Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Marriage Migration in Asia: Emerging Minorities at the Frontiers of Nation-States, Sari K. Ishii, éd.

Singapore, Kyoto, NUS press, Kyoto University Press, 2016, 304 p.
Frédéric Roustan
p. 318-320
Référence(s) :

Sari K. Ishii, éd., Marriage Migration in Asia: Emerging Minorities at the Frontiers of Nation-States, Singapore, Kyoto, NUS press, Kyoto University Press, 2016, 304 p.

Texte intégral

1Depuis la fin des années 1970, les pays d’Asie connaissent à une échelle intra-régionale un accroissement de flux migratoires à caractère transnational. Du fait des restrictions légales en vigueur dans ces pays, l’accueil des migrants fut et reste soumis à des critères spécifiques très limitatifs (Lebail 2005) et l’une des principales opportunités de migration existe dans le cadre du travail reproductif tel qu’il est problématisé par Eléonore Kofman (2008), incluant les travailleurs du care, tout comme les « migrants de mariage », qui sont dans les deux cas constitués essentiellement de populations féminines.

2À partir des années 1990, une littérature scientifique abondante a abordé ces phénomènes présentant des cadres d’analyses où le migrant était une femme, une épouse étrangère venue généralement du « Sud mondialisé » (Asie du Sud-Est) et l’époux, qui lui ne migrait pas, était un citoyen d’un pays du « Nord mondialisé » (Asie de l’Est) (Chia-Wen Lu & Wen-Shan Yang 2010). Ces travaux ont focalisé leur intérêt sur la question de la première migration de ces femmes ayant pour but d’améliorer leurs conditions de vie matérielle par un mariage à l’étranger, tout en examinant aussi le travail reproductif qui en découlait (Ruri & Mariko).

3Cet ouvrage collectif qui réunit les travaux de dix chercheurs utilisant des approches sociologiques, anthropologiques mais aussi juridiques, sociolinguistiques ou relevant des cultural studies, se sert des acquis des études sur les migrations de mariage, tout en créant une certaine rupture par rapport à celles-ci. Les auteurs font le constat d’une inadéquation entre le cadre d’analyse développé antérieurement et les trajectoires des acteurs rencontrés durant leurs terrains. La question de la migration de mariage est une étape dans leur trajectoire de vie, ayant eu une influence certes fondamentale, mais qui est parfois ancienne. Depuis cette étape, leur trajectoire s’est complexifiée avec parfois l’expérience d’autres migrations transnationales, qu’elles s’inscrivent dans un cadre familial ou non. Par ailleurs, les auteurs mettent en évidence une multiplicité de situations qui n’avaient pas été analysées précédemment et qui les ont amenés à concevoir la problématique des migrations de mariage dans le cadre analytique des diasporas. Ainsi, ils qualifient de « diaspora transnationale multi-marginalisée » les acteurs observés qui ont des identités multiples, des trajectoires migratoires complexes, et font figures de parias aussi bien dans leur pays d’origine que dans leur pays d’accueil. Dans tous les cas analysés ici, les relations de pouvoir entre l’État et les migrants dominent. La question de la citoyenneté, segmentée du fait des législations et de l’influence de celles-ci sur la trajectoire migratoire des individus, est un élément fondamental de la démonstration avec à chaque fois le même constat d’échec des migrants dans ce rapport de force. Par ailleurs, l’ouvrage présente d’autres situations que celles des femmes migrantes : hommes qui migrent pour se marier, familles ou enfants issus d’un mariage transnational.

4L’ouvrage, qui a été muri au cours d’un programme de recherche commun entre le Research Institute for Languages and Cultures of Asia and Africa de l’Université de Langues étrangères de Tokyo et le Center for Southeast Asian Studies de l’Université de Kyoto, déplace vers de nouvelles perspectives le discours et les catégories construites autour des migrants du mariage. En plus de la diversité des acteurs observés, les cas présentent des situations géographiques variées (Pakistan, Chine, Malaisie, Myanmar, Angleterre, Philippines, Thailande, Vietnam, Japon, Corée) prenant en compte à la fois le pays de départ et le pays d’arrivé, et dans des directions selon des flux qui sont orientés du Nord vers le Sud, du Sud vers le Sud, ou du Nord vers le Nord.

5Trois parties structurent l’ouvrage. La première, « Beyond Global Marriage-Scapes », s’attache à montrer une certaine diversité des mouvements migratoires et des migrants dont la trajectoire est considérée sur le long terme. Dans le premier chapitre, Masako Kudo présente le cas de familles fondées par un Pakistanais et une épouse nippone convertie à l’islam et qui décident de partir vivre au Pakistan en quête d’un meilleur environnement professionnel et religieux. Mais, la vie au Pakistan se révélant trop contraignante, ces familles migrent encore vers un autre pays musulman ou vers des pays où les communautés musulmanes sont importantes. Dans le deuxième chapitre, Chie Sakai concentre son travail sur des couples mariés à Shanghai constitués d’une femme japonaise et d’un homme chinois. Cette migration entre régions aux niveaux économiques équivalents est aussi présente dans le chapitre suivant mais cette fois-ci entre deux pays du Sud : Lynda Lumayag examine la situation de femmes philippines qui migrent en Malaisie pour s’y marier. Chie Sakai montre une similitude entre son terrain sur des migrations de flux Nord-Nord et les situations analysées dans les travaux de flux Sud-Nord. En effet, la même dégradation du statut légal, social et économique des migrants y est constatée. Dans le cas des épouses philippines du chapitre 3, elles perdent, une fois mariées, les opportunités professionnelles dont elles jouissaient dans leur pays d’origine du fait d’un haut niveau d’éducation et sont contraintes à suivre une division genrée du travail les limitant à du travail reproductif.

6La deuxième partie, intitulée « Reversed Geographies of Power », comprend, nous semble-t-il, des similitudes avec l’axe précédent. Néanmoins les chapitres de cette partie insistent sur le renversement des situations du point de vue économique, de celui de la nationalité et de l’ethnicité. Ainsi dans le chapitre 4, Ikuya Tokoro expose le cas d’hommes japonais qui suivent leurs épouses philippines dans leur pays d’origine, mais s’y appauvrissant, sont abandonnés par ces dernières et se marginalisent sans pouvoir retourner au Japon. Le chapitre 5, écrit par Sari Ishii, s’attache au cas d’enfants nés de couples nippo-thaïlandais, qui, emmenés en Thaïlande par leur mère, y souffrent de leur non-citoyenneté thaïlandaise, et de la dégradation de la situation économique de leur mère sans soutien du père japonais. Dans le sixième chapitre, Caesar Dealwis, présente des cas d’enfants eurasiens nés en Malaisie qui adoptent une attitude pragmatique vis-à-vis de leur ethnicité. Ainsi ces acteurs sociaux s’auto-identifient comme Malais, afin de bénéficier des avantages économiques, politiques et sociaux que cela leur procure dans leur pays de résidence.

7Enfin, la dernière partie « Multi-Marginalized Marriage Migrants » montre qu’à l’inverse de la situation espérée après la migration, une multitude de dégradations de statuts ont lieu (légales, linguistiques, culturelles, socio-économiques) avec comme l’un des facteurs les plus importants, l’absence ou la segmentation de la citoyenneté. Dans le chapitre 7, Caroline Grillot expose le cas de femmes vietnamiennes en position subalterne ou stigmatisée (prostituées) dans leur société d’origine vivant avec des hommes chinois dans un espace transfrontalier sino-vietnamien. La non-reconnaissance de leur mariage par l’État chinois du fait de leur statut de migrant illégal a pour conséquence un accroissement de la dépendance de ces femmes, et la non-reconnaissance de la naissance de leurs enfants nés en Chine par l’État chinois (absence de nationalité). Hien Anh Le, dans le chapitre 8, considère le cas de mères vietnamiennes divorcées de leurs maris coréens qui retournent au Vietnam mais hésitent à faire prendre la nationalité vietnamienne à leurs enfants dans l’espoir qu’ils retournent un jour en Corée. Ces derniers se retrouvent ainsi sans aucuns droits dans le pays de leur mère (protection sociale, éducation). Dans le chapitre 9, Lara Chen Tien-shi s’attarde sur diverses situations de personnes sans nationalité (enfants nippo-philippins nées en dehors de liens du mariage au Japon, non-reconnaissance d’un mariage entre une Thaïlandaise sans nationalité et un Japonais, Rohingya marié à une Indonésienne). Enfin, le dernier chapitre expose la situation d’impossibilité de mariage entre des Thaïlandais et des travailleurs sans nationalité venant du Myanmar. Chatchai Chetsumon montre là que la migration ne leur permet pas de faire évoluer leur statut.

8Cet ouvrage révèle que, quelles que soient les pratiques transnationales des migrants matrimoniaux et les stratégies mises en place pour améliorer leurs conditions de vie ou celles de leur famille, l’exercice d’une citoyenneté complète leur est nécessaire pour parvenir à leurs fins. Or, dans tous les cas présentés il y a constat d’échec dû au cadre restrictif des lois d’Etats-nation peu enclin à favoriser les pratiques transnationales.

9Si, au regard des chiffres présentés par les auteurs, certaines trajectoires voulant déconstruire le modèle « femme migrante allant du Sud au Nord » semblent encore quantitativement très marginales, l’ouvrage est d’une grande valeur empirique et met à jour une complexification des phénomènes migratoires intra-asiatiques à laquelle il conviendra désormais de prêter une attention particulière lorsque l’on s’intéresse aux questions croisées de genre, citoyenneté et transnationalisme en Asie.

Haut de page

Bibliographie

KOFMAN, Eléonore, 2008, « Genre, migrations, reproduction sociale et Welfare state. Un état des discussions », Les cahiers du CEDREF, 16 : 101-124.

LEBAIL, Hélène, 2005, « La nouvelle immigration chinoise au Japon », Perspectives chinoises, 90, 1 : 11-23.

CHIA-WEN LU, Melody & WEN-SHAN YANG, 2010, Asian Cross-Border Marriage Migration : Demographic Patterns and Social Issues, Amsterdam : Amsterdam University Press.

NOIRIEL, Gérard, 2001, État, nation et immigration, vers une histoire du pouvoir, Paris : Belin.

RURI, Ito & Adachi MARIKO, 2008, « Jyobun » [Introduction], in Kokusai ido to - rensa suru jenda- : saiseisan, ryôikino gurobaru [Migrations transnationales et « chaîne du genre » : la mondialisation dans le domaine reproductif], Tokyo : Sakuhinsha, p. 5-15.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédéric Roustan, « Marriage Migration in Asia: Emerging Minorities at the Frontiers of Nation-States, Sari K. Ishii, éd. », Moussons, 29 | 2017, 318-320.

Référence électronique

Frédéric Roustan, « Marriage Migration in Asia: Emerging Minorities at the Frontiers of Nation-States, Sari K. Ishii, éd. », Moussons [En ligne], 29 | 2017, mis en ligne le 29 mars 2017, consulté le 23 mai 2017. URL : http://moussons.revues.org/3843

Haut de page

Auteur

Frédéric Roustan

Membre statutaire d’Aix Marseille Univ, CNRS, IrAsia, Marseille, France.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page