Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Livres

Tibet. Une civilisation blessée, Françoise Pommaret

Paris : Gallimard, coll. « Découvertes – Histoire », 2002, 160 p.
Isabelle Charleux
p. 166-167
Référence(s) :

Tibet. Une civilisation blessée, Françoise Pommaret, Paris : Gallimard, coll. « Découvertes – Histoire », 2002, 160 p.

Texte intégral

1Françoise Pommaret, tibétologue et éminente spécialiste du Bhoutan, nous livre un petit ouvrage synthétique, très bien illustré, sur l’histoire et la civilisation du Tibet. L’auteur définit en premier lieu de quel Tibet elle parle : le Tibet géographique, ethnique, historique, linguistique, culturel, l’aire d’influence tibétaine et, enfin, sa définition chinoise, qui réduit le Tibet à la seule « région autonome ». Bien que le pays se caractérise par sa grande diversité géographique et écologique, il apparaît qu’une véritable identité tibétaine transcende les différences de dialectes, de mode de vie, de costume et les querelles historiques. Cette identité ne peut se réduire au seul bouddhisme (et d’ailleurs tous les Tibétains ne sont pas bouddhistes). Ce qui fait l’unité du peuple tibétain, ce sont non seulement les mythes, la représentation du monde, la conception de l’espace, l’organisation de l’habitat, la nourriture, la mémoire collective, l’écriture, l’énorme corpus littéraire, mais aussi tout un fonds commun d’origine pré-bouddhique qui se traduit notamment par les cultes aux divinités des montagnes et les pèlerinages. Ces marqueurs identitaires sont aujourd’hui utilisés consciemment comme mode de résistance à l’occupation chinoise.

2Le deuxième chapitre est consacré à la religion pré-bouddhique et à la façon dont le bouddhisme s’est implanté au Tibet, a assimilé les croyances autochtones et s’est transformé sous leur influence. L’auteur explique clairement la formation des écoles religieuses et les différences entre elles, où chacune a son clergé, ses lignées de réincarnés et ses rituels, et elle donne un aperçu du panthéon et de son iconographie.

3Connaître l’histoire est nécessaire pour comprendre l’extrême complexité de la situation actuelle, qui ne peut se résumer à l’invasion d’un peuple pieux, pacifique, innocent et sans armes par une Chine diabolique. Le chapitre trois retrace l’histoire de l’empire tibétain, qui fit trembler la Chine des Tang au viiie siècle, jusqu’au Tibet théocratique qui domina la scène politique jusqu’en 1959. L’auteur bouscule quelques idées reçues sur cette région qui fait particulièrement fantasmer les Occidentaux, en raison de l’actualité et de l’intérêt grandissant pour le bouddhisme tibétain. Elle fait le point sur un certain nombre de termes et de notions créés ou déformés par la littérature occidentale et la propagande chinoise, tels « lamaïsme », « lamas », « bonnets rouges », « bonnets jaunes » et « bön ».

  • 1 À ce sujet, signalons une publication récente sur l’image que se font du Tibet les Occidentaux : Fa (...)

4Les Occidentaux qui, à toutes époques, ont tenté de percer le mystère du Pays des Neiges, bien souvent, en conquérants, se sont laissés conquérir : premiers voyageurs en Asie centrale, missionnaires jésuites et capucins, aventuriers intrépides, espions des grandes puissances, ethnologues passionnés, enfin évangélistes et touristes des années 1980-1990. Ces visiteurs ont forgé et entretenu le mythe d’un peuple profondément religieux et aussi d’une religion diabolique à base de magie noire et d’anthropophagie1.

  • 2 Pour se faire une opinion plus complète, voir le récent ouvrage édité par Anne-Marie Blondeau & Kat (...)

5Le dernier chapitre propose une interprétation aussi objective que possible de l’inextricable situation politique actuelle. L’auteur présente l’invasion et la colonisation chinoise depuis 1959, la politique en dents de scie du gouvernement, les émeutes de 1987 et 1989, l’immigration des Han, la répression religieuse, les campagnes de rééducation et l’exil du xive dalaï-lama en Inde. Les photographies révèlent la profonde blessure du Tibet : armée de « libération » entrant dans Lhassa, pillage du patrimoine architectural et religieux au nom de la civilisation, de la laïcité, du progrès et des idéaux communistes, exécutions publiques, camps de réfugiés. Des commentaires détaillés permettent de décrypter les images de propagande et les photographies sans doute truquées de reddition des insurgés, mais les dessins d’enfants et les statuettes de Mao trônant sur les autels, le drapeau chinois devant le Potala et les monastères en ruine n’ont pas besoin de légende2.

6En annexe sont donnés une sélection de récits occidentaux sur le Tibet (également les impressions françaises d’un Tibétain ayant accompagné Jacques Bacot en France), des chants poétiques, un aperçu de la médecine tibétaine, la traduction de l’accord sino-tibétain en dix-sept points imposé en 1951 par le gouvernement chinois à la délégation tibétaine, ainsi qu’un petit dossier politique.

Haut de page

Notes

1 À ce sujet, signalons une publication récente sur l’image que se font du Tibet les Occidentaux : Fascination tibétaine. Du bouddhisme, de l’Occident et de quelques mythes, de Donald Lopez, Paris, Autrement, coll. « Frontières », 2003 [1re éd. 1998]).

2 Pour se faire une opinion plus complète, voir le récent ouvrage édité par Anne-Marie Blondeau & Katia Buffetrille, Le Tibet est-il chinois ? Réponses à cent questions de la Chine, Paris, Albin Michel, coll. « Science des religions », 2002.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Charleux, « Tibet. Une civilisation blessée, Françoise Pommaret », Moussons, 7 | 2004, 166-167.

Référence électronique

Isabelle Charleux, « Tibet. Une civilisation blessée, Françoise Pommaret », Moussons [En ligne], 7 | 2004, mis en ligne le 18 novembre 2013, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://moussons.revues.org/2543

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page