Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Livres

Thaïlande contemporaine, Stéphane Dovert, éd.

Paris, L’Harmattan, & Bangkok, IRASEC, 2001, 438 p.
Bernard Formoso
p. 131-132
Référence(s) :

Stéphane Dovert, Thaïlande contemporaine, Paris, L’Harmattan, & Bangkok, IRASEC, 2001, 438 p.

Texte intégral

1Ce livre est le premier d’une série de monographies nationales qu’a choisi d’éditer le dernier en date des Centres de recherches créés par le ministère français des Affaires étrangères : l’Institut de Recherches sur l’Asie du Sud-Est (IRASEC), basé à Bangkok. L’ouvrage, qui regroupe les contributions de douze auteurs, se décompose en trois parties.

2La première, intitulée « Quelle tradition pour quelle modernité? », s’efforce de dégager certains des aspects les plus caractéristiques de la socio-culture thaïe. Louis Gabaude se livre d’abord à une présentation très pédagogique du bouddhisme theravada, dont il dégage les traits saillants en le comparant non seulement au courant Mahayana, mais aussi au christianisme. Il s’interroge aussi sur l’évolution en cours des fonctions politiques et éducatives du bouddhisme thaïlandais, alors que la société paraît engagée dans un processus inexorable de sécularisation. Dans un second chapitre, Amara Pongsapich s’intéresse aux changements vécus par l’institution familiale thaïe au fil des siècles, aussi bien sur le plan idéologique que sur le plan sociologique. Si l’affaiblissement des liens de parenté, la raréfaction des groupements en famille élargie, ou bien l’accroissement du taux des divorces sont des tendances de plus en plus marquées qui retiennent légitimement son attention, on reste malgré tout perplexe lorsqu’elle croit découvrir sur le plan idéologique un glissement progressif d’un « bilatéralisme d’inspiration matriarcale » vers des systèmes plus patriarcaux, sous l’influence conjuguée de l’hindouisme, du bouddhisme et du confucianisme (p. 59). Rien, à vrai dire, ne permet d’aboutir à une telle conclusion, si ce n’est l’adhésion implicite de l’auteur à des thèses évolutionnistes éculées. Dans un troisième chapitre, l’homme politique Ekavidya Na Thalang brosse un tableau essentialiste et très idéalisé des valeurs culturelles thaïes. On apprend ainsi que beaucoup de Thaïlandais sont adeptes du small is beautiful: « Ils se contentent de peu […]. Ils cherchent à élever leur esprit en le débarrassant de tout égoïsme. Leur vie tend vers la simplicité et le bonheur paisible dans le cadre de “communautés fortes” » (p. 74). Plus loin, le même auteur affirme que « le bouddhisme inspire à la plupart des Thaïlandais conscience et sagesse » (p. 78). Forcément moins idyllique est la description par Jean Baffie de la vie politique nationale depuis la Seconde Guerre mondiale. Dans ce quatrième chapitre, bien documenté, l’auteur passe en revue tous les protagonistes du champ politique (la famille royale, l’armée, les syndicats, les étudiants, les paysans, les femmes, les médias…), pour ensuite retracer l’évolution dans le temps de quelques-uns des 155 partis (cliques souvent éphémères) qui ont vu le jour dans le pays depuis 1946. L’étude fait parfaitement ressortir le poids des klum (factions) et, également, l’emprise ancienne et croissante de la minorité chinoise sur la gestion des affaires publiques, une emprise qui, plutôt que de constituer une menace, reflète un bon niveau d’intégration. Enfin, dans le dernier chapitre, Yves Goudineau et Bernard Vienne abordent la situation des Montagnards, notamment au regard de la politique assimilationniste conduite par l’Etat thaïlandais, qui dénie aux « Tribaux » le statut de « minorité ethnique » tout en appréciant leur niveau d’intégration politique à l’aune de leur adhésion aux valeurs et modes de vie typiques de la majorité thaïe. Comme conséquence d’une telle politique, les Montagnards seraient aujourd’hui confrontés à un « dualisme identitaire », avec d’un côté un renforcement de leur conscience de soi et de l’autre une tendance à se fondre dans l’identité thaïe dominante. L’analyse de ce dilemme existentiel, sans doute plus ancien que ne le croient les auteurs, n’est qu’à peine esquissée.

3La seconde partie de l’ouvrage, comme l’indique son intitulé (« Quelle intégration au monde pour quels objectifs? »), traite de l’ouverture politique et économique accrue du pays, ainsi que de ses effets possibles. Dans le premier chapitre, Stéphane Dovert retrace l’histoire des contacts que le Siam entretient avec les étrangers depuis l’époque de Sukhothai. La thèse que cette évocation reprend est celle, défendue de longue date par les nationalistes thaïlandais, de la « formidable » capacité d’assimilation des influences allogènes qui serait celle des Thaïs, une aptitude qui leur aurait notamment permis de préserver leur indépendance face au colonialisme. Supang Chanta-vanich, pour sa part, précise les tendances les plus récentes des processus migratoires que connaît le pays, avec notamment depuis 1995 une réorientation massive des flux d’émigration jadis tournés vers le Moyen-Orient en direction des NPI de l’Asie du Sud-Est et de l’Extrême-Orient, ainsi qu’une part de plus en plus forte prise par l’immigration de voisinage (birmane en particulier), le tourisme reflétant lui aussi cette régionalisation des mouvements, puisqu’à la fin des années 1990 les Asiatiques représentaient plus de 60 % des personnes visitant le royaume. Enfin, Kajit Jittavesi évoque les vingt dernières années de la diplomatie thaïlandaise et, notamment, les administrations de Chatchai Chunawan (1988-1991) et de Chuan Leekpai (1992-1995), qui ont consacré le primat des préoccupations économiques et, dans ce cadre, la volonté de transformer l’ancienne zone de conflit indochinoise en zone d’échange.

4La troisième partie du livre prolonge la précédente en ce qu’elle s’intéresse, dans une réflexion prospective, aux effets de la globalisation. Le premier chapitre, rédigé par Pierre Lavenant, produit un constat sans concession du système éducatif thaïlandais, dont le morcellement et le caractère formel (apprentissage par cœur) sont stigmatisés. Jean-Christophe Simon, de son côté, retrace un demi-siècle d’industrialisation du pays, en mettant lui aussi l’accent sur certains obstacles majeurs à son développement, comme l’extrême prudence d’un Etat dont la capacité de réglementation s’est progressivement érodée. Pour autant, l’auteur réfute la thèse du pacte libéral en matière de lien public-privé, un trait remarquable du processus de développement thaïlandais étant la multiplication des initiatives individuelles dans un contexte sociétal très encadré. Dans un troisième chapitre, Marie-Sybille de Vienne analyse dans le menu détail les causes du krach de 1997. Celui-ci tient, selon elle, à une désynchronisation des logiques financières des secteurs privé et public dans le cadre d’un glissement d’une logique agro-industrielle vers un modèle qui place l’accumulation de capital au centre de ses nécessités. Enfin, Philippe Régnier s’interroge sur les effets politiques possibles de cette crise, remarquant notamment qu’elle s’est accompagnée d’une démocratisation du régime, sans être cependant suffisante pour ébranler la vieille garde politique et le système oligarchique qu’elle incarne.

5Finalement, ce livre offre d’utiles éclairages, même s’il souffre d’un mélange des genres, la prise de distance propre à l’investigation scientifique cédant parfois le pas aux velléités du diplomatiquement ou du nationalement correct.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Formoso, « Thaïlande contemporaine, Stéphane Dovert, éd. », Moussons, 5 | 2002, 131-132.

Référence électronique

Bernard Formoso, « Thaïlande contemporaine, Stéphane Dovert, éd. », Moussons [En ligne], 5 | 2002, mis en ligne le 08 juillet 2014, consulté le 28 avril 2017. URL : http://moussons.revues.org/2769

Haut de page

Auteur

Bernard Formoso

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page