Navigation – Plan du site
Articles

Sơn Nam ou la dualité d’une œuvre. Évocations poétiques et ethnographiques du Viêt Nam méridional

Pascal Bourdeaux
p. 189-216

Résumés

Sơn Nam (1926-2008) est un écrivain prolixe qui a consacré sa vie à décrire les multiples facettes de l’histoire, de la culture et de la vie quotidienne du delta du Mékong. C’est une œuvre duale qu’il nous laisse, composée essentiellement de recueils de nouvelles et d’écrits de recherche. Bien que de nature et de formes différentes, toutes ses publications ont visé un seul objectif : initier les lecteurs à la région natale de l’auteur en s’appuyant sur des observations de terrain et sur des recherches documentaires qu’il a compilées d’une manière autodidacte. L’utilisation de formes dialectales donne une teinte particulièrement originale aux écrits de fictions aussi bien qu’aux publications décrivant ce qu’il dénomme la civilisation fluviale. Entrecroisés, ces deux registres d’écriture prennent selon les cas une valeur poétique ou ethnographique. Précurseur sous bien des aspects, Sơn Nam est devenu une figure marquante des études sur le Viêt Nam méridional.

Haut de page

Texte intégral

Souvenirs d’une rencontre

Une café-filtre coule paresseusement sur le coin d’une table basse qu’une vendeuse de rue vient d’installer sur le trottoir, non loin de la petite bibliothèque du quartier de Gò Vấp. Une cigarette se consume dans un cendrier. En cette fin de matinée de décembre 2004, la chaleur commence à se faire sentir dans les faubourgs d’Hô Chi Minh Ville. L’homme est fluet, pas très grand, la démarche pas toujours assurée. Mais c’est une fois assis et prêt à disserter que l’on prend conscience de la hauteur de vue du vieil homme. La moustache est fine, la voix rauque etfranche, l’accent et le parler sudistes parfois difficiles à déchiffrer pour les non-initiés. Quant à la langue française qui s’intercale dans nos discussions avant de dominer parfois les débats, elle a ce charme désuet symptomatique d’une génération de colonisés qui s’est vue imposer à l’école élémentaire, les listes de conjugaisons, Jules Ferry, Vercingétorix, mais qui a su tirer en même temps bonheur et avantage des lectures de Rabelais, Ronsard ou Victor Hugo. Et si les hésitations lexicales révèlent un manque de pratique, elles reflètent aussi le plaisir retrouvé de vouloir jouer avec les mots.

D’un vieux sac porté en bandoulière dépasse toujours un petit carnet où malgré sa difficulté à écrire désormais, le vieil homme note encore machinalement pensées et bouts de phrases à l’aide d’un stylo bille qu’il tire de la poche de sa chemisette. Ses lunettes sont d’un autre temps, non pas usées mais comme patinées par les événements qui se sont succédé au Viêt Nam au cours de ces dernières décennies. Le regard, lui, est toujours droit, lucide. Mieux, il reste malicieux. Tout autant que le sont son sourire ou les bribes de conversation lancées à la cantonade avec les gens de l’entourage qui lui répondent d’un ton amusé tout en vaquant à leurs occupations. Après avoir empli à nouveau ses poumons de fumée, il ôte le filtre de sa tasse à café.

Tout semble prêt. Presque. Il doit encore avaler le comprimé qu’un médecin lui impose quotidiennement pour calmer hypertension ou autre tracasserie vasculaire déclarées récemment. S’il accepte le compromis médical, l’homme n’a fondamentalement pas changé. Ses habitudes de vie et sa liberté d’écrivain restent, entremêlées qu’elles sont, comme inscrites au plus profond de lui.

Je me plais à observer les gestes d’un auteur découvert à travers des lectures circonstanciées et qui se dévoile maintenant sous un autre jour. J’observe cette scène matinale, ce micro-événement qui, retranscrit en restant au plus près de la réalité du quotidien, pourrait en dire bien plus sur cette personne et sur ce qui l’environne, à savoir la société vietnamienne en ce début de xxie siècle. C’est ainsi qu’a opéré tout au long de sa vie Sơn Nam : vivre avec le menu peuple du delta du Mékong et de Saigon, l’observer et le décrire sous des formes fictives mais réalistes, sous d’autres plus érudites mais irriguées de son parler vrai et de ses propres repères mentaux. C’est cette pensée qui me vient à l’esprit en vivant cet instantané. Tel un lecteur actif, je prolonge par mimétisme ce que je considère être le point de vue et la démarche de Sơn Nam.

Maintenant que tout est prêt, l’attention du regard se double de celle de l’écoute. L’observation laisse place au dialogue. Nous reprenons la discussion que nous avions interrompue quelques jours auparavant.

Introduction

1C’est par l’évocation personnelle d’une rencontre avec Sơn Nam que nous souhaitions débuter cette introduction à la vie intellectuelle de cet écrivain contemporain du Sud Viêt Nam pour mieux replacer l’auteur au centre de sa création littéraire. Car derrière l’accessibilité et la jovialité apparentes de l’homme qui expliqueraient en partie la popularité de ses écrits, se cache une personnalité plus complexe qu’il n’y paraît.

2L’ambivalence de Sơn Nam, nous l’avons tout d’abord perçue à lecture de ses mémoires (Sơn Nam 2002-2005, 4 volumes). Elle s’est confirmée ensuite lors d’entretiens qui se sont échelonnés à Hô Chi Minh Ville entre la fin de l’année 2004 et le milieu de l’année 2006, de façon de plus en plus sporadique. Au cours de ces rencontres, nous avions insisté sur certains aspects qui nous intéressaient plus particulièrement, à savoir le versant recherche de ses publications. Puis en voulant remonter le fil de sa production scientifique, ce sont les inspirations et les sources utilisées dans ses écrits qui éveillèrent notre curiosité. Car en décryptant certains de ses ouvrages rarement dotés de l’appareil critique qui en aurait fait des véritables outils de recherche, c’est tout un pan de la bibliothèque coloniale, majoritairement de langue française, mais aussi les archives administratives, la presse saïgonaise, bref un matériau classique d’historien qui se révélait à nous et qui venait s’agréger comme naturellement aux observations de terrain, aux recueils d’histoire orale, légendes et dictons que Sơn Nam utilisait indistinctement dans ses écrits de recherches (biên khảo, ghi chép) et dans ses nouvelles ou romans (tập truyện, tiếu thuyết, truyện dài). Une première interrogation était donc celle de la part induite de la situation coloniale dans sa formation intellectuelle et dans son inspiration. Une seconde était l’apport de la démarche empirique et naturaliste que l’auteur adoptait et que l’on pouvait indistinctement pressentir dans ses différents écrits littéraires, teintés d’ethnographie du quotidien ou à vocation historique.

3Précisons avant toute chose les raisons de notre attrait pour cet auteur. La première est liée à notre recherche doctorale qui a porté sur l’histoire du bouddhisme hòa hảo. Les lectures initiales de Sơn Nam ont été celles d’une initiation au delta du Mékong et à son histoire. Même s’il n’a rien écrit de spécifique sur le sujet concerné, Sơn Nam a finalement orienté à la base notre façon d’appréhender les religiosités contemporaines du Sud Viêt Nam en les ancrant fortement dans leur environnement socioculturel originel, puis en replaçant cet espace social ainsi défini, le delta du Mékong, dans le cadre national. Ces lectures riches d’enseignements sur la culture, la langue et la société du delta du Mékong ont attisé notre volonté de décloisonner les catégories par trop figées de l’analyse historique (histoire coloniale, histoire de la révolution, histoire politique, etc.) en redéfinissant, en l’occurrence, les nouveaux mouvements religieux comme des acteurs complexes devant être replacés dans la globalité de la modernité religieuse mais aussi comme des expressions culturelles devant être pensées à diverses échelles locale, régionale, nationale. Nous avons ainsi tenté de comprendre le delta du Mékong sous ses aspects historiques, géographiques, culturels, technologiques, en nous inspirant pour cela de la démarche et des écrits de Sơn Nam, considéré à juste titre comme l’une des figures tutélaires de ce champ d’études sur le Viêt Nam méridional.

  • 1 Voir en annexe la liste de cette collection et sa mise en parallèle avec la présentation chronologi (...)
  • 2 Voir notamment les travaux universitaires récents de Lê Thị Thùy Trang, Phạm Thanh Hùng, Nguyễn Ngh (...)

4La seconde raison a été contextuelle. La publication des mémoires de Sơn Nam a en effet accompagné la réédition quasi complète de ses écrits à partir de 2003. La sympathie et la popularité dont bénéficiait Sơn Nam se sont rapidement liées à des enjeux littéraires et éditoriaux. Hormis pour les hauts personnages de l’État et de la révolution, rares sont en effet les publications de tels mémoires ou les cas de réédition d’œuvres littéraires, partielles ou complètes, du vivant de l’auteur. Ce sont ainsi 40 livres sur près d’une soixantaine publiés indépendamment et à des époques différentes qui ont été compilés pour former un corpus de 20 volumes réagencés en fonction de la nature ou de la proximité thématique des écrits1. Une telle mise à disposition de son œuvre connue a bien évidemment incité à une analyse plus systématique des nouvelles de la part de spécialistes de littérature contemporaine vietnamienne2. Et la disparition de Sơn Nam en 2008 a naturellement suscité réactions, témoignages de reconnaissance, nouvelles publications (Đào Tăng 2011 ; Võ Văn Thành 2013). Aujourd’hui encore, rares sont les études, les reportages ou les articles de presse qui abordent le delta du Mékong sous un angle culturel ou historique sans faire référence à un auteur qui reste pour beaucoup un exemple à suivre, une source où l’on vient puiser de l’inspiration, des anecdotes historiques, des dictons et des citations. Tout cela confirme s’il en était nécessaire que sa lecture et son étude sont plus que jamais d’actualité.

5L’œuvre de Sơn Nam mériterait qu’on y consacrât une étude plus fine et complète consistant à analyser et à croiser nouvelles, romans et écrits de recherche afin de déterminer la cohérence de l’œuvre, la complémentarité ou l’interaction de ses différents registres d’écriture. Deux d’entre eux se démarquent très clairement, l’œuvre de fiction constituée essentiellement de nouvelles et les études documentées ayant trait à la culture ou à l’histoire. Une telle étude systématique apporterait des éclairages utiles sur les sources et sur les formes de composition de ses écrits qui, bien que différents par nature, pointent tous vers une même finalité.

6Commençons néanmoins par poser les bases d’une sociologie historique et recentrons-nous, dans le cadre de cet article, sur les facettes de l’écrivain qui en font un acteur du contact colonial, un témoin de la domination politique et des échanges culturels qu’une telle situation a créés, un artiste inspiré par son environnement naturel et social, finalement un intellectuel passeur de traditions, de valeurs et de cultures vivantes. En s’appuyant essentiellement sur les mémoires et sur nos entretiens, cette mise en perspective a fait le choix de prendre comme point de départ l’auteur plutôt que son œuvre et d’aborder le contact culturel franco-vietnamien comme une source de sa création et non pas seulement comme arrière-plan de l’œuvre.

  • 3 L’expression se réfère à l’expression Nam Bộ, Viêt Nam méridional, qui s’est vulgarisé après 1945 p (...)

7Des études approfondies viendront le préciser, mais nous pouvons déjà affirmer que de toutes ses publications se dégage une homogénéité de la démarche d’observation et de restitution de la vie quotidienne sous deux formes principales que nous qualifions ici de poétiques (nouvelles) ou d’ethnographiques (écrits de recherche) ; de même que s’affirme dans le processus d’écriture de Sơn Nam un même horizon ou, comme l’écrit très justement Võ Phiến, « une seule attache au plus profond de lui qu’est la région natale » (lòng ông chỉ có một thiết tha : là quê hương) (Võ Phiến 1999 : 1346). Pour preuve, Sơn Nam est unanimement reconnu comme un des fondateurs des études régionales, dénommées Nam Bộ học3, en ayant su leur insuffler un esprit et une expressivité littéraires archétypiques. En cela, Sơn Nam est un homme de son temps, à la fois redevable des lettrés et des écrivains locaux qui l’ont devancé, de ses contemporains qui ont aussi œuvré à l’émergence de la nouvelle dans le champ littéraire et à une meilleure connaissance du delta du Mékong et de sa civilisation fluviale. C’est aussi un écrivain dont la lecture incite à voir au-delà des descriptions circonstanciées, la part d’universalité qui se dégage d’une œuvre profondément émouvante et humaniste.

Une vie d’écriture nourrie d’observation raisonnée

8Lecture et écriture semblent avoir poursuivi Sơn Nam tout au long d’une vie faite de pérégrinations dans un environnement relativement étroit mais qui va s’élargir de façon concentrique. C’est du moins ce que suggère son autobiographie qui, construite en quatre étapes, met en correspondance un âge de la vie et un espace géographique. De façon peu originale, les trois césures (1945, 1954, 1975) marquent chacune une rupture importante dans les événements politiques du pays et dans la vie même de l’auteur. Elles suggèrent simultanément les rites de passage qui ont jalonné les différentes phases de sa maturation intellectuelle.

  • 4 Toutes les citations dans le texte ou en notes qui ne sont pas accompagnées de référence sont de S (...)

9La petite enfance de Sơn Nam, né en 1926 sous le nom de Phạm Minh Tày, est celle du temps passé à l’extrême sud de la Cochinchine, dans un village de peuplement récent tourné à la fois vers la forêt de mangroves d’U Minh et le golfe du Siam. Dans cette région, du temps de son grand-père paternel (né en 1840 à Cù Lao Ông Chưởng, dans la province d’An Giang) qui avait décidé d’y migrer, il était encore difficile aux pionniers installés depuis peu de planter du riz. La forêt de tràm environnante permettait de subsister en y pêchant, en y cueillant des biens comestibles, en y ramassant des branchages pour en faire du bois de chauffe qu’on allait vendre au marché. Son père, Phạm Minh Sâm, lui, y était né : « il était un petit cultivateur, officiellement un petit propriétaire foncier qui ne cultivait pas. Il a défriché, mais la terre était mauvaise, trop alunée. Alors on creusait des mares et on élevait des poissons4 ». Quant à sa mère, Lê Thị Qúy, qui donna naissance à trois enfants, deux garçons et une fille, elle était issue d’une famille migrante venue de Long Xuyên (Bò Ót).

  • 5 Malgré cet intérêt pour la culture cambodgienne, Sơn Nam a peu voyagé au Cambodge : « Je suis allé (...)

10Dans ce hameau vivaient quelques dizaines de familles cambodgiennes. Elles étaient venues se réfugier après avoir résisté à la fin des années 1860 à la conquête des Six provinces du Sud (lục tỉnh) qui formeront un temps la Cochinchine. Sa mère étant tombée malade, Sơn Nam eut une nourrice cambodgienne. Très tôt, il apprit quelques rudiments de cambodgien qui viendront, de même que le dialecte chinois triêu châu, enrichir son parler. Un de ses oncles, Hai, très attiré par la culture, les cultes et les pratiques khmères, lui donna d’ailleurs le goût de la découverte5. De ces premières années, Sơn Nam a puisé une partie de son inspiration. Il a surtout développé une sensibilité au métissage culturel et langagier qui lui a permis de décrire par la suite l’enchevêtrement d’influences diverses qui forment cette culture populaire et polymorphe du delta du Mékong.

11À la fin des années 1920, la famille a quitté la pointe de Cà Mau pour s’installer à quelques dizaines de kilomètres plus au nord, dans la région de Hòn Đất. C’est en effet à ce moment que le canal de déversement reliant Rạch Gía à Hà Tiên fut creusé et que son aménagement ouvrit par conséquent de nouveaux espaces de défrichement et de fondations villageoises. Installé non loin de la ville portuaire de Rạch Gía, où se croisaient paysans vietnamiens et cambodgiens, marchands chinois, marins siamois, administrateurs et colons français, Sơn Nam y a commencé l’école élémentaire en côtoyant les enfants de cette population bigarrée.

12Doué et motivé pour étudier, il obtint une bourse du gouvernement colonial en 1937 et poursuivit ses études au collège à Cần Thơ qu’on nommait alors la capitale de l’Ouest (Tây Đô). Mais la guerre sino-japonaise éclata en laissant augurer l’intensification du conflit. Cette jeunesse vietnamienne formée à l’école française lui fit découvrir les lettres et les auteurs français mais aussi les discussions et les activités politiques qui se généralisaient (Sơn Nam 2002a : 71 et 80).

  • 6 Sơn Nam précise : « L’administrateur chef de la province s’appelait Maxime Vialla, le sous-chef éta (...)

13Sơn Nam décida alors de partir à Hà Tiên pour y chercher du travail. Il se proposa à la cimenterie de la ville mais en vain. Il profita cependant de l’occasion pour visiter l’ancienne principauté des Mạc Cửu et découvrir les écrits des poètes Đông Hồ et Mộng Tuyết (Sơn Nam 2002b : 8). Il trouva finalement à travailler entre 1943 et 1945 au service économique de la province de Rạch Gía, en tant qu’aide-secrétaire6. Sa conscience politique s’affina simultanément au contact des patriotes rencontrés dans ce contexte étrange où le régime colonial se maintenait mais pouvait vaciller à tout moment sous la pression militaire japonaise. Décidé qu’il était à prendre le maquis à l’été 1945, sa jeunesse devint alors synonyme d’un engagement anticolonial nourri par les héros locaux du milieu du xixe siècle qui avaient résisté à la conquête militaire.

14C’est au sein de la IXe zone de résistance Việt Minh, cette région en deçà du Mékong, frontalière du Cambodge, qu’il passa toutes les années de la guerre d’Indochine. Sa région natale, la forêt d’U Minh, se transforma rapidement en bastion imprenable d’où débuta le « travail révolutionnaire d’enquête, de propagande, d’organisation, d’entraînement et de combat » (Sơn Nam 2002b : 43). Les comités d’action en faveur de l’indépendance et de l’unité de la nation s’organisèrent. La résistance se renforçait du retour de prisonniers politiques qui avaient croupi un temps à Poulo Condore. Sơn Nam se proclama le représentant de la jeunesse avant de jouer le rôle d’instructeur villageois auprès des élèves qui composeront les futurs cadres des sections des femmes, de la jeunesse, des paysans.

15Ces activités ne l’empêchèrent pas de s’interroger dès cette époque sur les rapports que peuvent entretenir les motivations individuelles de l’artiste et l’engagement, par définition collectif, de l’acte politique (Sơn Nam 2002b : 49-53). Il évoque sa proximité avec le poète Nguyễn Bính, sa rencontre avec des musiciens, tel le dénommé Paul, bulgare passé au maquis, des peintres, des comédiens (ibid. : 144-146) et naturellement tous ceux qui utilisaient l’imprimerie pour glorifier la lutte du peuple contre l’oppression. Beaucoup de ces rencontres se faisaient dans le comité des lettres et des arts (ban văn nghệ) de la zone IX. Placé sous le contrôle d’un militaire qui s’occupait des campagnes d’agit-prop, il était demandé à ce groupe formé de quelques artistes de « faire l’éloge des campagnes anti-françaises, de vanter l’héroïsme des Vietnamiens, celui des femmes vietnamiennes surtout ». Cela se déroulait aussi dans le cadre du « lớp văn nghệ Nam Bộ qui était comme une conférence où l’on réunissait les artistes de la zone IX. À l’époque, Mao était notre maître. On suivait l’exemple des Chinois ».

16Sơn Nam a fait son apprentissage des lettres en rédigeant des articles dans des journaux clandestins, tels Tiền phong ou Dân chủ, et surtout dans « le journal Lá lúa publié dans les années 1950 ; on avait acheté en secret des machines d’imprimerie à Saigon qu’on a installées sur une barque à U Minh ». Ces écrits de jeunesse, rédigés dans des conditions extrêmes, n’avaient selon l’auteur aucune valeur, car « on ne peut pas être écrivain à 18 ans, mais à partir de 30 ans ». Il n’empêche qu’il publia dès 1948 un recueil de poèmes (Lúa reo) et qu’il se fit remarquer en 1952 en obtenant un prix littéraire pour une nouvelle intitulée Bên rừng Cù lao dung. Dans ce contexte particulier de guerre, on trouve ainsi ce qui va faire la marque narrative de l’auteur, à savoir la rencontre des paysans au fil de ses pérégrinations – dans le cas présent de ses affectations – et la description de leur environnement, de leurs coutumes, de leurs croyances populaires, de leurs modes de vie, de leur langage.

17Ce temps fut ainsi celui de l’éclosion des sentiments patriotiques et d’une sensibilité artistique. Sơn Nam donne à voir une facette peu connue de la guerre en se remémorant le temps passé au maquis au contact d’artistes, de poètes, de journalistes. Il suggère en plus les bases d’un processus créatif qui se fonde sur une observation expérientielle d’un terroir, d’une société paysanne dont il est issu. D’une façon très pragmatique, il commence à composer des nouvelles qui, à l’identique de son engagement, ne relèvent pas du registre de l’idéalisation mais bien de celui du réel, du vécu.

18L’annonce de la chute de Điện Biên Phủ sonna la fin d’une bataille, d’un conflit, d’un ordre. Les événements politiques, le cessez-le-feu, les accords militaires et diplomatiques, le rapatriement du corps expéditionnaire, la partition temporaire du pays s’enchaînèrent. Du côté des maquisards, l’heure était au choix, celui du départ pour le Nord ou bien celui de rester sur place en résident clandestin ou en restant à distance des organes du Parti. Sơn Nam choisit sa voie, celle de quitter sa région natale et les zones de résistance mais de rester au Sud et de s’y rendre utile en devenant écrivain.

  • 7 Expression populaire formée à partir du nom de la plus célèbre rue de Saigon (Catinat, aujourd’hui (...)

19L’âge adulte est celui passé au cœur de la ville (Sơn Nam 2004), Saigon, qu’il ne quitta plus jusqu’à la fin de sa vie, au point qu’elle devint son deuxième pays natal. Sơn Nam pénétrait un monde plus différent encore que celui des zones de résistance. Le port, les grands restaurants, ces magasins où l’on va « catiner7 », toutes les lumières de la ville impressionnaient. Et la diversité du monde agraire de son enfance laissait place au cosmopolitisme de la grande ville ouverte sur le monde. C’était en fait plusieurs villes en une qui se touchaient : Saigon la ville coloniale, Chợ Lớn l’industrieuse ville chinoise puis, intercalés, les faubourgs vietnamiens tout aussi actifs. Au cœur même de la ville, vers Đà Kao ou à Gia Định, s’étaient installées depuis plusieurs générations des grandes familles cochinchinoises d’intellectuels, de commerçants, de propriétaires fonciers. Ils s’étaient réapproprié une part de modernité occidentale et œuvraient dans de nombreuses professions libérales. Le long du port, en direction de Chợ Lớn ou à proximité de l’aéroport, se développaient des quartiers plus populaires où vivaient des artisans, des commerçants, des journaliers, venus de la campagne voisine. Avec l’exode de centaines de milliers de réfugiés majoritairement catholiques venus du Nord à l’issue des accords de Genève, la physionomie de la ville évolua en se gonflant de cette population qui s’installa dans de nouveaux quartiers de la ville. L’expansion se poursuivit dans les années 1960 avec le débarquement de l’armée américaine et une nouvelle vague d’exode de paysans quittant cette fois les provinces du Centre et du Sud Viêt Nam.

20Devenir saïgonais consistait donc pour Sơn Nam à domestiquer ce cosmopolitisme colonial, à s’émanciper des rapports de classe, à s’adapter aux codes d’une culture bourgeoise et occidentalisée. Il s’agissait surtout de comprendre comment fonctionnait et comment s’était construite la ville au fil des vagues migratoires. Car si la ville était tournée vers son arrière-pays du delta du Mékong, elle s’ouvrait tout autant vers le Đồng Nai et les plaines côtières du Centre. Sans compter que les migrants venus des environs de Huế, Tourane (Đà Nẵng), Quy Nhơn, etc., mais aussi de Hanoi et du delta du Fleuve Rouge étaient tous porteurs de traditions villageoises et régionales. La ville était naturellement le lieu d’une intense vie artistique et intellectuelle. La presse française et vietnamienne pullulait, les lycées et les facultés ouvraient l’espoir d’une ascension sociale, les bibliothèques rendaient accessibles la littérature et la découverte des grandes civilisations. La ville était un monde en soi, où se croisaient des arts vivants vietnamiens et l’Occident. Elle était un centre de documentation à ciel ouvert, un point d’observation et d’expérimentation pour celui qui percevait cette cohabitation de cultures savantes et populaires.

21Mais devenir saïgonais consistait avant tout à trouver un moyen d’existence pour mieux se fondre dans un environnement qui pouvait s’avérer hostile en raison des tensions politiques toujours fortes au sortir de la guerre d’Indochine. L’arrivée à Saigon coïncida avec la « guerre des sectes » que relatèrent Lucien Bodard dans ses reportages ou encore Graham Greene dans son Américain bien tranquille.

  • 8 Je lui demandai si ce choix avait à voir avec le culte Bửu Sơn Kỳ Hương qui faisait du point culmi (...)

22Sơn Nam, alors âgé de 30 ans et qui avait forgé ses armes dans le maquis pendant 10 ans cherchait à se rapprocher des écrivains de Saigon comme Thanh Nam, Dương Tử Giang, Lý Văn Sâm. Il renforça ses liens d’amitiés avec des artistes du Sud, en particulier Bình Nguyên Lộc (Tô Văn Tuấn) tout en faisant la connaissance d’écrivains originaires du Nord qui, issus d’une tout autre culture lettrée, se révélaient, dit-il, « bien plus doués pour la littérature que les gens du Sud qui ne lisent pas ». C’est à Saigon que naquit réellement l’écrivain Sơn Nam. En arrivant dans la ville, il choisit ce nom de plume en mémoire à sa petite enfance et à son pays natal : « Ce choix, c’est par amitié pour les Cambodgiens. Sơn est le nom que portent les Khmers du delta, et Nam c’est le Sud8. »

  • 9 La compilation de ses écrits dans les journaux, les revues littéraires et culturelles vietnamienne (...)
  • 10 Phi Vân (1918-1977), de son vrai nom Lâm Thế Nhơn, originaire de Cà Mau, publia précédemment deux h (...)

23Ayant réussi à se libérer rapidement des obligations militaires imposées par le régime de Ngô Đình Diệm en 1955, Sơn Nam devint pigiste pour plusieurs journaux9. Il décida en parallèle de créer une maison d’édition avec Bình Nguyên Lộc afin d’autoproduire leurs livres. Celle-ci prit le nom de Phù sa, littéralement « alluvions », comme pour mieux évoquer l’environnement naturel et la société du delta du Mékong qui s’est formée par apport successif de limons fertiles, de pionniers et de migrants. C’était peut-être également une façon de qualifier leur approche d’une écriture qui se voulait simple, concrète, ancrée dans le terroir. Leurs publications, « plus d’une dizaine en tout, étaient tirées à 1 000 exemplaires, vendues aux éditeurs ou mises en dépôt chez les libraires ». Prenant conscience qu’un seul auteur, Phi Vân10, s’était jusqu’alors intéressé à la région de Cà Mau, riche par ailleurs d’une première publication consacrée à la région du Transbassac (Tìm hiểu đất Hậu Giang, Phù Sa, 1959), Sơn Nam décida de publier en 1962 son premier recueil de nouvelles, Hương rừng Cà Mau, qui fut un succès.

24Mais sa vie de journaliste-écrivain fut rythmée par les soubresauts des événements politiques et les suspicions répétées des autorités de la République du Viêt Nam qui voyaient en lui un sympathisant des forces de gauche, voire un partisan Việt Cộng. Pour cette raison, elles décidèrent de l’incarcérer pendant 24 mois, à partir de juin 1960, à la prison de Phú Lợi. En plus de l’humiliation et des conditions matérielles et sanitaires déplorables, s’ajoutait cette impossibilité d’écrire qui le minait tout particulièrement. La crise bouddhiste mena à la chute du régime de Diệm, à un assouplissement du régime de la presse et du contrôle policier. Mais la situation se tendit à nouveau avec l’escalade de la guerre, les mouvements étudiants, l’instabilité politique. Si bien qu’à la fin de l’année 1974, Sơn Nam subit à nouveau une incarcération de 4 mois à la prison centrale de Saigon. Dans ce contexte troublé, il réussit malgré tout à lire énormément, à publier des articles, des nouvelles, des écrits de recherche, à se forger un nom. C’est là que s’affina son art de la narration et de la description en développant une certaine technicité dans l’analyse : l’observation jusqu’alors intuitive se fit plus documentée et raisonnée.

  • 11 Võ Phiến débute la notice qui lui est consacrée par cette phrase : « Sơn Nam rất “kỵ” chính trị », (...)

25Dans le dernier opus des mémoires qui débute avec les événements d’avril 1975 pour couvrir les quasi-trente dernières années de la vie de Sơn Nam, la trame chronologique et événementielle s’efface au profit de commentaires et de digressions plus libres sur la culture vietnamienne et sur l’écriture. Non pas que les changements n’aient été moins brutaux au moment de la réunification du pays ou lors de l’instauration de la politique du đổi mới en 1986 ; non pas que ces événements n’aient été sans effets sur la vie de la population et sur la façon de concevoir la culture et l’identité vietnamiennes. L’écrivain quinquagénaire semble avoir voulu se détacher de plus en plus des contingences11 pour se consacrer à la littérature et surtout à la publication d’études folkloriques ou d’essais historiques.

  • 12 Lorsqu’il débarqua à Saigon en 1954, Sơn Nam avait déjà été confronté au même choix de demander des (...)

26Car si la fin de la guerre était bien effective dans le pays, la situation intérieure était encore loin d’être pacifiée. Rééducation, collectivisation, défiance et exode rythmèrent les premières années de la réunification. Sans compter les problèmes de subsistance, l’appauvrissement et la bureaucratisation de la vie culturelle, l’imposition de nouveaux canons esthétiques, la pénurie de livres. Pour Sơn Nam, il ne fut jamais question de quitter Saigon et le pays. Lui qui vivait depuis des décennies sans aucune affiliation à un parti politique ou à une organisation, – hormis, précise-t-il, le Pen Club dont le caractère international fut sujet à critique –, lui qui avait fait pour cette raison de la prison sous l’ancien régime et qui pouvait se voir contraint par le nouveau pour les mêmes griefs, se reposa la question de la régularisation de sa situation12. La nécessité le poussa à chercher une activité culturelle auprès d’un organisme d’État qui lui permettrait de reprendre le moment venu, espérait-il, ses pérégrinations dans la ville et dans sa région natale (Sơn Nam 2005 : 23). Il en était ainsi de sa vie. De plus, ce qu’il pouvait lire de récent en matière de littérature lui faisait dire qu’on était loin du génie de « Hồ Biểu Chánh, le plus grand écrivain du Sud ». Quant aux programmes de recherche sur le Viêt Nam méridional commandés aux fonctionnaires des services de la culture, ils éveillaient en lui beaucoup de doutes. Les observations trop rapides et les conclusions hâtives, le peu d’empathie des enquêteurs envers les populations rencontrées, le manque de relativisme étaient la preuve de beaucoup de superficialité. Le cadrage théorique prédéterminé figeait et généralisait de plus une vision téléologique et culturaliste. Ceci allait naturellement à l’encontre de la démarche réellement empirique que Sơn Nam avait éprouvée depuis tant d’années et qui lui avait permis de constituer un intéressant fonds ethnographique. Depuis Hô Chi Minh Ville, il consacra essentiellement ses dernières années d’activités professionnelles – il prit sa retraite de l’association des écrivains en 1990 – à l’écriture d’articles de presse, à la rencontre d’étudiants et de chercheurs, à la recherche documentaire dans les bibliothèques et au centre des archives nationales de la ville pour y consulter notamment le riche fonds du Gouvernement de la Cochinchine. Il publia en conséquence plusieurs ouvrages sur la culture et sur l’histoire. Mais au cours de ces années, il reprit aussi le chemin des arroyos du delta, soit de sa propre initiative, soit à la demande de journalistes ou de chercheurs (Sơn Nam 2005 : 32).

27Dans ces derniers chapitres, il évoque donc en toute liberté sa visite des lieux de culte de la ville et les festivités qui s’y tiennent. Il commente les cérémonies de mariage et le culte des ancêtres, la vie passée du quartier de Gò Vấp. Il se remémore aussi les célébrations du tricentenaire de la fondation de la ville en 1998 et sa contribution aux nombreuses recherches historiques et encyclopédiques menées pour l’occasion. Il livre aussi ses impressions sur les provinces du Centre Viêt Nam, suite aux déplacements qu’il fit pour rechercher le tombeau de Hiền Vương à Huế, ou bien celui de Nguyễn Hữu Cảnh à Quảng Bình, deux personnages historiques qui ont joué un rôle important dans l’histoire du Sud du pays. Il détaille encore ses retrouvailles avec Nguyễn Văn Hầu, lettré de Long Xuyên qui écrivit beaucoup sur la doctrine du bouddhisme hòa hảo, la littérature sudiste, la mise en valeur agricole et les mouvements patriotiques locaux du xixe siècle. Il présente enfin la région des Sept Montagnes et la rencontre de saints hommes (ông đạo) qui y vivent et que la population locale respecte pour leur connaissance des croyances locales et de la pharmacopée traditionnelle.

28Sơn Nam s’est toujours considéré comme un écrivain iconoclaste qui a suivi son propre style doublé d’un patriote sincère qui a cherché à approfondir sa connaissance de l’histoire et de la géographie nationales (Sơn Nam 2005 : 28). On retrouve finalement ici les composantes d’une écriture qui, dans certains cas, prend la forme d’une narration ethnographiée et, dans d’autres, celle d’une ethnographie stylisée. De cette dualité originelle découle toute la richesse de son œuvre.

Le delta du Mékong : du paysage mental à la définition d’un espace régional

29Sơn Nam a ainsi consacré toute sa vie à peindre les nombreuses facettes de son pays natal, le delta du Mékong, et de son pays d’adoption, Saigon. Historiquement, le delta a souvent fait figure d’arrière-pays de la région de Saigon. Non seulement lorsque les seigneurs Nguyễn ont implanté au xviie siècle une citadelle dans la région de Gia Định avant de prolonger la colonisation de ce front pionnier plus au sud, mais encore lorsque la mise en valeur économique de la Cochinchine coloniale a fait de Saigon le débouché portuaire naturel des réseaux rizicoles et commerciaux de tout le Viêt Nam méridional. Sơn Nam, ayant fait le parcours inverse a, en conséquence, perçu Saigon comme une ville coloniale à l’identité affirmée mais également comme une extension du delta du Mékong perceptible dans ses faubourgs. C’est par la suite, seulement, que la métropolisation et les migrations successives ont complexifié la situation et enrichi une vie culturelle par l’apport de nombreuses autres influences. De fait, le delta du Mékong au sens large, la culture du Sud dans un sens restreint, sont pour Sơn Nam un macrocosme. De la sorte, il a contribué à fonder ces études du Viêt Nam méridional que les Vietnamiens dénomment aujourd’hui Nam Bộ học. Tentons de préciser les significations que recouvrent les expressions de delta du Mékong (đồng bằng sông Cửu Long) puis celles de culture du Sud (văn hóa Nam Bộ) qui sont l’objet ou bien l’arrière-plan de tous les écrits de Sơn Nam.

30Tout naît du Mékong, pourrait-on dire, de ce fleuve puissant trouvant sa source au Tibet, qui a façonné le long de son parcours sinueux diverses cultures et sociétés. Épine dorsale de la péninsule indochinoise, il a toujours eu cette ambivalence d’être une voie de circulation, un passeur culturel ainsi qu’une frontière qui a délimité les espaces coloniaux et les états modernes. Tous les pays qu’il traverse (Chine, Myanmar, Thaïlande, Laos, Cambodge, Viêt Nam) revendiquent peu ou prou un lien privilégié, voire identitaire, avec ce fleuve. En deçà de Phnom Penh, le Mékong commence à se dédoubler : sur les 300 derniers kilomètres de son parcours, il se divise ainsi en deux bras qui, tout en gardant un tracé parallèle d’orientation Nord-Ouest/Sud-Est, laissent éclore de nombreux arroyos. Après s’être démultiplié, le Mékong atteint la mer par une multitude d’embouchures que les Vietnamiens ont symboliquement réduites aux neuf principales. Le Mékong prend finalement la forme de « neuf dragons » (sông Cửu Long) qui inondent, fertilisent et protègent cette plaine deltaïque. Cependant, il arrive encore d’entendre la population locale parler de sông Cái, signifiant à la fois « grand fleuve » et « fleuve mère ». On retrouve alors le sens originel de Mé Khoong et, finalement, la même reconnaissance de la paysannerie vietnamienne à l’endroit de ce fleuve fécondateur qui a permis de constituer l’un des principaux greniers à riz (vựa lúa) d’Asie du Sud-Est.

31Les géographes s’accordent pour définir un « grand delta du Sud » constituant un ensemble hydrologique dont la plaine d’inondation s’étend sur le Cambodge et le Viêt Nam, de Kompong Cham à Biên Hòa, son point le plus à l’Est si l’on raccorde au delta du Mékong stricto sensu celui du Đồng Nai (De Koninck 1995 : 282-283). Cette définition outrepasse ceci dit le delta du Mékong tel qu’on l’envisage généralement dans l’espace vietnamien. Car d’un point de vue spatial, le delta est cette région qui s’étend à l’ouest de la conurbation d’Hô Chi Minh Ville jusqu’à la frontière vietnamo-cambodgienne. On la dénomme alors Miền Tây Nam Bộ.

32Comme le prouvent ses premiers écrits, Sơn Nam a très tôt posé le cadre géographique de ses investigations en publiant une première étude sur sa région natale (Tìm hiểu đất Hậu Giang, 1959). La nature et les activités humaines y sont décrites de même que les grandes évolutions historiques de la région. On y retrouve ainsi un esprit pionnier aux multiples facettes qui s’exprime par une interaction constante entre l’homme et son environnement sous formes d’adaptation (vie au fil de l’eau et au rythme des inondations) mais aussi de lutte (défrichement de la forêt, creusement de canaux, protection des animaux sauvages). On le perçoit également à travers l’esprit valeureux et parfois révolté que certains personnages ont exprimé, notamment lorsque se confirma la conquête coloniale à partir des années 1860. C’est en toute logique que Sơn Nam s’intéressa au héros local, Nguyễn Trung Trực (Nguyễn Trung Trực : Anh hùng dân chài, khảo cưú, phụ họa, tuồng kịch, 1959). Ces deux livres révèlent les bases de son inspiration, la terre et les hommes du delta. À partir de cette date, elle suivit deux formes d’écriture distinctes mais qui se croisèrent régulièrement. Non seulement fin connaisseur de l’histoire, de la géographie et des hommes de cette région, il connaissait aussi ou recueillit au fil du temps nombre d’expressions locales qui ont permis de révéler la façon d’être des habitants mais aussi leur perception de leur terroir. En insérant dans ses écrits toutes sortes de locutions et expressions usitées jusqu’alors uniquement à l’oral, il a contribué à décrire la région de l’intérieur et dans toutes ses nuances.

  • 13 Les hòn sont des petites collines isolées ou formant de petits massifs ; les giồng sont des bourrel (...)
  • 14 Ce quadrilatère (Tứ giác Long Xuyên) est situé entre Long Xuyên, Châu Đốc, Hà Tiên et Rạch Giá.

33Vue sous l’angle de l’écologie, la région se caractérise en effet par l’enchevêtrement des éléments solides (larges plaines, langues de terre, îlots ou cù lao) et liquides (fleuves/sông, arroyos/rạch, confluents/vàm, canaux/kinh), ainsi que par la superposition de réseaux hydrauliques et terrestres, de dépressions marécageuses et de mamelons (hòn, giồng, gò)13, de réserves naturelles, de vergers féconds et de rizières verdoyantes. Le delta du Mékong peut ainsi se subdiviser en fonction du milieu physique et de l’environnement : zones côtières et portuaires le long du golfe de Thaïlande (province de Kiên Giang), zones salines sur la côte de Bạc Liêu, zone de collines au sud de la province d’An Giang (massif des Sept montagnes qui culmine à près de 800 mètres), zone semi-aquatiques de mangroves et de tràm (pointe de Cà Mau et forêt d’U Minh en particulier), dépressions marécageuses et zones inondables de la plaine des joncs (Đồng Tháp) et du quadrilatère de Long Xuyen14, zones de giồng (Vĩnh Long, Bến Tre).

Fig. 1 : Carte de la Cochinchine (Administration)

Fig. 1 : Carte de la Cochinchine (Administration)

Légende de la carte : « Indiquant les provinces ; leurs chefs-lieux et les postes administratifs (ceux occupés par un fonctionnaire européen sont soulignés). Les lignes rouges indiquent la limite approximative des 3 Régions: Est, Centre, Ouest (voir Graphique N° 5) »

Source : extrait de l’Essai d’atlas statistique de l’Indochine française, par Henri Brenier, Hanoi : IDEO, 1914, p. 26.

34Région d’exploitation agricole extensive, le delta du Mékong peut se définir ensuite selon ses activités halieutiques ou agricoles. On peut définir ainsi les zones tournées vers les produits de la mer ou les ressources fluviales telles que les zones de pêche (villages côtiers), d’élevage de poissons d’eau douce (An Giang), d’élevage de crevettes (Cà Mau), celles tournées vers les plantes industrielles (Long An), le maraîchage (Tiền Giang) ou encore la fruiticulture (Bến Tre, Vĩnh Long). Mais c’est bien évidemment la riziculture qui domine la région dans son ensemble. Elle-même peut se définir en fonction des modes d’exploitation, du milieu physique, du maillage hydrographique et des casiers hydrauliques. Au début des années 1960, les services de l’agriculture distinguaient trois zones : celle à un repiquage affectée par l’eau salée (provinces dites « anciennes » à proximité de Saigon-Hô Chi Minh-Ville), celle à double repiquage où s’effectue l’action combinée des marées venant de la mer de Chine et des crues du Mékong (Vĩnh Long, Sa Đéc, Cần Thơ), celle à riz flottant et à semis direct inondée chaque année par le Mékong (An Giang, Kiên Giang).

35Dans la langue française, le delta du Mékong semble strictement relever de la géographie. Si cette expression est la plus usitée de nos jours, il n’en était pas de même à l’époque coloniale. À partir du xixe siècle, de nouvelles appellations administratives ont en effet vu le jour pour redéfinir le territoire colonial qu’était la Cochinchine. Pour parler du delta du Mékong, les administrateurs utilisaient généralement les expressions de Basse Cochinchine ou de Cochinchine occidentale, de Transbassac (région située au-delà du Bassac) et de Cisbassac (région située entre les deux bras du Mékong) ; ou bien, ils spécifiaient le nom des chefs-lieux administratifs (Cần Thơ, Bạc Liêu, etc.) pour parler d’une province dans son ensemble.

  • 15 Le miền đông Nam bộ définit, lui, à grands traits la région située au nord et à l’est d’Hồ Chí Minh (...)

36Les expressions vietnamiennes révèlent quant à elles d’autres conceptions de l’espace. Si le terme đồng bằng sông Cửu Long est unanimement utilisé pour parler du delta, son origine et sa vulgarisation dans le langage courant ne semblent pas si anciennes. L’autre terme utilisé par les habitants du Sud pour qualifier la région est celui de miền tây nam bộ15 (région sud occidentale) ou miền tây. Les habitants du delta du Mékong utilisent quant à eux une multitude d’expressions locales qui illustrent la diversité de la région mais également celle de la conception qu’ils se font de leur espace. Il n’est ainsi pas rare d’entendre parler du delta du Mékong sous les appellations de Lục tỉnh (référence aux Six provinces du Sud à l’époque impériale), de Hậu giang (nom du bras du Mékong, dénommé Bassac par les Français), de miệt dưới (région du dessous) ou à l’inverse de miệt trên (région du dessus) pour qualifier les régions de part et d’autre du Mékong, de miệt vườn pour parler de la région des vergers.

37La seule lecture du paysage révèle ainsi la pluralité environnementale du delta du Mékong. Ce que n’a pas manqué de noter l’écrivain Nguyễn Hiến Lê dans ses mémoires : c’est en quittant son village natal du Tonkin au milieu des années 1930 pour s’installer à Long Xuyên et y commencer une carrière d’agent technique et d’ingénieur hydraulique qu’il s’aperçut que « le Sud n’était pas uniforme, monotone, morose comme on peut le penser quand on regarde une carte dans un livre de géographie… Il n’y a que dans le miền tây qu’il y a autant de différences d’une zone à une autre » (Nguyễn Hiến Lê 2001 : 171).

38Cette région a par conséquent produit un langage spécifique qui découle à la fois de l’histoire et de la composition de son peuplement, d’un environnement naturel particulier et d’activités agricoles et fluviales qui le sont tout autant. Comme le prouve un livre publié encore récemment (Võ Văn Thắng, Hồ Xuân Mai 2014), le sujet suscite toujours de nombreuses recherches en linguistique et en littérature. Et les écrits de Sơn Nam, ses recueils de nouvelles en particulier, y tiennent naturellement une place de choix (Nguyễn Văn Nở 2014 : 90-118) tant ils sont un référent indispensable à de telles études.

  • 16 À titre d’exemples (empruntés indistinctement aux études précitées de Nguyễn Văn Nở et Nguyễn Nghiê (...)

39On trouve ainsi dans ses écrits, des expressions vietnamiennes et un champ lexical communs à la population vietnamienne mais qui ont subi des altérations phoniques (initiales ou voyelles par exemple) ou des transformations dans la prosodie (inversion, omission ou modification de prémisses ou de mots dans une expression proverbiale16). Ces modes d’expressions ne sont pas originaux en soit puisqu’ils sont partagés par la majorité des gens du Sud. Mais en tant qu’écrivain, Sơn Nam a parfois innové en transformant des expressions communes sous une forme dialectale, en jouant sur des redoublements ou bien en détournant le sens de certaines de ces expressions.

  • 17 Par exemple : nhanh như chớp (rapide comme l’éclair), nước mặn đồng chua (eau salée, champ acide), (...)
  • 18 Mentionnons quelques exemples typiques : Rừng tràm (forêt de cajeput), dừa xiêm (noix de coco du Si (...)

40Le plus intéressant est cependant son utilisation d’expressions locales17 et son apport d’un langage parlé agrémenté d’un vocabulaire populaire, parfois argotique mais toujours très imagé et fortement ancré dans l’espace deltaïque. L’auteure d’une étude consacrée à la « coloration sudiste » (màu sắc Nam Bộ) des écrits de Sơn Nam a pu ainsi dresser une liste de plus de 1000 termes dialectaux accompagnés de leurs équivalents dans la langue commune (Nguyễn Nghiêm Phương 2009 : 89-113). Il est à souligner que cette étude a analysé aussi bien les recueils de nouvelles que quelques écrits de recherches et que cette liste compile par conséquent un vocabulaire qui peut être rattaché soit au registre littéraire, soit au registre ethnographique. Nombre de termes dialectaux n’ont en effet aucun équivalent, en particulier ceux qui proviennent d’une phonétisation de termes d’origine chinoise ou khmère, mais aussi ceux d’origine vietnamienne qui concernent les particularités locales de la faune et de la flore, les différentes catégories de fleuves et de canaux, les différentes qualités ou fonctions attribuées à l’élément liquide dans l’environnement naturel ou dans les activités humaines, les différents modes de transports fluviaux ou terrestres, sans parler de l’alimentation ou des pratiques agricoles18.

41Les exemples se multiplient lorsqu’on aborde les « lieux dits » dans lesquels Sơn Nam campe ses histoires. À titre d’exemple, Sơn Nam rappelait qu’il était originaire non pas d’un village mais d’une localité dénommée miệt thứ, signifiant la « région située près du 4e canal ». Un grand nombre de termes toponymiques se réfèrent à des noms de rivières et de canaux, à des personnages historiques, des événements mythiques, des croyances ou des légendes locales. Ils sont autant de marqueurs tangibles de l’espace et d’événements passés que des bornages symboliques qui permettent à la paysannerie de définir géographiquement puis culturellement l’espace deltaïque. Sa mise en valeur au cours du xxe siècle a forgé des sous-régions et des sous-cultures que Sơn Nam s’est évertué à décrire en croisant les représentations mentales de la population locale et des analyses géographiques, physique et humaine plus rationnelles.

42Sơn Nam a ainsi largement contribué à conserver ces traditions orales fortement ancrées dans la culture populaire puis à les vulgariser par ses écrits. Ses recherches l’ont de plus amené à forger des néologismes qui, pour certains, sont devenus des normes toujours utilisées pour définir ce terroir. La lecture de l’espace social et de la culture méridionale qu’il propose aurait pu souffrir de réinterprétations ou de récupérations de la part des idéologies nationalistes et communistes qui ont rivalisé pour l’indépendance du Viêt Nam et pour la fondation de l’État Nation moderne au cours du second xxe siècle. En conséquence de la partition temporaire du pays qui a mené « de l’indépendance unitaire à l’indépendance fractionnée » (Isoart 1961), ces écrits auraient pu être taxés de régionalistes voire contraires à l’unification de la Nation autour de ses mythes fondateurs. À l’inverse, ils auraient pu être utilisés plus conjoncturellement pour glorifier le Sud Viêt Nam d’avant 1975. Force est de constater qu’aucune lecture idéologique n’a pu avoir d’emprise sur les écrits de Sơn Nam. La raison en est sûrement ce souci constant de réalisme et cette attention portée au savoir local, à l’histoire quotidienne du petit peuple qui permettent de décrire avec véracité ce que sont finalement le delta du Mékong et sa culture : une marge de la nation vietnamienne en même temps qu’un carrefour de l’Asie du Sud-Est.

Littérature, culture et tentation naturaliste

43Le Viêt Nam méridional constitue ainsi le cadre naturel de tous les écrits de Sơn Nam. Il est à la fois l’arrière-plan d’une œuvre romanesque inscrite dans le présent mais aussi un espace culturel qu’il a disséqué et appréhendé d’un point de vue historique. L’épaisseur des descriptions qui portent autant sur ce terroir que sur les activités et les usages des hommes qui le peuplent visait à se rapprocher, selon la propre expression de l’auteur, de « l’âme populaire » des gens et de la région.

44Ce projet s’est réalisé sous des formes fictives qui lui ont permis de gagner en liberté et en simplicité d’expressions. Parmi ses prédécesseurs de renom, Sơn Nam mentionne Hồ Biểu Chánh, véritable initiateur du renouveau littéraire sous des formes esthétiques sudistes (Paillaud 2011) ainsi que Phi Vân déjà cité. Nul doute qu’il connaissait la littérature populaire orale (nói thơ), qu’il s’était penchée sur les écrits de Nguyễn Đình Chiểu, Trịnh Hòai Đức, Huỳnh Mẫn Đạt, Nguyễn Quang Diêu ou qu’il connaissait ces premiers intellectuels catholiques qu’étaient Trương Vĩnh Ký, Paulus Huỳnh Tịnh Của ou Nguyễn Trọng Quản. De même connaissait-il les sấm truyền, ces oracles ou écrits prophétiques qui donnaient corps à une poésie hermétique mais facilement mémorisable sous forme de littérature orale. Cette même poésie donnait chair aux arts vivants tels que les chants (vọng cổ) ou le théâtre chanté (đờn ca tài tử, cải lương). Enfin, il côtoya nombre de ses contemporains parmi lesquels Kiên Giang, Lê Văn Thảo, Trang Thế Hy, Nguyễn Văn Hầu, Bình Nguyên Lộc.

45S’il fait référence à l’environnement littéraire qui l’entourait de son vivant ou à toutes ces œuvres passées, c’était pour considérer ces dernières comme des éléments de culture que s’est réapproprié au fil du temps la population. Certes, Sơn Nam a adopté une démarche d’écriture qui peut, sous certains aspects, se rapprocher de celle de Hồ Biểu Chánh, notamment dans le croisement qui s’opère entre scénographie vietnamienne et rencontre littéraire franco-vietnamienne. Cependant, la production du cadet s’est montrée beaucoup plus polymorphe que celle de son aîné. Sûrement doit-on y voir des traits de personnalité différents mais aussi un phénomène de génération. Au milieu du xxe siècle, lorsque Hồ Biểu Chánh décède (1958) et que Sơn Nam commence à écrire, la presse se généralise et avec elle le style journalistique qui connaît ses heures les plus glorieuses. La littérature occidentale se diffuse plus largement et la littérature moderne vietnamienne, sous la forme de nouvelle notamment, atteint un nouveau cap. Les rapports à la culture française commencent également à évoluer sous les effets du contexte postcolonial. Sơn Nam continue néanmoins à se tourner vers les auteurs français, aussi bien les écrivains dont il affectionne la musicalité de la prose ou la transcription du réel, que tous ceux qui se sont intéressés, sous un angle ou sous un autre, à la civilisation vietnamienne (ce que l’on appelle ici la bibliothèque coloniale). Il exprima ainsi toute « sa reconnaissance envers la France de lui avoir accordé des bourses quand [il était] écolier et lycéen à Rạch Gía puis à Cần Thơ » et, en conséquence de quoi, de lui « permettre d’accéder à sa culture ». Ses auteurs de jeunesse étaient Anatole France dont il appréciait la clarté du style, Alphonse Daudet et ses descriptions de la vie paysanne et bien évidemment Victor Hugo pour l’ensemble de son œuvre inclassable. Il découvrit plus tard de très nombreux auteurs dont, pour ceux qui lui revenaient en mémoire, Jacques Chardonne, Gérard de Nerval, François Mauriac dont il louait l’équilibre de sa prose bien qu’il fût « un bourgeois catholique », Stendhal « peut-être le plus talentueux ». Et puis des auteurs étrangers comme Joseph Conrad, les sœurs Brontë, Ernest Hemingway, Bertolt Brecht, dont il lut les traductions françaises par curiosité. Il y eut enfin et surtout la poésie chinoise, notamment celle de l’époque Tang (Lý Thái Bạch, Đỗ Phủ).

46Ces éléments permettent ainsi de camper un peu mieux l’écrivain curieux de littératures classique et contemporaine mais qui a essentiellement trouvé son inspiration en observant ses compatriotes. Car c’est le peuple qui tient le rôle principal dans ses écrits, non pas un peuple héroïsé dont on rechercherait l’essence en risquant de se perdre dans des abstractions ou un idéal révolutionnaire mais plutôt celui dont on glorifie l’intrépidité porteuse de sentiments patriotiques et le bon sens pratique de la vie quotidienne. L’auteur part du point de vue subjectif des protagonistes qu’il situe toujours dans un environnement naturel omniprésent, ce qui crée parfois un étrange sentiment de mystère. Il ne les dépossède pas de leur propre langage ni de leurs vies ou de leurs représentations qui sont décrites dans leur simplicité, fussent-elles étranges, fantasques. Toutes ces descriptions sont mises au service de romans ou de nouvelles qui présentent, sous la forme de tranches de vie, les diverses facettes de la société rurale. Et lorsque certaines références historiques apparaissent, l’événement n’est pas toujours signifiant, il est avant tout un contexte dont on suggère les incidences locales. Dans l’œuvre fictionnelle de Sơn Nam, les permanences et les logiques locales prennent le pas sur les contingences nationales. En se faisant le médiateur du monde paysan, il a intuitivement adopté un point de vue que les sciences sociales qualifient depuis de subalterniste. En laissant, d’une part, les personnages de ses histoires maîtres de leurs propres langage, attitudes et conceptions du monde, en transcrivant, d’autre part, leurs intonations dans un style littéraire qui lui est propre, il a ainsi donné à voir des facettes mal connues ou trop peu mises en valeur de l’identité vietnamienne.

  • 19 Thanh Tâm Langlet rappelle à juste titre qu’un « front pionnier transforme chaque nouveau venu en m (...)

47Auteur précoce et prolixe, lui qui aimait s’essayer à diverses formes d’écriture et d’arts en gardant toujours en tête la même ligne d’horizon, a été éditeur, nouvelliste, journaliste, essayiste, folkloriste. C’est sous toutes ces acceptions que l’on doit comprendre le terme nhà văn qui le qualifie, écrivain ou homme de lettres. Dans ses travaux de recherche consacrés à l’étude de la culture du Viêt Nam méridional, il ne s’est pas limité à retranscrire ou à façonner des discours et des intrigues piqués sur le vif, il s’est longuement documenté pour retracer l’histoire du défrichement du delta du Mékong et le façonnement d’une société de pionniers19 qui a su domestiquer l’environnement naturel.

48L’appétence pour la lecture et la recherche a été comblée lorsque Sơn Nam s’est installé à Saigon au milieu des années 1950. Là, il a pu découvrir les bibliothèques de la ville, accéder à la presse, côtoyer des chercheurs, des universitaires vietnamiens, français, étrangers. Abritée dans une aile de l’ancien Musée Blanchard de la Brosse, la Société des études indochinoises, la plus ancienne société savante orientaliste fondée en Indochine française, était un foyer majeur des études sud-est asiatiques. Plusieurs commissions d’études s’étaient spécialisées dans l’histoire de Saigon, la culture cochinchinoise, la littérature, l’ethnologie de la péninsule indochinoise. On pouvait lire leurs comptes rendus de recherche dans le bulletin de la Société (BSEI). Et son centre de documentation était naturellement parmi les plus riches d’alors. On y trouvait les livres sur l’Indochine, des manuscrits en diverses langues, toute une série de revues orientalistes, les publications locales en vietnamien. Avant de pouvoir constituer sa propre bibliothèque au fil des décennies, c’est là que Sơn Nam commença à porter un regard critique sur les représentations coloniales qui transpiraient de certains écrits occidentaux, là surtout qu’il accéda à un savoir scientifique dont il décryptait petit à petit les méthodes d’analyse. En cernant ces écrits de la première moitié du xxe siècle, il puisa une partie de son inspiration en débutant une formation autodidacte. Sơn Nam précise :

J’ai eu la chance d’apprendre le français, de fréquenter aussi la Société des études indochinoises. J’y ai étudié pendant trois ou quatre ans. C’est Louis Malleret et Vương Hồng Sển qui m’ont soutenu pour être membre. Malleret m’appréciait beaucoup […]. À la Société des études indochinoises, j’ai aussi rencontré Đỗ Văn Anh qui est un ami cher, Thái Văn Kiểm qui était un grand bavard ; et aussi Nguyễn Thế Anh, Philippe Langlet, sa femme Quách Thanh Tâm, d’autres encore. Pour étudier à la bibliothèque, il n’était pas nécessaire d’être membre. Je n’ai pas écrit d’articles pour le Bulletin de la Société des études indochinoises, mais j’ai écrit dans la revue Sử địa pour prouver que j’étais un type neutre. J’ai aussi servi d’intermédiaire pour publier quelques articles de Nguyễn Văn Hầu, adepte de la secte Hòa Hảo, qui est aussi originaire du delta du Mékong […]. Les ouvrages de l’EFEO m’ont inspiré ; de temps en temps, je rencontrais certains de ses membres lorsqu’ils venaient à Saigon. Les études de Grousset aussi sont très respectables, de même que celles de Léopold Cadière. Sur le Cambodge à l’époque, je peux citer Suzanne Karpelès, mais je connais peu de chose. La dame la plus réputée et la plus douée, c’était Solange Thierry. Georges Condominas, je l’ai croisé à la SEI mais je n’ai jamais eu d’entretiens avec lui. Vương Hồng Sển en revanche l’a bien connu. J’ai lu ses livres ; c’est un grand savant. Mais c’est peu intéressant pour moi car je ne me suis occupé que de la Cochinchine.

49Parmi les personnalités rencontrées en ces lieux, deux ont donc fait figures de mentors : Vương Hồng Sển et Louis Malleret qui, tous deux, se montraient également doublement sensibles aux lettres et aux sciences humaines. Le premier était un grand érudit originaire du delta, à la fois écrivain, chercheur et collectionneur qui se trouvait à la croisée des cultures vietnamienne, cambodgienne, chinoise et française. Le second était ancien secrétaire de la SEI, conservateur du Musée, membre permanent puis directeur de l’École française d’Extrême-Orient (1950-1956). Passionné d’histoire moderne, il affectionnait également la littérature coloniale et le delta du Mékong, qu’il étudia sous l’angle de l’archéologie.

50Mais avant l’ivresse des livres, une découverte majeure a certainement révélé l’attirance du Sơn Nam adolescent pour l’étude des civilisations. Si les temps anciens du sud de la péninsule indochinoise se perdaient dans les légendes et les mythes Khmers, l’historiographie officielle vietnamienne ne commençait, elle, qu’au xviie siècle, par la campagne de défrichement du delta du Mékong, point d’aboutissement de la « marche vers le Sud » (Nam tiến). La société et la culture du delta du Mékong étaient ainsi relativement récentes, puisque c’est sous les effets de la colonisation française que le développement et le peuplement de la région s’accélérèrent en concourant à en faire un creuset culturel. Dans quelques journaux savants, on présentait bien des sources chinoises qui parlaient d’un prétendu royaume du Founan, mais personne n’avait réussi à le localiser (Pelliot 1903).

51Au tout début des années 1940, les autorités de Cochinchine s’étonnèrent de voir arriver au Mont-de-piété de Long Xuyên des pièces d’or inconnues dans la région. Remontant le filon, ils se rendirent compte que la paysannerie du coin déterrait depuis quelque temps quelques trésors au pied du mont Ba Thê. Le Gouvernement général de l’Indochine demanda à l’EFEO d’engager des fouilles archéologiques que dirigea Louis Malleret. C’est alors que les vestiges, artefacts et fondations de temples remontant aux premiers siècles de notre ère confirmèrent l’existence jusqu’au viie siècle de notre ère du royaume du Founan.

52Sa localisation se précisait, comme le prouvait l’excavation du site d’Óc Eo que Sơn Nam a quasiment vécu en direct lorsqu’il travaillait à Rạch Giá en tant qu’aide-secrétaire. La découverte de tous ces vestiges matériels lui a fait certainement prendre conscience de la richesse culturelle de sa région natale. Il devenait donc nécessaire de considérer le temps long pour resituer les différentes étapes de l’histoire et, par conséquent, comprendre les contacts entre civilisations qui s’y jouaient depuis des siècles.

Avant Malleret, dit-il, les Français ont sous-estimé la région. Les chercheurs de l’École française d’Extrême-Orient et autres ne se sont occupés que des Cham, des minorités ethniques des hauts plateaux du Centre et du Tonkin, des pagodes de Hanoi parce que c’est le foyer de la civilisation vietnamienne, des statues, des paysans tonkinois, des temples d’Angkor. Ils pensaient qu’il n’y avait rien en Cochinchine. Ils n’ont pas étudié le contact entre les civilisations comme c’est le cas à Saigon. Au Sud, il faut étudier les contacts entre civilisations. Pour la Cochinchine, il n’y a eu que Malleret qui a commencé à faire quelques études sur la région de Long Xuyên, sur les Cambodgiens de la Cochinchine avant de se consacrer à l’archéologie du delta du Mékong.

53Ce processus de sédimentation culturelle, l’ethnographie permettait de s’en rapprocher en révélant, par le biais de l’étude des langues, des croyances, des techniques, les structures constitutives qui se perpétuent comme autant de vestiges du passé ou qui évoluent en se fondant dans la culture vivante pour former une civilisation. C’est à dessein qu’il a d’ailleurs utilisé à deux reprises ce concept de civilisation. La première fois a été pour vulgariser le néologisme de văn minh miệt vườn, autrement dit la « civilisation des vergers » et expliquer ainsi le fonctionnement social et les spécificités écologiques et culturelles de cette sous-région du delta du Mékong :

C’est une région relativement haute, proche de la mer et qui ne subit pas les inondations. Il y a peu de rizières, mais à la saison des pluies, on n’a pas besoin de supporter les aléas du climat pour planter du riz. Autrefois on utilisait ce terme de miệt vườn oralement. Depuis que j’ai écrit en 1970 un livre intitulé Đồng bằng sông Cửu Long hay là văn minh miệt vườn (Le delta du Mékong ou la civilisation des vergers) on l’utilise aussi à l’écrit.

  • 20 Géographia, Revue d'informations et d'actualités géographiques a été créée par Pierre Mayeux en 195 (...)

54On lui doit surtout la paternité d’une expression qu’il a forgée au milieu des années 1950 et qui lui a permis finalement d’intégrer sous l’appellation de « civilisation fluviale » (văn minh sông nước) l’ensemble de sa réflexion et la totalité des faits et gestes observés. C’est après avoir lu dans la revue de vulgarisation Géographia20 un article daté de juillet 1952 sur l’Amazonie que Sơn Nam décida de traduire l’expression en vietnamien pour l’appliquer à la région du delta du Mékong qui présentait de nombreuses similitudes.

55Alors que, le Nord du Viêt Nam qui s’étire jusqu’à Thanh Hóa est, selon lui, une civilisation essentiellement continentale, et si les provinces du Centre, surtout à partir de Hội An, se composent de plaines côtières tournées vers la mer, le Nam Bộ se trouve, lui, en contacts avec les pays de l’Asie du Sud-Est et intègre une sorte de « Méditerranée » asiatique. Son espace intérieur n’en est finalement que le prolongement. On retrouve ici les bases de l’approche par aires culturelles qui se structurait au cours des années 1950. Il précise :

Cette civilisation fluviale, c’est donc celle des barques et des sampans de différentes formes qu’on utilise depuis des siècles comme moyens de communication, de transports et même d’habitations. Au Nord, le plus grand fleuve, c’est le sông Hồng, le fleuve Rouge. Mais on n’utilise les barques pour se déplacer que sur une partie de son cours, tout près de la mer. Dans les terres, on utilise comme moyens de transports des charrettes à buffles le long des digues et on porte toujours le fléau sur l’épaule. Ici, le mode de vie y est même différent entre, par exemple, la pointe de Cà Mau qui est une région de terre basse et d’eau salée, les dépressions fortement inondables et celles relativement protégées. Il faut comprendre l’influence des marées à l’intérieur des terres pour se déplacer sur les fleuves et les arroyos, maîtriser l’hydraulique agricole, la distribution de l’eau douce par les canaux pour cultiver les rizières et les vergers.

56Une autre expression plus restrictive est parfois utilisée, celle de « civilisation des canaux » (văn minh kênh rạch), mais elle se réfère avant tout aux aspects techniques de l’hydraulique agricole. La perspective de Sơn Nam se voulait, elle, foncièrement pluridisciplinaire. L’attention portée aux voies d’eau est certes la clé pour comprendre la vie quotidienne et l’économie mais c’est surtout l’esprit pionnier, les croyances populaires, l’inventivité culturelle ancrés dans le terroir et dans la mentalité de populations mélangées qui, ensemble, forment cette société fluviale du delta du Mékong.

Conclusion

57Écrivain aux multiples talents, Sơn Nam a toujours lié les écrits littéraires aux études documentées, les nouvelles retranscrivant des tranches de vie et des études historiques enrichies d’une ethnographie intuitive. L’empirisme et la réceptivité sont au cœur de sa démarche d’autodidacte au même titre que celles de Vương Hồng Sển ou Bình Nguyên Lộc. Avoir fait l’éloge de la simplicité ou s’être attaché à transcrire le quotidien ont été cependant des entreprises bien plus exigeantes qu’il n’y paraît. C’est un matériau ethnographique riche, recueilli avec persévérance et empathie, qui se révèle sous sa plume de romancier ou d’essayiste. Façonné différemment ou – contraint selon le point de vue qu’on adopte – par les sciences sociales, il aurait pu engendrer ce que Clifford Geertz appelle des descriptions denses. Mais telle n’était pas l’ambition d’un homme qui ne se préoccupait pas de théorie et pour qui l’écriture libre était mise au service d’une meilleure compréhension de sa région natale. Car ce qu’il voulait réaliser était de transmettre aux générations futures ce qui fait l’âme de sa région natale. Pour cela, son œuvre se devait d’être accessible au plus grand nombre.

58Au cours de sa vie, les changements de régime semblent avoir eu des effets sur sa production artistique. Les années 1950 et 1960 passées au maquis puis à Saigon sont certainement celles où sa créativité est la plus intense du fait de l’accumulation d’expériences, d’observations et de documentation. Sơn Nam fait par ailleurs partie de cette génération qui a pu bénéficier d’une relative stabilité et liberté artistique et qui s’est nourrie d’échanges littéraires avec des écrivains nouvellement venus du Nord.

59Mais ces changements n’ont pas modifié fondamentalement sa volonté de transcrire le réel qu’il percevait. Il aura certes connu des déboires, mais nul ne douta de son attachement patriotique. Pierre Gourou avait publié dans l’entre-deux-guerres des études magistrales sur la société rurale du delta du Fleuve Rouge qui ont bien pu confirmer la vocation de Sơn Nam à décrire dans cette même veine la paysannerie du Sud. Constatant et regrettant qu’aucun projet d’envergure ne fût réellement engagé sur le delta du Mékong, c’est avec sa sensibilité qu’il chercha à combler ce manque d’intérêt flagrant en décrivant dans ses nouvelles la nature sauvage et inhospitalière, le courage et la frugalité des pionniers défricheurs, la vitalité et la simplicité de leurs descendants. Quant à ses écrits de recherche, ils lui servirent à mettre au jour de multiples facettes composant la civilisation fluviale du delta du Mékong.

60Nombreux ont reconnu l’apport de cet auteur à la vie culturelle du Sud Viêt Nam tout au long du second xxe siècle. Reprenant la tradition d’une écriture simple et pure qui, selon l’expression de Trương Vĩnh Ký, glisse comme des paroles (trơn tuột như lời nói), Sơn Nam a contribué à révéler l’importance de la nouvelle dans la littérature contemporaine mais aussi la richesse des études sur la culture sudiste (Nam Bộ học) en mettant à disposition un riche matériau linguistique et ethnographique. Celui-ci tend à prendre avec le temps une valeur historique. Dans la notice qu’il lui consacre, Võ Phiến a selon nous résumé très justement l’œuvre et l’apport de Sơn Nam en distinguant sa vie en trois périodes (maquis, République du Viêt Nam, puis République socialiste), son œuvre duale (littérature, écrits de recherche), son unique source d’inspiration (région natale) et les deux options techniques qu’il utilise : écriture réaliste et pittoresque qui attise la curiosité ; narration du déclin de l’homme et du temps qui passe pour éveiller l’attendrissement et la nostalgie (Võ Phiến 1999 : 1351).

61Sơn Nam n’a bien évidemment pas été exempt de critiques. Ses romans ne montrent aucune originalité, ses écrits à vocation historique ne sont pas très fiables et, parmi ses dernières publications qui ont majoritairement répondu à des commandes, la littérature est devenue marginale. Cependant, ses écrits ne sont pas restés cantonnés au rang d’une littérature régionale produite avant 1975. Il a continué à publier des études pendant les années 1980 puis, lorsque les conditions se sont améliorées, il a pu rééditer des ouvrages anciens qui se sont diffusés dans l’ensemble du pays. Au crépuscule de sa vie, il a même trouvé une audience au-delà des frontières, auprès des communautés việt kiều réceptives à la force évocatrice du pays natal et à une forme de mélancolie.

62Grâce à la compilation de ses écrits, le corpus principal de son œuvre a été préservé, car de lui-même, l’écrivain prolixe n’avait quasiment rien gardé (Nguyễn Trọng Tín 2008) et sa bibliothèque personnelle a malheureusement été dilapidée. Un processus de patrimonialisation s’est tout de même enclenché comme le prouve notamment l’inauguration en 2010 d’une maison du souvenir qui lui est consacrée à Mỹ Tho.

  • 21 Cette expérience lui a inspiré en 1991 le livre Theo chân người tình [Sur les traces de l’amant].
  • 22 Pas plus tard qu’au mois de juin 2013, le journal Thanh Niên a par exemple publié sous forme de feu (...)

63Sơn Nam a toujours bénéficié d’une reconnaissance double pour ses nouvelles et pour ses études. La notoriété est venue au fil du temps, par la réédition de ses ouvrages, par des commandes qui se sont faites de plus en plus nombreuses. De son vivant, il n’était pas rare qu’on sollicite ses conseils. Ce fut tout particulièrement le cas lorsque le cinéaste Jean-Jacques Annaud décida au début des années 1990 d’adapter au cinéma le roman de Marguerite Duras L’Amant. Sơn Nam fut son conseiller historique pendant un an et demi21. L’expérience se renouvela peu après avec le réalisateur Vinh Sơn qui se lança dans une grande saga télévisuelle retraçant l’histoire coloniale puis révolutionnaire du Sud Viêt Nam. En 2004 enfin, c’est une de ses toutes premières nouvelles, écrite à l’âge de 32 ans, Mùa len trâu (Le Gardien de buffles) qui a été adaptée au cinéma par le réalisateur américain d’origine vietnamienne, Nguyễn Võ Nghiêm Vinh, en partenariat avec les studios Giải Phóng. L’auteur populaire qui était devenu un dictionnaire vivant de la culture du Sud reste encore aujourd’hui un guide pour de jeunes écrivains ou journalistes qui suivent toujours ses pas22.

64Dans la plus pure tradition confucéenne, Sơn Nam est finalement considéré comme un sage dont on respecte l’exemplarité de la vie et de l’œuvre. Son humanisme s’impose comme une évidence.

Haut de page

Bibliographie

BIGGS, David, 2010, Quagmire: Nation-Building and Nature in the Mekong Delta, Seattle: University of Washington Press.

BOURDEAUX, Pascal & Fabien LOTZ, 2007, Programme Vent d’Est (1997-2007) : perspectives et travaux sur le Viêt Nam méridional, Hanoi, Ambassade de France en République socialiste du Viêt Nam, « les cahiers de la coopération française au Vietnam. »

BROCHEUX, Pierre, 1995, The Mekong Delta. Ecology, Economy and Revolution, 1860-1960, Madison : University of Wisconsin, monograph n° 12.

ĐÀO Tăng, 2011, Mười năm đi và sống với Sơn Nam [Dix années à suivre Sơn Nam], Thành phố Hồ Chí Minh : Nxb Trẻ.

GEERTZ, Clifford, 1986, Savoir local, savoir global. Les lieux du savoir, Paris : PUF.

GOUROU, Pierre, 1936, Les paysans du delta tonkinois, Paris : EFEO.

HUỲNH Công Tín, « Nhà văn Sơn Nam, Nhà Nam Bộ Học », vannghesongcuulong.org, mis en ligne le 4/5/2006 (consulté le 18 mars 2009)

ISOART, Paul, 1961, Le phénomène national vietnamien. De l’indépendance unitaire à l’indépendance fractionnée, Paris : Librairie Générale de Droit et de Jurisprudence.

KONINCK, Rodolphe de, 1995, L’Asie du Sud-Est, Paris : Masson.

LANGLET, Quách Thanh Tâm, 1998, « Situations de guerre et de paix dans le Sud du Viêt Nam actuel au xixe siècle », in Guerre et Paix en Asie du Sud-est, Nguyễn Thế Anh & Alain Forest, éd., Paris, l’Harmattan, p. 259-293.

LÊ Thị Thùy Trang, 2003, Đặc diểm truyện ngắn Sơn Nam giai đoạn 1954-1975 [Les nouvelles de Sơn Nam et leurs particularités, 1954-1975], luận văn thạc sĩ khoa học ngữ văn [mémoire de master en littérature], Trường đại học sư phạm Thành phố Hồ Chí Minh.

MALLERET, Louis, 1934, L’exotisme indochinois dans la littérature française depuis 1860, Paris : Larose éd.

MALLERET, Louis, 1959-1963, L’archéologie du delta du Mékong, Paris : EFEO, 4 tomes.

NGUYỄN Hiến Lê, 2001, Hồi Ký [Mémoires], Thành phố Hồ Chí Minh, Nxb Văn Nghệ.

NGUYỄN Nghiêm Phương, 2009, Màu sắc Nam Bộ trong ngôn ngữ truyện ký Sơn Nam [La coloration sudiste de l’écriture de Sơn Nam dans ses nouvelles], Luận văn thạc sĩ ngôn ngữ học [mémoire de master en sciences du langage], Trường đại học sư phạm Thành phố Hồ Chí Minh.

NGUYỄN Trọng Tín, « Hành trình những trang viết của Sơn Nam » [Parcourir les feuillets de Sơn Nam],sgtt.com.vn, mis en ligne le 13.08.2008 (consulté le 4 décembre 2009).

NGUYỄN Văn Nở, 2014, « Tìm hiểu cách vân dụng thành ngữ, tục ngữ trong tác phẩm Sơn Nam » [Etudes sur l’utilisation des locutions et des proverbes dans les œuvres de Sơn Nam], in Ngôn ngữ Miền sông nước [Langue de la région fluviale], Võ Văn Thắng, Hồ Xuân Mai (đồng chủ biên), Hà Nội, Nxb Chính trị quốc gia, p. 90-118.

PAILLAUD, Anne-sophie, 2011, « Hồ Biểu Chánh, un exemple de rencontre littéraire entre la France et le Viêt Nam », reseau-asie.com, mis en ligne en septembre 2011, www.reseau-asie.com/userfiles/file/A05_paillaud, (consulté le 18 septembre 2013)

PHẠM Thanh Hùng, 2008, Truyện ngắn trong dòng văn học yêu nước đô thị miền Nam giai đoạn 1954-1965 [La nouvelle dans la littérature patriotique à Saigon, 1954-1965], luận án tiến sĩ ngư văn [thèse de doctorat en littérature], Trường đại học sư phạm Thaønh phoá Hoà Chí Minh.

PELLIOT, Paul, 1903, « Le Fou-nan », BEFEO, III, p. 248-303.

POPKIN, Samuel, 1979, The Rational Peasant. The Political Economy of Rural Society in Vietnam, Berkeley: University of California Press.

SƠN Nam, 2002a, Hồi ký, Từ U Minh dến Cần Thơ [Mémoires. De U Minh à Cần Thơ], t. 1, Thaønh phoá Hoà Chí Minh, Nxb Trẻ.

SƠN Nam, 2002b, Hồi ký, Ở chiến khu 9 [Mémoires. Dans la zone de résistance 9], t. 2, Thaønh phoá Hoà Chí Minh TpHCM, Nxb Trẻ.

SƠN Nam, 2004, Hồi ký, 20 năm giữa lòng đô thị [Mémoires. 20 ans au cœur de la ville], t. 3. Thaønh phoá Hoà Chí Minh, Nxb Trẻ.

SƠN Nam, 2005, Hồi ký, Bình An [Mémoires. En paix], t. 4, Thaønh phoá Hoà Chí Minh : Nxb Trẻ.

TAYLOR, Philip, 2001, Fragments of the Present: Searching for Modernity in Vietnam’s South, Sydney: Allen & Unwin.

THANH Dũng, « Theo dấu Sơn Nam » [Sur les traces de Sơn Nam], mis en ligne du 6 au 13 juin 2013 (consulté le 19 août 2013)

VÕ Phiến, 1999, Văn học miền Nam, Truyện [Littérature du Sud Viêt Nam, nouvelles], 3 vol. , Westminster California : Văn nghệ xuât bản.

VÕ Văn Thắng, 2014, Hồ Xuân Mai (đồng chủ biên),Ngôn ngữ Miền sông nước [Langue de la région fluviale], Hà Nội : Nxb Chính trị quốc gia.

VÕ Văn Thành, 2013, Văn hóa Nam Bộ qua cái nhìn của Sơn Nam [La culture du Sud sous le regard de Sơn Nam], Thaønh phoá Hoà Chí Minh : Nxb Trẻ.

Haut de page

Annexe

Œuvres écrites de Sơn Nam classées par ordre chronologique de parution et de réédition

Lúa reo 1948
Bên rừng Cù lao Dung 1952
Chuyện xưa tích cũ (avec Tô Nguyệt Đình) 1958 1961, 2002
Nguyễn Trung Trực : Anh hùng dân chài, khảo cưú, phụ họa, tuồng kịch (avec Lê Dư Hoài, Kiên Giang et Ngọc Linh) 1959
Tìm hiểu đất Hậu Giang 1959
Hương rừng Cà Mau 1962 1967, 1972, 1997
Chim quyên xuống đất 1963 2001
Hình bóng cũ 1963
Vọc nước giỡn trăng 1965
Hai cõi U Minh 1965
Nói về miền Nam 1967
Truyện ngắn của truyện ngắn 1967
Vạch một chân trời 1968 1988
Xóm Bàu Láng 1968
Gốc cây — Cục đá và Ngôi sao 1969 1973, 1990
Người Việt có dân tộc tính không ? 1969
Bà Chúa Hòn 1969 1989
Đồng bằng sông Cửu Long 1970
Trời nước bao la 1970
Văn minh miệt vườn 1970 1992
Người bạn triệu phú 1971
Thiện Địa Hội và cuộc minh tân 1971
Gốc cây — cục đá và ngôi sao 1973
Lịch sử khẩn hoang miền Nam 1973
Tìm hiểu Đất Hậu Giang 1974 1994, 1997
Cá tính của miền Nam 1974 2000
Phong trào Duy Tân ở Bắc Trung Nam 1975
Bến Nghé xưa 1981 1997
Đất Gia định xưa 1984 1997
Đồng bằng sông Cửu Long, nét sinh hoạt xưa 1985
26 truyện ngắn 1987
Tục lệ ăn trộm 1987
Lịch sử An Giang 1989
Người Sài Gòn 1990 1997
Gia Định xưa 1990
Chuyện tình một người thường dân 1990
Lăng ông bà Chiểu và lễ hội văn hoá dân gian 1990
Bến Nghé xưa 1991
Theo chân người tình 1991
Một mảnh tình riêng 1992
Đình miễu & lễ hội dân gian miền Nam 1992 1994
Biển cỏ miền Tây 1993
Một mảnh tình riêng 1993
Âm dương cách trở 1993
Dạo chơi tuổi già 1994 1997
Thuần phong mỹ tục Việt Nam 1994
Giới thiệu Sài Gòn xưa 1995
Nghi thức lễ bái của người Việt Nam 1997
Danh thắng miền Nam 1998
Ấn tượng 300 năm 1998
Tiếp cận đồng bằng sông Cửu Long 2000
Hồi ký Sơn Nam, 4 volumes 2002-2005

Œuvres de Sơn Nam republiées en 2002 aux éditions de la Jeunesse (Nxb Trẻ)

1 Hương rừng Cà Mau

tạp truyện

2 Hương quê- Tây Đầu Đỏ- Một số truyện ngắn khác

truyện ngắn

3 Biển cỏ miền Tây- Hình bong cũ

tập truyện

4 4 truyện vừa

tập truyện

5 Bà Chúa Hòn

tiểu tuyết

6 Xóm Bàu Láng

truỵên dài

7 Vạch một chân trời- Chim quyên xuống đất

truỵên dài

8 Theo chân người tình- một mảnh tình riêng

ghi chép

9 Dạo Chơi- Tuổi già

ghi chép

10 Hồi Ký Sơn Nam

hồi ký

11 Lịch sử khẩn hoang miền Nam

biên khảo

12 Đồng Bằng sông cửu long – nét sinh họat xưa- Văn minh miệt vườn

biên khảo

13 Đình miễu và lễ hội dân gian- Lăng Ông Bà Chiểu và lễ hội văn hóa dân gian- Nghi thức và lễ bái của người Việt Nam- Người Việt Nam có dân tộc tính không ?

biên khảo

14 Sài Gòn xưa- Ấn tượng 300 năm và tiếp cận với Đồng bằng song Cửu Long

Bút ký

15 Nói về Miền Nam- Cá tính Miền Nam- Thuần phong mỹ tục Việt Nam

biên khảo

16 Tìm hiểu đất Hậu Giang- Lịch sử đát An Giang

biên khảo

17 Phong trào Duy Tân ở Bắc Trung Nam- Miền Nam đầu thế kỷ XX Thiên Địa Hội và cuộc Minh Tân

biên khảo

18 Đất Gia định xưa- Bến Nghé xưa và Người Sài Gòn

biên khảo

19 Gốc cây, cục đá và ngôi sao- Danh thắng miền Nam

tập văn

20 Chuyện xưa tích cũ sưu tầm và giới thiệu với Tô Nguyệt Đình
Haut de page

Note de fin

1 Voir en annexe la liste de cette collection et sa mise en parallèle avec la présentation chronologique des principaux écrits de l’auteur.

2 Voir notamment les travaux universitaires récents de Lê Thị Thùy Trang, Phạm Thanh Hùng, Nguyễn Nghiêm Phương.

3 L’expression se réfère à l’expression Nam Bộ, Viêt Nam méridional, qui s’est vulgarisé après 1945 pour chasser les expressions de Nam Kỳ, Trung Kỳ et Bắc Kỳ utilisées par les Français du temps de la colonisation. Les « 3 kỳ » d’alors correspondaient à la Cochinchine, Annam et Tonkin. Les « 3 bộ » ont une autre connotation géographique puisque le Sud, le Centre et le Nord forment ensemble la nation unitaire. Nam bộ học est donc l’étude de cette région méridionale constitutive de la nation vietnamienne.

4 Toutes les citations dans le texte ou en notes qui ne sont pas accompagnées de référence sont de Sơn Nam. Elles correspondent à des extraits d’entretiens réalisés à Hô Chi Minh-Ville entre décembre 2004 et juin 2006.

5 Malgré cet intérêt pour la culture cambodgienne, Sơn Nam a peu voyagé au Cambodge : « Je suis allé une fois au Cambodge par hasard, avec des amis vietnamiens ; j’avais 14 ans, c’était en 1941-42, pendant trois jours ; on est parti de Hà Tiên jusqu’à Kampot, au pied de la montagne Tà Lớn, Bokor, qui culmine à 900 mètres. C’est un lieu de pèlerinage pour les Vietnamiens, il y a des ermites, il y avait des pagodes en paillotte. Le paysage est plus beau qu’au Viêt Nam, la montagne tombe à pic, on voit la mer ».

6 Sơn Nam précise : « L’administrateur chef de la province s’appelait Maxime Vialla, le sous-chef était Roger Lucas. Moi j’étais aide-secrétaire du service économique de la province de Rạch Gía entre 1943 et 1945. Lucas avait de bonnes relations avec les Chinois, il donnait de l’argent pour le trafic. Pendant la période japonaise, il fallait leur envoyer le riz ».

7 Expression populaire formée à partir du nom de la plus célèbre rue de Saigon (Catinat, aujourd’hui Đồng Khởi) sur laquelle on aimait se promener, se retrouver, être vu, faire ses achats.

8 Je lui demandai si ce choix avait à voir avec le culte Bửu Sơn Kỳ Hương qui faisait du point culminant de la Cochinchine (núi Cấm), autrement dit la plus haute montagne (Sơn) du Sud (Nam), le lieu de réalisation prophétique (avènement du bouddha du futur), mais il me dit qu’il n’en était rien.

9 La compilation de ses écrits dans les journaux, les revues littéraires et culturelles vietnamiennes reste à faire. Nos lectures antérieures ont détecté plusieurs articles dans la revue Sử Địa, il est fort probable que Sơn Nam ait contribué occasionnellement à Bách Khoa, Văn Hóa nguyệt san et autres. Mais ceci reste à vérifier.

10 Phi Vân (1918-1977), de son vrai nom Lâm Thế Nhơn, originaire de Cà Mau, publia précédemment deux histoires se déroulant dans sa région natale, Dân quê et Đồng quê (1943). Cette dernière prend la forme d’un reportage.

11 Võ Phiến débute la notice qui lui est consacrée par cette phrase : « Sơn Nam rất “kỵ” chính trị », autrement dit Sơn Nam craignait la politique ; d’où sa décision de s’en tenir toujours à l’écart.

12 Lorsqu’il débarqua à Saigon en 1954, Sơn Nam avait déjà été confronté au même choix de demander des papiers ou bien de vivre en semi-clandestinité.

13 Les hòn sont des petites collines isolées ou formant de petits massifs ; les giồng sont des bourrelets de terre qui s’allongent le long des fleuves; les sont des monticules de plus faible hauteur.

14 Ce quadrilatère (Tứ giác Long Xuyên) est situé entre Long Xuyên, Châu Đốc, Hà Tiên et Rạch Giá.

15 Le miền đông Nam bộ définit, lui, à grands traits la région située au nord et à l’est d’Hồ Chí Minh ville.

16 À titre d’exemples (empruntés indistinctement aux études précitées de Nguyễn Văn Nở et Nguyễn Nghiêm Phương) : sinh (naître) devient sanh, kinh (canal) devient kênh, nhân (humanité) devient nhơn, nhất (premier) devient nhứt, tụm (se rassembler) devient dụm, nhanh (rapide) devient lanh, etc. Les expressions suivantes sont également altérées : nhất nước, nhì phân, tam cần, tứ giống (l’eau en premier, les engrais en second, le plant en troisième, la variété en quatrième) devient nước phân cần giống ; Bệnh nào thuốc ấy (à telle maladie tel remède) devient Bịnh ở đâu thuốc ở đó, etc.

17 Par exemple : nhanh như chớp (rapide comme l’éclair), nước mặn đồng chua (eau salée, champ acide), nước lên rồi nước lại ròng (marais montante et marais descendante), etc.

18 Mentionnons quelques exemples typiques : Rừng tràm (forêt de cajeput), dừa xiêm (noix de coco du Siam), hủ tiếu (soupe de nouilles dérivée de son nom chinois), ông ta (génie du sol, équivalent du neak ta cambodgien), lục bình (jacinthe d’eau), vàm rạch (sorte de confluent), nước cái (forte inondation), xuống et ghe qui servent à spécifier diverses barques, sạ (semer à la volée), xe đò (autobus), chợ nổi (marché flottant), etc.

19 Thanh Tâm Langlet rappelle à juste titre qu’un « front pionnier transforme chaque nouveau venu en membre à part entière de la communauté » (Langlet 1998 : 265).

20 Géographia, Revue d'informations et d'actualités géographiques a été créée par Pierre Mayeux en 1951 ; elle est devenue en 1963 Historama.

21 Cette expérience lui a inspiré en 1991 le livre Theo chân người tình [Sur les traces de l’amant].

22 Pas plus tard qu’au mois de juin 2013, le journal Thanh Niên a par exemple publié sous forme de feuilletons les 6 articles du journaliste Thanh Dũng parti sur les traces de Sơn Nam : « Theo dấu Sơn Nam ».

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Carte de la Cochinchine (Administration)
Légende Légende de la carte : « Indiquant les provinces ; leurs chefs-lieux et les postes administratifs (ceux occupés par un fonctionnaire européen sont soulignés). Les lignes rouges indiquent la limite approximative des 3 Régions: Est, Centre, Ouest (voir Graphique N° 5) »
Crédits Source : extrait de l’Essai d’atlas statistique de l’Indochine française, par Henri Brenier, Hanoi : IDEO, 1914, p. 26.
URL http://moussons.revues.org/docannexe/image/3127/img-1.png
Fichier image/png, 367k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pascal Bourdeaux, « Sơn Nam ou la dualité d’une œuvre. Évocations poétiques et ethnographiques du Viêt Nam méridional », Moussons, 24 | 2014, 189-216.

Référence électronique

Pascal Bourdeaux, « Sơn Nam ou la dualité d’une œuvre. Évocations poétiques et ethnographiques du Viêt Nam méridional », Moussons [En ligne], 24 | 2014, mis en ligne le 27 janvier 2015, consulté le 17 août 2017. URL : http://moussons.revues.org/3127 ; DOI : 10.4000/moussons.3127

Haut de page

Auteur

Pascal Bourdeaux

Pascal Bourdeaux, docteur en histoire et diplômé de langue vietnamienne, est maître de conférences à l’École pratique des hautes études où il assure un enseignement sur les religions de l’Asie du Sud-Est. Ses premiers travaux ont porté sur le bouddhisme Hòa Hảo, expression de la modernité religieuse et de la culture méridionale du Viêt Nam. Il a rédigé et coordonné entre 2005 et 2008 un projet de coopération en sciences religieuses (École pratique des hautes études-Institut de recherches sur les religions du Viêt Nam). En délégation à l’École française d’Extrême-Orient (septembre 2012-septembre 2015), il a en charge la représentation de la nouvelle implantation de l’EFEO à Hô Chi Minh Ville. Le programme de recherche s’intéresse aux transformations socioculturelles, environnementales et hydrauliques actuelles du delta du Mékong.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page