Navigation – Plan du site
Note

Dang Van Ngu. Vie et mort d’un médecin de la Résistance (1945-1967) : témoignage du docteur Vu Ngoc Quynh

Vu Ngoc Quynh

Résumés

Diplômé de l’école de Médecine de Ha Noi en 1936, assistant du professeur Henri Galliard en parasitologie, le docteur Dang Van Ngu est parti au Japon de 1943 à 1949 faire de la recherche sur les champignons producteurs des antibiotiques ainsi que sur les maladies parasitaires et contagieuses. En 1949, alors que la guerre entre la France et le Viet Nam bat son plein, le docteur Dang Van Ngu décide de quitter le Japon et de gagner Viet Bac, zone de résistance du gouvernement Ho Chi Minh. Dès lors, il consacre toute sa vie à s’occuper de la production de la pénicilline à partir des souches de champignons amenées du Japon et à lutter contre le paludisme et les maladies parasitaires. En 1967, il part au front Binh Tri Thien pour étudier sur place les moyens de lutte contre le paludisme et est tué sous les bombes larguées par les B52 américains. Le Viet Nam perd ce jour-là un de ses meilleurs scientifiques. À l’instar du professeur Tôn Thât Tung, le docteur Dang Van Ngu, dont nous retraçons la vie à grands traits, peut être considéré comme une parfaite synthèse entre l’engagement patriotique et la vocation scientifique qui caractérise la génération de 1945.

Haut de page

Notes de l’auteur

Cette note figure uniquement dans la version en ligne du numéro 24 de la revue Moussons.

Texte intégral

Introduction

1Diplômé de l’école de Médecine de Ha Noi en 1936, assistant du professeur Henri Galliard en parasitologie, le docteur Dang Van Ngu est parti au Japon de 1943 à 1949 faire de la recherche sur les champignons producteurs des antibiotiques ainsi que sur les maladies parasitaires et contagieuses.

2En 1949, alors que la guerre entre la France et le Viet Nam bat son plein, le docteur Dang Van Ngu décide de quitter le Japon et de gagner Viet Bac, zone de résistance du gouvernement Ho Chi Minh.

3Dès lors, il consacre toute sa vie à s’occuper de la production de la pénicilline à partir des souches de champignons amenées du Japon et à lutter contre le paludisme et les maladies parasitaires.

  • 1 Base militaire du Front national de libération durant la guerre américaine.

4En 1967, il part au front Binh Tri Thien1 pour étudier sur place les moyens de lutte contre le paludisme et est tué sous les bombes larguées par les B52 américains.

5Le Viet Nam perd ce jour-là un de ses meilleurs scientifiques. À l’instar du professeur Tôn Thât Tung, le docteur Dang Van Ngu, dont nous retraçons la vie à grands traits, peut être considéré comme une parfaite synthèse entre l’engagement patriotique et la vocation scientifique qui caractérise la génération de 1945.

Enfance et adolescence

6Dang Van Ngu est né le 4 avril 1910 au village de An Cuu, proche de Hué.

7C’est le troisième enfant de la famille.

8Son père, lettré classique, n’a pas pu se présenter aux concours triennaux provinciaux qui sont officiellement supprimés par le protectorat français en 1918.

9Sa mère, aidée de sa seconde et dernière fille, ouvre un petit commerce au marché de An Cuu, assurant la subsistance de la famille.

10Son frère aîné, après des études primaires brillantes, échoue dans les études secondaires, abandonne les études pour travailler comme instituteur de village puis comme surveillant général du collège Quoc Hoc à Hué.

11Dang Van Ngu a dû changer plusieurs fois d’écoles à Hué en raison d’une scolarité sans éclat.

12À quinze ans, il part chez son oncle à Vinh pour s’inscrire au collège Quoc Hoc de Vinh et passe avec succès le certificat d’études primaires (So Hoc Yeu Luoc). De retour à Hué, il ne réussit pas à passer le concours d’entrée au collège Quoc Hoc et s’inscrit au collège Pellerin chez les Frères de l’école catholique. Il y fait de grands progrès et passe avec succès le diplôme d’études complémentaires (Thanh Chung). Sur plus de quarante candidats présentés par le collège, seuls deux ont réussi cet examen.

13Ses parents, très encouragés par ce succès, l’envoient à Ha Noi pour qu’il y poursuive ses études.

14En 1930, il réussit les deux examens de baccalauréat : le baccalauréat français et le baccalauréat local (Tu Tai ban xu) qui vient d’être créé en Indochine.

École de Médecine de Ha Noi

15En 1931, Dang Van Ngu s’inscrit à l’école de Médecine de Hanoi alors rattachée à l’université de Paris.

16Dang Van Ngu fut un étudiant très brillant, remarqué par ses professeurs.

17Au moment de la sixième année de médecine intervient un changement de statut : au lieu d’aller poursuivre les études à Paris comme l’oblige le règlement de l’époque, l’université de Paris ouvre une sixième année à l’école de Médecine de Ha Noi.

18La faculté de Médecine de Paris envoie alors le professeur agrégé Henri Galliard à l’école de médecine de Ha Noi pour en être le directeur et pour assurer l’enseignement ainsi que la recherche en parasitologie. Dang Van Ngu est admis comme assistant au laboratoire de parasitologie du professeur Galliard et se familiarise avec la recherche dans cette branche. Il publie plusieurs recherches sur les divers parasites hépatiques, intestinaux ainsi que les variations saisonnières des anophèles qui sévissaient au Viet Nam.

19En 1936, il présente sa thèse de doctorat en médecine « Contribution à l’étude des abcès du foie » et obtient le titre de docteur en médecine.

20Pour assurer sa vie matérielle, en plus de son maigre salaire d’assistant, il travaille quelques années dans la polyclinique Lucas Champonnière, clinique privée située à Ha Noi, avec plusieurs confrères vietnamiens.

21Dang Van Ngu, qui s’est fiancé lorsqu’il était en deuxième année de médecine avec Ton Nu Thi Cung (âgée de quatorze ans), la fille de Ton That Dan, ministre à la Cour royale de Hué, se marie avec elle une fois le diplôme de docteur obtenu. Le couple s’installe à Ha Noi et de cette union sont nés Dang Nhat Minh, le fils aîné, Dang Nguyet Anh et Dang Nguyet Quy, les deux filles.

22En 1941, le professeur Massyo Ota, mycologue réputé de l’université de Tokyo vient à l’école de Médecine de Ha Noi et y donne des cours de mycologie. Il visite le laboratoire de parasitologie où travaille le docteur Dang Van Ngu, échange avec lui sur les divers problèmes de recherche, lui parle des techniques de culture de champignons. Le docteur Dang Van Ngu est vivement intéressé par ces nouvelles techniques et rêve d’aller au Japon pour poursuivre la recherche.

23Ce n’est qu’en 1943 que le professeur Galliard lui communique la nouvelle que le Japon, en échange avec la France, offre des bourses à trois chercheurs et quatre étudiants du Viet Nam pour aller étudier au Japon. De l’avis de son doyen, le docteur Dang Van Ngu est parfaitement qualifié pour représenter l’école de Médecine de Ha Noi au Japon malgré l’idée de devoir se séparer de ce précieux collaborateur.

24Mais c’est une décision grave pour le docteur Dang Van Ngu car il doit se séparer de sa femme et de ses jeunes enfants : son fils aîné n’a que cinq ans, ses filles Anh trois ans et Quy à peine un mois. Madame Dang Van Ngu et ses trois enfants quittent Ha Noi pour Hué où vivent sa famille et celle du docteur Dang Van Ngu. Ce sera une très longue séparation.

Les années au Japon (1943-1949)

25Ce sont les années les plus fécondes sur le plan intellectuel dans la vie du docteur Dang Van Ngu. Ce sont également les années où tant d’événements, au Viet Nam, au Japon, comme dans le monde entier, bouleversent tant de destinées humaines.

26Arrivé à Tokyo, le docteur Dang Van Ngu habite dans la résidence des étudiants d’Asie où il trouve sept compatriotes arrivés avant lui, des dizaines d’étudiants indonésiens et thaïlandais avec qui il aura beaucoup d’échanges sur les questions politiques.

27Il prend contact avec le professeur Massyo Ota qui l’autorise à venir à son laboratoire de mycologie pour étudier les diverses variétés de champignons, les techniques de culture, leur capacité de produire des substances à activité antibiotique.

28En 1945, le professeur Massyo Ota informe le docteur Dang Van Ngu que les États-Unis ont réussi à fabriquer de la pénicilline à partir d’une moisissure verte et lui demande de chercher partout les moisissures vertes capables de produire des antibiotiques. Deux mois plus tard, le docteur Dang Van Ngu remet au professeur Ota une souche de Penicillium capable de produire l’antibiotique. C’est une des toutes premières souches à produire de la pénicilline au Japon. Le docteur Dang Van Ngu travaille dans un autre laboratoire du professeur Ota sur la lèpre et la tuberculose.

29Sur la recommandation du professeur Ota, il se rend dans plusieurs laboratoires installés à Tokyo et ses environs. Il reste dans chaque laboratoire trois mois à étudier les différentes techniques et méthodologies dans des domaines des plus variés : cancérologie, radiumthérapie, tuberculose, mycologie, bactériologie, antibiothérapie, etc.

30Son contrat de recherche au Japon, qui débute en 1943, prend fin en 1945. Il doit en principe retourner à la faculté de médecine de Ha Noi.

31Les événements survenus au Viet Nam et au Japon dans les années 1944-1945 vont bouleverser ce plan.

32Au Viet Nam, le coup de force des Japonais en mars 1945 chasse les Français du pouvoir, l’empereur Bao Dai déclare l’indépendance du Viet Nam. Peu de temps après, le Front Viet Minh dirigé par Ho Chi Minh prend le pouvoir à Ha Noi (août 1945) puis dans les autres villes. Son chef proclame la naissance de la République démocratique du Viet Nam ([RDVN] 2 setembre 1945) tandis que des premières troupes en provenance de France débarquent à Sai Gon en octobre 1945.

33Le Japon capitule devant les Alliés en mettant fin à la Seconde guerre mondiale et le début de l’occupation américaine du Japon.

34Mais la « guerre d’Indochine française », elle, va commencer et durer de 1946 à 1954.

  • 2 Après le coup de force japonais et l’abrogation par le Viet Nam du statut de protectorat, l’ambassa (...)

35Le docteur Dang Van Ngu et ses compatriotes renoncent à retourner au Viet Nam en 1945 dans les zones placées sous le contrôle de la France. Il a d’ailleurs rompu le contact avec l’ambassadeur de France, Henry Arsène, dès mars 19452.

36Il contacte le docteur G. Stein, directeur du laboratoire de l’Institut de recherche médicale américaine à Tokyo qui lui accorde toutes les facilités pour étudier la bactériologie et l’étude du sérum.

37Séparé de sa famille depuis 1943, il cherche toutes les possibilités pour la réunir auprès de lui.

38Le retour au Viet Nam dans la zone occupée par la France est exclu malgré deux lettres du professeur Pierre Huard l’invitant à revenir en 1948 à l’école de Hanoi où il aura toutes les facilités professionnelles ; par ailleurs, la réunion de sa famille au Japon ou aux États-Unis est possible quoique difficile. Le docteur Dang Van Ngu choisit en fin de compte de retourner au Viet Bac, dans la zone de Résistance contrôlée par le Viet Minh.

39À la fin de l’année 1948, il prend contact avec l’Agence d’information du Viet Nam à Bangkok qui le met au courant de la situation au Viet Nam. Introduit auprès du représentant du gouvernement de la RDVN en Thaïlande (Nguyen Duc Quy), il lui fait part de son désir de rentrer au Viet Nam pour servir le pays, proposition qui sera acceptée par le gouvernement de Ho Chi Minh.

40C’est un engagement qu’il tiendra toute sa vie.

Retour au Viet Bac

41En novembre 1949, le docteur Dang Van Ngu quitte Tokyo pour Yokohama et prend un bateau d’une compagnie anglaise en direction de Bangkok avec ses précieuses souches de champignon productrices de pénicilline (Penicillium Chrysogenum) et de streptomycine ainsi que les documents scientifiques. Au bout d’un mois, il arrive à Bangkok où il contacte Nguyen Duc Quy qui, un mois plus tard, lui annonce qu’il a reçu l’autorisation du gouvernement de la RDVN de gagner le Viet Bac. Il doit emporter peu de bagages et les champignons, laissant tous ses livres et documents à Bangkok car le voyage sera long et périlleux.

42Le Viet Bac est une zone montagneuse du nord Viet Nam comprenant les provinces Cao Bang, Bac Can, Lang Son, Thai Nguyen, Tuyen Quang et Ha Giang. C’est là où, en avril 1947, les principaux dirigeants de la RDVN établissent leur quartier général et leurs forces pour lutter contre l’armée française.

43Dang Van Ngu, accompagné de ses guides, traverse le Laos, franchit la chaîne Truong Son, gravit des collines, des rivières chargé de ses flacons, ballons, éprouvettes et champignons.

44Arrivé au Viet Bac, il est reçu par les dirigeants du gouvernement et ses confrères Ho Dac Di, Ton That Tung ainsi que d’autres médecins, pharmaciens qui ont déjà rejoint la résistance.

45Il va présenter d’emblée aux responsables médicaux et gouvernementaux son plan de production de pénicilline qui exige des moyens matériels, du personnel et le plan de prophylaxie contre le paludisme, plans qui seront rapidement acceptés.

46La faculté de Médecine de Ha Noi est évacuée vers l’arrière pendant la guerre et devient en octobre 1947 l’école de médecine de la Résistance avec à sa tête le recteur Ho Dac Di. Le docteur Ton That Tung est nommé responsable de l’hôpital de Chiem Hoa et y enseigna. Au début, une douzaine d’étudiants quittèrent Ha Noi pour suivre le Viet Minh.

47Outre ses recherches sur la production de pénicilline, le docteur Dang Van Ngu assure également l’enseignement de la biologie.

48Les conditions de travail du corps médical sont particulièrement difficiles à cette époque mais les médecins, les pharmaciens, infirmiers, sages-femmes, préparateurs mettent tous leurs efforts en commun pour constituer les services sanitaires afin de répondre au besoin de soins de la population.

49Le laboratoire de recherche du docteur Dang Van Ngu à Chiem Hoa est des plus rudimentaires : les tiges de bambou tiennent place d’éprouvettes, les assiettes remplacent les boîtes de Pétri, le jus extrait des tiges de maïs tient lieu de milieu de culture. La formation du personnel de laboratoire composé de jeunes médecins et de pharmaciens est indispensable. C’est eux qui seront responsables des unités de fabrication de pénicilline au Viet Bac ainsi que dans les interzones militaires du delta du fleuve Rouge et la région stratégique du Thanh Nghe Tinh.

50C’est ainsi qu’est obtenu le filtrat de pénicilline durant la première guerre de Résistance, si utile pour soigner les blessés de guerre.

51Un document lithographié « Penicillin » de 32 pages paru en 1950 résume les travaux de recherche sur la pénicilline du docteur Dang Van Ngu à l’usage du corps médical de l’époque.

Les retrouvailles de la famille

52En gagnant le Viet Bac en 1949, le docteur Dang Van Ngu exprime aux dirigeants son désir de retrouver sa famille qui vit toujours à Hué. Au cours de l’année 1948, un émissaire est venu voir son épouse en pleine nuit et lui a montré une lettre. Elle reconnaît avec émotion l’écriture de son mari et apprend par là même qu’il se trouve au Viet Bac depuis un an : il l’enjoint de venir le retrouver dès que possible avec leurs enfants. Elle comprend ainsi l’absence de nouvelles de son époux, jusqu’alors convaincue qu’il était encore au Japon.

53Au terme d’un pénible voyage de plus d’un mois entre Hué et Ha Tinh, son épouse et ses trois enfants apprennent avec déception que le docteur Dang Van Ngu vient de quitter Ha Tinh pour le Viet Bac à la demande des autorités supérieures. Ils se remettent alors en route, longue route qui les amène à la base révolutionnaire.

54Voici le moment émouvant des retrouvailles racontées par Dang Nhat Minh :

Je me souviens parfaitement de la rencontre de mes parents près de la source située à Chiem Hoa- Tuyen Quang après neuf ans de séparation. Mon père descendit de la colline en courant tandis que ma mère lui tournait le dos, longeant la petite source comme pour fuir. Elle avait attendu si longtemps ce moment et quand il fut venu, elle n’avait plus le courage de l’accueillir. Elle était trop exténuée par l’attente, par la très longue traversée et toutes les difficultés inoubliables pendant ces jours de séparation […].

55Madame Dang Van Ngu demande par la suite à être affectée au laboratoire de son mari pour l’aider dans son travail tandis que les enfants reprennent leurs études interrompues par la guerre. Ce sont des jours les plus heureux de la famille enfin réunie.

56En mai 1954, alors que la guerre d’Indochine française touche à sa fin et que l’espoir de paix est proche, Madame Dang Van Ngu tombe brusquement dans le coma. Parti en mission dans une province, son mari ne revient que trois jours après. Il reste jour et nuit à soigner sa femme qui décède après six jours de coma. Terrassé de douleur, il reste allongé auprès d’elle toute une nuit avant de l’enterrer sur la colline de Chiem Hoa, près de son laboratoire. Son fils Dang Nhat Minh ne se console pas d’être loin de sa mère pendant ses derniers moments et aux côtés de son père en ce pénible instant. Le président Ho Chi Minh envoie au docteur Dang Van Ngu une lettre datée du 2 juin 1954 exprimant ses condoléances et l’exhortant à poursuivre son œuvre médicale.

Les années de paix : 1954-1962

57La paix est revenue au Viet Nam après les accords de Genève signés en juillet 1954 qui divise le Viet Nam à la hauteur du 17e parallèle.

58Sur le plan médical, il s’agit pour la RDVN de rattraper le retard considérable pris dans l’enseignement et la recherche médicale à cause des huit années de guerre, tout en poursuivant la politique de protection de la santé de la population.

59L’école de Médecine est de nouveau ouverte à Ha Noi sous son nouveau nom, faculté de Médecine et de Pharmacie, où s’illustrent les noms du docteur Ton That Tung dans l’hépatectomie, du docteur Do Xuan Hop dans l’anatomie, du docteur Dang Van Chung dans la pathologie cardio-vasculaire, du docteur Dang Van Ngu dans la malariologie et les maladies parasitaires. Ce denier est également directeur de l’Institut de malariologie, de parasitologie et d’entomologie nouvellement créé.

60La lutte contre le paludisme est à cette époque son œuvre principale.

61Le programme est ambitieux, à la hauteur de cette pathologie qui sévit sur les trois quarts du territoire du Nord Viet Nam.

62Le docteur Dang Van Ngu retourne à des provinces septentrionales qu’il a bien connues pendant la guerre, Tuyen Quang, Thai Nguyen, Bac Can, pour étudier de plus près l’épidémiologie, les conditions de vie de la population, les moyens de lutte. Des médecins, des pharmaciens, des cadres sanitaires sont formés pendant plusieurs années pour cette campagne. Une province pilote, Thai Nguyen, est choisie pour expérimenter les méthodes de prophylaxie, pulvérisation de DTT, destruction des larves et des moustiques, essai de nombreux médicaments sur les malades.

63Ces mesures sont étendues à l’échelon national de 1962 à 1968 et ont eu pour résultat de diminuer l’incidence du paludisme.

L’escalade américaine au Viet Nam

64À partir de 1968, l’escalade aérienne américaine au nord Viet Nam s’intensifie dans les provinces situées au sud du 19e parallèle, bombardant jusqu’aux postes médico-sanitaires des communes.

65L’Institut de malariologie est aussi détruit au cours de l’un de ces bombardements. Le paludisme apparaît de nouveau et fait des ravages chez les combattants et la population.

66En 1967, le docteur Dang Van Ngu décide de partir avec une équipe de collaborateurs et de collaboratrices pour étudier sur place la possibilité de faire un vaccin anti-paludéen. Il parcourt de nouveau la chaîne Truong Son, muni de ses instruments de recherche.

67Le 1er avril 1967, les bombes américaines larguées par les B52 tuent le docteur Dang Van Ngu à l’âge de 57 ans et ses deux jeunes assistantes Pham Thi Trang et Le Thi Tuyen… au moment où il arrive tout près de Hué, sa ville natale où sa vieille mère l’attendait depuis si longtemps. La première personne à annoncer la terrible nouvelle à Dang Nhat Minh et à sa sœur Dang Nguyet Anh fut le docteur Pham Ngoc Thach, ministre de la Santé : « Mes neveux, soyez courageux pour écouter cette nouvelle : Votre père a sacrifié sa vie au front de Tri Thien à deux heures du 1er avril. »

68Leur sœur benjamine, Dang Nguyet Quy, qui fait ses études à Moscou, n’apprend pas tout de suite la tragique nouvelle. Elle en mourra de chagrin et de maladie deux ans plus tard à l’âge de 28 ans.

69La mort de Dang Van Ngu a suscité une intense émotion dans le pays.

70Son corps, reposant à Truong Son loin des siens pendant vingt ans, a été découvert par hasard par un chercheur de mây (espèce de plante grimpante dans la forêt) qui est tombé sur une plaque d’aluminium gravé au nom de Dang Van Ngu avec la date de son décès (1er avril 1967) et une toile enveloppant des restes de squelette. Ainsi, l’homme que l’on a pris auparavant pour un soldat tué et que l’on a enterré au Cimetière militaire au village Phuong My est bien le docteur Dang Van Ngu. Il faudra attendre cinq ans pour que ses enfants trouvent l’endroit pour ramener les restes du défunt et les enterrer au cimetière familial sur la colline Ngu Binh à côté de sa femme dont le corps a été ramené de Chiem Hoa, après quarante-six ans de séparation.

71Ses amis, ses élèves ont écrit de nombreux témoignages sur sa vie.

Épilogue…

72Le 3 décembre 2013, Dang Nhat Minh, fils aîné de Dang Van Ngu, cinéaste, m’emmène visiter l’Institut de malaria, de parasitologie et d’insectes à Mễ Trì, dans les environs de Ha Noi. L’Institut est composé d’un grand bâtiment destiné aux chercheurs, au personnel administratif et au musée Dang Van Ngu. Un grand parc avec un bassin et un espace, où a été érigé récemment le buste du professeur Dang Van Ngu, sépare le bâtiment du logement du personnel. C’est à cet endroit que l’œuvre du chercheur se poursuit pour préserver la santé de la population. Au-delà de sa vie, le professeur Dang Van Ngu est resté dans la mémoire des gens comme un homme exceptionnel.

Photo 1

Photo 1

Cérémonie de l’inauguration du buste de Dang Van Ngu dans le parc de l’IMPI à Me Tri, banlieue de Ha Noi.

Photo 2

Photo 2

Dang Nhat Minh devant le buste du professeur Dang Van Ngu.

Photo 3

Photo 3

Vu Ngoc Quynh devant le tableau représentant la visite du président Ho Chi Minh au laboratoire du professeur Dang Van Ngu. Photographies de Dang Van Ngu et de son épouse, Ton Nu Thi Cung.

Photo 4

Photo 4

Passeport du Gouvernement général de l’Indochine autorisant le docteur Dang Van Ngu à se rendre au Japon en décembre 1942.

Haut de page

Note de fin

1 Base militaire du Front national de libération durant la guerre américaine.

2 Après le coup de force japonais et l’abrogation par le Viet Nam du statut de protectorat, l’ambassadeur français en poste au Japon résume la situation en ces termes : « Vous verrez tout ceci n’est que provisoire, les Français retourneront en Indochine ». Il reçoit la réponse du Dr Dang Van Ngu : « Oui, mais en tant que touristes » (propos recueillis de Dang Van Ngu, Hanoi, NXB YH, 2010).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photo 1
Légende Cérémonie de l’inauguration du buste de Dang Van Ngu dans le parc de l’IMPI à Me Tri, banlieue de Ha Noi.
URL http://moussons.revues.org/docannexe/image/3315/img-1.png
Fichier image/png, 389k
Titre Photo 2
Légende Dang Nhat Minh devant le buste du professeur Dang Van Ngu.
URL http://moussons.revues.org/docannexe/image/3315/img-2.png
Fichier image/png, 452k
Titre Photo 3
Légende Vu Ngoc Quynh devant le tableau représentant la visite du président Ho Chi Minh au laboratoire du professeur Dang Van Ngu. Photographies de Dang Van Ngu et de son épouse, Ton Nu Thi Cung.
URL http://moussons.revues.org/docannexe/image/3315/img-3.png
Fichier image/png, 453k
Titre Photo 4
Légende Passeport du Gouvernement général de l’Indochine autorisant le docteur Dang Van Ngu à se rendre au Japon en décembre 1942.
URL http://moussons.revues.org/docannexe/image/3315/img-4.png
Fichier image/png, 547k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vu Ngoc Quynh, « Dang Van Ngu. Vie et mort d’un médecin de la Résistance (1945-1967) : témoignage du docteur Vu Ngoc Quynh », Moussons [En ligne], 24 | 2014, mis en ligne le 08 septembre 2015, consulté le 24 juin 2017. URL : http://moussons.revues.org/3315 ; DOI : 10.4000/moussons.3315

Haut de page

Auteur

Vu Ngoc Quynh

Ancien interne des Hôpitaux de Paris

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page