Skip to navigation – Site map
Articles

Dans la littérature malaisienne, la prostitution est un fléau social à éradiquer

In Malaysian Literature, Prostitution is a Social Plague to be Eradicated
Monique Zaini-Lajoubert
p. 263-295

Abstracts

Prostitution is studied in this article on the basis of a corpus of four Malaysian novels and six Malaysian short stories from the 1920th to the 1970th, written by four authors, namely A. Samad Said, Ahmad Rashid Talu, Marwilis Hj. Yusof and Hamzah Hussin. After introducing the authors and these literary works, the article analyses the different aspects of prostitution in the corpus (the prostitutes, the pimps [men or women], the clients, its legal status), which reflect to a large extent the reality. In most of these works moralistic and didactic intentions as well as the militant aspect can be perceived, seeking to awaken the conscience of the readers of the harmful effects and the root causes of prostitution and to show them how to fight to eradicate it.

Top of page

Author's notes

Les traductions en français des citations en malaisien issues des différentes œuvres étudiées ou d’autres textes sont de notre fait.

Full text

1La littérature malaisienne est la littérature moderne en malais de Malaisie (malaisien), devenu langue nationale du pays depuis son indépendance en 1957. Dès ses débuts, dans les années 1920, les écrivains se sont révélés très concernés par les problèmes de leur société. Bien que la Malaisie soit un pays pluriethnique, comprenant environ 60 % de Malais, 30 % de Chinois et 10 % d’Indiens, les auteurs sont majoritairement des Malais traitant, dans leurs œuvres, principalement des problèmes les concernant. La littérature est pour eux un moyen de s’exprimer, critiquant leur société, cherchant à la faire progresser. Elle est aussi une forme de lutte indirecte, ce qui est particulièrement visible, par exemple, dans le cas du thème du nationalisme. La prostitution, qui fait l’objet de cet article, est l’un de ces problèmes de société auxquels s’intéressent les écrivains. Ce thème semble cependant ne pas être très courant dans la littérature malaisienne. Les œuvres qui en font leur sujet principal sont, en effet, à notre connaissance, peu nombreuses, et ce sont les hommes qui choisissent en général ce thème. De même, si l’on trouve un assez grand nombre d’études sur la prostitution dans la société malaisienne, il n’en est pas de même de celles relatives à la prostitution dans la littérature. Nous n’en connaissons aucune qui l’analyse dans sa globalité. On en parle ou on la cite à l’occasion, par exemple dans les histoires de la littérature malaisienne (Ahmad Kamal Abdullah et al. [1992]), dans des travaux relatifs à l’ensemble de l’œuvre d’un écrivain (Rosnah Baharudin [2000]) ou à une seule (A. Teeuw [2007]).

  • 1 Ce serait une façon imagée de dire « prostituée ». En effet, janda fait référence à une femme qui n (...)

2Dans la littérature malaisienne, nous trouvons des textes littéraires parlant de la prostitution aux différentes étapes de son histoire. Pour ce qui est de la période récente, nous avons, par exemple, le roman de Faisal Tehrani Perempuan Politikus Melayu (La femme politique malaise) (2000) qui traite des relations entre prostitution et politique (Aduweh 2009). Dans le présent article, nous nous limitons cependant à l’étude de ce thème depuis les origines de la littérature malaisienne (années 1920) aux années 1970, réservant son étude des années 1980 à ce jour à un éventuel futur article. Les œuvres retenues ici sont quatre romans et six nouvelles, de quatre auteurs, parues majoritairement pendant la période de la colonisation anglaise, deux seulement l’étant après l’indépendance. Il s’agit de : Kawan Benar (Un ami véritable, 1927) et Perangkap Hitam atau Kelawar Pulau Pinang (Piège noir ou la belle-de-nuit de l’île de Penang, 1935) de Ahmad bin Haji Mohd. Rashid Talu alias Ahmad Talu, Ahmad Rashid Talu ; Salina (du nom de l’héroïne, 1961) de Abdul Samad bin Muhammad Said alias A. Samad Said ; Janda Seribu Kirai1 (Janda pour la millième fois, 1979) de Marwilis Hj. Yusof ; et six nouvelles de Hamzah Abdul Majid bin Hussin alias Hamzah, Hamzah Hussin : Kisah Tiga Orang Gadis (Histoire de trois jeunes filles, 1947), Pertemuan di Jalan Raya (Rencontre sur l’avenue, 1950), Sepatah Perkataan yang Berpengaruh (Une parole influente, 1950), Suami (L’époux, 1950), Kalau Kau Kebulur (Quand la faim te tenaille, 1951) et Menanti Ketukan Pintu (Dans l’attente que quelqu’un frappe à la porte, 1951).

3Dans les pages qui suivent, après avoir présenté ce corpus d’œuvres littéraires et leurs auteurs, nous étudierons les différentes composantes de la prostitution qui apparaissent dans celui-ci, quel est son statut au regard de la loi, comment les écrivains la combattent dans leurs œuvres pour tenter de l’éradiquer ; nous montrerons aussi que la fiction est souvent proche de la réalité.

Présentation du corpus

Les auteurs

  • 2 La plupart des études indiquent Penang comme lieu de naissance de Ahmad Rashid Talu. Selon Haji Abd (...)
  • 3 Signalons que A. Samad Said a reçu, en 2003, le titre de Docteur Honoris Causa de l’Université péda (...)
  • 4 Par exemple, Ahmad Rashid Talu a été comptable, a travaillé dans l’organisme s’occupant des pèlerin (...)
  • 5 Les informations biographiques sur A. Samad Said, Ahmad Rashid Talu et Hamzah Hussin sont tirées de (...)

4Les auteurs des œuvres de ce corpus sont bien ou assez connus, Marwilis Hj. Yusof l’étant moins que les autres, et, pour l’un d’eux (A. Samad Said), reconnu, puisqu’il est l’un des Sasterawan Negara (écrivain national), la plus haute distinction littéraire de Malaisie. Ils sont nés à la fin du xixe siècle (Ahmad Rashid Talu, en 1899), au début du xxe siècle (Hamzah Hussin, en 1927 ; A. Samad Said, en 1935), ou vers le milieu de ce même siècle (Marwilis Hj. Yusof, en 1944), à Pulau Pinang (île de Penang) ou à Sumatra (Ahmad Rashid Talu2), à Singapour (Hamzah Hussin), à Malacca (A. Samad Said) et à Selangor (Marwilis Hj. Yusof). Ahmad Rashid Talu et Hamzah Hussin sont décédés (le premier, en 1939, le deuxième, en 2007). Tous n’ont qu’un niveau d’études primaires ou secondaires. Ahmad Rashid Talu n’a fréquenté que l’école malaise, A. Samad Said et Hamzah Hussin ont suivi à la fois la filière malaise et anglaise3 et Marwilis Hj. Yusof a étudié dans des écoles malaises et chinoises. Ces auteurs ne sont pas restés constamment dans leur lieu de naissance. Ahmad Rashid Talu « a vagabondé » (pernah mengembara) dans les États de Kedah, Perak, Selangor, Johor, de la Péninsule malaise, et à Singapour (Mohamad Saleeh Rahamad 2014 : 168), ayant quitté son domicile à la suite d’un différend avec sa belle-mère (Rosnah Baharuddin 2006 : xx). A. Samad Said a habité, par exemple, à Singapour, puis à Kuala Lumpur, tout comme Hamzah Hussin et Marwilis Hj. Yusof dans cette dernière ville. Ces écrivains ont eu ou ont divers emplois4, mais tous ont travaillé dans le journalisme. Ahmad Rashid Talu, A. Samad Said et Hamzah Hussin et, dans une moindre mesure, Marwilis Hj. Yusof, ont occupé ou occupent encore une place importante dans la vie littéraire malaisienne. Étant l’une des premières œuvres se passant en Malaisie avec des personnages malais, le roman Un ami véritable (1927) de Ahmad Rashid Talu a fait de son auteur un précurseur de la littérature malaisienne. Salina (1961) a poussé A. Samad Said sur le devant de la scène. Avec ce roman, en effet, la littérature malaisienne entre dans une nouvelle phase, elle devient plus cosmopolite, moins engagée, moins didactique et moralisante. Hamzah Hussin est perçu dans l’histoire de la littérature comme un dissident. Membre de l’Association littéraire et linguistique des années 1950, l’Angkatan Sasterawan 50 ou ASAS 50 (Association des Écrivains des Années 1950), en désaccord avec sa conception de l’« art pour la société », il s’en est retiré pour en fonder une autre défendant « l’art pour l’art » qui ne dura que peu de temps. Ce n’est pourtant que « l’art pour la société », la tendance dominante de la littérature malaisienne depuis ses origines, qui se reflète dans ses œuvres. Ahmad Rashid Talu et Marwilis Hj. Yusof semblent n’avoir écrit que des romans, alors que Hamzah Hussin et A. Samad Said se sont essayés à plusieurs genres : poèmes, nouvelles, romans, pièces de théâtre, dans le cas de A. Samad Said ; poèmes, romans, nouvelles et scénarios de films, dans le cas d’Hamzah Hussin5.

Les œuvres

5La plupart des œuvres ont pour thème principal la prostitution (Piège noir ou la belle-de-nuit de l’île de Penang, Janda pour la millième fois, Histoire de trois jeunes filles, Rencontre sur l’avenue, L’époux, Quand la faim te tenaille, Dans l’attente que quelqu’un frappe à la porte), les autres traitent de l’infidélité de l’époux (Un ami véritable), des conséquences néfastes de la guerre (Salina), de la faiblesse de l’homme (Une parole influente). L’intrigue se passe à une époque contemporaine de leurs auteurs et se situe dans des lieux pas toujours déterminés, surtout dans les nouvelles. Il s’agit la plupart du temps de zones urbaines (à Penang, à Kuala Lumpur ou à Singapour). Il n’est question qu’une fois d’un village (dans Dans l’attente que quelqu’un frappe à la porte) dont le nom n’est pas mentionné. Quant à la prostitution elle-même, elle se pratique dans une maison de rendez-vous (Un ami véritable), des maisons closes (Piège noir ou la belle-de-nuit de l’île de Penang, L’époux), à l’hôtel (Janda pour la millième fois, Salina, Une parole influente) ou chez soi (L’époux).

6Les personnages principaux sont aussi bien des femmes que des hommes (cinq femmes, cinq hommes). Les femmes, toutes des prostituées, sont :

  • Cik6 Sofiah alias « piège noir » (perangkap hitam) ou « la belle-de-nuit de l’île de Penang » (kelawar Pulau Pinang) (Piège noir ou la belle-de-nuit de l’île de Penang) ;
  • Salina alias Siti7 Salina (Salina) ;
  • Suzie, alias Mei Wah (Janda pour la millième fois) ;
  • isteri (l’épouse) (L’époux) ;
  • perempuan itu (cette femme) (Dans l’attente que quelqu’un frappe à la porte).

7Les hommes sont :

  • Abdul Bar, un mari volage, client d’une maison de rendez-vous (Un ami véritable) ;
  • Hadi, un alcoolique, fréquentant les prostituées (Rencontre sur l’avenue) ;
  • Halim, le vertueux (Une parole influente) ;
  • Salleh, un journaliste (Histoire de trois jeunes filles) ;
  • saya (je), un voleur (Quand la faim te tenaille).

8On trouve aussi des prostituées parmi les personnages secondaires. Nous avons ainsi :

  • Siti Zainab, la maîtresse d’Abdul Bar (Un ami véritable) ;
  • Ros et les prostituées en général (Rencontre sur l’avenue) ;
  • Jura (Une parole influente) ;
  • Aina, Mariah et Harisah (Histoire de trois jeunes filles) ;
  • isteri (l’épouse) (Quand la faim te tenaille) ;
  • Cik Ramlah et Cik Putih (Piège noir ou la belle-de-nuit de l’île de Penang) ;
  • Suzana (Janda pour la millième fois) ;
  • Rohana (Histoire de trois jeunes filles).

9Le maquereau ou la maquerelle ne sont jamais des personnages principaux.

10Le maquereau apparaît dans :

  • Salina (Abdul Fakar) ;
  • Janda pour la millième fois (Lee Meng) ;
  • L’époux (Awang) ;
  • Dans l’attente que quelqu’un frappe à la porte (penjaga hotel « le gardien de l’hôtel ») ;

11et la maquerelle dans :

  • Piège noir ou la belle-de-nuit de l’île de Penang (Emak Su, alias Mak Su8, perempuan tua « la vieille femme ») ;
  • L’époux (perempuan setengah tua « la femme entre deux âges »).

12Quant aux clients, que l’on trouve aussi bien parmi les personnages principaux que secondaires, ce sont des hommes mariés (Abdul Bar, dans Un ami véritable ; Encik Muhammad Nur, dans Piège noir ou la belle-de-nuit de l’île de Penang ; Shukri, dans Janda pour la millième fois) ou, plus couramment, des célibataires (Encik Abdul Rahman, Encik Wan Ibrahim, Encik Sulaiman et Encik Said, dans Piège noir ou la belle-de-nuit de l’île de Penang ; Halim dans Une parole influente ; Hadi, dans Rencontre sur l’avenue). Pour Dans l’attente que quelqu’un frappe à la porte, la situation familiale de saya (je) est indéterminée.

13Tous les personnages cités sont des Malais, sauf Suzie, alias Mei Wah et Lee Meng, d’origine chinoise, et Suzana, une métisse d’Européen et de Chinois, dans Janda pour la millième fois.

Fig. 1. Couverture des 2e éditions des romans de Ahmad bin Haji Mohd. Rashid Talu, Kawan Benar (Un ami véritable, 1976) et de Ahmad bin Haji Mohd. Rashid Talu, Perangkap Hitam atau Kelawar Pulau Pinang (Piège noir ou la belle-de-nuit de l’île de Penang, 1987)

Fig. 1. Couverture des 2e éditions des romans de Ahmad bin Haji Mohd. Rashid Talu, Kawan Benar (Un ami véritable, 1976) et de Ahmad bin Haji Mohd. Rashid Talu, Perangkap Hitam atau Kelawar Pulau Pinang (Piège noir ou la belle-de-nuit de l’île de Penang, 1987)

14Résumons à présent chacune de ces œuvres dont nous respectons l’ordre chronologique de parution, en commençant par les deux romans des années 1920 et 1930. Un ami véritable (1927) raconte l’histoire d’Abdul Bar et de Siti Ramlah qui, ayant fait un mariage d’amour, vivent heureux à Penang, jusqu’à la naissance de leur premier enfant. Se sentant délaissé par sa femme, Abdul Bar prend une maîtresse, Siti Zainab, une prostituée, qu’il rencontre chaque soir dans une maison de rendez-vous. À la fin, cependant, tout rentre dans l’ordre car, Yaakub, l’ami d’Abdul Bar, parvient à le remettre sur le droit chemin. Dans Piège noir ou la belle-de-nuit de l’île de Penang (1935), Cik Sofiah, mariée et mère d’une petite fille, Maznah, vit à Penang dans un grand dénuement. Ne pouvant plus supporter cette situation, elle divorce. Alors qu’elle s’apprête à partir avec sa fille chez ses parents, elle rencontre une femme âgée, Emak Su, qui l’emmène dans sa maison (en fait une maison close) où vivent également deux autres femmes, Cik Putih et Cik Ramlah. Cik Sofiah va très vite et de son plein gré devenir une prostituée expérimentée et très prisée des hommes, les ensorcelant (d’où son surnom de « piège noir ») au point de les « dépouiller » et de les « plumer » (telah dikikis dan dicukur sehingga botak, « dépouillé et tondu jusqu’à être chauve » [p. 111], c’est le cas de Encik Abdul Rahman et de Encik Muhammad Nur, ou telah habis daging dikikisnya tinggal tulang saja, « la chair a été complètement retirée, il n’en reste que les os » [p. 141], c’est le cas de Encik Wan Ibrahim, trouvant même qu’elle n’y est pas allée assez fort avec ce dernier. En effet, comme elle le dit à Mak Su, elle aurait aimé aspirer la moelle de ses os : Ah, isi tulangnya tak sempat akan hisap lagi wahai Mak Su, p. 141). Elle sera finalement prise à son propre piège par Encik Said, le vertueux cousin de l’un de ses clients, Encik Sulaiman. Pour empêcher Cik Sofiah de nuire définitivement, il élabore un scénario. Se faisant passer pour un homme de descendance royale, qui lui promet le mariage, il la pousse à mettre en gage ses biens, puis disparaît. Cik Sofiah sombre dans la folie et meurt.

Fig. 2. Couverture de Pagar bukan Penjara. Kumpulan Cerpen 1947-1968 Hamzah Hussin (Une clôture n’est pas une prison. Recueil de nouvelles de Hamzah Hussin parues de 1947 à 1968) Othman Puteh, éd., 1996

Fig. 2. Couverture de Pagar bukan Penjara. Kumpulan Cerpen 1947-1968 Hamzah Hussin (Une clôture n’est pas une prison. Recueil de nouvelles de Hamzah Hussin parues de 1947 à 1968) Othman Puteh, éd., 1996

15Quatre nouvelles composent le corpus des années 1940 et 1950. Dans Histoire de trois jeunes filles (1947), Salleh, un journaliste, désireux d’écrire un livre sur la prostitution, mène son enquête à Singapour. Il interviewe de nombreuses prostituées et particulièrement trois d’entre elles qui, avec son aide, parviennent à sortir de cette condition, entreprenant même des actions pour sauver leurs consœurs. Une parole influente (1950) met en scène Halim qui dit n’avoir jamais prié de sa vie et qui se vante de n’avoir aucun vice, n’arrêtant pas de fustiger Jura, une prostituée qui habite en face de chez lui. Allant un jour chez elle pour l’inciter à ne plus pratiquer ce métier, il tombe sous son charme et a des relations sexuelles avec elle. Dans Rencontre sur l’avenue (1950), Hadi a appris à sa petite amie Ros à aimer l’argent, si bien que lorsqu’il rencontre des difficultés financières, elle le quitte et se prostitue. Il en veut alors à l’ensemble des prostituées, considérant qu’elles sont toutes atteintes de maladies vénériennes. Il tente de noyer son chagrin dans l’alcool, mais c’est en vain. Il se console finalement avec des prostituées qui lui donnent l’une des maladies qu’il redoutait tant. L’époux (1950) raconte l’histoire de « l’épouse » (isteri) de Awang, un fainéant qui, trouvant toutes sortes de prétextes pour ne pas aller travailler, est finalement licencié. Pour vivre, sa femme va laver le linge de « mauvaises femmes » (perempuan jahat) qui habitent chez une « femme entre deux âges » (perempuan setengah tua). Enviant le luxe dans lequel elles vivent, elle décide de se prostituer comme elles pour le compte de la femme et chez celle-ci. Son mari découvre un jour ses activités, mais ne lui en fait aucun reproche, ce qui l’encourage à se mettre à son propre compte et à travailler chez elle. Cette situation semble très bien convenir à son mari qui, lorsqu’elle reçoit ses clients, va prendre l’air. Dans Quand la faim te tenaille (1951), un homme raconte son histoire. Alors qu’il commettait un cambriolage, la police l’a pris en flagrant délit et lui a tiré dessus le blessant au pied, qu’il a fallu amputer. Tandis qu’il est condamné à trois ans de prison, sa femme, pour survivre, doit se prostituer et tombe enceinte de l’un de ses clients. Une fois libéré, l’homme, étant donné ses antécédents et son infirmité, ne trouve pas de travail et est contraint de vendre à des gens aisés l’enfant que sa femme a eu avec un autre homme pendant son absence. En ce qui concerne Dans l’attente que quelqu’un frappe à la porte (1951), bien que les gens disent que « cette femme » (perempuan itu) est une prostituée, le narrateur n’y croit pas, jusqu’à ce qu’il la voie monter les marches de l’hôtel et que le gardien le lui confirme. Il se rend un jour chez elle. Elle lui ouvre, mais lui dit qu’en souvenir de son défunt mari, elle ne reçoit aucun homme dans sa maison. Il se rend le lendemain à l’hôtel et la rencontre dans une chambre. Elle lui dit alors qu’elle n’est qu’une victime qui veut vivre à tout prix dans le seul but que son mari un jour frappe à sa porte.

Fig. 3. Couverture des éditions de 1976 et 1992 du roman de A. Samad Said, Salina

Fig. 3. Couverture des éditions de 1976 et 1992 du roman de A. Samad Said, Salina

16Pour les années 1960, nous avons Salina (1961), considéré comme l’un des plus grands romans malaisiens. Il raconte la vie de pauvres gens de Singapour qui, ayant tout perdu après la guerre du Pacifique, sont contraints d’habiter en location dans d’anciennes chèvreries que l’on appelle « le Village aux Chèvres » (Kampung Kambing). Salina, une prostituée, est le personnage principal. Deux autres femmes jouant cependant un rôle très important : Zarina, une ancienne entraîneuse, et Nahidah, sa belle-fille, qu’elle oblige à pratiquer son ancien métier. Violée par l’un des clients de l’établissement où elle travaille et par Abdul Fakar, le souteneur de Salina, Nahidah s’enfuit. On la retrouve mariée à un ouvrier et mère de famille. Mais revenons à Salina, la prostituée, le personnage principal. Elle vit avec Abdul Fakar, qui ne fait rien de la journée, la traitant comme une esclave et levant souvent la main sur elle. Elle ne parvient pourtant pas à le quitter, surtout parce qu’il ressemble à son fiancé mort pendant la guerre. C’est Abdul Fakar qui la mettra à la porte de son propre logement pour la remplacer par une autre femme. Avec l’argent qu’elle a mis de côté, sur le conseil de son amie Katijah qui habite le même « village » qu’elle, elle quittera « le Village aux Chèvres » et abandonnera le métier de prostituée. Entre-temps, le Kampung Kambing est détruit par un incendie et Abdul Fakar, déçu par sa nouvelle recrue, reprend son ancien métier de marin. À la fin du roman, on sait d’après une lettre qu’elle fait parvenir à Hilmy, le fils de Katijah, que Salina cherche à tout prix à mener une vie heureuse et à oublier son passé.

Fig. 4. Couverture de la première édition de Janda Seribu Kirai (Janda pour la millième fois, 1979), de Marwilis Hj. Yusof

Fig. 4. Couverture de la première édition de Janda Seribu Kirai (Janda pour la millième fois, 1979), de Marwilis Hj. Yusof

17La dernière œuvre appartient aux années 1970. Il s’agit du roman Janda pour la millième fois (1979). Le personnage principal est une adolescente de seize ans, Suzie, alias Mei Wah. Elle habite à Kuala Lumpur avec sa famille. Son père tient un restaurant. Manquant de personnel, celui-ci embauche Lee Meng qu’il loge chez lui. Mei Wah et Lee Meng tombent amoureux l’un de l’autre. Il attire la jeune fille dans un hôtel où ils ont des rapports sexuels et la met enceinte. Craignant la réaction de son père, Mei Wah s’enfuit avec Lee Meng à Penang où il la fait avorter. Très vite, l’argent vient à manquer et ils ne peuvent plus payer la chambre d’hôtel où ils vivent. Comme Lee Meng ne parvient pas à trouver du travail, il propose à Suzie de se prostituer, ce qu’elle accepte de bonne grâce. Une fois les dettes remboursées, elle n’en arrête pas pour autant la prostitution, car Lee Meng voudrait fonder une entreprise et acheter une maison. Un jour, Suzana, l’une de ses collègues de l’hôtel où elle travaille, lui apprend qu’elle a surpris une conversation où Lee Meng disait qu’il allait la vendre à Hong Kong. Effrayée, elle décide de s’enfuir. Elle demande de l’aide à Shukri, l’un de ses clients, qui le fait sans grand enthousiasme. Elle porte plainte et Lee Meng est arrêté, puis jugé. L’auteur décrit les différentes étapes de son procès avec minutie. Il connaît bien le sujet, en effet, puisque journaliste à Utusan Melayu il était chargé de faire des comptes rendus des séances du tribunal (PRPM 2008-2016). Au cours de ce procès, on entend successivement les témoins : les parents de Mei Wah, Shukri, dont il a été difficile de retrouver la trace, Suzana, la prostituée qui lui a dit que Lee Meng voulait la vendre à Hong Kong, ce qui se révèle finalement faux (elle a inventé cette histoire par jalousie, dans l’espoir que Suzie, plus jeune qu’elle et plus recherchée des hommes, s’en aille), Mei Wah et Lee Meng, qui ont chacun une version différente des faits. En définitive, Lee Meng reconnaît qu’il a prostitué Suzie, mais accuse son ami Robert d’être le cerveau de l’affaire. Ce dernier est arrêté et Lee Meng est condamné à un an et demi de prison. Mei Wah, quant à elle, reprend une vie normale aux côtés de ses parents.

Les différentes composantes de la prostitution selon le corpus

La prostituée

18La prostituée est le plus souvent désignée dans le corpus par pelacur (la base lacur signifiant « quelqu’un de mauvaise vie, dévergondé »). On trouve aussi, moins souvent :

  • perempuan kelawar « belle-de-nuit » (littéralement « femme chauve-souris ») ;
  • perangkap hitam « piège noir » et kelawar Pulau Pinang « la belle-de-nuit de l’île de Penang » (littéralement « la chauve-souris de l’île de Penang »), les deux surnoms de Cik Sofiah dans le roman du même nom, le premier étant plus souvent employé que l’autre dans ce roman ;
  • perempuan jahat, betina jalang (betina signifie « femelle », jahat « mauvais » et jalang « sauvage ») « femme de mauvaise vie » ;
  • ayam lama (littéralement « ancienne poule »), « prostituée expérimentée » ;
  • belalang hijau (littéralement « sauterelle verte ») « une novice, une débutante » (ici, dans le domaine de la prostitution).

19Parmi ces prostituées, certaines ont un niveau plus élevé et sont plus habiles que d’autres, puisqu’on parle de pelacur kelas tinggi « prostituée de haute classe » et de pelacurprofesional « prostituée professionnelle » (comme Cik Sofiah).

20Restons dans la terminologie et voyons comment sont généralement qualifiées les prostituées du corpus. On dit souvent d’elles que ce sont des « déchets de la société » (« sampah masyarakat », ex. dans Janda pour la millième fois). Perangkap hitam (piège noir) est considérée comme particulièrement nuisible, devant être « éliminée de l’île de Penang, pour que tout le monde soit délivré de son terrible piège ensorceleur » (« memusnahkan ianya daripada tanah Pulau Pinang ini supaya terlepas segala manusia daripada jerat pesonanya yang dahsyat itu », p. 174). Jura est traitée de « femme maudite, idiote, incapable de surmonter ses désirs ! » (« Perempuan laknat, bodoh tidak tahu melawan nafsu ! », Une parole influente, p. 233) et perempuan itu (cette femme) de « prostituée, de mauvaise femme, de femelle sauvage, de femelle qui porte malheur, de femme maudite qui discrédite le village » (« perempuan sundal, perempuan jahat, betina jalang, betina sial, perempuan terkutuk yang membusukkan nama kampung », Dans l’attente que quelqu’un frappe à la porte, p. 330). Dans Rencontre sur l’avenue, pour le héros, les prostituées ont toutes des « maladies contagieuses » (berpenyakit menular) (dans le cas présent, « maladies vénériennes »). La servante d’Abdul Bar dans Un ami véritable, parle de « ces femmes “chauves-souris” qui volent comme des fantômes en rase-mottes vers tous les croisements le soir à l’heure où l’on prend l’air » (« hantu-hantu jembalang perempuan-perempuan kelawar yang merayap-rayap terbang merata-rata simpang pada masa berjalan-jalan makan angin ini sore », p. 5). Siti Zainab enfin, dans ce même roman, « verse de ses yeux ensorceleurs des larmes nuisibles, avec des sanglots d’enfant gâtée qui s’échappent de sa bouche empoisonnée » (« mengeluarkan air mata durjana daripada mata pesona yang teresak-esak bunyi suara kemanjaan daripada mulut racun yang bisa itu », p. 82).

21La prostituée est presque toujours une célibataire. Il arrive cependant qu’elle soit mariée (les deux isteri « épouses »), veuve (perempuan itu), divorcée et mère de famille (Cik Sofiah).

22Le physique de ces femmes n’est pas décrit systématiquement. La beauté du visage, la plastique et les vêtements qu’elles portent sont cependant des éléments importants. Aina, Mariah et Harisah (dans Histoire de trois jeunes filles) sont toutes les trois « extrêmement belles » (« rupawan, cantik jelita », p. 49). Cik Sofiah, selon Emak Su, est belle (cantik) et elle met en valeur cette beauté en la maquillant, en la parant de beaux vêtements de valeur et de bijoux :

  • 9 Le mot wayang peut désigner les marionnettes du théâtre traditionnel javanais. Il peut également fa (...)
  • 10 « Perempuan tua itu pun masuk ke dalam bilik, kemudian keluar ia membawa kain batik dan baju sutera (...)

La vieille femme entra dans la pièce et en ressortit avec un tissu de batik, un vêtement de soie et un long châle en tissu de Shanghai. Elle lui fit porter des chaussures à talons hauts […], puis elle lui demanda de se poudrer comme dans le wayang9. Une fois vêtue, elle lui fit mettre des boucles d’oreilles, une gourmette et un bracelet aux chevilles. Parée de tous ces atours, Cik Sofiah était vraiment belle. Elle le fut plus encore lorsqu’elle mit du mascara et du rouge à lèvres. Sa beauté surpassait celle des Persanes10.

23Avant d’aller travailler :

  • 11 « Kira-kira jam tujuh Siti Salina menjadi semakin cantik. Badannya, seluruh badannya, dihiasinya de (...)

Vers dix-neuf heures, Siti Salina se fait encore plus belle que d’habitude. Elle orne son corps, tout son corps, avec simplicité et se maquille avec bonheur. Elle met des vêtements neufs et, en général, il est rare que ça ne soit pas dans l’intention de cacher les formes de sa poitrine et de ses fesses bien en chair. Elle applique enfin sur ses vêtements, son cou et sa nuque du parfum « Evening in Paris »11.

  • 12 « Ulas bibirnya sederhana tetapi penuh berisi dan agak melentik, menambahkan terpesona dipandang. B (...)
  • 13 « Rambutnya lebat panjang. Bulu matanya* sudah dicabut dan diganti dengan corengan pensil. Kelopak (...)

24Dans Janda pour la millième fois, Suzie, l’héroïne, est très jeune, elle n’a que seize ans. Elle a une beauté naturelle. « Ses cheveux atteignent tout juste ses épaules » (« rambutnya yang baru mencecah bahu », p. 1). Elle a les yeux « ronds et clairs […], le front large, les paupières bien dessinées, un joli nez bien placé » (« bulat jernih […] dahi yang lapang, kelopak mata yang cantik bergaris, hidung comel yang cantik terletak », p. 7). « Ses lèvres ordinaires mais charnues et un peu relevées renforcent son pouvoir de séduction. Ses sourcils sont aussi épais qu’avant […] elle a un long cou et des jambes élancées12 ». Suzana, un personnage secondaire de ce même roman, est plus âgée que Suzie, elle a vingt-cinq ans. C’est une métisse d’Européen et de Chinois et sa beauté est plus artificielle que celle de Suzie. « Elle a de longs cheveux épais, les sourcils rasés, marqués par un trait au crayon noir, les paupières fardées, le nez pointu bien placé et des lèvres à la fois graciles et pulpeuses comme celles de Sofia Loren13 ».

  • 14 Comme dans le passage suivant : « Très tôt le matin, elle était déjà levée, cuisinant et préparant (...)
  • 15 « Abdul Fakar segera menyepak Siti Salina. Siti Salina terpusing, lalu jatuh di antara tin-tin koso (...)
  • 16 « menyepak dan menendangnya sekuat-kuat hatinya. Tidak puas dengan itu, dia segera mengangkat kedua (...)

25Le caractère de la prostituée n’est bien défini que dans certaines œuvres du corpus. Siti Salina et Cik Sofiah, par exemple, ont des caractères diamétralement opposés. Siti Salina est patiente, d’humeur égale, douce, optimiste et vulnérable. Elle est également généreuse, comme le montre, par exemple, le fait qu’elle aide financièrement un jeune lycéen, Hilmy, le fils de son amie Katijah, à poursuivre ses études. C’est pourquoi, les habitants du « Village aux Chèvres », malgré le métier qu’elle exerce, ont beaucoup de sympathie pour elle, la prenant en pitié devant la brutalité dont fait montre Abdul Fakar à son égard. Elle subit sans rien dire ses agissements, car elle l’aime et ne peut se détacher de lui parce qu’il ressemble physiquement à son ex-fiancé mort à la guerre. Lui, de son côté, ne fait rien de la journée, se laisse servir par Salina comme un roi et profite de son corps, exigeant chaque jour les cinq ringgit (un ringgit valant actuellement environ 0,23 centimes d’euro) qui lui permettront de faire la fête tous les soirs. Si elle lui remet la somme exigée, leurs relations peuvent paraître assez harmonieuses. Ils rient, plaisantent, parlent de choses et d’autres14. Mais si, par malheur, elle lui donne moins que ce qu’il pense lui être dû, par exemple parce que le mauvais temps ne lui a pas permis d’avoir autant de clients que d’habitude, il devient brutal, imaginant qu’elle a donné cet argent à un autre homme. Dans ces cas-là, les voisins, qui n’ont déjà guère de considération pour Abdul Fakar, se mettent à le détester. Ils prennent le parti de Siti Salina et certains disent : « C’est un inconscient. Ça ne lui suffit pas de vivre à ses crochets, il veut en plus la frapper ! » (« Tak sedar diri. Makan hasil orang, endak pukul orangnya pula ! », p. 110), Elle subit en effet souvent les foudres de cet homme. Ainsi, un jour, alors qu’elle ne lui avait remis que trois ringgit, il est entré dans une colère folle. Il s’est mis à crier et à donner des coups de pied dans les boîtes de conserve devant lui. Puis il s’en est pris à Siti Salina : « Il lui donna sur-le-champ un coup de pied qui l’étourdit. Elle tomba au milieu des boîtes de conserve vides, éparses, en hurlant15 ». Craignant qu’il ne la gifle et même ne l’étrangle, elle n’ose pas le chasser de chez elle. C’est, au contraire, lui qui le fera pour la remplacer par une autre femme : Abdul Fakar la poussa à terre, puis « lui donna une rafale de coups de pied. Non encore satisfait, il la prit aussitôt par les mains pour la forcer à se relever et la jeta dehors violemment. Siti Salina tomba à plat ventre sur le sol jonché de flaques d’eau16 ».

26Dans Piège noir ou la belle-de-nuit de l’île de Penang, Cik Sofiah est une femme impatiente, coléreuse, insatisfaite, ambitieuse. Ne supportant pas la pauvreté dans laquelle elle vit avec son mari, elle divorce, puis devient prostituée. Au début, elle est un peu réticente lorsque Mak Su la fait belle pour aller voir le Cingay, une manifestation culturelle chinoise. Elle est même pudique. Une fois dehors, elle tente de se couvrir le visage avec son long châle. La vieille femme l’en empêche et lui demande de faire comme Cik Ramlah et Cik Putih qui le mettent autour du cou, puis elle ajoute qu’à « l’époque actuelle, on ne porte plus le voile » (« zaman sekarang ini bukannya zaman kelumbung lagi », p. 18). Cik Sofiah lui répond alors : « Ça me gêne beaucoup, Madame, de ne pas être voilée, car je n’ai jamais fait ça depuis mon enfance » (« Ganggu sangat saya mak tak bertudung ini kerana tiada pernah daripada kecil saya perbuat, mak », ibid.). Mais ce n’est pas suffisant pour Mak Su, Cik Ramlah et Cik Putih. Elles lui apprennent à fumer : « “Fume cette cigarette”, lui dit Cik Ramlah, “Ce n’est que de cette façon que notre liberté sera totale” » (« “Hisaplah rokok ini”, kata Cik Ramlah, “Barulah cukup kebebasan kita” », p. 18). Elle ne manque pas non plus d’une certaine sensibilité, comme on le voit quand son premier client, Encik Abdul Rahman, qui lui a promis le mariage, meurt. Choquée, elle en perd le sommeil et l’appétit et ne sort plus pendant une semaine. Mais très vite, les bons sentiments font place à la cupidité.

27Les origines familiales et l’éducation de la prostituée ne sont pas toujours connues, mais on sait que plusieurs d’entre elles sont issues de milieux aisés (comme Siti Salina dont le père était joailler), qu’elles ont suivi des études dans une école anglaise (ex. Aina, Mariah et Harisah et Siti Salina) et que l’une d’elle au moins (Siti Salina) était promise à un brillant avenir professionnel, son père voulant, en effet, qu’elle devienne médecin. D’autres, viennent de milieux modestes et ne sont pas très éduquées (comme Cik Sofiah, fille de la campagne, mais qui apprend vite et a de très grandes facultés d’adaptation).

28Elles pratiquent leur métier à l’hôtel, chez elles, dans une maison de rendez-vous ou des maisons closes d’un certain standing. Dans certaines œuvres, le lieu n’est pas précisé. Ainsi dans Histoire de trois jeunes filles, il est simplement dit qu’il y a à Singapour des ruelles où l’on rencontre beaucoup de prostituées, ce qui signifie qu’elles abordent leurs clients dans la rue, mais on ne dit pas où elles les amènent ensuite. Elles agissent le plus souvent, au grand jour, mais aussi clandestinement, surtout si elles sont mariées (ex. « l’épouse » dans L’époux, au début, dont le mari n’est pas encore au courant). On évoque rarement et en détail leur façon de procéder. C’est Ahmad Rashid Talu qui en parle le mieux dans ses deux romans Un ami véritable et Piège noir ou la belle-de-nuit de l’île de Penang. En revanche, dans Salina, par exemple, on ne dit pas comment Siti Salina attire ses clients et ce qui se passe dans la chambre d’hôtel où elle travaille. On nous montre seulement comment elle vit avec son souteneur.

  • 17 « […] tempat perulangan sekalian perempuan-perempuan bedebah, dan tempat perjudian, dan tempat perd (...)

29Dans Un ami véritable, les prostituées travaillent dans une maison de rendez-vous de Penang, « un lieu de plaisir pour les hommes et les belles-de-nuit » (« tempat kesukaan laki-laki dan perempuan kelawar », p. 80). Sept hommes seulement sont membres de cet établissement. La plupart sont des habitués, alors qu’Abdul Bar ne le fréquente que depuis un an. C’est « le lieu habituel des filles perdues, un endroit où l’on pratique les jeux d’argent, où les hommes prennent du repos avec des femmes (ont des rapports sexuels hors mariage), où l’on s’échange de l’alcool (du whisky et du brandy) les jours de paye17 ».

  • 18 « […] satu bilik yang telah sedia di sana satu meja barang-barang makanan, yang dikelilingi oleh 5 (...)

30Voyons comment Ahmad Rashid Talu décrit l’une des visites d’Abdul Bar dans ce lieu (p. 80-89). Quand il arrive avec son secrétaire Abdullah, des jeunes gens en compagnie de « très jeunes belles-de-nuit » (« perempuan muda-muda kelawar ») les accueillent et leur reprochent leur retard. Ils entrent « dans une pièce où une table, sur laquelle on a disposé des plats, est déjà prête, entourée de 5 hommes et de 6 jolies femmes qui, assis, attendent qu’on leur serve le repas. 3 chaises sont vides. 2 sont destinées à Abdullah et à Abdul Bar, quant à celle qui reste, qui va l’occuper18 ? ». Elle est destinée à la compagne d’Abdul Bar qui, s’étonnant de son absence, s’assied en demandant ce que l’on attend pour manger. C’est alors que quelqu’un derrière dit : « Allez-y […], je suis prête à vous servir tous » (« Ya ! Silakan ! […] dan saya sedia akan melayankan tuan sekalian », p. 82). Il se retourne et voit Siti Zainab. Il lui demande de s’asseoir en lui adressant divers mots d’amour et en lui faisant savoir qu’il l’attend depuis longtemps. Elle réplique assez dépitée que tous ces mots d’amour ne servent à rien, puisque quand il est arrivé, il n’a même pas demandé de ses nouvelles. Selon elle, cela montre qu’il ne pense pas à elle qui, au contraire, pense tellement à lui qu’elle en oublie de dormir, de manger, qu’elle ne s’intéresse plus à son entourage, à sa façon de se vêtir, car « je suis folle de ton beau visage, captivant et séduisant » (« edankan dan asyikan serta berahikan wajah abang yang manis ini », p. 82), avoue-t-elle.

  • 19 « […] masing pun meminpin habuan masing beredar ke bilik sebelah lagi di sana ada 4 katil-katil ter (...)
  • 20 « […] melompat di bahu Said yang sedang memetik gitar sambil berdiri, serta mempertemukan mulutnya (...)

31Après un repas pris dans la gaieté, « chaque couple se dirige vers une autre pièce où se trouvent 4 lits et 12 fauteuils et, au beau milieu, une longue table entourée de douze chaises19 ». Ils se mettent à jouer de la musique et à chanter. Siti, l’amie d’Abdullah, commence à chanter accompagnée à la mandoline par Siti Aishah, et Safiah, l’amie de Said, Hafsah, l’amie de Manan, Som, l’amie de Zain, Bedah, l’amie de Taha, et Siti Zainab répondent successivement à Siti en chantant également. Siti Zainab « qui était assise sur le lit avec Abdul Bar les jambes pendantes, se met à l’étreindre et à l’embrasser avec tant de fougue qu’il en tombe à la renverse » (« Sambil ianya memeluk akan Abdul Bar serta diciumnya bersungguh-sungguh pada masa mereka duduk berjuntai di atas katil peraduan, sehingga membawakan rebah ke belakang », p. 84). Safiah répond à la chanson de Siti Zainab, puis pose sa mandoline, « se précipite sur Said, qui était debout en train de jouer de la guitare, lui saisit les épaules et pose ses lèvres sur les siennes en mettant longuement sa langue dans sa bouche, au point qu’une corde de la guitare casse ; elle tombe assise, ses mains ne tenant pas assez fortement les épaules de Said et tous éclatent de rire20 ».

  • 21 « […] merebah diri ke atas pangkuan encik Hamzah […] seraya diciumnya kiri kanan pipi Hamzah dan me (...)
  • 22 Aigle mythique, réincarnation de Vishnou.
  • 23 « […] mulailah berbunyi suara perempuan tegur-menegur, sapa-menyapa, sindir-menyindir, kias-mengias (...)

32De son côté, Siti Aishah « se laisse tomber sur le giron de Hamzah […], l’embrasse sur la joue droite et la joue gauche, puis met sa langue dans sa bouche et l’aspire avec avidité21 ». Siti, Hafsah, Som et Bedah en font de même avec leur compagnon « et quand leurs visages se métamorphosent, le souffle court et les yeux langoureux » (« dan apabila muka masing-masing telah berubah kepada memendekkan nafas dan melayukan mata », p. 85), ils quittent la grande salle pour une autre pièce. C’est alors le silence complet « comme si le pays avait été vaincu par un garuda22 » (« seperti negeri dialahkan geroda »), jusqu’à ce qu’une sonnette annonce l’heure du repas. Tous les jeunes se lèvent, prennent une douche et vont se préparer dans une pièce destinée à cet effet où sont disposés plusieurs paravents et un grand miroir. « Les femmes font alors entendre leur voix, elles s’interpellent, s’appellent, se raillent, se critiquent. Certaines murmurent des paroles avec style, se déhanchent et secouent la tête, sourient, faisant des mouvements délicats avec leurs mains et recourbant leurs doigts23 ». Une fois prêts, ils vont dans la salle à manger et se restaurent joyeusement. Ils retournent ensuite dans la pièce aux quatre lits où des boissons alcoolisées sont disposées sur la grande table entourée de douze chaises.

  • 24 Ce procédé consistant à considérer les éléments de l’écriture comme des narrateurs se trouve aussi (...)

33Dans Piège noir ou la belle-de-nuit de l’île de Penang, la prostitution se pratique dans des maisons closes. On a vu que Cik Sofiah, après son divorce, s’était prostituée dans celle de Emak Su. Plus tard, elle travaillera dans la maison que lui a achetée son premier client, Encik Abdul Rahman, et Emak Su, Cik Putih et Cik Ramlah viendront s’y installer. Alors qu’elle était encore débutante, qu’elle habitait chez Emak Su, c’est cette dernière qui, lors du Cingay, avait abordé Encik Abdul Rahman dans la rue. Elle l’avait invité chez elle. Il était resté avec Cik Sofiah sur la véranda à boire du café sans rien dire. Il l’avait embrassée, puis avant de partir, lui avait donné 50 ringgit en lui promettant de revenir le soir. Sur ces 50 ringgit, Cik Sofiah en avait gardé 20 qu’elle avait demandés à Mak Su de mettre de côté, et avait partagé les 30 restants entre Emak Su, Cik Putih et Cik Ramlah. Encik Abdul Rahman avait tenu ses promesses. Il était revenu le soir et avait amené Cik Sofiah en promenade. À leur retour, Emak Su l’avait invité à manger. Puis, profitant de l’absence momentanée de Cik Sofiah, elle lui avait proposé de dormir chez elle et il s’était laissé convaincre. Elle l’avait fait entrer dans une belle chambre très bien décorée. Il s’était déshabillé, s’était recouvert du tissu de batik qu’elle lui avait donné et s’était allongé sur le lit. Lorsque Cik Sofiah était entrée dans cette chambre (la sienne en fait), elle avait eu la surprise de le voir alors qu’elle croyait qu’il était rentré chez lui. De l’extérieur, Emak Su lui avait demandé de fermer la porte à clé. Cik Sofiah s’était déshabillée en rouspétant un peu, mais très vite, elle avait compris ce qu’elle avait à faire et s’était allongée près de lui sans problème. Encik Abdul Rahman avait éteint la lumière. La description s’arrête là, c’est au lecteur d’imaginer la suite. C’est alors qu’interviennent trois narrateurs : l’Encre (Dakwat), la Plume (Kalam), le Papier (Kertas), les éléments de l’écriture : « “Hé”, disent le Papier et l’Encre, “Taisez-vous”, répond la Plume » (« “Ahem” kata Kertas dan Dakwat. “Diam” kata Kalam », p. 4824). Le lendemain matin Cik Sofiah, après avoir fait chauffer de l’eau, lave Encik Abdul Rahman, puis l’asperge de « lotion santalia ». Ils s’embrassent ensuite avec une telle fouge que les cheveux de Cik Sofiah en sont tout ébouriffés. Puis, ils sortent et, pour la première fois, Cik Sofiah boit de la bière, ce qui lui fait tourner la tête.

  • 25 « “Berhenti kita sebentar”, kata Kalam. “Mengapa ?” jawab Kertas. “Engkau pun satu sebagai pula. Sa (...)

34Encik Abdul Rahman fut son premier client, mais elle a très vite appris son rôle et continue de le remplir avec habileté avec d’autres hommes. Désormais, elle les recrute elle-même, non pas dans la rue, mais au cinéma. C’est ce qu’elle fait, par exemple, avec Encik Wan Ibrahim. En arrivant chez elle, il admire cette maison propre et luxueuse. On y voit, entre autres, un piano et d’autres instruments de musique. Cik Sofiah se met au piano et chante. Puis Cik Ramlah et Cik Putih arrivent et leur servent une nourriture abondante et de qualité et le repas terminé, Cik Sofiah amène Encik Wan Ibrahim dans une chambre à l’odeur agréable. Elle le déshabille, le couvre d’un fin tissu de soie de Chine (kain lokcuan yang nipis), le parfume, lui demande de se mettre au lit, pendant qu’elle-même se déshabille, se couvre d’un tissu très fin et se parfume elle aussi. Elle éteint le lustre, puis allume une lampe verte placée à la tête du lit et s’allonge à côté de lui. Comme d’habitude, au moment critique, l’auteur laisse au lecteur le soin d’imaginer la suite et fait intervenir les éléments de l’écriture : « “Nous nous arrêtons un moment”, dit la Plume. “Pourquoi ?”, répond le Papier. “C’est toujours pareil. Tu veux encore savoir ce qui se passe là-bas ?”, dit l’Encre. “Taisez-vous”, dit la Plume25 ».

35Dans Janda pour la millième fois, la manière dont se pratique la prostitution est beaucoup moins détaillée que dans les deux précédents romans. On sait que Suzie, alias Mei Wah, travaille dans l’hôtel See Wah à Penang avec d’autres prostituées. Le cas de Shukri, le client qui l’aide à s’enfuir, nous montre comment les choses se passent dans cet hôtel. Lorsqu’il arrive, Lee Meng lui présente Suzie, Suzana et d’autres femmes, non pas en prononçant leur nom, mais leur prix. Celle-ci vaut 30 ringgit, telle autre 15. Il choisit Suzie. Lee Meng le conduit ensuite à l’étage supérieur et lui demande d’attendre dans la chambre. Peu après, arrive Mei Wah. Lee Meng tend la main et Shukri y glisse 30 ringgit.

  • 26 « […] dalam pekerjaan semacam ini kita mesti memakai pakaian yang molek untuk menyegakkan diri kita (...)

36L’époux présente un cas de prostituée très rare dans le corpus, celui de la femme mariée. Awang, le mari, est un fainéant. Il avait un emploi, mais comme il ne venait pas régulièrement travailler, après trois avertissements, son patron l’a licencié. C’est donc sa femme qui mène désormais la barque. Elle a trouvé du travail. Elle va laver le linge chez une femme entre deux âges, la tenancière d’une maison close, où résident un certain nombre de jeunes femmes qui changent tous les jours de vêtements. Ces femmes vivent dans le luxe et l’épouse de Awang les envie. Elle fait part de son intention de faire comme elles à la femme entre deux âges qui en est ravie. Mais, lui dit-elle, « pour faire ce métier il faut avoir de beaux vêtements pour se mettre en valeur. Il est vrai, ajoute-t-elle, que les hommes ne regardent pas et ne désirent pas nos vêtements, mais un homme ne choisira pas une femme qui porte des vêtements laids et sales26 ». Comme elle n’a rien à se mettre, c’est la tenancière qui lui achète des vêtements. Elle les lui rembourse sans intérêt en lui donnant chaque mois 50 ringgit qui comprennent aussi le prix de la location de la chambre. Pour que son mari ne sache pas ce qu’elle fait, elle vient tous les jours avec les vêtements qu’elle met d’habitude pour laver le linge. Ce n’est qu’une fois sur place qu’elle se change. Bientôt son mari l’apprend, mais ne dit rien. Finalement, elle décide de se mettre à son propre compte et de travailler chez elle. « Au lieu de remettre ces cinquante ringgit à la vieille femme, il vaut mieux que je te les donne » (« Wang lima puluh ringgit yang kita berikan kepada perempuan tua itu lebih baik saya berikan kepada awak », p. 257), dit-elle un jour à son mari. Il accepte et quand sa femme reçoit ses clients, il sort faire un tour.

Le maquereau-la maquerelle

37Le personnage de maquereau-maquerelle est beaucoup moins bien traité dans le corpus que celui de la prostituée et, contrairement à celle-ci, il ne semble pas y avoir de terme spécifique pour le désigner. Cependant, dans Salina, une périphrase qualifiant Abdul Fakar donne en quelque sorte une définition large du maquereau : « une personne qui vit aux crochets d’une autre » (« orang makan hasil sahaja tetapi malas bekerja », p. 108). En outre, il n’apparaît pas dans toutes les œuvres. On le trouve dans Salina (Abdul Fakar), Janda pour la millième fois (Lee Meng), L’époux (Awang, perempuan setengah tua « la femme entre deux âges »), Dans l’attente que quelqu’un frappe à la porte (penjaga hotel « le gardien de l’hôtel »), Piège noir ou la belle-de-nuit de l’île de Penang (Emak Su). Nous avons ainsi quatre maquereaux (Abdul Fakar, Lee Meng, Awang et « le gardien de l’hôtel ») et deux maquerelles (Emak Su et « la femme entre deux âges »).

  • 27 « […] membela pelihara beberapa banyak janda-janda di rumahnya buat keseronokan kehidupannya yang a (...)

38On donne assez de renseignements sur les souteneurs. En revanche, rien n’est dit pratiquement sur les maquerelles. On sait simplement que ce sont des femmes généralement assez âgées qui dirigent des maisons closes. Emak Su « entretient quelques janda chez elle pour agrémenter sa vie arrivée presque à la porte de la tombe (avec son trou)27 » (Piège noir ou la belle-de-nuit de l’île de Penang, p. 29). « La femme entre deux âges » « entretient des jeunes femmes » (« memelihara perempuan-perempuan muda itu », L’époux, p. 255). Les femmes qui travaillent dans ces maisons doivent remettre une partie de ce qu’elles gagnent à leur tenancière. Celle-ci leur apprend le métier, leur donne des conseils et quelquefois leur trouve des clients.

39Quant aux maquereaux, Abdul Fakar est le mieux décrit pour ce qui a trait à son physique, son caractère et ses antécédents. C’est un ancien marin. Il ne travaille plus depuis deux ans et c’est Siti Salina qui l’entretient. Il ne fait rien de la journée et le soir, il sort de chez Siti Salina en sifflotant une chanson de film indien, parle des femmes avec des jeunes gens qu’il rencontre, avant d’aller danser et s’enivrer au cabaret. Il est violent, mais peut quelquefois se montrer tendre (voir note 14). L’auteur le décrit physiquement :

  • 28 « Lelaki itu seperti seorang kaya layaknya. Kemeja putih bertangan panjang dan seluar biru panjang (...)

On aurait dit un homme riche, avec sa chemise blanche à manches longues et ses pantalons bleus amidonnés et bien repassés, ses cheveux épais tirant sur le roux et plaqués, avec une raie au milieu. Il avait la peau d’une belle couleur foncée, il était grand et trapu et portait d’épaisses moustaches noires bien entretenues. De chaque côté de ses oreilles, pointaient deux longs favoris soignés. Il avait des chaussures noires brillantes, une grande montre neuve, une bague en or ornée d’une pierre précieuse et une écharpe rouge pâle à pois blancs. On lui donnait une trentaine d’années. De si beaux et impeccables vêtements n’étaient pas faits pour un habitant du « Village aux Chèvres », mais plutôt pour celui d’une maison de pierre à deux étages28.

40Dans Janda pour la millième fois, on ne sait pas très bien à quoi ressemble Lee Meng. Cependant on a quelques petites indications sur ses origines et ses études et sur la manière dont il recrute les prostituées. On sait qu’il est d’Alor Setar (la capitale de l’État de Kedah), qu’il a un faible niveau d’éducation. Il est membre d’un réseau de prostitution. Il recrute les prostituées à Kuala Lumpur, puis les amène à Penang où il les fait travailler dans un hôtel.

41Il en est de même dans L’époux. On ne sait pas très bien comment est le mari qui deviendra le souteneur de sa femme. Concernant Dans l’attente que quelqu’un frappe à la porte, on ne sait pas grand-chose du maquereau, « le gardien de l’hôtel », qui loue des chambres et procure aux clients des prostituées après avoir reçu de l’argent de leur part. On sait seulement d’après sa façon de parler que ça doit être un Chinois (ex. « Mahu pelempuan ? », pelempuan au lieu de perempuan, « Vous voulez une femme ? », p. 332 ; « olang senang », olang au lieu de orang, « elle plaît », p. 330).

Le client

42Le client est très présent dans Piège noir ou la belle-de-nuit de l’île de Penang. On en parle assez bien dans Un ami véritable et dans Janda pour la millième fois. En revanche, il est inexistant dans Salina, car l’auteur ne montre pas Siti Salina dans l’exercice de sa profession. Il apparaît aussi dans trois nouvelles : Une parole influente (Halim), Rencontre sur l’avenue (Hadi) et Dans l’attente que quelqu’un frappe à la porte (saya « je »), mais il y est traité de façon très superficielle. Il n’est pas toujours désigné par un terme spécifique. Dans l’attente que quelqu’un frappe à la porte, nous donne l'expression tetamu lelaki (invité) et Janda pour la millième fois, pelanggan (client).

43Dans Piège noir ou la belle-de-nuit de l’île de Penang, Cik Sofiah a successivement cinq clients sur lesquels l’auteur donne un certain nombre de renseignements assez précis. Commençons par Encik Abdul Rahman. Ce jeune célibataire de dix-huit ans a terminé ses études dans une école anglaise. Il n’a plus sa mère et son père, un homme riche de Penang vient de mourir et lui a laissé un héritage d’environ 300 000 ringgit. C’est un coureur de jupons, ayant au moins vingt petites amies, mais après avoir été « séduit » (digoda) par Cik Sofiah, il a oublié toutes ses conquêtes. Il est subjugué par elle et veut même l’épouser et, en prévision du mariage, il lui a acheté une maison de 5 000 ringgit. Cependant, quelque temps avant la cérémonie, il fait une mauvaise chute et meurt. Elle en est désespérée, mais se console finalement et recommence à chercher une autre proie.

44Il s’agit de Encik Muhammad Nur, le seul homme marié parmi ses clients. Il a un magasin de tissus à Penang. Il aime le cinéma et le football et deux ou trois nuits par semaine, « il étanche son désir bestial » (« menjamu nafsu kehaiwanan »). Il va rapidement tomber sous le charme de Cik Sofiah, au point d’en oublier sa femme et son affaire. Deux mois plus tard, il se retrouve avec 3 000 ringgit de moins et de nombreuses dettes. Il ira même jusqu’à divorcer pour pouvoir épouser Cik Sofiah. Cependant, apprenant qu’il est ruiné, celle-ci, sur les conseils de Mak Su, lui ferme sa porte. Tout finit bien pour lui, car sa femme accepte de lui pardonner.

45Son prochain client est Encik Wan Ibrahim, un fonctionnaire de Kedah. Il est lui aussi resté un certain temps avec elle jusqu’à ce qu’il soit complètement ruiné. Il a finalement quitté Kedah et son travail et n’est plus jamais revenu la voir.

  • 29 « Tuanku, ke laut api tuanku sabdakan patik sedia akan menurutnya. Tetapi pada malam ini minta pati (...)

46L’avant dernier client de Cik Sofiah dont il est question dans le roman est Encik Sulaiman, un jeune homme de vingt et un ans, qui, comme Encik Abdul Rahman, vient de faire un héritage. Il aime sortir le soir, aller au cinéma, au théâtre (bangsawan, voir note 9), boire de l’alcool et aller avec des prostituées, bref, « il enfreint les lois de la religion et de la médecine » (« Ah, larangan agama dan tabib dilaluinya », p. 143). Malheureusement pour Cik Sofiah, son très beau cousin, adoré des femmes, Encik Said, est très sérieux. Il est diplômé d’une école arabe et d’une école anglaise. Il ne sort pas le soir et son passe-temps favori est le football. Devenu orphelin très jeune, il a été élevé par les parents d’Encik Sulaiman qu’il aime comme un frère. C’est pourquoi il va tenter de le sortir des griffes de Cik Sofiah, allant même jusqu’à la détruire complètement. Il réussit à convaincre Encik Sulaiman de ne plus aller la voir. Il se fait passer pour un riche client de descendance royale, ce qui impressionne grandement Cik Sofiah. Et pour que ça paraisse plus crédible, il utilise même le malais que l’on parle dans ce milieu, qui est aussi la langue de la littérature malaise ancienne (xive-xixe siècles), et Cik Sofiah, qui semble connaître parfaitement ce langage, ce qui est étonnant pour une fille de la campagne, en fait de même. Par exemple, lorsqu’il lui propose d’aller avec lui à son hôtel, elle lui répond de la manière suivante : « Monseigneur, je vous suivrai partout même dans une mer de feu, mais ce soir, je vous demande de venir dans mon humble demeure29 ». Encik Said va prendre Cik Sofiah à son propre piège. C’est lui qui va la subjuguer, l’impressionner avec ses prétendues origines royales. Comme ses autres clients, il la demande en mariage mais, contrairement à eux, ne la touche pas. Il lui promet, de plus, de lui acheter une maison de 100 000 ringgit. Il a déjà en fait pris une option sur celle-ci, mais, prétexte-t-il, il lui manque 10 000 ringgit. Cik Sofiah a tellement confiance en lui qu’elle décide, avec l’accord de Mak Su, de Cik Ramlah et de Cik Putih de mettre en gage ses bijoux, sa maison et son terrain contre cette somme. Et, quand il voit qu’elle est persuadée que tout est en ordre, que la maison est bien achetée, que le mariage va bientôt avoir lieu, Encik Said, qui avait passé environ sept jours avec elle, sous prétexte que son père est gravement malade, la quitte et ne revient plus. Cik Sofiah est désespérée, elle reste enfermée dans sa chambre, ne mange presque plus rien et maigrit à vue d’œil. Le guérisseur (bomoh) vient sans cesse chez elle. Elle doit mettre en gage ses instruments de musique et ses vêtements pour le payer, mais rien n’y fait. Elle finit par devenir folle. Mak Su, Cik Ramlah et Cik Putih ont peur d’elle et s’en vont ; Mak Su elle aussi succombe à la folie. Cik Sofiah n’a plus ni eau ni électricité car elle ne peut plus payer ses factures. Plus personne n’ose passer devant chez elle et elle reste seule avec sa fille qui, affamée, pleure du matin au soir. L’un de ses voisins, un Chinois, a pitié d’elles et les amène à l’hôpital où l’on s’occupe de la fille de Cik Sofiah qui, elle, est enfermée dans une pièce. De temps en temps, on l’entend crier qu’elle est une reine de Johor ou de Perak et donner des ordres aux servantes du palais (dayang). Et, quelquefois, elle éclate en sanglots.

47Un jour, Umar, l’ex-mari de Sofiah, qui s’est établi à Sumatra, revient à Penang et cherche en vain sa fille et son ex-femme. Il rencontre par hasard l’une de ses anciennes connaissances qui lui apprend qu’elles sont à l’hôpital. Sa fille, Maznah, ne le reconnaît pas, mais convaincus qu’il est son père, les employés de l’hôpital lui donnent l’enfant. Quant à Cik Sofiah, elle rend l’âme le lendemain. « C’en est fini de piège noir » (« Sekarang habis perangkap hitam »), dit le narrateur principal du roman. Encik Said, le « client justicier » (selon l’auteur) qui a causé la perte de Cik Sofiah, n’a pas fini de faire parler de lui. Il va voir Umar pour lui annoncer que tous les biens mis en gage par son ex-femme sont maintenant la propriété de sa fille qui va pouvoir s’installer dans la maison de sa mère. De son côté, Umar lui rembourse les 2500 ringgit qu’il a perdus dans cette affaire et tous deux deviennent les meilleurs amis du monde. Umar ouvre une succursale de son entreprise à Penang et Encik Said la dirige.

  • 30 À l’époque de l’auteur, un mouvement de modernisation de l’islam, venu d’Égypte et de Turquie, étai (...)

48Dans Un ami véritable, plusieurs clients sont mis en scène. Il y a ceux que l’on rencontre dans la maison de rendez-vous que nous avons décrite plus haut et Yusof qui vient voir Siti Zainab chez elle après le départ d’Abdul Bar. Mais, mis à part ce dernier, ils n’ont guère de consistance. Abdul Bar est un jeune homme qui vient d’hériter une grosse fortune de ses parents. Il est marié, père d’un enfant, et est diplômé d’une école malaise et d’une école anglaise. Il avait de nobles idéaux. Comme le lui fait remarquer son meilleur ami Yaakub, il avait l’intention de consacrer une partie de sa fortune à développer son peuple, les Malais, qui, par rapport aux autres ethnies, surtout les Chinois, sont très en retard. Il voulait fonder une école avec des professeurs venus d’Égypte30, un journal, une association, et faire traduire en malais des livres arabes et anglais. Mais il a complètement oublié ses bonnes intentions et, au lieu de cela, il dépense son argent dans une maison de rendez-vous où il rencontre Siti Zainab, à qui il loue un logement où, à son insu, elle reçoit un autre homme. C’est un « client repenti », car, finalement grâce à Yaakub, il retourne auprès de sa femme et se remet sérieusement au travail. C’est également un « client salvateur », car il remet Siti Zainab et son client Yusof sur le droit chemin. Il l’a convainc d’abandonner son travail dans la maison de rendez-vous. Il leur demande à tous deux de suivre les préceptes de l’islam et de se marier. Il leur donne même un chèque de 400 ringgit pour le mariage, la location d’un logement et les dépenses journalières jusqu’à ce que Yusof trouve du travail.

49Le seul client décrit dans Janda pour la millième fois est Shukri. C’est un homme de cinquante-trois ans, un fonctionnaire, marié et père de famille. Il a aidé, avec quelques réticences, Suzie à s’enfuir. Son rôle est capital dans le roman car c’est grâce à lui que l’on peut prouver que Lee Meng a « profité de l’argent de la prostitution » (« makan hasil pelacuran ») et le condamner. Il lui a en effet donné trente dollars pour aller avec Suzie. Contrairement à Piège noir ou la belle-de-nuit de l’île de Penang où le client est considéré comme « une victime innocente », dans ce roman, il l’est comme « une victime coupable » et puni : il est dévalorisé aux yeux de sa femme, de son enfant et de ses collègues de bureau et licencié par son patron qui le sanctionne en le mettant à la retraite anticipée.

Statut de la prostitution au regard de la loi selon le corpus

50Il est difficile de savoir dans les œuvres si la prostitution est légale ou non. Il semble en tous les cas que les femmes la pratiquent en toute impunité. Cependant, dans la nouvelle Quand la faim te tenaille, ce que dit au narrateur, venu lui rendre visite, le mari de la femme qui a dû se prostituer pour vivre pendant qu’il était en prison, montre que la prostitution est illégale :

  • 31 « Nah, sekarang kau telah mengerti betapa kekuasaan perut ke atas perbuatan manusia. Isteri saya su (...)

Tu comprends, lui dit-il, combien le ventre domine les actions humaines. Ma femme ne quitte pas le tapis de prières […], sachant bien que se vendre n’est pas seulement l’acte le plus méprisable, mais qu’il constitue même une faute et un péché au regard de la loi31.

51C’est naturellement dans Janda pour la millième fois que la loi est le plus présente, puisque la presque totalité du roman concerne le procès d’un souteneur dénoncé par une prostituée. Ainsi, ce qui est illégal, d’après ce roman, ce n’est pas le fait de se prostituer, mais de recevoir de l’argent gagné par la prostituée. Être souteneur est donc contraire à la loi. Il n’est pas interdit d’être le client d’une prostituée, mais c’est condamnable. Et, en effet, comme on vient de le voir, le client est indirectement condamné.

Un combat contre la prostitution

  • 32 « […] maka bangunlah segala muda-muda yang sedang asyik daripada digurindam* di dalam tasik yang me (...)
  • 33 « Tiba-tiba telah terceburlah ia ke dalam lautan segara manisan terenang-renang dengan asyik keseda (...)

52Dans la plupart de ces œuvres, on perçoit une intention moralisante, didactique, et un côté militant, beaucoup moins cependant dans les deux œuvres les plus récentes du corpus, Janda pour la millième fois (1979) et surtout Salina (1961). Les auteurs écrivent avant tout pour informer le lecteur des méfaits de la prostitution et montrer comment on peut la combattre et y mettre fin en éradiquant ses causes profondes. La prostitution, « ennemi juré de la société » (« musuh ketat masyarakat », Histoire de trois jeunes filles, p. 52) est souvent vue comme une descente aux enfers : « Laissons Cik Sofiah et Encik Muhammad Nur ouvrir la voie vers l’enfer maudit » (« Kita tinggalkan Cik Sofiah dengan Encik Muhammad Nur membina jalan ke neraka jahanam itu », p. 90), dit le narrateur principal de Piège noir ou la belle-de-nuit de l’île de Penang, comme quelque chose de maléfique (« les jeunes gens qui se délectaient dans un lac de dépravation se levèrent » (Un ami véritable, p. 8632). En raison du plaisir qu’elle procure, elle occulte tous les devoirs des hommes. Abdul Bar, par exemple, qui s’était promis d’agir pour faire prendre conscience à ses compatriotes (les Malais) de leur sous-développement : « Il s’était soudain jeté dans un océan de plaisirs, nageant avec passion dans ses délices empoisonnés. Il avait complètement mis de côté et oublié les loisirs qu’il avait conçus pour réveiller son peuple profondément endormi » (Un ami véritable, p. 86-8733).

53La prostituée « maudite par la société » (« dikutuk masyarakat », Histoire de trois jeunes filles, p. 50), ne l’est généralement pas par les auteurs, en tout cas si elle en est arrivée là par extrême nécessité ou si elle a été manipulée. Elle est, dans ce cas, pour eux, une victime innocente. Il en est tout autrement quand elle fait ce métier par choix, comme Rohana dans Histoire de trois jeunes filles, qui ne manque de rien, mais qui a une trop forte libido, « l’épouse » dans L’époux, ou Cik Sofiah dans Piège noir ou la belle-de-nuit de l’île de Penang, qui, par cupidité, préfèrent devenir prostituées plutôt que de vivre dans la simplicité.

54Ahmad Rashid Talu considère ce genre de prostituées comme des corruptrices des hommes. Dans Un ami véritable, les femmes de la maison de rendez-vous sont des êtres qui vont « perdre les sept hommes » qui s’y trouvent (« yang akan menjahanamkan tuan-tuan yang bertujuh itu », p. 86). Ceci est encore plus visible dans Piège noir ou la belle-de-nuit de l’île de PenangCik Sofiah est décrite comme un véritable monstre qui détruit les hommes. Elle « emprisonne » ses pauvres victimes (ses tawanan « prisonniers ») selon l’auteur, et les gens qui la voient aborder un client s’exclament : « Ah, piège noir a encore fait un prisonnier ce soir » (« Ah perangkap hitam telah menawan malam ini », p. 126).

55Voyons plus en détail les causes principales qui ont mené ces « victimes innocentes » à la prostitution. Il s’agit essentiellement, selon les auteurs, du mariage forcé, d’une trop grande liberté laissée aux jeunes gens, de la pauvreté, y compris celle entraînée par la guerre (comme dans Salina), du manque de connaissance de l’islam et du non-respect de ses règles. Cette dernière cause n’est traitée dans le corpus qu’en superficie. Dans Histoire de trois jeunes filles, par exemple, elle n’est pas illustrée par un cas particulier. Il est seulement dit qu’une bonne éducation religieuse est l’un des principes de base de l’association féminine fondée par Aina, l’une des trois jeunes filles sauvées de la prostitution, pour aider ses consœurs à en sortir elles aussi. Cet aspect religieux est un peu mieux abordé dans Un ami véritable. Lorsqu’à la fin du roman, Abdul Bar remet Siti Zainab et Yusof sur le droit chemin, il leur demande de suivre les préceptes de l’islam. Il dit, par exemple, à Siti Zainab : « ne te laisse plus dominer par tes désirs, oh Zainab ! Élimine de ton cœur tout ce qui est contraire à l’islam » (« janganlah hang ikut kehendak nafsu hang lagi, wahai Zainab ! Luputkan sekalian pekerjaan yang tiada disukai oleh Islam daripada hati hang », p. 117).

56La première cause, le mariage forcé, est abordée plus sérieusement dans Histoire de trois jeunes filles. C’était alors, semble-t-il, un fléau social que la nouvelle génération avait décidé d’anéantir (« notre génération veut éliminer ce mariage dictatorial » « angkatan muda kita mahu membasmi kahwin yang diktator », p. 51). Les parents d’Aina, par exemple, voulaient lui faire épouser un vieil homme et elle s’est enfuie. Au cours de son périple, elle rencontra un jeune homme qui l’aida, mais qui mourut peu après d’une maladie sexuellement transmissible. Sans ressources, elle n’eut pas d’autres solutions que la prostitution.

57La deuxième cause – une trop grande liberté laissée aux jeunes gens – est également traitée dans cette même nouvelle. En effet, les parents de l’une des trois jeunes filles la laissaient entièrement libre. C’est ainsi qu’elle rencontra un jeune homme. Elle tomba enceinte et ses parents la mirent à la porte. Son enfant décéda peu après sa naissance. Elle rechercha son père et le trouva avec une autre femme. C’est alors qu’elle tomba dans la prostitution. On peut considérer aussi que c’est le cas de Suzie dans Janda pour la millième fois. En effet, dans la journée, ses parents la laissaient seule avec Lee Meng qui prétendait lui enseigner le malais.

58Parmi les prostituées qu’interroge Salleh dans Histoire de trois jeunes filles, nombreuses sont les femmes qui en sont arrivées à cette extrémité pour cause de grande pauvreté. Il en est de même dans Quand la faim te tenaille. Quand son mari était en prison, pour vivre, son épouse n’a pas eu d’autre solution. Dans Dans l’attente que quelqu’un frappe à la porte, « cette femme », une veuve, n’a pu faire autrement. « J’ai été obligée de me sacrifier pour vivre » (« aku terpaksa menjadi korban untuk hidup », p. 333). Siti Salina aussi est une victime de la pauvreté, entraînée, dans son cas, par la guerre.

59Dans la majorité des œuvres du corpus, les prostituées le sont devenues à cause d’une extrême pauvreté ou parce qu’elles ont été manipulées. Elles sont donc sauvées. La minorité qui a fait ce métier par choix est, au contraire, sauf exception, impitoyablement punie. Cik Sofiah est considérée comme tellement malfaisante par l’auteur qu’elle ne mérite à ses yeux que la folie puis la mort. Pour lui, elle n’a aucune circonstance atténuante. Il l’écrase comme un insecte nuisible. Il en est de même de Rohana : elle attrape la syphilis et en meurt. Quant à « l’épouse » dans L’époux, elle n’est ni punie, ni sauvée.

60Comment ces femmes entraînées dans la prostitution à leur corps défendant ont été ou seront sauvées ? La voie légale (Janda pour la millième fois), le mariage, l’aide des associations (Histoire de trois jeunes filles) ou d’individus (comme Salleh, le journaliste, dans Histoire de trois jeunes filles, Katijah, l’amie de Siti Salina, qui lui donne des conseils pour s’en sortir, ou Abdul Bar et Yaakub dans Un ami véritable), sont des portes de sorties. Dans ce dernier roman, c’est le « client repenti » Abdul Bar, lui-même sauvé par son ami Yaakub, qui sauve Siti Zainab, son ancienne maîtresse, et, par la même occasion, le client de cette dernière, Yusof.

61Si les prostituées considérées comme des victimes sont généralement sauvées et non punies, une minorité ne l’est pas. C’est le cas de « Cette femme », dans le roman Dans l’attente que quelqu’un frappe à la porte qui continue à se prostituer pour vivre dans la folle espérance que son défunt mari un jour frappe à sa porte. Il en est de même de « L’épouse », dans Quand la faim te tenaille. Elle ne pratique plus la prostitution depuis que son mari est sorti de prison, elle est donc sauvée de ce milieu, mais elle est punie, car, pour vivre, l’enfant qu’elle a eu avec un autre homme que son mari quand elle se prostituait a dû être vendu. Inversement, les prostituées qui se complaisent dans leur condition ne sont pas toutes punies. Il en est ainsi de Siti Zainab (Un ami véritable), sauvée par Abdul Bar, son client.

La littérature comme document social

62La littéraire malaisienne reflète, dans une large mesure, la réalité. Il en est de même des romans et des nouvelles étudiés dans cet article. Leurs auteurs sont de bons observateurs du monde qui les entoure et leurs œuvres pourraient « servir de documents sociaux » (« digunakan sebagai dokumentasi sosial »), comme le dit Rosnah Baharuddin en parlant des romans de Ahmad Rashid Talu (2008 : xxxii). Ainsi, si l’on compare notre corpus à des études sur la prostitution, on y trouvera un certain nombre de similitudes. Par exemple, Abdul Hadi Zakaria (1987) met en lumière les diverses catégories de prostituées, les lieux où elles pratiquent leur métier, leurs clients, les raisons pour lesquelles elles se prostituent, la situation de la prostituée au regard de la loi, des questions qui se dégagent aussi de notre corpus. Les études scientifiques sont bien sûr conduites avec plus de rigueur que dans un corpus littéraire, mais la littérature apporte une autre dimension. Dans le cas de notre corpus, elle donne vie à ces acteurs de la prostitution. Il y est décrit leur aspect physique, leurs sentiments, l’histoire de leur vie. Les études littéraires ne sont sans doute par suffisantes pour analyser les phénomènes sociaux, et, pour ce qui est de notre article, de la prostitution, mais elles y contribuent largement. Les données littéraires peuvent donc venir en complément des données scientifiques.

63Présents dans les deux romans du corpus des années 1920 et 1930, certains aspects nous paraissent tout particulièrement intéressants, à savoir les descriptions de la maison de rendez-vous et des maisons closes, de la vie qu’y mènent les prostituées et de la façon dont se comportent leurs clients. Gardons à l’esprit que de tels lieux sont tombés dans l’illégalité à partir de 1930 (Shyamala Nagaraj & Siti Rohani Yahya 1998 : 68). Cela nous amène à donner quelques indications sur la règlementation de la prostitution en Malaisie, très peu présente dans notre corpus.

64La législation actuelle relative à la prostituion est un héritage de la période coloniale (ibid. 1998 : 90). C’est en 1870 que les autorités coloniales anglaises entreprennent de la réglementer par le biais de la Contagious Diseases Ordinance. Cette ordonnance instituait l’enregistrement et le contrôle des bordels et la pratique d’examens médicaux des prostituées. Elle fut abrogée en 1887 et remplacée par la Women and Girls Protection Ordinance en 1888 (ibid. : 70). Cette législation a connu au cours du temps divers changements, jusqu’à la loi parue au début des années 1970, dernière période de notre corpus, à savoir la Women and Girls Protection Act1973 (Act 106). Selon cette loi, le fait de faire commerce des femmes est un délit (ibid. : 90). Elle stipule en effet que « Si quelqu’un est reconnu coupable d’avoir tiré profit des femmes ou des jeunes filles pour la prostitution et autres, il peut être condamné à cinq ans de prison maximum ou à une amende n’excédant pas dix mille ringgit ou bien encore à ces deux peines à la fois » [« Seseorang yang didapati bersalah mempergunakan wanita dan gadis untuk masuk pelacuran dan sebagainya boleh dipenjarakan selama tempoh tidak lebih daripada lima tahun atau denda tidak lebih daripada sepuluh ribu ringgit atau penjara dan denda kedua-duanya » (Akta Perlindungan Wanita dan Gadis 1973 (Akta 106)]. Cependant, gagner sa vie en tant que prostituée n’en est pas un, sauf en cas de racolage sur la voie publique. Elle risque alors six mois de prison ou 1000 ringgit d’amende ou les deux à la fois (Shyamala Nagaraj & Siti Rohani Yahya 1998 : 90). Mais si celle-ci est musulmane, elle relève de la loi islamique, qui interdisant les relations sexuelles hors mariage (zina), rend de ce fait la prostituée coupable si elle pratique la prostitution volontairement et la punit plus sévèrement que sous la loi de 1973, comme à Kelantan (ibid. : 92-93). Depuis 2001, cette loi a été regroupée, avec le Child Protection Act 1991 (Act 468), sur la maltraitance et la protection des enfants, et le Juvenile Courts Act 1947 (Act 90), sur la délinquance juvénile, dans le Child Act 2001 (Act 611) (Norbani Mohamed Nazeri n.d. : 198).

65Cependant, « bien que les prostituées et la prostitution soient considérées comme abjects » (« Walaupun pelacur dan pelacuran dipandang keji ») (Abdul Hadi Zakaria 1987 : 49) et, en dépit de la législation existante, la prostitution est tout de même pratiquée illégalement en Malaisie où l’on trouve des quartiers qui lui sont dédiés dans presque toutes les villes (ibid. : 44).

Conclusion

66Nous dirons pour conclure que si les auteurs choisissent rarement la prostitution comme thème central de leurs œuvres, ils ne s’interdisent pas pour autant d’en parler. La prostitution et le sexe en général, comme le fait remarquer Virginia Matheson Hooker (2000 : 304), ne sont pas des sujets tabous. Depuis les origines de la littérature malaisienne, les écrivains, qui sont pour la plupart des Malais et musulmans, abordent ces sujets avec décence. C’est le cas des quatre écrivains de notre corpus pour ce qui est de la prostitution. De plus, ils n’écrivent pas uniquement pour raconter une histoire, ils veulent faire passer un message. Leur but est d’éduquer le lecteur, en leur montrant les dangers de la prostitution et leur indiquant la manière de l’éradiquer. Cette tendance didactique, généralement présente depuis toujours dans la littérature malaisienne, quels que soient les thèmes développés, s’est estompée avec le temps (on le voit, par exemple, avec Salina [1961] et Janda pour la millième fois [1979], étudiés dans cet article). La prostitution met en scène plusieurs acteurs, mais c’est la prostituée qui retient le plus l’attention de nos auteurs. Pour eux, si elle ne s’est pas lancée de son plein gré dans cette activité, si elle y a été contrainte par les circonstances ou des personnes, si elle a été manipulée, ils la considèrent, la plupart du temps, comme une victime qu’ils se promettent de sauver. Cependant, au-delà de cette mission salvatrice des auteurs, les œuvres du corpus donnent une image déplorable de la femme. Dans la majorité des cas, en effet, à l’exception de Siti Salina qui, à la fin du roman, bien que restée seule, va mener une vie honnête, elles montrent qu’une femme n’a que deux choix possibles : la déchéance (la prostitution) ou une vie honnête (le mariage), ce qui laisse supposer qu’elle n’est pas capable de se prendre en main, qu’elle doit toujours être sous la protection d’une tierce personne.

Top of page

Bibliography

ABDUL HADI ZAKARIA, 1987, « Pelacuran di kalangan Wanita dan Gadis » (La prostitution des femmes et des jeunes filles), Jurnal Antropologi dan Sosiologi, 15 : 41-62.

ADUWEH, 2009, « Novel Perempuan Politikus Melayu, Antara Politik dengan Pelacur » (Le roman La femme politique malaise, entre les politiques et les prostituées), 3 juillet 2009, article en ligne, http://aduweh.blogspot.fr/2009/07/novel-perempuan-poltikus-melayu-antara.html, consulté le 25 janvier 2017.

AHMAD KAMAL ABDULLAH, HASHIM AWANG, RAMLI ISIN, SAHLAN MOHD. SAMAN & ZAKARIA ARIFFIN, 1992, History of Modern Malay Literature, Kuala Lumpur : Dewan Bahasa dan Pustaka, Vol. II.

Akta Perlindungan Wanita dan Gadis 1973 (Akta 106) [Loi sur la protection des femmes et des jeunes filles de 1973 (Loi 106)], 1973, http://pmr.penerangan.gov.my/index.php/umum/398-akta-perlindungan-wanita-dan-gadis-1973-akta-106.html, consulté le 25 janvier 2017.

Kamus Dewan. Edisi Ketiga (Dictionnaire du Dewan. Troisième édition), 2002, Kuala Lumpur : Dewan Bahasa dan Pustaka.

Laman Ghazali Lateh (Page web de Ghazali Lateh), 2009, http://drghazali.blogspot.fr/2009/02/biodata-pengarang.html, consulté le 25 janvier 2017.

MATHESON HOOKER, Virginia, 2000, Writing a New Society. Social Change through The Novel in Malay, Leyde : Asian Studies Association of Australia & KITLV Press.

MOHD. THANI AHMAD, SARAH SADON & SUHAIMI HAJI MUHAMMAD, 1988, Wajah. Biografi Penulis (Visages. Biographies d’écrivains), Kuala Lumpur : Dewan Bahasa dan Pustaka.

MOHAMAD SALEEH RAHAMAD, 2014, Oksidentalisme dalam Sastera Melayu. Sebelum Merdeka hingga Era Mahathir Mohamad (L’Occidentalisme dans la littérature malaise. Avant l’indépendance jusqu’à l’ère de Mahathir Mohamad), Kuala Lumpur : Institut Terjemahan & Buku Malaysia.

NORBANI MOHAMED NAZERI, n.d., « Welfare : The Key to Juvenile Justice in Malaysia ? », The 4th ASLI Conference, p. 198-205. http://eprints.um.edu.my/13495/1/the_key_to_juvenile.pdf, consulté le 25 janvier 2017.

PRPM (Pusat Rujukan Persuratan Melayu [Centre de références des Lettres malaises]), Dewan Bahasa dan Pustaka, 2008-2016, http://prpm.dbp.gov.my/Search.aspx?k=utusan&d=5, consulté le 25 janvier 2017.

ROOSFA HASHIM, 2007, « Pak Hamzah : Buku itu nyawaku » (Pak Hamzah : Ce livre est mon âme), Utusan Online, 24 avril, http://ww1.utusan.com.my/utusan/info.asp?y=2007&dt=0424&pub=Utusan_Malaysia&sec=Rencana&pg=re_05.htm, consulté le 25 janvier 2017.

ROSNAH BAHARUDIN, 2000, Belahan Jiwa. Wanita Dalam Novel A. Samad Said (L’être cher. La femme dans les romans de A. Samad Said), Kuala Lumpur : Dewan Bahasa dan Pustaka.

ROSNAH BAHARUDDIN, éd., 2006, Kajian dan Karya Lengkap Ahmad Rashid Talu. Jilid 1 (Étude et œuvres complètes d’Ahmad Rashid Talu. Volume 1), Kuala Lumpur : Dewan Bahasa dan Pustaka.

ROSNAH BAHARUDDIN, éd., 2008, Kajian dan Karya Lengkap Ahmad Rashid Talu. Jilid 2 (Étude et œuvres complètes d’Ahmad Rashid Talu. Volume 2), Kuala Lumpur : Dewan Bahasa dan Pustaka.

SHYAMALA NAGARAJ & SITI ROHANI YAHYA, 1998, « Prostitution in Malaysia », in The Sex Sector : The Economic and Social Bases of Prostitution in Southeast Asia, Lin Lean Lim, éd., Genève, International Labour Office, p. 67-98, version en ligne, consulté le 25 janvier 2017.

TEEUW, A., 2007, « Salina », in A. Samad Said dalam esei dan kritikan (A. Samad Said dans des essais et des critiques), Siti Aisah Murad, éd., Kuala Lumpur : Dewan Bahasa dan Pustaka, p. 134-144 (paru pour la première fois dans Dewan Bahasa, novembre 1964).

ZAINI-LAJOUBERT, Monique, 2011, « Introduction », in Pluie du matin, A. Samad Said (roman traduit du malais [Malaysia] et présenté par Monique Zaini-Lajoubert), Paris & Kuala Lumpur : Les Indes Savantes, Collection du Cannibale & Institut Terjemahan Negara Malaysia, p. 9-10.

Top of page

Annex

A. SAMAD SAID, 1976 [1961], Salina, Kuala Lumpur : Dewan Bahasa dan Pustaka, 3e éd., 387 p. (roman).

AHMAD BIN HAJI MOHD. RASHID TALU, 1976 [1927], Kawan Benar (Un ami véritable), Kuala Lumpur : Dewan Bahasa dan Pustaka (Institut de la Langue et de la Littérature), 2e éd. (1e éd. en jawi [malais en caractères arabes]), 123 p. (roman).

AHMAD BIN HAJI MOHD. RASHID TALU, 1987 [1935], Perangkap Hitam atau Kelawar Pulau Pinang (Piège noir ou la belle-de-nuit de l’île de Penang), Kuala Lumpur : Dewan Bahasa dan Pustaka, 2e éd. (1e éd. en jawi), 192 p. (roman). Introduction (p. v-xiv) et translittération en caractères latins par Haji Abdullah Hussain.

HAMZAH HUSSIN, 1996 [1947], « Kisah Tiga Orang Gadis » (Histoire de trois jeunes filles), Hiburan 15 décembre 1947, in Pagar bukan Penjara. Kumpulan Cerpen 1947-1968 Hamzah Hussin (Une clôture n’est pas une prison. Recueil de nouvelles de Hamzah Hussin parues de 1947 à 1968), Othman Puteh, éd., Kuala Lumpur : Dewan Bahasa dan Pustaka, p. 49-54 (nouvelle).

HAMZAH HUSSIN, 1996 [1950], « Pertemuan di Jalan Raya » (Rencontre sur l’avenue), Mutiara, 2 août 1950, in Pagar bukan Penjara. Kumpulan Cerpen 1947-1968 Hamzah Hussin (Une clôture n’est pas une prison. Recueil de nouvelles de Hamzah Hussin parues de 1947 à 1968), Othman Puteh, éd., Kuala Lumpur : Dewan Bahasa dan Pustaka, p. 247-252 (nouvelle).

HAMZAH HUSSIN, 1996 [1950], « Sepatah Perkataan yang Berpengaruh » (Une parole influente), Mastika, juillet 1950, in Pagar bukan Penjara. Kumpulan Cerpen 1947-1968 Hamzah Hussin (Une clôture n’est pas une prison. Recueil de nouvelles de Hamzah Hussin parues de 1947 à 1968), Othman Puteh, éd., Kuala Lumpur : Dewan Bahasa dan Pustaka, p. 230-234 (nouvelle).

HAMZAH HUSSIN, 1996 [1950], « Suami » (L’époux), Mastika, septembre 1950, in Pagar bukan Penjara. Kumpulan Cerpen 1947-1968 Hamzah Hussin (Une clôture n’est pas une prison. Recueil de nouvelles de Hamzah Hussin parues de 1947 à 1968), Othman Puteh, éd., Kuala Lumpur : Dewan Bahasa dan Pustaka, p. 253-258 (nouvelle).

HAMZAH HUSSIN, 1996 [1951], « Kalau Kau Kebulur » (Quand la faim te tenaille), Hiburan, 27 janvier 1951, in Pagar bukan Penjara. Kumpulan Cerpen 1947-1968 Hamzah Hussin (Une clôture n’est pas une prison. Recueil de nouvelles de Hamzah Hussin parues de 1947 à 1968), Othman Puteh, éd., Kuala Lumpur : Dewan Bahasa dan Pustaka, p. 289-292 (nouvelle).

HAMZAH HUSSIN, 1996 [1951], « Menanti Ketukan Pintu » (Dans l’attente que quelqu’un frappe à la porte), Mutiara, 3 septembre 1951, in Pagar bukan Penjara. Kumpulan Cerpen 1947-1968 Hamzah Hussin (Une clôture n’est pas une prison. Recueil de nouvelles de Hamzah Hussin parues de 1947 à 1968), Othman Puteh, éd., Kuala Lumpur : Dewan Bahasa dan Pustaka, p. 330-333 (nouvelle).

MARWILIS HJ. YUSOF, 1979, Janda Seribu Kirai (Janda pour la millième fois), Kuala Lumpur : Utusan Publications & Distributors, 190 p. (roman).

Top of page

Endnote

1 Ce serait une façon imagée de dire « prostituée ». En effet, janda fait référence à une femme qui n’a plus de mari, car elle est divorcée ou veuve, en quelque sorte une femme seule. C’est un mot qui a une connotation assez péjorative (exemple : janda belum berlaki « une jeune fille séduite puis abandonnée »). L’expression janda sekali kirai signifie « devenir janda pour la première fois » (Kamus Dewan 2002). Janda seribu kirai voudrait donc dire « devenir janda pour la millième fois », ce qui se rapproche de la situation de la prostituée.

2 La plupart des études indiquent Penang comme lieu de naissance de Ahmad Rashid Talu. Selon Haji Abdullah Hussain cependant, dans son introduction au roman Perangkap Hitam atau Kelawar Pulau Pinang (1987 : ix), son lieu de naissance serait Talu (mot présent dans son nom), à Sumatra-Ouest (voir aussi Rosnah Baharuddin 2006 : xix).

3 Signalons que A. Samad Said a reçu, en 2003, le titre de Docteur Honoris Causa de l’Université pédagogique Sultan Idris de Tanjung Malim en Malaisie (Zaini-Lajoubert 2011 : 10).

4 Par exemple, Ahmad Rashid Talu a été comptable, a travaillé dans l’organisme s’occupant des pèlerinages à La Mecque ; Hamzah Hussin a préféré finalement se spécialiser dans le cinéma ; A. Samad Said a travaillé pendant un temps limité à l’hôpital de Singapour ; et Marwilis Hj. Yusof a enseigné le chinois et le malais pendant un an. Il a été aussi député en 1982.

5 Les informations biographiques sur A. Samad Said, Ahmad Rashid Talu et Hamzah Hussin sont tirées de Mohd. Thani Ahmad et al. (1988, respectivement p. 37-45, 142-145 et 273-276). Sur Ahmad Rashid Talu, voir aussi Rosnah Baharuddin, éd. (2006 : xix-xxi) et Mohamad Saleeh Rahamad (2014 : 168), sur A. Samad Said, voir aussi Zaini-Lajoubert (2011 : 10), et sur Hamzah Hussin, voir aussi Roosfa Hashim (2007). Pour ce qui est des informations concernant Marwilis Hj. Yusof, voir la quatrième de couverture de Janda Seribu Kirai, Laman Ghazali Lateh (2009) et PRPM (2008-2016).

6 Cik, abréviation de Encik, est un appellatif employé généralement pour une femme non mariée. Dans Perangkap Hitam atau Kelawar Pulau Pinang, c’est surtout après son divorce et, une fois devenue prostituée, que Sofiah est appelée Cik Sofiah. Quant à Encik, il est utilisé surtout pour un homme qui n’a pas une position très importante, ou que l’on ne connaît pas très bien.

7 Siti est un appellatif pour une femme honorable ou de rang élevé. Salina est originaire d’une famille aisée. Son père, mort pendant la guerre, comme tous les membres de sa famille et son fiancé, était joailler.

8 Emak signifie « mère ». Mak est l’abréviation de Emak. C’est aussi un appellatif pour une femme plus âgée.

9 Le mot wayang peut désigner les marionnettes du théâtre traditionnel javanais. Il peut également faire référence au théâtre bangsawan (une sorte de théâtre improvisé, à la fois parlé, chanté et dansé, courant à cette époque) ou au cinéma (le wayang gambar « le wayang en images/photos » ou wayang gelap « le wayang présenté dans un endroit sombre ») dont il est souvent question dans le roman.

10 « Perempuan tua itu pun masuk ke dalam bilik, kemudian keluar ia membawa kain batik dan baju sutera serta dengan kelumbung kain panjang Shanghai. Kasut tumit tinggi diberinya suruh pakai kepada Cik Sofiah […] Kemudian disuruh oleh orang tua itu berbedak wayang. Habis memakai pakaian disuruhnya pula memakai subang, gelang rantai dan gelang kaki. Apabila semuanya telah terpakai nampaklah rupa Cik Sofiah itu cantik betul. Apalagi jika telah terkena celak dan gincu bibir bertambah-tambah lagi cantiknya mengalahi rupa anak-anak perempuan Parsi. » (Piège noir ou la belle-de-nuit de l’île de Penang, p. 17.)

11 « Kira-kira jam tujuh Siti Salina menjadi semakin cantik. Badannya, seluruh badannya, dihiasinya dengan perhiasan yang sederhana. Mukanya disolekinya cantik-cantik. Dipakainya baju dan kain yang baharu-baharu, dan selalunya (bajunya) yang jarang-jarang tidak dengan niat untuk menyembunyikan bentuk tubuhnya yang besar dan segar di dada dan di punggungnya. Pada bajunya, juga di tengkuk dan lehernya, disapukannya minyak wangi “Evening in Paris. » (Salina, p. 102.)

12 « Ulas bibirnya sederhana tetapi penuh berisi dan agak melentik, menambahkan terpesona dipandang. Bulu keningnya masih selebat dahulu […] lehernya jinjang, kakinya masih panjang lampai. » (Janda pour la millième fois, p. 33.)

13 « Rambutnya lebat panjang. Bulu matanya* sudah dicabut dan diganti dengan corengan pensil. Kelopak matanya dihias dengan eye shadow. Hidungnya mancung cantik terletak. Ulas bibirnya tipis lebar ala Sofia Loren. » (Janda pour la millième fois, p. 66, *bulu mata veut dire en fait « cils », mais la suite de la phrase donne à penser qu’il s’agit en réalité de « sourcils ».)

14 Comme dans le passage suivant : « Très tôt le matin, elle était déjà levée, cuisinant et préparant le petit déjeuner pour Abdul Fakar qui lui, par contre, ne se levait pas avant onze heures ou quelquefois à midi […]. Au moment du petit déjeuner, assise à ses côtés, elle le servait avec douceur et, si nécessaire, elle n’arrêtait pas de l’inviter à plaisanter pour lui “ouvrir l’appétit”. Et s’il “n’avait guère envie de manger” – ce qu’il faisait toujours exprès –, elle le faisait manger ; elle approchait la nourriture de sa bouche et quand il essayait de l’attraper, elle la retirait. Il la chatouillait et elle riait affectueusement […]. Après manger, elle restait assise près de lui. Ils se racontaient n’importe quelle chose, l’essentiel était de parler. Et leurs histoires étaient pleines de plaisanteries et de tendresse. Quelquefois ils éclataient de rire, si bien que leurs rires suffisaient pour que l’on puisse dire que “c’était le foyer le plus heureux du monde” » (« Pagi-pagi lagi dia sudah bangun, memasak dan menyediakan sarapan pagi untuk Abdul Fakar, walaupun Abdul Fakar sendiri tidak bangun sebelum jam sebelas, atau terkadang-kadang, jam dua belas […]. Di waktu sarapan pagi dia duduk melayan di sebelah Abdul Fakar. Dia melayannya dengan lemah lembut, dan kalau perlu, ini selalu diajaknya Abdul Fakar bergurau sekali biar selera itu “terbuka”. Dan kalau Abdul Fakar “malas makan” - ini selalu disengajakan oleh Abdul Fakar - dia akan menyuapkan makanan-makanan itu ; didekatkannya makanan itu ke mulut Abdul Fakar dan bila Abdul Fakar cuba memakannya segera dijauhkannya makanan itu. Abdul Fakar menggeleteknya. Dan dia ketawa manja […]. Sesudah makan nanti dia tetap juga duduk dekat Abdul Fakar. Mereka akan bercerita, tidak mengira fasal apa, bercerita sahaja. Dan cerita mereka penuh kelucuan dan kemesraan. Sesekali mereka ketawa sekuat hati, sehingga ketawa mereka itu sendiri sudah cukup untuk mengatakan : “Di sinilah rumah yang paling bahagia”. » (Salina, p. 100-101).

15 « Abdul Fakar segera menyepak Siti Salina. Siti Salina terpusing, lalu jatuh di antara tin-tin kosong yang bertaburan itu. Siti Salina memekik sekuat-kuat hatinya. » (Salina, p. 111.)

16 « menyepak dan menendangnya sekuat-kuat hatinya. Tidak puas dengan itu, dia segera mengangkat kedua belah tangan Siti Salina sehingga Siti Salina terpaksa berdiri, lalu ditolaknya kuat-kuat keluar pintu itu. Siti Salina tersungkur di atas tanah yang berlopak-lopak air sedikit. » (Salina, p. 351.)

17 « […] tempat perulangan sekalian perempuan-perempuan bedebah, dan tempat perjudian, dan tempat perdamaian laki-laki dengan perempuan (zina) dan tempat sulang-menyulang arak (whisky brandy), pada hari gajinya. » (Un ami véritable, p. 81.)

18 « […] satu bilik yang telah sedia di sana satu meja barang-barang makanan, yang dikelilingi oleh 5 laki-laki dan 6 perempuan-perempuan yang cantik, yang telah duduk di atas kerusi sedia menanti akan makan sahaja, dan 3 kerusi ada kosong dan tertentu sudah 2 kerusi bagi Abdullah dan Abdul Bar, satu lagi siapa akan duduk ? » (Un ami véritable, p. 81.)

19 « […] masing pun meminpin habuan masing beredar ke bilik sebelah lagi di sana ada 4 katil-katil terpasang dan 12 kerusi malas dan satu meja panjang di tengah-tengah bilik itu dikelilingi oleh dua belas kerusi. » (Un ami véritable, p. 83.)

20 « […] melompat di bahu Said yang sedang memetik gitar sambil berdiri, serta mempertemukan mulutnya dengan mulut Said dan dimasukkannya lidahnya sehabis-habisnya ke dalam mulut Said, sehingga membawakan putus tali gitar, dan ia pun jatuh terduduk oleh lemah tangannya bergantung di bahu Said itu dan mereka pun bergelaklah semuanya. » (Un ami véritable, p. 85.)

21 « […] merebah diri ke atas pangkuan encik Hamzah […] seraya diciumnya kiri kanan pipi Hamzah dan mengulum lidah Hamzah, dihisapnya sekuat-kuatnya. » (Un ami véritable, p. 85.)

22 Aigle mythique, réincarnation de Vishnou.

23 « […] mulailah berbunyi suara perempuan tegur-menegur, sapa-menyapa, sindir-menyindir, kias-mengias. Ada yang bercakap dengan bergaya mulutnya kumat-kamit mergeluarkan perkataan. Serta dengan lenggok geleng kepalanya, dan senyum-senyum bibirnya dengan mengayakan tangan yang lemah lembut dan jari yang lentuk-lentik. » (Un ami véritable, p. 86.)

24 Ce procédé consistant à considérer les éléments de l’écriture comme des narrateurs se trouve aussi dans le roman de Syed Syeikh al-Hadi, Hikayat Faridah Hanom (Histoire de Faridah Anom [1925-1926] ; voir p. 16 de son édition de 1985, parue à Kuala Lumpur, chez Pustaka Antara) qui ne serait pas un original, mais une adaptation ou une traduction d’une œuvre égyptienne dont on n’a pas encore retrouvé la trace.

25 « “Berhenti kita sebentar”, kata Kalam. “Mengapa ?” jawab Kertas. “Engkau pun satu sebagai pula. Sampai ke sanakah hendak tahu ?” kata Dakwat pula. “Diam,” kata Kalam. » (Piège noir ou la belle-de-nuit de l’île de Penang, p. 134.)

26 « […] dalam pekerjaan semacam ini kita mesti memakai pakaian yang molek untuk menyegakkan diri kita. Betul lelaki bukan memandang dan ingin kepada pakaian kita, tetapi lelaki tidak akan memilih perempuan yang buruk kotor pakaiannya. » (L’époux, p. 255.)

27 « […] membela pelihara beberapa banyak janda-janda di rumahnya buat keseronokan kehidupannya yang akan hampir di tepi lubang (liang lahad). »

28 « Lelaki itu seperti seorang kaya layaknya. Kemeja putih bertangan panjang dan seluar biru panjang yang dipakainya itu keras berkanji dan licin berseterika. Rambut lebatnya yang kemerah-merahan itu tersikat licin - berbelah di tengah. Dia berkulit hitam manis, berbadan tinggi gempal, bermisai hitam tebal dan terpelihara molek. Di kedua belah telinganya – di hadapannya - terjulur rodok rambutnya yang panjang – rodok peliharaan. Dia berkasut hitam berkilat, berjam tangan besar dan masih baharu, bercincin emas yang berpermata dan bermafler merah cair yang berbola-bola putih. Umurnya lebih kurang tiga puluh tahun. Dengan pakaiannya yang secantik dan sebersih itu nyatalah tidak sepadan dia tinggal di tempat seperti Kampung Kambing ini ; sepatutnya dia tinggal di rumah batu dua tingkat. » (Salina, p. 46.)

29 « Tuanku, ke laut api tuanku sabdakan patik sedia akan menurutnya. Tetapi pada malam ini minta patik-lah Ke bawah Duli Tuanku silakanlah tuanku bercemar-cemar duli ke teratak patik. » (Piège noir ou la belle-de-nuit de l’île de Penang, p. 165-166.)

30 À l’époque de l’auteur, un mouvement de modernisation de l’islam, venu d’Égypte et de Turquie, était introduit en Péninsule malaise, provoquant une division entre les anciens (les Kaum Tua) et les modernes (les Kaum Muda). Ahmad Rashid Talu faisait partie du deuxième groupe. Il suivait en cela les traces de Syed Syeikh al-Hadi (voir note 24).

31 « Nah, sekarang kau telah mengerti betapa kekuasaan perut ke atas perbuatan manusia. Isteri saya sungguhpun tidak melepaskan tikar sembahyang […], mengerti bahawa menjual diri bukan saja suatu perbuatan yang paling rendah daripada tercelaka malah salah dan berdosa di sisi hukum. » (Quand la faim te tenaille, p. 290-291.)

32 « […] maka bangunlah segala muda-muda yang sedang asyik daripada digurindam* di dalam tasik yang menebalkan karatan. » *Le gurindam est une forme de poésie malaise. C’est un dystique contenant des aphorismes.

33 « Tiba-tiba telah terceburlah ia ke dalam lautan segara manisan terenang-renang dengan asyik kesedapan kelazatan manisan yang mengandung akan upas yang sangat bisa itu. Maka lalailah dan lupalah ia akan hiburan yang telah ditaburnya bagi menggerakkan bangsa daripada tidur yang sangat lena. »

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1. Couverture des 2e éditions des romans de Ahmad bin Haji Mohd. Rashid Talu, Kawan Benar (Un ami véritable, 1976) et de Ahmad bin Haji Mohd. Rashid Talu, Perangkap Hitam atau Kelawar Pulau Pinang (Piège noir ou la belle-de-nuit de l’île de Penang, 1987)
URL http://moussons.revues.org/docannexe/image/3810/img-1.png
File image/png, 511k
Title Fig. 2. Couverture de Pagar bukan Penjara. Kumpulan Cerpen 1947-1968 Hamzah Hussin (Une clôture n’est pas une prison. Recueil de nouvelles de Hamzah Hussin parues de 1947 à 1968) Othman Puteh, éd., 1996
URL http://moussons.revues.org/docannexe/image/3810/img-2.png
File image/png, 1.1M
Title Fig. 3. Couverture des éditions de 1976 et 1992 du roman de A. Samad Said, Salina
URL http://moussons.revues.org/docannexe/image/3810/img-3.png
File image/png, 552k
Title Fig. 4. Couverture de la première édition de Janda Seribu Kirai (Janda pour la millième fois, 1979), de Marwilis Hj. Yusof
URL http://moussons.revues.org/docannexe/image/3810/img-4.png
File image/png, 449k
Top of page

References

Bibliographical reference

Monique Zaini-Lajoubert, « Dans la littérature malaisienne, la prostitution est un fléau social à éradiquer », Moussons, 29 | 2017, 263-295.

Electronic reference

Monique Zaini-Lajoubert, « Dans la littérature malaisienne, la prostitution est un fléau social à éradiquer », Moussons [Online], 29 | 2017, Online since 28 March 2017, connection on 21 September 2017. URL : http://moussons.revues.org/3810

Top of page

About the author

Monique Zaini-Lajoubert

Monique Zaini-Lajoubert est chercheuse (retraitée) au CNRS rattachée au Centre Asie du Sud-Est (CASE), , dont elle est actuellement chercheuse honoraire, et ancienne chargée de cours à l’INALCO, spécialisée en littératures de langue malaise traditionnelles et modernes. Elle a publié, entre autres, des éditions critiques de textes malais anciens, des études sur les représentations, la littérature historique, l’histoire des traductions, et des traductions d’œuvres d’auteurs malaisiens et indonésiens.

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page