Navigation – Plan du site
Articles

Silhouettes du monde prostitutionnel : les prostituées au Tonkin colonial

Silhouettes of the Prostitution World: Prostitutes in Colonial Tonkin
Isabelle Tracol-Huynh
p. 95-126

Résumés

Le monde prostitutionnel est un monde mobile puisque les prostituées d’une même ville viennent souvent d’espaces plus ou moins éloignés. C’est notamment le cas au Tonkin colonial, nord du Vietnam, où l’on trouve des prostituées vietnamiennes, chinoises mais aussi japonaises et européennes. Cette mobilité est à étudier dans un double sens car elle est à la fois interne et externe : des prostituées arrivent au Tonkin alors que d’autres partent tenter leur chance ailleurs. Ces déplacements amènent à poser la question des réseaux de recrutement et à interroger le caractère volontaire ou forcé de cette mobilité, d’autant que cette question se pose aux autorités coloniales qui entendent lutter contre la traite des êtres humains. Cet article s’intéresse donc à la mobilité des prostituées, et ce à plusieurs échelles, pour replacer la prostitution au Tonkin dans l’ensemble plus vaste de l’Asie du Sud-Est.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le Tonkin correspond au nord du Vietnam actuel.
  • 2 Le système réglementaire repose sur l’inscription des prostituées auprès de la police des mœurs et (...)
  • 3 Mairie de Hanoi [MH], S03, dossier 5769, Archives nationales du Vietnam, Centre n1 [ANV1], Hanoi.
  • 4 Résidence supérieure du Tonkin nouveau fonds [RSTNF], dossier 03856, Archives nationales d’outre-me (...)

1Les prostituées ne nous parlent pas d’elles-mêmes et, concernant le Tonkin colonial, les documents conservés aux archives dans lesquels elles racontent elles-mêmes leur vie sont très rares (Corbin 1991 : 107). Au Tonkin1, les récits de vie sont le plus souvent retranscrits par des journalistes, s’ils ne sont pas directement écrits par ces derniers (Vũ 2011 : 127-131). Alors que le système réglementaire, mis en place en Indochine dès les débuts de la colonisation, entend enserrer les prostituées dans un étroit réseau de surveillance, il est pourtant difficile d’avoir des informations2 : qui sont-elles ? d’où viennent-elles ? pourquoi se prostituent-elles ? Il y a en effet une contradiction évidente entre la volonté minutieuse de surveillance de la prostitution et l’anonymat des prostituées. Dans leurs rapports, parfois extrêmement détaillés, les autorités en charge de la prostitution ne donnent pas de détails sur les prostituées elles-mêmes, sur leur âge, leur origine sociale ou géographique. Elles s’efforcent en revanche de classer les prostituées selon des critères globalisants, qu’ils soient légaux (officielles/clandestines), géographiques (en maison/à domicile) ou raciaux. Dans son étude de la prostitution à Hanoi dans les années 1930, le docteur Joyeux consacre quelques pages aux prostituées. Il commence par distinguer les prostituées vietnamiennes, japonaises, chinoises et européennes. Il s’attarde ensuite plus particulièrement sur les prostituées asiatiques, qui constituent l’écrasante majorité, en distinguant les soumises, les insoumises, les chanteuses et les concubines des Européens. Dans chaque sous-partie de cette étude, l’attention est portée sur les maladies vénériennes et la dangerosité relative de chaque catégorie de prostituées (Joyeux 1930 : 463-467). Ces catégories, et notamment les catégories raciales, participent de la surveillance médicale et policière parce qu’elles permettent de mettre de l’ordre dans l’antimonde prostitutionnel. D’un autre côté, elles tendent à déshumaniser les prostituées qui n’existent plus en tant que personne. En 1942, les prostituées métisses de Hanoi sont ainsi décrites comme étant « instables et indisciplinées par-dessus tout », quant aux Chinoises, elles sont « par excellence récalcitrantes à toute réglementation ». Les prostituées n’existent donc que comme groupe et les individualités se dissolvent derrière les catégories et les stéréotypes généraux issus de la situation coloniale. Ce rapport est pourtant précis en ce qui concerne les lieux de prostitution puisqu’il donne les adresses des maisons de tolérance autorisées, ainsi qu’une liste détaillée des maladies des prostituées, le nombre d’injections et les différents médicaments utilisés dans leur traitement. Pourtant, l’auteur du rapport se contente de compter les prostituées comme il compterait des têtes de bétail, en précisant seulement leur appartenance raciale3. De plus, les autorités policières ou médicales connaissent mal le monde prostitutionnel car elles ne parviennent pas à le contrôler à cause d’un manque de moyens humains et financiers importants. Comme le souligne le directeur de la Santé au Tonkin en 1930, « en raison de la carence qualitative et quantitative d’un service des mœurs inexistant ou embryonnaire, […] nous contrôlons 5 % des prostituées au maximum, 95 % opèrent donc clandestinement4 ». Dans ce contexte, les prostituées présentes dans les archives sont les prostituées dites officielles, c’est-à-dire celles qui se soumettent à la réglementation et sont bien connues des services de police, et, dans une bien moindre mesure, les prostituées dites clandestines que la police des mœurs parvient à arrêter, c’est-à-dire une infime minorité.

  • 5 Hanoi, et dans une moindre mesure Haiphong, sont les villes les mieux documentées, particulièrement (...)

2Puisqu’elles ne parlent pas d’elles-mêmes, « force est donc de se mettre à l’écoute d’un faisceau de discours policier, judiciaire, médical ou plus simplement édilitaire » (Corbin 1991 : 107). Cet article s’est donc efforcé de regrouper les informations éparpillées dans les différents centres d’archives, à savoir les Archives nationales d’outre-mer (ANOM) à Aix-en-Provence et, surtout, le centre n° 1 des Archives nationales à Hanoi. Ce dernier conserve les archives de la Résidence supérieure du Tonkin ainsi que les services généraux de l’Indochine française dont Hanoi était la capitale. Les fonds de la mairie de Hanoi, et plus particulièrement ceux de la police des mœurs, du tribunal de première instance de Haiphong, de la direction locale de la Santé, de l’inspection générale de l’Hygiène et de la Santé Publique de l’Indochine ont été entièrement dépouillés pour mener à bien cette recherche. Une autre difficulté provient de l’aspect fragmentaire des sources car toutes les archives de la prostitution n’ont pas été conservées. Preuve de l’intérêt des autorités coloniales, une sous-série du cadre de classement élaboré à l’époque coloniale par l’archiviste Paul Boudet concerne la police des mœurs, à savoir la sous-série D638. Or, pour toute la période coloniale et pour la totalité des fonds, seuls 40 dossiers ont été conservés dans cette série, pour l’ensemble du Tonkin. Pour ne prendre qu’un exemple, une seule carte individuelle de prostituée est conservée dans les archives, alors qu’il devrait y en avoir plusieurs milliers. La surveillance médicale et policière de la prostitution a nécessairement produit de nombreux documents qui, malheureusement, n’ont été conservés ni dans les centres d’archives français ni dans les centres vietnamiens. Les archives ont fait l’objet d’un partage lors de la décolonisation du Vietnam et certains fonds ont été rapatriés en France et sont aujourd’hui conservés aux ANOM à Aix-en-Provence. Les archives dites de gestion, dont font partie les archives policières, sont restées sur place et sont conservées, pour les archives de la Résidence supérieure du Tonkin, au centre no 1 des Archives nationales du Vietnam (ANV1) à Hanoi. Des documents ont pu être égarés lors du partage, mais il est plus probable qu’ils aient été perdus ou détruits, volontairement ou non. Comme le laisse sous-entendre son titre, cet article ne prétend donc pas à l’exhaustivité, certaines villes et certaines années ne peuvent être étudiées5.

  • 6 Comme cet article entend replacer le Tonkin colonial dans le cadre plus vaste de l’Asie du Sud-Est, (...)
  • 7 Au sujet de femmes chinoises vendues au Tonkin, le gouverneur général écrit ainsi : « […] nous manq (...)

3Malgré la dimension fragmentaire des sources et leur approche essentiellement médicale, du fait du lien étroit entre prostitution, maladies vénériennes et santé publique, il est possible de donner une épaisseur sociologique et de dégager quelques grandes caractéristiques du monde prostitutionnel tonkinois. Dans le cadre de ce numéro thématique, il paraissait particulièrement intéressant d’étudier la mobilité des prostituées, et ce à plusieurs échelles, pour replacer la prostitution au Tonkin dans l’ensemble plus vaste de l’Asie du Sud-Est6. Les prostituées se déplacent en effet d’un pays à un autre, d’une région à une autre, d’une ville à une autre, en fonction des opportunités ou, dans le cas des prostituées clandestines, pour échapper à la surveillance policière. Cette mobilité est à étudier à plusieurs échelles et dans un double sens car elle est à la fois interne et externe : des prostituées arrivent au Tonkin alors que d’autres partent tenter leur chance ailleurs. Ces déplacements amènent à poser la question des réseaux de recrutement et à interroger, de ce fait, le caractère volontaire ou forcé de cette mobilité, d’autant que cette question se pose aux autorités coloniales qui entendent lutter contre la traite des êtres humains au nom de leur mission civilisatrice7.

Un monde multiracial

4Une des premières façons d’analyser la mobilité des prostituées consiste à étudier le caractère multiracial du monde de la prostitution car l’on retrouve au Tonkin des prostituées européennes, japonaises, chinoises et vietnamiennes. La présence des trois premières catégories permet de situer le Tonkin dans les flux de prostitution mondiaux qui englobent l’Europe et l’Asie, mais aussi l’Afrique du Nord, l’Inde, l’Australie ou l’Amérique (Limoncelli 2010 : 28-38, Warren 2003 : 67).

Faible présence des prostituées européennes

  • 8 MH D638, dossier 2583, ANV1.
  • 9 MH S03, dossiers 5755 et 5757, ANV1.

5Les informations sont extrêmement rares sur les prostituées européennes car ces dernières posent problème aux autorités coloniales. L’ordre colonial s’appuie sur des catégories sociales, médicales et juridiques pour classer les individus selon une hiérarchie dont l’élément principal est la race. Or, le monde prostitutionnel participe du brouillage des frontières raciales en étant doublement multiracial : les clients sont vietnamiens, chinois, français, etc. ; les prostituées sont majoritairement vietnamiennes, mais également chinoises, japonaises et européennes. La réglementation de la prostitution ne fait pas de distinction en ce qui concerne les clients et, à l’exception des bordels militaires de campagne dans les années 1940-1950, les maisons de prostitution sont ouvertes à tous ceux qui en ont les moyens : en 1910, les prostituées européennes de Hanoi « se donn[ent] aussi bien aux Européens qu’aux Annamites » ; en 1938, le journaliste Trọng Lang se rend dans une maison vietnamienne de Hanoi où se trouve également un militaire français (Trọng Lang 2000 : 184)8. Si l’on prend l’exemple des prostituées européennes, la non-ségrégation raciale des clients est une menace pour l’ordre colonial puisque « posséder sexuellement une femme blanche, a fortiori en la payant comme une vulgaire “marchandise”, permet en effet aux colonisés de renverser le rapport de domination et de réécrire l’histoire à “leur” façon » (Taraud 2011 : 381). À la différence du Maghreb, ou de la métropole quand des troupes coloniales ou des ouvriers provenant des colonies y sont présents, la préservation de l’ordre colonial ne passe pas par une « certaine ségrégation raciale du sexe » au Tonkin (ibid. : 381-384). La réglementation de la prostitution réintroduit les frontières raciales qui régissent la société coloniale dans le champ prostitutionnel non au niveau des clients, mais au niveau des prostituées et la principale frontière sépare les prostituées européennes des prostituées asiatiques. En effet, alors que la surveillance de la prostitution a pour but de mettre en lumière l’antimonde de la prostitution, les prostituées européennes sont volontairement maintenues dans l’obscurité : « pour de multiples raisons, bonnes ou de mauvaises, le Tonkin fait tout pour éviter de mettre une Européenne en carte » (Joyeux 1930 : 465). Alors qu’en 1930 le docteur Joyeux estime qu’il y a quelques prostituées européennes à Hanoi, dans les rapports du bureau d’hygiène qu’il rédige, on peut lire à plusieurs reprises : « prostitution européenne : officiellement n’existe pas » (ibid. : 458)9.

  • 10 MH D603, dossier 2518, ANV1.
  • 11 « La prostitution européenne officielle n’existe pour ainsi dire pas à Hanoï, alors qu’elle est rel (...)

6Du fait du silence des archives, il est difficile de savoir comment et pourquoi elles sont venues au Tonkin. Leur présence est néanmoins ponctuellement avérée à Hanoi jusqu’au début des années 1940 au moins. En dehors de Hanoi, les archives sont silencieuses à l’exception d’un dossier évoquant le cas de Paulette Chevalier arrivée à Hanoi en 1933 et expulsée de Lạng Sơn entre cette date et 1942 – date à laquelle elle est arrêtée à Hanoi pour prostitution clandestine et pour une affaire de vol de bague. Lors de son interrogatoire, elle ne donne pas les raisons de sa venue au Tonkin et la police ne lui pose pas la question10. L’Indochine, et plus particulièrement le Tonkin, car la grande majorité de celles dont on trouve trace dans les archives sont basées à Saigon, ne semble pas être la destination majeure des prostituées européennes, contrairement à Singapour ou Shanghai11 :

  • 12 En ce qui concerne l’Indochine, cette étude est relativement fiable puisqu’elle se base sur les art (...)

Il n’y a pas de demande de prostituées étrangères parmi la population indigène de l’Indochine, et, au dire des Autorités, cette demande n’existe pas non plus dans la colonie européenne où l’on mène, en général, une vie normale, bien que beaucoup de célibataires qui y font un séjour un peu long vivent notoirement avec des maîtresses indigènes ou « congaïes ». La police estime que les prostituées françaises de Saigon, dont les clients sont les passagers des navires qui y font escale, ont été des prostituées en France, d’où elles arrivent directement ou après avoir passé quelque temps en Égypte [sic]. (Fraissinet 1935 : 2912.)

  • 13 Elle a en effet travaillé à Hanoi dans un hôtel, puis dans un restaurant, puis à l’hôtel Splendid o (...)

7Le dossier concernant Paulette Chevalier ne précise pas si elle se prostituait déjà en France ou dans une autre colonie française, mais il est possible que ce soit le cas au vu de ses fréquentations et des professions qu’elle a exercées dès son arrivée au Tonkin13.

  • 14 GGI, F725, dossier 65568, ANOM. Netta Fass s’appelle en fait Nacha Kwasniewska et est de nationalit (...)
  • 15 D’après Marc Fraissinet, il y aurait 25 prostituées françaises à Saigon dans les années 1930 (Frais (...)

8La richesse de la colonie indochinoise et, surtout, le taux de change avantageux entre la piastre et le franc, font tout de même de l’Indochine une destination intéressante pour ceux qui veulent s’enrichir rapidement : Netta Fass, prostituée à Saigon, est venue en Indochine pour gagner de l’argent afin d’agrandir le café que tient son compagnon à Marseille. Avant de venir en Cochinchine, elle a été pensionnaire d’une maison close à Tunis puis à Marseille – ce qui confirme les propos de Marc Fraissinet –, puis elle choisit l’Indochine sur les conseils de sa patronne de Marseille. Ce choix a pu être motivé également par la plus grande facilité qu’ont les prostituées françaises à se rendre en Indochine : si Netta Fass apparaît dans les archives, ce n’est pas parce qu’elle est une prostituée, mais parce qu’elle a utilisé une fausse carte d’identité française pour venir à Saigon14. La possibilité d’enrichissement reste quand même limitée par le peu de clients disponibles : les tarifs élevés des prostituées européennes restreignent leur clientèle, la population européenne est peu nombreuse et la concurrence asiatique importante, qu’il s’agisse des concubines ou des prostituées. Toutes ces raisons expliquent le faible nombre de prostituées européennes par rapport à leurs homologues dans d’autres territoires d’Asie du Sud-Est et par rapport aux prostituées asiatiques du Tonkin15.

Les karayuki-san, une mobilité encouragée par l’État japonais

  • 16 Karayuki-san veut littéralement dire « personne qui va en Chine ». Le sens a peu à peu évolué pour (...)
  • 17 En 1925, il y aurait 2 484 prostituées japonaises en Malaisie et à Singapour, 1 565 aux Philippines (...)
  • 18 Les chiffres donnés dans les sources ne représentent pas forcément la réalité car cette migration e (...)

9Le même constat de faiblesse numérique relative peut être fait des prostituées japonaises au Tonkin. Contrairement aux prostituées européennes, leur présence est largement acceptée par les autorités coloniales du Tonkin et il est, de ce fait, plus facile d’étudier cette catégorie de prostituées connue dans l’historiographie sous le nom de karayuki-san16. Les prostituées japonaises sont présentes dans toutes les villes importantes de Chine et d’Asie du Sud-Est, notamment à Singapour, aux Philippines et en Indonésie où elles se comptent par milliers17. Elles sont bien moins nombreuses en Indochine puisqu’un rapport japonais datant de 1914 en dénombre seulement 34018. Quelle que soit l’échelle choisie, le constat est le même : quand Singapour compte plusieurs milliers de prostituées japonaises, Hanoi en compte trente au maximum (Warren 2003 : 85-87) (voir fig. 1).

  • 19 Graphique établi par l’auteur à partir de plusieurs dossiers consultés aux archives (Tracol-Huynh 2 (...)

Fig.1. Nombre des karayuki-san à Hanoi19

Fig.1. Nombre des karayuki-san à Hanoi19
  • 20 RSTNF, dossier 02115, ANOM. La population japonaise en Indochine est très majoritairement féminine  (...)

10Cette différence s’explique, comme pour les prostituées européennes, par une clientèle moins importante en Indochine, même dans des grandes villes comme Hanoi ou Saigon, que dans d’autres régions de l’Asie du Sud-Est, notamment Singapour. Cette dernière ville connaît en effet un développement économique très important, permettant et nécessitant la présence d’une nombreuse main-d’œuvre masculine. Comme le rappelle James Warren, historien spécialiste de la prostitution à Singapour, les coolies chinois mariés ne peuvent ni financièrement ni légalement emmener leurs femmes, ce qui crée un formidable marché pour la prostitution (Warren 2003 : 33). La situation est très différente en Indochine qui ne connaît pas un tel développement économique. À Singapour, la présence des karayuki-san est liée à la nécessité de satisfaire les besoins d’une population japonaise de marchands installée à l’étranger. Cette raison ne s’applique pas vraiment en Indochine car les hommes japonais sont très peu nombreux et ne constituent pas une clientèle suffisante : en 1907, il y a sept prostituées japonaises et une matrone dans la ville de Đáp Cầu, mais aucun Japonais dans toute la province de Bắc Ninh20. Comme elles sont plus chères que les autres prostituées asiatiques, elles ne peuvent avoir qu’une clientèle restreinte de militaires européens ou de riches commerçants. Elles sont présentes dans les grandes villes tonkinoises – Hanoi et Haiphong –, dans les villes militaires – Lạng Sơn ou Yên Bái par exemple – et dans les centres miniers – Hòn Gai et Thái Nguyên (voir fig. 2).

Fig. 2. Répartition des karayuki-san au Tonkin entre 1896 et 1917

Fig. 2. Répartition des karayuki-san au Tonkin entre 1896 et 1917
  • 21 Les informations trouvées dans les archives ont été complétées par les données recensées par Frédér (...)

Source et crédit : (Tracol-Huynh 2013 : 393)21

11Les Européens constituent la clientèle visée par ces prostituées : « la Japonaise a depuis longtemps envahi les ports de l’Extrême-Orient : le Tonkin, depuis l’occupation française, a attiré l’attention des tenanciers et, actuellement, les maisons de prostitution s’élèvent jusqu’à la frontière de Chine, dans tous les centres où se trouve une agglomération européenne suffisante » (Roux 1905 : 204). Les Européens ont les moyens financiers de fréquenter les karayuki-san qu’ils trouvent généralement plus attirantes que les autres prostituées asiatiques. D’après Auguste Morel, sous-officier de marine arrivé au Tonkin en 1890, elles sont « traitées avec bienveillance par les Européens, surtout par les militaires français » (Morel 1953 : 54).

12Frédéric Roustan a bien montré l’imaginaire articulé à l’image des prostituées japonaises et nourri en grande partie par l’œuvre de Pierre Loti, Madame Chrysanthème (Roustan 2012 : 53-60). Celles que les Français appellent mousmés, et non karayuki-san, font partie de l’imaginaire exotique et érotique des marins français et leur fréquentation est perçue comme une obligation pour tout célibataire qui se respecte, d’autant que les mousmés jouissent d’une excellente réputation, notamment en matière de propreté.

Fig. 3. Une karayuki-san et son client, un militaire européen

Fig. 3. Une karayuki-san et son client, un militaire européen

Source : cette illustration est issue du journal hebdomadaire La Vie indochinoise, 12 décembre 1896 (Roustan 2012 : 80).

  • 22 Un dossier recense ainsi 15 prostituées japonaises, parmi lesquelles 10 sont originaires de l’île d (...)
  • 23 GGI, D638, dossier 21543, ANOM.

13Présentes dès le début de la colonisation française, les prostituées japonaises disparaissent aux alentours de 1920. Le mouvement migratoire amenant des prostituées japonaises dans toute l’Asie du Sud-Est a la particularité d’être sinon géré du moins promu par le gouvernement japonais (Warren 2003 : 199). Originaires des provinces rurales pauvres de l’île de Kyushu, au sud du Japon, les prostituées japonaises envoient de l’argent à leur famille, remplissant ainsi leurs obligations filiales, et parfois directement au gouvernement22. Après la victoire japonaise de 1905, la montée en puissance du Japon en Asie inquiète les autorités coloniales qui commencent à voir dans les prostituées japonaises des possibles espionnes (Nolly 1921 : 77). En 1910, le gouverneur général de l’Indochine attire l’attention du Résident supérieur au Cambodge sur une maison japonaise installée à Battambang. Après enquête, les autorités concluent qu’il n’y a pas de danger à laisser cette maison exister, que ce soit en termes d’espionnage – la répartition des troupes n’est pas un secret car le gouvernement l’a communiquée au Siam – ou en termes de propagande. Il sous-entend que la situation n’est pas la même au Vietnam où les victoires du Japon peuvent avoir un retentissement plus important23. Les prostituées japonaises sont donc surveillées parce qu’elles sont japonaises plus que parce qu’elles sont prostituées.

  • 24 Voir aussi GGI, D638, dossier 6706, ANOM.

14Une autre manifestation du lien entre le gouvernement japonais et les karayuki-san en Indochine est l’utilisation particulière du mot consulat qui sert à désigner les maisons de prostitution japonaises. Ces maisons remplissent des fonctions consulaires : les biens des défunts transitent par ces maisons qui servent également de lieu de rencontre entre les Japonais de l’Indochine et les Japonais de passage24. Dans une de ses nouvelles, Albert Puech décrit une maison de prostitution japonaise de Hanoi comme étant « aussi connue que la Résidence Supérieure ou le Gouvernement Général » puisqu’il s’agit aussi de la demeure du consul japonais à Hanoi, consul qui serait également le patron d’une douzaine de prostituées (Puech 1935 : 59).

Fig. 4. Le « consulat » japonais : consulat et maison de prostitution

Fig. 4. Le « consulat » japonais : consulat et maison de prostitution

Source : Cette illustration est issue du journal La Vie indochinoise du 13 novembre 1897 (Roustan 2012 : 71).

  • 25 Le même phénomène abolitionniste se déroule à Singapour avec 1909 et 1913 comme temps forts, avant (...)

15L’installation d’un consulat officiel en 1920 prive les maisons japonaises de leur fonction politique, mais ce n’est pas la plus sévère attaque qui leur est portée (Roustan 2001 : 117). Les karayuki-san deviennent progressivement une honte nationale pour le gouvernement japonais qui, après la Première Guerre mondiale, entend bien faire partie du concert des nations modernes. Dès 1917, une campagne est menée contre l’existence des karayuki-san par les membres de la communauté japonaise du Tonkin. Cette campagne se renforce en 192125 :

  • 26 Gouvernement de la Cochinchine [GouCoch], VIA.8, dossier 286 (19), Archives nationales du Vietnam c (...)

J’ai l’honneur de vous informer que le gouvernement du Japon ayant décidé d’enrayer la prostitution japonaise dans les pays étrangers, je vais prendre incessamment les mesures nécessaires pour éviter à l’avenir aux malheureuses femmes se trouvant sous ma juridiction l’exercice de ce métier dégradant et honteux. En vue de me permettre d’opérer à bref délai le renvoi de votre colonie des femmes japonaises entrant dans la catégorie ci-dessus, je vous serais très obligé, Monsieur le Gouverneur, de vouloir bien donner les instructions nécessaires aux autorités compétentes pour que, dorénavant, aucune patente ou autorisation ne soit délivrée, de quelque manière que ce soit, aux nouvelles postulantes26.

16Bien que le gouverneur général de l’Indochine n’accepte pas cette demande, parce qu’il est impossible de refuser une autorisation à une personne s’engageant à respecter les règlements et faisant une demande dans les règles, le nombre de prostituées japonaises commence à diminuer en Indochine et les archives ne les évoquent plus par la suite. Toutes les prostituées ne sont pas rapatriées et, si les maisons de prostitution japonaises disparaissent au profit des hôtels, la prostitution japonaise prend une nouvelle forme, clandestine.

  • 27 Quand Singapour compte entre 2 000 et 3 000 prostituées japonaises au tournant du siècle et 1 500 e (...)

17Bien que les karayuki-san soient largement moins présentes au Tonkin, et en Indochine de façon générale, que dans le reste de l’Asie du Sud-Est27, et bien que leur présence disparaisse, officiellement du moins, dans les années1920, cela n’enlève rien à leur succès au Tonkin. Une rue de Lạng Sơn porte ainsi leur nom (voir fig. 5).

Fig. 5. Plan du centre urbain de Lạng Sơn (1917)

Fig. 5. Plan du centre urbain de Lạng Sơn (1917)

Source : Bibliothèque nationale de France.

18Figure incontournable de la littérature exotique, la mousmé doit sa popularité à sa réputation et à son apparence spécifique. Elle se distingue en effet clairement des autres prostituées asiatiques par son costume – un kimono et des sandales de bois – et son chignon complexe, d’autant qu’à la différence de certaines prostituées vietnamiennes qui tendent à s’occidentaliser, les Japonaises gardent leur costume traditionnel qui est dit national (voir fig. 6).

  • 28 Collection personnelle de Frédéric Roustan, que je tiens à remercier.

Fig. 6. Carte postale représentant des prostituées japonaises en costume national28

Fig. 6. Carte postale représentant des prostituées japonaises en costume national28

19Bien que moins nombreuses que les prostituées chinoises ou vietnamiennes, les karayuki-san sont largement représentées sur les cartes postales qui circulent entre l’Asie et la France, preuve de leur succès auprès des Européens (Roustan 2012 : 79-83). Leur faible présence numérique n’empêche donc pas les prostituées japonaises de constituer un élément majeur du paysage prostitutionnel tonkinois, tant imaginaire que visuel.

De la Chine vers l’Indochine, et inversement

  • 29 Les rapports du bureau d’hygiène sont détaillés à partir de l’année 1913. Pour les années précédent (...)
  • 30 MH, S03, dossier 5769, ANV1 ; MH, D638, dossier 2595, ANV1.
  • 31 Les documents de l’époque parlent de congrégations pour désigner les communautés chinoises présente (...)

20Certainement plus nombreuses que les Européennes et que les Japonaises, les prostituées chinoises sont pourtant singulièrement absentes des archives. Les rapports du bureau des mœurs de Hanoi ne les mentionnent que deux fois, en 1942 et 194329. Il s’agit en fait d’une mention quasiment identique et relativement ambiguë : « Salon de thé : il existe à Hanoi plusieurs fumeries tenues par des Européennes ou Eurasiennes [sic]. Trois de ces maisons de rendez-vous ont des prostituées Eurasiennes, Chinoises, Indochinoises [sic]. Elles sont inscrites et passent la visite sanitaire soit au Dispensaire d’Hygiène, soit en Ville par un médecin Européen [sic] de leur choix30 ». L’ambiguïté provient de la confusion des lieux – salon de thé, fumeries, maison de rendez-vous – et, surtout, de la mention de prostituées chinoises inscrites car les effectifs officiels des prostituées pour ces deux années ne mentionnent pas de prostituées chinoises. Cette citation s’explique quand on la met en regard avec un autre passage du rapport de 1942 : « les prostituées métisses Chinoises ou Chinoises pures sont, en tout point, semblables à nos Eurasiennes ; elles sont par excellence récalcitrantes à toute réglementation. Elles trouvent au surplus près de leur congrégation un solide appui pour se plaindre de nous ou se dérober à nos exigences31 ». Le rejet de la réglementation provient du fait que les prostituées chinoises ne se définissent pas comme prostituées, mais comme chanteuses :

  • 32 « L’une des rares cartes d’Haïphong. Quelques autres vont paraître je crois ; j’essaierai d’en avoi (...)

Fig. 7. Une chanteuse chinoise à Haiphong vers 190032

Fig. 7. Une chanteuse chinoise à Haiphong vers 190032
  • 33 RSTNF, dossier 02153, ANOM.
  • 34 Les congrégations sont organisées selon l’origine géographique des migrants chinois. Il peut donc y (...)
  • 35 Elles seraient 45 en 1930 d’après le rapport de la SDN (1932). Les rapports de la police des mœurs (...)

21Cette définition explique à la fois l’absence des Chinoises dans les rapports du bureau d’hygiène de Hanoi avant 1942 et le fait que le commandant du 2e Territoire militaire se plaigne de « Chinoises de mauvaise vie » venues à Cao Bằng depuis Haiphong, Hà Đông et Hanoi33 : il y a bien des prostituées chinoises, mais la police des mœurs n’arrive pas à les soumettre à son contrôle. La difficulté d’imposer la réglementation aux prostituées chinoises provient également de leur statut d’Asiatiques étrangers en Indochine. Les autorités coloniales sont obligées de tenir compte des chefs de congrégation dans leurs relations avec les femmes chinoises, ce qui donne à ces dernières un moyen supplémentaire de contourner le système34. La position des chefs de congrégation à l’égard de la prostitution détermine en partie la présence officielle des prostituées chinoises : alors que les congrégations de Cholon en Cochinchine interdisent la prostitution, celles de Haiphong l’autorisent et on trouve des prostituées chinoises régulièrement inscrites dans cette ville35.

  • 36 RSTNF, dossier 02153, ANOM.
  • 37 GouCoch, VIA.7, dossier 194 (11), ANV2.

22Les rapports du bureau d’hygiène de Haiphong de 1930 et 1934 attestent de la présence de prostituées chinoises, sans préciser si elles sont régulièrement inscrites ni combien elles sont. On peut trouver un contre-exemple de la position favorable des congrégations chinoises envers la prostitution : en 1941, le chef de la congrégation chinoise de Cao Bằng « souhaite vivement » voir expulser les 150 « Chinoises légères » qui ont envahi les rues de la ville36. Qu’ils soient favorables ou non à la prostitution, les chefs de congrégation sont généralement des soutiens pour les autorités coloniales en ce qui concerne le contrôle de la prostitution. Il n’est d’ailleurs pas certain que le constat fait pour la Cochinchine soit exact car, bien que tous les fonds de la Cochinchine n’aient pas été dépouillés lors de ce travail, certains dossiers attestent l’existence d’une prostitution chinoise à Cholon, ville majoritairement peuplée de Chinois. À Saigon, l’existence de la prostitution chinoise, comme son inexistence, est plus difficile à établir : en 1904 il y a une maison de prostitution chinoise, mais par la suite les prostituées chinoises semblent avoir disparu, à tel point que la mairie décide de supprimer de la réglementation générale de la prostitution les taxes des prostituées et maisons chinoises37.

  • 38 En 1930, le docteur Joyeux écrit que quelques Chinoises seulement « sont régulièrement cartées, les (...)
  • 39 Résidence de Nam Định [RND], D638, dossier 1208, ANV1.
  • 40 RST, D638, dossier 1990, ANV1.
  • 41 Tribunal de Haiphong [THP], dossier 1982, ANV1.
  • 42 Ce sont les seules villes pour lesquelles la présence de prostituées chinoises est mentionnée dans (...)

23Une dernière raison de la discrète présence des prostituées chinoises dans les archives provient de leur clientèle : à Saigon et Cholon en 1904 ou à Hanoi en 1930, les prostituées comme les chanteuses chinoises semblent réservées à une clientèle chinoise, ce qui inquiète donc moins les autorités coloniales38. Nombreux en Indochine, les Chinois détiennent une part considérable du commerce indochinois intérieur et extérieur (Brocheux & Hémery 1994 : 194-195). Le nombre important de prostituées et chanteuses chinoises à Haiphong s’explique par le fait que cette ville, principal port du Tonkin, qui plus est proche de la Chine, possède une importante communauté chinoise. Le même constat peut être fait pour Nam Định où une quarantaine de chanteuses sont entretenues par les négociants chinois de la ville en 189439. Bien que la présence de Chinois dans une ville explique celle de prostituées/chanteuses chinoises, ce n’est pas la seule explication : le règlement de 1901 pour la ville de Nam Định est ainsi jugé nécessaire à cause de l’augmentation de la population européenne qui va accroître le nombre de maisons japonaises et chinoises40. En 1926, une prostituée clandestine chinoise de Haiphong est arrêtée par la police des mœurs, après avoir été identifiée par un militaire européen du 9e Colonial41. Si les prostituées chinoises ont également une clientèle européenne, l’essentiel de leurs clients reste les Chinois, comme le montrent les villes où elles sont présentes : Hanoi – la capitale –, Haiphong – le port –, Nam Định – la ville de la Société cotonnière du Tonkin –, c’est-à-dire les trois grands centres économiques du Tonkin, mais aussi Cao Bằng, Móng Cái et Lào Cai42. Dans ces trois dernières villes, la présence de Chinois est importante, à cause du commerce et de leur proximité avec la Chine.

  • 43 RST, D605, dossier 33059, ANV1.
  • 44 RSTNF, dossier 04015, ANOM. Il s’agit de la ville chinoise de Dongxing.
  • 45 Preuve de cet intérêt, il existe une sous-série concernant la traite dans le cadre de classement ét (...)

24Pour Cao Bằng, Móng Cái et Lào Cai, c’est surtout la proximité de la Chine qui explique la présence de prostituées chinoises car ces dernières ne sont pas forcément toutes installées dans les villes vietnamiennes : elles y viennent, le soir pour trouver des clients tout en habitant en Chine, ce qui leur évite de se soumettre à la réglementation. La situation semble avoir été fréquente car les règlements de police de Cao Bằng et Móng Cái prévoient le cas de ces Chinoises de passage43. Le passage peut également se faire dans l’autre sens et des prostituées du Vietnam, chinoises ou vietnamiennes se rendent parfois en Chine pour éviter la surveillance de la police des mœurs. En 1914, il est ainsi question de « femmes qui, réfugiées à Tong-Hing viennent se prostituer aux soldats de Moncay », mais il n’est pas précisé si ces femmes sont vietnamiennes ou chinoises44. La frontière sino-vietnamienne, en effet, « en dépit de l’abornement et des conventions d’État, [joue] le rôle d’une membrane poreuse à travers laquelle s’établi[t] l’osmose indispensable entre des régions rattachées depuis des siècles à deux systèmes étatiques différents mais formant un tout complexe au plan humain etéconomique » (Dauphin 1989 : 105). Dans cette zone septentrionale relativement mal contrôlée par la Chine et par la France, les marchandises comme les personnes transitent aisément d’autant que « pour les populations locales vivant depuis des décennies dans des villes et villages frontaliers, habitués aux contacts fréquents avec des individus extérieurs mais néanmoins familiers, la frontière n’est matérialisée que par une rivière, un pont, une porte symbolique à franchir » (Grillot 2010 : 46-47). La porosité de la frontière, notamment du Vietnam vers la Chine, se manifeste dans un phénomène qui inquiète les autorités coloniales et la SDN45 : la traite des êtres humains (Lessard 2015).

Volontaire ou forcée ? Raisons et réseaux de la mobilité

  • 46 Le trafic des êtres humains ne concerne pas seulement l’Indochine et il alimente, par exemple, les (...)
  • 47 RST, F76, dossier 76594, ANV1.

25« Depuis des siècles l’Extrême-Orient se livre à la traite des Jaunes », telle est la première phrase de l’étude d’André Baudrit, historien français du début du xxsiècle qui vécut en Indochine (Baudrit et al. 2009 : 100)46. Si les routes du trafic des êtres humains au Tonkin sont relativement bien connues, l’importance de ce trafic est difficile à saisir en raison de son caractère clandestin. En 1912, le résident supérieur au Tonkin estime ainsi que 500 enfants sont enlevés tous les ans au Tonkin, « au moins47 ». L’existence de ce trafic d’êtres humains impose de s’interroger sur la question du caractère volontaire ou forcé de la mobilité des prostituées : alors que deux des chapitres de son étude s’intitulent « rapt » et « vente », André Baudrit estime que la majorité des femmes ne sont pas des victimes de la traite, ou alors des victimes volontaires :

Il faut vivre ! Mais comment ? […] Il faut alors s’expatrier. Les jeunes filles le comprennent et ne s’y opposent nullement. Elles y sont poussées par un goût de l’imprévu et de l’aventure, auquel s’ajoute l’ardent désir d’améliorer la situation. Leur existence est si précaire qu’en partant vers l’inconnu elles peuvent, soit continuer leur vie de misère sans l’aggraver, soit, au contraire, aller vers une position meilleure. C’est donc, le plus souvent, en toute connaissance de cause, qu’elles s’entendent avec l’entremetteuse. (Baudrit et al. 2009 : 128.)

Acteurs et géographie de la traite au Tonkin

  • 48 RST, F76, dossier 55381, ANV1.

26Telle qu’elle est présentée dans les archives ou dans la presse, la traite est le fait de Chinois, souvent appelés pirates, qui enlèvent des femmes et des enfants au Tonkin pour les emmener en Chine pour des adoptions, des mariages ou pour approvisionner les maisons de prostitution. Dans les faits, la réalité est plus complexe et si les Chinois sont effectivement présents dans ce trafic, pour des raisons évidentes de connaissance du marché chinois, les Vietnamiens jouent un rôle important. Encore plus que les hommes, ce sont les femmes vietnamiennes qui jouent le rôle de recruteuse car beaucoup de ces Vietnamiennes sont en relation étroite avec des Chinois, en tant qu’épouses ou domestiques. Elles recrutent les jeunes filles sur les marchés, où une disparition peut passer plus facilement inaperçue car beaucoup de personnes viennent de la campagne vendre leurs récoltes, et encore plus souvent dans les chaloupes. Profitant de ce que les jeunes filles sont seules et déjà en déplacement, elles discutent avec elles, leur promettant un bon métier ou un bon mari avant de les revendre. En se rendant à Nam Định, une jeune fille de 15 ans rencontre ainsi un Chinois qui lui recommande d’aller à Haiphong et lui paie même le voyage. Une fois arrivée, ne sachant que faire, elle se rend au marché où elle fait la rencontre d’une Vietnamienne qui la questionne et lui promet du travail. Elle l’emmène alors, à l’aide d’un Chinois, sur un sampan pour la faire embarquer clandestinement sur un bateau à destination de Hong Kong48.

  • 49 Il s’agit peut-être de la petite ville chinoise de Xiaotian, au vu de la localisation donnée dans l (...)
  • 50 THP, dossier 511, ANV1.

27Cet exemple montre aussi le caractère assez peu organisé d’un trafic caractérisé par « l’emboîtement d’une succession d’intermédiaires qui n’ont entre eux que des contacts épisodiques lorsqu’une occasion se présente » (Henriot 1997 : 191). Les jeunes filles passent ainsi de main en main à l’image de Nguyen Thi Mui, originaire des environs de Hanoi, « circonvenue aux moyens de belles promesses » par une Vietnamienne qui l’emmène à Lào Cai, la vend sur la route à un Chinois qui la revend à un autre Chinois à Xin Tien, en Chine49. L’aspect fragmentaire du trafic n’empêche pas l’existence de recruteurs plus professionnels ou de réseaux : en 1910, une Vietnamienne au service d’un couple chinois porte plainte contre ses patrons qui lui ont demandé d’aller chercher des jeunes filles dans les campagnes pour les envoyer en Chine. Elle explique au commissaire qu’ils achètent régulièrement des Vietnamiennes, les emmènent à Hong Kong où ils les vendent à des maisons de prostitution. En six mois, ils ont envoyé quatre fois des jeunes filles en Chine50.

  • 51 RST, dossier 7644, ANV1.

28Les souteneurs des prostituées européennes sont sans doute eux aussi des professionnels, mais les sources manquent. Si l’on reprend l’exemple de Netta Fass évoqué précédemment, on voit bien l’existence d’un réseau mafieux qui oriente les prostituées et leur donne les moyens, ici des faux papiers, de se déplacer. La même remarque peut être faite pour les réseaux japonais et, dans ce cas, le professionnalisme des recruteurs et des agents qui emmènent les filles s’explique par le caractère légal de cette traite. Les réseaux japonais sont bien organisés et dépassent les frontières. Le mari d’une patronne japonaise de Hanoi se rend ainsi régulièrement à Hong Kong pour recruter des pensionnaires pour les différentes maisons que possède sa femme, à Hanoi, Việt Trì, Yên Bái et dans le Kouang-Tchéou-Wan [Guangzhou Wan]. La maison de Hanoi semble être la maison-mère car elle reçoit régulièrement la visite de Japonais venant de Hong Kong, restant juste le temps d’amener de nouvelles Japonaises ou des produits japonais pour les pensionnaires des maisons51.

  • 52 Les dossiers consultés pour la Cochinchine montrent que les routes de la traite vont au Cambodge et (...)
  • 53 Le dossier ne précise pas si ces enfants sont emmenés pour être vendus à des maisons de prostitutio (...)
  • 54 RST, F76, dossier 55381, ANV1.
  • 55 Voir par exemple RST, F76, dossier 76594, ANV1.

29La principale destination de la traite des Tonkinois est la Chine, en raison de sa proximité52. Des femmes et des enfants vietnamiens se retrouvent ainsi en Chine du Sud, à Hokéou [Hekou], Long Tchéou [Longzhou], Packhoi [Beihai], Fort Bayard [Zhanjiang], Hoi-Hao [vers l’actuelle ville de Haikou], Canton [Guangzhou] ou encore Hong Kong (Tracol-Huynh 2013 : 412). Ce trafic dépasse la simple zone frontalière car l’ensemble du Tonkin est concerné. En septembre 1906, une soixantaine d’enfants est ainsi trouvée par le service des douanes de Haiphong à bord de bateaux à destination de Beihai ou de Hong Kong53. Sept d’entre eux, les plus âgés, sont interrogés, notamment sur leur province d’origine : deux viennent de la province de Thái Bình, deux de celle de Nam Định, un de Hải Dương, un de Hanoi et un de Hà Nam, autant de provinces faisant partie de la moitié sud du Tonkin et, par conséquent, étant éloignées de la zone frontalière54. Les routes vers la Chine sont nombreuses et, dans son étude, André Baudrit en cite plusieurs : une route partant de Đông Triều, au nord de Haiphong, jusqu’à Lạng Sơn en passant par Bắc Giang, une autre franchissant la frontière à Móng Cái et une dernière voie, maritime, partant de la côte entre Haiphong, Quảng Yên et Móng Cái, à travers la baie d’Along dont les îles, notamment celle de Cát Bà, ainsi que les grottes servent de dépôt clandestin, route aboutissant à la presqu’île chinoise de Leizhou ou l’île de Hainan (Baudrit et al. 2009 : 113-115). Cette liste oublie d’autres axes importants du trafic, notamment les routes menant à Lào Cai ou celles traversant la province frontalière du Hà Giang55.

Fig. 8. Les principales routes de la traite du Tonkin vers la Chine

Fig. 8. Les principales routes de la traite du Tonkin vers la Chine

Source et crédit : (Tracol-Huynh 2013 : 413).

30Haiphong est la plaque tournante de ce trafic, tant maritime que terrestre. Très nombreux sont les cas de personnes enlevées ou emmenées vers Haiphong puis, de là, expédiées par la voie maritime, fluviale, ferrée ou terrestre. Tous les moyens de transport sont en effet utilisés, en fonction de la route choisie et de la surveillance exercée par les autorités.

  • 56 Aujourd’hui encore, les Vietnamiennes vendues en Chine du Sud le sont en grande partie pour la pros (...)
  • 57 RST, F7, dossier 3384, ANV1 ; Résidence de Hà Đông [RHD], F76, dossier 2787, ANV1.

31Dès les années 1880, les autorités coloniales s’inquiètent de ce trafic qu’elles estiment étroitement lié à la prostitution56. Dès 1887, le directeur des Douanes attire ainsi l’attention du Résident général en Annam-Tonkin sur les Vietnamiennes vendues en Chine à des maisons de prostitution ; en 1891, le résident supérieur au Tonkin envoie une circulaire à tous les résidents provinciaux pour qu’ils soient plus prudents lorsqu’ils délivrent des passeports à des Chinois accompagnés d’enfants car « trop souvent ces enfants sont des petites filles annamites destinées à la prostitution57 ». André Baudrit, écrivant au début des années 1940, fait le même lien entre ce trafic et la prostitution :

[…] les buts de la capture des êtres humains chez les Chinois et chez les Annamites sont […] l’esclavage, auquel s’ajoute une variante : la prostitution. C’est à ce dernier mobile que répond toute l’organisation qui étend ses filets sur le Tonkin, le Nord-Annam, et dans une bien moindre proportion sur le reste de l’Indochine. (Baudrit et al. 2009 : 104.)

  • 58 Le discours sur la traite s’articule avec un discours contre l’esclavage : « les ventes volontaires (...)
  • 59 Un commis des Douanes de Haiphong, qui comprend le vietnamien, écrit ainsi à son directeur que « la (...)
  • 60 RST, F76, dossier 76594, ANV1.

32Prenant souvent la forme de rapt et de vente, ce trafic heurte de front les principes de la mission civilisatrice que la France entend réaliser dans ses colonies58. C’est surtout un problème politique, à un double niveau : l’existence de ce trafic contredit le contrôle de la France sur le territoire et les populations qu’elle est censée dominer d’une part et, d’autre part, elle peut être source de critiques de la part des Vietnamiens59. La lutte contre la traite se heurte néanmoins à plusieurs problèmes, le premier étant un manque de moyens humain et financier pour contrôler une double frontière, terrestre et maritime. Le second problème est juridique car, pendant longtemps, les tribunaux français ne peuvent juger ce genre de délits hors des villes de Hanoi et Haiphong, municipalités françaises, et encore faut-il que les coupables soient justiciables des tribunaux français et non des tribunaux indigènes. Par la suite, la situation n’est pas plus simple car le Code pénal applicable aux Vietnamiens ne permet d’atteindre les coupables que s’il est prouvé qu’ils ont enlevé, par fraude ou violence, des enfants pour les vendre comme esclaves. Or, l’esclavage au sens européen n’existe pas en Chine d’après le résident supérieur au Tonkin. La solution qu’il propose est de parler d’enfants « vendus en tant qu’esclaves, ce qui peut encore prêter à discussion60 ». Que faire si les enfants sont adoptés par exemple ? Et que faire dans le cas des adultes ? Aucune mesure d’envergure n’est prise et aucune institution ne semble avoir été fondée pour lutter contre la traite. Les solutions consistent à surveiller les voies de communication, à être attentif en ce qui concerne la délivrance de passeport ou à prendre en charge les Vietnamiennes qui demandent l’aide des autorités quand elles réussissent à s’enfuir de la maison de prostitution à laquelle elles ont été vendues. La lutte contre la traite vise donc uniquement la traite internationale, celle à destination de la Chine, et laisse de côté le trafic interne au Tonkin.

Une double mobilité interne

  • 61 Les reportages des années 1930 évoquent régulièrement l’origine rurale des prostituées hanoiennes ( (...)

33La mobilité interne est constituée par un double mouvement : le premier est celui qui amène des jeunes filles dans les maisons de prostitution, le second est constitué par les prostituées qui se rendent de province en province, de ville en ville, selon les opportunités. Le premier mouvement ressemble beaucoup à celui de la traite internationale, à cette différence que les Chinois ne sont plus impliqués. Il s’agit d’un trafic vietnamien qui reprend les mêmes procédés que celui de la traite car des femmes, souvent âgées, parcourent la campagne, les marchés, les sampans pour trouver des jeunes filles. L’approvisionnement des maisons de prostitution tonkinoises constitue en fait souvent la partie finale de la mobilité des prostituées. Les jeunes filles se sont en effet déjà déplacées, généralement volontairement d’après les dossiers conservés, de la campagne vers la ville ou d’une ville à l’autre dans l’espoir d’une situation meilleure61. Cette mobilité se perçoit dans l’origine géographique des prostituées de certaines villes :

  • 63 Résidence de Phú Thọ [RPT], D638, dossier 103, ANV1. Les distances sont indicatives et renvoient à (...)

Tableau 1. Origine géographique de quelques prostituées de Việt Trì en 191163

Province d’origine Nombre de prostituées Distance de Việt Trì (km)
Sơn Tây 1 55
Hà Đông 2 60
Hưng Yên 1 110
Nam Định 1 140
Nình Bình 1 170
  • 63 MH, D638, dossier 2584, ANV1.

Tableau 2. Origine des 30 prostituées clandestines arrêtées à Hanoi les 13 et 14 février 191463

Province d’origine Nombre de prostituées Distance de Hanoi (km)
Hanoi 7 dont 3 de la ville même -
Hà Đông 9 15
Hưng Yên 2 40
Phủ Lý 1 60
Hà Nam 1 60
Nam Định 5 75
Haiphong 2 dont 1 de la ville même 105
Kiến An 1 105
Thái Bình 2 110
  • 64 Le constat est également vrai pour les prostituées clandestines, comme le montre le tableau pour Ha (...)

34Dans les deux cas, l’aire de recrutement est large, notamment dans le cas de Việt Trì. Le constat que fait Alain Corbin, selon lequel les grandes villes ont une aire de recrutement plus large que les villes moyennes et petites, doit donc être nuancé (Corbin 1978 : 75). Việt Trì est certes une petite ville, mais c’est un très important centre militaire, ce qui en fait une destination de choix pour les prostituées. Il est en revanche certain que les prostituées sont souvent des étrangères dans la ville où elles exercent : sur les trente prostituées arrêtées à Hanoi, trois seulement sont originaires de cette ville, et la moitié vient de provinces relativement éloignées. Des femmes originaires de Haiphong viennent se prostituer à Hanoi et inversement : « la prostituée inscrite est presque toujours une déracinée [ce qui s’explique par] le désir d’anonymat dont font souvent preuve les filles » (ibid. : 76-77)64.

  • 65 RST, S2, dossier 74533, ANV1 ; RND, D638, dossier 1208, ANV1.
  • 66 MH, D638, dossier 2587, ANV1.
  • 67 GGI, dossier 4399, ANOM.

35Le second mouvement est celui des « filles errantes, – ces filles qui vont de place en place faire marché de leur corps, s’arrêtent dans chacune d’elles quelques jours, rarement une semaine, font des victimes et repartent avant d’avoir été signalées et visitées » (Abadie-Bayro 1915 : 34). Les autorités de Việt Trì, tout comme celles de Nam Định, se plaignent ainsi régulièrement des « allées et venues fréquentes » des prostituées venues d’autres provinces65. La mobilité des prostituées a plusieurs explications. Elle peut tout d’abord être forcée, les autorités ayant pendant longtemps l’habitude d’expulser hors de la province les prostituées malades donc « inaptes66 ». Chassées, elles se rendent alors dans une autre province. Les filles malades peuvent également partir d’elles-mêmes pour éviter le séjour au dispensaire et, en 1907, la direction générale de la Santé recommande de prendre des mesures pour empêcher ces prostituées de quitter une province pour se rendre dans une autre67. La majorité des prostituées ne souhaitant pas se soumettre à la réglementation, elles s’enfuient dès qu’elles se sentent surveillées ou qu’un nouveau règlement est mis en place.

36La mobilité peut enfin être volontaire, les prostituées se rendant dans des villes où les opportunités sont plus nombreuses. Ces opportunités peuvent être une clientèle plus importante ou plus riche : le docteur Martial, médecin militaire à Lạng Sơn, décrit « la population flottante des filles clandestines, faisant les postes, venant des garnisons de Dap-Cau à celles de Langson, allant vers celles de Cao-Bang et de Moncay. […] Très averties, elles passent à travers les mailles de la surveillance, visitant la ville à l’époque du prêt et la quittant avant que leurs victimes n’aient le temps de les signaler » (Martial 1937 : 468).

Fig. 9. La tournée des postes militaires par les prostituées en 1937

Fig. 9. La tournée des postes militaires par les prostituées en 1937

Source : carte établie par l’auteur.

  • 68 « Si la mobilité est une arme utilisée par les filles, notamment dans les cas (fréquents) de mésent (...)

37Cette forme de mobilité est sans doute volontaire, mais elle peut également être initiée par les patronnes des maisons de tolérance qui veulent renouveler leur clientèle, soit en faisant tourner leurs filles entre les plusieurs maisons qu’elles possèdent, soit en s’échangeant des prostituées68.

Pauvreté et vulnérabilité des personnes concernées

  • 69 Parmi les promesses faites par les racoleurs/euses pour les maisons de prostitution, l’argent n’app (...)
  • 70 THP, dossier 2532, ANV1. Sur le lien prostitution-pauvreté voir Việt Sinh (2000 : 685-688) ; F. A. (...)
  • 71 Voir, par exemple, THP, dossier 1831 ou dossier 2532, ANV1.
  • 72 Il est vrai que les dossiers conservés dans le fonds du THP ont un effet de distorsion car ils corr (...)

38Si les prostituées se déplacent, au Tonkin ou à l’étranger, c’est pour trouver une situation meilleure. N’en déplaise au docteur Joyeux pour qui les prostituées sont moins poussées par la pauvreté et la misère que par « l’appât d’un gain facile et du luxe, la paresse et le vice », elles deviennent prostituées parce qu’elles sont pauvres (Joyeux 1935 : 337 ; Vũ Trọng Phụng 2001)69. Pham Thi Hai, prostituée clandestine de 18 ans à Haiphong, avoue à la police qu’elle se prostitue depuis environ deux semaines pour lui « permettre de vivre » et les prostituées japonaises du Tonkin sont majoritairement originaires des provinces pauvres du sud de l’archipel70. Pour Henri Virgitti, maire de Hanoi dans les années 1930, les prostituées viennent de la campagne ou sont « issues du bas peuple » comme, par exemple, les prostituées clandestines arrêtées par la police des mœurs de Haiphong, qui se disent marchandes, de fleurs ou de légumes, domestiques, ou sans profession71. Leur vulnérabilité économique est renforcée par leur jeunesse : les exemples évoqués dans ce chapitre concernent des jeunes filles de moins de 20 ans, beaucoup sont même âgées de 15 ans72. Les maisons de prostitution recherchent avant tout des femmes jeunes pour attirer la clientèle :

  • 73 MH, D638, dossier 2584, ANV1.

Fig. 10. Âge des 30 prostituées clandestines arrêtées à Hanoi les 13 et 14 février 191473

Fig. 10. Âge des 30 prostituées clandestines arrêtées à Hanoi les 13 et 14 février 191473
  • 74 Alors qu’en Chine les enlèvements constituent la base essentielle du trafic alimentant les maisons (...)

39Leur jeunesse fait d’elles des « victimes de l’ignorance et de la naïveté », ce qui, associé à la pauvreté, explique que de nombreuses jeunes filles suivent les personnes inconnues qu’elles rencontrent en route si celles-ci leur promettent une bonne situation ou un mari (Charbonnier 1936 : 23). Les fausses promesses constituent en effet le mode de recrutement le plus important pour la traite transnationale et nationale74. L’entrée dans la prostitution mêle ainsi choix volontaire et contrainte : si la mobilité de départ est souvent volontaire, le basculement dans la prostitution ne l’est pas toujours. Nouvellement arrivées en ville, les jeunes filles n’y disposent pas forcément de connaissances, famille ou voisins, pouvant les aider et elles peuvent avoir des difficultés à trouver du travail, ce qui en fait des « proies faciles » pour les recruteurs/euses (Virgitti 1938 : 60). Dans son reportage, N. T. évoque les difficultés des jeunes campagnardes cherchant un travail en ville (N. T. 1936) :

Sans un sou, avec les seuls vêtements que je porte sur moi, je gagne la ville à pied… Et me voici ! […] Que voulez-vous que je fasse ? Vous allez dire qu’il ne me manque pas de métiers ? que je peux m’embaucher comme coolie, comme ouvrière dans quelque manufacture ? C’est si aisé de le dire. Pour avoir du travail, il faut avoir des connaissances ou de l’argent. On ne prend pas une première venue. Je ne suis qu’une campagnarde, dépourvue d’instruction, de tout. […] Par un heureux ou malheureux hasard, je rencontre, à la rue J.D., une femme qui fait métier de placer les domestiques. […] Alors, je comprends. Je tombe dans une maison de plaisance et ma patronne n’en est autre que la propriétaire.

  • 75 THP, dossier 2345, ANV1.
  • 76 Christian Henriot fait le même constat d’une prostitution forcée pour Shanghai (1997 : 207-213). Ce (...)

40Bien souvent les jeunes filles sont forcées de se prostituer, parfois de façon violente. Thi Nhan, âgée de 15 ans, est venue à Haiphong pour chercher une place de domestique avec sa cousine. Toutes deux se rendent au marché aux domestiques et y rencontrent une placeuse qui les envoie chacune dans une maison pour garder des enfants. Elles sont toutes les deux forcées par leurs patrons à se prostituer. Quand Thi Nhan refuse, sa patronne lui donne des coups de rotin et son patron l’insulte. Sous les menaces de ses patrons, elle a des relations avec le client au retour de celui-ci75. Même si des contre-exemples existent, il semble que la quasi-totalité des prostituées le soient sous la contrainte des circonstances – à savoir la pauvreté – ou d’une personne extérieure, que celle-ci soit la patronne de la maison chez qui elles sont amenées sous de faux prétextes ou un membre de leur propre famille76. Quelques dossiers conservés évoquent le cas de filles se prostituant pour subvenir aux besoins de leurs familles, ces dernières les ayant fortement incitées à le faire : quand Nguyên Thi Su a 17 ans, sa mère et son beau-père lui disent qu’il « fallait qu’elle se prostitue pour [les] nourrir » et elle leur donne la moitié de l’argent que lui remet sa patronne.

  • 77 Pour des exemples liés à la traite vers la Chine, voir notamment les dossiers RST, F76, dossiers 55 (...)
  • 78 THP, dossier 1134, ANV1 ; RPT, D638, dossier 102, ANV1 ; THP, dossier 677, ANV1.
  • 79 L’article 95 du code Gia Long interdit formellement la location et la mise en gage des épouses et d (...)

41La pauvreté pousse même certaines familles à vendre leurs enfants, parfois directement à des maisons de prostitution77 : une fillette de quatre ans est ainsi vendue par sa mère pour 5 piastres ($) à une patronne de Haiphong en 1909 ; une jeune fille est vendue par ses parents adoptifs pour 3 $ à une patronne de Việt Trì ; un homme emprunte 20 $ à une patronne de sa connaissance à Haiphong en lui laissant sa fille en gage78. Alors que la vente et la mise en gage des épouses et des filles est formellement interdite par la loi vietnamienne, le code Gia Long, le procédé semble courant, surtout en période de disette79. Il paraît accepté par une partie de la population qui n’hésite pas à l’évoquer devant les autorités coloniales :

  • 80 RST, F76, dossier 55381, ANV1.

Les rapts sont rares ; mais en revanche les ventes d’enfants, qui se pratiquent en Indochine de temps immémorial et ont leur cause première dans la pauvreté, se rencontrent avec une fréquence regrettable. L’autre jour, à une audience correctionnelle un pauvre vieil Annamite, condamné à la requête des Douanes et Régies à 500 francs d’amende pour fabrication d’alcool, demanda au Tribunal un délai pour… vendre son enfant et se procurer de quoi payer l’amende. Nous sommes malheureusement à peu près désarmés pour empêcher un tel état de choses80.

42Si la pauvreté est à l’origine de la mobilité des prostituées et de leur entrée, volontaire ou forcée, dans la prostitution, il n’est pas certain que leur situation s’améliore une fois qu’elles sont entrées dans le monde prostitutionnel car les reportages sur la prostitution à Hanoi dans les années 1930 de Trọng Lang, Việt Sinh et Vũ Trọng Phụng montrent clairement que le monde de la prostitution est un monde de la misère. Qu’elles choisissent d’aider leur famille par respect des obligations filiales – à l’image du sacrifice de Kiều, l’héroïne de la littérature vietnamienne – ou qu’elles se résignent à rester dans la maison dans laquelle elles ont été amenées, les prostituées entrent dans un monde d’exploitation économique et de violence multiple duquel il est souvent difficile de sortir (Lainez 2015).

Conclusion

43Parce qu’elles rejettent majoritairement le système réglementaire et choisissent l’ombre de la clandestinité, les prostituées restent largement invisibles aux yeux des autorités, d’autant que la lecture exclusivement médicale que ces dernières font de la prostitution ne les pousse pas à s’intéresser aux prostituées, pourtant figures centrales du monde prostitutionnel. Cette double invisibilité explique l’impossibilité de fournir des statistiques précises portant sur l’ensemble de la période ainsi que l’aspect parfois fragmentaire de cet article. Cet aspect provient également du fait que les prostituées, bien qu’elles possèdent des caractéristiques communes, ne constituent pas un ensemble homogène : si les profils présentent des ressemblances – jeunesse, pauvreté, vulnérabilité –, ils ne sont pas pour autant parfaitement identiques et les parcours peuvent se révéler très différents. Le manque d’informations n’a pas permis de peindre le portrait des prostituées, seulement d’en dessiner les contours en mettant en avant leur double dimension d’objets et de sujets de leur propre histoire. La mobilité des prostituées est, encore aujourd’hui, étudiée sous l’angle de la traite des êtres humains, ce qui cantonne de facto les prostituées à un rôle de victimes passives. Cette vision n’est pas fausse, mais elle est beaucoup trop réductrice car toutes les prostituées ne sont pas vendues par leurs parents ou par des inconnus. La mobilité peut être volontaire, l’entrée dans la prostitution ne l’est, en revanche, pas toujours : la dimension forcée de la prostitution a permis de soulever la question de la violence multiforme imposée aux prostituées par leurs parents, les recruteurs, les patronnes, les souteneurs ou encore les autorités.

Haut de page

Bibliographie

ABADIE-BAYRO, Dr., 1915, « Morbidité vénérienne des troupes européennes de l’Annam-Tonkin, moyens prophylactiques proposés », Bulletin de la Société Médico-Chirugicale de l’Indochine [BSMCI] : 30-62.

BAUDRIT, André, Nicolas LAINEZ et Pierre LE ROUX, 2009, Bétail humain, la traite des femmes et des enfants en Indochine et en Chine du sud, suivi de onze documents sur l’esclavage, 1860-1940, Paris : Connaissances et Savoirs.

BROCHEUX, Pierre & Daniel HÉMERY, 1994, Indochine, la colonisation ambiguë1858-1954, Paris : Éditions la Découverte.

CATTAN, Nadine & Stéphane LEROY, 2013, Atlas mondial des sexualités. Libertés, plaisirs et interdits, Paris : Éditions Autrement.

CHARBONNIER, Dr., 1936, Contribution à l’étude de la prophylaxie antivénérienne à Hanoi, Paris : Jouve et Cie.

CHAUMONT, Jean-Michel, 2009, Le Mythe de la traite des Blanches : enquête sur la fabrication d’un fléau, Paris : la Découverte.

CORBIN, Alain, 1991 « La mauvaise Éducation de la prostituée au xixe siècle », in Le Temps, le désir et l’horreur : essais sur le dix-neuvième siècle, Paris, Aubier [1re édition 1987], p. 107-115.

CORBIN, Alain, 1978, Les Filles de noce, misère sexuelle et prostitution aux xixe et xxe siècles, Paris : Aubier.

DAUPHIN, Antoine, 1989, « La Frontière sino-vietnamienne de 1895-1896 à nos jours », in Les Frontières du Vietnam, Pierre-Bernard Lafont, Paris : l’Harmattan, p. 104-117.

F. A. C., 1937, , « Chanteuses ? », Annam nouveau, 13 juillet.

FRAISSINET, Marc, 1935, La Prostitution réglementée et la traite des femmes aux colonies françaises, protectorats et pays placés sous mandat [4e rapport au 5e Congrès national contre l’immoralité publique], Cahors : imprimerie de Coueslant.

GRILLOT, Caroline, 2010, Volées, envolées, convolées… Vendues, en fuite ou re-socialisées : les « fiancées » vietnamiennes en Chine, Paris : Connaissances et savoirs.

HENRIOT, Christian, 1997, Belles de Shanghai, Prostitution et sexualité en Chine aux xixe-xxe siècles, Paris : CNRS éditions.

JOYEUX, Dr., 1930, « Le Péril vénérien et la prostitution à Hanoi », BSMCI : 453-675.

JOYEUX, Dr., 1935, « Le Péril vénérien en Indochine », Feuillets d’hygiène indochinoise, Hanoi : imprimerie d’Extrême-Orient, p. 328-339.

LAINEZ, Nicolas, 2012, « Commodified Sexuality and Mother Daughter Power Dynamics in the Mekong Delta », Journal of Vietnamese Studies, 7, 1 : 149-180.

LAINEZ, Nicolas, 2015, « Par-delà la traite des femmes vietnamiennes en Asie du Sud-Est. Anthropologie économique des carrières intimes », thèse, EHESS.

LESSARD, Micheline, 2009, « “Cet ignoble trafic” : The Kidnapping and Sale of Vietnamese Women and Children in French Colonial Indochina, 1873-1935 », French Colonial History, 10 : 1-34.

LESSARD, Micheline, 2015, Human Trafficking in Colonial Vietnam, New York : Routledge.

LIMONCELLI, Stephanie A., 2010, The Politics of Trafficking. The First International Movement to Combat the Sexual Exploitation of Women, Stanford : Stanford University Press.

MARTIAL, Dr., 1937, « La Prophylaxie des maladies vénériennes dans une garnison du Tonkin (Langson) », Annales de médecine et de pharmacie coloniales, 35 : 464-495.

MOREL, Auguste, 1953, Nguyen Thi-Ba, histoire d’une congaï annamite, Nancy : imprimerie de Berger-Levrault.

N. T., 1936, « Deux Heures avec une “prostituée” », Annam nouveau, 15 mars.

NOLLY, Émile, 1921, La Barque annamite : roman de mœurs tonkinoises, Paris : Calmann-Lévy.

PHILASTRE, Paul-Louis-Félix, 1909, Le Code annamite, 2 volumes, Paris : Ernest Leroux éditeur.

PUECH, Albert, 1935, Requête au mandarin, Paris : Gallimard.

ROUSTAN, Frédéric, 2001, « “D’un Consulat à l’autre” : Histoire de la communauté japonaise d’Indochine de 1897 à 1920 », mémoire de maîtrise, Université de Provence.

ROUSTAN, Frédéric, 2012, « Mousmés and French Colonial Culture : Making Japanese Women’s Bodies Available in Indochina », Journal of Vietnamese Studies, 7, 1 : 52-105.

ROUX, Paul, 1905, « La Prostituée japonaise au Tonkin », Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, 6, 1 : 203-210.

SOCIÉTÉ DES NATIONS, 1932, Commission of Enquiry into Traffic in Women and Children in the East. Report to the council, Genève : Éditions de la Société des Nations.

TARAUD, Christelle, 2003, La Prostitution coloniale, Algérie, Tunisie, Maroc (1830-1962), Paris : Payot.

TARAUD, Christelle, 2011, « La Virilité en situation coloniale, de la fin du xviiisiècle à la Grande Guerre », in Histoire de la virilité, Alain Corbin, Jean-Jacques Vigarello & Georges Courtine, Paris : le Seuil, p. 331-347.

TRACOL-HUYNH, Isabelle, 2013, « Entre ordre colonial et santé publique, la prostitution au Tonkin de 1885 à 1954 », thèse, université de Lyon 2.

TRỌNG LANG, « Hà Nội Lầm Than » [Hanoi misérable], in Phóng Sự Việt Nam 1932-1945, Hanoi : Nhá xuất bản văn học, 2000 [première édition dans Đời nay, 1938], p. 93-243.

VIỆT SINH, « Hà Nội Ban Đêm » [Hanoi la nuit], in Phóng Sự Việt Nam 1932-1945, Hanoi, Nhà xuất bản văn học, 2000 [première édition dans Phong Hóa, 1933], p. 685-688.

VIRGITTI, Henri, 1938, Quelques Œuvres sociales dans la ville de Hanoi, Hanoi : Imprimerie d’Extrême-Orient.

VŨ TRỌNG PHỤNG, 2001, Làm đĩ [la prostitution], Haiphong : Nhà xuất bản Hải Phòng, [première édition 1936].

VŨ TRỌNG PHỤNG, 2011, Lục xì Prostitution and Venereal Disease in Colonial Hanoi, Malarney, Shaun Kingsley (trad.), Honolulu : University of Hawai’i Press, [première édition 1937].

WARREN, James, 2003, Ah Ku and Karayuki-san. Prostitution in Singapore 1870-1940, Singapore, Singapore University Press, [première édition 1993].

X., 1938, « Les Conceptions modernes de la lutte contre le péril vénérien », Annam nouveau, 23 janvier.

Haut de page

Note de fin

1 Le Tonkin correspond au nord du Vietnam actuel.

2 Le système réglementaire repose sur l’inscription des prostituées auprès de la police des mœurs et sur la visite médicale au dispensaire municipal. Le Tonkin, par exemple, devient protectorat français en 1885 et, dès 1886, un arrêté est pris à Haiphong, puis en 1888 à Hanoi.

3 Mairie de Hanoi [MH], S03, dossier 5769, Archives nationales du Vietnam, Centre n1 [ANV1], Hanoi.

4 Résidence supérieure du Tonkin nouveau fonds [RSTNF], dossier 03856, Archives nationales d’outre-mer [ANOM], Aix-en-Provence.

5 Hanoi, et dans une moindre mesure Haiphong, sont les villes les mieux documentées, particulièrement dans les années 1930. Dans ces années, la prostitution devient un problème public et fait l’objet de nombreux rapports réalisés par le docteur Joyeux, chef du dispensaire municipal de Hanoi, et de reportages par des journalistes vietnamiens comme Vũ Trọng Phụng, Việt Sinh ou Trọng Lang. Toutes ces sources ont été mobilisées pour cet article. Sur les années 1930, voir Tracol-Huynh (2013 : 313-383).

6 Comme cet article entend replacer le Tonkin colonial dans le cadre plus vaste de l’Asie du Sud-Est, il ne sera que peu question, dans la première partie du moins, des prostituées vietnamiennes, bien qu’elles constituent l’immense majorité du monde prostitutionnel tonkinois. Pour une étude des prostituées vietnamiennes au Tonkin, se référer à Tracol-Huynh (2013).

7 Au sujet de femmes chinoises vendues au Tonkin, le gouverneur général écrit ainsi : « […] nous manquerions à notre mission civilisatrice, en ne faisant pas tous nos efforts pour en éviter le renouvellement et pour mettre un terme, par une active surveillance, à un commerce odieux », Gouvernement général de l’Indochine [GGI], F621, dossier 20596, ANOM.

8 MH D638, dossier 2583, ANV1.

9 MH S03, dossiers 5755 et 5757, ANV1.

10 MH D603, dossier 2518, ANV1.

11 « La prostitution européenne officielle n’existe pour ainsi dire pas à Hanoï, alors qu’elle est relativement importante à Saïgon, puisqu’on y compte environ 150 femmes inscrites » (Charbonnier 1936 : 12).

12 En ce qui concerne l’Indochine, cette étude est relativement fiable puisqu’elle se base sur les articles publiés dans le Bulletin de la Société Médico-Chirurgicale de l'Indochine (BSMCI) et sur l’enquête faite par la Société des nations (SDN 1932) sur la traite en Extrême-Orient. Ses informations sont, de plus, largement recoupées par celles des archives.

13 Elle a en effet travaillé à Hanoi dans un hôtel, puis dans un restaurant, puis à l’hôtel Splendid où elle recevait les clients dans une des chambres des annexes de l’hôtel et enfin dans une fumerie d’opium et elle gérait un hôtel à Lạng Sơn ; MH D603, dossier 2518, ANV1. Elle a été hébergée par une certaine Hélène Georges, une ancienne prostituée encore intégrée au monde prostitutionnel puisqu’elle loue le rez-de-chaussée de sa maison à une prostituée vietnamienne ; MH D603, dossiers 2517 et 2518, ANV1.

14 GGI, F725, dossier 65568, ANOM. Netta Fass s’appelle en fait Nacha Kwasniewska et est de nationalité polonaise.

15 D’après Marc Fraissinet, il y aurait 25 prostituées françaises à Saigon dans les années 1930 (Fraissinet 1935 : 18). Le maximum de prostituées européennes à Hanoi est atteint en 1910 avec six prostituées (deux Russes, une Autrichienne et trois Italiennes) ; MH, D638, dossier 2583 ANV1. Les autres rapports ne dénombrent qu’une ou deux prostituées européennes. Ce faible nombre vient d’une part de leur faiblesse numérique réelle et, d’autre part, de la réticence des autorités à les mentionner dans les rapports.

16 Karayuki-san veut littéralement dire « personne qui va en Chine ». Le sens a peu à peu évolué pour désigner les jeunes femmes parties se prostituer à l’étranger, l’étranger correspondant à la région Pacifique et surtout l’Asie du Sud-Est .

17 En 1925, il y aurait 2 484 prostituées japonaises en Malaisie et à Singapour, 1 565 aux Philippines et 1 368 en Indonésie (Roustan 2001 : 92).

18 Les chiffres donnés dans les sources ne représentent pas forcément la réalité car cette migration est en partie clandestine.

19 Graphique établi par l’auteur à partir de plusieurs dossiers consultés aux archives (Tracol-Huynh 2013 : 391).

20 RSTNF, dossier 02115, ANOM. La population japonaise en Indochine est très majoritairement féminine : en 1910, sur l’ensemble des Japonais venant en Indochine, on compte 76 % de femmes, entre 15 et 30 ans, 81 % en 1915. Par la suite, le ratio entre les sexes tend à s’équilibrer, mais les femmes représentent encore 55 % de la population japonaise en 1925 (Roustan 2001 : 27).

21 Les informations trouvées dans les archives ont été complétées par les données recensées par Frédéric Roustan ce qui a permis de rajouter les villes de Hà Giang, Hòn Gai et Sơn Tây qui n’apparaissaient pas dans les archives traitant de la prostitution ou des maladies vénériennes.

22 Un dossier recense ainsi 15 prostituées japonaises, parmi lesquelles 10 sont originaires de l’île de Kyushu (préfectures de Nagasaki, Kumamoto et Amakusa, cette dernière préfecture étant particulièrement pauvre) ; RSTNF, dossier 02115, ANOM.

23 GGI, D638, dossier 21543, ANOM.

24 Voir aussi GGI, D638, dossier 6706, ANOM.

25 Le même phénomène abolitionniste se déroule à Singapour avec 1909 et 1913 comme temps forts, avant que le décret impérial interdisant la prostitution à l’étranger et rappelant les prostituées soit promulgué en 1921 (Warren 2003 : 159-162).

26 Gouvernement de la Cochinchine [GouCoch], VIA.8, dossier 286 (19), Archives nationales du Vietnam centre no 2 [ANV2], Hô-Chi-Minh-Ville.

27 Quand Singapour compte entre 2 000 et 3 000 prostituées japonaises au tournant du siècle et 1 500 en 1915, Hanoi en compte trente au maximum (Warren 2003 : 85-87).

28 Collection personnelle de Frédéric Roustan, que je tiens à remercier.

29 Les rapports du bureau d’hygiène sont détaillés à partir de l’année 1913. Pour les années précédentes, il est difficile d’avoir des informations.

30 MH, S03, dossier 5769, ANV1 ; MH, D638, dossier 2595, ANV1.

31 Les documents de l’époque parlent de congrégations pour désigner les communautés chinoises présentes au Tonkin. Ce terme n’a aucune dimension religieuse et il sert à distinguer les régions d’origines des migrants chinois. Le soulignement se trouve dans le texte original ainsi que la capitale initiale aux adjectifs.

32 « L’une des rares cartes d’Haïphong. Quelques autres vont paraître je crois ; j’essaierai d’en avoir. La femme en blanc est une chinoise. Les commerçants chinois sont nombreux ici ». Collection personnelle de l’auteure.

33 RSTNF, dossier 02153, ANOM.

34 Les congrégations sont organisées selon l’origine géographique des migrants chinois. Il peut donc y en avoir plusieurs dans une même ville.

35 Elles seraient 45 en 1930 d’après le rapport de la SDN (1932). Les rapports de la police des mœurs de Haiphong conservés aux archives ne permettent pas de confirmer ce chiffre. Le rapport de la SDN est loin d’être fiable, notamment en ce qui concerne les données chiffrées (Chaumont 2009).

36 RSTNF, dossier 02153, ANOM.

37 GouCoch, VIA.7, dossier 194 (11), ANV2.

38 En 1930, le docteur Joyeux écrit que quelques Chinoises seulement « sont régulièrement cartées, les autres, étiquetées : chanteuses, fréquentent les grands restaurants […] mais elles sont à peu près spécialement réservées à la clientèle chinoise » (Joyeux 1930 : 457). Pour Saigon et Cholon, voir, GouCoch, IB.38, dossier 172, ANV2.

39 Résidence de Nam Định [RND], D638, dossier 1208, ANV1.

40 RST, D638, dossier 1990, ANV1.

41 Tribunal de Haiphong [THP], dossier 1982, ANV1.

42 Ce sont les seules villes pour lesquelles la présence de prostituées chinoises est mentionnée dans les archives. Cela ne veut pas nécessairement dire qu’elles ne sont pas présentes ailleurs.

43 RST, D605, dossier 33059, ANV1.

44 RSTNF, dossier 04015, ANOM. Il s’agit de la ville chinoise de Dongxing.

45 Preuve de cet intérêt, il existe une sous-série concernant la traite dans le cadre de classement établi par l’archiviste Paul Boudet pour les archives de l’Indochine, à savoir la sous-série F76.

46 Le trafic des êtres humains ne concerne pas seulement l’Indochine et il alimente, par exemple, les maisons de prostitution de Shanghai et de la Chine en général au xixsiècle (Henriot 1997 : 187-223). La traite est un phénomène encore d’actualité en Asie (pour le Vietnam, Baudrit [2009 : 100], Lessard [2009 : 1-4] ; pour la Chine, Henriot [1997 : 68-71], Grillot [2010 : 134-135]).

47 RST, F76, dossier 76594, ANV1.

48 RST, F76, dossier 55381, ANV1.

49 Il s’agit peut-être de la petite ville chinoise de Xiaotian, au vu de la localisation donnée dans les archives. RST, F76, dossier 76594, ANV1.

50 THP, dossier 511, ANV1.

51 RST, dossier 7644, ANV1.

52 Les dossiers consultés pour la Cochinchine montrent que les routes de la traite vont au Cambodge et en Thaïlande.

53 Le dossier ne précise pas si ces enfants sont emmenés pour être vendus à des maisons de prostitution ou à des particuliers pour être des esclaves domestiques.

54 RST, F76, dossier 55381, ANV1.

55 Voir par exemple RST, F76, dossier 76594, ANV1.

56 Aujourd’hui encore, les Vietnamiennes vendues en Chine du Sud le sont en grande partie pour la prostitution (Grillot 2010 : 136-137).

57 RST, F7, dossier 3384, ANV1 ; Résidence de Hà Đông [RHD], F76, dossier 2787, ANV1.

58 Le discours sur la traite s’articule avec un discours contre l’esclavage : « les ventes volontaires amènent généralement les hommes à l’esclavage et les femmes à la prostitution » (Baudrit 2009 : 140). Le parallèle est d’autant plus intéressant que, n’étant ni abolitionnistes ni prohibitionnistes, les autorités françaises n’entendent pas lutter contre la prostitution. La lutte contre la traite se fait donc au nom de la lutte contre l’esclavage.

59 Un commis des Douanes de Haiphong, qui comprend le vietnamien, écrit ainsi à son directeur que « la voix indigène accuse nos lois d’un coupable laissez-aller à l’égard des Chinois », ce à quoi renchérit le Résident supérieur au Tonkin : « ces enlèvements nuisent à notre prestige et il se glisse dans l’esprit des Annamites que les autorités françaises sont impuissantes à les réprimer » ; RST, F76, dossier 76594, ANV1.

60 RST, F76, dossier 76594, ANV1.

61 Les reportages des années 1930 évoquent régulièrement l’origine rurale des prostituées hanoiennes (Trọng Lang 2000 : 93 et 187).

63 Résidence de Phú Thọ [RPT], D638, dossier 103, ANV1. Les distances sont indicatives et renvoient à la distance, par la route et non à vol d’oiseau, entre Việt Trì et la capitale de chaque province.

63 MH, D638, dossier 2584, ANV1.

64 Le constat est également vrai pour les prostituées clandestines, comme le montre le tableau pour Hanoi. La mobilité des prostituées vietnamiennes reste encore d’actualité : une prostituée vietnamienne de Singapour explique, en 2007, à Nicolas Lainez, que travailler au Vietnam ou à Singapour, c’est la même chose, mais « ici au moins les gens ne te connaissent pas » (Lainez 2015). Aujourd’hui encore, en Europe, la recherche de l’anonymat est la première raison à la mobilité nationale des prostituées (Cattan & Leroy 2013 : 54).

65 RST, S2, dossier 74533, ANV1 ; RND, D638, dossier 1208, ANV1.

66 MH, D638, dossier 2587, ANV1.

67 GGI, dossier 4399, ANOM.

68 « Si la mobilité est une arme utilisée par les filles, notamment dans les cas (fréquents) de mésententes avec les tenancières, elle sert aussi le système, dont l’organisation repose autant sur ce mouvement tournant et continu d’une partie des effectifs qui permet d’assurer une relative “fraîcheur” à la maison que sur l’existence de quelques filles stables qui en font la réputation. » (Taraud 2003 : 222.)

69 Parmi les promesses faites par les racoleurs/euses pour les maisons de prostitution, l’argent n’apparaît que très rarement dans les dossiers conservés. C’est surtout un emploi et un mari qui sont proposés aux jeunes filles.

70 THP, dossier 2532, ANV1. Sur le lien prostitution-pauvreté voir Việt Sinh (2000 : 685-688) ; F. A. C. (1937) ; X. (1938).

71 Voir, par exemple, THP, dossier 1831 ou dossier 2532, ANV1.

72 Il est vrai que les dossiers conservés dans le fonds du THP ont un effet de distorsion car ils correspondent à des affaires d’excitation de mineures à la débauche. De ce fait, les personnes concernées ont moins de 18 ans. En revanche, les exemples des dossiers RST 55381 et RST 76594 concernant la traite vers la Chine montrent bien la jeunesse des personnes concernées.

73 MH, D638, dossier 2584, ANV1.

74 Alors qu’en Chine les enlèvements constituent la base essentielle du trafic alimentant les maisons de prostitution, les dossiers conservés montrent que la situation est différente au Tonkin (Henriot 1997 : 207). Les jeunes filles sont bien plus souvent conduites dans ces maisons sous de fausses promesses qu’enlevées de force. Il est également possible que les enlèvements n’aient pas laissé de trace dans les archives, si les autorités françaises n’ont pas été impliquées par les victimes.

75 THP, dossier 2345, ANV1.

76 Christian Henriot fait le même constat d’une prostitution forcée pour Shanghai (1997 : 207-213). Cependant, en 1908, la même femme est ainsi arrêtée à Haiphong à trois reprises, en quelques mois, sur une jonque en partance pour la Chine ; RST, F76, dossier 55381, ANV1. Les réactions après l’entrée forcée dans la prostitution varient également : certaines filles essaient de s’enfuir, d’autres restent. Dang Thi Phung, âgée de 17 ans, se retrouve dans une maison de prostitution. Quand elle réalise ce qu’on attend d’elle, elle proteste, mais la patronne ne lui permet pas de partir et elle se « résigne ». Or, elle porte plainte à la police ensuite – ce qui montre qu’elle peut sortir et contacter les autorités – non pas parce qu’elle est forcée à se prostituer, mais parce que la patronne garde tout l’argent pour elle ; THP, dossier 677, ANV1.

77 Pour des exemples liés à la traite vers la Chine, voir notamment les dossiers RST, F76, dossiers 5538, et 76594, ANV1. Aujourd’hui encore, certaines familles vietnamiennes organisent la vente de la virginité de leurs filles pour pallier leurs difficultés économiques (Lainez 2012 : 149-173).

78 THP, dossier 1134, ANV1 ; RPT, D638, dossier 102, ANV1 ; THP, dossier 677, ANV1.

79 L’article 95 du code Gia Long interdit formellement la location et la mise en gage des épouses et des filles par les familles. Il prévoit uniquement le cas où ces femmes deviennent l’épouse ou la concubine d’autres personne, il ne prévoit pas la vente à une maison de prostitution (Philastre 1909).

80 RST, F76, dossier 55381, ANV1.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig.1. Nombre des karayuki-san à Hanoi19
URL http://moussons.revues.org/docannexe/image/3777/img-1.png
Fichier image/png, 11k
Titre Fig. 2. Répartition des karayuki-san au Tonkin entre 1896 et 1917
Crédits Source et crédit : (Tracol-Huynh 2013 : 393)21
URL http://moussons.revues.org/docannexe/image/3777/img-2.png
Fichier image/png, 28k
Titre Fig. 3. Une karayuki-san et son client, un militaire européen
Crédits Source : cette illustration est issue du journal hebdomadaire La Vie indochinoise, 12 décembre 1896 (Roustan 2012 : 80).
URL http://moussons.revues.org/docannexe/image/3777/img-3.png
Fichier image/png, 161k
Titre Fig. 4. Le « consulat » japonais : consulat et maison de prostitution
Crédits Source : Cette illustration est issue du journal La Vie indochinoise du 13 novembre 1897 (Roustan 2012 : 71).
URL http://moussons.revues.org/docannexe/image/3777/img-4.png
Fichier image/png, 176k
Titre Fig. 5. Plan du centre urbain de Lạng Sơn (1917)
Crédits Source : Bibliothèque nationale de France.
URL http://moussons.revues.org/docannexe/image/3777/img-5.png
Fichier image/png, 537k
Titre Fig. 6. Carte postale représentant des prostituées japonaises en costume national28
URL http://moussons.revues.org/docannexe/image/3777/img-6.png
Fichier image/png, 829k
Titre Fig. 7. Une chanteuse chinoise à Haiphong vers 190032
URL http://moussons.revues.org/docannexe/image/3777/img-7.png
Fichier image/png, 905k
Titre Fig. 8. Les principales routes de la traite du Tonkin vers la Chine
Crédits Source et crédit : (Tracol-Huynh 2013 : 413).
URL http://moussons.revues.org/docannexe/image/3777/img-8.png
Fichier image/png, 47k
Titre Fig. 9. La tournée des postes militaires par les prostituées en 1937
Crédits Source : carte établie par l’auteur.
URL http://moussons.revues.org/docannexe/image/3777/img-9.png
Fichier image/png, 55k
Titre Fig. 10. Âge des 30 prostituées clandestines arrêtées à Hanoi les 13 et 14 février 191473
URL http://moussons.revues.org/docannexe/image/3777/img-10.png
Fichier image/png, 8,9k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Tracol-Huynh, « Silhouettes du monde prostitutionnel : les prostituées au Tonkin colonial », Moussons, 29 | 2017, 95-126.

Référence électronique

Isabelle Tracol-Huynh, « Silhouettes du monde prostitutionnel : les prostituées au Tonkin colonial », Moussons [En ligne], 29 | 2017, mis en ligne le 27 mars 2017, consulté le 25 juin 2017. URL : http://moussons.revues.org/3777

Haut de page

Auteur

Isabelle Tracol-Huynh

Isabelle Tracol-Huynh est normalienne et agrégée d’histoire. Elle est actuellement chercheuse associée à l’Institut d’Asie Orientale à Lyon (IAO). Sa thèse de doctorat, intitulée « Entre ordre colonial et santé publique, la prostitution au Tonkin de 1885 à 1954 » et soutenue en 2013, étudie la prostitution dans ses dimensions médicales, policières et sociales.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page