Navigation – Plan du site
Articles

Des habitations à bon marché au Việt Nam. La question du logement social en situation coloniale

Public Housing Projects in Việt Nam: the Problem of Habitation in a Colonial Situation
Caroline Herbelin
p. 123-146

Résumés

La crise du logement dans les grandes villes du Việt Nam est récurrente pendant toute la colonisation. Elle touche les Européens, mais surtout les populations locales qui vivent en majorité dans des habitats précaires. A partir des années 1920, face à l’ampleur de la situation, le gouvernement général décide d’adapter dans la colonie les récentes lois françaises en faveur du logement social. Si quelques prototypes d’habitations à bon marché vont être mis en place par la municipalité de Hanoi dans les années 1930, ce n’est que dans les années 1950, pour répondre à la crise sociale que les politiques de logement vont commencer à être significatives. Entre inertie et projets enthousiastes, les politiques de logement révèlent les contradictions du système colonial face à un problème aussi crucial que complexe, mettant en jeu différents acteurs à différents niveaux : le gouvernement général d’Indochine, la résidence supérieure du Tonkin, les municipalités, les associations privées et dans une moindre mesure les sociétés de construction. Du point de vue architectural, les projets mis en place sont des créations hybrides qui montrent une volonté manifeste de s’adapter au style de vie vietnamien.

Haut de page

Notes de la rédaction

Cet article est la version revue et corrigée par l’auteur de l’édition papier.

Notes de l’auteur

L’auteur tient à remercier particulièrement Martina Nguyên pour son aide précieuse sur les sources journalistiques de l’association Ánh Sáng, ainsi que Đào Quang Vinh pour ses conseils sur les HBM. J’exprime ma profonde reconnaissance à Jean-François Klein pour sa relecture attentive et le temps qu’il m’a consacré.

Texte intégral

  • 1 L’orthographe des noms vietnamiens respecte autant que possible les accents diacritiques, néanmoins (...)

1La colonisation relève, par définition, de la domination spatiale. Quelle est la façon dont cet espace fût occupé ? Comment fût-il bâti et pour qui ? Ces interrogations peuvent, d’une certaine façon, servir de révélateur à l’un des aspects protéiformes qu’a pu endosser la colonisation. En ce qui concerne les grands centres urbains de l’Indochine française, la lutte permanente menée par l’administration coloniale contre les paillotes et toutes autres formes d’habitats considérées comme précaires se traduit par une mise en conformité de l’espace selon des critères hygiéniques et esthétiques. Cette politique, constitue à elle seule un symbole fort de l’appropriation du territoire urbain par les coloniaux. L’historien Philippe Papin, dans une étude de référence en matière de bâti urbain à Hà Nội, a démontré comment derrière les mesures hygiénistes de cette « chasse aux paillotes » présentée comme humanistes, se cachaient en fait des mesures répressives visant à l’éradication de formes d’habitats jugées disgracieuses et au « déguerpissement » de leurs habitants (Papin 1995 : 66-80 et 2004 : 404). Ceci suggère qu’en Indochine, l’administration coloniale faisait alors peu de cas des questions sociales en matière de logement. Bien que le « problème des paillotes » n’ait jamais été résolu par les mesures d’aménagement urbain voulues par les administrateurs, cela ne veut pas dire pour autant qu’il n’y ait pas eu de dispositions sociales prises de façon concomitante à ces mesures répressives. La fréquentation des archives nous a permis d’exhumer des textes législatifs prouvant qu’une politique de logement social a bel et bien existé en Indochine française, tout au moins sur le papier. Cependant, avant d’aller plus loin, il nous semble nécessaire de s’interroger sur les destinataires de ces lois et comment elles furent mises en œuvre. Disons le tout de suite, l’histoire des politiques du logement social au Việt Nam1 est celle d’un échec : le problème de l’habitat dans les grandes villes de l’Indochine – en particulier vietnamiennes – ne fût pas résolu durant l’intégralité de la période française. Au contraire même, il ne fit que s’accentuer avec l’explosion démographique et urbaine qui caractérisa le xxe siècle. Néanmoins, l’histoire de cet échec mérite d’être étudiée, car elle révèle les contradictions du système colonial face à cette crise et la complexité d’un problème mettant en jeu différents acteurs à différentes niveaux : le gouvernement général d’Indochine, la résidence supérieure du Tonkin, les municipalités, les associations privées et dans une moindre mesure les sociétés de construction.

2Nous proposons donc d’étudier l’évolution des politiques d’aide au logement dans le Viêt Nam colonial, en s’intéressant à leur contenu, mais aussi, lorsque cela est rendu possible par la documentation, au programme architectural portés par ces projets. Cet article, issu d’un travail de recherche doctoral en cours, repose principalement sur des sources d’archives inédites. Cependant, les lacunes de la documentation et l’état des recherches expliquent que nous nous sommes concentrés sur le Việt Nam colonial, et, plus précisément, sur le Tonkin et la Cochinchine. Le Laos et le Cambodge ont été négligés volontairement par manque de sources et par soucis de cohérence de l’étude présentée ici. Sans compter que la question du logement s’y posait avec beaucoup moins d’acuité.

1920-1930 : premières mesures inabouties

Des mesures illusoires en Cochinchine

  • 2 Archives nationales d’outre-mer (ANOM), Résidence supérieure du Tonkin nouveaux fonds (RSTNF), 2600 (...)

3C’est en Cochinchine, colonie française, que furent initialement édictés les premiers décrets en matière de logements sociaux. En effet, le plus ancien de ces textes législatifs est un arrêté promulgué le 24 janvier 1920 qui applique en Cochinchine – presque simultanément à la métropole – la loi française du 24 octobre 1919, visant à limiter l’augmentation des loyers en punissant « ceux qui provoqueraient ou tenteraient de provoquer la hausse du prix des baux à loyer au-delà des taux représentant l’augmentation des charges de la propriété bâtie et la concurrence libre et naturelle du commerce ». Cet arrêté, prévu pour ne durer que trois ans, ne sera en réalité jamais appliqué2.

  • 3 Arrêté du 31 mars 1928 adaptant à la Cochinchine la loi du 5 décembre 1922 portant codification des (...)

4Huit ans plus tard, une nouvelle mesure est prise localement. Il s’agit en fait de l’adaptation cochinchinoise par le décret du 31 mars 19283, du texte législatif adopté en métropole le 5 décembre 1922 et qui réglemente les Habitations à Bon Marché (HBM) et la petite propriété. Tout comme cette dernière, le décret de 1928 limite les dividendes des sociétés d’HBM, crée une Commission de contrôle des HBM chargée de veiller à la conformité du bâti. Ce texte permet, à l’instar de ce qui se fait en France, de créer dans la colonie d’Indochine un Office public d’habitations à bon marché, établissement public « qui aura pour but exclusif l’aménagement, la construction, la gestion et la vente d’immeubles salubres », avec pour objectif d’éviter la spéculation et les pratiques abusives des propriétaires. En outre, il est prévu que cet établissement, géré par des personnalités de l’administration et des représentants indigènes, ait des sources de financements multiples : budget général de l’Indochine, du budget local de Cochinchine, des budgets municipaux, locaux et ceux des communautés.

  • 4 « Arrêté du 10 mars 1928 relatif à l’attribution à l’État du montant des coupons, intérêts, dividen (...)
  • 5 Malheureusement nous n’avons pas trouvé le prix exact de la location en Cochinchine, mais à titre d (...)

5Il est intéressant de remarquer que l’adoption du décret de 1928 n’est en fait que le plaquage colonial d’une loi métropolitaine dont la principale caractéristique avait été son inefficacité (Guinchat 1981 : 78-79). Pourquoi a-t-on trouvé nécessaire un tel emprunt, d’autant que, précisément en 1928, moment où est adopté le décret cochinchinois, est alors votée en France la Loi Loucheur (anonyme 1928), qui définit de manière beaucoup plus précise les conditions d’application du législateur et représente un tournant décisif en matière de logement à loyers modérés, en revenant précisément sur les errances que le texte initial avait entrainé ? En métropole, la Loi Loucheur marque le début d’une intervention significative de l’État dans la construction de ce type de logements, revenant sur les incohérences de la loi de 1922 trop évasive pour être efficace. Or, en Cochinchine, plutôt que de l’adopter, l’administration coloniale fait le choix de conserver le texte initial amendé par toute une série de réajustements par arrêtés4 à la fois pour tenter de remédier aux imprécisions du texte initial, mais également pour adapter son application au statut spécifique de la Cochinchine. Autant dire que c’était compliquer encore un train de mesures qui avait déjà prouvé en France toute son inefficacité. Le texte concerne, en théorie, « les indigènes comme les Européens » et s’applique à des types de logements très divers, allant depuis la pièce unique jusqu’au pavillon à étage. En apparence l’application de cette loi vise donc un large éventail social. En réalité, le maxima des plafonds des valeurs locatives reste élevé et ne favorise pas les plus pauvres : le loyer de 60 $ (piastres indochinoises) par an pour une pièce de 5 m2, n’est pas précisément « bon marché ». Il n’est pas certain que cette « avancée sociale » encourage les propriétaires à baisser de manière significative les loyers, tout au plus, elle pouvait éviter une hausse5. La loi avait donc certainement pour but davantage un dessein visant à la régulation de la spéculation immobilière plutôt qu’une réelle volonté de mise à disposition des « indigènes » de véritables HBM.

6Néanmoins, la promulgation de ce texte eut bientôt pour résultat la constitution de deux sociétés privées de construction d’habitations à bon marché : la Société cochinchinoise d’habitations économiques et de crédit immobilier et la Société franco-annamite d’habitations économiques de Cochinchine. Pourtant, l’histoire montre qu’elle n’aboutit en réalité à aucun des résultats escomptés. En effet, ces sociétés ne fonctionneront jamais car l’Office public d’HBM n’est pas en mesure de leur apporter son concours financier. En effet, une convention passée avec la Banque de l’Indochine devait permettre l’ouverture d’un compte spécial pour l’Office, avec la possibilité, à terme, de dégager un intérêt de 5, 50 %. Cependant, cette convention ne sera jamais appliquée par la Banque (cf. Meuleau 1990 : 646). Ainsi, malgré de multiples ajustements, la loi de 1928 ne sera jamais appliquée et l’Office d’habitation publique ne sera jamais fonctionnel. Malgré la pression démographique constante, il faut signaler qu’avant 1940, aucun autre projet législatif ne viendra remplacer cette première tentative d’introduction des logements sociaux en Cochinchine.

Au Tonkin, un élan éphémère

  • 6 ANOM, RSTNF 3905, Lettre du gouverneur général au résident supérieur du Tonkin, 7 juin 1929 au suje (...)

7Au Tonkin, il faut attendre la promulgation du second décret cochinchinois pour qu’un an après, en 1929, la question du logement social soit soulevée par les autorités coloniales à la faveur de deux rapports décrivant précisément l’ampleur du problème et la nécessité d’une réponse urgente et appropriée. Si le premier émane directement de la section de la Section française de l’internationale ouvrière (SFIO) de l’Annam-Tonkin, en revanche, le second provient de M. Fleury, commissaire priseur à Hà Nội. Tombés à propos, ces deux textes suscitent, bien tardivement il est vrai, une réaction positive du gouverneur général Pierre Pasquier (août 1928-janvier 1934) qui trouve là une réponse à ses problèmes de gouvernance. En effet, chacun des rapports propose sa solution pour remédier à la crise. La SFIO suggère d’appliquer localement une loi visant à enrayer la spéculation des loyers et préconise la création d’un Office public d’habitations à bon marché assez comparable à ce qui avait été proposé en Cochinchine. Au contraire, Fleury conseille de lotir les terrains que possèdent le gouvernement général et la municipalité de Hà Nội, et d’en confier la gestion, sous certaines conditions, à une société immobilière privée des habitations à bon marché et non à un organisme public. Pasquier est favorable à cette deuxième solution : échaudé par l’expérience cochinchinoise, il craint l’inefficacité d’un Office public et un arrêt de la construction dû à la taxation des loyers. Néanmoins, il lance une consultation auprès des différents administrateurs des provinces du Tonkin, des chambres de commerce et des responsables du Service des travaux publics pour connaître leur avis sur la question et mesurer l’ampleur de la crise6.

  • 7 Lettre de l’architecte en chef du Service des bâtiments civils au résident supérieur, le 19 juillet (...)

8Cette vaste opération de consultation va dans le sens de l’avis initial du gouverneur général : il s’agit de lutter contre la taxation des loyers et les sondés sont favorables à une intervention limitée de l’Etat. Plus intéressante est l’analyse qu’ils font du problème des logements. Alors que la formulation de la question de Pasquier est neutre (il n’est pas précisé s’il s’agit de logement pour « indigènes » ou pour Européens), elle est interprétée comme concernant uniquement la question du logement européen. Paradoxalement, l’analyse la plus partagée pour expliquer cette crise immobilière qui touche l’ensemble des métropoles indochinoises est la formation d’une classe moyenne indigène qui accédant à la propriété a ainsi « forcé » les Européens à acquérir des maisons au-dessus de leur moyen créant ainsi une crise du logement : « la propriété immobilière qui il y a quinze ans appartenait en majeure partie aux Européens, est passée en grand nombre aux mains des indigènes » résume l’architecte en chef des Bâtiments civils7. Outre l’approximation du raisonnement, l’omission de la question du logement indigène est significative : l’intervention de l’administration coloniale ne peut et ne doit se faire – en priorité du moins – que vis-à-vis des Européens.

  • 8 Bulletin Municipal de Hanoi, conseil municipal du 29 mai 1929, p. 531-532.

9A Hà Nội une commission spéciale est désignée en 1929 afin d’étudier la crise de l’habitat8. La solution préconisée consiste à céder des terrains appartenant à la municipalité à prix réduits pour y construire des logements qui devraient bénéficier aux invalides des guerres, aux veuves de coloniaux et aux chefs de familles nombreuses. Le problème majeur réside dans le fait que les seuls terrains disponibles sont des terrains bas, qui nécessitent un remblaiement et un aménagement coûteux. La commission conclut alors à la nécessité d’une politique d’aide au logement tout en rappelant que la municipalité ne peut financer à elle seule l’intégralité du projet, et demande donc le soutien financier du gouvernement général qui, finalement, classe le dossier. Si le projet cochinchinois se perd dans les labyrinthes d’une loi approximative, au Tonkin, le refus de participation financière de la haute administration coloniale sonne le glas de la question des logements sociaux avant même lui avoir donné les moyens de commencer à fonctionner.

1930-1940 : le temps des initiatives isolées

La démission du gouvernement général de l’Indochine

10Ineffectives ou avortées les mesures prises à la fin des années 1920 pouvaient néanmoins laisser croire à une prise de conscience de la part de l’Etat colonial. Il n’en est rien, la question du logement s’enlise plus sûrement encore dans la décennie suivante. À l’attentisme de Pierre Pasquier, succède le laisser-faire assumé de Jules Brévié (septembre 1936-août 1939) qui refuse toute intervention de l’État dans la question du logement. Selon lui, contrarier la loi de l’offre et de la demande est un remède pire que le mal. Par ailleurs, il considère qu’une telle politique serait beaucoup trop lourde pour l’administration dont-il a la charge et que cette question n’est pas « dans les intérêts primordiaux de la Colonie » contrairement à la construction d’infrastructures de transport, de digues et à la colonisation des hautes régions.

  • 9 ANOM, RSTNF 2600, Lettre du gouverneur général de l’Indochine au ministre des Colonies, au sujet de (...)

11Celui-ci va jusqu’à vanter les mérites de la paillote, pourtant responsable de tous les maux en d’autres circonstances : « La légèreté de ces demeures ne présente que peu d’inconvénients dans le Nord de la Péninsule, où les hivers ne sont jamais rigoureux, et n’en offre aucun dans le Sud où n’existe pas de saison froide ». Cette crise du logement est selon lui passagère : « la question du logement s’est toujours librement résolue par le libre jeu des facteurs économiques, sans aucune intervention administrative » 9. La question est donc, selon lui négligeable.

  • 10 Pour les différents textes sanitaires, voir également Anonyme (1925), Règlement sanitaire de la vil (...)

12Pourtant, le mémoire réalisé sur la question des logements insalubres à Hà Nội par Nguyên Van Tuyên, un étudiant en médecine, laisse peu de doute quant à l’acuité du problème dans certains quartiers de la capitale (Nguyên Van Tuyên 1938). Cette enquête édifiante dénonce les conditions de vie dans les quartiers populaires. Dans le quartier commerçant – dit des « 36 rues » – où la densité atteint parfois plus de 1 000 habitants par hectares, allant jusqu’à 2 000 habitants à l’hectare. Il n’est pas rare qu’un compartiment loge plusieurs dizaines d’habitants. L’étudiant en médecine cite l’exemple du 92, rue des Pavillons Noirs (actuelle rue Mã Mây) qui loge 68 personnes sur deux étages. L’auteur énumère les exemples qui, rappelle-t-il, défient toutes les normes du règlement de l’hygiène défini par les autorités, ainsi entre autres, l’article 49 de l’arrêté du 19 février 193010, fixe le nombre des occupants par pièce d’habitation à un maximum de deux par 30 m2. Selon Nguyên Van Tuyên, pour résoudre ce problème, cause d’épidémie et d’incendie, « le véritable remède, le seul à entrevoir est la construction d’habitations à bon marché réellement hygiéniques. » (op. cit. p. 49).

Les difficiles tentatives des municipalités

  • 11 ANOM, fonds de l’Agence Economique de la France d’outre-mer (AGEFOM), C.236, D.2942, HBM, VIIe cong (...)
  • 12 ANOM, AGEFOM, C.236, D.2942, HBM, Note de synthèse sur la lutte contre les taudis sur le territoire (...)

13Dans l’agglomération de Sài Gòn-Chợ Lớn, si l’on ne parle plus de logements à bon marché, quelques projets voient néanmoins le jour afin de résoudre les problèmes de surpeuplement et des conditions de logement : à Sài Gòn 70 % des indigènes vivent dans des paillotes en 193711. Au vu des conditions déplorables de logement, des cités ouvrières sont programmées. En décembre 1937 est inaugurée la première tranche de la Cité Aristide-Briand, située à la limite nord-ouest de Sài Gòn : 32 maisonnettes destinées à accueillir 64 familles12. Il est prévu, en tout, pour l’année, la construction de 250 maisons dans l’agglomération. Néanmoins, ces projets sont des mesures ponctuelles et ne s’inscrivent pas dans un projet à long terme, contrairement au projet d’habitations à bon marché mené par le résident-maire Henri Virgitti (1934-1938) dans la ville de Hà Nội.

  • 13 « Logements à bon marché et vente de terrain à long terme », conseil municipal du 30 novembre 1936 (...)
  • 14 Moyennant un loyer de 18 $ 70 durant 15 ans, ou de 15 $ 80 durant 20 ans, les locataires deviennent (...)
  • 15 ANV, MHN 4228, lettre circulaire du résident-maire de Hanoi aux commerçants et directeurs des grand (...)

14Lors des conseils municipaux du 30 novembre 1936 et du 16 décembre 193613, le maire de Hà Nội propose un ambitieux programme de logements sociaux. Celui-ci consiste en la construction sur des terrains municipaux de maisons à loyers modérés qui seront proposées sous forme de location-vente à long terme. Contre le paiement d’un loyer le bénéficiaire devient, après un certain délai, propriétaire14. Après la construction de quelques maisons prototypes, il est prévu la construction d’une dizaine de nouvelles habitations ; ce n’est qu’ensuite qu’est envisagé un projet d’une plus grande envergure prévoyant un programme de construction annuelle. Virgitti, en bon édile, souhaite un développement à grande échelle de ce mode de location et encourage les commerçants et les entreprises de Hà Nội à construire des HBM pour leurs employés en leur proposant des terrains municipaux payables à long terme15. Le projet est globalement bien reçu lors des discussions du conseil municipal. Cependant, les avis sont partagés. En effet, quelques sceptiques préféreraient favoriser et contrôler l’initiative privée d’une société immobilière. A l’opposé, d’autres conseillers, particulièrement le Dr Marliangeas et Nguyên Thiêu (commerçant de Hà Nội), souhaiteraient une plus grande implication de la municipalité dans la question des logements sociaux et regrettent que le projet soit uniquement à destination des classes moyennes annamites. Ils souhaiteraient en outre voir le projet s’ouvrir à la classe pauvre de la population, aux coolies, aux plantons et aux ouvriers, dont le salaire ne dépasse pas 15 $ par mois. Pourtant, dès la présentation du projet, le résident-maire prévient que ce projet n’est pas destiné aux plus démunis :

  • 16 Conseil municipal du 30 novembre 1936 et 16 décembre 1936, Bulletin Municipal de Hanoi, p. 1315.

Etant donnée l’extrême pauvreté de la plupart de nos protégés, il sera toujours difficile, tant que leur standard de vie sera le même, de leur procurer une maison saine, confortable, et dont le loyer corresponde à leurs facultés de paiement. Il est bien évident qu’à moins de construire des taudis ou de sacrifier en pure perte des sommes importantes, ce qui n’est pas possible dans un cas comme dans l’autre, nous devons renoncer à notre idée dans sa forme la plus élémentaire et la plus généreuse. A côté de la classe très pauvre à laquelle je fais allusion, il existe cependant une classe intermédiaire de petits employés pour laquelle le logement demeure un redoutable problème16.

  • 17 ANV, MHN 4228, Projet de construction de logements à bon marché dans la ville de Hanoi, 1936-1938, (...)
  • 18 ANV, MHN 4228, Lettre du résident-maire au résident supérieur au Tonkin, 11 août 1938, suite à la t (...)
  • 19 ANV, MHN 4228, Lettre du résident-maire au résident supérieur du Tonkin, 11 août 1938.
  • 20 ANV, MHN 4228, Lettre du gouverneur général de l’Indochine à Monsieur le résident-supérieur du Tonk (...)
  • 21 ANV, MHN 4228, Extrait du procès verbal du conseil municipal, séance ordinaire du 25 février 1937, (...)
  • 22 ANV, MHN 4228, Procès verbal de la commission pour l’attribution d’habitations à bon marché, 7 juil (...)

Malgré ces quelques critiques, tous les conseillers municipaux s’accordent sur la nécessité d’un tel programme. Pourtant, après ces premières séances enthousiastes, le projet s’enlise. En lisant la correspondance échangée avec le maire de Đà Lạt, qui se dit intéressé par ce programme, on comprend que c’est principalement le gouvernement général qui met un frein à l’exécution de ce projet17. Le résident-maire ne cesse en effet de justifier la validité de son projet, rappelant qu’« il n’y a pas une seule maison libre à Hanoi » 18, et de multiplier les aménagements pour rassurer le gouverneur. Il ouvre notamment le projet non plus seulement aux Vietnamiens mais également aux Européens19. C’est seulement le 7 décembre 1937, soit un an après la proposition du maire, que le gouverneur général approuve sans enthousiasme le projet d’HBM, tout en précisant qu’il devra être circonscrit à certains quartiers de la ville, craignant les conséquences esthétiques que pourraient avoir des immeubles modestes dans la ville de Hà Nội20. Suite au retard, la première étape des maisons-pilotes est annulée pour passer directement à la réalisation d’un lotissement. Celui-ci est présenté, proposant un plan général pour 42 immeubles pour une somme de 154 000 $ dans le quartier des Allumettes21. Quatre maisons-types sont d’abord réalisées dans la partie sud de ce quartier en 1938. Un an plus tard, après bien des complications, 17 maisons sont livrées : 9 à étages et 8 à rez-de-chaussée, attribuées à des Vietnamiens, en grande majorité fonctionnaires, ou bien à des individus aisés : une des maisons est accordée à un médecin22, il est donc bien question de loger la classe moyenne vietnamienne. Le projet qui s’achève après le mandat d’Henri Virgitti n’est pas reconduit par Gallois Montbrun, son successeur.

  • 23 ANV MHN 4228, « Extraits des délibérations du conseil municipal de la ville de Hanoi », 30 novembre (...)
  • 24 Ce principe s’illustre dans le style dit « indochinois » développé par l’architecte-urbaniste Ernes (...)

15Du point de vue architectural, il tenait à cœur à Virgitti de présenter un plan avec des types variés de maisons afin de ménager l’esthétique des rues, et « il ne saurait être question pour la municipalité d’édifier des compartiments ou de créer une cité ouvrière »23, mais il est aussi prévu que les habitations « répondent exactement aux goûts et aux besoins des Annamites ». Elles devront donc se situer entre le compartiment – modèle type de l’architecture « indigène » urbaine – tout en s’accordant à l’esthétique et aux critères de salubrité occidentaux. Comment cela se traduit-il dans l’esprit des concepteurs du projet ? Une photographie de la maquette des maisons réalisée par le service d’architecture de la ville et utilisée lors de la présentation du projet par le résident-maire, permet de donner quelques éléments de réponse (cf. fig. 1). À première vue, toutes paraissent de type l’occidental : en effet le style dépouillé, la façade à grandes fenêtres que seul vient égayer un balcon en fer forgé pourrait être cousin des pavillons que l’on construisait à la même époque en Europe dans les cités-jardins. Aucun élément de décor « asiatisant » n’est utilisé pour « faire local », comme c’est souvent le cas dans l’architecture de l’époque24.

Fig. 1 : Maquette des habitations à bon marché présentée lors du conseil municipal de Hà Nội du 30/11/1936 (ANV RST 4228)

Fig. 1 : Maquette des habitations à bon marché présentée lors du conseil municipal de Hà Nội du 30/11/1936 (ANV RST 4228)
  • 25 ANV, Cadastre et Domaine de Hanoi, 19, étude du projet de réglementation des habitations à bon marc (...)

16Néanmoins, si l’on délaisse le style des maisons pour s’intéresser à leur organisation, on s’aperçoit que celle-ci n’est pas une simple transposition de l’architecture occidentale. Les parcelles sont organisées en longueur, avec succession d’espace bâti autour d’une courette comme dans le bâti de la vieille ville vietnamienne (Papin 2004). Néanmoins l’alternance régulière de petits compartiments à un étage et de grands compartiments à deux étages donne à la rue un aspect ordonné et moins dense. Mais surtout les principales différences résident dans la présence d’un petit jardinet en façade et d’un couloir sur le côté des maisons créant un espace sanitaire, répondant aux préoccupations hygiéniques du colonisateur (Monnais-Rousselot 2002). Le plan (cf. fig. 2) confirme que les pavillons sont conçus selon le principe des compartiments de l’ancienne ville marchande : il comporte une pièce principale qui correspond au traditionnel espace de vente (mais il est ici rebaptisé « salle commune », car il ne doit pas y être fait de commerce), à laquelle succède une unique chambre, les dépendances sont situées après la cour en bout de parcelle. La version à deux étages de la maison présente des éléments plus européens qui se traduisent par l’ajout de pièces comme le vestibule, le bureau, ou la salle à manger, néanmoins l’organisation générale tient toujours d’une gestion de l’espace spécifiquement vietnamienne25.

Fig. 2 : Plan d’une habitation à bon marché établi par la municipalité de Hà Nội (schéma d’après ANV Cadastre et domaine 19, 1936)

Fig. 2 : Plan d’une habitation à bon marché établi par la municipalité de Hà Nội (schéma d’après ANV Cadastre et domaine 19, 1936)

17Au-delà de ces premiers projets, Đào Quang Vinh a démontré comment le quartier des Allumettes avait été un espace privilégié de « négociations » entre conceptions occidentales et autochtones de l’architecture. Les compartiments semi-détachés construits dans des programmes d’HBM de la municipalité sont l’une des expressions de ces compromis architecturaux (Đào Quang Vinh 2006 : 62-81).

L’association Ánh Sáng26

  • 26 Je remercie chaleureusement Martina Nguyên pour ses indications concernant les références de presse (...)
  • 27 La Ligue Cochinchinoise contre les taudis est crée en 1936 par la « notabilité Saïgonnaise » en gra (...)

18Face à l’incurie du gouvernement général et à l’impuissance des pouvoirs locaux, reste l’initiative privée et l’action de groupes individuels. Le groupement le plus actif en la matière est certainement l’association Ánh Sáng, appelée également « Ligue » ou « Groupe lumière » dans sa traduction française. Cette association, basée à Hà Nội, se présente comme une « Ligue pour l’habitation salubre ». Certes, une association comparable est active à Sài Gòn : « la Ligue Cochinchinoise contre les taudis », mais celle-ci semble avoir eut une portée moindre que celle de Hà Nội27.

  • 28 ANV, MHN, 2856, Autorisation de fonctionner de l’association dénommée ligue ·nh Sáng, décision donn (...)

19Les débuts sont difficiles : l’association Ánh Sáng autorisée une première fois à fonctionner en 1933, est dissoute par les autorités trois ans plus tard28. De cette première phase de mise en route et des raisons de sa dissolution, les archives consultées ne disent rien. Le 14 octobre 1937, elle est de nouveau autorisée, et c’est à partir de cette date qu’elle devient véritablement effective et ses actions perceptibles. Lors de cette deuxième fondation, ses buts sont définis dans ses statuts :

Art. 2 Cette ligue se propose notamment :

a) de lutter contre les logements insalubres ;

b) d’encourager ou d’envisager, avec l’aide de l’administration et des particuliers, la construction de cités ou des logements salubres dans les centres populeux, le creusement des puits, le tracement des chemins, la canalisation et l’établissement des hameaux modernes dans les villages ;

  • 29 Ligue Ánh Sáng, Ligue pour l’habitation salubre, « Statuts », Hanoi, Imprimerie Trung Bac Tan Van, (...)

c) de consolider les effets bienfaisants de la multiplications de logements salubres par des encouragements moraux et matériels à la bonne tenue des immeubles et des appartements, ainsi que par le développement de l’éducation ménagère des femmes en vue d’une meilleure tenue du foyer familial, de la pratique de l’hygiène et de l’application des principes essentiels de l’économie domestique ; de venir en aide, dans le plus grand nombre possible de cas et sous formes appropriées, aux familles victimes du logement insalubre29.

  • 30 L’association était menée par un groupe d’intellectuels engagés, notamment par l’écrivain Nhất Linh (...)
  • 31 ANOM, RSTNF 4872, Association Ánh Sáng, ligue pour l’habitation salubre, Note confidentielle du 4 j (...)

Au-delà de ces buts généraux assez semblables aux « bonnes œuvres » de la société coloniale envers les classes pauvres, le projet de l’association se distingue par son ambition aussi bien dans propositions concrètes que dans l’idéologie qui les accompagne. Les sujets qui y sont traités dépassent le cadre de la lutte pour l’habitation salubre. Il y est proposé aussi bien des stages pratiques sur la « tenue de son habitat » que des conférences ayant pour thème les femmes, ou encore le sport et la jeunesse30. En ce qui concerne l’architecture, comme nous le développerons dans la partie suivante, il ne s’agit pas uniquement d’éradiquer les taudis, mais de proposer une réflexion sur la modernisation de l’architecture vietnamienne et une certaine façon de vivre l’urbanité. L’association est menée par des membres de l’intelligentsia « indigène », ingénieurs, journalistes, écrivains, artistes, médecins. Elle reçoit le soutien de la revue de la Patrie Annamite mais surtout de la revue Ngày nay, connue pour ses propositions modernistes (cf. Nguyễn Văn Kỳ 1995 : 98 ss.), cette dernière offrant une tribune régulière à l’association. Par ailleurs l’aspect politique de la ligue Ánh Sáng attire des « libérés politiques » et des « dirigeants de groupes stalinistes » 31 comme le révèlent des rapports de la Sûreté qui la surveille de près. Les raisons en sont simples, la Ligue dépasse le cadre caritatif, il y est question, sinon de politique militante, au moins de proposer des solutions concrètes permettant de changer la société en profondeur. Or, la période est à la répression.

  • 32 ANOM, RSTNF 4872, Circulaire du résident supérieur au Tonkin, 13 décembre 1937.
  • 33 Cité Madame Jules Brévié, sur le Banc de Sable de Hanoi, dont l’inauguration de la première tranche (...)

20Tout en étant étroitement surveillée, l’association reçoit parallèlement – peut-être pour mieux la contrôler ? – le soutien des autorités coloniales. Celles-ci multiplient les marques d’encouragement arguant du fait que « Le gouvernement ne peut tout faire à la fois ». Le président d’honneur de l’association n’est autre que le résident supérieur Yves Châtel. Outre plusieurs interventions auprès de l’administration pour recommander la Ligue, il encourage l’entrisme ; invitant les fonctionnaires coloniaux à en devenir membre32. Le gouverneur général Brévié marque son soutien à l’association par l’intermédiaire de sa femme, dont le premier lotissement « Ánh Sáng » portera le nom33. Si l’administration coloniale s’en méfie, elle reconnaît donc pourtant, implicitement son utilité. De manière plus concrète, le résident-maire Virgitti associe la Ligue au projet de réaménagement du Banc de Sable, quartier installé sur une zone alluvionnaire du fleuve Rouge sur lequel se sont greffés des habitats précaires. Un projet est mené par la municipalité pour l’aménager : elle en réalise les infrastructures, dont une école d’artisanat et une infirmerie (Virgitti 1938 : 30-49), la construction des habitations est confiée à l’association Ánh Sáng.

  • 34 ANOM, RSTNF 4872, Lettre du résident supérieur au Tonkin au président de la ligue Ánh Sáng, 12 févr (...)

21Les autorités coloniales qui ont compris tout l’intérêt de cette association tout en mesurant le danger à la laisser agir seule, lui apportent – dans un souci par ailleurs de propagande – un certain soutien financier. Financée pour l’essentiel par des fonds privés (dons et organisation de manifestations payantes), elle permet en outre au gouvernement – à moindres frais – de combler le vide de sa politique sociale en matière d’aménagement urbain pour les plus pauvres, tout en s’associant aux retombées positives des actions de l’association. Ainsi, les autorités coloniales n’hésitent pas à solliciter l’association. à titre d’exemple, suite à deux incendies survenus au début de l’année 1938, dans le centre urbain de Kiân An et au Banc de Sable à Hà Nội, la résidence supérieure du Tonkin demande aux responsables la Ligue de reconstruire les quartiers sinistrés34.

  • 35 Ngày nay, n° 72, 18 août 1937, p. 640.
  • 36 ANV, MHN, 2858, Rapport de la Sûreté adressé au Commissariat central, 9 août 1940.
  • 37 Séance du conseil municipal du 30 novembre et du 16 décembre (1936 : 19).
  • 38 Lettre du résident supérieur Yves Châtel au résident de France à Bắc Ninh, 4 juillet 1938, « a.s. d (...)
  • 39 ANV, MHN 2858, Ligue pour l’habitation salubre, 1937-1941, annotation sur une lettre, dont je n’ai (...)
  • 40 cf. Vịt Địc, n° 34 7 mars 1939, n° 35 15 mars 1939, n° 36 22 mars 1939, n° 37 29 mars 1939.
  • 41 Malheureusement les budgets de l’association n’ont pas été retrouvés, mais ils seraient nécessaires (...)
  • 42 ANV, MHN 2858, Lettre collective à l’administrateur maire de Hanoi, 22 août 1938.
  • 43 ANOM, RSTNF 4872, voir dossier Demande de cession de terrains communaux.

22Il semble que cette association ait eu une audience considérable, notamment grâce au prix des adhésions, volontairement maintenu très bas pour permettre aux plus pauvres d’en devenir membre. En effet, la revue Ngày nay évoque plusieurs milliers d’adhérents35 et la Sûreté recense en 1940 près de 3 000 membres au Tonkin36. Les manifestations les importantes de l’association rassemblent plus d’un millier de personnes. Pourtant, la Ligue ne fait pas l’unanimité. Le soutien apporté par les autorités reste superficiel : en dehors de facilités accordées par la municipalité pour organiser – et encadrer – des événements destinés à collecter des fonds, l’association n’obtiendra pas de financement ni de véritable reconnaissance. L’analyse du projet du Banc de Sable permet de voir à ce sujet que le résident-maire n’hésite pas dans ses discours à s’en attribuer entièrement les mérites sans jamais citer l’association. Car, indéniablement, il s’agit d’un cas pratique d’association entre Français et Vietnamiens, caractéristique de la complexité de ce type de cas en situation coloniale. Le résident-maire utilise notamment le projet comme preuve de la bonne volonté de la municipalité à vouloir aider non seulement les Vietnamiens les plus démunis mais aussi les classes moyennes37. Si la Ligue reçoit officiellement le soutien de l’administration du protectorat, l’association se heurte au scepticisme des cadres coloniaux. Ainsi, un projet de maisons Ánh Sáng dans la province de Bắc Ninh est refusé dédaigneusement par le résident local, suggérant qu’il n’a pas besoin de nouvelles paillotes pour remplacer les anciennes. Le résident supérieur du Tonkin doit finalement intervenir en faveur de l’association en rappelant au résident de Bắc Ninh, « d’éviter […] de céder à la tentation d’ironiser au détriment de groupements formés par nos protégés et battre ainsi en brèche l’effort que je m’impose constamment pour assurer avec eux un fructueux contact […], la Ligue Ánh Sáng a donné au Banc de Sable des preuves de sa généreuse activité. » 38 Autre exemple des rapports complexes que l’association entretient avec l’administration, on peut lire dans une demande d’autorisation formulée par l’association à la mairie de Hà Nội, la remarque cinglante d’un fonctionnaire subalterne : « Qu’ils donnent leur représentation, mais qu’ils nous fichent la paix. […] ce battage éhonté n’accouche de rien39. » Nuançons cependant l’idée que toutes les critiques sont formulées uniquement par les cadres coloniaux. En effet, la revue Vịt Dực porte un jugement sévère sur la Ligue dont elle met en doute l’efficacité40. Bien qu’il soit difficile au vu l’état de la documentation de juger exactement dans quelles mesures ces critiques sont justifiées, il est certain que la Ligue a certainement été victime de ses ambitions et de son succès. Peut-être, aussi, de la diversité politique de ses membres. L’association Ánh Sáng souhaitait agir à l’échelle nationale et bien qu’elle ouvre une succursale à Hải Phòng, elle ne proposera en tout et pour tout moins d’une dizaine de projets circonscrits au seul Tonkin alors que les attentes populaires sont énormes. Les moyens de l’association que l’on devine limités41 déçoivent fatalement. Ainsi les anciens habitants du Banc de Sable se plaignent de l’attribution des maisons par tirage au sort et de ne pouvoir tous être relogés par la Ligue42. En effet, l’espace salubre est fatalement un espace moins dense. Par ailleurs, Ánh Sáng se heurte à la difficulté d’obtenir des terrains pour bâtir ses habitations dont le coût de la location doit être négocié avec la municipalité ou les villages43.

Les principes architecturaux des « maisons lumineuses » : le projet du Banc de Sable à Hà Nội

23L’association Ánh Sáng a la particularité de ne pas limiter sa proposition d’amélioration du logement à une œuvre de bienfaisance mais de s’appuyer sur un projet architectural ambitieux. Dès les débuts de l’association, des architectes diplômés de l’École des Beaux-Arts de l’Indochine participent activement à l’aventure : Võ Đức Diên, Nguyễn Gia Đức, mais surtout Nguyễn Cao Luyện et Hoàng Như Tiếp. Ce sont ces deux derniers qui définissent les principes généraux de l’architecture de ces maisons dites « lumineuses ». Ils occuperont par ailleurs une place centrale dans l’histoire de l’architecture au Việt Nam après 1954.

24Selon eux, la construction de ces habitations destinées aux ouvriers et aux populations les plus démunies, doit être rationalisée afin de coûter le moins cher possible, cependant, elles ne doivent pas être standardisées. Elles sont notamment individualisées en ne présentant pas un seul plan type pour le lotissement, mais plusieurs afin de conserver une certaine diversité et rompre avec la monotonie des cités ouvrières. Hors de question de créer des corons sous les tropiques. L’appropriation du logement par ses habitants doit être favorisée par la présence d’un jardin à la fois d’agrément et potager. Enfin, les bâtiments doivent être « sains » : aérés, ils doivent laisser entrer largement la lumière. Les principes généraux de ces maisons sont assez semblables aux cités-jardins développées en Europe pour assainir les faubourgs de la classe ouvrière. Néanmoins, dans leur conception, les architectes de ces maisons « lumineuses » proposent des solutions précises, adaptées à la fois aux réalités économiques, climatiques et culturelles du pays, notamment en termes de matériaux et d’organisation de l’espace.

25L’exemple des maisons du quartier du Banc de Sable réalisées en 1938, projet le plus aboutit et le plus documenté, permet d’appréhender la spécificité de cet ensemble architectural de la ligue Ánh Sáng. Les maisons, dont la location est de 1 $ 50 à 2 $ par mois, sont organisées en lots d’à peu près 1 200 m2. Chaque lot est composé de six ou quatre maisons jumelles soit en tout, respectivement 12 et 8 unités d’habitations, chacune destinée à accueillir une famille de 7 personnes. Les maisons jumelles sont réparties autour d’un espace semi-commun comprenant les dépendances (cf. fig. 3). En effet, l’unité d’habitation ne comprend que des pièces à vivre : deux chambres (n° 1 et 3), une servant de débarras (n° 4), les dépendances en sont séparées. Celles-ci sont rassemblées dans un espace commun, ce pour des raisons de commodité de construction mais surtout pour des raisons d’hygiène et de sécurité. Néanmoins, dans ce bâtiment central chaque foyer possède ses dépendances particulières : cuisine (n° 5), salle de bain (n° 6), et des sanitaires (n° 7). Les maisons sont orientées sud-est, afin profiter de l’effet assainissant du vent, et de façon à ce que les émanations des dépendances ne gênent pas les parties d’habitations.

Fig. 3 : Plan d’un lotissement du Banc de Sable (schéma d’après Ngày nay, 24 avril 1938, n° 107: 118)

Fig. 3 : Plan d’un lotissement du Banc de Sable (schéma d’après Ngày nay, 24 avril 1938, n° 107: 118)
  • 44 Voir présentation du projet par Hoàng Như Tiếp, « Trại Ánh sáng phúc xá », Ngày nay, n° 107, 24 avr (...)
  • 45 Sur l’utilisation de l’espace de la rue comme prolongement de l’habitat, et espace à la fois privé (...)

26Les maisons sont surélevées sur un lit de brique d’une cinquantaine de centimètres afin de faire face aux inondations. Le sol est carrelé aussi bien dans les espaces de vie que dans les dépendances afin de faciliter le nettoyage. Les techniques reprennent les principes de construction traditionnelle : la maison est réalisée entièrement en bambou à l’exception des montants des ouvertures qui sont en bois, le toit est en feuillages44 (cf. fig. 4). Il est intéressant de noter que ce projet contient les principes développés par les architectes de l’École des beaux-arts pendant la période coloniale et, surtout que ces directives, somme toute de bon sens, sont poursuivies de façon postcoloniale. En effet, s’il est bien question de moderniser l’architecture du pays, la modernité est considérée comme un ensemble de solutions, principalement techniques et sanitaires qui permettent d’améliorer le confort des habitants. Ainsi ces architectes revendiquent des sources d’inspirations étrangères : européennes, américaines, japonaises. À titre d’exemple, pour le projet du quartier du Banc de Sable, ils expliquent avoir utilisé un système de fosses septiques mises au point dans les Indes néerlandaises. Quant aux aspects traditionnels, ils sont utilisés moins pour représenter l’essence culturelle vietnamienne que parce qu’ils présentent, très pratiquement, à la fois les solutions les moins coûteuses et les plus adaptées aux modes de vie locaux. À ce titre, il est intéressant de voir comment les architectes de l’École des beaux-arts de l’Indochine ayant travaillé sur le projet envisagent l’espace dans le lotissement : s’il apparaît sous une certaine forme de modernité, néanmoins, il tient compte des modes de vie autochtones. Ainsi, l’aspect privé est très important aussi bien pour l’espace de vie que pour les dépendances, mais en même temps, l’espace entre les maisons et les dépendances est à la fois espace public, espace de circulation, espace privé et peut être vu comme une transposition de l’espace de la rue qui, traditionnellement, est conçu de cette manière45. Il semble que la préoccupation de ces architectes ait été moins de présenter une réalisation « moderne » pour elle-même que de répondre à des préoccupations contemporaines de manière concrète en incluant à la fois la dimension technique et la dimension culturelle. Bref, une architecture métisse et pragmatique.

Fig.4 : Illustration représentant des maisons jumelles construites par l’association Ánh Sáng (Ngày nay, 15novembre 1937, n° 72, couverture)

Fig.4 : Illustration représentant des maisons jumelles construites par l’association Ánh Sáng (Ngày nay, 15novembre 1937, n° 72, couverture)

1939-1954 : le logement social, une solution inévitable

1939-1950 : enfin des mesures concrètes ?

27C’est seulement durant la Seconde Guerre mondiale que la question des logements en Indochine revient au cœur des préoccupations du gouvernement général, les lois et projets de loi, laissés à l’abandon depuis près d’une vingtaine d’année sont enfin exhumés et deviennent, bien qu’encore modestement, effectifs.

  • 46 ANOM, RSTNF 2600, Commission d’étude en vue de l’établissement d’un programme d’action pour la cons (...)
  • 47 Arrêté du 21 mars 1942, portant création au Tonkin d’un Office public d’habitations économiques et (...)
  • 48 Arrêté d’application du 20 juin 1942, du décret du 13 mai 1942, relatif aux rapports entre les bail (...)
  • 49 ANOM, RSTNF 2969, Office public d’habitations à bon marché.

28En 1939 est instauré une commission d’étude en vue de l’établissement d’un programme d’action pour la construction de logements économiques au Tonkin. Celle-ci est d’abord chargée d’envisager des solutions pour le logement des militaires pour lesquels la construction de 553 habitations est jugée prioritaire. Néanmoins, très rapidement, face à l’ampleur de la crise du logement, la commission décide d’étendre ses travaux aux logements civils46. Devant l’immensité du programme la commission conclut à la nécessité de créer un Office public d’habitations à bon marché au Tonkin. C’est chose faite le 21 mars 194247, par le gouvernement général de l’amiral Decoux (juin 1940-mars 1945) qui reprend les dossiers initiés par le gouvernement précédent, celui du général Catroux (août 1939-juin 1940). Elle est peu de temps après complétée par un décret qui établit une commission chargée d’établir un barème des tarifs des loyers d’habitations48. Le manque de matériaux et de main-d’œuvre ralentissent considérablement les travaux, et les premières bâtisses sont construites une nouvelle fois au compte-gouttes, avec des projets qui n’excèdent jamais une quinzaine d’habitations49. Rien qui ne puisse laisser apprécier une réelle volonté de l’administration coloniale à remédier à la crise du logement qui frappe les grands centres urbains indochinois vietnamiens. Néanmoins, une étape est franchie : l’Office public d’habitations à bon marché longtemps évoquée devient effective contrairement à son ancêtre cochinchinois. Ce type de logement, bien qu’encore peu répandu, est déjà devenu une réalité. Le phénomène s’étend même aux villégiatures : à Đà Lạt, plusieurs cités, dont la plus importante est la cité « Amiral Jean-Decoux » sont construites pour permettre aux fonctionnaires et aux salariés de bénéficier d’un loyer modéré pour de courts séjours dans des villas construites par le gouvernement général. Faut-il y voir un aspect de la propagande politique menée par l’amiral vichyssois ? Probablement, mais il n’en demeure pas moins que le bâti social se développe enfin.

  • 50 ANV, MHN 4230, Arrêté du 17 juillet 1945, fixant la composition de l’Office public d’habitations à (...)
  • 51 ANOM, RSTNF 2600, Habitations à bon marché agence Luyện-Tiếp-ÒŸc 1942.

29Du point de vue architectural, même si la documentation reste lacunaire, l’exemple d’un projet de lotissement à bon marché confiée au cabinet des architectes Nguyễn Cao Luyện, Hoàng Như Tiếp, Nguyễn Gia Đức montre qu’une véritable collaboration de l’administration avec des professionnels vietnamiens est désormais chose faite. Nguyễn Cao Luyện fait d’ailleurs parti de la commission de l’Office d’habitations à bon marché en 194550. Le cabinet d’architectes présente un lotissement de neuf bâtiments en brique à étage destinés à être construit près de la Pagode aux corbeaux (temple du Văn Miêu en vietnamien). Les pavillons du lotissement composés de maisons jumelles présentent une esthétique soignée : une variante locale de l’Art déco interprétée avec des motifs inspirés de l’architecture traditionnelle, style développé par l’École des beaux-arts de l’Indochine (cf. fig. 5a). Si le décor est emprunté à la culture vietnamienne, l’organisation intérieure de la maison est à l’occidentale (cf. fig. 5b). C’est un plan carré sur deux étages avec couloir central autour duquel sont réparties les différentes pièces. La présence d’une cuisine, d’une salle de bain, d’une boyerie confirment la destination de ces maisons à une classe sociale aisée ou tout au moins ayant suffisamment de revenu pour employer un personnel domestique51.

Fig. 5a : Façade (vue de face) du projet d’HBM du cabinet Luyện, Tiếp, et Đức (schéma d’après ANOM, RSTNF 2600, 1942)

Fig. 5a : Façade (vue de face) du projet d’HBM du cabinet Luyện, Tiếp, et Đức (schéma d’après ANOM, RSTNF 2600, 1942)

Fig. 5b : Plan du rez-de-chaussée du projet d’HBM du cabinet Luyện, Tiếp, et Đức. 1 : salle de séjour, 2 : bureau, 3 : cuisine, 4 : boyerie, 5 : débarras, 6 : WC, 7 : vestibule

Fig. 5b : Plan du rez-de-chaussée du projet d’HBM du cabinet Luyện, Tiếp, et Đức. 1 : salle de séjour, 2 : bureau, 3 : cuisine, 4 : boyerie, 5 : débarras, 6 : WC, 7 : vestibule

30A Sài Gòn, la priorité n’est pas mise sur la construction d’habitations à bon marché, mais favorise les logements de la classe sociale la plus pauvre. Le témoignage du docteur Marinie, médecin chef du Service d’hygiène de la région de Sài Gòn-Chợ Lớn montre que le problème des paillotes est loin d’être résolu : sur une population de 1 200 000 habitants, 400 000 vivent dans des paillotes d’après le recensement de 1947, ce qui, souligne-t-il ne serait pas un problème en soit – sinon esthétique – mais qui le devient au regard des conditions de vie déplorables des habitants (Marinie 1948 : 146). Après avoir essayé sans succès de faire refluer les paillotes à la périphérie de la ville, quartier que l’on ne nomme pas encore bidonville (l’expression est d’après-guerre et marocaine), une solution inédite est mise en place : la construction, par les autorités, de villages de paillotes à l’intérieur de la ville pour régulariser une pratique qui existait de toutes façons de fait. Treize villages sont ainsi construits à l’intérieur de la ville entre 1943 et 1945, abritant une population estimée à 69 400 habitants (op. cit., p. 147). Cette solution provisoire devait ensuite évoluer en un transfert des habitants vers quatre villages situés à la périphérie de la ville, conçus par le Service régional d’hygiène et destinés à loger la population estimée de l’ensemble des habitants des paillotes soit 140 000 personnes. Cependant, sa mise en place est interrompue par les événements politiques de 1945 et les villages intra-saïgonnais, conçus de façon provisoire se pérennisent, tandis que les conditions de vie se dégradent à nouveau.

31Que ce soit au Tonkin ou en Cochinchine, malgré de réelles innovations en matière de bâti social sous le gouvernement Decoux, il n’en demeure pas moins que l’effort reste bien en deçà – et c’est un euphémisme – des besoins criants d’une urbanisation galopante.

Les années 1950 : la construction des « cités »

  • 52 ANOM, AGEFOM, C. 236, D.294, Dépêche AFP du 1er février 1949.

32Tout comme en métropole, les destructions et les difficultés de constructions rencontrées pendant la Seconde Guerre mondiale plonge l’Indochine dans une grave crise du logement qui se surimpose aux problèmes criants déjà évoqués. Ainsi à Hà Nội, on estime à 2 800 le nombre d’immeubles totalement détruits, 1 028 sont partiellement endommagés et 1 336 légèrement endommagé en 1949. Le coût de la réparation est estimé à 1 065 240 000 $52. À ces destructions dues au conflit mondial se rajoutent, les difficultés liées à la guerre d’Indochine, notamment les mouvements de population importants vers les centres urbains. Parallèlement, en France, la métropole bénéficiant de l’aide Marshall se relève de ses ruines et l’Etat met en place des politiques de logement qui annoncent la politique des grands ensembles. Les HLM (Habitations à Loyers Modérés) favorisées par un système de prime à la construction et de prêts remplacent les HBM (Butler et Noisette 1983). En Indochine, les HLM n’ont pas encore remplacé les HBM dans leurs appellations mais, bien que cette politique soit beaucoup plus modeste, on observe une nette évolution : les programmes architecturaux deviennent des projets de construction de masses.

  • 53 Bulletin officiel du Sud Vietnam, arrêté du 29 novembre 1950.

33Ces changements sont entrepris par l’Office national de la reconstruction crée en 1951 par le haut-commissaire de France en Indochine, Jean de Lattre de Tassigny (Turpin 2005). L’Office est financé par des loteries, et surtout par l’aide économique américaine prélevée sur le plan Marshall. Cette Office national est relayé par les Offices d’HBM du Tonkin et de Cochinchine, ce dernier, hérité de la structure fantôme des années précédentes en devenant en 1950 l’Office des habitations populaires53.

  • 54 Non signé, « La reconstruction au Vietnam », Vietnam, n° 42, janvier 1953, p. 14.
  • 55 ANOM, AGEFOM, C.236 D.294, Dépêche AFP 12 juin 1953.
  • 56 Archives de l’Institut d’architecture, fonds Louis-Georges Pineau, dossier Saigon.

34Pour la première fois, un programme de construction de logements sociaux se met en place à l’échelle du Việt Nam. À la fin de l’année 1951, l’Office a déjà construit 1 700 habitations. Il n’est plus question de petits lotissements dans la ville ou à sa périphérie, mais de véritables « cités » de plusieurs dizaines voire centaines d’unités d’habitations qui sont construites dans l’urgence et de manière standardisée. Ainsi, dans la région de Sài Gòn-Chợ Lớn, la cité Nguyễn Tri Phương et la cité Lacaze possèdent respectivement de 1 012 logements et 248 logements, au Nord Vietnam la cité artisanale de Hà Ðông, et la cité Thuy Hai sont respectivement dotées de 40, et 140 habitations. Pour 1952, 700 constructions supplémentaires sont prévues à l’échelle du pays54. Dans le foisonnement des projets, il est difficile de savoir si tous ont été effectivement réalisés, mais à la fin de 1953, la presse évoque 2 000 logements construits pour la région de Sài Gòn-Chợ Lớn55. Ces cités prennent la forme de grands ensembles de maisons standardisées lorsqu’elles sont situées à la périphérie ou bien d’immeubles ou de barres de compartiments lorsqu’elles sont en centre ville. Le plan d’urbanisme prévu en 1953, révèle que – à l’instar de ce qui se fait alors en métropole sous l’impulsion de Le Corbusier – l’orientation générale est à la construction d’ensembles d’unités d’habitations formant des communautés se suffisant à elles-mêmes, avec centre commercial, écoles, dispensaires et édifices de culte, situés en dehors des grands axes de circulations et séparés entre eux par des espaces verts56. L’école de Le Corbusier s’exporte aussi dans les colonies… Cependant, ces vastes projets n’auront pas le temps d’aboutir. Néanmoins ils montrent la prise de conscience tardive – mais réelle – de la question du problème du logement social à grande échelle.

35En conclusion, il serait inexact de dire qu’il n’y a eu aucune politique de logement social pendant la colonisation française en Indochine. Les balbutiements des années 1920 ont ensuite laissé place dans les années 1930 à une politique d’inertie au niveau national, et malgré les initiatives de municipalité de Hà Nội et de l’association Ánh Sáng, la situation ne connaît alors aucune véritable amélioration. C’est seulement à la fin des années 1940 et au début des années 1950 que l’administration coloniale, confrontée à une crise sociale devenue aigüe sur le plan politique, se décide alors à appliquer une véritable politique de logement social significative et à l’échelle des grands centres urbains vietnamiens, le problème ne se posant pas du tout la même façon au Cambodge ou au Laos du fait même de la faible densité démographique des deux autres pays indochinois. Il reste aussi à noter le fait que cette politique fut toujours inspirée – et finalement peu décalée dans le temps – des grandes mutations réalisées parallèlement en métropole dans le cadre de la politique du logement social. Dans ce cas, la colonie ne servit pas de laboratoire à la métropole. Néanmoins, si l’esprit législatif est français, le résultat architectural est une réalisation hybride, métisse. C’est une façon d’appliquer à la fois pour des raisons de pragmatisme, de coûts, mais aussi démontre une volonté évidente de s’adapter au « style » vietnamien préexistant afin de réaliser ces nouvelles cités indochinoises. Les compartiments semi-détachés, les pavillons de « style indochinois », les villages de paillotes « améliorées » sont parmi les dernières traces visibles dans l’espace urbain vietnamien d’une présence française tardive mais qui, sur le tard, avait su comprendre la nécessité de s’adapter aux contraintes locales.

Haut de page

Bibliographie

ANONYME, 1928, Loi du 13 juillet 1928 établissant un programme de construction d’habitations à bon marché et logements, texte intégral, Paris : Etienne Chiron Edition.

ANONYME, 1925, Règlement sanitaire de la ville de Hanoi, Hanoi : Imprimerie Tonkinoise.

BATY-TORNIKIAN, Ginette (dir.), 2001, Cités-jardins, genèse et actualité d’une utopie, Paris : Éd. Recherches, IPRAUS, 157 p.

BUTLER Rémy et Noisette Patrice, 1983, Le Logement social en France 1815-1981, de la cité ouvrière au grand ensemble, Paris : La Découverte, 200 p.

ÐAO, Quang Vinh, 2006, « Constitution d’un paysage urbain au contact colonial : modalités « négociées » autour de la gestion d’un quartier indigène », in Comprendre l’habitat de Hanoi, une expérience interculturelle de partenariat universitaire, André Casault, Denise Piché, Myriam Blais, Nguyễn Mạnh Thu, Ðoàn Như Kim Doan Nhu Kim (dir.), Québec : Presses de l’Université de Laval, pp. 62-81.

GUINCHAT Pierre, Chaulet Marie-Paule et Gaillardot Lisette, 1981, Il était une fois l’habitat : chronique du logement social en France, Paris : Éditions du Moniteur, 231 p.

KHAWATAMI, Asma, 2001, « Le compartiment à Hanoi : structure/usage/temporalité », in Hanoi, le cycle des métamorphoses, Pierre Clément et Nathalie Lancret (éds.), Paris : IPRAUS, pp. 285-296.

MARINIE, J., 1948, « Paillotes et villages de paillotes de la région Saigon Cholon », Bulletin de la société des études Indochinoises, Nouvelles série, XIII (2) : 145-155.

MEULEAU, Marc, 1990, Des pionniers en Extrême-Orient. Histoire de la Banque de l’Indochine (1875-1975), Paris : Fayard, 646 p.

MONNAIS-ROUSSELOT, Laurence, 2002, Médecine et colonisation. L’aventure indochinoise (1860-1939), Paris : CNRS, 489 p.

NGUYỄN, Văn Kỳ, 1995, La Société vietnamienne face à la modernité, Paris : L’Harmattan, 432 p.

NGUYỄN, Van Tuyên, 1938, La Question des logements insalubres à Hanoi, Hanoi : Imprimerie G. Taupin, 72 p.

PAPIN, Philippe, 1995, « Densité du bâti urbain et modes de construction à Hà Nội, 1889-1940 », Habitat et développement, 10 : 66-80.

PAPIN, Philippe, 2004, Histoire de Hanoi, Paris : Fayard, 404 p.

TURPIN, Frédéric, 2004, De Gaulle, les gaullistes et l’Indochine, Paris : Les Indes Savantes, 666 p.

VIRGITTI, Henri, 1938, Quelques œuvres sociales dans la ville de Hanoi, Hanoi : Imprimerie d’Extrême-Orient, 79 p.

Haut de page

Notes

1 L’orthographe des noms vietnamiens respecte autant que possible les accents diacritiques, néanmoins lorsque dans la documentation d’époque coloniale les noms sont écrits sans les accents et qu’il n’a pas été possible de vérifier l’orthographe exacte, la graphie d’origine, sans diacritiques, a été conservée.

2 Archives nationales d’outre-mer (ANOM), Résidence supérieure du Tonkin nouveaux fonds (RSTNF), 2600, Lettre du gouverneur général de l’Indochine au ministre des Colonies, Hanoi le 23 décembre 1938.

3 Arrêté du 31 mars 1928 adaptant à la Cochinchine la loi du 5 décembre 1922 portant codification des lois sur les Habitations à Bon Marché et la petite propriété, Journal Officiel de l’Indochine Française (JOIF), 1938, cit. p. 920, et Arrêté du 31 mars 1928, relatif à diverses exemptions fiscales accordées à l’Office public d’habitations économiques ainsi qu’aux sociétés d’habitations économiques et aux sociétés de Crédit immobilier, JOIF, p. 2474,

4 « Arrêté du 10 mars 1928 relatif à l’attribution à l’État du montant des coupons, intérêts, dividendes, actions, parts de fondateurs, obligations et autres valeurs mobilières ou dépôts de tous avoirs en espèce dans les banques, établissements de crédit, etc. atteints par la prescription, JOIF, p. 584, 1928. Décret du 20 juin 1928 approuvant l’arrêté du Gouverneur Général de l’Indochine en date du 31 mars 1928 relatif, adaptant la loi du 5 décembre 1922 à la Cochinchine (promulguée le 25 aout 1928), JOIF, 1938, cit. p. 2473. Arrêté du 24 novembre 1928, approuvant et rendant exécutoire la délibération du conseil colonial de la Cochinchine en date du 26 octobre 1928, accordant des exemptions d’impôts en faveur des habitations économiques et sociétés d’habitations économiques et de crédit immobilier ainsi qu’à l’office public définis et constitués conformément aux dispositions de l’arrêté du 31 mars 1928, JOIF, 1928, cit. p. 3647. Arrêté du 25 juin 1928, fixant la composition du conseil d’Administration de l’Office public des habitations économiques et celle de la Commission de contrôle des habitations économiques, Bulletin administratif de la Cochinchine (BAC), 1928, cit. p. 1969. Arrêté du 11 octobre 1928, déterminant les modes de concours de l’Office des habitations économiques pour la construction de ces habitations, BAC, 1928, cit. p. 3150. Arrêté du 11 octobre 1928, désignant les personnes ayant droit à l’usage des habitations économiques, BAC, 1928, cit. p. 3155.

5 Malheureusement nous n’avons pas trouvé le prix exact de la location en Cochinchine, mais à titre de comparaison au Tonkin, en 1923, le loyer moyen d’une paillote est de 2 $ 50 par mois, soit 30 $ par an (cf. ANOM, RSTNF 3905, Documents recueillis a. s des HBM).

6 ANOM, RSTNF 3905, Lettre du gouverneur général au résident supérieur du Tonkin, 7 juin 1929 au sujet de la crise des loyers.

7 Lettre de l’architecte en chef du Service des bâtiments civils au résident supérieur, le 19 juillet 1929.

8 Bulletin Municipal de Hanoi, conseil municipal du 29 mai 1929, p. 531-532.

9 ANOM, RSTNF 2600, Lettre du gouverneur général de l’Indochine au ministre des Colonies, au sujet de la politique du logement en Indochine, le 23 décembre 1938.

10 Pour les différents textes sanitaires, voir également Anonyme (1925), Règlement sanitaire de la ville de Hanoi. Sur la question locale de l’hygiène voir Monnais-Rousselot (2002).

11 ANOM, fonds de l’Agence Economique de la France d’outre-mer (AGEFOM), C.236, D.2942, HBM, VIIe congrès de la Mutualité Coloniale à Paris 1937, 1re Section, Habitations à bon marché.

12 ANOM, AGEFOM, C.236, D.2942, HBM, Note de synthèse sur la lutte contre les taudis sur le territoire de la région de Saigon-Cholon.

13 « Logements à bon marché et vente de terrain à long terme », conseil municipal du 30 novembre 1936 et 16 décembre 1936, Bulletin Municipal de Hanoi, 1936, respectivement p. 1315, et 1493.

14 Moyennant un loyer de 18 $ 70 durant 15 ans, ou de 15 $ 80 durant 20 ans, les locataires deviennent propriétaires d’un immeuble d’une valeur locative de 17 $ 60. ANV (Archives Nationales du Vietnam), fonds de la Mairie de Hanoi (MHN), 4228, Lettre du résident-maire au résident supérieur du Tonkin, du 22 juillet 1937.

15 ANV, MHN 4228, lettre circulaire du résident-maire de Hanoi aux commerçants et directeurs des grandes entreprises à Hanoi. L’initiative ne reçoit aucune réponse.

16 Conseil municipal du 30 novembre 1936 et 16 décembre 1936, Bulletin Municipal de Hanoi, p. 1315.

17 ANV, MHN 4228, Projet de construction de logements à bon marché dans la ville de Hanoi, 1936-1938, voir particulièrement la lettre du résident-maire de Hanoi au résident-maire de Dalat du 6 octobre 1937, où l’on comprend que le projet est bloqué faute de l’aval du Gouverneur général.

18 ANV, MHN 4228, Lettre du résident-maire au résident supérieur au Tonkin, 11 août 1938, suite à la transmission d’une lettre du gouverneur général du 5 août 1938.

19 ANV, MHN 4228, Lettre du résident-maire au résident supérieur du Tonkin, 11 août 1938.

20 ANV, MHN 4228, Lettre du gouverneur général de l’Indochine à Monsieur le résident-supérieur du Tonkin, 7 décembre 1937.

21 ANV, MHN 4228, Extrait du procès verbal du conseil municipal, séance ordinaire du 25 février 1937, p. 2. Le quartier des Allumettes (actuel Bùi Thị Xuân) est un quartier situé au sud de Hanoi, et doit son nom à la Société Française des Allumettes qui y était implantée depuis 1890.

22 ANV, MHN 4228, Procès verbal de la commission pour l’attribution d’habitations à bon marché, 7 juillet 1939.

23 ANV MHN 4228, « Extraits des délibérations du conseil municipal de la ville de Hanoi », 30 novembre 1936.

24 Ce principe s’illustre dans le style dit « indochinois » développé par l’architecte-urbaniste Ernest Hébrard dans les années 1920.

25 ANV, Cadastre et Domaine de Hanoi, 19, étude du projet de réglementation des habitations à bon marché à Hanoi.

26 Je remercie chaleureusement Martina Nguyên pour ses indications concernant les références de presse écrite sur l’association Ánh Sáng.

27 La Ligue Cochinchinoise contre les taudis est crée en 1936 par la « notabilité Saïgonnaise » en grande partie composée de Français, contrairement à la Ligue Ánh Sáng, composée uniquement de Vietnamiens, mais il semble que cette Ligue n’ait pas été très active : « par défaut de moyen de financement, cette œuvre malheureusement, ne semble pas être encore prête à rentrer dans le domaine de la réalisation », Note de synthèse sur la lutte contre les taudis, ANOM, AGEFOM, C.236, D.942 HBM, voir aussi les statuts de l’association : Ligue cochinchinoise contre le taudis, statuts, Saigon, Imprimerie de la Sati, 1937.

28 ANV, MHN, 2856, Autorisation de fonctionner de l’association dénommée ligue ·nh Sáng, décision donnée par le résident supérieur, n°2038-A du 22 juin 1933 autorisant le fonctionnement de l’association dénommée « Groupe Lumière ».

29 Ligue Ánh Sáng, Ligue pour l’habitation salubre, « Statuts », Hanoi, Imprimerie Trung Bac Tan Van, 1937.

30 L’association était menée par un groupe d’intellectuels engagés, notamment par l’écrivain Nhất Linh, également à la tête du mouvement littéraire Tự Lực Văn Đoàn (Groupe littéraire indépendant).

31 ANOM, RSTNF 4872, Association Ánh Sáng, ligue pour l’habitation salubre, Note confidentielle du 4 juin 1938, à la direction de la Sûreté, au résident supérieur, au directeur des Affaires politiques et de la Sûreté générale. Voir aussi ANOM, RSTNF 676, A. S de l’Association Ánh Sáng.

32 ANOM, RSTNF 4872, Circulaire du résident supérieur au Tonkin, 13 décembre 1937.

33 Cité Madame Jules Brévié, sur le Banc de Sable de Hanoi, dont l’inauguration de la première tranche a lieu le 12 mai 1938, en présence de la femme du Gouverneur général.

34 ANOM, RSTNF 4872, Lettre du résident supérieur au Tonkin au président de la ligue Ánh Sáng, 12 février 1938. Lettre du résident de France à Kiên An au résident supérieur du Tonkin, 13 janvier 1938. Le premier suggère au second de demander à l’association si celle-ci voudrait bien s’occuper du quartier sinistré. Cette demande trouve une suite évoquée dans la lettre du résident supérieur Yves Châtel au président de la Ligue Ánh Sáng, le 9 février 1938.

35 Ngày nay, n° 72, 18 août 1937, p. 640.

36 ANV, MHN, 2858, Rapport de la Sûreté adressé au Commissariat central, 9 août 1940.

37 Séance du conseil municipal du 30 novembre et du 16 décembre (1936 : 19).

38 Lettre du résident supérieur Yves Châtel au résident de France à Bắc Ninh, 4 juillet 1938, « a.s. de la Ligue Ánh Sáng ».

39 ANV, MHN 2858, Ligue pour l’habitation salubre, 1937-1941, annotation sur une lettre, dont je n’ai pu déchiffrer la signature de l’auteur, 6 mai 1938 du Président le la ligue Ánh Sáng au résident-maire de Hanoi.

40 cf. Vịt Địc, n° 34 7 mars 1939, n° 35 15 mars 1939, n° 36 22 mars 1939, n° 37 29 mars 1939.

41 Malheureusement les budgets de l’association n’ont pas été retrouvés, mais ils seraient nécessaires pour évaluer la marge de manœuvre de l’association et pour comprendre si les critiques émises envers elle sont fondées.

42 ANV, MHN 2858, Lettre collective à l’administrateur maire de Hanoi, 22 août 1938.

43 ANOM, RSTNF 4872, voir dossier Demande de cession de terrains communaux.

44 Voir présentation du projet par Hoàng Như Tiếp, « Trại Ánh sáng phúc xá », Ngày nay, n° 107, 24 avril 1938, p. 118.

45 Sur l’utilisation de l’espace de la rue comme prolongement de l’habitat, et espace à la fois privé et public selon les heures de la journée, voir Khawatami (2001 : 285-296).

46 ANOM, RSTNF 2600, Commission d’étude en vue de l’établissement d’un programme d’action pour la construction de logements économiques, procès verbal de la 2e réunion, 6 mars 1940.

47 Arrêté du 21 mars 1942, portant création au Tonkin d’un Office public d’habitations économiques et arrêté du 15 avril 1942 fixant la composition du conseil d’administration de l’Office public d’habitations économiques du Tonkin, JOIF, respectivement p. 898 et 1740.

48 Arrêté d’application du 20 juin 1942, du décret du 13 mai 1942, relatif aux rapports entre les bailleurs et les locataires des locaux à usage d’habitation ou professionnel, établissant une commission est chargée d’établir un barème indiquant les tarifs moyens de location.

49 ANOM, RSTNF 2969, Office public d’habitations à bon marché.

50 ANV, MHN 4230, Arrêté du 17 juillet 1945, fixant la composition de l’Office public d’habitations à bon marché.

51 ANOM, RSTNF 2600, Habitations à bon marché agence Luyện-Tiếp-ÒŸc 1942.

52 ANOM, AGEFOM, C. 236, D.294, Dépêche AFP du 1er février 1949.

53 Bulletin officiel du Sud Vietnam, arrêté du 29 novembre 1950.

54 Non signé, « La reconstruction au Vietnam », Vietnam, n° 42, janvier 1953, p. 14.

55 ANOM, AGEFOM, C.236 D.294, Dépêche AFP 12 juin 1953.

56 Archives de l’Institut d’architecture, fonds Louis-Georges Pineau, dossier Saigon.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Maquette des habitations à bon marché présentée lors du conseil municipal de Hà Nội du 30/11/1936 (ANV RST 4228)
URL http://moussons.revues.org/docannexe/image/883/img-1.png
Fichier image/png, 103k
Titre Fig. 2 : Plan d’une habitation à bon marché établi par la municipalité de Hà Nội (schéma d’après ANV Cadastre et domaine 19, 1936)
URL http://moussons.revues.org/docannexe/image/883/img-2.png
Fichier image/png, 14k
Titre Fig. 3 : Plan d’un lotissement du Banc de Sable (schéma d’après Ngày nay, 24 avril 1938, n° 107: 118)
URL http://moussons.revues.org/docannexe/image/883/img-3.png
Fichier image/png, 26k
Titre Fig.4 : Illustration représentant des maisons jumelles construites par l’association Ánh Sáng (Ngày nay, 15novembre 1937, n° 72, couverture)
URL http://moussons.revues.org/docannexe/image/883/img-4.png
Fichier image/png, 153k
Titre Fig. 5a : Façade (vue de face) du projet d’HBM du cabinet Luyện, Tiếp, et Đức (schéma d’après ANOM, RSTNF 2600, 1942)
URL http://moussons.revues.org/docannexe/image/883/img-5.png
Fichier image/png, 17k
Titre Fig. 5b : Plan du rez-de-chaussée du projet d’HBM du cabinet Luyện, Tiếp, et Đức. 1 : salle de séjour, 2 : bureau, 3 : cuisine, 4 : boyerie, 5 : débarras, 6 : WC, 7 : vestibule
URL http://moussons.revues.org/docannexe/image/883/img-6.png
Fichier image/png, 22k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Caroline Herbelin, « Des habitations à bon marché au Việt Nam. La question du logement social en situation coloniale », Moussons, 13-14 | 2009, 123-146.

Référence électronique

Caroline Herbelin, « Des habitations à bon marché au Việt Nam. La question du logement social en situation coloniale », Moussons [En ligne], 13-14 | 2009, mis en ligne le 30 novembre 2012, consulté le 18 août 2017. URL : http://moussons.revues.org/883 ; DOI : 10.4000/moussons.883

Haut de page

Auteur

Caroline Herbelin

Caroline Herbelin, maître de conférences en Histoire de l’Asie, Université de Toulouse II-Le Mirail, laboratoire FRAMESPA.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page