (บัณฑูร ล่ำซำ), 59 ans en 2012, le fils de Bancha Lamsam et de M.R Sam-angwan, a rejoint la Thai Farmers Bank en 1979 – après deux années passées dans l’armée – et en est devenu le président treize ans plus tard. En 1995, il a lancé un programme de restructuration et a fait reconstruire une grande partie des 450 branches. C’est sans doute ce qui a permis à la banque de mieux résister à la crise financière de 1997. Peut-être aussi, comme les hommes d’affaires hakka sont relativement peu nombreux, la banque a-t-elle été moins sollicitée par des emprunteurs faisant appel à une solidarité ethnique. En 2000, Banthoon Lamsam expliqua à une revue économique que ce n’était plus la famille Lamsam qui allait prendre les décisions importantes pour la banque Thai Farmers, mais bien les actionnaires. Intéressé par la philosophie, le bouddhisme, la justice, il dut préciser que pour le moment il ne songeait pas à devenir politicien (Phutchatkan août 2000 : 81).

38Ueng Yuk Long, le leader de la deuxième génération, eut trois femmes (simultanément) et douze enfants (six fils et six filles). Sa deuxième épouse, Thongyu Wanglee (1884-1966), fille de Tan Sue Huang, fondateur de la famille Wanglee, très connue en Thaïlande, lui donna les trois fils qui rendirent la famille puissante dans le secteur bancaire, Chote, Chulin et Kasem. Mme Thongyu était proche de son père qu’elle accompagnait en Chine et à Hong Kong lors de ses voyages d’affaires, et, comme une des filles de Mme Thongyu se maria à son tour dans la famille Wanglee, les liens entre les deux familles furent renforcés.

39Très bouddhiste (theravada, car de mère thaïe), Mme Thongyu fit de nombreux mérites et actes de charité : construction de l’école religieuse Priyatitham à la pagode Thewarat-Kunchon, construction d’une route et d’un réservoir pour la pagode Khaothraisayan au district de Pak Chong de Nakhon Ratchasima, construction d’un bâtiment de l’hôpital Siriraj, baptisé tuek (édifice) Thongyu Lamsam, construction d’un bâtiment de l’hôpital Somdet Chao Phraya, baptisé également tuek Thongyu Lamsam, création d’un fonds « Thongyu Lamsam » de 20 000 bahts pour le collège bouddhique Mahamakutrachawithayalai, création d’un fonds « Thongyu Lamsam » de 20 000 bahts pour développer l’enseignement religieux à la pagode Pathumwanaram. Notons que dans le « modeste » livre de crémation de Mme Thongyu Lamsam, distribué le 5 février 1967, on trouve en seconde partie, un texte sur les bonnes manières à suivre au palais royal (21 p.), un article sur les termes d’adresse corrects lorsque l’on s’adresse aux membres de la famille royale et aux moines (29 p.), ainsi qu’un lexique du rachasap, la langue royale (33 p.).

40Si, à ce stade, les activités philanthropiques étaient plutôt réservées aux femmes, il faut néanmoins mentionner la participation de Ueng Yuk Long, fils de Ueng Miao Ngiam, fondateur de la famille Lamsam, à la création de l’organisation chargée de récupérer les corps des Chinois décédés (qu’aucune famille n’avait réclamés) qui devint par la suite la fondation Po Tek Tueng. Mais dès 1905, M. Ueng Miao Ngiam s’était déjà associé à des Chinois d’autres groupes ethno-linguistiques pour fonder l’hôpital Thianfa situé à l’entrée du Quartier Chinois.

41Chulin Lamsam, troisième des douze enfants de M. Ueng Yuk Long, est né le 1er décembre 1924 à la célèbre maison des Wang-Lee à Thonburi. Après des études à l’école du monastère Thepsirin, il alla étudier quatre ans à Hong Kong. Il épousa Melle Sa-nguan Wanglee.

42Il se rendit ensuite en Angleterre pour étudier le commerce et l’économie. De retour en Thaïlande, il aida les entreprises familiales et devint directeur de la Borisat Pa Mai Thanyaphon Lamsam chamkat qui coupait du bois dans le nord du pays ainsi que de la scierie Kwang Kim Long. Il établit ensuite la société Kwang Ko Long pour exporter du riz, qui devint par la suite la Loxley Rice Company. Il devint également la représentation d’une compagnie de transport maritime puis fonda lui-même la compagnie Ao Sayam Doen ruea Ltd. En 1939, Chulin devint le directeur de la compagnie Thai Niyom Phanit Chamkat, une société d’import-export qui était alors la plus importante entreprise du pays. Il fut en outre président du conseil d’administration du restaurant Hoi Thian Lao et de l’hôtel Erawan.

43En 1958, il fut président du Conseil du commerce (Sapha Kankha), il fut vice-président, puis président de la Chambre de commerce de Bangkok (entre 1946 et 1958), président de l’Association des commerçants thaïlandais en 1943, 1946, 1948, président de l’Association de badminton de Thaïlande, président du Club Sahamit, président d’honneur de l’Association des Chinois hakka, membre de l’Association des anciens étudiants en Angleterre, de l’Association des Bouddhistes de Thaïlande.

44Il fut nommé sénateur. Membre du comité pour la construction de la statue du roi Taksin, très populaire chez les Chinois. Il fut président du conseil d’administration de la fondation de l’hôpital Thianfa en 1949, 1952, 1960. Il donna 50 000 bahts pour l’hôpital des Chinois hakka, acheta un terrain de 8 rai à Trok Chan pour que l’Association des hakkas puisse construire un cimetière. Il donna 150 000 bahts à l’école hakka de Bangkok, la Mang Ku Chin Toe, etc.

45Kasem Lamsam (26 juillet 1915-7 juillet 1962) étudia au collège de l’Assomption de Bangkok, puis, en 1931, son père l’envoya à Hong Kong au Collège Wah Yan, où il resta trois ans avant d’aller étudier la finance à Londres. Il s’y trouvait pendant la Seconde Guerre mondiale, et devint membre des Seri-Thai (Thaïlandais libres) opposés à la présence japonaise en Thaïlande. Fin 1945, il devint directeur-adjoint de la banque Thai Farmers puis directeur en 1948. En 1958, il devint moine bouddhiste pendant trois mois au wat Makutkasattriyaram, ce qui n’était pas fréquent chez les Chinois de Bangkok.

46Ingénieur diplômé de Princeton et MBA de Harvard, Banthoon Lamsam, l’actuel président de la banque Thai Farmers a commencé par créer un département de la recherche, aujourd’hui très respecté. La banque a pris contact avec des universitaires et en 2005, par exemple, un ouvrage très utile a été publié sur les Chinois de Thaïlande. Banthoon est d’ailleurs membre du conseil du ministère des universités.

47En 1994, Banthoon Lamsam réunit un petit groupe d’intellectuels pour des brain stormings et il fut conclu que la Thaïlande était mal préparée à la mondialisation notamment en matière d’éducation. Financés par la Thai Farmers Bank, 42 groupes de recherche furent constitués, et l’on estime que leur travail a beaucoup contribué à préparer la constitution de 1997, la plus démocratique, en usage jusqu’au coup d’État de septembre 2006 (Tasker 2002 : 20).

48Les Lamsam semblent plus proches des Européens et des princes que les autres entrepreneurs sino-thaïs. Lorsque sur une photo du début du xxe siècle on pouvait voir un Chinois en costume occidental au milieu de Chinois en vêtements traditionnels, c’est souvent un membre de la famille Lamsam ou un autre leader hakka. De même l’intégration dans le milieu de l’aristocratie thaïe ne semble guère poser de problème. Et dans les pages « société » (high society) lorsque dans une soirée d’aristocrates on aperçoit quelques Chinois, il s’agit souvent de membres de la famille Lamsam (ou Chatikavanich, Wang-Lee, Bhirombhakdi qui ont également des liens matrimoniaux avec des princes).

49La banque Thai Farmers a procédé à trois importantes augmentations de capitaux depuis sa création. Encore en 1973, la famille Lamsam détenait 60 % des capitaux. C’est loin d’être le cas aujourd’hui. Après la dernière augmentation de 1999, la famille n’en avait plus que 7 %. À la fin de l’année 1998, M. Banthoon Lamsam a déclaré : « après mon départ, la banque Thai Farmers ne sera plus aux Lamsam ; cela va s’arrêter avec moi » (Yipphan 2545 : 129).

50Banthoon Lamsam est actuellement le gestionnaire de la Mahamakuta Rajavidyalaya Foundation, une fondation bouddhiste patronnée par le roi de Thaïlande et à la pagode Bawon Wihan où tous les membres masculins de la famille royale deviennent moines pour quelques semaines. Cette fondation s’occupe de construire des pagodes et des écoles, mais surtout de rendre disponibles les textes bouddhiques. Et, en dehors de ces domaines de l’éducation et du bouddhisme, la famille Lamsam a aussi beaucoup investi dans le soin, puisqu’elle gère l’hôpital Samitivej, un des plus célèbres de Thaïlande. Ouvert en 1979 par Bancha Lamsam et M.R. Bajarisan Jumbala, un médecin issu de la famille royale, l’hôpital initial a été suivi par deux autres, dont un spécialisé dans les soins aux enfants.

51Dans un répertoire des 200 familles thaïlandaises les plus riches en actions, la famille Lamsam fut classée en 34e position en 2004, 35e en 2005 et 75e en 2006 avec 900 millions de bahts contre 1,5 milliard de bahts en 2005, soit une baisse de 41 %. La chute ne cessa pas les années suivantes. Les Lamsam furent classés 122e en 2007 avec 754 millions de bahts et 171e en 2008 avec 393 millions, soit une baisse à nouveau de 48 % sur 2007 (kan-ngoen thanakhan décembre 2006, n° 296 : 222 ; kan-ngoen thanakhan décembre 2008, n° 320 : 226)

52La famille Lamsam a presque trop perdu de sa sinité pour devenir trop thaïe (et occidentale). Par sa mère, le leader actuel compte des rois thaïs parmi ses ancêtres. Mais les Lamsam restent encore perçus comme des leaders naturels de la communauté hakka, qui compte en réalité peu d’entrepreneurs de très haut niveau, contrairement aux Teochiu ou aux Hainanais. Il est donc important que de temps en temps ils donnent des preuves de cette sinité. Ce fut le cas en 2005 quand la banque Kasikon Thai prépara un bel ouvrage intitulé Du fleuve Jaune au Chao Phraya qui raconte sur 275 pages de grand format l’histoire des Chinois de Thaïlande. Mais ce fut fait à l’occasion du 50e anniversaire de la princesse héritière de Thaïlande. Les sommes obtenues par la vente de l’ouvrage ont été remises à la princesse ainsi qu’à la Croix-Rouge de Thaïlande (Sewikun 2005 : 5).

53Puisque les récipiendaires de décorations royales de sexe masculin ne voient pas leur nom changer après celles-ci, c’est certainement dans leurs livres de crémation que cet honneur est le plus manifeste. Dans le livre – très luxueux pour l’époque – distribué le 26 février 1962 à la mémoire de M. Wu Tung Pak Lamsam (1902-1962), le plus jeune fils de M. Ueng Miao Ngian, dont la majeure partie est en langue chinoise, les deux décorations royales obtenues par le défunt, celle de la Couronne de Thaïlande et celle de l’Éléphant Blanc, sont dans les toutes premières pages (à la fois de la partie en langue thaïe et de la partie en langue chinoise). La photo officielle du défunt le montre en outre portant ces deux décorations et une copie du diplôme de la décoration de l’Ordre de la Couronne de Thaïlande (khrueangratcha itsariyaphon mongkut thai), signé par le Premier ministre, le maréchal Thanom Kittikachorn, mais sur ordre du roi (Wu Tung Pak Lamsam… 2505).

54L’année suivante, dans le livre commémoratif publié par la banque Kasikon Thai (Thai Farmers) pour M. Kasem Lamsam, décédé le 6 juillet 1962 dans un accident d’avion près de Bombay, ce sont quatre pages en couleur des décorations obtenues par le défunt qui sont placées immédiatement après la photo de l’intéressé : deux niveaux de l’Ordre de la Couronne de Thaïlande, une décoration de l’Ordre de l’Éléphant Blanc, ainsi qu’une de l’Ordre de Chula Chom Klao, obtenue l’année de sa disparition (Anuson Kasem Lamsam… 2506).

55Distribué le 20 février 1966, le livre de crémation de M. Chulin Lamsam (1904-1965) montre d’abord la photo officielle du défunt en uniforme paré de huit décorations et le texte constituant la seconde partie du livre, la plus développée, est une présentation par M. Sawana Suphawannakit des décorations de Thaïlande, soit 202 pages dont une dizaine en couleur (Anuson nueangnai phiti… 2509).

56Dès la première page du luxueux livre de crémation de M. Bancha Lamsam, en 1992, juste après le nom, avant même sa date de naissance et le nom de ses parents, sont listées les décorations les plus élevées du défunt (Bancha… 2535). Comme c’est la coutume pour les crémations bénéficiant du patronage royal, ces décorations furent exposées devant le corps dans la sala (pavillon de la pagode) où eurent lieu les cérémonies avant la crémation. Les trois plus importantes de ces médailles (avec leurs rubans) furent portées dans la procession qui conduisit de la sala au crématoire le jour de la crémation. Et plusieurs photographies du livre de crémation montrent Bancha Lamsam portant sa dizaine de médailles (Bancha Lamsam… 2535 : 52-3).

L’affaire de la tricherie dans l’attributiondes décorations royales

57Entre 1979 et 1985 ou 1986, M. Phasuk Khaophong ou phra Ratchabanyakoson ou chakhun Udom, ancien vice-abbé du wat (monastère) Thepsirin, un des plus célèbres de Bangkok, était à la tête d’un réseau mafieux qui se livra à de très nombreuses fraudes. Il délivra des documents attestant que certaines personnalités avaient versé des sommes importantes pour des œuvres du monastère alors que les comptes ne révélaient aucun versement effectif. Il eut des complices au plus haut niveau puisqu’un ancien vice-ministre de l’éducation et un conseiller du Premier ministre, le général Prem Tinsulanonda (1980-1988), étaient impliqués. Des milliers de donations (ou fausses donations) étaient en cause. La fondation Nawamarajasuson que le moine avait créée avait plus de 100 millions de bahts (5 millions de dollars) sur ses comptes bancaires ; des complices avaient reçu des automobiles et d’autres objets précieux en cadeaux.

58Après que l’affaire eut éclaté en octobre 2006, on apprit quelles sommes il fallait dépenser en « bonnes œuvres » : six millions de bahts pour la décoration de Commandeur (3e classe) de l’Ordre de l’Éléphant blanc, trois millions pour la décoration de Commandeur (3e classe) de l’Ordre de la Couronne de Thaïlande, un million pour la décoration de Compagnon (4e classe) de l’Ordre de l’Éléphant blanc, etc. (anonyme 2531 : 6). Mais la fraude enrichit certains puisque, pour la seule année 1986, l’argent détourné fut évalué à 1,4 milliard de bahts (70 millions de dollars) (anonyme 1987a : 1, 3 ; Handley 2006 : 324). C’est la moitié des demandes de décorations qui étaient infondées (Grossman 2009, 1937).

59Le 22 décembre 1987, Chalermchai Buathong, le conseiller du Premier ministre, qui conservait deux sceaux royaux et une copie de la signature du général Prem, nécessaires pour délivrer les certificats donnant droit aux décorations, se tira une balle dans la tête. Son épouse suggéra qu’il avait voulu ainsi protéger d’autres responsables (The Nation du 23 décembre 1987, 1). Deux jours plus tard, un autre complice tenta aussi de mettre fin à ses jours (The Nation du 25 décembre 1987, 1). Chakhun Udom, le vice-abbé du monastère Thepsirin, fut étroitement surveillé par la police pour éviter qu’il ne se suicide lui aussi ou ne soit éliminé.

60D’autres monastères célèbres comme le wat Pho, le wat Suthat de Bangkok ou le wat Nimma Noradi de Thonburi furent mentionnés comme pouvant être concernés par ce type de scandale, mais aucune enquête ne fut rendue publique. Cette affaire affecta cependant beaucoup le Premier ministre, dont la signature avait été imitée, comme celle du roi, et il est certain qu’elle pesa quand, en 1988, il décida de provoquer de nouvelles élections, puis de se retirer de la vie politique.

61Après des pourvois en appel, ce n’est que le 18 novembre 2000, vingt-deux ans après la révélation des tricheries, que le procès se termina. Neuf des seize inculpés étaient déjà décédés « de mort naturelle », dont le vice-abbé lui-même. Un des accusés restants fut finalement condamné à 2 234 années de prison, un deuxième à 2 180 années et un troisième à 1 470 années.

62À ma connaissance, aucune liste des donateurs – trompés ? – ne fut jamais publiée. Il ne fut pas demandé de retourner les décorations obtenues frauduleusement et aucune khunying ou thanphuying ne dut renoncer à son titre.

Un contre-don : du capital symbolique. Pour une nouvelle noblesse, celle de l’argent et de la charité

63Dans son célèbre Essai sur le don Marcel Mauss consacre une page à la Chine mais onze à l’Inde classique. Quand il écrit : « la richesse est faite pour être donnée. S’il n’y avait pas de brahmanes pour la recevoir, vaine serait la richesse des riches » (Mauss 1973 : 245-6), il serait possible dans le cas thaïlandais de remplacer brahmanes par moines bouddhistes, voire par membres de la famille royale, chacun ayant créé une fondation dans ce but.

64L’idée donc que j’ai souhaité développer ici est que les grands entrepreneurs thaïlandais – d’origine chinoise dans leur immense majorité – ont besoin de liens politiques pour faire fructifier leurs capitaux et accroître leur richesse mais également de la religion bouddhique, et surtout de la monarchie, pour transformer une partie de leur fortune en capital symbolique.

65Depuis cette œuvre incontournable de Mauss, tous les anthropologues qui ont espéré lui succéder comme chef de file de la recherche ethnologique (et sociologique) en France, de Claude Lévi Strauss à Pierre Bourdieu, de Maurice Godelier à Philippe Descola en passant par Claude Lefort, Alain Testard et quelques autres ont cru devoir compléter, rectifier ou confirmer la démonstration du maître. Cependant, même s’il m’a été impossible de lire dans leur totalité tous les auteurs cités, par exemple par François Athané qui a consacré un mémoire de DEA et une thèse au sujet (Athané 2011), je n’ai trouvé aucune référence à la philanthropie, une notion sans doute trop « moderne » pour des spécialistes des Nambikwara ou des Baruya.

66Mais ces magnats des affaires sont-ils réellement des philanthropes ? Si la définition retenue est celle d’une « personne qui est portée à une générosité désintéressée, qui aide matériellement ceux qui sont dans le besoin » (« Philanthropie » 2008 : 287), on est loin du compte. Rien à voir avec Andrew Carnagie qui avait distribué la plus grande partie de sa fortune, ou Alfred Nobel, qui légua tout à sa fondation, ou encore John D. Rockefeller, qui, de son vivant, avait donné la moitié de ses richesses à des œuvres de bienfaisance (Lewinsohn 1928 : 41).

67Dans le cas des entrepreneurs thaïlandais dont il est question ici, c’est plutôt aux notions de capital symbolique et de capital social qu’il faut songer. Dans Le Sens pratique, Pierre Bourdieu parle du calcul inavoué du donateur et du calcul inavoué du donataire (Bourdieu 1980 : 191). En Thaïlande, le processus est moins grossier que celui des ventes de charges et de titres nobiliaires par une monarchie française d’ancien régime appauvrie par les guerres et les fastes de la Cour. Comme le remarque encore Bourdieu, l’intervalle de temps entre le don (financier ou matériel) et le contre-don (symbolique) donne l’illusion d’actes de pure générosité, sans calcul (1980 : 192). Mais la vogue des biographies (des hagiographies ?) chez les grands entrepreneurs de Thaïlande et surtout les résumés biographiques des « livres de crémation », une fois qu’ils sont décédés, sont particulièrement éloquents.

  • 13 Les équivalents européens habituellement indiqués sont respectivement ceux de comtes et de marquis.
  • 14 Il est l’auteur d’un pamphlet (en anglais, puis traduit en thaï) sur Les Juifs de l’Orient, express (...)

68Il est à peu près sûr que les deux ou trois cents familles d’entrepreneurs les plus dynamiques que compte aujourd’hui la Thaïlande auraient reçu un titre de noblesse (phra ou phraya 13), comme ce fut le cas sous le roi Vajiravudh (Rama VI, 1910-1925), pourtant resté dans l’histoire comme étant un roi « anti-Chinois14 ».

  • 15 J’ai pu me rendre compte, à diverses reprises, combien les secrétariats des pagodes étaient prompts (...)
  • 16 En fin de carrière, tous les fonctionnaires d’un certain niveau – enseignants de l’université compr (...)
  • 17 Si la femme est célibataire le terme d’appellation utilisé sera seulement khun.

69Mais si le roi a perdu son pouvoir de produire de la noblesse directement et à discrétion, il garde la possibilité d’attribuer des décorations. Ces médailles viennent en principe récompenser les hommes et les femmes qui ont fait bénéficier la société de leur dévouement ou de leurs largesses. Société étant entendue dans une acception assez large, ceux qui ont versé des sommes d’argent à l’abbé d’une pagode15 ou directement aux fondations patronnées par les membres de la famille royale peuvent faire valoir leur droit à décoration, et peuvent se retrouver dans la même « promotion » que l’épouse d’un fidèle conseiller du roi, l’institutrice qui aura consacré sa vie à l’éducation des enfants de Khlong Toei, le plus grand slum de Bangkok ou une femme médecin légiste, totalement dévouée à une tâche particulièrement difficile. Chaque année, le palais donne la liste des hommes et des femmes du royaume qui ont l’insigne honneur de recevoir une décoration de haut rang16. Depuis 1955, doit être utilisé comme terme d’adresse le mot khunying (devant le nom complet, ou le seul prénom s’il n’y a pas d’ambiguïté), lorsqu’une femme mariée 17 a reçu la deuxième classe du deuxième degré du Très Illustre Ordre de Chula Chomklao, et le mot thanphuying lorsqu’elle a reçu la deuxième classe du premier degré ou la première classe du même ordre (Bunnag 1969 : 11). Le Palais étant très strict sur la hiérarchie, il est précisé que les thanphuying sont plus élevées que les mom ratchawong et les mom luang, qui sont des titres hérités par les enfants et petits-enfants de princes (mom chao) tandis que les khunying se situent dans cette hiérarchie entre les mom ratchawong et les mom luang. Le terme d’adresse de khunying, utilisable à vie, était autrefois utilisé pour les épouses de nobles de grades de phraya et de chao phraya, les plus élevés, que recevaient surtout les fonctionnaires (et quelques entrepreneurs chinois proches du palais) avant le coup d’État de juin 1932, qui instaura une monarchie constitutionnelle. Les attribuer aujourd’hui à des épouses d’entrepreneurs particulièrement généreux, c’est un message évident pour chacun : si le roi en avait le pouvoir, ces entrepreneurs seraient des comtes (phra), des marquis (phraya) ou des ducs (chao phraya).

70Trois épouses de la famille Lamsam sont aujourd’hui des thanphuying et au moins deux autres sont des khunying. Il s’agit vraisemblablement d’un record. Moins liée à la famille royale, la famille Chearavanont est encore loin derrière, mais ses moyens financiers étant considérablement plus importants, elle pourrait accroître prochainement le nombre des distinctions obtenues.

71Le mot grec qu’il faut retenir ici est donc moins φιλάνθρωπία (philanthropie) ou ευεργέτης (évergète) que φιλότιμία (philotimia pour les anglophones et philotimie en français), l’amour et la recherche des honneurs, la soif de reconnaissance et de notoriété. Il faudrait même ajouter : parfois par tous les moyens, même les moins honnêtes. Le 15 juin 2007, M. Paiboon Wattanasiritham (1941-2012), vice-Premier ministre et ministre pour le Développement social et la Sécurité des hommes, fit état d’une enquête auprès de 2 506 Bangkokiens : plus de 70 % étaient disposés à accepter un gouvernement corrompu à condition qu’il puisse améliorer leurs conditions de vie. Leur condamnation de la corruption était toute relative (Assavanonda 2007 : 5). Pourtant le gouvernement auquel appartenait M. Paiboon avait été installé après le coup d’État du 19 septembre de l’année précédente, dont le premier objectif annoncé était de mettre un terme à la corruption ambiante.

Haut de page

Bibliographie

ADELKHAH, Fariba, 1999, « Un évergétisme islamique : les réseaux bancaires et financiers en Iran », Revue du monde musulman et de la Méditerranée, 85-86 : 63-79.

ADELKHAH, Fariba, 2004, « Expatriation et notabilité. L’évergétisme dans la diaspora iranienne », Politix, 17, 65 : 73-92.

ADUNYANON, Sorakon, 2542 [1999], Pratya nakthurakit [la philosophie des hommes d’affaires] Bangkok : Matichon.

ALLISON, Tont, 1993, « The Great Shell Company », Asia Magazine (12 au 14 mars) : 8-13.

Anonyme, 1987a, « Honours Officials Kills Himself at Govt House », The Bangkok Post (23 décembre) : 1, 3.

Anonyme, 1987b, « Honours Racket was “Carefully Planned” », The Bangkok World (11 février) : 3.

Anonyme, 1988, « 14 Suspects Charged in Honours Scandal », The Nation (4 mars) : 5.

Anonyme, 2003, « Breaking the Mould » The Nation (11 mai) “Sunday Style” : 1B-12B.

Anonyme, 2509 [1966], Buddhism, the Religion of Thailand, Bangkok : Choom Noom Chang.

Anonyme, 2510 [1967], Prawat trakun lamsam lae saikhrueangyat (histoire de la famille Lamsam avec sa généralogie), Bangkok : Khrapmaen phret.

Anonyme, 2522 [1979], « Charoen phokkhaphan : chom itthiphon kha sat » [Charoen Phokphan ou la grande influence du commerce des animaux], Sayam Nikon, 3, 125 (19 novembre) : 24-27.

Anonyme, 2531 [1988], « Yak dai khrueangrat tong tham yangrai ? » [que faire pour obtenir des décorations ?], Dueanphen, 4, 46 (octobre) : 5-6.

Anonyme, 2534 [1991], « raksa bukkalakon thi di hai yu kap ongkon nan thi sut » [prendre bien soin du personnel pour qu’il reste avec l’organisme le plus longtemps possible] Krungthep thurakit sutsapda 1032 (20-26 avril) supplément, p. 18.

Anonyme, 2539a [1996], « khrueangratcha-itsariyaphon : rangwan haeng khunatham » [décoration : la récompense de la vertu], Lak Thai 19, 744 (27 mai-2 juin) : 33-48.

Anonyme, 2539b [1996], Kotmai lae prawat khrueangratcha-itsariyaphon thai [lois et histoire des décorations royales de Thaïlande], Bangkok : Université Ramkhamhaeng.

Anonyme, 2540 [1997], « Khunying Prani Chiaravanon kotang rongrian kantchanaphiseksomphot » [khunying Prani Chearavanont inaugure une école Kanchanaphiseksomphot] Sayam Post (23 février) : 9.

Anonyme, 2546 [2003], « Thanphuying – khunying mai » [les nouvelles thanphuying et khunying], Khom Chat Luek (7 mai) : 32.

Anuson nueangnai phithi phraratchathanphloengsop nai Chulin Lamsam…Livre de crémation distribué à la pagode Thepsirin Tharawat le 20 février 2509 (1966).

ASAWANONDA, Anjira, 2007, « Abac poll : Survey finds city people can tolerate corruption », The Bangkok Post (12 juin) : 5.

ASHAYAGACHAT, Achara & Walailak KEERATIPIPATPONG, 1995, « CP Chief Outlines Vision for Business and Politics », The Bangkok Post (16 février) : 19.

ATHAN, François, 2011, Pour une histoire naturelle du don, Paris : PUF, coll. « Pratiques théoriques ».

BAFFIE, Jean, 1992, « Croyances et pratiques « religieuses » des Chinois de Thaïlande, Géographie et cultures, 4 (hiver) : 91-112.

BAFFIE, Jean, 2001, « Les Hainanais de Thaïlande, une minorité qui regarde vers Bangkok plus que vers Haikou », in Hainan De la Chine à l’Asie du Sud-Est/Von China nach Südostasien, Claudine Salmon & Roderich Ptak, éd., Wiesbaden : Harrassowitz Verlag, p. 255-296.

BAFFIE, Jean & Jean-Christophe SIMON, 1990, « Le monde des bières “les meilleures du monde”. La brasserie en Thaïlande et aux Philippines », Inter-Mondes 1, 2 : 148-197.

Bancha Lamsam. Prawat lae phon-ngan. Thi raluek nueangnai ngan phraratchathanphloensop nai Ban Lamsam… Livre de crémation distribué à la pagode Thepsirin Tharawat le samedi 22 août 2535 [1992].

BAILLY, A., 1901, Abrégé du dictionnaire grec-français, Paris : Hachette.

BOURDIEU, Pierre, 1980, Le Sens pratique, Paris : les éditions de Minuit.

BUNNAG, Suravalli, 1969, « Thai Royalty and its Hierarchy », Standard Bangkok Magazine, (7 décembre) : 8-11.

CHEARAVANONT, Dhani, 2539 [1996], Entretien, Lak Thai, 19, 744 (27 mai-2 juin) : 42-46.

GROSSMAN, Nicholas, éd., 2009, Chronicle of Thailand. Headline News since 1946, Bangkok/Singapour : Bangkok/Éditions Didier Millet.

GUINOT, Danièle, 2007, « Millionnaires oui, mais Philanthropes », Le Figaro (28 juin) : 20.

HANDLEY, Paul M., 2006, The King Never Smiles. A Biography of Thailand’s Bhumibol Adulyadej, New Haven/Londres : Yale University Press.

HORN, Robert, 2004, « Thailand : Chearavanont », Time, 163, 7 (23 février) : 39.

IAMWORAMATE, Thianchai, 2547 [2004], Photchananukrom thai-angrit/Thai-English Dictionary of 40,000 words, Bangkok : Ruamsan.

JACKSON, Peter A., 1997, « Withering Centre, Flourishing Margins. Buddhism’s Changing Political Roles », in Political change in Thailand. Democracy and participation, Kewin Hewison, éd., Londres : Routledge, p. 75-93.

JANSSEN, Peter, 1994, « Grown from small seeds », Asian Business (février) p. 10-12.

JAVARY, Cyrille J.-D. & Alain WANG, 2006, La Chine nouvelle : « être riche est glorieux », Paris : Larousse, coll. « Petite encyclopédie ».

LEWINSOHN, Richard, 1928, à la conquête de la richesse, Paris : Payot.

MAUSS, Marcel, 1973, « Essai sur le don. Forme et raison de l’échange dans les sociétés archaïques », in Sociologie et Anthropologie, Paris : PUF, coll. « Sociologie d’aujourd’hui » (1re édition : 1923-1924), p. 143-279.

Nangsue anuson Kasem Lamsam… Livre de commémoration distribué à la pagode Makut Kasattiyaram le 11 mai 2506 [1963].

PETSIRI, Ekarin, 1996, « TFB replaces CP as Country’s No. 1 Firm », The Bangkok Post (15 mars) : 17.

« Philanthropie », L’Encyclopédie Hachette, 2008, vol. 15 (Pas-Post) : 287.

ROHRER, Josef, Kong MANGKORNKARN & Dennis ACKERMAN, 2008, Concise Thai-English Dictionary, Bangkok : Windows on the World Publishing/D.K. Today.

SAPPHAIBUN, Thanawat, 2542 [1999], Thanin Chiarawanon phukriangkrai nai yutthachak nakthurakit lok [Dhanin Chearavanont, puissant leaderdans la guerre des homes d’affaires mondiaux], Bangkok : Dapboennai phrinting.

SAPPHAIBUN, Thanawat, 2544 [2001], Khamphi chaosua Thanin Chiarawanon… [la doctrine de Dhanin Chearavanont], Bangkok : Pathomkan.

SEAGRAVE, Sterling, 1995, Lords of Rim. The Invisible Empire of the Overseas Chinese, Londres : Bantam Press.

SEGHERS, Virginie, 2009, La Nouvelle Philanthropie (ré)invente-t-elle un capitalisme solidaire ?, Paris : éditions Autrement.

SEWIKUN, Praphason, 2548 [2005], Chak Huang-Ho su Chao Phraya [du fleuve Jaune au fleuve Chao Phraya], Bangkok : Thanakan Kasikon Thai, publié à l’occasion des 50 ans de la princesse Sirindhorn.

SIH, Paul, 1959, De Confucius au Christ, Tournai : Casterman (1re édition américaine : 1952).

SINPHONGSAPHON, Phuwadet, 2549 [2006], Tamroi… Chaosua Thanin Chiaravanon [sur les pas de Dhanin Chearavanont], Bangkok : Kutmoning.

SKINNER, G. William, 1957, Chinese society in Thailand. An Analytical History, Ithaca : Cornell University Press.

SKINNER, G. William, 1958, Leadership and Power in the Chinese Community of Thailand, Ithaca : Cornell University Press.

SURYADINATA, Leo, éd., 2012, Southeast Asian Personalities of Chinese Descent. A Biographical Dictionary, Singapour : Chinese Heritage Cntre/Institute of Southeast Asian Studies, 2 vol.

SUWAN, Pho, 2552 [2009], Khletlap trakun setthi (secret d’une famille de milliardaire), Bangkok : Ban Mongkhon.

TANPRASOET, Kannika, éd., 2543 [2000], Po tek tueng, bon senthang prawattisat sangkhom thai (Po Tek Tueng et l’histoire sociale de la Thaïlande), Bangkok : Matichon.

TANPRASOET, Kannika, 2545 [2002], Uthen Techaphaibun chaosua phuplukkuson wainaiphaendin (Udane Tejapaibul, taicoon acquéreur de mérites dans tout le royaume), Bangkok : Matichon.

Thailand Tatler, 2002, « Society. The Essential Guide to the Social Science Season 2002 ».

THIAMCHAN, Bunruam et al., 2530 [1987], Khadi khrueangrat. Longthot rue yokfong (l’affaire des décorations royales : punir ou classer), Bangkok : Thaket Aetwoethaising.

« Tonsakun sui », 2544 [2001], Khom khwamkhit chaosua-Positive thinking for generations, Bangkok : Sayam intoebuk.

WANNAKON, Aphiwat, 2544 [2001], Wisaithat thanin chiaravanon [la vision de Dhanin Chearavanont], Bangkok : Matichon.

Wu Tung Pal Lamsam anuson (livre de commémoration distribué le 26 février 2505 [1962]).

Y. A., 2537 [1994], New Modern Dictionary English-Thai, Bangkok : Ran Soemsueksa S. S. S.

Haut de page

Notes

1 Notons que le sens du mot grec philanthropia est sentiments d’humanité, de bonté, affabilité, clémence. Le dictionnaire d’A. Bailly précise qu’au pluriel le mot a le sens d’actes d’humanité, de bonté (Bailly 1901 : 930).

2 Les sociétés Capgemini et RBC Wealth Management ont publié leur 16e Rapport Mondial en 2012, mais depuis quelques années, elles diffusent également (en anglais et chinois simplifié) un Asia-Pacific Wealth Report, la région où l’on compte désormais le plus d’HNWI (high net worth individuals) ou IF (individus fortunés) en français, soit ceux qui disposent d’au moins un million de dollars US à investir.

3 En revanche, je ne connais aucune utilisation systématique des termes évergète et évergétisme dans un cadre asiatique, même si des articles ont été publiés à propos de Turcs et d’Iraniens de la diaspora (Adelkhah 2004). Ces deux mots ne semblent d’ailleurs pas avoir de véritables équivalents anglais : il est généralement traduit par benefactor (bienfaiteur). Il y a une douzaine d’années, j’avais moi-même rapidement parlé d’évergétisme à propos des « cadeaux » de prestige réalisés par les Hainanais de Thaïlande dans leurs villages d’origine sur l’île de Hainan (Baffie 2001).

4 Le numéro d’août 2012 propose ainsi le portrait du milliardaire taiwanais Shi Wen-Long (p. 78-80).

5 Les raisons sont diverses selon les pays. Les monarques anciens puis les autorités coloniales ont parfois à dessein favorisé les communautés chinoises. Dans certains pays toutefois, les Chinois ont dû affronter une réelle concurrence de la part d’un fragment de la bourgeoisie locale(Philippines) ou d’autres étrangers (Indiens en Birmanie, Vietnamiens au Cambodge).

6 Notons qu’à l’époque où le pouvoir des généraux était très largement dominant, c’était le contraire. En octobre 1954, un texte issu du gouvernement expliquait clairement qu’il n’était pas considéré que la pratique d’accepter des cadeaux de la part des fonctionnaires pouvait conduire à de la corruption (Skinner 1957 : 359).

7 En décembre 2003, l’ouvrage en était déjà à sa dixième réimpression, dont sept pour la première année.

8 Bernard Formoso prépare une étude sur cet entrepreneur et la fondation Po Tek Tueng.

9 On ne peut bien entendu exclure que Dhanin se soit montré particulièrement généreux envers cette publication, au moins en lui confiant de nombreuses publicités.

10 Le bodhisattva est un futur bouddha, un sage qui a accumulé suffisamment de mérites pour atteindre le Nirvana, mais repousse ce moment avec le seul objectif de venir en aide aux autres.

11 Une autre hypothèse voulant que Lamsam soit l’expression anglaise lump sum signifiant « d’une traite ».

12 Le Chinois (Baba) prend comme associé (dormant) un Malais (Ali), ce qui lui permet d’améliorer les relations avec les fonctionnaires malais, d’investir certains secteurs industriels ou commerciaux, d’obtenir des marchés de l’administration.

13 Les équivalents européens habituellement indiqués sont respectivement ceux de comtes et de marquis.

14 Il est l’auteur d’un pamphlet (en anglais, puis traduit en thaï) sur Les Juifs de l’Orient, expression faisant référence aux Chinois du Siam.

15 J’ai pu me rendre compte, à diverses reprises, combien les secrétariats des pagodes étaient prompts à délivrer des reçus lorsqu’une donation – souvent sollicitée – atteignait une certaine somme.

16 En fin de carrière, tous les fonctionnaires d’un certain niveau – enseignants de l’université compris – disposent souvent de plus d’une demi-douzaine de médailles, plus somptueuses les unes que les autres, mais elles sont rarement d’un rang équivalent à ceux des entrepreneurs les plus généreux.

17 Si la femme est célibataire le terme d’appellation utilisé sera seulement khun.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Baffie, « Philanthropie, évergétisme ou philotimie. Les Lamsam et les Chearavanont, familles d’entrepreneurs sino-thaïlandais », Moussons, 21 | 2013, 101-122.

Référence électronique

Jean Baffie, « Philanthropie, évergétisme ou philotimie. Les Lamsam et les Chearavanont, familles d’entrepreneurs sino-thaïlandais », Moussons [En ligne], 21 | 2013, mis en ligne le 14 juin 2013, consulté le 26 mars 2017. URL : http://moussons.revues.org/2155 ; DOI : 10.4000/moussons.2155

Haut de page

Auteur

Jean Baffie

Aix-Marseille Université, CNRS, IrAsia UMR 7306, 13003, Marseille, France.

Jean Baffie est chargé de recherches au CNRS, socio-anthropologue étudiant les minorités urbaines de Thaïlande, dont les Chinois, co-responsable de la rédaction de la revue Moussons, directeur adjoint de l’Institut de recherches asiatiques (IrAsia) à Aix-Marseille, ancien directeur de la Maison Asie-Pacifique (2008-2011) et ancien directeur de l’Institut de recherche sur le Sud-Est asiatique (2004-2007).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page