Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Livres

Lives at the Margin. Biography of Filipinos Obscure, Ordinary, and Heroic, Alfred W. McCoy (éd.)

Madison, University of Wisconsin-Madison, Center for Southeast Asian Studies, Monograph Series n° 19, 2000, VI + 481 p.
Xavier Huetz de Lemps
p. 135-137
Référence(s) :

Alfred W. McCoy (éd.), Lives at the Margin. Biography of Filipinos Obscure, Ordinary, and Heroic, Madison, University of Wisconsin-Madison, Center for Southeast Asian Studies, Monograph Series n° 19, 2000, VI + 481 p.

Texte intégral

  • 1 Paris, Flammarion, 1998, 352 p.

1Cet ouvrage se situe au confluent de deux courants historiographiques porteurs : la biographie et l’histoire des gens ordinaires. Ce volume n’a cependant pas les ambitions historiographiques d’Alain Corbin dans Le monde retrouvé de Louis-François Pinagot1. Alors que l’historien français avait choisi un véritable inconnu, un vrai sans-grade, l’équipe réunie par Alfred McCoy retrace la vie de Philippins qui, s’ils restent en marge des manuels d’histoire, ont cependant joui, à un moment ou à un autre de leur vie, d’une notoriété certaine et ont laissé des sources écrites et orales relativement abondantes : ni des stars, ni des figurants, mais des seconds rôles ou des étoiles filantes, en quelque sorte.

2Après une introduction générale rédigée par Alfred McCoy, l’ouvrage est divisé en neuf récits de vie. Le premier est en net décalage avec les suivants, puisque Resil B. Mojares étudie moins un individu, Pedro Calungsod, mort en martyr aux Mariannes en 1672 et sur lequel on ne sait à peu près rien de certain, que la campagne menée en vue de sa béatification par le clergé de Cebu depuis 1991. La réalité des données biographiques importe ici beaucoup moins que le respect des règles, des canons de la « fabrique » des saints.

3Les huit chapitres suivants portent sur des individus qui ont tous vécu au xxe siècle et qui, pour certains, sont encore vivants. Si chacun de ces destins est évidemment unique, on peut tout de même opérer quelques regroupements. Hilario C. Moncado (étudié par Michael Cullinane) et Jose Nava (Alfred W. McCoy), deux syndicalistes aux ambitions politiques frustrées, ont connu leur heure de gloire dans l’Entre-Deux-Guerres, le premier en structurant la communauté des travailleurs immigrés philippins en Californie et à Hawaii, le second en mobilisant les ouvriers du port d’Iloilo dans des grèves très dures. Brian Fegan et Benedict J. Tria Kerkvliet brossent, respectivement, le portrait d’un homme, Dionisio Macapagal, et d’une femme, Elena Santa Ana, qui militèrent au cours de leur longue vie dans divers mouvements syndicaux et politiques destinés à promouvoir une plus grande justice sociale dans les campagnes du centre de Luçon. Vina Lanzona et Rosanne Rutten racontent la vie de deux guérilleros communistes, Celia Mariano-Pomeroy, qui s’est battue avec les Huks dans les années 1940 et au tout début des années 1950, et « Rafael », pseudonyme attribué à un ancien cadre de la New People’s Army à Negros dans les années 1980. Les études de John T. Sidel et de Patricio N. Abinales apportent une touche de diversité dans cette galerie de militants. Le premier se penche sur la carrière de deux célèbres bandits de Cebu et met à mal la représentation désormais classique, dans l’historiographie comme dans les représentations populaires, du bandit d’honneur proto-révolutionnaire et défenseur des opprimés. Le second montre à travers la vie d’un chef musulman de Mindanao, Datu Piang, comment les pouvoirs traditionnels du sud de l’archipel ont dû accepter, pour survivre, de voir leur prestige et leur indépendance inexorablement érodés sous la pression des trois puissances centralisatrices qui se sont succédé à Manille, l’Espagne, les États-Unis et la République des Philippines.

4Chacune de ces biographies reprend les entrées classiques du genre : milieu d’origine (les strates inférieures des classes moyennes pour la plupart), études, hasard des amitiés et des amours, etc. Les auteurs ont prêté une attention particulière aux motivations complexes qui expliquent l’engagement dans une cause, avec son lot d’hésitation, de volte-face et de reniement. Les biographes ont aussi cherché à comprendre pourquoi ces femmes et ces hommes avaient pu jouir, au moins pendant un temps, d’une grande popularité auprès de leurs compatriotes : au-delà des classiques théories clientélistes, au-delà des appartenances idéologiques et, en particulier, de l’influence déterminante du communisme, ces portraits soulignent à juste titre la part irréductible du courage, des aptitudes naturelles, du charisme. Au fond, tous les personnages de cet ouvrage, sauf peut-être les deux bandits de Cebu et Datu Piang, sont des idéalistes. Ce romantisme leur donne la force de s’engager avec détermination et de faire du combat politique et du militantisme de terrain leur raison de vivre ; sans doute est-il aussi une des causes déterminantes de leur échec et de leur souffrance, puisque tous ces acteurs se retrouvent engagés dans des événements dont les logiques et les ressorts sont beaucoup plus complexes que la représentation qu’ils en ont. En dépit de l’empathie évidente des auteurs avec leur sujet, Lives at the Margin ne vise en aucun cas à statufier des héros alternatifs et politiquement corrects, car tous les auteurs conservent une distance critique suffisante avec leur objet et s’appuient sur une très solide documentation. Le fait que tous les personnages aient connu de graves revers personnels, à un moment ou à un autre de leur vie, éloigne aussi toute tentation d’héroïsation et chaque personnage conserve sa part de mystère et ses faiblesses humaines.

5Au-delà de l’intérêt même de chaque histoire individuelle, le projet avait un objectif plus ambitieux ou, tout au moins, plus général, celui de démontrer que la biographie est un excellent moyen de renouveler l’histoire culturelle et sociale du politique. Les auteurs de cet ouvrage étaient bien armés pour cette tâche puisque tous avaient une parfaite connaissance préalable du contexte historique et de l’environnement qui ont profondément influé sur la destinée des personnages qu’ils ont choisis. Cette conjonction de la connaissance intime de l’individu et de la société à laquelle il appartient explique la réussite globale de l’entreprise et rend la lecture de cet ouvrage particulièrement intéressante. Le comportement des individus serait inintelligible sans une étude des contraintes matérielles et morales dans lesquelles ils ont dû insérer leur action, mais la biographie d’acteurs bien choisis permet à son tour de mieux comprendre certains aspects de la culture politique des Philippins au xxe siècle, comme l’importance des dons surnaturels que l’on prête aux leaders, la persistance des courants millénaristes, ou les liens complexes entre nationalisme et réformisme social. En se penchant sur des trajectoires individuelles, on peut aussi préciser le déroulement de certains phénomènes fondamentaux mais finalement assez mal connus, comme les guérillas communistes ou l’incorporation de Mindanao dans l’espace national.

6Le risque était grand de faire de la biographie un simple prétexte à une étude globale : aucun des auteurs n’est tombé dans le travers de la généralisation hâtive et n’a supposé a priori que la vie de son « héros » était représentative de celle de ses compagnons de lutte ou d’infortune. La biographie semble donc être une méthode efficace pour réviser l’historiographie dominante et proposer de nouvelles interprétations. Il convient cependant de garder à l’esprit que cet apport indéniable de l’ouvrage résulte sans doute moins de la méthode elle-même que de l’échantillon choisi : en retraçant la vie de personnages qui tous ont contesté l’ordre établi, on pouvait effectivement s’attendre à une révision de l’histoire officielle ; en s’attachant à des femmes et à des hommes dont l’action et l’influence sont restées marginales au plan national car profondément ancrées dans une région, on découvre inévitablement que les réalités de Manille ne peuvent s’appliquer à l’ensemble des Philippines.

  • 2 Voir l’intéressant article de Greg Bankoff, « Devils, Familiars and Spaniards : Spheres of Power an (...)

7Même si la réflexion sur les sources n’occupe une place importante que dans l’essai de McCoy et même si certaines contributions, comme celles de Cullinane et de Fegan, peuvent paraître un peu longues ou répétitives, ce volume renouvèle avec brio un genre, la biographie, trop longtemps associé dans l’historiographie philippine à l’hagiographie obsessionnelle des héros nationaux. Reste cependant l’épineuse question de la représentativité de ces destins individuels. Le titre de l’ouvrage donne indirectement la réponse : certes, ces personnages sont issus de milieux modestes, certes, aucun n’a eu une destinée nationale, mais ils sont tous, à des degrés divers et parfois pour de mauvaises raisons, heroic et, en cela, leur personnalité et leur trajectoire restent exceptionnelles. Par cette limite même, Lives at the Margin ouvre d’intéressantes perspectives, comme l’utilisation du concept de génération (curieusement absent de ce volume), l’éventualité de mener des enquêtes prosopographiques d’envergure, ou la possibilité de se pencher sur des Philippins vraiment ordinaires2. La construction d’un État centralisé, souvent mise à mal dans le présent volume, a au moins le mérite de léguer aux historiens de nombreuses sources…

Haut de page

Notes

1 Paris, Flammarion, 1998, 352 p.

2 Voir l’intéressant article de Greg Bankoff, « Devils, Familiars and Spaniards : Spheres of Power and the Supernatural in the World of Seberina Candelaria and her Village in Early-19th-Century Philippines », Journal of Social History, 33 (1), 1999, pp. 37-55.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Xavier Huetz de Lemps, « Lives at the Margin. Biography of Filipinos Obscure, Ordinary, and Heroic, Alfred W. McCoy (éd.) », Moussons, 5 | 2002, 135-137.

Référence électronique

Xavier Huetz de Lemps, « Lives at the Margin. Biography of Filipinos Obscure, Ordinary, and Heroic, Alfred W. McCoy (éd.) », Moussons [En ligne], 5 | 2002, mis en ligne le 08 juillet 2014, consulté le 29 mars 2017. URL : http://moussons.revues.org/2772

Haut de page

Auteur

Xavier Huetz de Lemps

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page