Skip to navigation – Site map
Comptes rendus d'ouvrages

(Histoire de la nation thaïe [ou thaïlandaise]) กรุงเทพฯ กรมศิลปากร กระทรวงวัฒนธรรม, Sutthiphan Khuttharanon et al.

(สุทธิพันธ ขุทรานนท และอื่นๆ) (Bangkok, département des Beaux-Arts, ministère de la Culture), 2015 [2558] ประวัติศาสตรชาติไทย, illustr., annexes, bibliographie, 208 p.
Jean Baffie
p. 273-277
Bibliographical reference

Sutthiphan Khuttharanon(cสุทธิพันธ ขุทรานนท และอื่นๆ) et al., (Histoire de la nation thaïe [ou thaïlandaise]) กรุงเทพฯ กรมศิลปากร กระทรวงวัฒนธรรม, (Bangkok, département des Beaux-Arts, ministère de la Culture), 2015 [2558] ,illustr., annexes, bibliographie, 208 p.

Full text

  • 1 Âgé de 97 ans en 2016, Prasert Na Nagara est surtout connu des chercheurs occidentaux pour ses trad (...)
  • 2 Âgé de 84 ans en 2016, cet historien, qui a le grade de major-général dans l’armée, reste actif.
  • 3 Winai Pongsripian a notamment contribué au numéro 6,1 (2000) de la revue Aséanie avec une présentat (...)

1Ce livre sur l’histoire de la Thaïlande a vocation à être la nouvelle référence officielle sur la question. Le 20 avril 2015, le directeur du département des Beaux-Arts (krom Silpakorn) nomma une commission chargée de rédiger ce manuel d’histoire de la nation thaïe. Parmi les neuf conseillers scientifiques se trouvaient des gens plutôt connus comme Prasert Na Nagara1, un épigraphiste à la retraite, M. R. Supphawat Kasemsi2 et surtout Winai Pongsripian3, mais les auteurs, nommés ici phuriapriang (arrangeurs, compilateurs) plutôt que phukhian (auteurs) sont, eux, infiniment moins connus.

  • 4 Quatre autres interventions suivirent dont celle du major-général M.R. Suphawat Kasemsri qui fit un (...)

2Le Premier ministre en exercice, le général Prayut Chan-ocha, a signé un bref avant-propos particulièrement nationaliste de trois paragraphes dans lequel il fait deux fois allusion à la monarchie. Ce manuel renforcera, selon lui, la fierté d’une Thaïlande indépendante dans l’unité, l’harmonie, la réconciliation et la stabilité (p. 3). Son objectif politique est donc d’emblée clairement annoncé. Le mercredi 2 décembre 2015, sans doute à l’occasion de l’anniversaire du roi de Thaïlande, également jour de la fête nationale, un séminaire fut organisé par le département des Beaux-Arts pour assurer la promotion de l’ouvrage. C’est le général Prayut qui ouvrit la journée à 8h00 du matin. La première intervention fut celle de Witsanu Khruea-ngam, un des vice-Premiers ministres sur le thème de « l’institution monarchique dans l’histoire de la Thaïlande4 ».

3Le découpage du livre surprend par son traitement très inégal des périodes.

4L’introduction traite de l’historiographie du pays (p. 10-31). Elle ne contient pas moins de huit photos de souverains, presque essentiellement de la dynastie Chakkri régnante, ainsi que la photo du prince Damrong Rajanubhab (1862-1943), considéré comme le « père de la discipline historique en Thaïlande ».

5Le premier chapitre (p. 32-40) concerne la terre, les gens et le développement politique dans la région devenue la Thaïlande. Est traitée en particulier la délicate question de l’origine des Thaïs. En fait, les auteurs du chapitre (Bandit Liwchaichan et Suriya Sutsawat) se contentent de faire la liste des cinq hypothèses avancées par les chercheurs au fils des décennies. Un deuxième chapitre traite aussi rapidement de la période préhistorique. Il est ainsi signalé que des outils de pierre trouvés dans la province de Lampang seraient vieux de 600 000 à 800 000 ans (p. 41). Suit un chapitre traitant d’une période ancienne de 1500-2000 ans (p. 48-53). Des communautés agricoles et commerçantes étaient établies sur les littoraux, mais les sources existantes – chinoises notamment – ne permettent pas de les localiser avec précision.

6Enfin dans le quatrième chapitre des noms d’États sont mentionnés : Dvaravati et Chenla dans la partie centrale de ce qui est devenu la Thaïlande, Srivijaya au sud et Haripunjaya au nord. C’est le cas de Dvaravati qui est le plus développé. De fait, plus d’une centaine de sites relève de cette période, dont environ 70 situés dans la plaine centrale, 30 dans le nord-est, et seulement un ou deux dans le nord et le sud (p. 62).

  • 5 En 1987, le meilleur historien de cette partie de l’Asie du Sud-Est, Michel Vickery, puis l’année s (...)

7Le cinquième chapitre s’intitule « Naissance de l’État thaï » (kamnoet rat thai) et traite de ce qu’il est convenu d’appeler « le royaume de Sukhothai » (p. 75-89). Le développement est étonnamment détaillé pour un cas sur lequel les données sûres sont bien peu nombreuses. L’auteur, Chaisit Pananwong, base l’essentiel de son texte sur l’inscription n°I du roi Ramkhamhaeng (photographie p. 81) sans signaler la controverse sur sa véracité5. L’époque d’Ayutthaya (chapitre six), qui a duré officiellement 417 ans et pour laquelle les sources sont incomparablement plus nombreuses, a droit à environ le même nombre de pages (p. 90-104). Comme il était attendu, ce sont les relations avec les puissances européennes (surtout Hollandais, Anglais, Français) qui sont le plus développées. Mais les jugements ne font pas dans la nuance : en 1688, le ministre grec Constance Phaulkon voulait s’emparer du pouvoir avec l’aide des troupes française pour placer sur le trône le prince Piya, susceptible de se convertir au christianisme, mais c’est finalement phra Phetracha, devenu régent, qui prit le pouvoir, deux mois avant la mort du roi Narai (p. 100-101). La brève époque dite « de Thonburi » est traitée brièvement en trois pages et demie incluant surtout des illustrations (p. 104-108). C’est bien entendu la période de Rattanakosin qui débuta en 1782 qui constitue l’essentiel de l’ouvrage (p. 109-195). Les chapitres la concernant sont l’œuvre de Prema Sattayawutthiphong et de Racha Phutchong, à l’exception de la période la plus récente (depuis 1932) due à Thawa Wongsa-ngiam. Chaque roi de la dynastie a droit à un chapitre de quelques pages comprenant quelques illustrations, sans que l’importance généralement acceptée du souverain ne soit toujours respectée : Rama I et Rama II ont droit à 4 pages et 3 illustrations, Rama III a droit à 8 pages et 9 illustrations, Rama IV a droit à 13 pages et 21 illustrations, Rama V a droit à 11 pages et 8 illustrations, Rama VI a droit à 5 pages et 4 illustrations, Rama VII a droit à 8 pages et 7 illustrations, Rama VIII a droit à 4 pages et 2 illustrations, et enfin Rama IX a droit à 13 pages et 7 illustrations.

8Ce livre n’est certainement pas un grand livre d’histoire; écrit sans références ni notes de bas de page ou de fin d’article, il n’est guère à l’honneur du département des Beaux-Arts (krom Silpakorn) dont le logo figure en pages une et quatre de couverture. À l’évidence, même la revue de recherche bimestrielle Sinlapakon publié par ce même département – depuis 59 ans – n’a guère été consultée par les huit auteurs.

9L’intérêt de l’ouvrage réside ailleurs. Il faut d’abord le considérer comme une manifestation du nationalisme thaï(landais) qui s’exprime – encore assez subtilement, il est vrai – depuis le coup d’État militaire de mai 2014. Les fondateurs de dynastie du Siam d’autrefois prenaient soin de faire rédiger une nouvelle version des annales royales. Celles-ci avaient certes une diffusion limitée mais elles constituaient la version officielle de référence.

10L’inspirateur de cet ouvrage, le Premier ministre en exercice, le général Prayuth Chan-ocha, qui signe en outre la préface, dispose aujourd’hui d’au moins autant de pouvoir que bien des rois de l’époque de la monarchie absolue. Ce manuel est un des éléments indiquant que les militaires au pouvoir ne veulent pas se contenter d’agir sur le système politique mais ont bien l’intention de changer la société en profondeur, sa vision de l’histoire incluse.

Top of page

Endnote

1 Âgé de 97 ans en 2016, Prasert Na Nagara est surtout connu des chercheurs occidentaux pour ses traductions des inscriptions de Sukhothai, avec l’aide d’A. B. Grisworld dans le Journal of the Siam Society.

2 Âgé de 84 ans en 2016, cet historien, qui a le grade de major-général dans l’armée, reste actif.

3 Winai Pongsripian a notamment contribué au numéro 6,1 (2000) de la revue Aséanie avec une présentation et des commentaires d’un texte de Jean Boisselier sur le Phra Pathom Chedi et Nakhon Pathom (http://www.persee.fr/author/persee_228735).

4 Quatre autres interventions suivirent dont celle du major-général M.R. Suphawat Kasemsri qui fit une analyse critique (wiphak) du livre.

5 En 1987, le meilleur historien de cette partie de l’Asie du Sud-Est, Michel Vickery, puis l’année suivante, le meilleur historien de l’art thaïlandais, Piriya Krairiskh, apportèrent de très solides arguments pour tenter de prouver que la stèle de Ramkhamhaeng ne datait en réalité que de la première partie du xixe siècle et était donc un faux. Trente ans après, le débat continue.

Top of page

References

Bibliographical reference

Jean Baffie, « (Histoire de la nation thaïe [ou thaïlandaise]) กรุงเทพฯ กรมศิลปากร กระทรวงวัฒนธรรม, Sutthiphan Khuttharanon et al. », Moussons, 28 | -1, 273-277.

Electronic reference

Jean Baffie, « (Histoire de la nation thaïe [ou thaïlandaise]) กรุงเทพฯ กรมศิลปากร กระทรวงวัฒนธรรม, Sutthiphan Khuttharanon et al. », Moussons [Online], 28 | 2016, Online since 24 November 2016, connection on 29 March 2017. URL : http://moussons.revues.org/3724

Top of page

About the author

Jean Baffie

Chercheur associé à Aix Marseille Univ, CNRS, IrAsia, Marseille, France.

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page