Skip to navigation – Site map
Comptes rendus

Imperial Bandits. Outlaws Rebels in the China-Vietnam Borderlands, Bradley Camp Davis

Seattle & London, University of Washington Press, 3 cartes, 12 photos, glossaire, bibliographie, index, 2017, 266 p. + XIII.
Bernard Formoso
p. 333-335
Bibliographical reference

Bradley Camp Davis, Imperial Bandits. Outlaws Rebels in the China-Vietnam Borderlands, Seattle & London, University of Washington Press, 3 cartes, 12 photos, glossaire, bibliographie, index, 2017, 266 p. + XIII.

Full text

1Depuis quelques années les travaux d’historiens et d’ethnologues prenant pour cadre l’espace frontalier entre la Chine et l’Asie du Sud-Est se multiplient, pour le plus grand bonheur des chercheurs qui s’intéressent à l’apport des habitants de ces marges montagneuses à la construction politique et à l’économie des États de la région. En ce sens, l’étude de Bradley Camp Davis consacrée à l’histoire des bandes armées qui firent régner leur loi sur la frontière sino-vietnamienne entre 1860 et 1885 est d’autant plus appréciable que les recherches scientifiques les concernant n’ont pas été renouvelées depuis les années 1960 et que, biaisées idéologiquement, elles en brossaient un tableau sans nuance, les dépeignant tour à tour comme des renégats sans foi ni loi ou comme des héros de la révolution paysanne et des champions de l’anticolonialisme.

2Basé sur une riche documentation en langues vietnamienne, chinoise et occidentale, le livre rétablit avec précision la chronologie des événements dans lesquels ces bandes ont été impliquées et les jeux d’alliance qu’elles ont noués au fil du temps avec les empires viet et chinois, mais aussi pour certaines avec le pouvoir colonial français. Bradley Camp Davis s’applique aussi à déconstruire la thèse qui établit un lien direct entre ces groupes armés et la révolte millénariste des Taiping (1851-1864). En réalité, explique l’auteur, le creuset politique de ces groupes fut l’éphémère royaume de Yangling qui fédéra sur un mode opportuniste divers groupes rebelles du sud du Guangxi en prenant appui sur le commerce de l’opium. Fondé en 1861 par Wu Lingyun, un notable qui avait auparavant dirigé des insurrections sporadiques dans les montagnes de Dongmeng, ce royaume fut démantelé deux ans plus tard par l’armée des Qing et son chef tué. Cependant, l’un de ses fils, Wu Yazhong, réussit à s’enfuir et poursuivit la lutte à la tête d’une troupe qu’il nomma les Pavillons blancs. À l’initiative d’un ancien lieutenant de Wu Lingyun, originaire du Fujian et nommé Liu Yongfu, un groupe dissident se forma en 1865 qui prit le nom de Pavillons noirs. Les deux bandes, composées de Chinois, de Taï et de montagnards, étendirent rapidement leurs razzias et leurs conquêtes à l’autre rive du Fleuve rouge, en territoire vietnamien, où elles rivalisèrent pour le contrôle des mines et du commerce de l’opium. Privés des importantes recettes fiscales tirées de ces ressources, les États chinois et viet qui n’avaient pas les moyens de pacifier durablement la zone agirent alors avec pragmatisme. Agissant de concert grâce à un agent de liaison nommé Feng Zicai, ils jouèrent la carte des Pavillons noirs contre les blancs qui menaçaient plus directement leurs intérêts.

3Cette transformation d’un groupe de brigands en soumissionnaires de l’empire donne tout son sens au concept de bandits impériaux qui constitue le cœur théorique de l’ouvrage. En effet, plutôt que de raisonner sur un mode dualiste en opposant, comme on le fait d’ordinaire, les bandits hors-la-loi aux agents de l’État, l’auteur montre avec brio que dans certaines zones aux forts enjeux économiques et soumises à un exercice généralisé de la violence, les empires de cette partie du monde n’eurent guère d’autres choix que de contractualiser des chefs de bandes, en leur attribuant un statut et des émoluments analogues à ceux de leurs plus hauts fonctionnaires.

4Le partenariat s’avéra payant puisqu’en 1868 Liu Yongfu mit fin à la menace des Pavillons blancs. Il dut néanmoins être pérennisé car presque aussitôt une hypostase des Pavillons blancs – les Pavillons jaunes – émergea dans le bassin du Fleuve rouge et poursuivit la même logique prédatrice. De plus, les bandits impériaux devinrent paradigmatiques du jeu politique local lorsque les Français s’allièrent aux Pavillons jaunes pour s’ouvrir une voie d’accès au marché intérieur chinois par le biais du Fleuve rouge. Au cours des années 1870-1880, l’influence de ces troupes de mercenaires sur le cours des événements s’accrut puisqu’ils chassèrent les Français d’Hanoï en 1873 et tuèrent Francis Garnier. Ils s’impliquèrent aussi directement dans la guerre sino-française (1881-1885) dont l’enjeu était l’indépendance du Vietnam face aux velléités d’annexion de la IIIe République. Les Pavillons noirs, sujets principaux du livre, furent alors le fer de lance de la résistance viet face au corps expéditionnaire français, qu’ils vainquirent à plusieurs reprises, d’où la stature de héros que Liu Yongfu acquit ultérieurement auprès des nationalistes vietnamiens. Même si, en tant que figure emblématique de la fraternité sino-vietnamienne, il fut pudiquement extrait de la catéchèse patriotique viet lorsque les tensions frontalières entre le pays et son puissant voisin atteignirent leur paroxysme dans les années 1970.

5En 1884, lorsque les Français imposèrent le protectorat, les Pavillons noirs ne purent s’accrocher à leur bastion de Lào Cai et durent se replier en Chine. De leur côté, les Pavillons jaunes furent incorporés dans les régiments de la garde indigène. Cependant, l’histoire des Pavillons noirs ne s’arrête pas à cette date. Dans la décennie qui suivit, Liu Yongfu et ses troupes furent plus ou moins directement mêlés aux insurrections sporadiques qui marquèrent les débuts du protectorat. De plus, l’empire Qing fit appel à eux lors de la guerre sino-japonaise de 1894-1895 et ils furent brièvement déployés à Taïwan. Enfin, ayant tissé des liens personnels avec Sun Yatsen, Liu Yongfu fut incorporé dans l’administration de la jeune république nationaliste chinoise et, ironie de l’histoire, lui le bandit, fut nommé en 1911 chef de la milice de la province de Guangdong, en charge de la sécurité publique !

6Sur la forme, il manque au livre des cartes de la zone frontalière indiquant la position des nombreux lieux cités au fil des pages. Il s’agit là d’un simple détail, mais qui aurait beaucoup aidé les lecteurs n’ayant pas en mémoire la géographie du sud de la Chine et du nord du Vietnam. L’étude n’en est pas moins une excellente et très précieuse contribution à ce champ de recherches que l’on nomme Zomia studies depuis la parution en 2009 de L’art de ne pas être gouverné de James C. Scott.

Top of page

References

Bibliographical reference

Bernard Formoso, « Imperial Bandits. Outlaws Rebels in the China-Vietnam Borderlands, Bradley Camp Davis », Moussons, 29 | 2017, 333-335.

Electronic reference

Bernard Formoso, « Imperial Bandits. Outlaws Rebels in the China-Vietnam Borderlands, Bradley Camp Davis », Moussons [Online], 29 | 2017, Online since 29 March 2017, connection on 28 July 2017. URL : http://moussons.revues.org/3849

Top of page

About the author

Bernard Formoso

Professeur d’anthropologie sociale à l’université de Paris Ouest-Nanterre-la Défense et membre statutaire d’Aix Marseille Univ, CNRS, IrAsia, Marseille, France.

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page