Skip to navigation – Site map
Note

La fin d’un oubli : chronique de la (re)découverte de la tombe d’Henri Maitre

Emerge from Oblivion: Chronicle of the Re-Discovery of Henri Maitre Tomb
Nicolas Vidal
p. 247-263

Abstracts

About a Southern Vietnam grove and the re-discovery of French explorer Henri Maitre tomb, first westerner to achieve a complete exploration of the Indochinese hinterland and to introduce ethnography in South East-Asia. His explorations and his destiny lead him to August the 2th 1914, when he and his twenty-six men are slayed in Bu Nơr by the Yok Laych plateau Mnôngs. From 1914 to 1936 the region falls inside an armed rebellion, the French can’t return on the tomb. In December 1940, André Baudrit and Théophile Gerber discover the tomb, then it falls again inside oblivion until June 2012 and its re-discovery in a southern Vietnam grove.

Top of page

Full text

Mes remerciements vont au Comité Populaire de la province de Đắk Nông, à M. Olivier Tessier, représentant de l’EFEO au Vietnam, à M. Philippe Le Failler de l’EFEO Paris, au Service de promotion économique de la province de Đắk Nông, à Secret Indochina et à SevenOrients.

Bien qu’Henri Maitre se soit signalé héroïquement par les voyages d’exploration qu’il fit dans les régions sauvages du Sud indochinois ; bien que les résultats qu’il atteignit aient contribué largement à l’expansion française sur des peuples fiers de leur indépendance ; bien qu’il mourût dans l’accomplissement d’une mission qui lui était confiée, un inconcevable oubli a noyé sa personnalité. Il fut massacré certes, à un moment où l’attention était retenue par le grand conflit européen alors à son début. Mais la tourmente a cessé depuis tantôt vingt ans, et Maitre pour les Français d’Indochine – est presque devenu un personnage de légende ! Le lieu exact où il repose est inconnu […] c’est quelque part, dans un coin de ce que l’on pourrait nommer « le grand silence vert » […]. (Baudrit 1936 : 1433.)

Les faits

1En 1936, André Baudrit ne pouvait pas savoir à quel point ce grand silence vert et cet inconcevable oubli allaient ainsi maintenir Henri Maitre dans son sépulcre sylvestre.

2Le 2 août 1914, veille de la déclaration de guerre de l’Allemagne à la France, Henri Maitre et vingt-six de ses hommes sont tués à Bu Nơr et ses environs par les Mnông du plateau du Yok Laych. À partir de septembre 1914, le pays mnông s’embrase, entre en rébellion armée, rendant impossible pour les Français de revenir à Bu Nơr avant 1932. Le 30 juillet 1932, le Capitaine Maillard retrouve le site de Bu Nơr. Le 6 décembre 1940, André Baudrit (1941) et Théophile Gerber (1943) y découvrent la tombe sur laquelle pousse un kapokier, fruit du suaire de Maitre :

[…] les bourreaux appuyèrent la tête de leur victime sur un coussin de kapok trouvé dans les bagages. Ce serait une des graines contenues à l’intérieur de ce coussin qui aurait germé. Ainsi, la Providence marqua d’un arbre – rare dans la forêt – l’endroit où repose ce pionnier de l’expansion française dans l’hinterland moï. (Baudrit 1941 : 120.)

  • 1 Les Trois-frontières étant la frontière entre l’Annam, le Cambodge et la Cochinchine.

3Le 26 janvier 1943, non loin, au lieu-dit « nœud des Trois-frontières1 », l’amiral Decoux, Gouverneur Général de l’Indochine française, inaugure un monument en l’honneur de l’explorateur. Conçu par J.-Y Claeys de l’École française d’Extrême-Orient, il symbolise un poteau de sacrifice proto-indochinois.

Fig. 1. Dessin d’un avant-projet de monument à Henri Maitre, 1941

Fig. 1. Dessin d’un avant-projet de monument à Henri Maitre, 1941

Source et crédit : Photothèque de l’EFEO, Paris n°23199.

4L’administration coloniale prévoit d’y transporter la dépouille de Maitre, mais le destin en décide autrement : le Yok Laych redevient insécurisé, un repère du Việt Minh. Henri Maitre reste dans le bois de Bu Nơr. Durant la guerre du Vietnam, la contrée bascule dans le chaos, les Américains y livrent bataille, construisent une série de bases supposées verrouiller la frontière cambodgienne et ainsi couper la piste Hồ Chí Minh. Dans les années 1980, certaines forêts du plateau deviennent des maquis du Fulro. En 2012, la région s’ouvre à peine, mais demeure sensible.

  • 2 Pierre Le Roux, professeur à l’institut d’Ethnologie, faculté des Sciences sociales de l’universit (...)

5En 2008, afin de mettre un terme à cet inconcevable oubli, pour honorer sa mémoire et son œuvre, Pierre Le Roux2 et moi-même décidons de nous lancer à la recherche de la tombe. Après réflexions, analyses de vieux documents, de cartes françaises, américaines, vietnamiennes ou satellites et une première reconnaissance de terrain en octobre 2011, je retrouve finalement la tombe le 27 juin 2012. Elle se situe au N12 08.520 - E107 26.869, dans un bois de la commune de Đắk R’Tih, district de Đắk R’Lấp, au nord-ouest de la province vietnamienne de Đắk Nông, dans le sud du haut plateau central, non loin du point central de ce que les Français nommaient Toit de l’Indochine. Surmontée par un petit tertre, elle est dominée par le presque centenaire kapokier.

6Avant de développer davantage les circonstances de cette redécouverte, il faut restituer cette affaire dans son contexte, comprendre les particularismes locaux et les circonstances qui firent qu’Henri Maitre laissa sa vie dans ces forêts. Lourd tribut pour le premier occidental à mener une exploration approfondie de l’hinterland indochinois, à en présenter une synthèse d’une étonnante lucidité pour l’époque et ainsi à ouvrir la voie à l’ethnographie en Asie du Sud-Est péninsulaire. Son chef-d’œuvre, Les Jungles moï est l’ouvrage de référence sur le haut plateau, considéré par Jacques Dournes comme le meilleur et une inspiration pour les chercheurs ayant œuvré sur le sujet.

Fig. 2. Bois de Bu Nơr et carte de la région des « Trois-frontières »

Fig. 2. Bois de Bu Nơr et carte de la région des « Trois-frontières »

Sources : Nicolas Vidal.

Les premières missions d’Henri Maitre

7Henri Maitre est né à Thonon le 12 juillet 1883. Après son baccalauréat, il séjourne un an à Londres puis devient assistant du service civil des Douanes impériales maritimes chinoises, affecté à Wuhu, sur le Yang-Tsé-Kiang. Il réalise ses premières explorations au Japon, entre Kobé et Osaka. En 1904, il est journaliste à l’Écho de Chine, publication franco-anglaise de Shanghaï et pour laquelle il va couvrir le siège de Port-Arthur. Quelques mois plus tard, après avoir séjourné à Hanoi, il débarque à Port Dayot (Vân Phong, province de Khánh Hòa), baie fermée au nord par la longue dune de Hòn Gốm, dominée à l’ouest par les contreforts de la cordillère Annamitique qu’il longe vers Nha Trang et le Sông Cái.

8De retour à Hanoi il prépare son admission aux cadres administratifs. À la suite de son escapade dans le Khánh Hòa, où il a dû vraisemblablement ressentir une attirance pour cette haute barrière, porte énigmatique dominant la côte, il se documente sur ces régions. Après son admission aux services civils, il est nommé commis de 3e classe le 6 août 1905 à Buôn Mê Thuột, capitale méridionale du haut plateau central. Le 4 septembre, il accède pour la première fois au haut plateau via Port Dayot, Ninh Hòa et l’axe de l’actuelle route N26 menant dans le Đắk Lắk par la passe de M’Drak.

9Entre 1905 et 1908, il va mener une première série de missions, le but étant d’explorer tout le haut plateau afin de permettre à l’administration coloniale d’y tailler des routes, d’y construire des postes, de soumettre et fédérer les Proto-Indochinois. Sa première exploration y concerne le sud-est du Đắk Lắk qu’il traverse en passant par les monts du Lang Biang et des parties particulièrement accidentées de la cordillère, avant de rejoindre Phan Rang. En juillet, il parcourt la région de Bản Đôn, pays de Rhadé chasseurs d’éléphants et, un peu plus au nord, se rend à la tour chame de Yang Prong. Il va ensuite reconnaître le pays bih, contrée constituée de lacs, de marais et d’épaisses forêts (districts de Lắk et de Nam Ka). Il y scelle son destin, puisque de ces hauteurs, il est irrésistiblement attiré par le sud-ouest, c’est-à-dire les contreforts du plateau du Yok Laych. En décembre 1906, il relie péniblement le Đắk Lắk et le Khánh Hòa à travers les impénétrables sous-bois du Chu Tu Sap (district de Khánh Vĩnh, province de Khánh Hòa), avant de trouver les sources du Sông Chò et celles du Sông Cái, qu’il redescend jusqu’à Nha Trang. Début 1907, il réalise un long voyage de repérage entre le Nord-Vietnam, Đà Nẵng et Nha Trang, ce avant de mener la reconnaissance de la rivière Srépok jusqu’à son embouchure, au niveau de Kratié au Cambodge.

10En mars 1907, il traverse pour la première fois le plateau du Yok Laych. Le Yok Laych (Haut-Chlong), « Plateau des Herbes » ou « Toit de l’Indochine », est un vaste dôme basaltique s’étalant entre l’ouest du Đắk Nông, le nord-ouest de Bình Phước et l’est du Mondulkiri, à l’époque, cœur du pays mnông. Il est constitué d’un ensemble de mamelons couverts de prairies, aux combes boisées. Le sud du Yok Laych est recouvert par les forêts sempervirentes du Bù Gia Mập, désormais un parc national s’étalant entre les provinces de Đắk Nông et de Bình Phước.

  • 3 Les Jaraï dépendaient alors de rois-sorciers, les Sadets : le roi du Feu (Patau Pui), le roi de l’ (...)

11En février 1908, Maitre délimite la frontière Phú Yên-Đắk Lắk, région des fleuves Ayunpa et Sông Ba, territoire des Sadets3, farouchement opposés à toute soumission. Il conclut ses premières missions en explorant plus en profondeur le Haut-Krông Knô, et embarque pour la France où il publie son premier opus, Les régions moï du Sud-Indochinois. Le plateau du Darlac (Maitre 1909), pour lequel il recevra le prix Armand Rousseau (décerné par la Société de Géographie de Paris).

  • 4 Expression forgée par Jean Boulbet (1975).

12Pour comprendre l’œuvre et le destin de Maitre, il faut tenter de visualiser ce qu’étaient ces régions. Elles constituaient un entrelacement de massifs, de plateaux basaltiques, de savanes, de marais, de forêts-clairières et de forêts denses et s’étendaient sur le Cambodge oriental, le Bas-Laos, le Centre et Sud Vietnam. Le pays était tenu par les Proto-Indochinois, Austronésiens de la péninsule ou Austroasiatiques, soit une quarantaine de groupes, « paysans de la forêt4 », vivant dans la crainte de divinités tutélaires, au gré des essartages, des moussons, de conflits ou de querelles claniques.

13Maitre voyage souvent léger, sans lourde escorte armée. Il mène ses premières missions avec deux ou trois pisteurs, plus tard, avec quelques miliciens khmers ou rhadé. Infatigable, il accumule notes, informations, il cartographie, dessine, répertorie, bâtit des postes, réalise la première étude d’envergure sur les Proto-Indochinois. Il vogue sur des flots inconnus, rentre sans peur dans des massifs inexplorés où sévissent fièvres et grands fauves. Le danger est omniprésent. Dans ses œuvres, l’on ressent souvent sa fascination et son désarroi face à la forêt, comme dans cet extrait des Jungles moï :

Un moment le barrissement furieux d’un éléphant éclate dans la nuit et brusquement dans cette obscurité intense, où le vent mugît, où rampent les menaces de la jungle, l’on se sent envahi d’une immense sensation d’isolement complet, de solitude absolue et, coupé de toute relation avec le monde extérieur, on a l’étrange impression d’être ignoré perdu oublié dans un pays de rêve d’où l’on ne sortira peut-être jamais. (Maitre 1912a : 57.)

14Pays de rêve, de mort, de paradoxes. Troublant en effet, d’aimer une contrée que l’on sait potentiellement assassine. Maitre est fasciné par le milieu naturel des Proto-Indochinois, leur remarquable adaptabilité, leur grâce et résignation face à l’adversité. Ses aventures, ses rencontres, sa responsabilité face à sa mission de pacification et un engagement croissant provoquent en lui une addiction fatale. Un voyage sans retour. Il en a conscience, l’écrit :

La vie en brousse est une terrible maîtresse et, comme l’opium, ensorcelle et tyrannise, dispensant à ses amants les joies les plus rares, les émotions les plus poignantes et des douleurs raffinées et précieuses à l’égal de ses plus étranges voluptés. (Maitre 2012a : 27.)

Fig. 3. Carte des explorations d’Henri Maitre

Fig. 3. Carte des explorations d’Henri Maitre

Sources : Nicolas Vidal d’après Henri Maitre (1912a).

La deuxième série de missions

15Il mène une deuxième série de missions durant laquelle il va affiner ses premières recherches, explorer le sud du haut plateau, construire des postes et tâcher de soumettre les rebelles mnông du Yok Laych.

16Après son séjour en France, il est de retour à Sài Gòn, le 13 janvier 1909. Mis à la disposition du Cambodge, il rejoint Phnom Penh par la voie fluviale où le Résident supérieur Paul Louis Luce lui confie la mission d’explorer la région située entre le Đồng Nai, le Srépok et le Mékong. En mars 1907, il parvient à Bu Sra où, malgré la résistance des Mnông, il construit un premier poste, sa future base arrière. Il repère ensuite les sources du Sông Bé et du Đắk Đăm (centre du plateau du Yok Laych), passe non loin de Bu Nơr, puis dans le massif du Nâm Nung où il recueille d’étranges histoires d’hommes des bois. Il explore ensuite le moyen Sông Bé, pénéplaine cochinchinoise, lui aussi pays en partie insoumis, contrôlé par les Stieng.

17Lors d’une nouvelle mission, il relie Phan Thiết par Djiring, résidence de son ami Cunhac, délégué du canton. Outre la soumission du pays mnông, Maitre a un autre projet, tout aussi ambitieux, qui sera la raison de sa perte : explorer le Moyen Đồng Nai, le Nggar Maa’ - Nggar Yaang des Cau Maa’, pays méconnu de l’ouest de Djiring, au pied duquel échouèrent toutes les missions antérieures (Lt Gautier en 1882, Patté en 1904) ; pays fermé, sacré, considéré par les groupes alentours comme étant le « Cœur du Domaine des génies », en l’occurrence à l’époque gardé par les Maa’ Huang, sous-groupe des Cau Maa’. Maitre a l’impudence d’y organiser une première mission et en longe, non sans peine, le nord de la rive gauche. Le Đồng Nai (la Daa’ Dööng des Maa’), serpente plein ouest, forme une boucle majestueuse, puis s’écoule vers le sud-est et son delta. Dans la grande boucle, il est gorges, chutes et rapides, une entaille dans un des derniers massifs des hauts plateaux, un flux boueux, capricieux. Sur la rive commence « le Domaine des Génies », une forêt dense, s’étalant sur un réseau serré de crêtes escarpées, d’après les Maa’, le pays de la Genèse et des génies primordiaux : « dans les Hauts de Bördee est inscrite l’histoire de tous les commencements. Tout est sacré, c’est-à-dire à la fois magnifique, curieux et terrible, tout est mélange de merveilleux et de redoutable » (Boulbet 1967 : 25).

18Durant le reste de la saison sèche, Maitre parcourt le centre et nord du haut plateau, pays des Jaraï et des Bahnar, parmi lesquels il rencontre le Père Kemlin. Il continue en longeant la Sessan, puis passe au Laos et à Attapu, descend le Xekong avant de rejoindre Champassak et Khone. Il consacre l’automne 1909 à consolider le poste de Bu Sra et mène une mission dans les environs du Lak Lak.

19Du 17 janvier au 8 février 1910, il explore à nouveau la grande boucle du Đồng Nai et réussit à la longer jusqu’à sa sortie, au niveau du district de Cát Tiên. Il réalise cette mission avec seulement quatre miliciens, évite le plus possible les villages dip et maa huang, tous hostiles à la pénétration française. Il navigue sur un radeau de fortune puis deux pirogues, évite l’affrontement et, en privilégiant la vitesse, ne laisse guère le temps aux guerriers huang de réagir. Des passages dans Les Jungles moï ou dans sa lettre du 8 février 1910, adressée à son ami Cunhac, attestent des conditions extrêmes de cette mission :

  • 5 Lettre d’Henri Maitre à M Cunhac, 8 février 1910, in Baudrit (1943 : 82).

[…] pendant 72 kilomètres nous descendîmes le fleuve bordé de nombreux villages qui tous nous reçurent les armes à la main et nous refusèrent le moindre bol de riz ; le soir nous campions en haut des berges abruptes aussi loin que possible des hameaux et nous cachions les pirogues5.

20À la suite de sa mission, la grande boucle restera fermée. Redoutée de tous, on la qualifiera de « tombe à explorateurs, d’arrière-jungle » (Guérin 2003). Il faut attendre 1952 et Jean Boulbet, ethnographe des Cau Maa’, qui sera le premier à y pénétrer, à y séjourner et à en sortir indemne.

21Ce dernier résume ainsi cette affaire et ses conséquences :

[…] en 1880 Neis et Septans, en 1882 Gautier, en 1884, Humann, en 1900 Genin, Barthelemy en 1914 la mission Patté partant de la délégation éphémère du Sông Bé : les expéditions se succèdent et immanquablement passent chez les Krung, les Cau Maa’ du Sud, les Cau Too ou pour les explorations de l’Ouest chez les Stieng mais sont repoussées directement ou indirectement dès qu’elles approchent de la grande boucle du fleuve Donnaï. Là se place en 1911 la reconnaissance du Moyen Donnaï de Maitre, première traversée de la grande boucle du fleuve qui restera longtemps la seule. Quand à Maitre, son audace et son ardeur infatigable à découvrir et à soumettre vont être la cause de son assassinat par les Biöt du nord du fleuve. Maitre avait par surprise traversé un pays qui devait rester en dehors des regards étrangers, il avait violé un sanctuaire qui devait demeurer hors de portée de la plupart des hommes. (Boulbet 1967 : 78-79.)

22En 1911, Maitre, de retour en France, est nommé commis de 2e classe des services civils, obtient un long congé durant lequel il se marie et rédige son chef-d’œuvre, Les Jungles moï (1912), pour lequel la Société de Géographie de Paris lui décernera le prix Pierre Félix Fournier (Le Roux 1997).

La chute

23Durant son absence, le chef mnông biöt Pu Trang Lơng (également nommé Pa Trang Leung ou N’Trang Lơng) s’organise, le 9 avril 1912 ses guerriers incendient le poste de Bu Sra. Des colonnes sont envoyées sans succès, les Mnông disparaissant à chaque fois dans les replis du Yok Laych ; le 22 août, ils attaquent les habitants de Mdailop, ces derniers s’étant ralliés au pouvoir colonial. La révolte gagne tout le Haut-Chlong. Entre-temps, Maitre revient en Indochine où, le 1er janvier 1913, il est nommé commis de première classe des services civils. En dépit de réelles difficultés, il consacre son temps à asseoir son autorité, à consolider son œuvre de pacification, à bâtir un réseau de postes, à mettre au propre ses levers d’itinéraires ; en vingt-trois mois, il ne séjourne que quelques jours à Bou Sra, parcourant inlassablement les brousses du Yok Laych. Mais les difficultés vont croissant, il lui est mal aisé de contrôler une zone géographiquement si compliquée, si vaste et de s’y déplacer. Finalement, fin 1912, il reçoit l’ordre de réduire militairement les Mnông. En 1913, il pourchasse sans grand succès des bandes mnông et obtient la soumission toute relative de quelques clans. Le 15 décembre à Bou Sra, il y reçoit la soumission de villages et croit ainsi avoir réduit le prestige de Pu Trang Long, alors qu’il va au contraire, et sans vraiment le réaliser, accroître incompréhensions et méfiance.

24Fin 1913, début 1914, il effectue quelques voyages entre Sài Gòn et Phnom Penh et tâche de convaincre ses supérieurs, dont l’administrateur Galtier, des meilleures façons de réorganiser l’Est cambodgien. La construction de postes s’intensifie. En février 1914, Maitre traverse le territoire stieng, crée le poste de Ban Poula, puis remonte sur le Yok Laych ; le 9 février, il campe une nuit sur le Haut-Đắk Nglen, à quelques pas de Bu Nơr, d’où, six mois plus tard, il ne ressortira pas. Au cours du printemps 1914, il est à nouveau mis à la disposition du Résident Supérieur en Annam. Pour permettre son accession au cadre des administrateurs, il démissionne de son emploi de commis de lre classe et est promu officier d’académie par arrêté du ministre de l’Instruction publique et des Beaux-arts. Maitre doit encore s’absenter pour servir de secrétaire à M. Ernest Outrey, préparant son élection comme député de Cochinchine.

25Promu délégué de Méra (vingt kilomètres à l’est de Bu Nơr, district de Đắk Búk So), il y rencontre Rding, chef local, et ne semble pas réaliser son isolement, la gravité et la complexité de la situation. En mai-juin, il aménage le poste de Méra, fait preuve, vingt-six jours avant sa mort, d’un optimisme étonnant, comme en témoigne son rapport du 7 juillet 1914 destiné au Résident de France de Kampong Cham :

[…] depuis mon arrivée, et du fait même de ma seule présence, la situation politique s’est grandement améliorée […], la tribu entière des Noong – qui peuple le secteur même de Méra – est d’ores et déjà sans coup férir complètement acquise […], Pa Trang Leung, le chef des révoltés et le destructeur de B Pou Sra, semble avoir disparu ; du moins, la leçon très dure que je lui ai infligée au cours de ma mission 1912-1913, paraît l’avoir dégoûté et l’a en tout cas, à peu près ruiné. (Maitre 1936 : 114.)

26Il s’absente quelques jours à Djiring. Pendant ce temps, ses miliciens cambodgiens violent la femme et la fille de Pu Trang Lơng. Les Mnông se vengent en tuant deux miliciens, d’autres miliciens reviennent au village et mutilent à mort les deux femmes. Par représailles, les Mnông déciment la garnison. De retour de Djiring, Maitre accepte de se rendre à Bu Nơr où l’on lui propose de venir négocier la paix et de rencontrer l’insaisissable Pu Trang Lơng ; ce dernier, complice de Rding et du clan biöt de Bu Nơr, est en fait déterminé à se débarrasser définitivement de ce délégué, décidément trop entreprenant.

27« Bu Nơr l’ancien » se situe légèrement au-dessus du Haut-Đắk Nglen. Le village est fortifié et les chefs mnông y ont rassemblé plus de cent cinquante guerriers. Maitre y arrive vraisemblablement le 2 août vers sept heures le matin, il laisse ses éléphants à l’extérieur et rentre dans la souricière. La délégation s’installe dans une maison mnông, sombre et étroite, où sont rassemblés les chefs et quelques-uns de leurs hommes. On se prépare au sacrifice de la paix, les armes devant être déposées puis ointes du sang d’un buffle sacrifié et du « rönööm », l’alcool de la jarre. Les armes sont entreposées près de la porte tandis que Maitre s’étonne de n’avoir pas encore vu Pu Trang Lơng. Quelques instants plus tard, il se rapproche de la jarre, s’assoit sur un mortier à paddy, s’apprête à boire lorsqu’un homme surgit devant lui et lui dit : « Tu voulais voir Pu Trang Lơng, et bien regarde, il est en face de toi. » (Baudrit 1941 : 118). Il sort une longue lame de sous la couverture lui servant de pagne, puis poignarde Maitre dans la région du cœur. Rding l’aurait aussi frappé avant qu’il ne s’effondre en poussant un râle profond. Les dix miliciens rhadé de l’escorte sont aussitôt tués et leurs cadavres jetés dans deux fosses entre le village et le Đắk Nglen, Maitre et son boy sont enterrés non loin. Les Mnông, malgré leur forfaiture et en gage de respect, placent un coussin en kapok sous la tête de l’explorateur. Ils attaquent ensuite le poste de Méra, y tuent sept miliciens rhadé, brûlent le tout avant de tuer deux autres miliciens trouvés en brousse. Avec Maitre disparaît aussi un témoignage unique et précieux, la version presque achevée de son troisième livre, d’après lui supérieur à ses Jungles moï.

28Outre l’impact de la colonisation, sa mort s’explique aussi par une série de malentendus, par les conséquences directes du viol de la fille et de la femme de Pu Trang Lơng, d’après Jean Boulbet, par celles indirectes de la traversée du Domaine des Génies, profanation toujours ancrée dans les esprits ; par le fait que les Mnông voulurent peut-être naïvement assassiner celui qu’ils pouvaient considérer comme l’instigateur de tous leurs maux nonobstant le fait que d’autres explorateurs du haut plateau subirent le même sort. On peut aussi et surtout y voir la froide détermination de Pu Trang Lơng, guerrier mnông farouchement attaché à sa liberté, visionnaire, parfois et à tort présenté comme un pirate ventru aux pouvoirs surnaturels, bien conscient du mercantilisme dissimulé derrière les campagnes de pacification, et inspirateur de futurs mouvements de libération vietnamiens.

29Peu après le drame, Bu Nơr est abandonné. Pu Trang Lơng se cache chez les Cau Maa’. Entre-temps, de 1914 à 1932, le Yok Laych demeure insoumis, aux mains de turbulents chefs de guerre mnông, rendant impossible toute tentative de recherche de la tombe de Maitre. En mars 1933, le capitaine Huard obtient la soumission de Rding et l’assigne à résidence à Bon Buno. En 1935, Pu Trang Lơng est tué lors d’une campagne menée par le commandant Ngô.

La découverte

30Entre le 25 juillet et le 7 août 1932, le capitaine Maillard, chargé d’enquêter sur l’affaire, réussit à accéder à l’ancien Bu Nơr :

On entre dans la forêt dense où les sangsues se montrent très agressives et après avoir traversé plusieurs petits affluents de gauche du Đắk Glun (le haut Sông Bé) on parvient hors des bois à l’ancien Bon Bu Nơr où Maitre fut assassiné. C’est au bas d’une pente dénudée, un étroit passage de cent cinquante mètres de largeur entre deux bois épais au bord du Đắk Nglenh, affluent du Đắk R’Lấp (Đắk R’Lấp). Quelques bourrelets de terre indiquent encore parmi les buissons envahissants l’emplacement des cases disparues. L’ex-linh Y Liu, l’ex-interprète Rah, Me Toi, M’Pian reconnaissent l’endroit désigné par le chef de Bon Pu Toy. Ce jour est peut-être l’anniversaire du drame du 30 juillet. Le Capitaine, chef de détachement, fait hisser le drapeau français et, en une courte cérémonie, simple et émouvante, la 1re Compagnie du Sud-Annam salue la mémoire de ceux qui sont tombés là. Une croix de bois plantée dans le sol évoque Maitre et ses miliciens. (Maillard 1932.)

31Le 6 décembre 1940, André Baudrit et Théophile Gerber découvrent la tombe, signalent l’existence du kapokier, fruit d’une des graines du coussin en kapok, et en profitent pour interroger Rding, Mbrang et Cir, tous trois témoins du drame. Le 26 janvier 1943, avec le soutien de l’amiral Decoux, la Société des études indochinoises et l’École française d’Extrême-Orient inaugurent un monument en l’honneur d’Henri Maitre. Conçu par J.-Y Claeys de l’École française d’Extrême-Orient, au lieu dit des « Trois-frontières », toujours debout malgré soixante-neuf moussons, il symbolise un poteau de sacrifice proto-indochinois. Le corps de l’explorateur n’y est pas déplacé comme initialement prévu, le coup de force des Japonais du 9 mars 1945 et la guerre d’Indochine replongeant le Yok Laych dans la tourmente. Elle va durer longtemps puisque dès 1964 les Américains y bâtissent un réseau de bases (les LZ), parfois à l’emplacement des anciens postes français (Bu Prang, poste Maitre) ou sur des mamelons du plateau, notamment la LZ Kate, site de la bataille de la LZ Kate (septembre-novembre 1969), à vingt kilomètres à peine au nord-ouest du bois du vieux Bu Nơr. À partir de 1975, le Fulro prend le maquis dans le Yok Laych et dans le proche massif du Nâm Nung, la proximité du Cambodge leur offrant des bases arrière. La paix ne revint sur le Yok Laych qu’en 1992, date de la dissolution totale du Fulro. Entre 1992 et 2012, la région reste sensible du fait de la proximité de la frontière khmère et des troubles récurrents avec des groupes ethniques minoritaires.

La (re)découverte

32Plus haut, il est dit que nos recherches commencèrent en 2008. En fait, Pierre Le Roux, inspiré par Georges Condominas, Jean Boulbet et Albert Marie Maurice, avait, depuis le début des années quatre-vingt-dix, commencé des publications et des recherches bibliographiques sur Maitre. Grâce à l’expertise de l’historien Andrew Hardy, le centre de l’EFEO de Hanoï avait aussi entamé des travaux afin de réhabiliter la mémoire de l’homme en proposant une version en vietnamien de la troisième partie des Jungles moï (Rừng Người Thượng, éditions Tri Thức, Hanoï, 2008). Pour ma part, cette affaire de tombe disparue m’intriguait depuis des années. Il me paraissait impensable qu’un explorateur de cette envergure ait pu sombrer dans l’oubli. À partir du début des années 1990, dans une Indochine péninsulaire qui s’ouvrait à peine à la suite des guerres, diverses tournées et un intérêt croissant pour les Proto-Indochinois me menèrent régulièrement sur ses traces.

33En 2008, donc, lors des prémisses de la recherche, je ne dispose que de maigres sources, dont le texte d’André Baudrit de 1941 concernant la découverte de la tombe, les éléments techniques et géographiques y sont plutôt vagues mais permettent d’identifier le secteur :

Après un long parcours de pistes chaotiques, au milieu d’un paysage de silence et de beauté, nous arrivons à une clairière parsemée d’arbustes et de buissons. Un itinéraire est jalonné par de petites baguettes plantées en terre. Nous le suivons. Il nous conduit à un sentier raviné et glissant, descendant en pente rapide au fond d’une vallée boisée. Les dernières sangsues de la saison des pluies s’attachent à nos chaussures, parfois même à nos chevilles qu’elles font saigner. On passe le Đắk Nglen sur un pont de fortune, fait de quelques rondins juxtaposés. Une eau claire, mais sans profondeur, coule assez rapidement sur un lit de grenaille noirâtre. Nous reprenons sur l’autre rive un sentier de plus en plus incertain. Nous parcourons une centaine de mètres et une trouée nouvellement faite dans la broussaille s’ouvre à notre droite. Quelques minutes plus tard, nous débouchons dans une clairière artificielle : nous sommes à l’endroit – tenu secret pendant 26 ans – où Maitre et ses miliciens ont été enterrés. Mais quels témoins en avons-nous ? (Baudrit 1941 : 120.)

34Des éléments de son texte font mention du kapokier et d’un petit tertre :

Au premier abord on ne voit rien. Il faut, en effet, être averti pour déceler au pied d’un kapokier sans feuilles, c’est-à-dire morne et squelettique, un petit tertre que le temps a élargi et affaissé. À deux mètres devant ce modeste tumulus, deux légères excavations : elles marquent l’emplacement de deux fosses contenant chacune cinq miliciens. Les insurgés qui avaient commis ces assassinats avaient négligé de refermer les tombes de ces derniers, mais la nature s’en est peu à peu chargée durant le quart de siècle qui vient de s’écouler. Dans le silence impressionnant de la forêt que trouble un instant le bramement plaintif d’un cerf voisin ; devant l’abandon dans lequel furent jusqu’à ce jour enveloppés ces tombeaux ; dans l’immensité de la forêt qui nous écrase de sa puissance, on ne peut se défendre d’une émotion profonde. Maitre est là, enterré avec son boy, dans une même fosse. Sans doute, par un sursaut du sentiment de respect qu’avait inspiré le chef blanc avant l’émeute organisée par Pu Trang Lung, les bourreaux appuyèrent la tête de leur victime sur un coussin de kapok trouvé dans les bagages. Ce serait une des graines contenues à l’intérieur de ce coussin qui aurait germé. Ainsi, la Providence marqua d’un arbre – rare dans la forêt – l’endroit où repose ce pionnier de l’expansion française dans l’hinterland moï. (Baudrit 1941 : p 120 pagination ?)

35En octobre 2011, une mission de repérage conduite par l'auteur reconnaît les limites du secteur, mais sans permis, ne peut y pénétrer. Plus tard, grâce à des éléments du rapport du capitaine Maillard, « Bu Nơr l’ancien » est identifié avec certitude : entre deux bois épais au bord du Đắk Nglenh, affluent du Đắk R’Lấp. En étudiant le Haut-Đắk R’Lấp sur des cartes satellites, le cours de la Đắk Nglenh (l’actuelle Đắk Nglen) est localisé. De vieilles cartes américaines signalent Bu Nơr 2, reconstruit à l’ouest de la rivière. En lisant et relisant les textes anciens, en étudiant et en comparant des cartes topographiques, en examinant les images satellites du secteur, j’en déduis que « Bu Nơr l’ancien » se trouve à cinq-cents mètres à l’est du Haut-Đắk Nglen, sur la même latitude que Bu Nơr 2. Les coordonnées estimées de la tombe (N12 08.489/E107 26.833) sont rentrées dans un GPS.

36À l’aube du 27 juin 2012, une délégation constituée de deux représentants du Comité populaire de la province de Đắk Nông, d’un policier et de moi-même, quitte Gia Nghĩa, capitale de la province. Sur le terrain, afin de valider l’estimation GPS, il faut enquêter au nouveau Bu Nơr, village établit sur la D686, à une vingtaine de kilomètres au sud de la frontière cambodgienne. Un ancien, Rlimm, descendant du finage du vieux Bu Nơr, descendant des assassins de Maitre, garde forestier de son état et garant de l’histoire locale et orale, accepte de nous conduire sur les lieux, avec R’Lom, son neveu. Il parle du kapokier. Nous remontons quelques kilomètres la D686, puis empruntons une piste en terre rouge bordée par une forêt dominée à l’ouest par les contreforts du Bù Gia Mập. Cette voie, taillée par les Français le long du Moyen-Đắk Glun, reliait jadis les Trois-frontières et le sud du Yok Laych, la route N14 vers Sài Gòn. Maitre a sûrement dû y passer la première fois lors de sa mission de reconnaissance des sources du Sông Bé et du Đắk Đăm, puis régulièrement entre 1909 et 1914. Exactement en face de Bu Nơr 2, détruit en 1969 par un bombardement américain, une piste boueuse et impraticable mène, d’après Rlimm (et le GPS), vers le Haut-Đắk Nglen. Elle serpente sous un pan de forêt et débouche sur une clairière, site du Bu Nơr 3, lui aussi bombardé par l’United States Air Force (USAF), cette dernière aurait ainsi détruit cinq Bu Nơr, les cratères de la contrée en attestent. Plus loin, la piste devenue sente franchit une crête, ligne de partage des eaux entre le Đắk Nglen et le Đắk Glun, prolongement méridional du mont Yok R’Lou, source du Đắk Nglen. La sente dévale ensuite les pentes orientales du Yok R’Lou et débouche sur un replat dominant la combe sommitale du Haut-Đắk Nglen. Rlimm pointe un doigt vers le levant : le bois de Bu Nơr. Sur le Yok Laych, à juste titre dénommé Toit de l’Indochine, le ciel est immense, d’un bleu intense, des bandes de nuages blanchâtres barrent l’horizon, passent au-dessus du funeste bois, vu de loin, masse compacte d’obscures frondaisons d’où émerge le faîte tortueux d’un ficus séculaire. Le bois se prolonge vers un petit sommet, le Yok Dang Kri, de là, une ligne de crête couverte de forêt grimpe vers le nord et un mont embrumé. Sous le replat, s’étendent des plantations, quelques Mnông y cultivent café et manioc, certaines bordent le pied du bois du « vieux Bu Nơr », vers le sud, d’autres plantations, probablement appartenant à des Vietnamiens aperçus de loin. Au sud-est, l’on distingue l’amorce d’une piste, celle-là même par où arrivèrent Maitre et son escorte en venant de Ban Méra.

37Comme à l’époque de Baudrit, « on passe le Đắk Nglen sur un pont de fortune, fait de quelques rondins juxtaposés », on franchit ensuite un épais hallier, au-dessus, une minuscule sente grimpe dans une plantation de manioc. À sa sortie, une clairière envahie par des hautes herbes, puis, c’est l’orée du bois. Il y fait sombre, le sous-bois est dense, peu emprunté vu l’abondance de lianes et d’épineux. Après cinq-cents mètres, le bois devient moins épais, une étroite clairière paraît s’y être formée naturellement, elle est dominée à l’est par l’imposant banian aperçu depuis le replat, à l’ouest, par le kapokier historique, centenaire, droit, lisse et majestueux, en quelque sorte garant silencieux du drame du 2 août 1914. À son pied, la tombe d’Henri Maitre : le petit tertre, à moitié enfoui dans la terre rouge et l’humus. Le temps semble se figer. Il est là, sous ce tertre, sous ce kapokier, fruit de son suaire, réminiscence sylvestre, irréelle. Nous déposons quelques offrandes sur le monticule, puis Rlimm relate la version mnông de l’affaire, semblable à celles des écrits. Il confirme l’affaire du coussin en kapok, ajoute que le bois est sacré, hanté ; entre l’âme errante de Maitre, de ses hommes et celles que le banian aurait dévorées. Il ne faut pas rester conclut Rlimm d’une voix basse.

38À proximité, un léger renfoncement pourrait être l’une des deux fosses décrites par Baudrit. Il ne reste rien du « vieux Bu Nơr ». Un orage éclate, passe rapidement. Seuls des pans de brumes s’accrochent à la cime du bois-tombeau, matérialisation des noires prémonitions de Maitre, insolite linceul forestier, complice de son destin, perdu, oublié dans ce pays de rêve d’où il ne sortit jamais.

Top of page

Bibliography

MAITRE, Henri, 1905-1906, « Souvenirs d’Extrême-Asie », Revue indochinoise, vol. janvier-juin 1905, p. 626-645, 698-706, 773-786, 827-837 ; vol. juillet-décembre 1905, p. 929-947, 992-1002, 1088-1103, 1244-1260, 1539-1564, 1634-1645, 1722-1736 ; vol. janvier-juin 1906, p. 41-59.

MAITRE, Henri, 1906, « Notes sur la tour cham de Nam-Lieu (Darlac septentrional) », Bulletin de l’École française d’Extrême-Orient, VI, 3-4 : 342-343, 1 croquis, 1 carte.

MAITRE, Henri, 1909, Les régions moï du Sud-Indochinois. Le plateau du Darlac, Paris : Plon.

MAITRE, Henri, 1910, L’Exploration du Moyen Donnaï, B. Pi Mur, le 8 février 1910, lettre inédite de Henri Maitre à M. Cunhac, délégué à Djiring, 5 p., 1 carte. Document publié par A. Baudrit en 1943 in « Deux lettres inédites de l’explorateur Henri Maitre », Bulletin de la Société des Études indochinoises (BSEI), XVIII, 1-2 : 78-84.

MAITRE, Henri, 1912a, Les jungles moï. Mission Henri Maitre, 1909-1911. Indochine Sud-Centrale. Exploration et histoire des hinterlands moï du Cambodge, de la Cochinchine, de l’Annam et du Bas-Laos, Paris : Larose.

MAITRE, Henri, 1912b, « Das südliche Indochina », Doktor August Petermanns Geographische Mitteilungen, 58, 2, novembre : 266-270 ; décembre : 319-323 ; 1 carte h.-t. au 1/100 000e, 7 photos.

MAITRE, Henri, 1914, « Rapport sur la situation générale de la délégation de Méra. Juin 1914 », rapport dactylographié adressé au Résident de France à Kompong Cham, Cambodge, Djiring, 7 juillet 1914.

MAITRE, Henri, 1914, Graphie des dialectes moïs, Xa-trach, le 25 janvier 1914, lettre inédite de Henri Maitre à M. Cunhac, délégué à Djiring, document publié par A. Baudrit en 1943 in « Deux lettres inédites de l’explorateur Henri Maitre », Bulletin de la Société des Études indochinoises, 1943, XVIII, 1-2 : 84-90.

MAITRE, Henri, 1914, Manuscrit du troisième livre de Henri Maitre, achevé, adressé pour impression à Saigon et renvoyé à l’auteur pour ultimes corrections. Disparu à la suite du massacre de Bu Nor.

MAITRE, Henri, 1936, « Rapport sur la situation générale de la délégation de Méra – Juin 1914 ». Henri Maitre au Résident de France à Kompong Cham. 7 juillet 1914, Bulletin de la Société des études indochinoise, nouvelle série, XI, 3.

BAUDRIT, André, 1936, « Maitre, explorateur de l’Indochine Sud-Centrale », Bulletin de la Société des études indochinoises, III : 109-151.

BAUDRIT, André, 1941, « Une visite au tombeau de l’explorateur Henri Maitre », Bulletin de la Société des études indochinoises, XVI : 111-120.

BAUDRIT, André, 1943, « Deux lettres de l’explorateur Henri Maitre », Bulletin de la Société des études indochinoises, XVIII : 78-90.

BOULBET, Jean, 1967, Pays des Maa’. Domaine des génies. Nggar Maa’, Nggar Yaang. Essai d’ethno-histoire d’une population proto-indochinoise du Viêt Nam Central, Paris : EFEO, LXII.

BOULBET, Jean, 1975, Paysans de la forêt, Paris : EFEO.

DOURNES, Jacques, 1977, Pötao. Une théorie du pouvoir chez les indochinois Joraï, Paris : Flammarion.

GERBER, Théophile, 1943, « À la recherche de la tombe d’H. Maitre et de ses miliciens », Revue indochinoise, 129 : 8-10.

GUÉRIN, Mathieu, 2003, « Des casques blancs sur le Plateau des Herbes : La pacification des aborigenes des hautes terres du Sud-Indochinois, 1859-1940 », thèse de doctorat en histoire, université Paris-Diderot - Paris VII.

LE ROUX, Pierre, 1997, « Le "Maitre" de l’Indochine. À propos d’Henri Maitre, explorateur français du début de ce siècle, auteur de Les Jungles moï », Acta Geographica, II, 110 : 39-61.

MAILLARD, capitaine, 1932, Rapport du capitaine Maillard, commandant la 1re compagnie de Tirailleurs montagnards du Sud-Annam. Rapport sur la tournée de surveillance effectuée du 25 juillet 1932 au 7 août 1932, carte de la région sud de Buon-Djeng, (rapport transmis au chef de bataillon Martin, Ban Me Thuôt, transmis le 17 août 1932 au général commandant l’Infanterie et la subdivision militaire de Saigon).

Top of page

Endnote

1 Les Trois-frontières étant la frontière entre l’Annam, le Cambodge et la Cochinchine.

2 Pierre Le Roux, professeur à l’institut d’Ethnologie, faculté des Sciences sociales de l’université de Strasbourg.

3 Les Jaraï dépendaient alors de rois-sorciers, les Sadets : le roi du Feu (Patau Pui), le roi de l’Eau (Patau Ia) et le roi du Vent (Patau Ya). Voir Maitre (1912a) ou Dournes (1977).

4 Expression forgée par Jean Boulbet (1975).

5 Lettre d’Henri Maitre à M Cunhac, 8 février 1910, in Baudrit (1943 : 82).

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1. Dessin d’un avant-projet de monument à Henri Maitre, 1941
Credits Source et crédit : Photothèque de l’EFEO, Paris n°23199.
URL http://moussons.revues.org/docannexe/image/3697/img-1.png
File image/png, 300k
Title Fig. 2. Bois de Bu Nơr et carte de la région des « Trois-frontières »
Credits Sources : Nicolas Vidal.
URL http://moussons.revues.org/docannexe/image/3697/img-2.png
File image/png, 262k
Title Fig. 3. Carte des explorations d’Henri Maitre
Credits Sources : Nicolas Vidal d’après Henri Maitre (1912a).
URL http://moussons.revues.org/docannexe/image/3697/img-3.png
File image/png, 421k
Top of page

References

Bibliographical reference

Nicolas Vidal, « La fin d’un oubli : chronique de la (re)découverte de la tombe d’Henri Maitre », Moussons, 28 | -1, 247-263.

Electronic reference

Nicolas Vidal, « La fin d’un oubli : chronique de la (re)découverte de la tombe d’Henri Maitre », Moussons [Online], 28 | 2016, Online since 01 December 2016, connection on 23 April 2017. URL : http://moussons.revues.org/3697

Top of page

About the author

Nicolas Vidal

Nicolas Vidal est originaire de l’Aude. Durant les années 1990, il est prospecteur, guide et consultant pour diverses agences de voyage et sociétés, spécialisé sur l’Indochine péninsulaire. En ces temps d’ouverture de pays jusque-là clos, il explore des régions reculées, y monte depuis lors divers projets de développement économique, notamment avec des groupes ethniques. Il est vice-président de Secret Indochina.

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page