Skip to navigation – Site map
Comptes rendus d'ouvrages

Parlons (h)mong. Has lug moob h22lou42mong55, Hais lus hmoob haï22lou22hmong55. Langue et culture, Jacques Lemoine

Paris, L’Harmattan, 2013, lexique, bibliographie, illustrations, 534 p.
Jean Baffie
p. 266-269
Bibliographical reference

Jacques Lemoine, Parlons (h)mong. Has lug moob h22lou42mong55, Hais lus hmoob haï22lou22hmong55. Langue et culture, Paris, L’Harmattan, 2013, lexique, bibliographie, illustrations, 534 p

Full text

1Sans doute le meilleur spécialiste français de cette population, Jacques Lemoine a commencé ses recherches sur les Hmongs du Laos en 1960. En 1964, il fut parmi les premiers à rejoindre le centre de recherche qui allait devenir le CeDRASEMI (Centre de documentation et de recherche sur l’Asie du Sud-Est et le monde insulindien) créé quatre ans plus tôt par G. Condominas (1921-2011), L. Bernot (1919-1993), L. Berthe (1927-1968) et A. G. Haudricourt (1911-1996). Ce centre permit notamment à J. Lemoine de réaliser un long terrain chez les Hmongs d’avril 1965 à février 1967.

  • 1 Commencé en 1978, ce projet « Thaï », qui compta jusqu’à vingt-deux membres (dont d’illustres ethno (...)
  • 2 Voir également l’entrée « Asie orientale » du Dictionnaire de l’ethnologie et de l’anthropologie de (...)

2J. Lemoine a montré une connaissance approfondie de nombreuses sociétés d’Asie. Au CeDRASEMI il fut responsable de deux projets, un « projet Miao-Yao » qui donnait une grande importance à l’étude des mouvements messianiques (nombreux chez les Hmongs) mais aussi à l’acculturation des réfugiés hmongs en Guyane, et le projet « Thaï1 ». Dans Ethnologie Régionale 2, un des trois ouvrages d’ethnologie de La Pléiade (Gallimard, 1978), J. Lemoine proposait une vaste synthèse sur les ethnologies chinoise, japonaise avec un développement spécifique sur la population aïnou (Lemoine 1978)2.

  • 3 Après sa disparition, en mars 2001, une association du même nom fut créée.

3Après la dissolution du CeDRASEMI en 1984, J. Lemoine fonda le Centre d’anthropologie de la Chine du sud et de la péninsule indochinoise (CACSPI) qui eut une existence d’une quinzaine d’années3.

4Les Hmongs constituent un groupe ethnique d’Asie de l’Est et du Sud-Est parlant une langue de la famille Miao-Yao. J. Lemoine estime leur nombre à près de trois millions, dont deux millions en Chine. En Asie du Sud-Est, ils seraient près de 800 000 au Viêt Nam, 320 000 au Laos, 150 000 en Thaïlande et moins de 50 000 en Birmanie. J. Lemoine explique qu’il a retenu la graphie (h)mong parce que la langue des Hmongs de la Péninsule indochinoise connaît en fait deux dialectes, le mong et le hmong (p. 8). Les différences lexicales entre les deux dialectes sont parfois très légères et certains mots sont communs. Ainsi, pluie se dit naag en mong et nag en hmong, vent se dit cua et lune se dit lub hli dans les deux dialectes. En revanche, brume se dit mom en mong mais iab oo en hmong (p. 151).

  • 4 Ce fut l’œuvre de trois missionnaires, le Français Yves Bertrais et les Américains Linwood Barney e (...)

5La langue (h)mong est de fait réputée très difficile, surtout en raison des sept ou huit tons qu’elle utilise. Les Hmongs n’ont sans doute jamais eu d’écriture propre. Ils ont parfois écrit leur langue à l’aide des caractères chinois. Mais, il existe, surtout chez ceux du Laos – depuis 19534 – et dans la diaspora, nombreuse depuis 1975, un système d’écriture romanisé (alphabet populaire romanisé ou APR), mis au point par trois missionnaires (dont le Français Yves Bertrais) qui en facilite l’apprentissage.

  • 5 Le cham du Viêt Nam par Agnès De Féo (2016), le batak de Sumatra par Yetty Aritonang (2012), le ted (...)
  • 6 Voir l’entretien avec Michel Malherbe sur la collection « Parlons… » sur (https://www.youtube.com/w (...)

6La collection « Parlons… » dirigée par Michel Malherbe compte aujourd’hui plus de deux cents titres. Si l’Afrique fut longtemps surreprésentée dans le catalogue, il inclut aujourd’hui au moins dix-huit langues d’Asie du Sud-Est5. Et, dans un entretien donné en 2010, M. Malherbe précisait que la collection s’enrichissait de douze titres par an6.

7La structure de l’ouvrage recensé ici comprend cinq parties dont une introduction appelée « partie I » et une cinquième partie sous forme d’index. La partie introductive présente la population hmong (nombre, répartition, traits saillants de la culture). Surtout, sont passés en revue les nombreux dialectes du (h)mong (chapitre 2). La deuxième partie (p. 85-231) constitue d’abord une grammaire de la langue, mais les exemples sont nombreux. Étrangement, c’est (seulement) ici que l’on trouve un « abécédaire (h)mong en APR et sa transcription francisée » (p. 104-107). Le troisième chapitre (p. 233-322) a la forme d’un dictionnaire raisonné du type « guide de conversation ». Il sera bien entendu essentiel pour celui qui va devoir communiquer en (h)mong. Le quatrième chapitre (p. 322-469) sur la « culure (h)mong » intéressera davantage l’ethnologue. Il s’agit sans doute de la meilleure introduction en langue française sur la société et la culture des Hmongs et cela constitue un très utile résumé des travaux de J. Lemoine sur les Hmongs : les développements sur le chamanisme et les mythes (chapitres 8 et 9) sont d’un intérêt tout particulier. Avec 534 pages, ce livre est un des plus gros de la collection « Parlons… » et sans doute le plus important paru sur la culture hmong depuis bien longtemps.

  • 7 Publié à Hong Kong aux imprimeries des MEP, puis réédité en 1930, il contient 304 pages.

8Les études hmongs en France ont été importantes dans le passé. Les chercheurs français sont largement représentés parmi les chercheurs ayant permis de mieux connaître les Hmongs. François Marie Savina (1876-1941), missionnaire des Missions étrangères de Paris (MEP), séjourna parmi les groupes ethniques du Tonkin entre 1903 et 1925. En 1924, il publia le premier livre jamais écrit sur les Hmongs Histoire des Miao, qui est encore utilisé de nos jours7. L’autre grande figure missionnaire, chez les Hmongs du Laos cette fois, fut Yves Bertrais, Père oblats de Marie Immaculée (1921-2007), déjà mentionné. Outre son rôle capital dans la création d’un hmong écrit, il publia un gros dictionnaire hmong (méo blanc)-français, à Vientiane, en 1964, et rédigea de très nombreux ouvrages en langue hmong. Si J. Lemoine est le digne successeur de ces précurseurs, il s’en distingue bien entendu sur des points essentiels : J. Lemoine est un ethnologue professionnel recruté par le CNRS ; à ce titre, il a dirigé des équipes et centres de recherche et a contribué à la formation de jeunes chercheurs ; il a créé et dirigé des maisons d’édition au Laos et en Thaïlande ; surtout, il n’a jamais été totalement spécialisé sur les Hmongs, puisqu’il a également publié sur les Yao, les Chinois, les Japonais, etc.

  • 8 Vingt des communications – données en anglais – furent réunies et publiées en 2004 chez Silkworm à (...)

9Mais la relève est loin d’être assurée. Entre 1991 et 2016, il semble que pas plus de cinq thèses aient été soutenues sur la population hmong en France (dont une en médecine et deux en science du langage) et que deux seulement soient en préparation (dont une depuis huit ans en sciences de l’information et de la communication à l’université Paris 8) (https://www.theses.fr). Au moins deux autres thèses sur les Hmongs semblent avoir été arrêtées. L’atelier international sur les Hmongs/Miao en Asie qui se tint en septembre 1998 à Aix-en-Provence sous l’égide notamment de l’IRSEA et de l’université de Provence et réunit « seulement » trente participants originaires de quatorze pays ne comptait qu’un nombre infime de chercheurs français ou formés en France8.

  • 9 Ainsi qu’en allemand puisque la référence longtemps la plus utilisée fut Akha und Meau. Probleme de (...)

10La bibliographie n’est pas le point fort de cet ouvrage. Certes, ce livre concerne d’abord la langue (h)mong mais seules les références en français et en anglais sont mentionnées alors qu’il existe une bibliographie non négligeable en langue thaïe, par exemple, mais sans doute aussi en lao, vietnamien, chinois, japonais9. En outre, les illustrations – tout particulièrement les couvertures d’ouvrages en hmong – sont d’un format tellement réduit que leur intérêt est très limité.

  • 10 Il y aurait 15 000 Hmonsg en France métropolitaine et environ 2000-3000 autres en Guyane française. (...)

11Malgré tout, ce livre est bien évidemment indispensable pour l’ethnologue, le sociologue ou le géographe souhaitant se spécialiser dans l’étude des Hmongs de la Péninsule indochinoise mais sera également très précieux pour les membres de la diaspora hmong en France et au Canada souhaitant retrouver ou renforcer leurs repères culturels10.

Top of page

Bibliography

LEMOINE, Jacques, 1978, « L’Asie orientale », in Ethnologie régionale 2, J. Poirier, éd., Paris : Gallimard, p. 425-995.

Top of page

Endnote

1 Commencé en 1978, ce projet « Thaï », qui compta jusqu’à vingt-deux membres (dont d’illustres ethnologues étrangers comme le professeur Karl Gustav Izikowitz [1903-1984]), s’était fixé comme objectif la publication d’une synthèse sur « les peuples Taï ».

2 Voir également l’entrée « Asie orientale » du Dictionnaire de l’ethnologie et de l’anthropologie de P. Bonte et M. Izard, 1978, p. 93-94.

3 Après sa disparition, en mars 2001, une association du même nom fut créée.

4 Ce fut l’œuvre de trois missionnaires, le Français Yves Bertrais et les Américains Linwood Barney et William Smalley, ce dernier ayant une formation de linguiste.

5 Le cham du Viêt Nam par Agnès De Féo (2016), le batak de Sumatra par Yetty Aritonang (2012), le tedim de l’État Chin de Birmanie par Joseph Ruellen (2011), le balinais de Mande Windu Kesiman Antara et M. Malherbe (2009), le manadonais des Célèbes par Chrisvivany Lasut (2008), le taï lü de Tai Luc Nguyen Tan (2008), le soudanais de Java par Viviane Sukanda-Tessier (2007), le karen de Julien Spiewak (2006), le lissou de William Dessaint et Avounado Ngwama (2006), le kouy de Jacques Rongier (2006), le minankabau de Rusmidar Reibaud (2004), le cebuano de Marina Pottier-Quirolgico (2004), le mon d’Emmanuel Guillon (2003), le tagalog de Marina Pottier-Quirolgico (1999), le vietnamien de Nguyen Ton Nu Hoang Mai (1998), l’indonésien d’Anne-Marie Van Dyck et Véronique Malherbe (1997), le lao de Chou Norindr (1994), le birman de Marie-Hélène Cardinaud et Yin Yin Myint (1993)

6 Voir l’entretien avec Michel Malherbe sur la collection « Parlons… » sur (https://www.youtube.com/watch?v=wBJo7-TtGY). Le premier titre « Parlons Coréen » avait été publié en 1986.

7 Publié à Hong Kong aux imprimeries des MEP, puis réédité en 1930, il contient 304 pages.

8 Vingt des communications – données en anglais – furent réunies et publiées en 2004 chez Silkworm à Chiang Mai sous le titre Hmong-Miao in Asia sous la direction de Nicholas Tapp, Jean Michaud, Christian Culas, et Gary Yia Lee. Depuis 2006, le Centre pour les études hmongs de l’université Concordia à Saint Paul dans le Minnesota (établi en 2004) organise une conférence internationale sur les études hmongs. La sixième de ces conférences s’est tenue les 18-19 mars 2016 (http://hmongcenter.csp.edu/6th-international-conference-on-hmong-studies/) .

9 Ainsi qu’en allemand puisque la référence longtemps la plus utilisée fut Akha und Meau. Probleme der angewandten Völkerkunde in Hinterindien, d’Hugo Adolf Bernatzik, publiée à Innsbruck en 1947, dont il existe une traduction américaine pour les Human relations area files sous le titre Akha and Miao : problems of applied ethnography in farther India.

10 Il y aurait 15 000 Hmonsg en France métropolitaine et environ 2000-3000 autres en Guyane française. En 2011, il en était dénombré 830 au Canada (https://en.wikipedia.org/wiki/Hmong_people) .

Top of page

References

Bibliographical reference

Jean Baffie, « Parlons (h)mong. Has lug moob h22lou42mong55, Hais lus hmoob haï22lou22hmong55. Langue et culture, Jacques Lemoine », Moussons, 28 | -1, 266-269.

Electronic reference

Jean Baffie, « Parlons (h)mong. Has lug moob h22lou42mong55, Hais lus hmoob haï22lou22hmong55. Langue et culture, Jacques Lemoine », Moussons [Online], 28 | 2016, Online since 28 November 2016, connection on 24 September 2017. URL : http://moussons.revues.org/3731

Top of page

About the author

Jean Baffie

Chercheur associé à l’IrAsia, Aix Marseille Univ, CNRS, IrAsia, Marseille, France.

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page