Navigation – Plan du site
Articles

Phan Văn Trương, 1876-1933. Acteur d’une histoire partagée

Pierre Brocheux
p. 19-32

Résumés

Phan Văn Trương fut un des principaux passeurs de la culture moderne au Vietnam pendant la période coloniale. Il fut le mentor du lettré Phan Châu Trinh lorsque celui-ci vécut exilé en France de 1911 à 1926, en même temps que le porte-parole du cercle réuni autour de Phan Châu Trinh. Il fut une figure centrale du journalisme politique en France (Le Paria) et lorsqu’il retourna au pays (La Cloche fêlée et l’Annam). Les Vietnamiens lui doivent sa « défense et illustration » du quôc ngu. Il défendit avec pugnacité l’enseignement et l’enrichissement pour en faire une langue de culture littéraire et scientifique, et de combat. Il est permis de s’interroger sur la place seconde qu’il occupe dans la mémoire et l’historiographie du Viet Nam.

Haut de page

Texte intégral

1En compagnie de ses quatre compatriotes Phan Châu Trinh, Nguyễn Tất Thành (plus connu sous le nom de Hồ Chí Minh), Nguyễn An Ninh et Nguyễn Thế Truyền, Phan Văn Trương formait le groupe dit des Cinq Dragons durant son séjour en France (1908-1925). Mais contrairement aux deux premiers d’entre eux, Phan Văn Trương ne figure pas au panthéon national du Viêt Nam, il n’a pas la même visibilité ni la même renommée que ses deux compatriotes. Un anonyme a fait remarquer qu’une seule rue – pas une grande artère – d’Hô Chi Minh-Ville porte son nom. Un mausolée, une stèle ou une plaque commémorative dans une grande ville du pays existent-ils ? Dans le Viêt Nam d’aujourd’hui, sa renommée, comme celle de Nguyễn An Ninh, a été éclipsée par celle de Hồ Chí Minh ; Nguyễn Thế Truyền, pour sa part, a beaucoup pâti de son opposition au communisme et à la République démocratique du Viêt Nam ; il a été mis en marge de l’épopée nationale.

  • 1 Phan Văn Hoang est co-auteur avec Nguyễn Phan Quang (1995), de la seule biographie, à ce jour, de (...)

2Pour compenser cet effacement et pour marquer le rôle critique de Phan Văn Trương dans l’émergence de l’intelligentsia et dans l’évolution politique de son pays, un de ses biographes cite un extrait d’un rapport de police français qui qualifia Trương « l’âme du cercle du 6, Villa des Gobelins » tandis que pour un des fondateurs du Parti communiste inchinois (PCI), Hà Huy Giáp, il fut « le premier marxiste du Vietnam » (Nhà mắc-xít đâu tiên của Việt Nam) (Phan Văn Hoang 20021).

3L’homme lui-même, revenu de France une deuxième fois en 1930, vécut une vie discrète qui contrasta avec ses activités militantes des années 1920. Cette différence dans l’intensité de son engagement ne laisse pas d’intriguer l’historien. Son décès en 1933 ne donna lieu à aucune manifestation comparable aux funérailles nationales de Phan Chau Trinh (1926). On ne peut que noter une certaine retenue si ce n’est une réticence de la mémoire et de l’historiographie vietnamiennes à lui reconnaître un rôle fondateur dans la politique et la culture de son pays.

4Pour répondre aux remarques qui m’ont été adressées, disons clairement que l’exposé qui suit n’est pas une biographie, pas même une esquisse, mais j’ai focalisé le rôle joué par Phan Văn Trương dans le passage à la modernité vietnamienne. Le plan chronologique est le mieux adapté à l’examen du chemin parcouru par Phan Văn Trương du pays natal à la métropole impériale et dans le sens inverse, son itinéraire politique du réformisme aux prises de position plus radicales.

Phan Văn Trương et le courant moderniste de sa génération

5L’itinéraire de Phan Văn Trương s’inscrivit dans l’histoire de l’Asie orientale au tournant du xixe-xxe siècle. Les États occidentaux – France, Grande Bretagne, Pays Bas, Russie mais aussi les États-Unis (qui achetèrent les Philippines à l’Espagne et détruisirent la République indépendante des Philippines en 1906) – avaient conquis et annexé ou mis sous influence les mondes sinisé et indianisé. Seul le Japon impérial avait accompli avec succès sa modernisation pour garder son indépendance, la restauration-révolution Meiji en fit un exemple pour les autres pays asiatiques, surtout à partir du moment où le Japon remporta une victoire militaire sur la Russie tsariste (1904-1905).

6En 1905, le prince Cừơng Để, descendant direct de l’empereur Gia Long, se réfugia au Japon d’où il revendiqua le trône impérial, il y fut rejoint par le lettré résistant Phan Bội Châu qui attira quelques centaines de jeunes compatriotes (en 1908, ils étaient 300 selon le rapport d’un agent de la Sûreté indochinoise). Cet épisode de l’émigration politique viet est connu sous le nom de Đông du. Mais en 1908, la Realpolitik (dans son registre financier) conduisit le gouvernement japonais à signer un accord avec le gouvernement français dont une des clauses était le respect de la souveraineté et l’intégrité des possessions françaises ; par conséquent, les Vietnamiens, y compris le prince Cừơng Để (provisoirement en ce qui le concerne), furent expulsés.

  • 2 « […] le sang avait coulé à flots dans le Quang Nam […] je voulais m’éloigner pour éviter le spect (...)

7À l’intérieur de leur pays, et parallèlement aux initiatives de Phan Bội Châu au Japon, les lettrés vietnamiens regroupés dans un fort courant moderniste, tentèrent d’affirmer leurs convictions réformatrices en fondant en 1907 le Đông Kinh Nghĩa Thục (DKNT). Celui-ci fonctionna quelques mois puis dut fermer ses portes sur l’injonction des autorités françaises. Mais il influença largement et profondément la société vietnamienne. En fait, il ne fut qu’une des manifestations d’un élan national qui portait le nom de Minh Tân (Meiji) et Duy Tân (Modernité). Cet élan ne fut pas limité aux milieux opposés à la domination française, le gouverneur général Paul Beau créa les « missions de mandarins » (1906, 1907, 1908) dont le but était de faire connaître au public vietnamien les observations tirées de séjours de plusieurs mois en France. Phan Văn Trương a certainement participé de ce climat et de cet élan, « on dit » qu’il se joignit aux activités du DKNT et lorsqu’il s’embarqua en 1908, l’année de la répression coloniale, on peut imaginer que ce fut à la fois pour fuir et poursuivre l’œuvre de modernisation culturelle2.

8Un rapport du résident supérieur de France en Annam adressé au gouverneur général au sujet du mouvement contre les impôts dans les provinces du Quảng Nam nous éclaire sur l’effervescence sociale et culturelle du moment :

  • 3 « L’évolution de la société annamite », rapport du résident supérieur Levecque, 15 mai 1908, ANOM, (...)

[…] Les progrès du mouvement ont été également favorisés par l’évolution même des esprits […]. Sous l’influence de nos idées, de nos écoles, de notre enseignement, un nombre assez considérable d’Annamites intelligents et instruits se sont pénétré peu à peu de quelques-unes des tendances ordinaires de l’esprit moderne. Les facultés d’analyse et de critique, en effet, se sont notablement développées chez le peuple. Et là où auparavant on ne constatait qu’insouciance des affaires politiques, passivité absolue devant l’autorité, obéissance entière aux ordres des mandarins, nous trouvons les jeunes gens, lisant les journaux publiés dans leur langue, s’intéressant aux nouvelles, discutant et critiquant les actes de l’Administration. Il n’y aurait lieu que de se féliciter de ces choses nouvelles. Elles témoigneraient assurément de l’éveil d’un peuple et d’un certain relèvement intellectuel et moral. Elles n’indiquent pas moins combien devient de jour en jour délicate et plus difficile la tâche de notre Administration3.

  • 4 Éditorial de La Cloche fêlée, 3 décembre 1925.
  • 5 Propriétaire foncier, entrepreneur et publiciste (on est tenté de le considérer comme le premier jo (...)

91908 fut une année particulièrement critique : une répression très sévère s’abattit sur la mouvance des lettrés réformistes qu’elle décima (Nguyễn Thế Anh 2009 : 199-201) et elle réorienta l’émigration politique vietnamienne. L’accueil du Japon cessa mais l’appétence pour le Tân Học, le Nouveau Savoir, ne cessa d’augmenter. En conséquence, la jeunesse vietnamienne prit la direction de la France en faisant le voyage à l’Ouest ou Tây Du. Ce que Nguyễn An Ninh traduisit ainsi : « le conflit entre deux civilisations qui se sont ignorées est aujourd’hui intense. La jeunesse annamite est comme prise dans un remous ne sachant pas où nager. Mais un groupe a pris sa décision, il tend les bras vers la France4 ». L’année où les lettrés du Centre Viet Nam avec Phan Châu Trinh en tête (dont la peine fut commuée à la résidence forcée) furent envoyés aux bagnes de Poulo Condor et de Lao Bao, le Cochinchinois Trần Chánh Chiếu dit Gilbert Chiếu5 (Brocheux 1992) bénéficia d’un non-lieu mais perdit sa citoyenneté française. Cette année-là, précisément, Phan Văn Trương s’embarqua pour la France pour y faire des études de droit à Paris.

Et Phan Văn Trương entra en politique…

  • 6 ANF, dossier de naturalisation n°6336X10. Le dossier révèle que l’un de ses cinq frères, Phan Cao (...)
  • 7 Je remercie Yves Ozanam du Service des archives et du patrimoine, Ordre des avocats de Paris, de m (...)

10En 1907, Phan Văn Trương était déjà secrétaire-interprète titulaire de 2e classe à la résidence supérieure du Tonkin. Dès 1910, il fut candidat à la naturalisation qu’il obtint en 1911 sur la foi de rapports très favorables du gouverneur général Klobukovski (Phan Văn Trương lui « paraît digne de la faveur qu’il sollicite »), de l’administrateur-maire de Hanoï et du commissaire de police du quartier de la Sorbonne, sans compter le soutien de Paul Doumer6. Dans la même année, il obtint sa licence en droit tout en étant le premier répétiteur de « langue annamite » à l’École des langues orientales (Langues’O). Phan Văn Trương semblait dès lors engagé sur une « voie royale » qui le conduisit en 1912 à être admis au barreau de Paris comme avocat stagiaire. En 1917, il fut admis au tableau des avocats du barreau de Paris7.

  • 8 Inspecteur des colonies à la retraite et vice-président de l'Alliance Française, A. Salles revendi (...)
  • 9 Phan Văn Trương en donna le récit dans Une histoire de conspirateurs annamites à Paris ou la vérit (...)
  • 10 Les amis français de Phan Châu Trinh (le journaliste E. Babut entre autres) et la Ligue des droits (...)

11Au revers de la médaille, Phan Văn Trương vit s’inscrire l’hostilité que lui voua André Salles8. Il est plus que probable que Salles fut à l’origine d’ennuis subis par Phan Văn Trương de la part des autorités9, à commencer par la perte de son poste de répétiteur aux Langues’O. Mais il est impossible d’imputer à l’ancien inspecteur des colonies toutes les tracasseries policières et judiciaires ; l’explication doit être cherchée ailleurs, dans le registre politique : Phan Văn Trương noua des liens étroits avec l’exilé Phan Châu Trinh dès que celui-ci arriva en France10. En effet, Phan Châu Trinh ne parlait pas le français et on imagine aisément son désarroi lorsqu’il débarqua dans un pays totalement inconnu. Phan Văn Trương lui apporta un soutien linguistique mais aussi moral permanent, dans les premières années dumoins. Les deux hommes formèrent le pivot du rassemblement des Vietnamiens de France dans l’appartement loué par Phan Văn Trương au 6, Villa des Gobelins où, si l’on en croit les rapports de police, ses locataires vécurent en communauté à un moment donné des années 1920-1923.

12Au début des années 1920, Phan Văn Trương ne se contenta pas de loger ses compatriotes dans l’appartement de la Villa des Gobelins, il fut leur parangon, il les conseilla, il écrivit leurs revendications, il exprima en français ce qu’ils pensaient, revendiquaient, contestaient. Hồ Chí Minh est jusqu’ici le seul qui ait reconnu sa dette envers Phan Văn Trương qui traduisit, en les corrigeant, les premiers articles que Nguyễn Tất Thành destinait à La Voix ouvrière ou à L’Humanité. Lorsque ce dernier ne supporta plus d’être dépendant de Phan Văn Trương, qui réécrivait ses articles « en trahissant sa pensée », il s’adressa à un typographe français de la Confédération générale du travail (CGT). C’est ce souvenir que rappela, trente ans plus tard, Hồ Chí Minh, sous le nom de plume de Trần Dân Tiến (Những mâu chuyện về cuộc đời hoạt ₫ộng của Hồ chủ tịch : 35) ; tandis qu’il reconnaissait explicitement que Les Revendications du peuple annamite, une pétition qu’il avait lui-même portée à la Conférence de la paix à Versailles en 1919, avaient été entièrement rédigées par Phan Văn Trương parce qu’il « ne savait pas encore écrire le français » (ibid. : 32). Mais il ne dit pas qu’il s’appropria la signature Nguyễn Aí Quốc au bas du document qui était une signature collective.

  • 11 ANOM, Indo SPCE 365 ; F07-13405, doc.306.
  • 12 Voir les archives officielles, ANOM, 3 SLOTFOM 29 et la version qu’en donne Phan Văn Trương dans U (...)

13Ces hommes étaient étroitement surveillés par la police qui avait infiltré ses informateurs parmi eux et exercé une filature quasi journalière11. Lorsqu’en 1914, le prince Cương Để voyagea en Europe à la recherche d’une compensation à la volte-face du gouvernement japonais, il séjourna en Allemagne, d’où il adressa une lettre à Phan Châu Trinh (Trần Mỹ Vân 2005 : 68-93). Ce dernier fut dénoncé par un compatriote, Chuyên Nhu Nguyên, un personnage assez trouble (interné à l’asile de Bicêtre « pour mélancolie avec des idées d’auto-accusation »), qui, par la même occasion, dénonça Phan Văn Trương. La guerre franco-allemande était à la veille d’éclater et, naturellement, le gouvernement français mit en détention les deux Phan sous l’inculpation de complot contre la France en collusion avec l’Allemagne ; en septembre 1914, Phan Châu Trinh fut incarcéré à la Santé et Phan Văn Trương (citoyen français et donc mobilisé) à la prison militaire du Cherche-Midi12. Défendus par l’avocat socialiste Marius Moutet (1876-1968) et la Ligue des droits de l’Homme, les deux Phan bénéficièrent d’un non-lieu et furent libérés en avril 1915.

  • 13 À Toulouse, Phan Văn Trương fit la connaissance d’une toulousaine du nom de Louise Ver dont il eut (...)

14Phan Văn Trương rejoignit la poudrerie de Toulouse où il fut affecté comme interprète auprès du premier contingent de « travailleurs militarisés » (lính thợ) qui venaient d’arriver en France. Ce fut à Toulouse13 que « l’on » tenta de le compromettre dans une affaire où il fut accusé de faire de l’agitation parmi les travailleurs pour monter ceux-ci contre le gouvernement français. Phan Văn Trương donne une explication tout à fait plausible de cette affaire : à la demande de certains travailleurs, il rédigeait des lettres adressées aux familles mais aussi aux autorités françaises pour leur rappeler le respect des clauses du contrat qu’ils avaient signé pour venir en France ou encore pour se plaindre des conditions de vie ou du comportement des cadres français… et annamites (Phan Văn Trương 2003). Lavé des accusations portées contre lui, Phan Văn Trương se rendit à l’arsenal de Toulon pour y poursuivre son rôle d’interprète. Il est vraisemblable, et c’est le plus important, que cette activité d’intermédiaire et porte parole en milieu línhthợ en majorité analphabète a fait prendre conscience à Phan Văn Trương de la valeur émancipatrice du quốc ngử et de la nécessité de son enseignement.

15En revanche, Salles se félicita que Trương fut éloigné de Toulouse. Comment expliquer l’opposition acharnée et obstinée de Salles à Phan Văn Trương ? Elle ne provint pas du heurt des personnalités car leur mise en relation fut sympathique à ses débuts comme le relate Phan Văn Truong lui-même (2003 : 79). Le motif de discorde fut culturel là où culture et politique s’entrelacent ou plutôt se fondent l’une dans l’autre. À travers ces deux personnalités, deux conceptions s’affrontèrent au sujet de l’avenir de la culture vietnamienne : celle impériale de Salles et celle nationale de Phan Văn Trương. En outre, sans aucun doute, Salles tenait à conserver la haute main sur l’encadrement des jeunes Vietnamiens qui venaient en France faire leurs études dans les années qui précédèrent la guerre 14-18.

La bataille pour le quôc ngử

16Elle fut au centre de la politique culturelle coloniale en Indochine et André Salles exposa très clairement la place et le rôle qu’il attribuait respectivement au français et au quôc ngử : selon lui, l’Alliance française en Indochine souhaitait que

[…] la langue française soit enseignée au plus grand nombre possible d’Indochinois mais elle connaît les limites de ses possibilités et, en attendant, il ne lui déplaît pas de recourir à la langue indigène pour parvenir jusqu’aux adultes définitivement inaccessibles au Français.

17Puis Salles précisa

  • 14 Rapport de juillet 1911, ANOM 9PA/4 (fonds Albert Sarraut).

[…] ce que l’Alliance ne pourrait encourager, c’est la tentative de quelques-uns de fixer, consolider, compléter l’annamite, langue incertaine et pauvre, de l’enrichir surtout… qu’il devienne quelque jour possible à un puis à dix Annamites puis à beaucoup, d’arriver à une instruction élevée sans avoir acquis au préalable la langue française, véhicule de notre influence sur les esprits. L’annamite tel qu’il est un outil utile à employer, l’annamite enrichi que rêvent certains, deviendrait vite un puissant levier pour le nationalisme indigène14.

18Qui sont « les quelques-uns… certains… » dont Salles dénonce les rêves ? Il ne fait aucun doute qu’il avait à l’esprit Phan Văn Trương à qui le répétitorat d’annamite fut enlevé dans la même année mais qui n’était pas seul à ambitionner de faire de sa langue natale une langue moderne. Il était conforté par certains Français libéraux, animés d’une grande sympathie envers les Vietnamiens, qui allaient dans le même sens : Jules Roux, fonda en 1909 l’Association amicale franco-annamite pour la divulgation et la diffusion du quôc ngử, il fit une conférence à la mairie du VIe arrondissement de Paris où il déclara « l’évolution du quôc ngử est formidable ».

  • 15 L’association est présentée par Phan Văn Trương en avril 1912 dans une brochure de 16 pages intitu (...)

19Mais indépendamment des initiatives des tenants de la « colonisation humaniste », Phan Văn Trương fonda 15 La Fraternité, association d’Indochinois dont il exposa le but : « travailler à l’instruction du peuple indochinois par la vulgarisation, au moyen d’ouvrages en quốc ngử, des connaissances utiles, scientifiques ou littéraires ». Salles et Trương étaient par conséquent porteurs de deux conceptions différentes et même diamétralement opposées : pour Salles, le vietnamien devait rester une infra-langue de communication tandis que Trương aspirait à en faire une langue de culture, expression de l’âme nationale. La brochure contient les idées qui guidèrent les activités militantes de Phan Văn Trương tout au long de sa vie.

  • 16 « Nous devons [à la littérature chinoise] tout ce que nous sommes, c’est elle qui a formé notre mo (...)

20Il y affirmait le primat de la culture dans l’existence d’une nation et par conséquent, en se référant aux « pays éclairés », la place capitale de l’enseignement « parmi les préoccupations du gouvernement et les soucis des particuliers ». En parlant de la culture, Phan Văn Trương ne reniait pas l’apport de la civilisation chinoise16, mais il revendiquait la vigueur et l’originalité de la « vaillante race annamite » dont « la littérature populaire révèle les qualités et les génies de la langue » (son génie créateur apparut dans le Kim Vân Kiều), preuves de « sa force vitale » (Phan Văn Trương 1913 : 4). Il poursuivait qu’au xxe siècle, il fallait adopter résolument la nouvelle transcription/chử quôc ngử (en passant, Phan Văn Trương rendit hommage aux lettrés Petrus Ký et Paulus Của ainsi qu’à l’écrivain Nguyễn Văn Vĩnh) mais il restait à « doter le quôc ngử d’un vocabulaire technique et scientifique ». Confirmant les craintes d’André Salles, Phan Văn Trương conclut : « nous poursuivons une œuvre d’intérêt national » (ibid. : 7).

21En conséquence, La Fraternité représentait

[…] l’instrument principal pour améliorer notre langue et travailler à l’instruction de la masse […]. Chaque année La Fraternité qui repose sur une base démocratique encouragera la composition de manuels d’enseignement, elle aura un service permanent de traduction et de rédaction au siège social, elle fera progresser l’instruction du peuple et particulièrement des femmes.

22Un but supplémentaire est assigné à l’association :

[…] la recherche de tous les moyens de nature à faciliter le séjour de nos jeunes compatriotes en France, à les maintenir dans la bonne voie, à les préserver des écarts de jeunesse et à leur assurer un maximum de profits intellectuels, moraux et matériels, avec un minimum de frais […] (id.).

23L’affaire de l’École Parangon se profilait à l’arrière-plan de ce programme qui exprimait le souci de Phan Văn Trương de soustraire les jeunes compatriotes venus étudier en France à la déculturation en passant par une « école des déracinés ».

De la bataille pour la culture à la bataille politique

24L’achèvement de la première guerre mondiale révéla l’importante contribution des ressources matérielles et des forces humaines de l’empire colonial français à la victoire de la Triple Entente. Au même titre que l’Afrique du Nord et l’Afrique subsaharienne, l’Indochine française réquisitionne 92 102 travailleurs et soldats pour tenir le front et pour soutenir l’effort de guerre sur les arrières. Ceux-ci, qu’ils fussent ou non volontaires, attendaient une récompense pour leurs sacrifices d’autant qu’ils avaient fait connaissance avec une France républicaine et libérale : la majorité espérait une amélioration de leur sort matériel, une promotion sociale tandis qu’une minorité était dans l’attente au minimum d’une réforme du régime colonial et au maximum d’un affranchissement de la domination coloniale (voir Kim Loan Vu-Hill 2011).

25L’impact de l’évolution du monde, de la France en particulier, sépara les Cinq Dragons. Bien que tous eussent acquis la conviction que la domination coloniale ne serait pas abolie dans un avenir immédiat, chacun réagit différemment : Phan Châu Trinh resta fermement attaché au réformisme qui mettait l’accent sur l’éducation du peuple, l’évolution des esprits et prônait une démarche graduelle ; ses quatre compatriotes se radicalisèrent sous l’influence incontestable de la gauche française et internationale dont les yeux étaient rivés sur la révolution russe de 1917 dans sa version d’Octobre. En France, des socialistes comme Nguyễn Aí Quốc votèrent en majorité pour l’adhésion à la Troisième Internationale en 1920, Phan Văn Trương et Nguyễn Thế Truyền l’approuvèrent et le rejoignirent au sein de l’Union intercoloniale (piloté par le Parti communiste français) où ils succédèrent à Nguyễn Aí Quốc à la rédaction du journal Le Paria jusqu’en 1925. Nguyễn An Ninh confirma son évolution vers un républicanisme démocratique et libertaire. Les divergences idéologiques et politiques allèrent de pair avec le clivage des générations.

26Phan Văn Trương se consacra au métier d’avocat et de journaliste, il écrivit dans Le Paria de nombreux articles qui dénonçait le régime colonial français en même temps que ses liens avec le capitalisme, l’amalgame capitalisme-impérialisme était d’inspiration léniniste évidente. De temps à autre, il allait plaider au tribunal militaire français de Mayence.

27Les Cinq Dragons se séparèrent, le premier à partir fut celui qui, désormais, se fit appeler Nguyễn Aí Quốc ; en 1923, il rejoignit Moscou pour se mettre au service de l’Internationale communiste. La même année, Phan Văn Trương et Nguyễn An Ninh retournèrent au pays, suivis de Phan Châu Trinh en 1925. Ce ne fut qu’en 1928 que Nguyễn Thế Truyền reprit le chemin du Viêt Nam.

Le journaliste militant

  • 17 Intitulée Việc giáo-dục học-văn trong dân-tôc Annam, la conférence fut publiée par l’imprimerie Xư(...)
  • 18 Ibid. : 24.

28Un mois à peine après son arrivée à Saïgon, le 17 Mars 1925, Phan Văn Trương répondit à l’invitation du Foyer du Nam Ky de l’Encouragement à l’Étude (Hội quán Nam-Kỳ Khuyến-học), où il fit une conférence en quôc ngử devant un public nombreux17. Il interpella ses compatriotes pour qu’ils secouent leur « paresse intellectuelle », qu’ils cessent de copier les textes chinois et les textes français. En recherche, il faut les traduire en quôc ngử, il faut enseigner, apprendre celui-ci, le lire, l’écrire, tout en l’affinant ; en faire une langue élégante, concise, précise, limpide. En résumé, il réaffirma l’importance de moderniser et de perfectionner le quôc ngử parce que la langue et sa transcription sont « l’âme du peuple ». Il faut la cultiver, la perfectionner pour « vénérer nos ancêtres », pour qu’elle « serve nos enfants », et pour « remplir notre devoir jusqu’au bout envers nos compatriotes et la race d’Annam18 ».

29Par conséquent, Phan Văn Trương reprenait le thème de son manifeste culturel de 1912 qui inaugura la fondation de La Fraternité, association d’Indochinois, mais en 1925, il exprima avec netteté la finalité politique de son action culturelle : faire du quôc ngử un instrument d’expression, de communication et de combat était donc l’axe directeur du programme qu’il appliqua dans son activité journalistique de 1925 à 1928. Il commença par s’associer à Nguyễn An Ninh pour écrire et publier La Cloche fêlée présenté dans ses premiers numéros comme un « journal de propagande française » puis à partir du numéro 20 (26 novembre 1925) comme un « organe de propagande démocratique », avec en exergue une phrase de Mencius/Mạnh Tử : « Le peuple est tout, l’État a une importance secondaire, le prince n’est rien ».

  • 19 Dans The Birth of Vietnamese Political Journalism, Saïgon 1916-1930, 2012, Philippe Peycam fait le (...)

30Puis il fonda et dirigea avec Maurice Dejean de la Bâtie (1898-1946) un nouveau journal, L’Annam, qu’il publia en quôc ngử et non plus en français. Ce changement était plus que symbolique, il faisait partie d’une mutation dans la presse d’opinion vietnamienne, principalement celle de Cochinchine, à la fin des années 1920. L’essor du Làng Báo Chí et une véritable floraison journalistique imposa et consacra le triomphe du quôc ngử . Simultanément, certains journaux bravant la censure et la répression devinrent des instruments de mobilisation politique comme le souligne très bien Philippe Peycam (Peycam 2012)19.

31On peut suivre l’évolution politique de Phan Văn Trương au fil de la lecture de La Cloche fêlée et de l’Annam. Phan Văn Trương accentua l’orientation anticolonialiste et anticapitaliste des deux journaux en même temps qu’il affirma la revendication nationale à l’indépendance. Il dénonça le « colonialisme à la trique » mais aussi les scandales financiers que le régime portait en lui. Il évoqua ouvertement le sentiment national insufflé par « le patriotisme d’Annam qui a vingt siècles d’histoire ». Il prit ouvertement position contre la répression coloniale (lettre de Phan Châu Trinh à la Ligue des droits de l’Homme pour obtenir l’amnistie des Annamites impliqués dans les événements de 1908 ; il s’éleva contre la condamnation à mort de Phan Bội Châu, publia des photos de celui-ci et, le 10 mai 1926, il ouvrit une liste de souscription en sa faveur).

32Son livre Une histoire de conspirateurs annamites… publié en feuilleton dans La Cloche fêlée en 1925 n’était pas seulement le récit de ses démêlés avec les autorités françaises lors de son séjour en France. Il brossait un tableau du régime colonial et dénonçait des relations dominants/dominés en mettant en avant la revendication à l’indépendance de son pays. En cela, il fut le pendant du procès de la colonisation française de Nguyễn Aí Quốc, mais écrit avec beaucoup d’aisance et avec le talent d’un avocat.

  • 20 Des tirailleurs Tonkinois avaient été dépêchés à Vladivostok. La Cloche Fêlée du 7 décembre 1925 r (...)

33De 1925 à 1928, Phan Văn Trương rejoignit les positions de l’extrême gauche française sur le chapitre anticolonialiste et antimilitariste. D’une part, la presse communiste française dénonçait sans cesse l’encerclement capitaliste de l’Union soviétique et les plans d’agression militaire (en référence à l’expédition franco-anglo-américano-japonaise en Sibérie extrême-orientale pour soutenir les « Blancs » contre les Bolcheviks en 1918-1921) mais également les expéditions coloniales comme la guerre du Rif en 1925. D’autre part, La Cloche Fêlée et surtout L’Annam dénonçaient l’utilisation des troupes coloniales, notamment des tirailleurs indochinois au Maroc et contre le soulèvement des Druzes en Syrie20.

34La campagne antimilitariste fournit le prétexte au gouvernement français pour interdire le journal et pour inculper Phan Văn Trương de complot contre la sécurité de l’État…

Phan Văn Trương était-il communiste ?

  • 21 « Vài lời nhắc nhở », dans le quotidien saïgonnais Trung Lâp (24 juillet 1933).
  • 22 « ông vẫn tả phải cải cách », La Nouvelle Gazette féminine, 2 mai 1933.

35Nguyễn An Ninh jugea que la conscience politique de Trương fut plus ouverte et radicale que celle de Phan Châu Trinh (« giác ngộ hơn PCT21 ») qui s’en tint à un réformisme pacifique et légaliste jusqu’à la fin de sa vie : selon Ninh, Trinh en était resté à Liang Qizhao, le réformateur chinois qui exerça une très forte influence sur les lettrés vietnamiens du début du xxe siècle. Selon l’auteur de la nécrologie dans le journal Phụ Nữ Tân Văn22, Phan Văn Trương « était resté un réformiste de gauche ». Autrement dit, si Trương fut « le premier marxiste vietnamien », son marxisme était une référence intellectuelle et un outil d’analyse et de critique. À la même époque, son contemporain Nguyễn Aí Quốc adhérait au léninisme pendant son séjour à Moscou et à Canton (1924-1927) où il inculqua aux Thanh Niên un marxisme basique, une arme pour l’action (Brocheux 2003).

36Néanmoins, son combat anticolonialiste porta Phan Văn Trương à critiquer le socialisme dans la plus pure tradition bolchevique. Lorsque le député socialiste Alexandre Varenne accepta la mission de gouverneur général de l’Indochine (1925-1928), il rédigea l’éditorial de La Cloche Fêlée (26 novembre 1925)« un socialiste ? une gageure au premier abord » ; il poursuivit « Alexandre Varenne est nommé pour combattre le communisme en Indochine […] la fracture dans la mouvance socialiste en 1920 conduit les socialistes français à lutter contre le bloc russo-chinois » (id.). Puis il mit en doute sa capacité de « nettoyer les écuries d’Augias » coloniales ; il ironisa : « un gouverneur des colonies socialiste ? »… alors que « sans le capitalisme il n’y a pas de colonie » (L’Annam, 6 mai 1926).

  • 23 Ces décrets provoquèrent les protestations de la Ligue des droits de l’Homme, archives de la LDH, (...)
  • 24 Registre d’écrou de la centrale de Clairvaux, Archives départementales de l’Aube, à Troyes. Cette (...)

37La répression qui s’abattit sur Nguyễn An Ninh, Phan Văn Trương et leurs journaux fut fondée sur les décrets pris par Varenne le 4 octobre 1927 et le 20 octobre 1928. Cette législation entrava le libre exercice du droit de revendication, en fait toutes manifestations « de nature à compromettre l’ordre public et l’atteinte à l’intégrité du territoire national » (entendons : impérial). Ils restreignirent la liberté de la presse en Indochine23. Conformément à ces décrets, L’Annam dut cesser de paraître le 12 janvier 1928. Le 27 mars 1928, la Cour d’appel de Saïgon déclara Phan Văn Trương « coupable de provocation de militaires à la désobéissance dans un but de propagande anarchiste et excitation des indigènes à la révolte » et elle le condamna à deux années de prison24. Cependant, Trương excipa de sa nationalité française pour se pourvoir en cassation et il s’embarqua pour la France.

38Le 14 août 1929, arrêté à Paris et incarcéré à la Santé dans le quartier des politiques, il fut transféré, le 13 décembre 1929, à la centrale de Clairvaux, dans l’Aube, en même temps que 35 autres Français, communistes et anarchistes. Le même jour, L’Humanité, journal du PCF, publiait en première page la manifestation des détenus contre le transfert et mentionnait « un nationaliste-révolutionnaire annamite a subi le même sort ». Nous retrouvons le nom déformé : Phan Van Trétong, sur le registre du greffe de Clairvaux ; sur la ligne au dessus, nous lisons le nom de Bellanger René, gérant des principales publications du PCF dont L’Humanité, condamné à deux ans de prison sous l’inculpation de « provocation de militaires à la désobéissance ».

39Le 23 février 1930, selon un entrefilet de L’Humanité (26 février 1930) : « L’avocat annamite Truong a quitté Clairvaux… pour masquer la répression barbare qui sévit en Indochine ». Trương avait bénéficié d’une remise de peine. En revanche, le journal du PCF du 29 mai 1930 consacra la moitié de sa première page (avec photos) à la libération du camarade René Bellanger (Maitron & Pennetier éd. 1982). La veille L’Humanité avait dénoncé en première page l’arrestation des onze Vietnamiens qui avaient manifesté devant le palais de l’Élysée contre la répression de la mutinerie de Yên Bay.

  • 25 Il serait très intéressant de savoir quelles furent les relations entre Phan Văn Trương et ses co- (...)
  • 26 En 1932, il se manifesta en demandant au barreau de Paris de certifier qu’il y avait été inscrit, (...)

40Ces détails révèlent clairement que Phan Văn Trương n’était pas affilié au Parti communiste français alors que le Parti communiste indochinois était dans les limbes25. Il retourna au pays pour y vivre discrètement26. Cette retraite ne laisse pas d’intriguer lorsqu’on sait que 1930-1931 marquèrent un tournant de l’histoire des possessions françaises d’Indochine : mutinerie de la garnison de Yên Bay à l’instigation du Parti nationaliste Việt Nam Quốc Dân Đảng ; soulèvement des campagnes du Nord-Annam et de Cochinchine sous l’égide du Parti communiste indochinois naissant ; crise mondiale dont l’économie indochinoise ne sortit qu’en 1934. Phan Văn Trương fut certainement sensible à ces événements qu’il suivit de près mais il n’est resté aucun écho de ses sentiments et opinions.

Épilogue

41Phan Văn Trương fut une personnalité hors norme : premier Vietnamien docteur en droit de la faculté de Paris, premier inscrit au barreau de Paris, premier « Annamite » à enseigner sa langue natale aux Langues’O, premier à diriger un journal d’opinion politique, premier prisonnier politique vietnamien (si l’on excepte les souverains déposés : Hàm Nghi, Thành Thái, Duy Tân), et « premier marxiste vietnamien ».

  • 27 « Nhân Vât ông Phan Châu Trinh », in Phụ Nử Tân Van, 11 mai 1933.

42Il fut à l’image du « tiers-état annamite » (Alexandre Varenne), une personnalité contradictoire, « propriétaire foncier mais communiste, il combattit le parti constitutionnaliste indochinois, mais celui-ci le présenta au Conseil colonial de la Cochinchine27 », autrement dit un intellectuel bourgeois patriote dans ses sentiments et radical dans sa rhétorique  comme l’avait été Gilbert Chiêu avant lui ; quoi qu’il en fût, une personnalité exemplaire (Đuốc Nhà Nam, 4 mai 1933). Mais au contraire de Gilbert Chiêu, il mourut sans avoir été déchu de la nationalité française et sans l’avoir reniée. Ce fait va à l’encontre de la thèse de ses deux biographes qui lui prêtent (pour le dédouaner auprès d’une opinion nationaliste ?) une motivation pragmatique : bénéficier des mêmes droits que les citoyens français, notamment de la pleine liberté d’expression. Ce qui ne l’empêcha pas de souffrir des restrictions que l’État français lui imposa.

  • 28 Le fait n’a pas échappé au chroniqueur du Phụ Nữ Tân Văn du 2 mai 1933 : « Après son retour de Fra (...)

43Pourquoi Phan Văn Trương acheva-t-il sa vie intense de façon silencieuse28 ?

44Était-il devenu un « repenti » ? ou avait-il pris conscience que la donne politique avait changé en Indochine et que le nouveau contexte qui se mettait en place en 1930, date de sa libération, le poussait à passer la main aux plus jeunes et aux plus radicaux que lui ? Ou bien le cancer du foie qui l’emporta avait-il déjà progressé de façon sensible ?

  • 29 . Les deux hommes rompirent leurs relations en 1928 au sujet d’un jeune collaborateur du journal qu (...)

45Il fit partie de ceux qui avaient « allié le passé et le présent, le classique et le moderne » (Huỳnh Thúc Kháng in Tiếng Dân du 3 mai 1933). Maurice Henri-Eugène Dejean de la Bâtie, un Eurasien compagnon de lutte de Nguyễn An Ninh et de Phan Văn Trương dit la même chose autrement « il est un Annamite complet parce qu’il est imprégné d’une double culture : la culture franco-chinoise29 » (La Cloche fêlée du 26 novembre 1925). Il fit partie de cette catégorie de modernisateurs et de passeurs dont Trinh Văn Thảo brosse un tableau pluriel et nuancé dans son histoire de la « génération de 1925 » (Trinh Văn Thảo 2008 : 109).

Haut de page

Bibliographie

BROCHEUX, Pierre, 1992, « Notes sur Gilbert Chiêu (1867-191), citoyen français et patriote vietnamien », Approches Asie. Revue du centre d’études et de recherches de l’Asie contemporaine, 11 : 72-81.

BROCHEUX, Pierre, 2003, Ho Chi Minh. Du révolutionnaire à l’icône, Paris : Payot.

BROCHEUX, Pierre, 2011, Histoire contemporaine du Viêt Nam. La nation résiliente, Paris : Fayard.

GANTÈS, Gilles de & NGUYỄN Phương Ngọc, éd., 2009, Vietnam, le moment moderniste, Aix-en-Provence : PUP.

HUÊ Tâm Hô Tai, 1992, Radicalisation and the origins of the Vietnamese Revolution, Harvard : University Press.

KIM Loan Vu-Hill, 2011, Coolies into Rebels. Impact of Worl War I on French Indochina, Paris : Les Indes savantes.

LORIN, Amaury, 2013, Une ascension en République. Paul Doumer (1857-1932) d’Aurillac à L’Élysée, Paris : Dalloz.

MAITRON, Jean & Claude PENNETIER, éd., 1982, « Bellanger René Louis Georges, 1880-1937 », in Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, quatrième partie : « 1914-1939, De la Première à la Seconde Guerre mondiale », tome 18, Ba à Berm, Paris : Éditions ouvrières.

NGUYỄN Phan Quang & PHAN Văn Hoàng, 1995, Luật sư Phan Văn Trương, Hồ Chí Minh-Ville : Thành phố.

NGUYỄN Thế Anh, 2009, « 1908 et la remise en question du rôle de l’élite dirigeante des lettrés », in Vietnam. Le moment moderniste, Gilles de Gantès & Nguyễn Phương Ngọc, éd., Aix en Provence : PUP, p. 197-204.

PEYCAM, Philippe, 2012, The Birth of Vietnamese Political Journalism, Saïgon 1916-1930, New York : Columbia University Press.

PHAN Văn Hoang, 2002, « Một trí thức Hà Nội trong long ngừơi Sài Gon », Xưa Nay, 116, 5 : 12-13.

PHAN Văn Trương, 1913, La Fraternité, association d’Indochinois. Notes pour nos compatriotes, Paris : Vigot.

PHAN Văn Trương, 1922a, Essai sur le code Gia-Long, Paris : Etienne Sagot.

PHAN Văn Trương, 1922b, Le droit pénal à travers l’ancienne législation chinoise. Étude comparée sur le Code Gia Long, Paris : Etienne Sagot.

PHAN Văn Trương, 2003, Une histoire de conspirateurs annamites à Paris ou la vérité sur l’Indochine, réédition avec une préface de Ngô Van, Paris : L’insomniaque.

THUY Khuê, 2012, Nhân Vân Giai Phẩm và vấn đề Nguyễn Aí Quốc, Tiếng Quê hương, Virginia. Cet ouvrage est une synthèse de plusieurs livres qui, eux-mêmes, sont des compilations des archives des fonds Slotfom, 7F, etc des Archives d’Outre-Mer (Aix en Provence), ainsi que de la presse et des études en quôc-ngử publiées, entre autres, par Thu Trang Gaspard et Phan Thị Minh Lê. L’ensemble manque de perspective et de fil directeur.

TRẦN Dân Tiến, Những mâu chuyên về cuộc đời hoạt động cua Hồ chủ tịch.

TRẦN Mỹ Vân, 2005, A Vietnamese Royal Exile in Japan. Prince Cuong Dê (1882-1951), Londres : Routledge , coll. « Routledge Studies in the Modern History of Asia ».

TRINH Văn Thảo, 2008, Vietnam : Du confucianisme au communisme, Paris : L’Harmattan.

TRINH Văn Thảo, 2013, Ba Thế hệ Trí Thức Ngừơi Việt (1862-1954), Hanoï : Thế Giới.

Haut de page

Note de fin

1 Phan Văn Hoang est co-auteur avec Nguyễn Phan Quang (1995), de la seule biographie, à ce jour, de Phan Văn Trương ; elle contient en annexe une liste des ouvrages de Phan Văn Trương et des articles qu’il publia dans Le Paria, La Cloche fêlée et l’Annam. L’appartement du 6, Villa des Gobelins était loué par Phan Văn Trương, qui y logea des compatriotes qui y tinrent de nombreuses réunions et débats sur l’avenir de leur pays.

2 « […] le sang avait coulé à flots dans le Quang Nam […] je voulais m’éloigner pour éviter le spectacle des scènes écœurantes de la colonisation » (Phan Văn Trương 2003 : 66).

3 « L’évolution de la société annamite », rapport du résident supérieur Levecque, 15 mai 1908, ANOM, Indo SPCE 372. Levecque rappelle la critique féroce que le lettré Phan Châu Trinh fit du régime monarchique et mandarinal et qui mit en cause le régime du protectorat français (Lettre au gouverneur général Paul Beau publiée in extenso dans le Bulletin de l’École française d’Extrême-Orient, t.VII, 1907, p. 166-175). Cette audace valut à Phan Chau Trinh, inculpé d’avoir fomenté la révolte contre les impôts dans la province du Quang Nam (1908), d’être condamné à mort.

4 Éditorial de La Cloche fêlée, 3 décembre 1925.

5 Propriétaire foncier, entrepreneur et publiciste (on est tenté de le considérer comme le premier journaliste politique au Viêt Nam), il prit contact avec Phan Bội Châu et fut inculpé de complot contre l’État français.

6 ANF, dossier de naturalisation n°6336X10. Le dossier révèle que l’un de ses cinq frères, Phan Cao Luy, interprète des services judiciaires de Hanoï, était citoyen français depuis 1906. Paul Doumer, ancien gouverneur général de l’Indochine, était député de l’Aisne (Lorin 2013).

7 Je remercie Yves Ozanam du Service des archives et du patrimoine, Ordre des avocats de Paris, de m’avoir transmis ces informations.

8 Inspecteur des colonies à la retraite et vice-président de l'Alliance Française, A. Salles revendiquait le rôle de décider de la formation des jeunes Annamites venus en France faire leur scolarité primaire et donc il leur assignait l’inscription à l’École Parangon située à Joinville le Pont. Cet établissement privé était conçu avec une finalité professionnelle et destiné aux jeunes gens des colonies, principalement de l’Indochine. Impossible, à ce jour, de mettre la main sur les archives de l’école Parangon.

9 Phan Văn Trương en donna le récit dans Une histoire de conspirateurs annamites à Paris ou la vérité sur l’Indochine (2003).

10 Les amis français de Phan Châu Trinh (le journaliste E. Babut entre autres) et la Ligue des droits de l’Homme obtinrent que la peine capitale fut commuée en déportation à Poulo Condor puis – à la suite de la visite du gouverneur général Klobukovsky à Poulo Condor où il s’entretint avec Phan Châu Trinh – à la résidence surveillée sur le continent. Un pas de plus vers sa libération conduisit Phan Châu Trinh et son jeune fils à l’exil en France avec une modeste pension (ANOM, Indo SPCE//372).

11 ANOM, Indo SPCE 365 ; F07-13405, doc.306.

12 Voir les archives officielles, ANOM, 3 SLOTFOM 29 et la version qu’en donne Phan Văn Trương dans Une histoire de… (2003).

13 À Toulouse, Phan Văn Trương fit la connaissance d’une toulousaine du nom de Louise Ver dont il eut un fils qu’il reconnut. Il leur rendit visite assez régulièrement mais discrètement, en novembre 1920 par exemple (archives de police générale, cote 19940469/229, ANF).

14 Rapport de juillet 1911, ANOM 9PA/4 (fonds Albert Sarraut).

15 L’association est présentée par Phan Văn Trương en avril 1912 dans une brochure de 16 pages intitulée La Fraternité, association d’Indochinois. Notes pour nos compatriotes, Paris, Vigot, 1913 (BNF).

16 « Nous devons [à la littérature chinoise] tout ce que nous sommes, c’est elle qui a formé notre morale, notre philosophie et, sous ces deux rapports, nous n’avons qu’à nous en louer mais [la littérature] n’est pas accessible à la masse, elle restera toujours à raison de ses difficultés quelque chose de réservé pour les intelligences privilégiées […] » (Phan Văn Trương 1913 : 9).

17 Intitulée Việc giáo-dục học-văn trong dân-tôc Annam, la conférence fut publiée par l’imprimerie Xưa-Nay (Passé-Présent) à Saïgon, la brochure est déposée à la BNF. En préliminaire Phan Văn Trương fit une remarque significative de l’effervescence culturelle qui saisit alors la bourgeoisie urbaine, il dit en substance : je suis invité par M. Trần Quang Nghiêm, « un négociant très occupé par ses affaires mais soucieux de promouvoir l’éducation de notre nation ».

18 Ibid. : 24.

19 Dans The Birth of Vietnamese Political Journalism, Saïgon 1916-1930, 2012, Philippe Peycam fait le récit et analyse remarquablement la naissance d’une presse d’opinion en quốc ngử qui fut parrainée ou soutenue par des propriétaires coloniaux libéraux (comme le franc-macon Canavaggio qui mit Gilbert Chiêu à la tête du Nông Cổ Minh Dàm). À partir de 1926, la situation changea lorsque des Vietnamiens prirent en main la propriété et plus seulement la direction rédactionnelle des journaux. Le journalisme indigène vola de ses propres ailes et s’émancipa du parrainage français libéral. Le journalisme d’opinion et militant s’affirma avec Nguyễn An Ninh, Trần Huy Liệu et Phan Văn Trưng, parallèlement au journal de l’avocat Me Monin et d’André Malraux.

20 Des tirailleurs Tonkinois avaient été dépêchés à Vladivostok. La Cloche Fêlée du 7 décembre 1925 rappela que Trương Văn Bền, industriel et membre du Parti constitutionnaliste indochinois élu au Conseil colonial de la Cochinchine, avait déposé une motion contre l’envoi de tirailleurs indochinois au Maroc et en Syrie, elle fut rejetée. La Cloche fêlée du 11 mars 1925 publia un article repris de L’Humanité contre la guerre du Rif où l’armée franco-espagnole écrasa le soulèvement dirigé par Abd el Krim . L’Annam du 20 décembre 1926, est presque entièrement consacré aux militaires ayant servi en Syrie (1920-1921) et au Maroc (1925-1926).

21 « Vài lời nhắc nhở », dans le quotidien saïgonnais Trung Lâp (24 juillet 1933).

22 « ông vẫn tả phải cải cách », La Nouvelle Gazette féminine, 2 mai 1933.

23 Ces décrets provoquèrent les protestations de la Ligue des droits de l’Homme, archives de la LDH, Fdeltares 177, BDIC Nanterre.

24 Registre d’écrou de la centrale de Clairvaux, Archives départementales de l’Aube, à Troyes. Cette affaire est à l’origine d’une confusion dans la commémoration de l’emprisonnement de Phan Châu Trinh et Phan Văn Trương en 1914 dans IndoMémoires, 25 mars 2013, « Actualité de Phan Chu Trinh…. ». Les motifs d’inculpation de Phan Châu Trinh et Phan Văn Trương en 1914 n’avaient rien à voir avec ceux de 1928, au contraire, Phan Châu Trinh avait appelé ses compatriotes à s’engager pour servir la France et Trương, en citoyen français discipliné, répondit à l’appel de la mobilisation, les gendarmes allèrent le chercher à la caserne de Chartres pour l’enfermer à la prison militaire du Cherche-Midi et non à la Santé.

25 Il serait très intéressant de savoir quelles furent les relations entre Phan Văn Trương et ses co-détenus. Nous le saurons lorsque les dossiers des détenus de Clairvaux et les rapports de la direction seront accessibles et déposées aux Archives départementales de l’Aube, en 2014. Je remercie les archivistes de l’Aube de m’avoir transmis ces informations.

26 En 1932, il se manifesta en demandant au barreau de Paris de certifier qu’il y avait été inscrit, ce certificat lui était nécessaire, disait-il, pour ouvrir un cabinet à Saïgon ou à Hanoï (archives de l’Ordre des avocats).

27 « Nhân Vât ông Phan Châu Trinh », in Phụ Nử Tân Van, 11 mai 1933.

28 Le fait n’a pas échappé au chroniqueur du Phụ Nữ Tân Văn du 2 mai 1933 : « Après son retour de France, on parla très peu de lui dans le monde politique d’Annam. »

29 . Les deux hommes rompirent leurs relations en 1928 au sujet d’un jeune collaborateur du journal que Phan Văn Trương accusa d’être un agent de la Sûreté indochinoise.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Brocheux, « Phan Văn Trương, 1876-1933. Acteur d’une histoire partagée », Moussons, 24 | 2014, 19-32.

Référence électronique

Pierre Brocheux, « Phan Văn Trương, 1876-1933. Acteur d’une histoire partagée », Moussons [En ligne], 24 | 2014, mis en ligne le 22 janvier 2015, consulté le 25 juin 2017. URL : http://moussons.revues.org/3013 ; DOI : 10.4000/moussons.3013

Haut de page

Auteur

Pierre Brocheux

Pierre Brocheux est maître de conférences honoraire à l’université Paris VII-Denis Diderot. Publications les plus récentes: Ho Chi Minh. A Biography, Cambridge University Press, 2007 ; Une histoire économique du Viet Nam. 1850-2007. La palanche et le camion, Les Indes savantes, 2009 ; The Mekong Delta.  Ecology, Economy and Revolution. 1850-1960, University of Wiconsin-Madison (2009, 2e edition) ; L’Histoire contemporaine du Viet Nam.  La nation résiliente, Fayard, 2011 ; directeur et co-auteur : Les décolonisations au xxe siècle. La fin des empires européens et japonais, Armand Colin, 2012 ; co-auteur avec D. Hémery : Indochina. An Ambiguous Colonization.1858-1954, University of California Press, s2009.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page