Skip to navigation – Site map
Articles

Essai de reconstruction critique du Poème de séparation du prince Aphay (นิราศเจ้าฟ้าอภัย/níʔrâ:t câw fá: ʔa: phaj/)

An Attempt of Critical Reconstruction of Prince Aphay’s Poem of Separation
Gilles Delouche
p. 189-226

Abstracts

In his collection “Works of the ancient poets”, Phraya Trang, author of the late eighteenth century, sent us text fragments saved from the disaster which occurred after the destruction of Ayudhya in 1767. One of these fragments, entitled the “Poem of Separation of Prince Aphay” contains 25 stanzas. We have used, in our res- earch, historical, geographic and metric analyzes of the fragment, attempting to specify the period of its composition, to identify its author and provide a logical order for the stanzas we choose as belonging to a same and unique text. We believe we have proved that the poem was written by Prince Aphay, second son of King Phra Chao Thay Sa (1708-1732), on the occasion of a trip between Ayudhya and Lopburi and that it was composed during this reign.

Top of page

Full text

  • 1 Sur les supports papier de l’écrit dans le Siam ancien, voir Siworaphot & Saengthap (1989).
  • 2 Sur l’incendie d’Ayudhya en 1767 et ses conséquences sur la culture siamoise, voir Fels (1976 : 269 (...)
  • 3 La reconstitution de ce patrimoine littéraire se poursuit encore de nos jours, ceci de deux façons (...)

1L’histoire littéraire du Siam jusqu’à la fin du xviiie siècle est certainement plus fragmentaire et plus incertaine que celle de bien d’autres littératures écrites du monde. Les œuvres, conservées sur un support de papier1 peu résistant aux conditions climatiques de l’Asie tropicale (moisissures, termites, etc.), ont d’abord été copiées et recopiées dans les bibliothèques des rois et des grands, avec tout le lot d’erreurs volontaires ou involontaires que l’on peut imaginer ; mais c’est un événement catastrophique qui est à l’origine de ce corpus littéraire lacunaire, l’incendie en 1767 d’Ayudhya, capitale du Siam depuis 1350, au cours duquel tous les bâtiments, construits en bois à l’exception des temples, sont partis en fumée avec tout ce qu’ils contenaient. Ce fut le cas des bibliothèques des rois et des nobles. Notre propos n’est pas de rentrer dans la polémique sur le ou les responsables de cet incendie2, les Thaïlandais trouvant en tout cas bien pratique d’en faire endosser la paternité aux Birmans, sacrés ennemis héréditaires depuis les élucubrations pan-thaïes du Maréchal Phibul Songkhram, allié des Japonais pendant la Seconde Guerre mondiale (Reynolds 2004). Plus que les causes, ce sont les conséquences de l’incendie qui nous préoccupent ici : avec les bibliothèques d’Ayudhya, plus de quatre siècles d’œuvres littéraires s’étaient volatilisés… Les contemporains ont été conscients de la perte subie et ont aussitôt tenté de reconstituer les textes détruits : ils ont utilisé des fragments, ils ont arraché à la mémoire de leurs aînés des bribes de poèmes retenus par cœur et ont reconstitué ce à quoi ils ont pu avoir accès. On comprend mieux, dans ces conditions, pourquoi nous parlons ici d’une histoire littéraire fragmentaire3.

  • 4 On ne sait paradoxalement pas grand-chose de la biographie de cet auteur, pourtant personnage d’une (...)
  • 5 Le texte a été composé à l’initiative du roi Boromotraylokanat (1448-1488) ; sur son importance rel (...)
  • 6 Phraya Trang a, pour cela, composé deux strophes supplémentaires afin de relier les deux blocs qui (...)

2Parmi les Siamois qui se sont alors attachés à conserver ce qui pouvait l’être, il convient de donner une importance particulière à un poète du début de l’ère de Bangkok, Phraya Trang4 : outre une œuvre personnelle importante – c’est ainsi qu’il composa plusieurs poèmes de séparation à l’occasion de campagnes militaires menées sous le règne de Rama II et qu’on lui doit un chapitre de la version siamoise du Vessantarajâtaka, Le poème royal de la Grande Vie5, rétablie sur l’ordre de Rama Ier (1782-1809) – il a contribué à redonner à l’un des rares poèmes anciens sauvés presque entièrement de la catastrophe de 1767, le Poème de la défaite des Thaïs du nord (Département des Beaux-Arts 1970), son unité dans l’enchaînement des strophes par la rime6. Il a rassemblé dans un court opuscule des fragments de poèmes et des strophes isolées qui avaient pu être mémorisés, soit par lui, soit par d’autres. Le texte le plus long (il comprend vingt-cinq quatrains) que nous trouvions dans ce recueil est intitulé Le Poème de séparation du prince Aphay (Trang 1924 : 14-20) : c’est sur ce texte que portera l’étude que nous présentons ici, étude dont l’objet est hélas sujet à nous amener à une certaine circonspection. Nous lisons en effet, sous la plume du prince Damrong Rachanuphap, gratifié dans la Thaïlande contemporaine du titre de « Père de l’Histoire thaïe », dans la Préface qu’il a composée pour la première édition du recueil des œuvres de Phraya Trang, « ayant comparé les manuscrits conservés à la Bibliothèque nationale avec le texte des éditions précédentes, nous avons remarqué des variantes, mais nous avons conservé celles-ci quand elles nous sont apparues plus harmonieuses que l’original » (Rachanuphap 1970b : III) : notre travail s’appuie donc sur des bases dont le moins que l’on puisse dire est qu’elles ne sont rien moins qu’aléatoires…

  • 7 Nous définissons le « Nirat spatial » comme un poème d’amour exprimant la douleur de la séparation (...)
  • 8 Le « Nirat temporel » exprime la douleur de la séparation tout au long de l’écoulement d’une année, (...)
  • 9 Dans le « Nirat littéraire », l’auteur décrit les affres d’un héros de la littérature après qu’il a (...)

3Le titre que nous fournit Phraya Trang pour ce fragment nous semble d’abord ne pas être celui qu’il pouvait porter, pour autant d’ailleurs qu’il en ait jamais porté un quelconque : il lui a sans doute été attribué a posteriori, peut-être par Phraya Trang lui-même. Cette opinion s’appuie sur l’identification explicite de l’œuvre à un genre littéraire spécifique au Siam, le « poème de séparation » (นิราศ/níʔrâ:t/). L’existence d’œuvres pouvant se définir comme appartenant à ce genre, dans les trois réalisations que nous pouvons définir (poèmes de séparation « spatiaux7 », « temporels8 » et « littéraires9 ») est manifestement très ancienne. La lamentation de Siprat, premier « poème de séparation spatial », qui a d’ailleurs fixé les règles du genre, s’il a longtemps été considéré comme ayant été composé sous le règne du roi Naray (1656-1688), est aujourd’hui daté avec quelque vraisemblance de la fin du xve siècle (Delouche 1982 : 281-305) ; de la même manière, Le poème des douze mois, première manifestation du « poème de séparation temporel » lui est sans doute contemporain (Krasaesin 1969), tandis que La lamentation du monarque, qui nous montre les lamentations du héros du Ramakian – le Râmayâna siamois – séparé de Sidâ, enlevée par le roi des Démons, est à n’en pas douter de la seconde moitié du xviie siècle (Sukaranan 2002). Si cependant le genre est très ancien, sa dénomination en tant que นิราศ/níʔrâ:t/ est beaucoup plus récente ; on n’aura pas été sans remarquer que les trois œuvres auxquelles nous venons de faire référence ne portent pas, dans leur titre, le mot siamois signifiant « poème de séparation » : l’appellation est en effet beaucoup plus récente. Le verbe /níʔrâ:t/, « se séparer de, s’éloigner de », est omniprésent dans les œuvres les plus anciennes, comme le montre cette strophe, extraite de La lamentation de Siprat, que nous pensons pouvoir identifier comme étant le poème de séparation le plus ancien à ce jour :

  • 10 Département des Beaux-Arts (1960 : 29).

  /sàʔnɔ̀ʔ níʔrâ:t nɔ́:ŋ

  loŋ rɯa

  sǎ:w sàŋ láʔwe:ŋ tem

  fàŋ fâw

  sà̀ʔnɔ̀ʔ phî: lǐaw lɯ̌a

  ʔòk sàŋ

  sǎ:n dàŋ khâ: sàŋ câw

  sàŋ ton/10

Mélancolique, je me sépare de toi, ma bien-aimée, et monte en bateau.
Les femmes ont envahi la rive pour me faire leurs adieux.
Mélancolique, je tourne la tête et m'obstine à te parler,
Mon message est pour toi mais je ne parle qu'à moi-même.

4L’orthographe de ce mot, dans sa fonction verbale, a pu être modifiée par certains auteurs selon les impératifs des règles de la versification ou, tout simplement, parce que les règles de l’orthographe siamoise, telle que nous la connaissons aujourd’hui, n’étaient pas encore totalement fixées à l’époque où ils écrivaient ; nous en trouvons un exemple dans le Poème de séparation du prince Aphay (strophe 11) :

  • 11 Trang (1924 : 16).

/ma: thɯ̌ŋ pràʔthê:t tháj

kɔ̀ʔ riɛn

caj tràʔkhwìt tràʔkhwǐɛn wiɛn

wûn khâw

we:ra:núʔwe:n wiɛn

bamrâ:t

lɛ́:w hɛ:

càk níʔra: thúk tháw

trà: p sîn kam riɛm/11

Me voici parvenu aux environs de l’île de Rian ;
Mon cœur est étourdi, le vertige me prend.
Le cycle de nos actes a tourné et le voici qui
Je devrai être séparé de mon aimé jusqu’à l’épuisement de mon kamma.

  • 12 Le prince Thammathibet (1705-1746) était le fils aîné du roi Boromakot. Très grand poète, habile au (...)
  • 13 Ces deux strophes sont l’exemple d’une structure poétique inventée à la fin du xviie siècle : elle (...)

5Ce n’est en tout cas qu’au milieu du xviiie siècle que nous voyons apparaître le mot /níʔrâ:t/ employé non plus seulement dans une fonction verbale, comme dans notre exemple précédent, mais bien nominale, désignant alors un genre littéraire spécifique. Le premier texte présentant un tel emploi est à notre connaissance Le poème du voyage royal à la rivière de la tristesse du prince Thammathibet12 dans lequel nous pouvons lire les deux strophes suivantes13 :

  • 14 Thammathibet (1960 : 101).

/chom chǒ:m lo:m sǒmphâ:t

bòt níʔrâ:t ca:k cha:ja:

nák prà:t jɔ̂:m tɛ̀:ŋ ma:

lê: thâ: tha:ŋ jà:ŋ riɛm tham

Chom chǒ:m sǒmphâ:t kɛ̂:w

na:jáʔna:

phlát phrâ:k cà:k cha:ja:

chɯ̂:n chí:

nák prà:t jɔ̂:m tɛ̀:ŋ ma:

naj lô:k

lê: thâ: tha:ŋ jà:ŋ ní:

chɔ̂:p dûɛj riɛm tham/14

Dire la grâce de leur aimée, la caresser, composer des poèmes de séparation quand ils sont éloignés d’elle,
Tous les lettrés aiment à le faire et c’est ainsi que j’ai fait moi-même, en suivant leur technique.

Dire la grâce et caresser celle qui est la prunelle de leurs yeux,
Décrire leur séparation d’avec celle qu’ils aiment,
C’est ce que font tous les lettrés du monde :
Utilisant leur technique, c’est ce que moi aussi j’ai fait.

  • 15 Ce poème a été composé par Phraya Mahanuphap à l’occasion du voyage qu’il fit en Chine à la tête d’ (...)
  • 16 Une très intéressante étude ainsi qu’une brillante traduction de ce poème de séparation ont été don (...)
  • 17 Voir Nay Mi (2010).

6Nous rencontrons, dans ce couple de strophes, les deux emplois du signifié /níʔrâ:t/, d’abord dans sa fonction nominale « nom d’un genre poétique, le poème de séparation » puis dans sa fonction verbale « se séparer de, être séparé de ». Le genre est donc désormais identifié et nommé. Pourtant, le prince Thammathibet lui-même, qui, nous le voyons bien à la lecture de cette strophe, classifie clairement son œuvre comme étant un poème de séparation, ne lui donne pas cette qualité dans le titre qu’il lui attribue. Ce n’est qu’à la fin du siècle, avec Le poème de séparation du voyage de Phraya Mahanuphap en Chine, connu également comme Le poème de séparation de Canton (Mahanuphap 1989)15, que le titre de l’œuvre comportera la mention du genre poétique à laquelle elle appartient : /níʔrâ:t phráʔja: máʔhǎ: núʔphâ:p paj mɯaŋ ci:n/ ou /níʔrâ:t kwa:ŋ tûŋ/. À partir de cette époque, toutes les œuvres de ce type porteront dans leur titre la mention de « poème de séparation » et les plus anciennes seront elles-mêmes renommées : le Poème du voyage royal à la rivière de la tristesse sera désormais connu comme étant le Poème de séparation du voyage royal à la rivière de la tristesse, etc. Les titres des poèmes de séparation seront donc de quatre types ; pour ceux se plaçant dans le cadre d’un voyage spatial, ce sera « poème de séparation + nom du lieu but du voyage (c’est le cas de tous les poèmes de séparation composés par le plus grand poète de la première moitié du xixe siècle, Sunthon Phu, comme le Poème de séparation de la ville de Klaeng16) ou nom de l’auteur » (nous rencontrons ainsi le Poème de séparation de Narin, composé par Narin Thibet (Narin 1970) à l’occasion d’une expédition militaire contre les Birmans en 1809, première année du règne de Rama II) ; pour ceux se plaçant dans le temps, « poème de séparation + période de temps envisagée » (c’est ainsi que Nay Mi a composé, dans la première moitié du xixe siècle, un Poème de séparation des mois17) et, pour ceux prétextant d’un thème littéraire, « poème de séparation + nom du héros ou de l’héroïne évoqués » (le poème La lamentation du monarque sera renommé Poème de séparation de Sidâ, du nom de l’épouse de Râma [Sukaranan 2002 : 101]).

  • 18 D’autres auteurs ont donné leur définition ; c’est le cas de Paul Schweisguth (1950 : 67-68).

7Cependant, que le titre Poème de séparation du prince Aphay ait été donné par Phraya Trang lorsqu’il en a recollecté le texte ou même qu’il ait été ajouté par quelque scribe lors d’une des copies que l’on n’aura pas manqué de faire ou de refaire, il n’en demeure pas moins que notre texte est incontestablement un fragment d’un « poème de séparation » : nous y trouvons tous les éléments que nous avons nous-même dégagés dans notre ouvrage consacré au genre que nous avons défini comme suit18 :

Il s’agit […] d’un poème qui, utilisant autant que possible les lieux traversés, les objets, les animaux et les événements rencontrés à l’occasion d’un voyage obligé par la voie fluviale et maritime, exprime la tristesse de la séparation d’avec l’être aimé. (Delouche 2003 : 27-28.)

8Il nous est bien relaté, dans cette œuvre, un voyage qui va mener son auteur depuis Ayudhya (strophe 15) :

  • 19 Trang (1924 : 17).

/ráʔkam kɛ:m cà:k tôn

tɤ:j nǎ:

tôn tràʔbu:m kɛ:m ta:

tûm hâj

cà:k ʔàʔjútthája: ma: jîw lô:t

caj hɛ:

waŋ bɔ̀: hěn hěn máj

mûaŋ phrá:w kɛ:m sàʔla:/19

  • 20 Nous nous trouvons ici devant un jeu de mots basé sur le double sens de /ráʔkam/ : substantif, il (...)

Des salacs, tristes20, sont mêlés aux palmes épaisses des baquois,
Des carapa des Moluques aux mangais pleureurs.
J’ai quitté Ayudhya et me voici, le cœur solitaire :
Je ne vois aucun palais, mais des manguiers, des cocotiers et des aréquiers,

9jusqu’à Lopburi (strophe 6) :

  • 21 Trang (1924 : 15).

/nópbùʔri: bùʔrê:t câw kruŋ ʔàʔjút tháʔja: lɛ:
na:ra:j phítsàʔnúʔphút sɯ̀:p sâ:ŋ
riɛm râm kɔ̂: râm sùt rɛ:ŋ phî: lɛ́:w hɛ:
mɯaŋ kɔ̂: rá:ŋ câw rá:ŋ phî: rá:ŋ ma: nɔ:n/21

  • 22 Comme cela pourra être noté en comparant notre traduction à la transcription phonétique de la versi (...)

Lopburi22, c’est le monarque maître d’Ayudhya,
Naray, de la race de Vishnu, qui la fit édifier.
Je sanglote, je sanglote jusqu’au bout de mes forces,
La ville est abandonnée, tu l’es, je le suis et m’affale…

  • 23 Nous pourrions bien entendu donner d’autres exemples de ces évocations de la bien-aimée inspirées p (...)

10Sans qu’il soit besoin de chercher quelque autre citation, la strophe que nous venons de citer nous semble suffisamment explicite quant à l’expression de la douleur de la séparation d’avec l’aimée, comme d’ailleurs cette autre (strophe 8), qui est un exemple de la relation faite par le poète entre les lieux qu’il traverse et les sentiments de solitude et de souffrance ressentis pendant le voyage23 :

  • 24 Trang (1924 : 16).

/phít pho: sǎ:m tôn tɤ̀:p

ta:j sɔ̌:ŋ

jaŋ tɛ̀: diaw du: mɔ̌:ŋ

mòn sâw

ʔòk riɛm kɔ̂: pu:n pɔ:ŋ

pa:n prìɛp pho: mɛ̂:

kon phî: cà:k câw khláw khû:

khlá:j pho: kháʔnɯŋ/24

Je vois trois arbres de l’Éveil dont deux sont morts ;
Un seul demeure vivant et il semble solitaire et désolé.
Mon cœur est semblable à cet arbre de l’Éveil, mon aimée,
Pourquoi t’avoir abandonnée, ma douce moitié, pour être tel cet arbre ?

11Nous y voyons la comparaison qui s’impose au voyageur devant cet arbre de l’Éveil qui se dresse, solitaire, devant lui, symbole évident de ce qu’il ressent lui-même à ce moment précis.

  • 25 On se souviendra que prénoms et patronymes officiels ont été introduits au Siam il y a seulement u (...)
  • 26 Il convient cependant de se méfier de ces différentes versions qui donnent souvent des chronologie (...)
  • 27 Selon certaines sources, il aurait été exécuté le 9 juillet 1688 ; voir Wills (2002 : 92). C’est ég (...)

12Ce titre, Le poème de séparation du prince Aphay, ne se contente pas de préciser le genre littéraire auquel appartient l’œuvre : il semble vouloir nous donner le nom de son auteur qui serait le prince Aphay. Or, ce nom, ou plutôt ce titre, n’a pas été porté par un seul prince, loin de là25. Des indications sur la période où ce prince a vécu et donc composé le poème de séparation, dont ce fragment, nous est parvenu sont cependant à notre disposition. Étant compilé avec ce que nous savons être appelées les Œuvres des poètes anciens, le texte est, à n’en pas douter, antérieur à la seconde prise d’Ayudhya par les armées birmanes (1767). Par ailleurs, la strophe que nous citions plus haut, et qui fait mention du palais de Lopburi, nous apprend que celui-ci, construit à partir de 1666 (Jacq-Helgouach’ 2004 : 166) par le roi Naray (1656-1658) – il y est d’ailleurs mort – est en ruines, envahi par une végétation sinon sauvage du mois anarchique, lorsque l’auteur en fait visite : ceci laisse à penser qu’il n’a pu s’y rendre qu’un certain nombre d’années après l’abandon de Lopburi en tant que résidence royale, c’est-à-dire après 1688. Or, dans cette période qui va de 1688 à 1767, les différentes versions des Chroniques royales d’Ayudhya, telles qu’elles nous sont parvenues26, ne font mention que de deux princes Aphay. Le premier est le frère du roi Naray lui-même, dont il est à peu près certain qu’il fut mis à mort après le décès de son frère, lors de la « Révolution de Siam » menée par Phra Phetracha, qui régna de 1688 à 1703, en réaction à la politique francophile du roi défunt27 et qui amena la disparition de la dynastie fondée par Prasat Thong (1628-1656) en 1628. Ce premier Chao Fa Aphay serait réapparu en 1692 dans la région de Saraburi : il s’agissait en fait d’un usurpateur, Thammathian, qui, ancien serviteur du prince, se serait fait passer pour son maître auprès de paysans crédules. Sa révolte se serait étendue jusqu’à Lopburi mais ne serait jamais parvenue jusqu’à Ayudhya (Dechabut 2012 : 34 sp.) ; l’auteur de notre poème de séparation ne peut donc pas être le cadet de Naray, puisqu’il est mort peu de temps après son frère, ni cet usurpateur : celui-ci n’a jamais eu l’occasion de faire un voyage d’Ayudhya à Lopburi et, même si cela était, nous voyons mal comment, en 1692, c’est-à-dire quatre ans seulement après l’abandon de ce palais, on n’aurait pu y voir que ruines envahies par une végétation manifestement luxuriante. Il convient donc de rechercher un auteur plus plausible.

  • 28 Rappelons que sur les trente-six rois qui se sont succédé de 1350 à 1767, onze ont péri de mort vi (...)
  • 29 C’est ce même titre que portait le prince Thammathibet lorsqu’il fut, comme nous l’avons vu précéde (...)
  • 30 Il est à remarquer que certains des héritiers potentiels du trône de la dynastie de Suan Phlu Luang (...)
  • 31 On notera que, contrairement à la plupart des auteurs thaïlandais qui tiennent pour acquis que l’au (...)

13Or, dans la période qui nous intéresse, nous ne pouvons rencontrer dans les Annales qu’un seul autre prince Aphay : il s’agit d’un des fils de Phra Chao Thay Sa (1708-1732), à propos duquel il nous est possible de trouver quelques éléments précis. Il a été l’un des personnages-clés d’événements sanglants qui se sont produits en 1732, à la fin du règne de son père. Afin d’en comprendre les origines, il importe de revenir en arrière, au moment où Phra Chao Thay Sa va monter sur le trône. La succession de Phra Chao Sœa (1703-1708) se passe sans problème, ce qui est suffisamment rare dans l’histoire de la monarchie siamoise à l’époque d’Ayudhya pour être ici souligné28. Le nouveau roi nomme aussitôt roi du Palais de Devant son frère cadet, le prince Phon : cette fonction et le titre qui lui est attaché sont de la plus haute importance à cette époque, puisque confier cette fonction et ce titre à un prince implique de la part du monarque qu’il semble le désigner comme son successeur légitime29. Le prince Phon demeura dans l’exercice de ces fonctions pendant tout le règne de son frère, ce qui nous montre que sa vocation à devenir roi pouvait paraître absolument certaine. Pourtant, quand en 1732, Phra Chao Thay Sa tombe gravement malade pour ne plus se relever, les événements vont prendre un autre cours : peut-être circonvenu par des membres de son entourage proche, hostiles au roi du Palais de Devant, il décide de choisir pour successeur, non plus son frère cadet, mais l’aîné de ses fils, le prince Narenthon. Celui-ci, qui est retiré dans un monastère bouddhiste, décline le trône qui lui est offert30 mais souhaite qu’il soit attribué à son cadet, le prince Aphay (Siworaphot & Saengthap 1989) … Le prince Phon n’accepte pas cet arrangement entre ses neveux, lequel le prive d’un trône qu’il attend depuis vingt-cinq ans : une lutte entre les deux factions éclate alors, le roi légitime n’ayant pas encore rendu le dernier soupir (ibid. : 494). La guerre civile s’achève à l’avantage du roi du Palais de Devant qui est alors proclamé roi d’Ayudhya sous le nom de Phra Boromakot ; il régnera jusqu’en 1758. Dès son avènement, il fait exécuter le prince Aphay et le troisième fils de Phra Chao Thay Sa, le prince Paramen (Rachanuphap 1973 : 221-223). Il semble donc que l’époque où a vécu ce prince Aphay puisse nous amener à l’identifier comme étant l’auteur éventuel de notre poème de séparation. Deux des strophes du poème nous permettent d’ailleurs de corroborer cette hypothèse31 : la première (strophe 6) est celle que nous avons citée précédemment et qui évoque, à propos de la ville de Lopburi, « Naray, de la race de Vishnu, qui la fit édifier » ; ceci nous conforte dans l’idée que l’auteur de notre poème de séparation ne peut être le frère cadet de ce dernier roi (il a été exécuté, rappelons-le, sur l’ordre de Phra Phetracha en 1688) et qu’il pourrait donc bien s’agir du second fils de Phra Chao Thay Sa. La seconde (strophe 2), que nous citons ici, est intéressante à cause de la mention qui y est faite d’un personnage dont nous venons de voir l’importance dans la vie de ce prince Aphay, ceci à propos d’un toponyme aisément identifiable :

  

/ma: thɯ̌ŋ câw plùk plâm

caj nák

dûɛj bɔ:wɔ:n ʔoŋ ʔàk-

kháʔrê:t sâ:ŋ

câw plùk phî: plùk rák

riɛm cà:k

cà:k mɛ̂: plàw ʔâ:ŋ wá:ŋ

wûn wá:ŋ ʔa: rom/

  • 32 La traduction littérale de ce toponyme, /câw plùk/, serait « le prince s’y éveille, le prince l’a é (...)
  • 33 Dans cette strophe, le poète joue sur le double sens du verbe /plùk/ qui peut aussi bien vouloir di (...)


        Je parviens à Chao Pluk32, le cœur abattu :
        Il fut édifié par Sa Majesté le Roi du Palais de Devant.
        Nous avons, toi et moi, éveillé cet amour et je t’ai quittée…
        Je t’ai quittée, je me sens solitaire et vide de tout sentiment33

  • 34 Ce renseignement est dû à madame Phitsamay Thonphaybun, direction provinciale des Beaux-Arts, provi (...)

14Si l’auteur est bien le prince Aphay et qu’il fait ici mention d’un édifice construit par « Sa Majesté le Roi du Palais de Devant », nous pouvons sans trop nous hasarder identifier ce dernier comme étant l’oncle de l’auteur, le prince Phon, qui deviendra par la suite le roi Boromakot. Ceci semble pouvoir être plus ou moins appuyé par le nom du toponyme que nous rencontrons dans ce quatrain. Chao Pluk est un canton (/tambon/) de l’actuelle province d’Ayudhya ; si l’édifice en ruines qui se trouve aujourd’hui intégré dans l’enceinte d’un monastère situé sur la rive gauche de la rivière de Lopburi a certainement été construit à l’origine sous le règne du roi Naray pour servir de gîte d’étape entre Ayudhya et Lopburi (l’Abbé de Choisy, ambassadeur en second lors de la première ambassade de Louis XIV au Siam en 1685-1686 en fait mention [Choisy 1687 : 411-412], de même que Simon de La Loubère [1691 : 109]), quelques éléments archéologiques laissent à penser qu’il a subi des remaniements au début du xviiie siècle34, ce qui nous incite à supposer qu’ils ont pu effectivement être l’œuvre du prince Phon sous le règne de Phra Chao Thay Sa.

  • 35 Nous avons précédemment évoqué le manuscrit du Chemin français, découvert à Paris par Preedee Phis (...)
  • 36 Cette œuvre est aujourd’hui datée avec certitude de 1517 ; voir Na Nakhon (1973).
  • 37 Nous considérons qu’il s’agit là d’une originalité en ce sens que la versification siamoise, comme (...)
  • 38 Cette liste est donnée dans Sinlapasan (1939 : 381-382).

15L’attribution des quatrains en question à ce prince Aphay, fils de Phra Chao Thay Sa, ne paraît guère discutable, et leur datation, pour être plus floue, doit être faite au cours des vingt-cinq années du règne de ce monarque, puisque, nous venons de le voir, le prince Phon y est évoqué en sa qualité de Roi du Palais de Devant, soit entre 1708 et 1732. Nous aimerions nous intéresser maintenant à l’œuvre non plus du seul point de vue de son titre mais de sa forme et de ses qualités littéraires en tant que poème de séparation, ceci afin de voir si les quelques strophes sauvées de l’oubli par Phraya Trang peuvent se voir conférer une certaine importance dans l’histoire littéraire du Siam à l’époque d’Ayudhya35. La forme des quatrains utilisée pour la composition du Poème de séparation du prince Aphay n’est pas étrange dans son emploi et, même, elle nous conforte dans cette conviction que le poème est bien de l’époque que nous venons de préciser. Il s’agit en effet de Khlong Quatre Suphap (/khloŋ sì: sùʔphâ:p/), emprunt fait à la versification du Lan Na Thay et apparu au début du xvie siècle par l’adaptation en siamois de poèmes originaires de cet ancien royaume (aujourd’hui réuni à la Thaïlande), le Poème de séparation du pèlerinage à Hariphunchay36et le Poème du prince Lo (Delouche 1998) ; la double originalité de cette forme se trouve dans la présence, parmi les règles qui la régissent, d’accents écrits obligatoires sur certaines syllabes37 et dans la possibilité d’ajouter, à la fin des vers impairs, deux syllabes complémentaires (/kham sɔ̂:j/) dont la seconde est choisie dans une liste restreinte fixée par la tradition38.

  • 39 Nous utiliserons les symboles suivants : O = syllabe normale, O1 = syllabe avec accent 1 obligatoir (...)

16Ces règles sont les suivantes : la strophe comporte quatre vers formés de deux hémistiches chacun ; les premiers hémistiches ont tous cinq syllabes, mais seuls les seconds hémistiches des trois premiers vers n'en ont que deux, celui du quatrième en ayant quatre. Le premier et le troisième vers peuvent être suivis de syllabes supplémentaires. Les accents obligatoires sont les suivants : la quatrième syllabe du premier hémistiche du premier vers, la deuxième syllabe du premier hémistiche et la première syllabe du second hémistiche du deuxième vers, la troisième syllabe du premier hémistiche et la seconde syllabe du deuxième hémistiche du troisième vers, la seconde syllabe du premier hémistiche et la première syllabe du second hémistiche du quatrième vers portent toutes un accent 1 ; la cinquième syllabe du premier hémistiche du premier vers, la deuxième syllabe du deuxième hémistiche du deuxième vers, la cinquième syllabe du premier hémistiche et la deuxième syllabe du second hémistiche du quatrième vers portent toutes un accent 2. Enfin, les rimes doivent être les suivantes : la deuxième syllabe du second hémistiche du premier vers rime avec les cinquièmes syllabes du premier hémistiche des deuxième et troisième vers, tandis que la deuxième syllabe du second hémistiche du deuxième vers rime avec la cinquième syllabe du premier hémistiche du quatrième vers. Ces règles sont résumées dans le schéma suivant39 :

O O O O1 O2

O O

(O O)

O O1 O O O

O1 O2

O O O1 O O

O O1

(O O)

O O1 O O O2

O1 O2 O O

  • 40 Ce texte, composé sous le règne du roi Naray par le chef du département des Astrologues, Phra Horat (...)

17L'exemple que nous en donnons est celui que tous les traités de versification siamois, depuis Le joyau étincelant40, considèrent comme le texte parfait :

  • 41 Horathibodi (1969 : 49).

/sǐɛŋ lɯ: sǐɛŋ lâw ʔâ:ŋ

ʔan daj

phî: ʔɤ:j

sǐɛŋ jɔ̂:m jɔ: jót khraj

thûa lâ:

sɔ̌:ŋ khɯ̌ɑ phî: làp lǎj

lɯ:m tɯ̀:n

rɯ: phî:

sɔ̌:ŋ phî: khít ʔe:ŋ ʔâ:

jà: dâj thǎ:m phɯ̌a/41

Ô sœurs, quelle est cette rumeur partout répandue ?
De qui chante-t-elle les louanges par toute la terre ?
Seriez-vous endormies ? Auriez-vous oublié de vous éveiller, Ô sœurs ?
Trouvez la réponse vous-mêmes et ne nous venez rien demander !

18Si nous nous en tenons à l’application des règles de base du Khlong Quatre Suphap que nous venons de définir et qui auraient donc été introduites dans la versification siamoise plus de deux siècles avant la composition du Poème de séparation du prince Aphay, l’examen attentif des vingt-cinq quatrains qui constituent notre corpus nous montre un auteur qui connaît les règles et les met strictement en pratique.

  • 42 L’évolution du Khlong Quatre Suphap dans le sens d’une complication grandissante se poursuivra d’ai (...)

19Un fait doit attirer notre attention : entre le début du xvie siècle, date que nous attribuons au Poème du prince Lo, une évolution de cette forme peut être observée, qui va dans le sens habituel des poésies de cours, l’apparition de contraintes supplémentaires42. Ce sera l’adjonction, à la fin du xviie siècle, d'un couple de rimes vocaliques entre la seconde et la troisième syllabes du premier groupe de chacun des vers, comme le résume ce schéma :

O A A O1 O2

O B

(O O)

O C1 C O B

O1 D2

O E E1 O B

O O1

(O O)

O FF O D2

O1 O2 O O

  • 43 Ce poème se rapporte à un des épisodes préliminaires de la version siamoise du Râmayâna au moment (...)

20En voici un exemple, extrait du poème didactique du roi Naray, Phali enseigne à ses cadets43 :

  • 44 Naray (1974 : 114). Nous soulignons ici, par l’emploi de l'italique, les rimes imposées par la règl (...)

sɔ̌:ŋ ʔoŋ coŋ rák dûɛj

phákdi:

pen thâ:t bà:t càkkri:

lɤ̂̂̂̂:t lám

ʔoŋkhót jót joŋ sǐ:

sàʔmɤ̌̌: nê:t

ʔa: lǎ:n thâ:n phɯ̂ŋ plâm

plù:k líɛŋ pràʔlo:m kan44

Tous deux, aimez-le et ayez pour lui de la loyauté !
Soyez les esclaves du porteur du disque !
Ongkhot, de haute gloire, toi la prunelle de mes yeux,
Oncle et neveu, appuyez-vous l'un sur l'autre avec un soin mutuel !

  • 45 Seules nous sont parvenues deux des œuvres de ces princesses, destinées au « théâtre de l’intérieur (...)

21S’il semble bien que l’auteur de notre poème connaisse cette pratique manifestement généralisée au début du xviiie siècle (nous la retrouvons systématiquement appliquée dans les Khlong Quatre Suphap composés par le prince Thammathibet), il ne l’utilise que de manière épisodique ; nous ne la verrons jamais à chaque vers, ne serait-ce que dans une seule strophe. Encore convient-il de remarquer qu’il se contente parfois de rimes consonantiques (celles-ci se définissant par une identité de la consonne ou du groupe consonantique initial de la syllabe) et que le couple de rimes internes au groupe est déplacé des deuxième et troisième syllabes aux troisième et quatrième. Le prince Aphay, s’il est bien l’auteur de cette œuvre, ne peut donc pas être considéré comme un poète exceptionnel, de la qualité de son cousin, le prince Thammathibet, ou de ses cousines, les princesses Mongkut et Khunthon45, tous enfants du roi Boromakot : il connaît les règles de base de la composition et tente de les appliquer consciencieusement, mais il n’est manifestement pas capable de cette recherche systématique de l’euphonie qui, pour sembler parfois à des oreilles occidentales un jeu plus ou moins stérile, n’en est pas moins l’une des bases essentielles de la langue siamoise et donc de sa métrique. Nous avons l’impression que le prince Aphay serait plus un rimeur d’occasion qu’un spécialiste inspiré…

22Quoi qu’il en soit, cet aperçu de la pratique de la versification, telle qu’elle est mise en œuvre dans le poème de séparation du prince Aphay, permet de se rendre compte que son auteur, pour l’essentiel, n’est guère qu’un bon artisan, par ailleurs peu au fait des avancées pourtant réalisées au cours des cinquante années qui l’ont précédé. Nous n’avons en tout cas trouvé qu’un seul vers où nous pensons pouvoir relever une faute par rapport aux règles du Khlong Quatre Suphhap que nous avons présentées ci-dessus. Nous nous souviendrons que le quatrième vers du quatrain doit avoir la forme suivante :

O O1 O O O2

O1 O2 O O

  • 46 Pour la facilité de nos lecteurs qui ne liraient pas l’alphabet siamois, nous noterons, dans notre (...)

23Or, le quatrième vers de la strophe 10 est46 :

  • 47 Trang (1924 : 16).

เสนหมารุมรึงของ

ขุนของอารมณ47

sàʔnè: ma: rum rɯŋ khɔ̂:ŋ

khùn khɔ̂:ŋ ʔa:rom

  • 48 Sur ce point, voir Makchaeng (1992 : 6-7).
  • 49 Si la métrique siamoise permet certaines licences poétiques, que les différents traités détaillent (...)

24Que remarquons-nous dans le premier hémistiche ? La règle requiert qu’il comporte cinq syllabes alors que nous en comptons six… À la vérité, nous pourrions tout aussi bien en compter cinq : en effet, la première syllabe du premier mot, /sàʔnè:/, est du type consonne + syllabe brève et, dans les bisyllabes, la convention permet qu’elle ne soit pas prise en compte48. Notre mot pourra alors être compté pour une ou pour deux syllabes, selon le besoin du poète. S’il en est ainsi, notre hémistiche comptera bien cinq syllabes mais alors l’accent 1, qui doit être sur la seconde syllabe, se trouvera reporté sur la première, ce qui est impossible. Nous avons donc effectivement trouvé ici la seule erreur concernant l’application des règles dans le poème49.

  • 50 Le prince Paramanuchit Chinorot, qui vécut de 1790 à 1853, toute sa vie, au temple du Bouddha couch (...)
  • 51 Sur cette œuvre, voir Delouche (2012 : 25-53).

25De toute façon, cette étude de la métrique n’est pas un outil suffisamment fiable pour décider d’un point pourtant important : la suite de strophes qui nous a été transmise par Phraya Trang l’a-t-elle été en suivant l’ordre d’origine ? Si l’étude de la versification ne permet pas de répondre à cette question, c’est que, jusqu’au xixe siècle, où nous le verrons alors apparaître dès les compositions du prince Paramanuchit Chinorot50 et dans des œuvres comme la Nuit éveillée du roi Chulalongkorn51 (1868-1910), dont voici un exemple :

  • 52 Chulachomklao Chao Yu Hua (1959 : 173). Dans cette transcription, nous utilisons les couleurs pour (...)

na:ŋ khoŋ jɯ̂:n hàt hâj

do:j di:

phrɔ́ʔ bɔ̀: mi: ra:khi:

khùn khɔ̂:ŋ

phráʔ pɔ:ŋ prò:t pen sǐ:

sùʔphàʔ sàʔwàt

khâ: phráʔ khít khɔ̀:p tɔ̂:ŋ

dàŋ bɯ̂aŋ bɔ:ríʔhǎ : n

faŋ sǎ:n sǎŋkè:t nâ:

na:ri:

kom phák bɔ̀: pha:thi:

sɔ̂:n jɛ́:m

thâ:n jon sâ:p jin di:

naj cìt khǎw na:

dɛ:ŋ kam kamnòt kɛ̂:m

kɤ̀:t khɔ̂ khǔɛj ʔa:j52

La jeune femme lui tend gentiment la main
Car aucun ennui ne lui vient troubler l’esprit :
« Votre Majesté souhaite m’apprécier, c’est grand honneur !
Je pense devoir vous en remercier en vous servant ! »

L’ayant écoutée, il regarde le visage de la jeune femme
Qui, inclinée, n’ose plus prononcer une parole.
Il se sent ravi jusqu’aux tréfonds du cœur :
La rougeur qu’il voit monter sur ses joues montre sa timidité.

  • 53 L’étude des enchaînements possibles de strophe à strophe est un des moyens que nous avions mis en œ (...)

26Il n’existait pas, dans les poèmes composés dans la forme du Khlong Suphap, d’enchaînement de strophe à strophe par la rime : chacun de nos quatrains forme alors un système isolé qu’il n’est pas techniquement possible de relier à l’un quelconque des autres53. Fort heureusement, le Poème de séparation du prince Aphay raconte, nous l’avons dit, le voyage que fait son auteur depuis Ayudhya jusqu’à Lopburi et, se pliant aux règles du genre, il évoque sa bien-aimée restée dans la capitale en faisant référence, entre autres, aux lieux par lesquels il passe. Nous allons donc maintenant tenter de répertorier ces toponymes, en les classant d’abord dans l’ordre selon lequel ils apparaissent dans la recollection de Phraya Trang puis, les rapportant à la topographie, nous vérifierons s’ils apparaissent dans le poème dans une succession logique pour qui effectue ce voyage. Nous trouvons, dans le texte publié dans les Œuvres des poètes anciens, les noms de lieux suivants (les nombres indiquent le numéro d’ordre de la strophe dans ce texte) :

1 – [Ayudhya]

2 – Île de Phra

3 – Chao Pluk

4 – Village de Khamot

5 – Bang Say

6 – Lopburi (+ Ayudhya)

7 – Lopburi

8 – Les Trois Arbres de l’Éveil

9 – Pho Daeng

11 – Ile de Rian

12 – Samo Khon

13 – Le palais de Warit

  • 54 La nécessité de se déplacer en bateau explique les grands travaux d’aménagement que nous pouvons vo (...)
  • 55 Le chemin français, que nous avons déjà évoqué, s’arrête ainsi lorsque les ambassadeurs du roi de S (...)
  • 56 Nous avons d’ailleurs utilisé cette adjonction postérieure, dont les quatrains présentent une forme (...)

27Avant que de passer à l’étude de chacune des strophes, cette liste appelle de notre part quelques remarques. La première, mais ce n’est pas pour nous étonner, c’est que sur les dix toponymes que nous répertorions ici, deux sont des îles. Nous retrouvons une des constantes de la plupart des voyages au cœur de la plaine centrale du Siam, ceci jusqu’à une époque pas si éloignée, qui se faisaient par la voie fluviale54. C’est aussi, rappelons-le, un des éléments de la définition du genre poétique qui nous intéresse ici. Nous pouvons par ailleurs nous interroger sur la mention qui est faite, à la strophe 6, de Lopburi, alors que c’est là le point final du voyage et qu’il semble bien que la description du palais, dans son état de ruine, devrait se poursuivre lorsque le poète y est enfin parvenu : cette strophe est-elle vraiment à sa place ? En troisième lieu, il nous semble étonnant de devoir remarquer qu’une fois parvenu à destination, le poème va se poursuivre sur un bon nombre de strophes : ceci nous paraît aller à l’encontre de traditions littéraires bien établies, encore que jamais explicitement exposées, qui veulent que le poème de séparation s’arrête au point d’arrivée55. De plus, la mention de deux toponymes après celle du lieu d’arrivée paraît étrange : sont-ils bien à leur place ou conviendra-t-il de rectifier l’ordre des strophes tel que Phaya Trang nous l’a transmis ? Enfin, une autre tradition de composition de toutes les œuvres poétiques classiques semble être ignorée ici : nous ne trouvons pas, avant que ne commence le poème proprement dit, les strophes de louange à la ville d’Ayudhya et à son monarque. Au début du Poème du prince Lo, manifestement ajoutées à la version originale empruntée à la littérature thaïe du royaume du Lan Na Thay56, nous pouvons lire des strophes comme celle-ci :

  • 57 Département des Beaux-Arts (1977 : 1).

/bun câw cɔ:m lôk líɛŋ

lo:ka:

rá́ʔrɯ̂ɛj kàʔsě:m sùk phu:n

châj nɔ́:j

sɛ̌:n sàʔnùk sǐ: ʔàʔjo:tháʔja:

rɯ: râm

thɯ̌ŋ lɤ:j

thúk pràʔthê:t chom khɔ́:j khɔ́:j

klà:w ʔâ:ŋ jɤ:n jɤ:/57

Les mérites du plus grand des princes du monde soutiennent l'univers,
Accroissant sans cesse et hautement la joie comme le bonheur.
Le plaisir d'Ayuthaya est connu de tous et partout :
Toutes les nations la chantent et l'admirent, disant ses louanges.

28C’est le même type de louange que nous rencontrons dans les premières strophes de la Lamentation de Siprat, dont nous extrayons ce quatrain :

  • 58 Département des Beaux-Arts (1960 : 23).

/ʔàʔjúttháʔja: jót jîŋ fá:

loŋ din

lɛ: rɯ:

ʔamnâ:t bun phre:ʔ phráʔ

kɔ̀: kɯ̂a

ce: di: láʔʔɔ: ʔin

pràʔsà:t

naj thâ:p thɔ:ŋ lɛ́:w nɯ́a

nɔ̂:k sǒ:m/58

Ayudhya, plus glorieuse que les Cieux, fut-elle envoyée du Paradis sur la terre ?
Ou fut-elle édifiée par les mérites anciens de son vertueux monarque ?
Les cediya [pagodes] y sont aussi beaux que le palais d'Indra,
Recouverts d’or à l'intérieur comme à l'extérieur.

  • 59 Cette tradition semble avoir été très forte puisque Le Dit de Siprat, biographie légendaire de l’au (...)

29Une question se pose donc : pourquoi l’auteur du Poème de séparation du prince Aphay, qui est avec quelque certitude le fils de Phra Chao Thay Sa (à condition que le titre donné par Phraya Trang à ce fragment ne soit pas une pure invention), n’aurait pas jugé bon de faire précéder le corps de son œuvre de ces strophes de louange imposées par la tradition59 et dont nous venons de voir quelques exemples ? Cette absence nous semble inexplicable pour au moins deux raisons. La première est que, bien que la qualité littéraire de son œuvre puisse laisser à désirer, le fait qu’il soit fils du roi aurait dû l’inciter naturellement à se plier aux rituels de la composition poétique de la Cour. La seconde est que, dans le cours du poème, la strophe dont nous avons déjà fait état et qu’il consacre au roi Naray, fondateur de la résidence d’été de Lopburi, nous montre qu’il sait manier la louange de manière satisfaisante. Or, le poème commence d’une manière totalement abrupte en évoquant directement son départ de la capitale :

  • 60 Trang (1924 : 14).

/kâw khâm jâm rûŋ rón

rɯaŋ sɛ̌:ŋ

phon hɛ̀: phátthra: lɛ:ŋ

kɯ̀ak kâ:

khɔ́:ŋ khɯ́k banda:n sàʔjɛ̌:ŋ

sǐɛŋ pì:

nâ: phî: trùɔt thûɔn nâ:

khà:t nâ: na:ŋ diaw/60

  • 61 Nous sommes évidemment ici dans le calendrier luno-solaire, qui fut en application au Siam jusqu’à (...)
  • 62 On remarquera l’apparat militaire qui accompagne le départ de l’auteur depuis Ayudhya ; c’est sans (...)

Le neuvième jour de la lune montante61, un peu avant le lever du soleil,
Les soldats innombrables, en uniformes rutilants, sont alignés.
Le grondement des gongs semble effrayer le son des flûtes.
Je les passe tous en revue : il ne manque que ton visage, mon amour62 !

30Cette constatation ne vaut sans doute pas preuve, mais il nous paraît plausible de penser que manquent ici une ou plusieurs strophes, celles qui devraient être consacrées à la glorification de la capitale et de son roi : s’il en est ainsi, nous devons comprendre que nous pourrions bien être en présence d’une version tronquée, arrachée comme bien d’autres œuvres par Phraya Trang ou ses semblables à la mémoire de leurs contemporains. La remarque que nous avons faite à propos de la strophe 6 consacrée à Lopburi n’en prendrait alors que plus de poids et nous nous verrions conforté dans notre choix de suivre les étapes du voyage telles qu’elles nous sont rapportées dans le cours du poème.

  • 63 Pour les strophes que nous avons déjà citées et afin de ne pas alourdir notre texte, nous ne redonn (...)

31Certes, la première strophe ne cite pas expressément le point de départ ; il ne nous est cependant pas difficile de l’identifier comme étant Ayudhya à partir de la strophe 15, que nous avons déjà citée63 :

Des salacs, tristes, sont mêlés aux palmes épaisses des baquois,
Des carapa des Moluques aux mangais pleureurs.
J’ai quitté Ayudhya et me voici, le cœur solitaire :
Je ne vois aucun palais, mais des manguiers, des cocotiers et des aréquiers.

32La strophe 2 fait une référence claire à une île, ce qui n’est pas pour nous étonner dans le cadre d’un poème de séparation qui se déroule, nous le savons, sur une voie fluviale :

  • 64 Trang (1924 : 14).

/ma: hěn kɔ̀ʔ phráʔ

lɛ́:w la:

sìɛŋ sɯ̂ŋ khwa:m ranthót

thɔ̂:t máj

hěn máj mâj pra:kòt

khɯ: mɛ̂:

ma: na:

rô:k bɔ̀: biɛn nɔ́:ŋ khâj

phî: khâj caj thɯ̌ŋ/64

Voici que j’aperçois déjà l’île de Phra ;
Le bruissement des arbres m’attriste et je les en accuse.
Je les vois, ces arbres, mais c’est toi qui ne m’apparais pas…
Que les fièvres ne t’atteignent pas ! Moi, j’en brûle en pensant à toi…

33L’identification est relativement simple puisqu’il n’existe et n’a jamais existé, dans tout le Siam ancien, que trois îles portant de nom ; or l’une d’elles est située dans la province d’Ayudhya. Le problème est qu’elle se trouve sur le cours du Ménam Chao Phraya, à une vingtaine de kilomètres en aval de l’ancienne capitale. Elle est d’ailleurs citée dans d’autres poèmes de séparation, comme Le poème de séparation du pèlerinage au monastère du prince de Sunthon Phu :

  • 65 Rachanuphap (1970 : 203).

/thɯ̌ŋ kɔ̀ʔ phráʔ mâj hěn phráʔ pàʔ tɛ̀ʔ kɔ̀ʔ
tɛ̀: chɯ̂: phrɔ́ʔ chɯ̂: phráʔ sàʔláʔ lǒŋ
phráʔ khɔ̌:ŋ nɔ́:ŋ ní: kɔ̂: nâŋ ma: tháŋ ʔoŋ
tháŋ phráʔ sǒŋ kɔ̀ʔ phráʔ ma: pràʔchum/65

  • 66 Cette traduction peut sembler plutôt absconse (elle l’est…) mais Sunthon Phu met ici en pratique un (...)

Parvenu à l’île de Phra, je ne vois aucun moine foulant l’île :
Elle n’a que ce nom, mais celui des moines a disparu.
Ton esprit protecteur est venu s’asseoir en personne,
Et les moines de l’île de Phra sont venus aussi s’assembler66.

34On voit mal, dans ces conditions, comment, au cours du périple qu’il est censé faire entre Ayudhya et Lopburi, l’auteur du Poème de séparation du prince Aphay aurait pu passer à côté de cette île. À moins d’en trouver une bonne raison, nous devons considérer que cette strophe n’a pas sa place dans le poème.

35La strophe 3 ne nous pose pas de problème : elle évoque un toponyme, Chao Pluk, dont nous avons auparavant montré qu’il fait référence à un district situé sur la rive gauche de la rivière de Lopburi :

Je parviens à Chao Pluk, le cœur abattu :
Il fut édifié par Sa Majesté le Roi du Palais de Devant.
Nous avons, toi et moi, éveillé cet amour et je t’ai quittée…
Je t’ai quittée, je me sens solitaire et vide de tout sentiment.

36Nous arrivons alors à la strophe 4, qui fait référence à un village que l’on peut situer au bord d’un cours d’eau, Bang Khamot :

  • 67 Trang (1924 :15).

/sùʔríʔjon lɯ̂an klâj

ʔàtsàʔda:ŋ

phɔ: phî: thàp thɯ̌ŋ ba:ŋ

khàʔmò:t khâw

sɛ̂: sǐɛŋ kinnɔ:n na:ŋ

na:rít

riɛm khamnɯŋ thɯ̌ŋ câw

cà:k câw cam klaj/67

  • 68 Les kinnari sont des êtres légendaires, mi-femmes mi-oiseaux, vivant dans la forêt de l’Himavant et (...)

Le soleil, qui poursuit sa course, est près de se coucher
Alors que j’arrive rapidement ; à Bang Khamot
Y entendant les chants bruyants des jeunes femmes, telles des kinnari68,
Je pense à toi que j’ai quittée pour m’en venir au loin.

37Le toponyme Bang Khamot fait référence à un village situé dans l’actuelle province de Saraburi, mais il ne se trouve pas sur une des rives de la rivière de Lopburi, voie fluviale empruntée par l’auteur de notre poème ; il est par contre un lieu de passage obligé pour qui se rend en pèlerinage à l’empreinte de pied du Bouddha, pèlerinage qui a inspiré bon nombre d’auteurs de poèmes de séparation comme Sunthon Phu, par exemple :

  • 69 Rachanuphap (1970a : 126).

/thɯ̌:ŋ ba:ŋ khàʔmòt mi: tha:n tàʔpha:n chá:ŋ
banthúk tha:ŋ khóp rɔ́́:j hâ: sìp sên
mi: pho: phûm chûm chɯ̂n ráʔrɯ̂:n jen
mâj wa:ŋ wén sàppàʔbùʔrút khǎw jùt riɛŋ/69

Arrivé à Bang Khamot, il y a une rivière avec un pont pour les éléphants :
Il peut en porter le nombre rond de cinquante ;
Il y a aussi un bosquet d’arbres de l’Éveil, frais et agréable,
Sans aucune exception, tous les pèlerins y font une halte.

38Nous ne pouvons donc pas considérer Bang Khamot comme ayant pu être traversé par le prince Aphay et nous ne croyons pas devoir le conserver dans notre reconstruction du poème.

39La strophe 5, qui rapporte que son auteur serait passé par un lieu appelé Bang Say, nous semblait a priori ne poser aucun problème d’identification puisque, nommé d’après le nom d’un arbre, le banyan, il devrait être largement répandu dans toute la plaine centrale de la Thaïlande, où les banyans sont légion :

  • 70 Le mot ไศล/sàʔlǎj/ désigne une montagne pelée ; il nous semble – sous toutes réserves – que nous s (...)
  • 71 Trang (1924 : 15).

/ma: thɯ̌ŋ pràʔthê:t tháj

ba:ŋ say

tha:ŋ thúʔrát sàʔtha:n caj

sùt chán

sàʔmɔ:n diaw jîŋ ma: sàʔlǎj70

khla: cà:k

koŋ na:

koŋ dàŋ koŋ càk kân

kì:t kân kan sàʔmɔ:n/71

Me voici parvenu à cette plaine aux environs de Bang Say :
Le chemin m’amène au plus loin de là où réside mon cœur.
Mon aimée, me voici au loin, séparé de toi, par mon kamma :
C’est une arme puissante qui nous éloigne et nous empêche d’être ensemble.

40S’il existe bien un village (un seul) portant ce nom dans la province d’Ayudhya alors que nous n’en avons trouvé aucun dans celle de Lopburi (ce sont là les provinces actuelles que traverse la rivière de Lopburi, voie empruntée par notre poète), il se trouve, comme l’île de Phra, au sud d’Ayudhya, sur la rive gauche du Ménam Chao Phraya. Là encore, le toponyme est évoqué dans d’autres poèmes de séparation postérieurs, comme le Poème de séparation du pèlerinage à l’empreinte de pied du Buddha de Sunthon Phu :

  • 72 Rachanuphap (1970a : 118).

/ʔô: ʔàʔnâ:t nɯ̀ɛj nâ: ráʔʔa: caj
thɯ̌ŋ ba:ŋ saj dà:n dàk na:wa: dɤ:n
khǎw bɔ̀:k chɯ̂: sǐ: kùk troŋ dà:n khâ:m
pen sǎ:m ŋâ:m ná:m nɔ:ŋ naj khlɔ:ŋ khɤ̌:n/72

  • 73 La douane fluviale, où les bateaux remontant ou descendant le Ménam Chao Phraya devaient acquitter (...)
  • 74 Comme le village des trois arbres de l’Éveil, Sikuk est un lieu important dans l’histoire siamoise  (...)

Oh ! Pitoyable de fatigue, l’âme toute dolente,
Je parviens à Bang Say, où se trouve la douane fluviale73
On me dit qu’en face de la douane se trouve le village de Sikuk74 ;
C’est une fourche où les eaux du canal sont envasées.

41Le village de Bang Say est situé sur la rive droite du Ménam Chao Phraya qui constitue sa limite orientale et un canal se jette dans le fleuve ; il se trouve à quelques kilomètres au sud de Bang Pa-In, à une distance d’Ayudhya d’environ trente kilomètres : c’est ici que fut placé l’octroi sur le fleuve au début de l’époque de Bangkok. Nous nous trouvons une nouvelle fois devant un nom de lieu qui ne semble guère avoir sa place dans le poème puisque celui-ci s’attache à décrire le trajet entre les deux capitales du roi Naray et que nous nous en trouvons bien éloignés…

42La strophe 8 peut, au premier abord, nous poser problème : la référence qui y est faite à « trois arbres de l’Éveil » nous paraît dès l’abord ambiguë (voir plus haut) car aucun préfixe indiquant qu’il s’agit d’un toponyme n’y est précisé :

Je vois les Trois arbres de l’Éveil dont deux sont morts ;
Un seul demeure vivant et il semble solitaire et désolé.
Mon cœur est semblable à cet arbre de l’Éveil, mon aimée,
Pourquoi t’avoir abandonnée, ma douce moitié, pour être comme cet arbre ?

  • 75 Il semble d’ailleurs que cette position ait été très solide et qu’après la prise de la capitale, le (...)

43Il existe cependant un district, situé sur la rive droite de la rivière de Lopburi, au sud de l’ancienne ville royale, qui porte encore ce nom de nos jours. Les Chroniques royales nous rapportent à son sujet qu’à la fin de 1766, alors que les armées birmanes s’apprêtaient à engager le siège d’Ayudhya, un des corps qui la composaient établit ses quartiers à cet endroit75. Il est donc raisonnable de penser que le toponyme existait déjà une quarantaine d’années auparavant, au moment où le prince Aphay aurait composé son poème de séparation. Bien qu’aucune indication ne puisse être donnée quant à son étymologie, on peut imaginer que se dressaient effectivement autrefois, à cet endroit, trois arbres de l’Éveil et que l’auteur aurait pu les voir. Quoi qu’il en soit, il est clair que ce quatrain, faisant référence à un lieu situé au sud de Lopburi, n’est pas à sa place ici et qu’il doit logiquement être rangé avant ceux décrivant l’arrivée dans l’ancienne ville royale.

44La strophe 9 va nous livrer à son tour un nom de lieu :

  • 76 Trang (1924 : 16).

/ma: don tambon bâ:n thá:j

pho: dɛ:ŋ

tɛ:ŋ bɔ̀: dɛ:ŋ lɤ:j dɛ:ŋ

ʔòk chám

chám caj thúʔra: lɛ:ŋ

lîw cà:k

cà:k mɛ̂: paj nǎm sám

rêŋ sám suaŋ thàʔwin/76

Voici que je parviens dans le canton du village de Pho Daeng ;
Les courges n’y sont pas rouges mais mon cœur dolent saigne.
Saigne mon cœur d’ainsi être si éloigné,
Si loin de toi, mon aimé, se lamente mon âme.

45Malheureusement, toutes les recherches que nous avons pu mener, dans les cartes plus ou moins anciennes, dans les poèmes de séparation qui font état de voyages dans la région qui nous intéresse, dans les Chroniques royales de l’époque et même auprès de nos collègues thaïlandais spécialistes de géographie historique, ne nous ont pas permis de localiser ce village. Le toponyme, composé de deux éléments, โพ/pho:/ (peut-être orthographe fantaisiste de โพธิ์/pho:/, arbre de l’Éveil) et แดง/dɛ:ŋ/, pourrait être traduit, dans la première orthographe, « cœur » (couleur du jeu de carte) et dans la seconde, « arbre rouge de l’Éveil » mais ne se trouve nulle part, quelle que soit la façon dont on l’écrit. Il nous est donc difficile d’écarter totalement ce quatrain de notre restitution, aussi le conserverons-nous sous toutes réserves dans notre restitution, en le plaçant toutefois avant les strophes évoquant l’arrivée à Lopburi.

46La strophe 11 va nous parler d’une nouvelle île, dont grande est la fortune dans les poèmes de séparation, depuis leurs origines jusqu’au milieu du xixe siècle :

Me voici parvenu aux environs de l’île de Rian ;
Mon cœur est étourdi, le vertige me prend.
Le cycle de nos actes a tourné et le voici qui
Je devrai être séparé de mon aimé jusqu’à l’épuisement de mon kamma.

47La mention qui est faite ici de l’île de Rien nous pose le même problème que celui rencontré dans la strophe 2, qui parle de l’île de Phra, dont nous avons vu qu’elle peut difficilement être sur le parcours d’un voyage en bateau depuis Ayudhya jusqu’à Lopburi puisqu’elle se trouve en aval de la capitale sur le Ménam Chao Phraya… En effet, aucune île, aucun lieu-dit ne porte ce nom le long de l’itinéraire que devrait avoir emprunté le prince Aphay à cette occasion. Par contre, il existe bien, sur le Ménam Chao Phraya, à quatre kilomètres au sud d’Ayudhya, une île de ce nom ; elle est ainsi mentionnée dans La lamentation de Siprat :

  • 77 Département des Beaux-Arts (1960 : 29).

/cà: k ma: hâj sàŋ kò: t

kɔ̀ʔ riɛn

riɛm râm thûa kɔ̀ʔ khɔ̌:m

chûɛj ʔâ:ŋ

cà:k ma: mɯ̂:t ta: wiɛn

wɔ:ŋ wɔ̂:ŋ

wɔ:ŋ wɔ̂:ŋ hǒ:j hâj chá:ŋ

chamŋɯ:/77

  • 78 L’île Khom est, de nos jours, rattachée à la rive droite du Ménam Chao Phraya dont elle n’était aut (...)

Je t’ai quittée, je confie mon amour à la pointe de l’île de Rian ;
Je demande aux alentours de l’île Khom78 de témoigner de ma passion.
Je t’ai quittée, mes yeux sont voilés de larmes, je suis pris de vertige,
Pris de vertige, gémissant, je me lamente.

48Mais le voyage se fait ici d’Ayudhya vers la mer… On retrouve cette même île dans plusieurs poèmes de séparation de Sunthon Phu, comme le Poème de séparation du pèlerinage au monastère du prince :

  • 79 Rachanuphap (1970a : 204).

/thɯ̌ŋ kɔ̀ʔ riɛn riɛn rák kɔ̂: nàk ʔòk
sɛ̌:n wíʔtòk tem trɔ:ŋ ciaw nɔ́:ʔ ʔɤ:j
mɯ̂a riɛn kan con còp thɯ̌ŋ kòp kɤ:j
mâj jà:k lɤ:j riɛn dâj daŋ caj coŋ
tɛ̀: riɛn rák rák nák kɔ̂: mák nà: j
rák láʔmá: j míʔ dâj chom sǒmpràʔsǒŋ
jîŋ rá́k mâ:k phâ:k phiɛn jîŋ wiɛn woŋ
mi: tɛ̀: lǒŋ lom lûaŋ nâ: suaŋ so:m/79

En arrivant à l’île de Rian, j’apprends qu’aimer fait souffrir le cœur :
Je suis encore plus désolé et dolent, mon aimée !
Quand j’apprenais l’alphabet depuis A jusqu’à Z,
Ce n’était pas difficile, avec de la volonté.
Mais apprendre à aimer, c’est plutôt ennuyeux :
L’amour ne permet jamais que l’on parvienne au but,
Plus on persiste dans l’amour et plus on est égaré ;
Ce n’est que déception, et le cœur s’en attriste !

49Le périple que décrit Sunthon Phu est fait depuis Bangkok vers le nord, mais l’ordre des toponymes (appuyé par la géographie) nous montre bien que l’île en question est située au sud d’Ayudhya ; nous devons donc considérer que la strophe 11 n’a rien à voir avec le voyage que décrit le Poème de séparation du prince Aphay et qu’il convient de la rejeter.

50La strophe 12 nous ramène plus directement au voyage que le prince Aphay a entrepris, depuis Ayudhya, vers Lopburi :

  • 80 Trang (1924 : 17).

/dɤ:n dàt lát thûŋ bâ:n

sàʔmɔ̌: khɔ:n

riɛm khɔ:n thúk sàʔmɔ̌:n

châj nɔ́:j

waŋ râ:t bɔ̀: nɔ:n nɔ:n

nɤ:n pà:

bâ:n pà: fǎ: fɛ̀:k hɔ̂:j

râ:ŋ ráj ruŋ raŋ/80

Je marche à travers la plaine vers le village de Ban Samokhon,
Endurant la lourde souffrance que de toi je ressens.
Je ne dors pas dans un palais royal mais dans la forêt, au pied de la colline,
Cet abri sylvestre couvert de chaume m’attriste, je suis un oiseau sans nid…

  • 81 C’est en analysant ce poème et en tentant de faire des rapprochements avec d’autres œuvres que nous (...)
  • 82 Il existe bien en siamois, l’expression verbale /dɤ:n rɯa/ ; elle ne peut être utilisée que pour ex (...)

51Le texte que nous trouvons ici est particulièrement intéressant : il convient d’abord (et peut-être essentiellement) de remarquer que l’auteur emploie, dans le premier vers, le verbe « marcher » et que cette marche se fait à travers une plaine vers un village appelé Ban Samokhon. Sans parler de son identification dans la topographie de la région, dont nous nous préoccuperons ensuite, nous y trouvons une réelle innovation dans le genre du poème de séparation81. En effet, le poète emploie explicitement le verbe/dɤ:n/, « marcher », qui ne peut être utilisé pour une personne voyageant en bateau82. Nous sommes donc bien ici descendus à terre et le poète traverse une plaine. Il se rend en effet vers un village, Ban Samokhon, qui se trouve à quelques kilomètres au nord-ouest du palais du roi Naray ; ce village, qui existe encore de nos jours, est construit au pied d’une colline au sommet de laquelle se dresse un monastère portant le même nom (« Monastère de la colline de Samokhon ») : il s’agit d’un monastère sans doute fondé par les Môns à l’époque où Lopburi (« Lavo », la « Louvo » des relations des voyageurs français du xviie siècle) était un royaume florissant dont il est d’ailleurs question dans les Chroniques royales d’Hariphunchay (l’actuelle Lampun) ; celles-ci nous rapportent que le roi Rama Khamhaeng, fondateur de la grandeur du royaume de Sukhoday dans la seconde moitié du xiiie siècle y serait venu étudier dans sa jeunesse auprès d’un ermite de grand renom, Sukadanda (ministère de la Culture 1999).

52Vient enfin la strophe 13, qui va nous permettre d’être certain que notre poète a terminé son périple sur la rivière de Lopburi et qu’il descend à terre :

  • 83 Trang (1924 : 17).

/hěn waŋ wa: rít rá;ŋ

rim khwɛ:

ná:m na:

phráʔ náʔkhɔ:n lǔaŋ lɛ:

plàw sâw

waŋ râ:t rɯ́ʔ ma: prɛ:

pen pà:

kre:ŋ càʔ prʔɛ: caj câw

hùaŋ lɛ́:w lɯ:m riɛm/83

Je vois le palais de l’eau, en ruine, au bord du fleuve :
La capitale royale me semble et vide et mélancolique.
Est-ce un palais qui s’est ainsi changé en forêt ?
Je crains que ton cœur ne change aussi, j’ai peur que tu m’oublies…

  • 84 Il faudra attendre, à l’exception de notre poème, le milieu du xixe siècle pour qu’un poète compose (...)

53À la vérité, ce « palais de l’eau », que nous plaçons dans la liste des toponymes évoqués dans le poème, n’en est pas un : il s’agit des bâtiments construits juste derrière l’embarcadère du palais du roi Naray, par où l’on abordait au temps de la splendeur des lieux. Ils sont aujourd’hui intégrés dans l’enceinte du monastère de Chœng Tha, naguère appelé monastère de Tha Kwian. En fait, si nous nous en tenons aux pratiques traditionnelles de la composition des poèmes de séparation, l’œuvre devrait s’achever ici, au terme du voyage ; il n’en est rien, puisque vont suivre encore douze quatrains84. Une remarque s’impose concernant cette strophe : comme elle évoque l’embarcadère par où les voyageurs descendaient autrefois de bateau pour entrer dans le complexe palatial de Lopburi, il nous semble plus plausible qu’elle n’apparaisse pas là où le texte de Phraya Trang la place, mais bien après celles qui ont rappelé les origines du palais. Par ailleurs, cette mention du débarquement à l’endroit en question nous amène à reconsidérer la place de la strophe 12 dans l’économie du poème : celle-ci parlant d’une promenade à pied dans la plaine vers le village de Samokhon, elle ne peut logiquement être placée qu’après la strophe 13.

  • 85 Les croyances aux forces chtoniennes, génies et esprits maîtres de la terre et des sites naturels, (...)

54La strophe 19, qui ressemble à une sorte d’invocation à des esprits chtoniens85 (ce que confirme d’ailleurs la strophe 20) et se trouve en quelque sorte isolée bien après la référence à Ban Samokhon de la strophe 12, fait cependant mention de deux endroits :

  • 86 Trang (1924 : 18).

/pù: câw khǎw thâ: thɔ́:ŋ phrajsǒn
pù: câw thâm tha:n phon wê:t kî:
pù: câw hǔɛj nɔ̌:ŋ hǒn daj hɛ̀:ŋ ní: na:
ma: ráp sǎŋwɤ:j chí: sɯ̂ŋ chɤ: n thàʔwǎ:j/86

Ô vous, génie de la montagne boisée de Tha Thong,
Génies des grottes, des ruisseaux, des forêts, des refuges,
Génies des rûs, des étangs, de quelque endroit par ici,
Venez vous rassasier de ce dont je vous fais offrande !

55La « montagne » de Tha Thong est une éminence appartenant au même groupe de collines que celui où nous avons situé Ban Samokhon. Il nous semblerait donc logique, dans notre tentative de réorganisation des strophes du Poème de séparation du prince Aphay, de la rapprocher de celle qui parle de cette zone.

  • 87 « En l’an 994 de la petite ère siamoise, Sa Majesté […] ordonna la construction du palais Aysawan T (...)
  • 88 « Lors du pèlerinage qu’elle fit au monastère de Chumphon Nikayam, à Bang Pa-In, Sa Majesté ordonn (...)
  • 89 Si cette conclusion paraît plausible, elle continue de poser des questions : comme on ne voit guère (...)

56Cette brève étude des lieux évoqués dans notre texte nous amène à prendre conscience qu’il présente, du pur point de vue de son organisation, un certain nombre de défauts qui nous incitent à en proposer une mise en forme nouvelle. Nous y notons tout d’abord cette absence de strophes de louanges qui ne correspond pas avec les traditions littéraires solidement établies à l’époque où une certaine partie des strophes (en tout cas celles qui se rapportent effectivement à un voyage entre Ayudhya et Lopburi) ont été composées : cette lacune de taille montre, selon nous, que nous sommes bien devant une recollection de fragments, certainement due à Phraya Trang, dont nous pouvons être assuré qu’elle est à tout le moins tronquée. Plus compliquée à gérer est la question des quatrains que notre analyse des toponymes nous a permis de mettre en évidence comme étant des intrus : il en existe au moins deux de ce type, ceux évoquant, dans l’ordre (?) du texte qui nous est donné par Phraya Trang, les deux îles de Phra et de Rian. Elles se situent en effet sur le Ménam Chao Phraya, au sud d’Ayudhya, et l’ordre dans lequel elles apparaissent laisse supposer une remontée du fleuve vers l’amont, c’est-à-dire vers l’ancienne capitale. Leur présence dans cet ordre au sein du poème (mais il conviendrait de toute façon de remanier l’organisation du texte telle qu’elle nous est donnée) ne pourrait s’expliquer que si le point de départ se situait quelque part sur la rive de ce fleuve, au sud de l’île de Phra. Cette hypothèse ne résiste pas à deux arguments ; pour qu’un prince puisse faire un tel voyage, il doit certainement partir d’une résidence royale : c’est d’ailleurs le cas, comme nous le montre la strophe 1 qui, s’il est vrai qu’elle ne mentionne pas expressément de nom d’Ayudhya, nous dévoile tout un apparat militaire mis en œuvre avant l’embarquement. Or, la seule résidence royale ayant jamais existé au sud de l’île de Phra avant la prise d’Ayudhya et l’installation du gouvernement siamois à Thonburi puis à Bangkok est le palais de Bang Pa-In, construit sous le règne du roi Prasat Thong (1628-1656)87, mais qui fut abandonné dès le règne de son fils Naray au profit de Lopburi, justement, et ne fut l’objet d’importantes restaurations que sous le règne du roi Chulalongkorn (1868-1910)88 : il n’est donc guère plausible que notre prince Aphay ait pu partir d’un palais certainement en ruines lorsqu’il composa son poème, ceci d’autant plus que, rappelons-le, nous avons également noté la référence à Bang Say, situé encore plus en aval que Bang Pa-In… Le deuxième élément s’inscrivant en faux contre une telle éventualité, c’est que le poème nous précise dans la strophe 15, alors que le terme du voyage est atteint, qu’il est effectivement parti d’Ayudhya. Ainsi, à n’en pas douter, ces quatrains sont des intrus et n’ont pas leur place dans notre texte89.

57Les strophes faisant référence à des toponymes ne sont pas les seules à être l’objet de nos interrogations ; d’autres, portant plus sur la logique même du déroulement du voyage, sont également dignes d’être relevées. La première à attirer notre attention est la strophe 10 :

  • 90 Trang (Phraya), Œuvres des poètes anciens, op. cit., p. 16.

/ka: hǒn hɔ̌: ráʔthɯ́k lɛ́:

sǐɛŋ sǎŋ

riɛm bɔ̀: faŋ lɤ:j faŋ

khà:w nɔ́:ŋ

khɔ̂:ŋ khɯ́k banda:n wǎŋ

sǐɛŋ sàʔnè:

sàʔnè: ma: rum rɯŋ khɔ̂:ŋ

khùn khɔ̂:ŋ ʔa:rom/90

  • 91 La mention des tambours (de bronze) et des conques doit être vue comme une confirmation du fait que (...)

Le roulement des tambours couvre le son des conques91 ;
Je ne les entends pas, j’attends d’entendre de tes nouvelles
Le gong qui résonne me fait espérer le son charmeur de ta voix
Ce charme qui m’enserre et m’étreint, attristant mon humeur…

58Nous y retrouvons, nous semble-t-il, des éléments de l’atmosphère du départ tels que nous avons pu les lire dans la strophe 1, éléments qui n’ont manifestement rien à faire là où ils sont placés dans la version qui nous a été transmise par Phraya Trang. Cette impression est d’ailleurs confirmée par le parallélisme évident de la construction et du sens de ces deux strophes ; dans la première, le poète, qui passe en quelque sorte en revue ses soldats, se plaint de ne pas voir le visage de sa bien-aimée et, dans la seconde, alors qu’il écoute le bruit des instruments de musique qui accompagne la parade, il est malheureux de ne pas entendre le son de sa voix. Il nous semble donc que cette strophe 10 serait beaucoup mieux à sa place au début du texte, juste après la strophe 1. Si nous proposons un ordre strophe 1/strophe 10, c’est que la première précise une date (incomplète : nous ne sommes pas informés du mois où se produit l’événement) et qu’il est logique que cette précision soit donnée en premier, suivie d’autres descriptions de l’apparat de la cérémonie de départ.

59Cette dernière remarque nous amène à nous intéresser de plus près aux strophes qui évoquent des dates ou des moments de la journée. Dans le texte qui nous a été transmis par Phraya Trang, elles sont au nombre de deux. La première, la strophe 1, nous parle du moment où l’auteur va quitter Ayudhya :

Le neuvième jour de la lune croissante, un peu avant le lever du soleil,
Les soldats innombrables, en uniformes rutilants, sont alignés.
Le grondement des gongs semble effrayer le son des flûtes.
Je les passe tous en revue : il ne manque que ton visage, mon amour !

60La strophe 7, elle, précise le jour et le moment de l’arrivée à Lopburi, manifestement tôt dans la matinée du second jour :

  • 92 Trang (1924 : 15).

/pɛ̀:t khâm jâm rûŋ lɛ́:w

khla: ma:

nópbùʔri: rommáʔja:

thâ:n jáŋ

sɛ̌:n sàʔnùk càʔ hǎ:

hǎ: jâ:k

nɔ́:ŋ kɔ̂: jɔ̂:m cɛ̂:ŋ khráŋ

kɔ̀:n phó:n mi: ma:/92

Le huitième jour de la lune croissante, l’aurore venue, je parviens
À Lopburi la délicieuse, que ce monarque autrefois édifia :
Elle était joyeuse et on n’en peut trouver de telle ;
Mon aimée, tu le sais bien qu’elle était jadis ainsi…

61Cette strophe nous permet d’inférer que le voyage s’est poursuivi sans interruption depuis la veille au soir : il est vrai que le gîte d’étape, jadis édifié par le roi Naray et, semble-t-il, plus ou moins restauré par l’oncle du poète, n’était peut-être pas suffisamment en état pour que toute une suite princière puisse y passer la nuit… En revanche, la date, « huitième jour de la lune croissante », elle, nous interpelle fortement : on voit en effet très mal comme le poète, partant d’Ayudhya à l’aube du neuvième jour de la lune croissante, comme nous le dit clairement la strophe 1, pourrait, alors qu’il n’a effectué qu’une partie de son voyage lorsque tombe la nuit, arriver à Lopburi la veille de son départ, le huitième jour de la lune croissante du même mois (strophe 7) ! Comme ces deux quatrains n’identifient pas que la date, mais qu’ils donnent également les lieux, nous devons en conclure qu’ils sont potentiellement à leur place dans le déroulement du temps. Il nous faut alors considérer que l’une des deux dates est une faute. Si celle donnée par la strophe 1 est juste, celle de la strophe 7 devrait être le dixième jour de la lune montante. Si c’est la strophe 7 qui est juste, celle de la strophe 1 devrait alors être le septième jour. Rien dans le poème ne nous permet de faire un choix entre ces deux possibilités, les chiffres qui nous sont donnés dans chacune des strophes se trouvant sur la première syllabe du premier vers, ce qui n’implique aucune obligation d’accent, alors que celle-ci aurait pu nous éclairer. Nous nous contenterons donc, dans notre tentative de reconstruction du poème, de donner les deux possibilités en les harmonisant (soit 9e et 10e jours de la lune croissante, soit 7e et 8e).

62Bien entendu, on pourrait être tenté, dans cet essai de remise en ordre des strophes, de prendre en considération la quatrième ; celle-ci semble nous préciser, alors que l’arrivée est encore loin et que nous ne sommes qu’au début du poème, un moment de la journée (nous considérerions alors logiquement que nous sommes le même jour que celui du départ) :

Le soleil, qui poursuit sa course, est près de se coucher
Alors que j’arrive rapidement ; à Bang Khamot
Y entendant les chants bruyants des jeunes femmes, telles des kinnari,
Je pense à toi que j’ai quittée pour m’en venir au loin.

63La référence qui est faite ici à la tombée du jour pourrait ne pas nous sembler vraiment étonnante, même si elle se trouve au tout début du poème : rappelons en effet que, dans l’ordre des strophes tel qu’il nous est donné par Phraya Trang, l’auteur vient de passer par Chao Pluk, qui fut sous le règne du roi Naray l’étape où la cour s’arrête en route pour la villégiature royale d’Ayudhya. Cependant, cette même strophe fait état d’un toponyme, Bang Khamot, dont nous avons vu, en examinant l’itinéraire le plus plausible qui a pu être emprunté entre Ayudhya et Lopburi, que sa présence n’est guère logique. Nous nous voyons donc dans la nécessité de l’écarter, bien que la référence temporelle eût été, elle, de l’ordre de l’acceptable.

64La strophe 24 est également un problème : outre que l’on peut sans aucun doute l’écarter de l’enchaînement qui nous est donné par Phraya Trang, car elle n’a manifestement rien à voir avec l’ensemble des quatrains qui se rapporte à cette cérémonie d’invocation aux génies qui a commencé dès que l’auteur s’est dirigé depuis Lopburi vers Samokhon, son contenu ne nous semble rien avoir à voir avec un poème d’amour. La voici :

  • 93 Trang (1924 : 20).

/kâw bòt phɯ̂an jâ:k ní: tòk

chàʔnǎj

jɔ:m tòk ta:m kan paj

thûa tháw

doŋraŋ tháʔle: klaj

kla:ŋ pà:

kɔ̂: di:̂

hěn kɔ̂: sùt tɛ̀: kâw

bòt ní: nɛ:m nɔ:n/93

Ces neuf strophes, mon cher ami, où vont-elles s’égarer ?
Nous avons su tomber ensemble bien bas, à chaque pas,
Dans les monts, les océans lointains ou même au cœur des forêts…
Je vois que tout dépendra de ces neuf strophes et de nous deux !

  • 94 À titre d’exemple, rappelons que nous en avons recensé 17 dans la Lamentation de Siprat : voir Delo (...)
  • 95 Alors que nous écrivons ces lignes, nous tentons de nous rappeler le vocabulaire utilisé dans ce se (...)

65Outre le fait que, dans tous les poèmes de séparation qu’il nous a été donné d’étudier jusqu’à ce jour, nous n’avons jamais rencontré le nom/phɯ̂an/– ami(e) pour désigner la femme aimée94, nous ne voyons pas non plus ce à quoi ces « neuf strophes » peuvent bien faire référence, en tout cas dans le cadre restreint du texte sur lequel il nous est donné de travailler ; devant cette inadéquation de la strophe à l’ensemble du poème, nous considérons qu’il est souhaitable de l’écarter95.

66L’ensemble de l’analyse critique que nous venons de faire nous amène enfin à proposer une version du Poème de séparation du Prince Aphay quelque peu différente de celle qui est régulièrement publiée en Thaïlande depuis cette première édition des Œuvres des poètes anciens de Phraya Trang que nous possédons et que nous avons utilisée dans cet article. Pour la clarté de la lecture, les strophes sont rangées dans l’ordre que nous proposons, mais nous leur conservons leur numéro d’ordre dans le texte de base. Nous exclurons tout d’abord les strophes qui n’ont manifestement rien à voir avec le voyage d’Aydhya à Lopburi :

67Strophe 2

Voici que j’aperçois déjà l’île de Phra ;
Le bruissement des arbres m’attriste et je les en accuse.
Je les vois, ces arbres, mais c’est toi qui ne m’apparais pas…
Que les fièvres ne t’atteignent pas ! Moi, j’en brûle en pensant à toi…

68Strophe 4

Le soleil, qui poursuit sa course, est près de se coucher
Alors que j’arrive rapidement à Bang Khamot
Y entendant les chants bruyants des jeunes femmes, telles des kinnari
Je pense à toi que j’ai quittée pour m’en venir au loin.

69Strophe 5

Me voici parvenu à cette plaine aux environs de Bang Say :
Le chemin m’amène au plus loin de là où réside mon cœur.
Mon aimée, me voici au loin, séparé de toi, par mon kamma :
C’est une arme puissante qui nous éloigne et nous empêche d’être ensemble.

70Strophe 11

Me voici parvenu aux environs de l’île de Rian ;
Mon cœur est étourdi, le vertige me prend.
Le cycle de nos actes a tourné et le voici qui
Je devrai être séparé de mon aimé jusqu’à l’épuisement de mon kamma.

71Strophe 23

Ces neuf strophes, mon cher ami, où vont-elles s’égarer ?
Nous avons su tomber ensemble bien bas, à chaque pas,
Dans les monts, les océans lointains ou même au cœur des forêts…
Je vois que tout dépendra de ces neuf strophes et de nous deux !

72Il ne nous reste donc que le texte suivant, étant bien compris que, quoi qu’il en soit, nous n’avons travaillé que sur un matériau résiduel et que le poème original, dont de nombreuses strophes ont manifestement été perdues, devait être bien plus ample :

73[Strophes de louange ?]

74Strophe 1

Le neuvième (septième) jour de la lune montante, un peu avant le lever du soleil
Les soldats innombrables, en uniformes rutilants, sont alignés
Le grondement des gongs semble effrayer le son des flûtes
Je les passe tous en revue : il ne manque que ton visage, mon amour !

75Strophe 10

Le roulement des tambours couvre le son des conques 
Je ne les entends pas, j’attends d’entendre de tes nouvelles
Le gong qui résonne me fait espérer le son charmeur de ta voix,
Ce charme qui m’enserre et m’étreint, attristant mon humeur…

76Strophe 3

Je parviens à Chao Pluk, le cœur abattu :
Il fut restauré par Sa Majesté le Roi du Palais de Devant.
Nous avons, toi et moi, éveillé cet amour et je t’ai quittée…
Je t’ai quittée, je me sens solitaire et vide de tout sentiment.

77Strophe 8

Je vois les Trois arbres de l’Éveil dont deux sont morts ;
Un seul demeure vivant et il semble solitaire et désolé.
Mon cœur est semblable à cet arbre de l’Éveil, mon aimée,
Pourquoi t’avoir abandonnée, ma douce moitié, pour être comme cet arbre ?

78Strophe 9

Voici que je parviens dans le canton du village de Pho Daeng ;
Les courges n’y sont pas rouges mais mon cœur dolent saigne.
Saigne mon cœur d’ainsi être si éloigné,
Si loin de toi, mon aimé, se lamente mon âme.

79Strophe 7

Le dixième (huitième) jour de la lune croissante, l’aurore venue, je parviens
À Lopburi la délicieuse, que ce monarque autrefois édifia :
Elle était joyeuse et on n’en peut trouver de telle ;
Mon aimée, tu le sais bien qu’elle était jadis ainsi…

80Strophe 13

Je vois le palais de l’eau, en ruine, au bord du fleuve :
La capitale royale me semble et vide et mélancolique.
Est-ce un palais qui s’est ainsi changé en forêt ?
Je crains que ton cœur ne change aussi, j’ai peur que tu m’oublies…

81Strophe 6

Lopburi, c’est le monarque maître d’Ayudhya,
Naray, de la race de Vishnu, qui la fit édifier.
Je sanglote, je sanglote jusqu’au bout de mes forces,
La ville est abandonnée, tu l’es, je le suis et m’affale…

82Nous considérons que l’ordre que nous proposons pour ces trois dernières strophes est le plus logique ; le quatrain précisant la date de l’arrivée à Lopburi devrait être placé avant celui qui marque le débarquement et la découverte de l’état lamentable des bâtiments, ce qui amène le poète à en évoquer le fondateur, le roi Naray, et à poursuivre sa description des ruines qu’il découvre au fur et à mesure qu’il avance dans sa promenade. C’est la raison pour laquelle, dans notre remise en ordre des strophes, nous choisissons de placer ici celles qui évoquent la luxuriance de la végétation qui a pris possession du palais abandonné.

83Strophe 15

Des salacs, tristes, sont mêlés aux palmes épaisses des baquois,
Des carapa des Moluques aux mangais pleureurs.
J’ai quitté Ayudhya et me voici, le cœur solitaire :
Je ne vois aucun palais, mais des manguiers, des cocotiers et des aréquiers.

84Nous conservons la strophe 16 après la strophe 15, bien qu’elle ne décrive pas à proprement parler les ruines du palais du roi Naray. Cependant, comme elle parle du parfum des fleurs pour évoquer la femme aimée, et que le passage concernant le palais abandonné de Lopburi est le seul à sacrifier à la description de la nature dans le texte qui nous est parvenu, il nous semble qu’elle peut y avoir sa place. Il est vrai que la liaison sémantique entre cette strophe et celle qui la précède est bien ténue. Mais nous ne pouvons jamais écarter l’idée que des strophes ont sans doute disparu…

85Strophe 16

Ce jasmin que tu avais déposé près de ton oreiller
Continue de diffuser son parfum immortel que je respire.
Son odeur se répand comme si c’était celui de ton corps.
Eh ! Serais-tu là, près de moi, comme ce drongo royal qui, bien vite, s’enfuit…

86La strophe 14 est rangée dans l’ordre que nous proposons à cause de la référence au canal que l’on trouve dans son dernier vers et qui nous laisse à penser qu’il s’agit de sortir de l’enceinte de l’ancien palais pour poursuivre la promenade (strophe 12).

87Strophe 14

Je vois des sorbaires fibreux, des sheora, des hévéas, des acacias,
Sur lesquels s’enroulent des lianes, des amandiers des Indes,
Des karnikara, des alangia, des badaniers, des grands cycas
Et aussi des jalap et des pinanga pendant que je m’approche du canal.

88Strophe 12

Je marche à travers la plaine vers le village de Ban Samokhon,
Endurant la lourde souffrance que de toi je ressens.
Je ne dors pas dans un palais royal mais dans la forêt, au pied de la colline,
Cet abri sylvestre couvert de chaume m’attriste, je suis un oiseau sans nid…

  • 96 Ce type de cérémonie, toujours mis en pratique de nos jours, aussi bien par une entreprise qui lanc (...)

89Il semble qu’il manque ici, entre le quatrain 12 et celui qui suit, dans notre remise en ordre des strophes, un passage plus ou moins long, puisque nous voyons soudain le poète nous décrire la mise en place d’une cérémonie d’invocation aux génies locaux96 ; nous n’avons en tout cas aucun doute sur la place que nous lui attribuons, puisque la « montagne » de Tha Thong, évoquée à la strophe 19, se trouve dans le groupe des collines de Samokhon, auquel le poète est parvenu à pied comme le raconte cette strophe 12.

90Strophe 18

Des figurines tournées sont posées, belles et brillantes,
Des parasols à étages et des pavillons sont plantés bien droits.
Des fleurs font flotter dans la brise leur parfum qui se diffuse ;
Leur odeur est plus douce que celle des plantes de la forêt.

91Strophe 23

Une pleine jarre de grand alcool est disposée au milieu,
Un porc et des canards au bec jaune sont placés en bon ordre,
Agneaux et chevreaux sont harmonieusement mêlés à des poulets,
Des tortues, des serpents, des poissons, des grenouilles, des crevettes, des crabes et des coquillages.

92Strophe 19

Ô vous, génie de la montagne boisée de Tha Thong,
Génies des grottes, des ruisseaux, des forêts, des refuges,
Génies des rûs, des étangs, de quelque endroit par ici,
Venez vous rassasier de ce dont je vous fais offrande !

93Strophe 20

Divinités de la Nature, qui brillez au combat,
Esprits tutélaires qui prenez soin de ces lieux,
Puissances des airs, montrer pour moi quelque amitié !
Ô dieux de la terre, aidez-moi, que je revoie mon aimée !

94Les deux quatrains qui précèdent étant une invocation aux puissances naturelles qui règnent dans ces lieux plus ou moins sauvages qu’a parcourus le poète et auxquels il a fait des offrandes, il nous semble raisonnable de les faire suivre de l’invocation qu’il leur adresse alors.

95Strophe 17

Je vous en conjure, lorsque tout sera terminé, que ma radieuse aimée
Me soit enfin rendue et que je puisse à nouveau jouir d’elle,
Que mon plaisir et mon bonheur soir éternel en toutes circonstances !
Ô génies, faites que ceci, je vous en prie par ces offrandes, se réalise !

96Strophe 21

  • 97 Riz cuit enveloppé dans des feuilles de bananier et façonné en forme de cône élevé, orné de fleur e (...)

Je vous le demande, que je m’en retourne pour posséder mon cher amour !
Aussitôt, je m’empresserai de vous faire des monceaux de présents,
Des guirlandes d’argent et d’or et un baysi97 royal ;
Je les déposerai tous, sans exception, sur votre autel !

97Strophe 22

Devant cet autel, je vous le dis, ne soyez pas inquiets,
J’y verserai tout autour, pour vous, l’alcool d’une cruche,
Vous y déchirerez et mordrez la chair du poisson en même temps,
L’arrachant pour accompagner l’alcool, le sourcil écarquillé et l’œil mi-clos.

98Sans que nous puissions le faire avec certitude, nous choisissons de terminer ce nouvel agencement des quatrains recueillis par Phraya Trang par la strophe 25. Elle parle en effet de ce qui paraît devoir être interprété par le poète comme un présage, ou même une réponse, aux supplications qu’il vient d’adresser aux génies après leur avoir présenté des offrandes ; on peut d’ailleurs remarquer un certain rappel d’un élément qui décrit l’agencement de l’autel tel que nous l’avons rencontré dans la strophe 18 : il s’agit du parasol à étages.

99Strophe 25

Arrive alors un fait extraordinaire devant le devin :
Un corbeau ne vient-il pas faire son nid là, en plein air ?
Un parasol n’est pas un arbre ! Le corbeau y pond ;
C’est un signe de bon augure que m’envoient les génies.

  • 98 Notre travail pourrait par exemple être plus crédible si nous procédions à une comparaison critique (...)
  • 99 Nous pensons par exemple à un autre texte recueilli par Phraya Trang, Le poème de séparation du nov (...)
  • 100 Phisphumvidhien (2001). Nous avons proposé une analyse de ce texte dans Delouche (2012 : 153-173).

100Ce nouvel agencement auquel nous parvenons à la suite de notre analyse des strophes recueillies et transmises par Phraya Trang sous le titre traditionnel de Poème de séparation du prince Aphay nous amène à une conclusion partielle, mais qui n’a de valeur que dans le cadre nécessairement restreint du fragment que nous avons tenté de restituer98 : ce poème de séparation n’a pas pour destination finale l’ancienne capitale du roi Naray, Lopburi, mais un autre lieu, plus éloigné ; ce peut certes être les collines de Samokhon, mais rien n’est là pour nous prouver que le voyage ne s’est pas poursuivi plus avant. Cette hypothèse présente l’avantage d’expliquer, ce qui nous gênait quelque peu, le fait que le poème ne s’achève pas avec l’arrivée à Lopburi… Ceci étant, bien que nous soyons parvenus, avec plus ou moins de bonheur, au bout de ce que nous avons entrepris dans ce bref travail, l’étude que nous avons présentée ici n’est sans doute pas achevée. Il ne faut donc la considérer que comme un premier pas vers la nécessaire reprise de bien des textes littéraires siamois qui, nous étant parvenus de manière fragmentaire et étant de peu d’ampleur, peuvent être cités ici ou là mais ne sont que fort rarement jugés dignes d’un examen plus approfondi99 ; de ce point de vue, le champ de recherche qui s’ouvre encore devant nous est plus vaste qu’il n’y paraît, sans qu’il soit besoin d’espérer des découvertes telles que celle qu’avait faite au Département des manuscrits orientaux de la Bibliothèque nationale de France Preedee Phisphumvidhien en 1999, avec un texte intitulé Le Chemin français (manuscrit 317 du fonds siamois)100.

Top of page

Bibliography

Langues occidentales

CHAIMAN, Nipa, 1993, « Le Nirat de Londres et la relation du voyage à Londres », mémoire pour l’obtention de la maîtrise de siamois de l’INALCO, Paris.

CHOISY, François-Timoléon, Abbé de, 1687, Journal du voyage de Siam fait en 1685 & 1686, Paris : Sébastien Mabré-Cramoisy.

DELOUCHE, Gilles, 1982, « Contribution à une hypothèse de datation d’un poème thaï, le Kamsuan Siprat », thèse de doctorat de troisième cycle, université de la Sorbonne Nouvelle-Paris III, 2 tomes.

DELOUCHE, Gilles, 1986, « L’incorporation du royaume de Sukhoday au royaume d’Ayudhya par le roi Boromotraylokanat (1448-1488) : Le bouddhisme, instrument politique », Cahiers de l’Asie du Sud-Est (Inalco), 19 : 61-82.

DELOUCHE, Gilles, 1989, « Traduction de la version dite de Luang Prasœt des Annales d’Ayudhya », Cahiers de l’Asie du Sud-Est (Inalco), 25 : 117-146.

DELOUCHE, Gilles, 1998, « La datation du Lilit Phra Lo et l’Age d’or de la littérature classique siamoise », Aséanie, 2 : 57-71.

DELOUCHE, Gilles, 2003, Le Nirat, poème de séparation : étude d’un genre classique siamois, Paris-Louvain : Peeters.

DELOUCHE, Gilles, 2010, « Du Siam à Brest : les étonnements d’un diplomate siamois au xviie siècle », in Tropes du voyage, Les rencontres, Aboubakr Chraïbi, éd., Paris : l’Harmattan, p. 199-220.

DELOUCHE, Gilles, 2012, « Les Mille et une Nuits au Siam. “Le Lilit de la Nuit éveillée”, adapation en vers de “The Sleeper Awakened” par le roi Chulalongkorn (1868-1910) », Aséanie, 29 : 25-53.

DELOUCHE, Gilles, 2013, « Quelques remarques à propos d’un manuscrit siamois du xviie siècle : Le Chemin français », Aséanie, 30 : 153-173.

DESFARGES, Maréchal, 1691, Relation des Révolutions arrivées à Siam dans l’année 1688, Amsterdam : Pierre Brunel.

EADE, John Christopher, 1995, The Calendrical Systems of Mainland Southeast Asia, Leiden : Brill.

FELS, Jacqueline de, 1976, « Somdet Phra Chao Taksin Maharat, le roi de Thonburi », thèse pour l’obtention du grade de docteur de l’université de la Sorbonne Nouvelle-Paris III, 2 tomes.

GERINI, Gerolamo Emilio, 1892, A Retrospective View and Account of the Origin of the Thet Maha Ch’at, Bangkok : Bangkok Times Office.

JACQ-HELGOUACH’, Michel, 2004, Le Siam, Paris : Les Belles Lettres, coll. « Guide Belles-Lettres des Civilisations ».

LA LOUBÈRE, Simon de, 1691, Du Royaume de Siam, tome 1, Paris : Coignard.

LAFONT, Pierre-Bernard, 1971, « Génies, anges et démons en Asie du Sud-Est », in Génies, anges et Démons, Paris : Seuil, coll. « Sources Orientales », p. 345-382.

LE BARON, Christiane, 1992, « Le Nirat Muang Klaeng de Sunthon Phu », mémoire pour l’obtention du diplôme de maîtrise de l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales, Inalco, Paris.

NARIN, Thibet, 1970, Poème de séparation de Narin, in Introduction to Thai Literature, Robert B. Jones & Ruchira C. Mendiones, New York, Ithaca: Cornell University, p. 293-297.

REYNOLDS, Bruce E., 2004, « Phibun Songkhram and Thai Nationalism in the Fascist Era », Asian Studies, 3 : 99-134.

ROBERT-MARTIGNAN, Léopold, 1926, La monarchie absolue siamoise de 1350 à 1926, Cannes : Robaudy.

SCHWEISGUTH, Paul, 1950, « Les Nirat ou poèmes d’adieu dans la littérature siamoise », Journal of the Siam Society, 38, 1 : .

WILLS, John E., 2002, 1688 : A Global History, New-York : Norton & Company.

Siamois

CHULACHOMKLAO, Chao Yu Hua (Phra Bat Somdet), 1959, La nuit éveillée, Bangkok : Khurusapha.

พระบาทสมเด็จพระจุลจอมเกลเจาอยูหัว ๒๕๐๒ ลิลิตนิทราชาคริต คุรุสภา กรุงเทพฯ

DECHABUT, Saysakun, 2012, Jacqueries et révoltes messianiques : Histoire des luttes populaires contre le pouvoir d’Etat au Siam, Gipsy Group, Bangkok.

สายสกุล เดชาบุตร ๑๕๑๕ กบฏไพรหรือผีบุญ ประวัติศาสตรการตอสูของราษฎรกับอำนาจรัฐเหนือแผนดินสยาม; ยิปซีกรุปกรุงเทพฯ

DÉPARTEMENT DES BEAUX-ARTS, 1960, Biographie et Lamentation de Siprat, Bangkok : Silapa Bannakhan.

กรมศิลปากร ๒๕๐๓ ชีวิตและกำศราลศรีปราชญ ศิลปรรรณการ กรุงเทพฯ

กรมศิลปากร, ๒๕๐๙, เรื่องสถานที่แลวัดถุซึ่งสรางในรัชกาลที่ ใน ประชุมพงศษวดาร เลมที่ ๑๔ ศึกษาภัณฑพานิช กรุงเทพฯ

DÉPARTEMENT DES BEAUX-ARTS, 1966, A propos des lieux où, en province, Sa Majesté ordonna des constructions in Recueil des Chroniques royales, tome 14, Bangkok : Sœksaphan Phanit.

กรมศิลปากร, ๒๕๐๙, เรื่องสถานที่แลวัดถุซึ่งสรางในรัชกาลที่ ใน ประชุมพงศษวดาร เลมที่ ๑๔ ศึกษาภัณฑพานิช กรุงเทพฯ

DÉPARTEMENT DES BEAUX-ARTS, 1970a, Œuvres littéraires de Phraya Trang, Bangkok : Bannakhan.

กรมศิลปากร ๒๕๑๓ วรรณกรรมพระยาตรัง บรรณาคาร กรุงเทพฯ

DÉPARTEMENT DES BEAUX-ARTS, 1970b, Poème de la défaite des Thaïs du nord, Bangkok : Sinlapa Bannakhan.

กรมศิลปากร ๒๕๑๓ ลิลิถยวนพาย ศิลปบรรณาคาร กรุงเทพฯ

DÉPARTEMENT DES BEAUX-ARTS, 1972, Témoignages du prince à la recherche d’un monastère, Témoignages des habitants de l’ancienne capitale et Version dite de Luang Prasœt des Annales d’Ayudhya, Khlang Witthaya, Bangkok

กรมศิลปากร ๒๕๑๕ คำใหการขุนหลวงหาวัด คำใหการชาวกรุงเกา พระราชพงศาวการกรุงศริยุธยาฉบับหลวงประเสริฐ คลังวิทยา กรุงเทพฯ

DÉPARTEMENT DES BEAUX-ARTS, 1977, Poème du prince Lo, Bangkok : Khurusapha.

กรมศิลปากร ๒๕๒๐ ลิลิตพระลอ คุรุสภา กรุงเทพฯ

HORATHIBODI, Phra, 1969, Le joyau étincelant, Bangkok : Rœang Watthana.

พระโหราธิบดิ ๒๕๑๒ จินดามณี เรืองวัฒนา กรุงเทพฯ

KRASAESIN, Chanthit, 1969, Le poème des douze mois, in Conférence extraordinaire sur la littérature siamoise, Bangkok : Sirimit, p.1-55.

ฉันทิตย กระแสสินธุ ๑๕๑๒ ทวาทศมาสโคลงดั้น ใน ประชุมวรรณคดีไทยภาคพิเศส สิริมิตร กรุงเทพฯ

MAKCHAENG, Suphaphon, 1992, L’écriture poétique siamoise, Tome 1, Bangkok : Odeon Store.

สุภาพร มากแจง ๒๕๓๕ กวีนิพนธไทย ๑. โอเดียนสโตร กรุงเทพฯ

MAHANUPHAP, Phraya, 1989, Le poème de séparation de Canton, in Littérature de l’époque de Thonburi, Bangkok : Département des Beaux-Arts.

พระยามหานุภาพ ๒๕๓๒ นิราศกวาวตุง ใน วรรณกรรมสมัยธนบุรี กรมศิลปากร กรุงเทพฯ

MINISTÈRE DE LA CULTURE, 1999, Pour mieux connaître le pays : Lopburi, Bangkok : Editions documentaires.

กรมทรวงวัฒนธรรม ๒๕๔๑ ลพบุรี กรุงเทพฯ

NA NAKHON, Prasœt, 1973, Le poème de séparation du pèlerinage à Harinphunchay, Bangkok : Phra Chan.

ประเสริฐ ณ นคร ๒๕๑๖ โคลงนิราศหริภุญชัย พระจันทร กรุงเทพฯ

NARAY (S. M. le roi), 1974, Phali enseigne à ses cadets, in Histoire de la littérature thaïe pour les étudiants, Na Nakhon Ploeang, Bangkok : Thai Watthana Phanit.

NARIN, Thibet, 1970, Poème de séparation de Narin, in Introduction to Thai Literature, Robert B. Jones & Ruchira C. Mendiones, New York, Ithaca: Cornell University, p. 293-297.

ประเสริฐ ณ นคร ๒๕๑๖ โคลงนิราศหริภุญชัย พระจันทร กรุงเทพฯ

NAY MI, 2010, Le poème de séparation des mois, Bangkok : Wisdom.

นาย มี ๒๕๕๓ นิราศเดือน วิสดัม กรุงเทพฯ

PHAN CHANTHANUMAT, Chœm, 1974, Annales royales d’Ayudhya dans la version dite de Phan Chanthanumat (Chœm), in Chroniques royales d’Ayudhya dans les versions dites de Phan Chathanumat (Chœm) et de Phra Chakkraphattiphong (Chak), Bangkok : Khlang Witthaya.

พันจันทนุมาศ (เจิม) ๒๕๑๗ พระราชพงศาวการกรุงศริยุธยาฉบับพันจันทนุมาศ (เจิม) ใน พระราชพงศาวการกรุงศริยุธยาฉบับพันจันทนุมาศ (เจิม) และพระราชพงศาวการกรุงศริยุธยาฉบับพระจักรพรรดิพงศ (ฉาก) คลังวิทยา กรุงเทพฯ

PHISPHUMVIDHI, Preedee, 2001, Retour sur les traces de Kosa Pan : Le chemin français, premier Nirat siamois d’un voyage à l’étranger, Bangkok : Département de Littérature et des Beaux-Arts, Bibliothèque nationale.

ปรีดี พิศภูมิวิถี ๒๕๕๔ รอยทางโกษาปานใน « ตนทางฝรั่งเศส » นิราศวยามตางแดนเลมแรก กรมศิลปากร กองวรรณคดีและแระสัติศาสตร กรุงเทพฯ

PRICHAPANNYAKUN, Sorati, 2011, Quel village ? Bang Kapi…, in Centenaire du quartier de Bang Kapi, Bangkok : Services administratifs de Bang Kapi.

สรตี ปรีชาปญญากุล ๒๕๕๔ หมูบานอะไร ? บางหะป… ใน ๑๐๐ ปเขตบางกะป ยอนรอยตำนาน ๑๐๐ ปเขตบางกะป สำลนักงานเขตบางกะป กรุงเทพฯ

PRIYATHAMMATHADA, Phae Talalak (Phraya), 1959, Le Dit de Siprat in Recueil de la littérature siamoise, première partie, in La lamentation de Siprat et le Poème de séparation de Narin, Pho Na Pramuanmak, Bangkok : Thay Watthana Phanit.

พระยาปริยัติธรรมธาดา (แพ ตาละลักษมณ) ๒๕๐๒ ตำนานศรีปราชญ ใน พ. ณ ประมวญมารภ ประชุมวรรณคดีไทยภาค ๑ กำศรวลศรีปราชญ นิราศนรินทร ไทยวัฒนพานิช กรุงเทพฯ

RACHOTHAY, Mom, 1996, Poème de séparation du voyage à Londres et Journal de voyage de Mom Rachothay à Londres, ministère de l’Éducation nationale, direction de la Recherche, Bangkok : département de la langue siamoise.

หมอมราโชทัย ๒๕๓๙ นิราศลอนดอน และ จดหมายเหตุหมอมราโชทัยไปลอนดอน กระทรวงศึกษาธืการ กรมวิจัย กองภาษาไทย กรุงเทพฯ

RACHANUPHAP, Prince Damrong, 1970a, Vie et œuvres de Sunthon Phu, Bangkok : Khlang Witthaya.

กรมพระยาดำรงราชานุภาพ ๒๕๑๓ ชืวิตและงานของสุนทรภู คลังวิทยา กรุงเทพฯ

RACHANUPHAP, Prince Damrong, 1970b, Préface, in Œuvres littéraires de Phraya Trang, Département des Beaux-Arts, Bangkok : Bannakhan.

RACHANUPHAP, Prince Damrong, 1973, Chroniques royales dites de la main du Roi, Bangkok : Khlang Witthaya, 2 tomes.

๒๕๑๖ พระราชพงศาวดารฉบับพระราชหัตถเลขา คลังวิทยา กรุงเทพฯ ๒ เลม

SINLAPASAN, Upakit (Phraya), 1939, Système de la langue siamoise, Bangkok : Thay Watthana Phanit.

พระยาอุปกิจ ศิลปสาร ๑๔๘๒ หลักภาษาไทย ไทยวัฒนพานิช กรุงเทพฯ

SIWORAPHOT, Buntœan & Prasit SAENGTHAP, 1989, Un héritage siamois : les cahiers de papier, Bangkok : Moradok Thay.

บุญเตือน ศรีวรพจน และ ประสิทธิ์ แสงทับ ๒๕๓๒ มรดกไทย-สมุดข่อย มรดกไทย กรุงเทพฯ

SUKARANAN, Chusak, 2002, « La lamentation du monarque ou Poème de séparation de Sidâ, œuvre littéraire méconnue », Journal de l’Université de Mahasarakham, 21, 1 : 101-116.

ชูศักดิ์ ศุกรนันทน ๒๕๕๕ ราชาพอลาปหรือนิราศษีดา วรรณคดีที่ถูกลืม ใน วารสารมหาวิทยาลัยมหาสารคาม เลม ๒๑ ฉบับ ๑

THAMMATHIBET (Prince), 1960, Poème du voyage royal à la rivière de la tristesse, in Biographie et œuvres poétiques, Bangkok : Silapa Bannakhan.

เจาฟาธรรมธิเบศร ๒๐๐๓ กาพยหอโคลงประพาสธารโศก ใน พระประวัติลพระนิพนธรอยกรอง ศิลปบรรณาคาร กรุงเทพฯ

TRANG (Phraya), 1924, Œuvres des poètes anciens, Bangkok : Sophon Phiphatthanakon.

ภระยาตรัง ๒๔๖๗ โคลงกวีโบราณ โสภณพิพรรฒนากร กรุงเทพฯ

WANLIPHODOM, Manit, 1959, En suivant le voilier « Le Gaur d’or », in, Lamentation de Siprat-Poème de séparation de Narin, Pho Na Pramuanmak, éd., Bangkok : Thay Watthana Phanit.

มานิต วัลลิโภดม ๒๕๐๒ ตามเรือใบขทิงทอง ใน พ. ณ ประมวญมารภ ประชุมวรรณคดีไทยภาค กำศรวลศรีปราชญ นิราศนรินทร ไทยวัฒนพานิช กรุงเทพฯ

Top of page

Annex

Tableau des correspondances entre l’ordre du texte de Phraya Trang et la restitution proposée

Ordre dans Phraya Trang

Ordre proposé

Remarques

Strophe 1

1

Départ d’Ayudhya

Strophe 2

X

Supprimée

Strophe 3

3

Chao Pluk

Strophe 4

X

Supprimée

Strophe 5

X

Supprimée

Strophe 6

8

Lopburi – les ruines

Strophe 7

6

Arrivée à Lopburi

Strophe 8

4

Trois arbres de l’Eveil

Strophe 9

5

?

Strophe 10

2

Départ d’Ayudhya (suite)

Strophe 11

X

Supprimée

Strophe 12

12

Départ vers Samokhon

Strophe 13

7

« Palais de l’eau » débarquement

Strophe 14

11

Lopburi – Les ruines

Strophe 15

9

Lopburi – Les ruines

Strophe 16

10

Lopburi – Les ruines

Strophe 17

17

Supplication aux génies

Strophe 18

13

Préparation des offrandes

Strophe 19

15

Invocation des génies

Strophe 20

16

Invocation des génies

Strophe 21

19

Promesse aux génies

Strophe 22

18

Promesse aux génies

Strophe 23

14

Préparation des offrandes

Strophe 24

X

Supprimée

Strophe 25

20

Le présage

Top of page

Endnote

1 Sur les supports papier de l’écrit dans le Siam ancien, voir Siworaphot & Saengthap (1989).

2 Sur l’incendie d’Ayudhya en 1767 et ses conséquences sur la culture siamoise, voir Fels (1976 : 269-292).

3 La reconstitution de ce patrimoine littéraire se poursuit encore de nos jours, ceci de deux façons. La première consiste à restituer, à partir des versions différentes de la même œuvre et en utilisant les règles de la versification, l’histoire, la géographie, un texte plus fiable ; voir Delouche (1982). La seconde est plus le fruit du hasard, comme l’a montré en 1999 la découverte par un étudiant thaïlandais, Preedee Phisphumvidhi, d’un poème inconnu en Thaïlande à la Bibliothèque Nationale de France ; voir Phisphumvidhi (2001).

4 On ne sait paradoxalement pas grand-chose de la biographie de cet auteur, pourtant personnage d’une certaine importance du début de la période de Bangkok. Il semble qu’il soit né à Nakhon Sri Thammarat avant la chute d’Ayudhya et qu’il soit mort à Bangkok sous le règne de Rama III (1824-1851). Il n’est connu que par son titre administratif, qui nous montre qu’il a été gouverneur de la ville de Trang, sur la côte siamoise de la mer des Andaman (il est néanmoins remarquable qu’il nous est permis de savoir qu’il avait quatre épouses dont les noms nous ont été transmis…). Voir Rachanuphap (1970b : I-II).

5 Le texte a été composé à l’initiative du roi Boromotraylokanat (1448-1488) ; sur son importance religieuse, voir Delouche (1986).

6 Phraya Trang a, pour cela, composé deux strophes supplémentaires afin de relier les deux blocs qui formaient un enchaînement parfait dans les textes qui avaent pu être sauvés de la destruction ; ces strophes riment entre elles et la première rimant avec celle qui la précède, la seconde avec celle qui la suit, l’unité est alors rétablie. Dans les éditions du Poème de la défaite des Thaïs du nord, elles sont précédées de la mention : « On dit que les deux strophes qui suivent ont été composées par Phraya Trang. » (Département des Beaux-Arts 1970 : 39.)

7 Nous définissons le « Nirat spatial » comme un poème d’amour exprimant la douleur de la séparation d’avec la femme aimée à l’occasion d’un voyage, le plus souvent de la capitale vers un lieu de combat ou un lieu de pèlerinage. Voi Delouche (2003 : 37-68).

8 Le « Nirat temporel » exprime la douleur de la séparation tout au long de l’écoulement d’une année, en rapportant les événements qui se succèdent à la femme laissée derrière soi ; voir Delouche (2003 : 69-90).

9 Dans le « Nirat littéraire », l’auteur décrit les affres d’un héros de la littérature après qu’il ait été éloigné de l’héroïne ; voir Delouche (2003 : 91-110).

10 Département des Beaux-Arts (1960 : 29).

11 Trang (1924 : 16).

12 Le prince Thammathibet (1705-1746) était le fils aîné du roi Boromakot. Très grand poète, habile au gouvernement comme à la guerre, il avait été nommé par son père roi du Palais de Devant et était donc destiné à monter un jour sur le trône d’Ayudhya. Il entretint une liaison coupable avec une des concubines de son père et découvert, il fut condamné, selon Le Code des gardiens du Palais, à la peine de 230 coups de bâton de santal ; il expira avant le dernier.

13 Ces deux strophes sont l’exemple d’une structure poétique inventée à la fin du xviie siècle : elle regroupe un distique (Kap, forme d’origine pâlîe mais où l’opposition syllabes brèves/syllabes longues ne joue aucun rôle et à laquelle on a ajouté un système de rimes) et un quatrain (, forme importée du Lan Na Thaï dot l’originalité est de porter des accents tonals obligatoires) ; le quatrain est en quelque sorte la glose du distique, chacun de ses vers développant chaque hémistiche correspondant dans le distique.

14 Thammathibet (1960 : 101).

15 Ce poème a été composé par Phraya Mahanuphap à l’occasion du voyage qu’il fit en Chine à la tête d’une ambassade envoyée par le roi Taksin (1767-1782), restaurateur de l’unité et de l’indépendance siamoises après la prise d’Ayudhya, lequel était désireux de renouer des relations ancestrales avec l’Empire du Milieu et, par la même occasion, de se faire reconnaître comme monarque légitime du Siam. Voir Mahanuphap (1989 : 365-383).

16 Une très intéressante étude ainsi qu’une brillante traduction de ce poème de séparation ont été données par Christiane Le Baron (1992).

17 Voir Nay Mi (2010).

18 D’autres auteurs ont donné leur définition ; c’est le cas de Paul Schweisguth (1950 : 67-68).

19 Trang (1924 : 17).

20 Nous nous trouvons ici devant un jeu de mots basé sur le double sens de /ráʔkam/ : substantif, il désigne l’arbre que nous traduisons par « salac » tandis qu’en tant que verbe d’état, il exprime un sentiment de tristesse et de solitude.

21 Trang (1924 : 15).

22 Comme cela pourra être noté en comparant notre traduction à la transcription phonétique de la version siamoise de ce toponyme, nous identifions sans hésiter ce /nópbùʔri:/ à la ville de Lopburi. Si nous suivons cette lecture traditionnelle, ce n’est pas sans raison. La seule ville qui pourrait correspondre à cette graphie est Chiang May, l’ancienne capitale du royaume du Lan Na Thay, dont le nom officiel est : /nópbùʔri: náʔkhɔ:n phiŋ chiɛŋ màj/ ; mais cette destination (où se trouve le palais du roi Naray, comme précisé clairement dans notre texte) n’est rien moins qu’impossible.

23 Nous pourrions bien entendu donner d’autres exemples de ces évocations de la bien-aimée inspirées par les paysages ou par les toponymes. Cependant, le présent travail n’ayant pas pour objet de proposer une analyse critique de l’art mis en œuvre par le poète dans son ouvrage mais bien de tenter une reconstitution de l’ordre des strophes, nous nous contenterons de ce seul exemple.

24 Trang (1924 : 16).

25 On se souviendra que prénoms et patronymes officiels ont été introduits au Siam il y a seulement un peu plus d’un siècle. Auparavant, les Siamois portaient des noms monosyllabiques, qui subsistent de nos jours sous la forme de surnoms et sont d’ailleurs universellement employés. Princes et nobles portaient le titre de leur fonction, administrative ou militaire, et ils en changeaient en même temps qu’ils avançaient dans la hiérarchie. On conçoit, dans ces conditions, la difficulté qui se rencontre pour identifier une personne et la situer dans une chronologie historique. Nous avons bien entendu exclu de nos analyses tous les titres de noblesse comportant le mot « Aphay » (ils sont relativement nombreux) et nous sommes cantonnés à ceux qui sont précédés du titre /câw fá:/, que nous traduisons par « prince » et qui, en siamois, désigne un fils ou une fille de monarque : c’est en effet celui que Phraya Trang utilise dans les Œuvres des poètes anciens.

26 Il convient cependant de se méfier de ces différentes versions qui donnent souvent des chronologies fantaisistes et dont l’objectivité n’est que rarement prouvée : elles étaient en effet composées par le Département des Astrologues royaux et leur but était seulement de prouver que le roi régnant était justement digne de régner, parce que ses hauts mérites l’avaient destiné au trône ; sur ce point, voir Delouche (1989 : 117-146). Les Siamois de la fin de la période d’Ayudhya eux-mêmes n’avaient qu’une confiance limitée dans ces textes pseudo-historiques, comme nous le montrent les rapports des interrogatoires des prisonniers siamois de haut rang déportés en Birmanie après 1767 ; voir Département des Beaux-Arts (1972 : 73).

27 Selon certaines sources, il aurait été exécuté le 9 juillet 1688 ; voir Wills (2002 : 92). C’est également ce qu’affirme le maréchal Desfarges, commandant des troupes françaises au Siam à l’époque de ces événements, voir Desfarges (1691 : 44).

28 Rappelons que sur les trente-six rois qui se sont succédé de 1350 à 1767, onze ont péri de mort violente, que ce soit par empoisonnement, assassinat ou exécution ; encore ne comptons-nous pas ici le roi Naray lui-même, dont il est difficile encore de nos jours de savoir s’il est mort de maladie ou bien s’il a été empoisonné…

29 C’est ce même titre que portait le prince Thammathibet lorsqu’il fut, comme nous l’avons vu précédemment, exécuté pour avoir commis l’adultère avec une des concubines de son père.

30 Il est à remarquer que certains des héritiers potentiels du trône de la dynastie de Suan Phlu Luang, fondée par Phra Phetracha avec d’ailleurs l’appui de la communauté des moines bouddhistes siamois, ont eu tendance à préférer la quiétude des monastères aux soucis des affaires publiques ; c’est ici le cas du prince Narenthon, mais ce sera aussi celui du prince Uthumphon qui, héritant du roi Boromakot alors qu’il était moine, ne put rester sur le trône qu’à peine une année, au bout de laquelle il retourna vers son monastère… Cet état de fait n’est pas sans rappeler l’attitude des derniers rois indépendants de Sukhoday qui préféraient s’adonner à l’étude des Écritures qu’à la défense d’un royaume en pleine décadence politique et militaire. Une étude comparative sur ces choix somme toute semblables pourraient éclairer la fin des deux royaumes siamois.

31 On notera que, contrairement à la plupart des auteurs thaïlandais qui tiennent pour acquis que l’auteur du Poème de séparation du prince Aphay est bien ce fils de Phra Chao Thay Sa, nous considérons que l’attribution de ce poème, si elle est particulièrement plausible pour toutes les raisons que nous avons évoquées précédemment, n’en demeure pas moins du domaine de l’hypothèse.

32 La traduction littérale de ce toponyme, /câw plùk/, serait « le prince s’y éveille, le prince l’a éveillée ».

33 Dans cette strophe, le poète joue sur le double sens du verbe /plùk/ qui peut aussi bien vouloir dire « édifier, restaurerr » (c’est le sens du toponyme évoqué) que « éveiller » (c’est celui-ci qu’il utilise au troisième vers).

34 Ce renseignement est dû à madame Phitsamay Thonphaybun, direction provinciale des Beaux-Arts, province d’Ayudhya.

35 Nous avons précédemment évoqué le manuscrit du Chemin français, découvert à Paris par Preedee Phisphumvidhi : il nous a inspiré deux études dont la seconde parvient à la conclusion que ce texte, pour intéressant qu’il soit, ne présente qu’une valeur littéraire toute relative… Voir Delouche (2010 et 2013).

36 Cette œuvre est aujourd’hui datée avec certitude de 1517 ; voir Na Nakhon (1973).

37 Nous considérons qu’il s’agit là d’une originalité en ce sens que la versification siamoise, comme celle de toutes les poésies du monde, est faite pour l’oreille et non pour l’œil ; or, un même accent écrit définit des tons différents selon la classe de la consonne à laquelle il est affecté.

38 Cette liste est donnée dans Sinlapasan (1939 : 381-382).

39 Nous utiliserons les symboles suivants : O = syllabe normale, O1 = syllabe avec accent 1 obligatoire, O2 = syllabe avec accent 2 obligatoire, (O O) = syllabes supplémentaires facultatives, les lettres majuscules (A, B, etc.) représentent les rimes vocaliques obligatoires, les lettres minuscules (a, b, etc.) représentent des rimes vocaliques supplémentaires et les symboles en gras (O, A, etc.) représentent les rimes consonantiques supplémentaires.

40 Ce texte, composé sous le règne du roi Naray par le chef du département des Astrologues, Phra Horathibodi (là encore, il s’agit du titre attaché à la fonction et nous ignorons son vrai nom), est le plus ancien traité de versification connu à ce jour.

41 Horathibodi (1969 : 49).

42 L’évolution du Khlong Quatre Suphap dans le sens d’une complication grandissante se poursuivra d’ailleurs avec les plus grands poètes de l’époque de Bangkok, comme le prince Paramanuchit Chinorot, Sunthon Phu ou bien encore le roi Rama VI.

43 Ce poème se rapporte à un des épisodes préliminaires de la version siamoise du Râmayâna au moment où Phali, le roi des Singes, que les Dieux ont condamné à mourir de la flèche magique qu’ils ont confiée à Rama, fait ses adieux à son fils et à son frère : avant de quitter ce monde, il leur prodigue ses conseils sur la manière de se comporter face à ce monarque, qu'ils vont désormais servir : c’est un moyen pour le roi de rappeler à ses serviteurs quelle est la manière juste de travailler pour lui... Cette œuvre est, selon nous, une des preuves du rôle politique que joue au Siam le Râmayâna : il sert à propager l'idéologie monarchique que les Siamois ont empruntée aux Khmers. Sur la conception de la monarchie au Siam avant la révolution de 1932, voir Robert-Martignan (1926).

44 Naray (1974 : 114). Nous soulignons ici, par l’emploi de l'italique, les rimes imposées par la règle et les rimes vocaliques introduites dans les premiers groupes de chacun des vers.

45 Seules nous sont parvenues deux des œuvres de ces princesses, destinées au « théâtre de l’intérieur » : une définition de ce genre dramatique est donnée dans Inthano (2013 : 336). Elles ont par ailleurs le mérite d’avoir introduit dans la littérature siamoise le thème javanais d’Inao, voué à une longue postérité ; sur ce point, voir Delouche (1990).

46 Pour la facilité de nos lecteurs qui ne liraient pas l’alphabet siamois, nous noterons, dans notre transcription phonétique, les syllabes portant un accent 1 en gras et celles portant un accent 2 seront soulignées.

47 Trang (1924 : 16).

48 Sur ce point, voir Makchaeng (1992 : 6-7).

49 Si la métrique siamoise permet certaines licences poétiques, que les différents traités détaillent d’ailleurs à l’envie, le déplacement de l’accent 1 obligatoire dans le premier hémistiche du quatrième vers du quatrain n’en fait pas partie.

50 Le prince Paramanuchit Chinorot, qui vécut de 1790 à 1853, toute sa vie, au temple du Bouddha couché de Bangkok. On lui doit de nombreux ouvrages littéraires dans lesquels il s'est attaché à maintenir et même à développer les formes et les règles traditionnelles. Une de ses œuvres les plus appréciées est un texte épique, Le poème de la défaite des Môns, consacré aux guerres menées par le roi Naresuan pour restaurer l’indépendance du Siam, après la première prise d’Ayudhya par les armées birmanes, qui réduisit pour un temps le Siam à n’être qu’un état tributaire (1569). Grand érudit, il fut aussi, dit-on, très attaché à la discipline bouddhiste, et un véritable ascète.

51 Sur cette œuvre, voir Delouche (2012 : 25-53).

52 Chulachomklao Chao Yu Hua (1959 : 173). Dans cette transcription, nous utilisons les couleurs pour mettre en évidence les rimes obligatoires à l’intérieur de la strophe et les caractères gras pour marquer la liaison strophique.

53 L’étude des enchaînements possibles de strophe à strophe est un des moyens que nous avions mis en œuvre pour tenter de réorganiser le matériau brut que représentaient les six versions différentes de la Lamentation de Siprat conservées à la Bibliothèque nationale de Thaïlande : la forme utilisée, le Khlong Quatre Dan, le permettait puise chaque strophe est alors reliée par deux paires de rimes à celle qui la précède et à celle qui la suit. Voir Delouche (1982 : 226-261).

54 La nécessité de se déplacer en bateau explique les grands travaux d’aménagement que nous pouvons voir ordonner tout au long de l’histoire siamoise pour faciliter et raccourcir les voyages, qu’il s’agisse de couper des méandres ou bien de creuser des canaux ; voir par exemple, pour l’aménagement du Ménam Chao Phraya entre Ayudhya et l’embouchure sur le Golfe de Siam, Delouche (1982 : 131-159).

55 Le chemin français, que nous avons déjà évoqué, s’arrête ainsi lorsque les ambassadeurs du roi de Siam, parvenus à Brest, pénètrent dans la chambre qui leur est réservée. Voir Delouche (2010 : 119). Un autre élément entrant dans certains de ces toponymes, /ba:ŋ/, appuie l’idée d’un voyage par le fleuve ; il désigne en effet un village situé sur la berge d’une rivière ou d’un canal ; une analyse des étymologies possibles du mot a été présentée par Prichapannyakun (2011 : 44-45).

56 Nous avons d’ailleurs utilisé cette adjonction postérieure, dont les quatrains présentent une forme typique de la versification classique ancienne, dans notre argumentation destinée à tenter de dater dans sa version siamoise. Voir Delouche (1998 : 66-67).

57 Département des Beaux-Arts (1977 : 1).

58 Département des Beaux-Arts (1960 : 23).

59 Cette tradition semble avoir été très forte puisque Le Dit de Siprat, biographie légendaire de l’auteur tout aussi légendaire de La lamentation de Siprat, y attache une particulière importance. Il nous raconte que ce Siprat, lorsqu’il composa L’histoire du prince Anirut pour le théâtre d’ombre, ne le fit pas précéder de telles strophes, ce qui lui acquit un mauvais kamma, expliquant ainsi la fatalité de sa destinée, qui l’amena à mal se conduire alors qu’il se trouvait, sur ordre du roi, en exil à Nakhon Si Thammarat : il eut une affaire amoureuse avec une concubine du gouverneur de la ville, qui le condamna à être décapité… Voir Priyathammathada (1959 : 197 et suivantes).

60 Trang (1924 : 14).

61 Nous sommes évidemment ici dans le calendrier luno-solaire, qui fut en application au Siam jusqu’à la fin du xixe siècle (1888).Une analyse détaillée de ce système a été donnée par John Christopher Eade (1995 : 22 et suivantes). Il est étonnant que le mois ne soit pas donné : cela nous incite à penser que ce premier quatrain, indépendamment des strophes de louanges dont nous venons de nous préoccuper, devrait être précédé d’un autre qui préciserait au cours de quel mois lunaire (et de quelle année de la petite ére siamoise ?) ce voyage a pu être effectué.

62 On remarquera l’apparat militaire qui accompagne le départ de l’auteur depuis Ayudhya ; c’est sans doute une confirmation du rang social très important qu’occupe notre auteur dans la société de la capitale.

63 Pour les strophes que nous avons déjà citées et afin de ne pas alourdir notre texte, nous ne redonnerons pas la transcription phonétique ni la référence dans l’ouvrage de Phraya Trang.

64 Trang (1924 : 14).

65 Rachanuphap (1970 : 203).

66 Cette traduction peut sembler plutôt absconse (elle l’est…) mais Sunthon Phu met ici en pratique un des jeux préférés des auteurs de poèmes de séparation : le mot /phráʔ/ dans le toponyme peut aussi bien désigner un moine bouddhiste qu’un dieu, une divinité ou un génie.

67 Trang (1924 :15).

68 Les kinnari sont des êtres légendaires, mi-femmes mi-oiseaux, vivant dans la forêt de l’Himavant et qui appartiennent à la mythologie indienne. Réputées pour leur beauté et l’harmonie de leurs chants, elles jouent souvent un rôle dans les jâtaka apocryphes siamois où, surprises alors qu’elles se baignent nues dans les étangs, elles épousent le Bodhisatta, dont elles partageront les épreuves. On les rencontre dans bon nombre d’œuvres dramatiques inspirées de leurs aventures romanesques.

69 Rachanuphap (1970a : 126).

70 Le mot ไศล/sàʔlǎj/ désigne une montagne pelée ; il nous semble – sous toutes réserves – que nous sommes ici en présence d’une faute de copistes qui a été conservée telle quelle dans l’édition sur laquelle nous travaillons. Nous pensons pouvoir avancer deux arguments dans ce sens. Le premier est tout simplement d’ordre sémantique car nous ne voyons pas comment comprendre la présence de ce mot dans une strophe décrivant la plaine du bas bassin du Ménam Chao Phraya où il n’existe aucun mont, aucune colline, qui plus est de pierres nues ; sa fonction nominale ne permet d’ailleurs pas de donner sens au vers. En outre, ce mot, effectivement prononcé de nos jours /sàʔlǎj/ devrait l’être /sǎjláʔ/ mais alors la rime obligatoire en /aj/ disparaîtrait. Nous proposons donc de lire ce mot comme étant ไกล /klaj/, « être éloigné de », ce qui fait sens et permet de conserver la rime.

71 Trang (1924 : 15).

72 Rachanuphap (1970a : 118).

73 La douane fluviale, où les bateaux remontant ou descendant le Ménam Chao Phraya devaient acquitter la taxe d’octroi, est une institution remontant à l’époque d’Ayudhya ; s’y trouvait également une chaîne permettant de barrer le fleuve afin d’empêcher d’éventuels ennemis de s’approcher de la capitale. Elle était alors installée sur la rive gauche du fleuve, à hauteur de l’actuel monastère de Prot Sat. On y trouve une allusion dans La lamentation de Siprat :

/cà:k ma: lam hôn lɔ̂:ŋ lúʔ khàʔnɔ̌:n

khàʔnɔ̌:n bɔ́: thɯ̌: lɤ:j láʔ phî: khlɛ́:w

cà:k ma: kamcɔ:n can càʔruŋ klìn

càʔruŋ klìn kɛ̂:m nɔ́:ŋ kɛ̂:w pàj wa:j/

Je t'ai quittée et voilà que le bateau dépasse l'octroi.

Les gens de la douane nous laissent passer.

Je t'ai quittée, et les santals répandent leur parfum captivant,

Le parfum captivant de tes joues, mon aimée, qui ne se dissipe pas. (Département des Beaux-Arts, 1960 : 30.)

74 Comme le village des trois arbres de l’Éveil, Sikuk est un lieu important dans l’histoire siamoise : c’est en effet dans ces lieux que les armées birmanes, lors du siège d’Ayudhya de 1767, installèrent deux de leurs camps les plus importants ; il était destiné, entre autres, à empêcher l’arrivée de renfort par l’aval du fleuve. Voir Rachanuphap (1977 : 365-367).

75 Il semble d’ailleurs que cette position ait été très solide et qu’après la prise de la capitale, les armées birmanes y soient demeurées, jusqu’à ce qu’elles en soient délogées par le futur roi Taksin, dès la fin de l’année 1767 . Voir Rachanuphap (1977 : 420-428).

76 Trang (1924 : 16).

77 Département des Beaux-Arts (1960 : 29).

78 L’île Khom est, de nos jours, rattachée à la rive droite du Ménam Chao Phraya dont elle n’était autrefois séparée que par un étroit bras d’eau qui s’est, depuis, envasé. Après s’être appelée Bang Khom, elle porte aujourd’hui le nom de Ban Wat Yom ; voir Wanliphodom (1959 : 296).

79 Rachanuphap (1970a : 204).

80 Trang (1924 : 17).

81 C’est en analysant ce poème et en tentant de faire des rapprochements avec d’autres œuvres que nous nous prenons conscience du fait que, dans notre ouvrage consacré à l’étude du genre du poème de séparation (Delouche 2003), nous n’avons pas pris en compte la possibilité de rencontrer des relations de voyage qui ne rapportent pas uniquement un périple en bateau, mais pouvant se dérouler sur terre, au moins en partie.

82 Il existe bien en siamois, l’expression verbale /dɤ:n rɯa/ ; elle ne peut être utilisée que pour exprimer l’idée de « faire se déplacer un bateau » ou de « pratiquer une activité consistant à transporter gens ou marchandises par bateau ».

83 Trang (1924 : 17).

84 Il faudra attendre, à l’exception de notre poème, le milieu du xixe siècle pour qu’un poète compose un poème de séparation – encore qu’il s’agisse plutôt d’un journal de voyage versifié ; voir Delouche (2003 : 111-128) – qui engage une description détaillée de ce qu’il voit et fait après son arrivée : il s’agit de Rachothay (1996). Une étude de cette œuvre a été proposée par Chaiman (1993).

85 Les croyances aux forces chtoniennes, génies et esprits maîtres de la terre et des sites naturels, comme ici les montagnes ou les grottes, font partie du substrat culturel de toute l’Asie du Sud-Est et demeurent encore très présentes de nos jours ; voir Lafont (1971 : 345-382).

86 Trang (1924 : 18).

87 « En l’an 994 de la petite ère siamoise, Sa Majesté […] ordonna la construction du palais Aysawan Thi At, dans l’île de Bang Pa-In. » (Phan Chanthanumat 1974 : 343-344).

88 « Lors du pèlerinage qu’elle fit au monastère de Chumphon Nikayam, à Bang Pa-In, Sa Majesté ordonna à Chao Phraya Phonlathep d’être le maître d’œuvre pour la construction de trois bâtiments dans l’enceinte du palais de Somdet Phra Chao Prasat Thong. » (Département des Beaux-Arts 1966 : 306-307).

89 Si cette conclusion paraît plausible, elle continue de poser des questions : comme on ne voit guère Phraya Trang avoir inséré des strophes de son crû dans le texte, alors même qu’elles n’y ont pas leur place dans l’économie du voyage, on peut légitimement se demander d’où elles peuvent bien venir…Nous rappellerons à ce sujet que, dans un grand nombre des manuscrits anciens conservés à la Bibliothèque nationale de Bangkok, il est avéré que des strophes provenant d’œuvres différentes et de nos jours parfaitement identifiées, sont mêlées sans aucun ordre (information communiquée par mademoiselle Phiengrœthay Watsabuna, alors archiviste au département des Manuscrits anciens, octobre 1979).

90 Trang (Phraya), Œuvres des poètes anciens, op. cit., p. 16.

91 La mention des tambours (de bronze) et des conques doit être vue comme une confirmation du fait que l’auteur ne peut être qu’un membre de la famille royale, à laquelle ces instruments sont réservés.

92 Trang (1924 : 15).

93 Trang (1924 : 20).

94 À titre d’exemple, rappelons que nous en avons recensé 17 dans la Lamentation de Siprat : voir Delouche (1982 : 110-111).

95 Alors que nous écrivons ces lignes, nous tentons de nous rappeler le vocabulaire utilisé dans ce sens et que nous avons déjà eu l’occasion de rencontrer dans la littérature classique siamoise. Il nous en vient dix-neuf à l’esprit, et certains de ceux employés dans le Poème de séparation du prince Aphay ne sont pas dans cette liste improvisée… Voir Delouche (1982 : 110-111).

96 Ce type de cérémonie, toujours mis en pratique de nos jours, aussi bien par une entreprise qui lance un nouveau produit, une équipe qui commence le tournage d’un film ou un simple particulier qui souhaite une faveur, se présente toujours de la même manière. On commence par préparer un autel sur lequel seront disposées des offrandes, le plus souvent de nourriture, destinées aux génies dont on souhaite s’attirer les bonnes grâces ; elles sont nommées /sǐn bon/, « offrandes pour demander une faveur » (cette expression désigne également les pots-de-vin versés à des personnes influentes pour obtenir leur appui). Vient ensuite une invocation aux génies auxquels on adresse sa requête /bon/ en leur promettant, si l’on est exaucé, d’autres offrandes /kɛ̂: bon/. C’est à partie de ce rituel que nous avons tenté de mettre en ordre les strophes de ce passage.

97 Riz cuit enveloppé dans des feuilles de bananier et façonné en forme de cône élevé, orné de fleur et de bâtonnets d’encens et surmonté d’un œuf dur ; l’ensemble est considéré comme une offrande sacrée que l’on présente aux génies présidant aux mystères de la nature, voir Gerini (1892 : 156).

98 Notre travail pourrait par exemple être plus crédible si nous procédions à une comparaison critique des différentes versions du manuscrit des Œuvres des poètes anciens de Phraya Trang conservés à la Bibliothèque nationale de Bangkok, comme nous l’avions fait pour la Lamentation de Siprat lorsque nous préparions notre thèse de doctorat : le texte ainsi restitué serait évidemment moins éloigné de l’original que la simple version publiée sur laquelle nous avons basé notre réflexion. Sur la méthode que nous avions alors mise au point, voir Delouche (1982 : 90-108).

99 Nous pensons par exemple à un autre texte recueilli par Phraya Trang, Le poème de séparation du novice du monastère de Tha Say ; voir Trang (1924 : 18-23).

100 Phisphumvidhien (2001). Nous avons proposé une analyse de ce texte dans Delouche (2012 : 153-173).

Top of page

References

Bibliographical reference

Gilles Delouche, « Essai de reconstruction critique du Poème de séparation du prince Aphay (นิราศเจ้าฟ้าอภัย/níʔrâ:t câw fá: ʔa: phaj/) », Moussons, 28 | -1, 189-226.

Electronic reference

Gilles Delouche, « Essai de reconstruction critique du Poème de séparation du prince Aphay (นิราศเจ้าฟ้าอภัย/níʔrâ:t câw fá: ʔa: phaj/) », Moussons [Online], 28 | 2016, Online since 21 November 2016, connection on 26 May 2017. URL : http://moussons.revues.org/3702

Top of page

About the author

Gilles Delouche

Gilles Delouche est professeur émérite de langue et littérature thaï(es) à l’Institut national des langues et civilisations orientales (Inalco) où il a enseigné pendant 30 ans, après avoir été lecteur de français à l’université Silpakorn (Nakhon-Pathom, Thaïlande) pendant 17 ans. Outre des travaux sur l’histoire de la langue thaïe et des manuels d’apprentissage, ses recherches portent sur la littérature et l’histoire anciennes d’Ayudhya.

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page