Navigation – Plan du site
Notes

In Memoriam Albert Marie Maurice (1913-2002)

Pierre Le Roux et Bernard Pot
p. 133-139

Texte intégral

1Albert Marie Maurice, que l’on peut considérer comme l’un des pionniers de l’ethnologie française, nous a quittés le 21 octobre 2002, peu de temps après la publication d’un dernier ouvrage, Croyances et pratiques religieuses des Montagnards du centre Viêt Nam (voir en rubrique « Comptes rendus »).

2Le 3 juillet 2000, Albert Maurice avait soutenu avec succès, obtenant la mention très honorable et les félicitations du jury, sa thèse de doctorat en anthropologie sociale à l’École des Hautes études en sciences sociales (EHESS), sous la direction du professeur Daniel de Coppet, récemment disparu lui aussi, de façon prématurée. C’est la version à peine remaniée de cette thèse, consacrée à l’analyse comparative des systèmes religieux proto-indochinois au Viêt Nam, qui compose ce livre publié naguère.

  • 1 Bernard Pot a tenu à s’associer à Pierre Le Roux, rédacteur principal de cette note, pour rendre ho (...)

3Quelques mois avant sa disparition, nous1 avions souhaité qu’une Lettre professionnelle spécialisée dans notre aire culturelle, qui propose régulièrement des entretiens avec des personnalités de la recherche française, puisse envoyer une équipe interviewer à son tour Albert Maurice. Elle aura été prise de court. Albert Maurice semblait si solide, si disponible, qu’on en oubliait le poids des années.

4En effet, le 21 octobre 2002, aux alentours de deux heures du matin, à l’hôpital Corentin-Celton d’Issy-les-Moulineaux, où il avait été hospitalisé le 3 mai à la suite d’un malaise, Albert Marie Maurice nous quitta. Il nous léguait, en guise de mémoires, ce remarquable ouvrage (Croyances et pratiques religieuses…) recelant des pistes à creuser, comme un dernier conseil proposé modestement par cet ethnographe d’expérience qui a voulu, et a su, après d’excellents travaux descriptifs, se lancer dans l’aventure d’une étude comparative, c’est-à-dire, quoi d’autre sinon de l’ethnologie ?

5Ceux qui ont fréquenté, peu ou prou, les séminaires de Georges Condominas et de Daniel de Coppet à l’EHESS de Paris ces dernières années auront en mémoire un visage carré au sourire attentif, une silhouette toujours pressée et des manières surannées et charmantes de gentilhomme que l’on ne s’attend plus trop à rencontrer de nos jours. Ces personnes sauront sans doute qu’Albert Maurice a publié naguère un imposant ouvrage sur les Mnong du Viêt Nam et, plus récemment, un autre sur les croyances religieuses des Proto-Indochinois. Mais combien parmi elles se souviendront qu’il est également le co-auteur (avec Georges-Marie Proux) de ce classique des études ethnographiques qu’est L’Âme du riz, consacré aux Rhadé ; ou, enfin, qu’il est l’auteur d’une remarquable et énorme monographie, concernant cette fois l’Afrique et les Somba du massif de l’Atakora, dans le nord de l’actuel Bénin ?

6Finalement, ces personnes en sauront à peine plus que les autres, tant Albert Maurice était discret et modeste. Il aurait pourtant, s’il l’avait voulu, pu tenir son auditoire en haleine sans le lasser, tant sa vie présente de facettes. Son évocation est rendue difficile pour cette raison. Il est d’ailleurs probable qu’une telle entrée en matière l’aurait dérangé, lui qui aimait la discrétion.

7Longtemps il s’est présenté comme « Albert » Maurice mais, s’étant avisé un jour de l’existence d’un autre Albert Maurice, écrivain belge, membre de l’Académie des sciences d’outre-mer et auteur d’ouvrages sur l’Afrique et sur l’explorateur Henri Morton Stanley, il décida d’ajouter systématiquement son second prénom, Marie, à sa signature afin de se distinguer clairement de son homonyme.

8Albert Maurice, Chef de bataillon des Troupes de Marine (les fameux « Marsouins », c’est-à-dire, la Coloniale), naquit le 24 février 1913 à Nancy. Bachelier en mathématiques (1930) et en philosophie (1931), il entra à Saint-Cyr à dix-neuf ans, dans la 119e promotion, 1932-1934 dite « Capitaine de Bournazel ». Sa première affectation, de 1935 à 1938, fut l’Annam, l’actuelle région centrale du Viêt Nam.

  • 2 Paul Huard, 1937, « Chez les Moïs récemment soumis. Capture et dressage de l’éléphant en pays mnong (...)

9En octobre 1935, il fut d’abord envoyé au 23e RIC, au sein du fameux Bataillon de tirailleurs montagnards du Sud-Annam, à Ban Mê Thuot (sur le plateau du Darlac), parmi les Rhadé, dont il apprit la langue. Il y resta un an et passa avec succès en 1936 un Certificat de connaissances pratiques de la langue rhadé. La même année, il fut envoyé en pays mnong, au Poste Maitre (c’est-à-dire, la région arpentée par l’explorateur Henri Maitre), pour dix-huit mois cette fois, d’abord sous les ordres du capitaine d’Uston de Villereglan, puis sous ceux du capitaine Jacquet. Ce dernier lui fit connaître Paul Huard, futur officier général, avec lequel il était lié. Cette rencontre engendra la fructueuse collaboration que l’on sait quant à l’ethnographie des Mnong : quelque vingt ans après le massacre en août 1914 de la mission Maitre par les Mnong, le capitaine Huard, à la tête de la 1re Compagnie du Bataillon montagnard du Sud-Annam, avait en effet participé aux dernières opérations de « pacification » de cette région et construit, en avril 1933, ce fameux Poste Maitre, dont il devint le premier capitaine délégué. C’est en faisant la connaissance obligée des populations locales qui dépendaient désormais de lui que Huard débuta ses recherches sur les Mnong2.

10De la même façon que Huard, quelques années après, et comme si c’était « naturel », Albert Maurice, dès son arrivée au Poste Maitre, et parallèlement à ses activités militaires, entreprit le recueil de renseignements d’ordre ethnographique, dans la ligne tracée par Huard – à cette époque rédacteur à la Revue des Troupes coloniales –, avec lequel Jacquet entretenait des relations suivies. Jacquet conseilla à Maurice de prendre contact avec Huard ; ce que Maurice fit, exprimant ainsi sa vocation d’ethnologue, jamais démentie par la suite. Rédigé en collaboration avec Huard, « Les Mnong du plateau central indochinois (1re série) » parut en 1939 dans les Bulletins et travaux de l’Institut indochinois pour l’étude de l’Homme tout juste créé à Hanoi sous la double impulsion de Paul Lévy et de Pierre Huard, le chirurgien, frère de Paul Huard.

11Mais la Seconde Guerre mondiale interrompit les deux officiers chercheurs dans leur élan. De retour en France du fait de la déclaration de guerre, Albert Maurice participa en Lorraine aux combats de mai et juin 1940. Fait prisonnier, il s’évada et rejoignit l’armée française, avant d’être affecté une fois encore en Extrême-Orient, au Cambodge, cette fois. Puis il fut posté sur le plateau du Darlac pour un second séjour parmi les Rhadé, de 1941 à 1943. Il obtint en 1942 un Brevet du 1er degré de langue rhadé. Il fut ensuite affecté en Cochinchine avant de retourner au Cambodge.

  • 3 Cf. Georges Condominas, 1977, L’Exotique est quotidien. Sar Luk, Vietnam central, Paris, Plon, coll (...)

12Après le Coup de force japonais du 9 mars 1945, tandis que Georges Condominas, futur ethnographe des Mnong Gar, sous l’uniforme de matelot de la « Royale » se morfondait à l’« Hôtel Mikado » (surnom des prisons japonaises) de Saigon3, Albert Maurice tint la brousse pendant trente-neuf jours aux confins de la Cochinchine et de l’Annam, à la tête de sa compagnie franco-cambodgienne, avant d’être fait prisonnier. Il fut ainsi l’un des rares officiers à poursuivre le combat après le 9 mars.

  • 4 Jean Boulbet, 2002, De Palmes et d’épines, tome i, Vers le Domaine des génies (Pays maa’. Sud Viêt (...)

13Jean Boulbet, qui arriva au Viêt Nam en 1945 en éclaireur du Corps expéditionnaire français d’Extrême-Orient (CEFEO) commandé par le général Leclerc, et qui devint après 1947 l’ethnographe des Cau Maa’ (voisins des Mnong), témoigne ainsi du souvenir conservé par les « Fils d’Homme » 4 :

« Un groupe de soldats français échappés du coup de force japonais de mars 1945, parti de la route coloniale 14 échoue sur le Donnaï. Ils tentent d’y installer un camp mais, touchés par le paludisme et la dysenterie et las de creuser des sépultures dans une courbe du fleuve dite « Tombe des Français », regagnent d’eux-mêmes les lieux plus fréquentés des bords de la route et des premières plantations d’hévéas où ils seront capturés. »

  • 5 Communication personnelle de Paul Huard à l’historien André Martel, citée dans A. Martel, Leclerc. (...)

14Après la reddition des Japonais au CEFEO en 1945, Albert Maurice retourna une dernière fois au Cambodge, cette fois comme chef de cabinet du lieutenant-colonel Paul Huard, Commissaire de la République et « libérateur » du Cambodge. La fonction était importante car la situation était délicate. Le 13 mars 1945, le roi Norodom Sihanouk avait en effet, soutenu par les forces japonaises, proclamé l’indépendance du Cambodge. Le général Leclerc, chargé du recouvrement de la souveraineté française en Indochine, préalable à toute discussion, envoya Huard à Phnom Penh le 11 octobre 1945, lui indiquant qu’il fallait « rétablir sans délai la France dans tous ses droits » et que « les moyens à employer le concernaient, sans reculer éventuellement devant la déposition du roi » 5. Pour le seconder, Huard fit appel à Albert Maurice, en qui il avait pleine confiance et dont il connaissait le sens diplomatique et la qualité de l’expérience, au Viêt Nam comme au Cambodge. Finalement l’affaire fut un succès, tant pour la France que pour le Cambodge, en ce sens qu’un conflit armé fut évité.

15Albert Maurice fut rapatrié en France au début de 1946 après un accident routier. De 1946 à 1947, il fut affecté à la Section d’étude des Troupes coloniales, à Paris. C’est cette période qu’il mit à profit pour suivre l’enseignement d’André Leroi-Gourhan à l’Institut d’ethnologie et passer avec succès en 1947 le Certificat d’ethnologie du Musée de l’Homme.

16De 1947 à 1950, il fut affecté au Dahomey (devenu le Bénin après les indépendances), dans les régions de Kandy et Natitingou. De janvier 1949 à juin 1950, à Natitingou, chef-lieu du cercle de l’Atakora, à côté de son travail, il entreprit de nouvelles recherches ethnographiques sur les populations de ce massif béninois. C’est au Maroc, de 1955 à 1957, qu’il réalisa la mise au propre de ses notes, mais ce n’est qu’à partir de son séjour au Sénégal, de 1957 à 1960, qu’il envisagea la publication de l’impressionnant Atakora consacré aux Somba. L’ouvrage ne sera pourtant édité qu’en 1986 par l’Académie des sciences d’outre-mer. De ce fait, il ne bénéficia pas de la large diffusion qu’il méritait et qu’aurait pu lui assurer un éditeur plus commercial.

  • 6 Georges-Marie Proux (né en 1914 à La Souterraine, mort en 2001 à Bridiers) faisait partie des cadre (...)

17De retour du Dahomey, Albert Maurice fut chargé de transmettre son expérience à l’École de sous-officiers de Strasbourg, avant de reprendre un commandement actif, à Versailles tout d’abord, à la tête d’un bataillon du 1er RIC, puis, pour un troisième et dernier séjour au Viêt Nam, de 1953 à 1954, en tant que chef du 6e Bataillon montagnard, avec les Rhadé encore. En 1954 parut à Saigon, dans un numéro spécial du Bulletin de la Société des études indochinoises, un essai intitulé « L’âme du riz » et consacré à l’essartage et aux rites agraires chez les Rhadé, rédigé conjointement par Albert Maurice et Georges-Marie Proux6 ; cet essai reste considéré par la communauté scientifique internationale comme un ouvrage de référence.

18Albert Maurice fut nommé chevalier de la Légion d’honneur le 9 décembre 1955 (la croix lui fut remise le 23 août 1956 à Pornichet par son beau-père, le général de division René Marin, commandeur de la Légion d’honneur). C’est au Service historique de l’armée de terre (SHAT), au château de Vincennes, de 1960 à 1964, qu’Albert Maurice termina sa carrière militaire, décoré de la Croix de guerre 1939-1945 avec palme, de la Croix de guerre TOE (Théâtres d’opérations extérieures), de la Croix du combattant, de la Médaille des évadés, de la Médaille coloniale, outre plusieurs citations. Il était également officier de l’Étoile d’Anjouan, chevalier du Dragon d’Annam et chevalier de l’Étoile noire du Bénin.

19Cette mise en « réserve » n’éteignit nullement sa curiosité et sa vivacité intellectuelles, ni son goût pour le partage du savoir. Pour occuper ses loisirs de retraité, Albert Maurice se remit aux études, obtenant plusieurs certificats – « Mathématiques générales et physique » (1963), « Mécanique générale » (1965), « Logique élémentaire » (1968), « Psychologie de l’enseignement des mathématiques » (1969) – et passant avec succès une licence en mathématiques (« Topologie générale ») à l’Université de Paris vii-Jussieu en 1970, afin de professer les mathématiques dans l’enseignement secondaire, ce qu’il fit, de 1966 à 1980. Il obtint encore, en 1981, deux unités de valeur (« Fondements de l’histoire des mathématiques » et « Fonction d’une variable complexe »).

  • 7 Sur ce point, cf. P. Le Roux, 2001, « Présentation de la réimpression de l’article de Jean-Marie Bo (...)

20À partir de 1971, Albert Maurice devint l’un des auditeurs les plus assidus du séminaire de l’ethnologue Georges Condominas, ainsi que, plus tard, de ceux de Lucien Bernot, Daniel de Coppet et Louis Dumont à l'EHESS. S’il le pouvait, il assistait aux soutenances de maîtrise, de diplôme ou de thèse de ses condisciples, avec discrétion et amicale chaleur. De ces soutenances il tirait toujours un enseignement utile à ses propres recherches sur les Mnong et les Rhadé, ordonnées à partir d’informations collectées des décennies plus tôt par ses soins. Il essayait autant que possible de joindre à ses propres notes celles de quelques-uns de ses amis et anciens collègues, sans en cacher la source, sauvegardant ainsi ces données qui, pour la plupart, n’avaient pas et n’auraient pas été publiées. Parmi ces officiers et sous-officiers étaient les généraux Ardant du Picq, Boucher de Crèvecœur et Huard, le capitaine Brunet, les lieutenants Bouteleux, Dupuis, Perazio et Rougé, l’officier-médecin Nouaille-Degorce et le sergent-chef Aptel7.

21Albert Maurice passa d’abord avec succès le diplôme de l’EHESS sous la direction de Georges Condominas, à propos de la société mnong. Ce travail fut publié chez L’Harmattan en 1993. Bien après sa retraite de l’armée et de l’enseignement, à plus de quatre-vingt-sept ans, il passa enfin brillamment sa thèse de doctorat, toujours à l'EHESS.

  • 8 Un dictionnaire français-mnong, le Lexique franco-biat de E.-T. Hoeffel (xx + 200 p.), avait été pu (...)

22Albert Maurice a accordé son attention et ses efforts intellectuels aux Mnong, aux Rhadé et aux « Montagnards » en général, de manière continue et globale puisque, outre les rites agraires, la structure sociale, la culture matérielle, les croyances et, un temps, l’anthropologie physique, il s’est également vivement intéressé à la lexicographie et l’ethnolinguistique. Il travaillait ainsi, encore quelques semaines avant sa disparition, à un Dictionnaire mnong-français, inachevé mais cependant très avancé8. Il avait également souhaité que les divers articles et les textes inédits qu’il avait consacrés aux Rhadé soient publiés, pour la première fois, en volume. Ce livre, Les Rhadé. Une société proto-indochinoise des hauts plateaux du Viêt Nam, paraîtra prochainement aux éditions SevenOrients (Paris). Si la parution en sera malheureusement posthume, Albert Maurice aura eu la satisfaction de relire l’ensemble du manuscrit et de choisir la couverture, exprimant son accord pour la publication.

23Albert Maurice était membre de l’Association des écrivains de langue française et, de ce fait, actif soutien de la francophonie. Il était également membre de la Société des amis de l’Académie des sciences d’outre-mer. Mais ses nombreux titres, citations et médailles ne l’empêchèrent pas de demeurer simple et ouvert. Il répondait ainsi toujours favorablement aux demandes de contribution exprimées par de plus jeunes chercheurs.

24Outre un authentique talent d’écrivain et de chercheur scientifique, comme le démontrent ses écrits, Albert Maurice peut être décrit avec justesse comme une personne dynamique, enthousiaste, désintéressée, mais surtout généreuse et tolérante, profondément humaine pour tout dire. Sa modestie aura, peut-être, parfois pu faire croire à certains que son travail d’ethnologie, mal connu du grand public, date un peu ou manque de qualité, mais la lecture de son œuvre prouve nettement le contraire.

25Albert Maurice fait partie de cette tradition d’officiers chercheurs qui ont produit des travaux de grande qualité sur l’Extrême-Orient, tels Auguste Bonifacy sur les peuples de langue yao, Bernard-Yves Jouin sur les Rhadé, ou encore Alexandre Yersin, le vainqueur de la peste. Et si l’on doit parler d’école de pensée, il est certain qu’Albert Maurice appartient, et de belle façon, à celle de ses maîtres à l’Institut d’ethnologie, Marcel Mauss et André Leroi-Gourhan.

26Alors, homme d’action ou homme de science ? officier ou ethnographe ? professeur de maths ou chercheur en sciences humaines ? orientaliste ou africaniste ? Comment définir Albert Maurice d’un mot ? Sans doute comme un « amateur », au sens le plus noble et le plus plein du terme, parce que, officier de l’armée française, il n’a pas fait métier de l’ethnographie et n’a donc pas fait la carrière universitaire des ethnologues des générations qui ont suivi, en France, celle des fondateurs. Mais que l’on ne s’y trompe pas : empli d’une curiosité aimable et insatiable, toujours en éveil, dans la prestigieuse lignée des premiers observateurs qui étaient tout, officiers, médecins, administrateurs, explorateurs, missionnaires, sauf ethnologues, puisque la discipline restait à inventer, cet « amateur » est un vrai professionnel et doit être compté parmi les meilleurs ethnologues français.

Travaux d’Albert Marie Maurice

27Les textes marqués du signe (*) sont inclus dans le volume Les Rhadé. Une société proto-indochinoise des hauts plateaux du Viêt Nam, de A. M. Maurice, sous presse aux Editions SevenOrients (Paris), coll. « Nature humaine ».

281939 (avec Paul Huard), « Les Mnong du plateau central indochinois (1re série) », Bulletin de l’Institut indochinois pour l’étude de l’Homme, ii (1), p. 27-148, 58 dess., 5 cartes.

291939, « Recherches sur les Mnong du plateau central indochinois (2e série). Le tabac et la pipe. Le feu et la forge. La pêche et la chasse », Travaux de l’Institut anatomique de l’École supérieure de médecine de l’Indochine (Section anthropologique), 6, p. 1-20, dess. et photo.

301941, « À propos des mutilations dentaires chez les Moï », Bulletin de l’Institut indochinois pour l’étude de l’Homme, iv (1-2), p. 135-139.

311942 (*), « Rudiments de l’anthropologie des Rhadé », Bulletin de l’Institut indochinois pour l’étude de l’Homme, v (1), p. 3-6, dess., photo, carte.

321942 (*), « À propos d’un motif moï », Bulletin de l’Institut indochinois pour l’étude de l’Homme, v (1), p. 35-37, 1 dess.

331942 (*), « L’habitation rhadé. Rites et techniques », Bulletin de l’Institut indochinois pour l’étude de l’Homme, v (1), p. 87-119, dess., photo.

34[Circa 1942] (*), Notes d’anthropologie et notes sur l’origine du tonnerre et la préhistoire rhadé recueillies par A. Maurice, Ban Mê Thuot, 21 p., inédit, s.d.

35[Circa 1942] (*), La légende du tigre et de l’aigle, conte rhadé recueilli par A. Maurice, Ban Mê Thuot, 3 p., inédit, s.d.

361947 (*), « Croquis rhadés », Revue des Troupes coloniales, octobre, 15 p., photo.

371951 (*), « Trois fêtes agraires rhadé », Bulletin de l’École française d’Extrême-Orient, xlv (1), p.. 185-207 (+ 3 prières traduites juxtalinéairement).

381953 (*), « Pourquoi les femmes rhadées ne sont pas belles (légende) », Tropiques. Revue des Troupes coloniales, août-septembre, p. 44-45.

391954 (*) (avec Georges-Marie Proux), L’Âme du riz, Saigon, Société des études indochinoises (numéro spécial du Bulletin de la Société des études indochinoises, xxix (2-3), p. 127-258), 134 p.

401956 (*), La Société rhadé, notice déposée au Centre des Hautes études sur l’Afrique et l’Asie modernes, 13 p., inédit.

411957, « Les châteaux somba », Tropiques. Revue des Troupes coloniales, mai, p. 59-66, croquis, photo.

421958, « Vestiges du néolithique dans le Nord-Dahomey », Notes africaines (Dakar), p. 68-72, photo.

431964, « La France dans l’océan Indien. 1re partie : Madagascar, fille des tempêtes », Revue du Service historique de l’armée, 1, 15 p.

441983, Vie et mort de Henri Maitre (Thonon, 1883 - Bon Bu Nor, 1914), Paris, 31 p., inédit.

451985 (*), « Les minorités ethniques sacrifiées », p.. 105-110 in H. Bastid, R. Charbonneau, R. Cornevin et al. (sous la dir. de) : Indochine : alerte à l’Histoire. Ni opprobre, ni oubli, Paris, Académie des sciences d’outre-mer, 418 p.

461986, Atakora : Otiau, Otammari, Osuri, peuples du Nord-Bénin (1950), Paris, Académie des sciences d’outre-mer, 481 p., dess., photo., cartes.

471990, « Les Montagnards du Centre Vietnam et la mer », p. 9-21 in Jacques Ivanoff et Pierre Le Roux (sous la dir. de) : Rôles et représentations de la mer en Asie du Sud-Est et dans le Monde insulindien, Paris, Ed. de l’EHESS (numéro spécial ASEMI, xiv, 3-4, 1983, en collaboration avec la Société d’études et de recherches interdisciplinaires sur l’Asie), 273 p.

481991, « Un point de l’histoire de l’Indochine française : l’assassinat d’Henri Maitre (1914) », p.. 253-267 in Alain Daniel (sous la dir. de) : « Hommage à Solange Thierry », Cahiers de l’Asie du Sud-Est (INALCO), n.s., n° 29-30.

491993, Les Mnong des Hauts Plateaux (Centre Viêt Nam), tome 1, La Vie matérielle, 457 p., tome 2, Vie sociale et coutumière, p.. 459-745 (286 p.), Paris, L’Harmattan, coll. « Recherches asiatiques », préface de Georges Condominas, 743 p.

501993, « A propos du sel chez les Montagnards des haut plateaux du Viêt Nam central », p. 157-164 in Pierre Le Roux et Jacques Ivanoff (sous la dir. de) : Le Sel de la vie en Asie du Sud-Est, Patani, Prince of Songkla University, coll. « Grand Sud. Hommes et sociétés d’Asie du Sud-Est », n° 4, 438 p.

511995 (*), Création et rôle des unités de Montagnards du Centre Viêt Nam, Colloque Euroviet, « Sources et approches sur le Vietnam », Aix-en-Provence, Institut de recherche sur le Sud-Est asiatique, Centre des Archives d’Outre-mer, Université de Provence, 10 p., inédit.

522002, Croyances et pratiques religieuses des Montagnards du Centre Viêt Nam, Paris, L’Harmattan, coll. « Recherches asiatiques », 380 p.

532002, Dictionnaire mnong-français, Paris, 240 p., inédit [inachevé].

A paraître

54« Du clin d’œil à la poignée de riz. Poids et mesures chez les Montagnards des hauts plateaux du centre Viêt Nam », in Pierre Le Roux et al. (sous la dir. de) : De Poids et de mesures en Asie du Sud-Est. Systèmes métrologiques et sociétés. Weights and Measures in Southeast Asia. Metrological Systems and Societies, Paris, EFEO, et Marseille, IRSEA, 2 vol.

55« Messagers des dieux. Oiseaux et Montagnards du centre Viêt Nam et d’ailleurs », in Pierre Le Roux et Bernard Sellato (sous la dir. de) : Les Messagers divins. Aspects esthétiques et symboliques des oiseaux en Asie du Sud-Est/Divine Messengers. Bird Aesthetics and Symbolism in Southeast Asia.

56(avec Pierre Le Roux), « Introduction : le « Maitre » des Hauts Plateaux », p. i-xiv in Henri Maitre, Les Jungles Moï. Mission Henri Maitre 1909-1911, Paris, SevenOrients (1re éd. Larose, 1912), 620 p., cartes, photo.

Haut de page

Notes

1 Bernard Pot a tenu à s’associer à Pierre Le Roux, rédacteur principal de cette note, pour rendre hommage à Albert Maurice, à qui tous deux vouaient une profonde amitié et un grand respect, comme chercheur et comme personne. Les auteurs remercient, pour leur aide dans l’établissement de cette évocation biographique, le général Georges Vincent, Secrétaire de la 199e Promotion de Saint-Cyr, et l’association « La Saint-Cyrienne », ainsi que le lieutenant Valérie Caniart, adjoint du Conservateur du Musée des Troupes de Marine de Fréjus.

2 Paul Huard, 1937, « Chez les Moïs récemment soumis. Capture et dressage de l’éléphant en pays mnong », Revue des Troupes coloniales, n° 235 (février), p.. 195-204 ; 1937, « Croyances des Mnong du plateau central indochinois », Revue des Troupes coloniales, n° 242 (sept.), p.. 866-883 ; 1937 ; « Promenades en pays mnong », Revue des Troupes coloniales, 24 cl. photo. (foliotage inconnu) ; 1938, « Les Mnong (Contribution à l’étude des groupes ethniques du nœud des trois frontières : Annam, Cochinchine, Cambodge) », Travaux de l’Institut anatomique de l’École supérieure de médecine de l’Indochine (Section anthropologique), iii, p.. 261-268 ; 1939, « Les Mnong du plateau central indochinois », Bulletin de l’Institut indochinois pour l’étude de l’Homme, ii (1), p.. 27-148 (avec A. Maurice).

3 Cf. Georges Condominas, 1977, L’Exotique est quotidien. Sar Luk, Vietnam central, Paris, Plon, coll. « Terre Humaine », (1re éd. 1965), 556 p., carte, photos (citation p. 71).

4 Jean Boulbet, 2002, De Palmes et d’épines, tome i, Vers le Domaine des génies (Pays maa’. Sud Viêt Nam, 1947-1963), Paris, SevenOrients, coll. « Nature humaine », 345 p., 32 pl. photo., cartes (citation p. 47).

5 Communication personnelle de Paul Huard à l’historien André Martel, citée dans A. Martel, Leclerc. Le soldat et le politique, Paris, Albin Michel, 1998, 571 p. (citation p. 384).

6 Georges-Marie Proux (né en 1914 à La Souterraine, mort en 2001 à Bridiers) faisait partie des cadres de ­l’Empire. Breveté de l’École nationale d’outre-mer, il participa aux combats de 1939-1940, où sa conduite lui valut la Croix de guerre. Il servit ensuite en Annam, sur le plateau du Darlac, parmi les Rhadé, de 1941 à 1945. De 1947 à 1958, il fut administrateur dans différents Etats associés ou territoires de l’Union française, notamment aux Comores et à Madagascar. En 1960, il servit une dernière fois au Togo, puis quitta l’administration ­coloniale pour se reconvertir dans le secteur industriel, où il occupa différentes fonctions de responsabilité.

7 Sur ce point, cf. P. Le Roux, 2001, « Présentation de la réimpression de l’article de Jean-Marie Boucher de Crèvecœur, ‘Au pays mnong : les Biats du Haut-Chlong’ », Aséanie, 7, p.. 185-206.

8 Un dictionnaire français-mnong, le Lexique franco-biat de E.-T. Hoeffel (xx + 200 p.), avait été publié à Saigon en 1937.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Le Roux et Bernard Pot, « In Memoriam Albert Marie Maurice (1913-2002) », Moussons, 6 | 2002, 133-139.

Référence électronique

Pierre Le Roux et Bernard Pot, « In Memoriam Albert Marie Maurice (1913-2002) », Moussons [En ligne], 6 | 2002, mis en ligne le 17 décembre 2013, consulté le 28 mai 2017. URL : http://moussons.revues.org/2612 ; DOI : 10.4000/moussons.2612

Haut de page

Auteurs

Pierre Le Roux

Membre associé de l’IRSEA

Articles du même auteur

Bernard Pot

Membre associé de l’IRSEA

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page