Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Les Indes et l’Europe. Histoires connectées xve-xxie siècles, Jean-Louis Margolin & Claude Markovits

Paris, Gallimard, Folio, coll. « Inédit histoire », 2015, 962 p.
Laurence Husson
p. 175-177
Référence(s) :

Jean-Louis Margolin & Claude Markovits, Les Indes et l’Europe. Histoires connectées xve-xxie siècles, Paris, Gallimard, Folio coll. « Inédit histoire », 2015, 962 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage de poids (962 pages) a été pensé et écrit par deux historiens confirmés, aux bibliographies conséquentes, Jean-Louis Margolin, spécialiste de l’Asie du Sud-Est et Claude Markovits, spécialiste de l’Asie du Sud, qui ont rédigé des chapitres séparés pour L’Asie du Sud-Est et pour l’Inde ainsi que des chapitres communs, à savoir l’introduction, le chapitre 10 concernant les effets en retour de la domination dans les deux aires géographiques concernées, l’épilogue et la conclusion. Il ressort une petite asymétrie entre l’Asie du Sud et l’Asie du Sud-Est car l’effet en retour de l’Inde sur l’Europe a été supérieur à celui de l’Asie du Sud-Est, plus morcelée et disposant d’une moindre littérature. Ces deux sous-régions clairement distinctes aujourd’hui ne faisaient pourtant qu’une d’un point de vue économique à l’époque par le biais du commerce des tissus et des épices, d’où l’emploi depuis le xvie siècle du terme « Les Indes » par les Européens pour désigner cette partie du monde. Pour les géographes, ce vaste ensemble est qualifié d’Asie méridionale.

2L’écriture a débuté en 2006 et s’est achevée en 2013, avec entre-temps la faillite de l’éditeur belge qui avait accepté le projet initial, à savoir une histoire en sept volumes sur le monde entier, dont un dévolu à l’Asie. Les deux auteurs ont poursuivi leurs recherches en maintenant leur ambitieuse décision de couvrir une période historique très vaste : xve-xxie siècles. Ils ont aussi choisi de ne pas se placer dans une perspective d’étude des relations internationales mais de s’attacher aux connexions entre les sociétés. L’histoire connectée occupant d’ailleurs une place de plus en plus importante dans le paysage global de l’historiographie.

3Ce livre vient combler une lacune depuis longtemps ouverte dans la bibliographie française. Tenant compte des très importants acquis de ces dernières décennies, et en particulier de l’œuvre considérable des nouveaux historiens asiatiques, il transcende le débat épuisé colonialisme/anticolonialisme, ainsi que les frontières nationales, qui ont si souvent guidé les choix historiographiques tant européens qu’asiatiques. Du point de vue des sources, il existe beaucoup plus de documents sur la vision européenne de l’Asie que sur la vision des Asiatiques sur les Européens. L’ouvrage n’entend pas faire de l’histoire événementielle mais prend le parti d’une approche thématique en posant des questions.

4Il s’agit pour J.-L. Margolin et C. Markovits d’aborder cette connexion intercontinentale multiforme, et sans cesse reformulée, au niveau plurinational aussi bien qu’à celui des groupes humains les plus ténus, des institutions, des entreprises, des lobbies, des individus. Rompant avec les problématiques de la domination, sans pour autant rejeter la notion, il insiste sur la « co-construction » des sociétés coloniales par les collectivités variées qui les constituaient, et dont la prise en compte brouille constamment la trop facile dichotomie colonisateurs/colonisés. L’efficience et le caractère de la domination/colonisation européenne sur l’Asie ont certainement été surévalués et doivent être révisés et nuancée. Les auteurs manient à cette fin une multitude de faits, montrant qu’il est difficile de faire un bloc des Européens, qui rivalisent entre eux, et ne cessent de se heurter à des rébellions, du banditisme, de la piraterie. De ce point de vue, les dates, les faits, les anecdotes abondent, dans un style coulant et renseignent sur les différentes articulations et interconnexions entre tous les réseaux et acteurs existants.

5L’ouvrage qui rompt avec une approche nationale ethno-centrée réussi donc à montrer qu’il y a eu une co-construction des systèmes coloniaux et que l’histoire de la colonisation doit être nuancée. Il y a eu une collaboration, de l’opportunisme, des jeux de miroirs, des échecs, des réussites. Les Asiatiques et les Européens ont tiré profit les uns des autres et à ce titre, il s’agit, selon les auteurs, de tenter de dépasser tant la vision colonialiste que la vision anticolonialiste pour bien montrer toute la complexité des multiples interactions suscitées par cette rencontre.

6Cette somme a été directement publiée en livre de poche à un prix abordable dans la collection « Inédit Histoire » de Folio sans passer par une édition grand format.

7Cet essai est un ouvrage de réflexion autant qu’un éventuel manuel pour étudiants intéressés par l’histoire. Il faut néanmoins préciser que si l’ouvrage abonde de faits, sa lecture pourra peut-être s’avérer ardue pour ceux qui n’ont pas toutes les connaissances de base nécessaires. Les spécialistes de chacun des pays de cette vaste région, quant à eux, regretteront peut-être de voir traiter trop succinctement des points qui leur sont très familiers. Ce à quoi J.-L. Margolin répondrait certainement qu’il lui aurait fallu le double de pages et d’années pour traiter équitablement et en profondeur chacun des pays de l’Asie du Sud-Est.

8Last but not least, pour parfaire et compléter sa lecture, l’ouvrage comporte un index de 50 pages, un glossaire, une chronologie, des cartes ainsi que 200 pages d’annexes, sans compter une bibliographie de près de 400 références.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurence Husson, « Les Indes et l’Europe. Histoires connectées xve-xxie siècles, Jean-Louis Margolin & Claude Markovits », Moussons, 26 | 2015, 175-177.

Référence électronique

Laurence Husson, « Les Indes et l’Europe. Histoires connectées xve-xxie siècles, Jean-Louis Margolin & Claude Markovits », Moussons [En ligne], 26 | 2015, mis en ligne le 07 décembre 2015, consulté le 19 août 2017. URL : http://moussons.revues.org/3433

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page