Navigation – Plan du site
Articles

Vulgarisation du savoir et colonisation des esprits par la presse et le livre en Indochine française et dans les Indes néerlandaises (1908-1936)

From Vulgarizing Knowledge to Colonizing Minds through Press and Print: the case of French Indochina and the Dutch East Indies (1908-1936)
Emmanuelle Affidi
p. 95-121

Résumés

Au début du xxe siècle, dans le Viêt Nam colonisé, F.-H. Schneider constitua une « Bibliothèque de Vulgarisation » afin de diffuser le savoir occidental en Indochine française. Son entreprise de vulgarisation du savoir par la presse et le livre fut ensuite récupérée par le pouvoir colonial à des fins de propagande. Plus tard, ce dernier recherche également à l’étranger des exemples en la matière, notamment après le succès de Balai Poestaka dans les Indes néerlandaises. En situation coloniale, la vulgarisation du savoir conduit-elle nécessairement à une colonisation des esprits ? Les perspectives de la politique coloniale ayant évolué de Paul Beau à Pierre Pasquier, il semble difficile de voir dans la politique française en matière de colonisation des esprits la conséquence d’une stratégie bien définie.

Haut de page

Notes de la rédaction

Cet article est la version revue et corrigée par l’auteur de l’édition papier. Les directeurs du numéro 13-14 (Jean-François Klein et Christian Culas) déclinent toute responsabilité scientifique et éditoriale de cette version.

Texte intégral

  • 1 L’intention de « coloniser des esprits » n’étant pas clairement définie dans l’esprit même du colon (...)

1Des « Bibliothèques de vulgarisation » ont vu le jour au début du xxe siècle dans des territoires colonisés d’Asie du Sud-Est : il s’agissait de systèmes de collections de livres et périodiques (journaux, revues), développés par les puissances coloniales dans le but de s’assurer le contrôle du savoir diffusé auprès des populations sous tutelle, et de promouvoir les « sciences » occidentales dans un sens qui leur était favorable. On peut se demander quelle forme a pris le contrôle de cette diffusion du savoir et si une stratégie visant à coloniser les esprits1 a réellement existé.

2Si ces bibliothèques de vulgarisation relèvent de facto du domaine de la propagande coloniale, l’étude suivante montrera que, dans le cas de l’Indochine française, ces créations n’ont pas été le fait de l’administration coloniale, mais furent plutôt des récupérations par celle-ci d’initiatives privées ayant fait leurs preuves.

3L’observation de ce qui se passe à la même époque dans les Indes néerlandaises, avec Balai Poestaka, montre que le cas indochinois n’était pas isolé et contribuera également à mettre en évidence le caractère opportuniste des politiques coloniales.

Aux origines des bibliothèques de vulgarisation en Indochine française

  • 2 Paul Bert est à l’origine de l’organisation intellectuelle de l’Indochine. Le 3 juillet 1886, il cr (...)

4En France, l’expression « Bibliothèque de vulgarisation » fait référence à un système développé à partir de 1850, pour vulgariser les sciences auprès du grand public (Béguet 1990), en s’appuyant à la fois sur la presse et sur le livre ; le travail personnel de scientifiques comme Henri Poincaré, Camille Flammarion, ou encore Paul Bert2 s’insère tout particulièrement dans ce courant en faveur de la vulgarisation scientifique. Rappelons toutefois que si certains scientifiques de la seconde moitié du xixe siècle souhaitaient diffuser les résultats de leurs travaux de recherche et montrer l’intérêt des sciences pour l’humanité en général, ils ne tenaient pas forcément à ce que cette diffusion se fasse sur une très large échelle (Rollet 1994). De fait, le discours scientifique étant difficilement accessible au commun des Français qui manquait d’une solide formation de base sur ces questions pointues, la plupart de leurs écrits de « vulgarisation » n’aura finalement atteint qu’une élite ayant une large culture générale, ou encore des universitaires de disciplines connexes.

5En Indochine française, après la victoire japonaise de 1905 sur la Russie, les élites vietnamiennes ont cherché à s’approprier la « science » qui permettait aux Occidentaux d’être supérieurs dans bien des domaines. Dans leur esprit, il s’agissait essentiellement d’acquérir des recettes spécifiques pouvant leur permettre de devenir forts rapidement et de se débarrasser des Français le plus tôt possible : pour cela, il leur fallait surtout connaître la science pratique et les techniques appliquées, non la science théorique. Face à cet engouement, les autorités coloniales françaises se sont employées à diffuser auprès de ces élites certains outils pouvant leur permettre de mieux comprendre la pensée occidentale, et surtout française, et ce afin de faciliter la pérennisation de la présence française en Indochine.

6La « science » qui était alors au cœur des revendications vietnamiennes et des propositions françaises, ne semble avoir eu que très peu à voir avec celle que les scientifiques français avaient cherché à diffuser en France au cours de la seconde moitié du xixe siècle. C’est plutôt l’idée de devoir mettre à la portée des Vietnamiens un savoir spécifique qui était au centre des préoccupations des deux parties : sous domination française, une partie des élites vietnamiennes souhaitait accéder à ce savoir nouveau (qualifié de « scientifique ») qui lui paraissait plein de promesses ; quant aux autorités coloniales, elles voulaient probablement diffuser auprès des peuples colonisés une partie du savoir français afin de pouvoir, à terme, mieux contrôler leurs esprits et donc leurs aspirations.

  • 3 Voir le travail de Jean Macé et de la Ligue de l’Enseignement.

7Cependant, limiter l’enjeu des bibliothèques de vulgarisation à un vulgaire contrôle des esprits, reviendrait à occulter la dimension républicaine de cette aventure, dont les objectifs universalistes étaient beaucoup plus généreux. En effet, en France, cette idée de bibliothèques de vulgarisation doit surtout se concevoir à l’origine sur la base de valeurs égalitaristes (Lazlo 1993), dans la lignée des bibliothèques populaires3 et des revues de vulgarisation élaborées au cours du xixe siècle ; par exemple, la « Bibliothèque des Enfants du peuple (politique, philosophique, littéraire, artistique) », fondée en 1849, avait l’objectif suivant :

Instruire, éclairer et moraliser le Peuple sur ses droits et ses devoirs, afin qu’il ne soit plus l’instrument à l’aide duquel toutes les passions et toutes les ambitions se meuvent ; faire que sa souveraineté ne soit pas une fiction et qu’il préside lui-même avec connaissance de cause à ses destinées futures, tel est le but vers lequel doivent être dirigés tous les efforts des hommes de cœur et de conviction. […] Quel que soit le sujet que nous empruntions, tous nos efforts auront pour but unique l’éducation. (Anonyme, notice 185 de la BNF : 160.)

Dans cette perspective en effet, dès les débuts de la IIIe République, alors que l’on cherchait à promouvoir les valeurs égalitaristes, des bibliothèques – ou collections – diffusant les notions de sciences, techniques, culture, hygiène, littérature ont largement été développées parallèlement à l’École républicaine ; l’objectif était de donner à tous une sorte d’éducation élémentaire identique, en s’appuyant notamment sur un usage généralisé de la seule langue française (au détriment de celui des patois). Dans cette optique, il n’était pas un journal ou une revue du début du xxe siècle qui ne proposât à ses lecteurs d’obtenir des exemplaires des grands classiques de la littérature française, réédités pour l’occasion au sein de collections « populaires » peu onéreuses.

  • 4 Voir l’ensemble de ma thèse de doctorat (Affidi 2006) où il est question des enjeux liés à la tradu (...)

8Ce qui a été conçu pour l’Indochine sur ce point n’était donc pas une nouveauté, excepté toutefois que les notions qui devaient être « vulgarisées » auprès de la population française étaient généralement le fruit de sa propre culture : « les bibliothèques de vulgarisation » qui ont fleuri dans le Việt Nam du début du xxe siècle furent surtout des bibliothèques de vulgarisation de la pensée occidentale (plus spécialement française), et tout le défi de la « vulgarisation » a essentiellement résidé dans la qualité de la « traduction »4. Si une certaine vision égalitariste subsistait dans l’esprit de ces bibliothèques élaborées pour l’Indochine, ce devait être avec l’idée que tous les Vietnamiens devaient recevoir la même éducation de base : ils devaient être égaux entre eux, sans pour autant être les égaux des Français.

À l’origine des bibliothèques de vulgarisation en Indochine : F.-H. Schneider

  • 5 Créé le 13 décembre 1886 par Jules Cousin, et imprimé par Schneider.

9François-Henri Schneider fut une personnalité dans l’Indochine des années 1885-1920, en tant qu’imprimeur et éditeur, mais surtout en tant que pionnier de la presse indochinoise : il était présent aux tous débuts du protectorat de l’Annam-Tonkin (Perreau­Pradier t. I 1931 : 289-293), et comme, jusqu’en décembre 1887, il n’existait pas de Journal Officiel, c’est le journal L’Avenir du Tonkin5 qui en tint lieu.

  • 6 Avec l’administrateur Jules Boissière. Je rappelle que la Revue Indochinoise n’a rien à voir avec Ð (...)
  • 7 Il s’agit du lac de l’Epée restituée (Hoàn Kiếm), à Hanoi.

10Dans une œuvre qui consista surtout à permettre aux Vietnamiens de mieux connaître la France, Schneider commença par présenter l’Indochine aux Français appelés à y vivre, avec la création de la Revue Indochinoise6 en 1892. L’objectif annoncé de cette revue était de « faire connaître l’Indochine au public français, aux érudits comme aux commerçants, aux philologues, non moins qu’aux industriels ». L’illustration de la couverture montrait déjà bien dans quel esprit l’imprimeur appréhendait le rôle de la colonisation française en Indochine : cette illustration représentait « le Petit Lac7, avec au premier plan, le pagodon surmonté de la statue de la liberté éclairant le monde ».

  • 8 « La voix commune du Ðại-Nam » (Phạm Thị Ngoạn 1973 : 176).
  • 9 Ðông Kinh Nghĩa Thục est une école créée à Hanoi en mars 1907 par un groupe de lettrés modernistes (...)

11Cependant, Schneider est surtout connu pour avoir été le « père » de la presse en quốc ngữ (écriture romanisée de la langue vietnamienne) : le journal Ðại Nam Ðồng Văn Nhật Báo 8, qu’il fonda entre 1891 et 1893, présentait toutes sortes de textes de réflexion sur le système des examens et concours, sur la « commune annamite », sur le statut du mandarinat, mais aussi, et surtout, des textes visant à la vulgarisation du savoir. Rédigé depuis l’origine en caractères chinois, ce journal changea de forme le 28 mars 1907 (n° 793) : il parut alors en caractères chinois et en quốc ngữ, sous le titre nouveau de Ðăng Cổ Tùng Báo (« Le Tambour du réveil » qui sera, rappelons-le, la tribune de la fameuse école Ðông Kinh Nghĩa Thục9). Il cessa de paraître après le n° 826 du 14 novembre 1907.

  • 10 Traduit par : « Gazette des six provinces » (en Cochinchine).
  • 11 De 1915 à 1919, le tirage de Ðông Dương Tạp Chí était d’environ 2 000 exemplaires, et celui de Trun (...)
  • 12 C’était d’ailleurs la position des lettrés de l’école Ðông Kinh Nghĩa Thục.

12Plus tard, Schneider sut développer de façon très habile la presse en quốc ngữ, en reprenant la direction du Lục Tỉnh Tân Văn 10 de Cochinchine en 1909, puis en créant une branche de ce journal pour l’Annam et le Tonkin en 1913, sous le nom de Ðông Dương Tạp Chí (avec une nouvelle extension en 1915 : création du journal Trung Bắc Tân Văn publié parallèlement à une nouvelle formule de la revue Ðông Dương Tạp Chí)11. Le développement de cette presse répondait non seulement à une demande gouvernementale spécifique, mais aussi à celle de certains lettrés modernistes vietnamiens qui considéraient le quốc ngữ comme un outil adéquat pour engager leur pays dans la voie de la modernité occidentale12.

13Schneider, en tant qu’imprimeur et éditeur, a donc présidé à la naissance de la presse au Việt Nam ; principal acteur du développement de la presse en quốc ngữ, il fut également le créateur de la première bibliothèque de vulgarisation en Indochine.

Genèse de la première « Bibliothèque de vulgarisation »

14C’est en 1907, alors qu’il envisageait de se retirer en France après plus de trente années passées en Indochine, que Schneider eut l’idée de créer une première « Bibliothèque de vulgarisation ».

  • 13 Centre national des Archives d’Outre-Mer (CAOM) : GGI 65 407 : « propagande par la presse indigène  (...)

15Les données consignées dans une lettre de juillet 191813 permettent de suivre les grandes étapes de la carrière de Schneider depuis cette époque : souhaitant liquider le bureau de correspondance qu’il détenait alors à Saigon, il s’y rendit pour constater que son gérant en avait fait une affaire bien plus importante que prévue, mais malheureusement à la dérive ; il fut donc contraint de reprendre le travail pour sortir de l’impasse financière dans laquelle il s’était engagé malgré lui. Recherchant les moyens de rétablir sa situation financière, il finit par prospecter dans des voies différentes de celles habituellement empruntées par les imprimeurs et éditeurs de Cochinchine. Fort de son expérience antérieure et après avoir attentivement observé la situation cochinchinoise, il pensa à développer l’enseignement du quốc ngữ par l’intermédiaire de la presse :

  • 14 Tous deux inspecteurs de l’Instruction Publique de l’Indochine.
  • 15 Il est probable que Schneider parle entre autres de Nguyễn Văn Vĩnh, qu’il connaissait depuis 1906.
  • 16 Rapport Schneider (juillet 1918 : 1-2). En gras dans l’original.

Au cours de ma carrière d’imprimeur tonkinois, j’avais pu me rendre compte de l’inanité des méthodes employées dans l’enseignement du quốc ngữ. […] Et la situation était encore plus grave en Cochinchine que partout ailleurs. L’enseignement des caractères avait à peu près disparu et n’avait pas été remplacé ; les professeurs français étaient trop peu nombreux. Un grand nombre d’enfants restaient sans instruction. Les romans chinois pullulaient, empoisonnant les esprits et réduisant à néant les efforts des quelques administrateurs qui s’étaient rendu compte du danger. J’étudiai la possibilité d’engager la bataille. Je m’entretins avec M. Gourdon, avec M. Russier14, avec plusieurs autres Français mais surtout avec les quelques bons indigènes15 que je connaissais. Ma croisade eut le succès qu’elle devait avoir. Nous jetâmes les bases de ma Bibliothèque de vulgarisation16.

  • 17 En avril, le matériel est toujours incomplet.
  • 18 « Sous le patronage de M. Gourbeil », lieutenant-gouverneur de Cochinchine.

En septembre 1909, Schneider rentra en France pour se procurer le matériel nécessaire à l’élaboration de son projet ; et dès 1910, malgré les difficultés17, il constitua un groupe18 ayant pour titre « bibliothèque de vulgarisation ». Après quoi, il se trouva confronté à de nouvelles difficultés financières qui faillirent empêcher la poursuite de cette aventure :

  • 19 Lettre-rapport de Schneider (juillet 1918 : 3-4). En gras dans l’original.

Je ne perdis pas de vue ma Bibliothèque de vulgarisation. Le but était trop beau pour l’abandonner, et puis, je n’avais pas le choix. J’avais promis à mes confrères de Saigon de ne pas leur faire concurrence et de ne faire vivre mon imprimerie que de travaux qu’ils ne pouvaient eux-mêmes exécuter avec leur matériel, le mien, tout différent du leur, me laissant assez large pour en vivre. Je me remis donc à la besogne et, en 1912, dix-huit mois après ma mise en liquidation, je soumettais à l’Exposition des Beaux-arts, à l’appréciation du public, quelques travaux lithographiques et de gravures que j’avais préparés pour ma Bibliothèque de vulgarisation19.

  • 20 Sur la question du quốc ngữ, cf. Affidi (2006 : partie I, chap. 3).
  • 21 CAOM – GGI 65 407 : lettre de Schneider au Gouverneur général de l’Indochine du 30 déc. 1912.

C’est donc véritablement en 1912 que tout commença, lorsque Schneider présenta aux autorités coloniales une méthode d’apprentissage du quốc ngữ intitulée « La Clé du quốc-ngữ », destinée à ceux qui ne connaissaient que les caractères chinois et qui souhaitaient l’apprendre de manière autonome20. À partir de cette date, tout un système de presse fut créé pour permettre de diffuser l’usage du quốc ngữ parmi la population. Ce système fut la création personnelle d’un homme qui ne bénéficia d’aucune intervention officielle pour y parvenir21.

  • 22 Pour en savoir plus sur cette revue, voir Affidi (2006).
  • 23 Pháp = « méthode »/Việt = « ce qui est relatif au Việt Nam », ou « vietnamien ».
  • 24 Il ne souhaitait pas que les annonces officielles puissent être présentées sur la même feuille que (...)
  • 25 Les Nouvelles du Nord et du Centre.

16Dès 1912 en effet, le Lục Tỉnh Tân Văn publiait les premières ébauches de cette méthode d’apprentissage du quốc ngữ. Toutefois, c’est avec l’édition tonkinoise de ce journal – plus connu sous le nom de Ðông Dương Tạp Chí 22 – que l’imprimeur put vraiment mettre en œuvre le système de diffusion de la méthode qu’il avait créée, base de la fameuse « bibliothèque de vulgarisation » qu’il avait toujours à l’esprit. Parallèlement à ces deux éditions, le Pháp Việt 23 fut aussi créé afin de diffuser (et financer) directement sa méthode de langue dans les trois « pays » vietnamiens. Cependant, suite au refus du Lieutenant-gouverneur de Cochinchine de le diffuser24, le Pháp Việt n’exista finalement qu’en Annam et au Tonkin. Notons que, même dans ces deux pays, il fallut tout de même attendre 1915 pour que la bibliothèque de vulgarisation puisse prendre sa forme définitive, c’est-à-dire lorsque Schneider créa le journal Trung Bắc Tân Văn25 afin d’accompagner le travail de la revue Ðông Dương Tạp Chí :

  • 26 Litt. « paysans », terme servant communément à désigner (souvent de façon péjorative) les Vietnamie (...)
  • 27 En italique dans le texte de Schneider.
  • 28 Rapport Schneider de juillet 1918 (cité supra), p. 12.

[…] je n’ai pu donner au Trung-Bắc tout le développement que j’aurais voulu lui voir prendre, il n’en a pas été de même pour la Ðông-Dương dont le rôle s’était, dans mon esprit, dessiné dès les premiers jours, ce qui fut d’ailleurs la cause de son dédoublement, et qu’elle est prête à remplir : préparer des lecteurs au Trung-Bắc en apprenant à lire aux nhà-quê26 et surtout en leur apprenant à lire du français27 dans les textes quốc-ngữ qu’ils auront sous les yeux28.

L’objectif affirmé de Schneider était, à terme, d’œuvrer dans le sens de la politique coloniale : dans son esprit, le quốc ngữ ne devait pas être un instrument d’affirmation identitaire pour les Vietnamiens – ou alors, seulement par rapport à la Chine – ; il devait être avant tout le moyen qui leur permettrait d’accéder à la pensée française et, partant, faciliterait l’œuvre coloniale :

Revenons aux grands périodiques et examinons leurs buts :

La Ðông-Dương est, à n’en pas douter, l’instrument de pénétration par excellence. Elle instruira d’abord le maître qui fera bénéficier ses élèves de tout ce qu’il aura appris lui-même, puis les enfants qui, au fur et à mesure de leur développement intellectuel, répandront dans la famille les connaissances qu’ils auront acquises. […]

  • 29 Donc les journaux Trung Bắc Tân Văn et Lục Tỉnh Tân Văn.
  • 30 En gras dans le texte de Schneider.

Aux hommes faits il faut le journal d’information29 qui les renseignera au jour le jour des actes de la vie publique ; qui enregistrera les efforts de la France pour libérer le pays, le développer dans toutes les branches de l’activité humaine, sera, en un mot, l’organe de publicité nécessaire à toute entreprise à quelqu’ordre qu’elle appartienne. […] prix auxquels ils devront être vendus pour : couvrir tous les frais de l’éditeur en lui laissant un bénéfice normal ; rester abordables à tous ; établir pour l’État le monopole de l’instruction dans les écoles en créant l’unité de direction de la masse des esprits et, si j’ose m’exprimer ainsi, et c’est peut-être le plus important, en dosant30 cette instruction ?

17Dans l’idée de Schneider, la « bibliothèque de vulgarisation » devait constituer un instrument de propagande efficace, en permettant de toucher à terme tous les Vietnamiens ; Ðông Dương Tạp Chí, quant à elle, devait plus particulièrement accompagner l’œuvre d’enseignement menée parallèlement par l’administration coloniale : formant les maîtres, la revue était censée pouvoir influer sur la forme et le fond des connaissances qui seraient ensuite transmises aux enfants et, au bout du compte, aux familles. Schneider a bien insisté sur l’idée de « doser » l’instruction à administrer aux Vietnamiens : il semblait avoir perçu l’intérêt qu’il y avait à répondre à la demande des « élites locales » en faveur d’une initiation aux sciences occidentales. Cependant, dans sa vision des choses les autorités coloniales devaient rester maîtresses de l’instruction à prodiguer, afin de ne donner que ce qui pouvait aller dans le sens des intérêts de la métropole.

18De façon très concrète, Schneider voulait surtout faire pièce aux ouvrages chinois qui sapaient le travail des autorités coloniales de l’Indochine ; selon lui, il fallait faire en sorte de substituer l’influence de la France à celle de la Chine dans les pays vietnamiens :

  • 31 En gras dans le texte original.

Mon programme31 : Diffusion du quốc-ngữ – unification de l’enseignement a la base – substitution des livres sains et à bon marché à la prose chinoise qui pourrit la Cochinchine et qui permet, après 60 ans d’occupation, une attaque de la prison de Saigon sous le palladium des sorciers auxquels les populations rurales de la Cochinchine ont peut-être, aujourd’hui encore, plus de foi que par le passé.

  • 32 Rapport Schneider de juillet 1918 (cité supra), p. 8. La faute d’orthographe sur Ðông Dương Tập Chí(...)

Quoiqu’absorbé par mes périodiques, je n’ai pas abandonné ce programme et quelques brochures ont paru qui se vendent tant ici qu’au Tonkin, en dehors de la bibliothèque formée par la Ðông Dương Tập Chí elle-même32.

Pour lui, il est vraisemblable que la pérennité de la présence française en Indochine dépendait en grande partie de la manière dont l’instruction serait administrée. Cette approche était sans doute pleine de bon sens pour un colon, mais encore davantage pour l’imprimeur qu’il était puisque toute son entreprise se fondait sur l’idée qu’il fallait transmettre un certain enseignement, contrôlé (« dosé »), ce qui lui permettait en retour de s’assurer une sorte de monopole de la diffusion des idées « autorisées », parallèlement à l’enseignement officiel dispensé dans les écoles.

Organisation de la « Bibliothèque de vulgarisation »

19Le système général de vulgarisation élaboré par Schneider était constitué d’un ensemble de périodiques liés entre eux, en se transformant au fil du temps :

  • 33 Selon Schneider, ces deux journaux devaient être « naturellement les défenseurs et les propagateurs (...)

20* Deux journaux d’informations (politiques, administratifs et économiques)33 :

  • Lục Tỉnh Tân Văn depuis 1912, paraissant à Saigon une fois par semaine (et trois fois par semaine à partir de janvier 1919) ;

  • Trung Bắc Tân Văn depuis 1915, paraissant à Hanoi trois fois par semaine (mardi, jeudi, samedi).

21* Une revue de vulgarisation et ses suppléments :

  • Ðông Dương Tạp Chí (ÐDTC), depuis 1913 (une fois par semaine le jeudi) ; et sous sa nouvelle formule qui en faisait une pure revue de vulgarisation littéraire, scientifique et pédagogique, depuis 1915 (une fois par semaine le dimanche) ;

  • ses suppléments :

  • l’affiche Pháp Việt Thông Báo ;

  • le recueil d’actes officiels Công thị báo ;

  • les trois suppléments pédagogiques Nam học Niện Khóa.

22* Une collection d’ouvrages de vulgarisation et d’œuvres littéraires françaises :

À partir de 1916, la « Bibliothèque franco-annamite de vulgarisation » (« Phổ thông giáo khoa thư xã ») reprit des traductions d’œuvres littéraires françaises et des ouvrages de vulgarisation, déjà présentés au public vietnamien dans Ðông Dương Tạp Chí, mais publiés cette fois-ci séparément (et souvent intégralement). Ces ouvrages étaient édités à Saigon par l’imprimerie Schneider.

  • 34 Cf. ÐDTC, 14 janvier 1917, n° 104, dernière page. Mes traductions sont placées entre crochets.

23Par la publicité faite au sein de Ðông Dương Tạp Chí pour les ouvrages publiés par l’imprimeur, un lien direct existait entre les périodiques et la collection. C’est ce que montre l’annonce commerciale34 suivante :

Fig. 1 : Publicité (1916) pour les ouvrages publiés par l’imprimerie Schneider (traductions de l’auteur entre crochets)

Fig. 1 : Publicité (1916) pour les ouvrages publiés par l’imprimerie Schneider (traductions de l’auteur entre crochets)
  • 35 Cf. ÐDTC - 1916 : n° 66 (critique de Phan Kế Bính), n° 70 (critique de Trần Trọng Kim) et n° 73 (cr (...)

24D’autre part, dans une rubrique intitulée « Bình phẩm sách mới » (« Note bibliographique »), la revue Ðông Dương Tạp Chí présentait longuement chacun des ouvrages de la « bibliothèque franco-annamite de vulgarisation » en les commentant. Par exemple, trois notices bibliographiques35 furent consacrées à la présentation du recueil de traductions des Fables de La Fontaine, une autre à celle du recueil des Contes de Perrault (ÐDTC, 1916, n° 76), une autre encore à la présentation de l’ouvrage de Trần Trọng Kim sur l’histoire de l’Annam (ÐDTC, 1917, n° 119).

25Enfin, rappelons que tous les auteurs de ces publications étaient également rédacteurs des différents journaux créés par Schneider, et notamment de Ðông Dương Tạp Chí

Fig. 2 : Exemples de publications de la « Bibliothèque franco-annamite de vulgarisation » (1917) (Texte original en vietnamien traduit par l’auteur)

Fig. 2 : Exemples de publications de la « Bibliothèque franco-annamite de vulgarisation » (1917) (Texte original en vietnamien traduit par l’auteur)

Récupération d’une initiative privée à des fins de propagande coloniale

  • 36 Centre National des Archives du Việt Nam, Centre n° 1, Hanoi (CNAVN) – Résidence supérieure du Tonk (...)

26Ce fut à partir de 1915-1916 que ce système de « bibliothèque de vulgarisation » élaboré par Schneider commença à devenir un élément de politique coloniale à part entière. Dans un rapport36 en date du 15 novembre 1915, le Résident supérieur au Tonkin, Le Gallen, rappelait au Gouverneur général, Ernest Roume, comment, devant l’urgence d’organiser une « propagande méthodique » afin de « s’opposer aux menées du parti rebelle », l’administration coloniale s’était progressivement rapprochée de Schneider :

  • 37 CNAVN – RST 21 425 : cf. rapport cité, p. 3-4. Je souligne dans le texte.

Cet objectif ne pouvait être atteint que par la création de périodiques en langue indigène, bien dirigés et soigneusement contrôlés. Or on ne pouvait songer à leur institution ni à leur gestion directe par le Gouvernement parce que d’une part une étiquette trop officielle eût rendu ces journaux suspects à l’opinion, et parce que d’autre part l’Administration manquait des compétences nécessaires pour mener à bien un projet aussi complexe que la fondation d’un journal. On devait donc faire appel : […] à la seule compétence qui fût sur place, à M. Schneider, spécialiste vraiment hors pair de la technique de l’imprimerie. […] M’efforçant de seconder les vues du Gouvernement Général, je me suis donc rapproché de M. Schneider ; je lui ai exposé que nous voulions avoir une presse qui agit franchement et loyalement sur l’opinion des Annamites […]. La bibliothèque de vulgarisation qu’il constitue en reliant les articles littéraires, scientifiques ou pédagogiques parus dans ses périodiques, est un remarquable véhicule de la pensée française et je ne pense qu’à l’heure actuelle le Gouvernement puisse trouver sur place une collaboration plus avertie que celle de M. Schneider qui a une longue pratique du journalisme et de l’imprimerie37.

27L’imprimeur finit par s’aligner complètement sur les vues du Gouvernement général de l’Indochine. Ainsi, quand le Règlement général de l’Instruction publique de décembre 1917 fut décrété le 5 mars 1918, l’aspect pédagogique de Ðông Dương Tạp Chí prit immédiatement le pas sur tous les autres thèmes développés dans la revue. Cette nouvelle orientation du périodique clé de la « Bibliothèque de vulgarisation » montre qu’à cette date, Schneider avait totalement réorganisé ses activités en fonction de la politique coloniale menée par le Gouverneur général Albert Sarraut. Sur la question de l’enseignement, sa position était nettement pro-gouvernementale :

  • 38 CAOM – GGI 65 407 : lettre de Schneider à M. Saint Chaffray, Résident supérieur au Tonkin, du 11 ju (...)

Heureux de terminer ma déjà longue carrière en dotant mon pays d’un instrument de pénétration de cette valeur auquel j’ai consacré uniquement les huit années qui viennent de s’écouler et dont j’ai eu cette chance suprême de terminer la mise au point le jour même où notre Gouverneur Général dans une manifestation de sa sagacité politique dont il a déjà donné tant de preuves et dont la France et l’Indochine lui devront reconnaissance, signait son arrêté promulguant le règlement général sur l’organisation de l’Instruction publique que je considère comme la clef de l’âme annamite, susceptible à lui seul d’assurer à notre France le respect et l’affection des populations rurales indochinoises que leurs anciens maîtres avaient tenues jusqu’à ce jour dans l’état d’ignorance que vous connaissez et dont il n’est pas nécessaire de développer ici les buts38.

Schneider était donc favorable aux conceptions de Sarraut quant à l’éducation : l’enseignement du quốc ngữ et du français était enfin devenu une priorité gouvernementale ; l’influence chinoise allait pouvoir décliner du fait des nouvelles directives concernant l’instruction à administrer dans les écoles. Devant défendre le bien-fondé de sa propre entreprise, il savait que la survie de son système dépendait en grande partie de l’orientation politique qui serait donnée aux pays vietnamiens en matière éducative : sa « Bibliothèque de vulgarisation » ne pouvait avoir d’avenir que si les autorités coloniales l’intégraient dans leur propre système de propagande ; dès lors, il n’était pas étonnant que Schneider ait été si bien disposé à aller dans le sens gouvernemental, et ce d’autant plus que pour lui, cette orientation devait pouvoir à terme lui permettre de se retirer des affaires dans une position confortable.

  • 39 CAOM – GGI 19 126, dossier « presse indochinoise (1911-1917) » : lettre du Lieutenant-gouverneur de (...)
  • 40 Sur le parcours de ce personnage très particulier, voir ma thèse de doctorat (Affidi 2006 ; plus sp (...)

28Si Schneider se situait dans la droite ligne de la politique du Gouvernement général, il n’était cependant pas directement un « homme » du gouvernement. En effet, il a bien des fois œuvré en contradiction avec les intérêts de ce même gouvernement, et développé son entreprise avec la collaboration d’hommes peu appréciés des autorités coloniales. Ainsi, en 1916, le Lieutenant-gouverneur de Cochinchine émettait-il encore de grandes réserves à l’encontre des journaux qu’il éditait, comme le montre ce passage d’une lettre adressée au Gouverneur général de l’Indochine : « Ainsi que je vous l’ai exposé, les rebelles annamites les plus notoires trouvent aide et conseils auprès des rédacteurs du « Luc-Tinh-Tan-Van » » 39. De même, Nguyễn Văn Vĩnh 40, rédacteur en chef de Ðông Dương Tạp Chí, était perçu comme une personne peu fiable par certains hauts responsables du Tonkin…

  • 41 CAOM – GGI 43 944 : lettre n° 421 du 13 novembre 1916 ; CAOM – GGI 19 126 : lettre du 13 mai 1918.
  • 42 CAOM – GGI 65 407 : cf. le rapport de Pasquier (alors directeur du Cabinet des affaires politiques (...)

29Ainsi, bien que proche des vues du Gouvernement général, Schneider semble s’être octroyé une marge de manœuvre personnelle importante41 et cela même si, à partir de 1916, son « indépendance » ne fut plus vraiment qu’illusoire. À cette date, directement lié par contrat au gouvernement colonial, il avait en tête de vendre l’ensemble de son entreprise aux plus hautes autorités françaises en Indochine lors de son départ à la retraite. C’est précisément ce qui se produisit en 1919, lorsque l’administrateur Louis Marty fut désigné pour s’occuper de la récupération de la « Bibliothèque de vulgarisation » au profit de l’administration coloniale, c’est-à-dire lorsqu’il lui fallut faire passer les activités de propagande du domaine privé au domaine public42. Rappelons cependant que Schneider avait d’abord pressenti Nguyễn Văn Vĩnh pour poursuivre ses activités, mais que cette proposition avait été refusée par les autorités coloniales qui ne jugeaient pas Vĩnh assez fiable.

  • 43 Sur la question des « bibliothèques de vulgarisation » ayant vu le jour suite aux succès de celle d (...)

30Ce fut donc par l’entremise de Marty que le Gouvernement général finit par récupérer à son profit le système élaboré par Schneider. De fait, la dimension pédagogique de la bibliothèque allait encore se renforcer : dans la nouvelle organisation, Ðông Dương Tạp Chí fut transformée en Học Báo (journal scolaire) ; seuls le journal Trung Bắc Tân Văn et la revue Lục Tỉnh Tân Văn poursuivirent officiellement l’œuvre impulsée par Schneider, parallèlement à la revue Nam Phong, qui avait pour sa part ciblé son action de « vulgarisation » sur une élite43.

  • 44 « Die Volksbibliothek » en allemand. Cette bibliothèque précède la « Bibliothèque alsacienne » et s (...)

31Enfin, si Schneider fut bien le père des « bibliothèques de vulgarisation » en Indochine, le fait est qu’il n’était pas parti de rien. En effet, le principe des « bibliothèques de vulgarisation » était bien connu en France depuis le xixe siècle : dès 1867, la « Bibliothèque populaire » 44 avait vu le jour en Alsace ; le bilinguisme (français/allemand) de cette revue s’expliquait par la situation géographique très particulière de cette région (récupérée par l’Allemagne après la victoire prussienne de Sedan en 1870). Né en 1851 en France, il est certain que Schneider a baigné dans le courant de pensée visant à vulgariser les sciences, les techniques, les connaissances en général ; en France, cette tendance s’est ralentie après 1890, mais à cette époque Schneider avait déjà commencé sa carrière en Indochine, ce qui l’avait probablement écarté des hauts et bas connus par la « vulgarisation » en métropole. En Indochine, Schneider avait certainement ce souvenir d’une revue « frontière » qui, par son bilinguisme, permettait de faire le lien entre deux mondes. Et force est de constater que Ðông Dương Tạp Chí reprenait les mêmes ingrédients que la « Bibliothèque populaire » de 1867, c’est-à-dire le bilinguisme (en partie) et le programme de vulgarisation du savoir. Ainsi, une telle bibliothèque aurait bien pu inspirer Schneider…

  • 45 Ces deux hommes menaient en effet depuis des années une intense activité de vulgarisation dont l’or (...)

32Malgré une œuvre considérable, ce n’est pourtant pas au travail réalisé par ce dernier que le gouvernement de l’Indochine se référera quand il devra développer autour de 1930 sa politique de propagande culturelle (notamment pour lutter contre le communisme), mais à celui effectué dans les Indes néerlandaises sous le nom de Balai Poestaka. Ce faisant, il aura quelque peu minimisé l’œuvre accomplie par Schneider quelques années auparavant, en recherchant ailleurs ce qui existait déjà en Indochine. La question se pose de savoir pourquoi les Indes néerlandaises ont pu faire figure de modèle pour l’Indochine au tournant des années 1930, et ce d’autant plus que dans le sillage de Schneider, un travail de vulgarisation considérable continuait d’être mené par des hommes réellement habités par une grande idée : le publiciste (journaliste) et traducteur vietnamien Nguyễn Văn Vĩnh, en collaboration avec son ami français, l’administrateur colonial Émile Vayrac45.

Création et développement de Balai Poestaka dans les Indes néerlandaises

  • 46 Le titre peut être traduit par : « Balai Pustaka – Un Loup colonial déguisé en mouton (en Habits de (...)

33Pour présenter Balai Poestaka (nom malais signifiant « Le Palais des Belles-Lettres »), je me suis référée à deux sources essentielles : l’article « Balai Pustaka – A Colonial Wolf in Sheep’s Clothing » 46 (Jedamski 1992) d’une part, et la brochure officielle de présentation des activités du Bureau voor de Volkslectuur « Bureau pour la Littérature Populaire » (Lekkerkerker n.d.), d’autre part.

Origine et développements du Bureau voor de Volkslectuur

34En décembre 1905, l’administrateur hollandais J. E. Jasper créa un premier « Bureau pour la littérature populaire » dans les Indes néerlandaises, afin d’améliorer le système d’enseignement dans les villages de Java et de Madura. Il souhaitait organiser ainsi une gestion rationalisée des manuels de lecture sous la responsabilité du Département de l’éducation et des Affaires religieuses (Department van Onderwijs en Eeredienst) du gouvernement colonial.

  • 47 Ces livres devaient favoriser le développement de la lecture des principales langues des Indes néer (...)
  • 48 Suite au départ d’Hazeu pour l’Europe.

35Dans cette même logique, une commission rassemblant des personnes compétentes dans la connaissance des langues et des milieux indigènes fut constituée le 14 septembre 1908 par décret gouvernemental, afin de collecter ou de créer des livres47 à l’intention des écoles indigènes et du peuple : il s’agissait du « Comité des lectures pour le peuple » (Commissie voor de Inlandsche school en volkslectuur) dont la tâche était de conseiller le Directeur de l’Instruction publique sur le choix des textes. En 1910, ce Comité prit une nouvelle direction avec l’arrivée de D.-A. Rinkes comme consultant en langues : attaché au Bureau des affaires indigènes, il succéda48 à G.-A.-J. Hazeu comme conseiller des Affaires indigènes et comme directeur du Comité en 1913.

  • 49 Le Sarekat Islam (Union de l’Islam) est un mouvement nationaliste anti-néerlandais, créé en 1912. U (...)

36Il fallut cependant attendre septembre 1917 pour qu’un « Bureau pour la littérature populaire » (Bureau voor de Volkslectuur) soit véritablement créé comme une institution indépendante du Bureau du conseiller des Affaires indigènes. Doris Jedamski explique que cette décision n’était pas le fait d’une volonté coloniale affirmée, mais plutôt de circonstances particulières auxquelles les autorités coloniales avaient dû répondre de façon appropriée pour ne froisser personne, et écarter tranquillement Rinkes devenu gênant du fait de ses accointances avec le Parti Sarekat Islam49. En effet, Hazeu étant rentré d’Europe contre toute attente et souhaitant retrouver son poste, Rinkes fut dès lors affecté à la tête d’un nouveau bureau, le « Volklectuur ». C’est donc essentiellement pour éviter un scandale que les autorités coloniales créèrent ce Bureau spécialisé dans les lectures et la littérature : Rinkes pouvait ainsi sortir la tête haute, sans se sentir évincé, et cette solution avait aussi l’avantage de satisfaire les autorités coloniales qui préféraient le voir se consacrer à la littérature plutôt qu’à la politique.

37Alors même que ce « Bureau pour la littérature populaire » devait être une sorte de voie de garage pour Rinkes, celui-ci s’est en fait retrouvé libre d’y mener une politique cultu­relle à la hauteur de ses ambitions personnelles. Car en effet, il était convaincu que la littérature pouvait être un outil politique efficace :

  • 50 Traduction de l’auteur : « Rinkes’ personal ambition led him to determine to develop the Volkslectu (...)

L’ambition personnelle de Rinkes le décida à développer le Volkslectuur de manière à en faire un important instrument de politique coloniale, et à lui permettre de retrouver son rang. […] Dans ce contexte, il ressort que Rinkes voyait bien la littérature et la culture comme des outils pouvant influencer la politique. Cette approche était contraire à la notion classique de littérature50 (Jedamski 1992 : 26).

38Au début, Rinkes s’efforça de construire un système de bibliothèques publiques, appelées « Taman Poestaka » (« Le Jardin des Belles-lettres »), qui n’étaient guère que des placards dans les salles de classes des écoles des villages, et qui contenaient des ouvrages destinés au prêt. Seuls les écoliers et les professeurs étaient réellement intéressés par ce système de prêt, mais du fait de la tradition orale, ces ouvrages pouvaient être lus à haute voix et donc diffusés auprès d’un public beaucoup plus large.

  • 51 Pour éviter la corruption, Rinkes leur offrit un pourcentage de la vente, et fit inscrire le prix o (...)
  • 52 Edité en malais, en javanais et en soundanais.

39Le « Bureau pour la littérature populaire » chercha ensuite à diversifier ses points de distribution, en créant également des bibliothèques au sein des casernes, des hôpitaux et des prisons. Après sa séparation d’avec le Comité des lectures pour le peuple, le Volkslectuur se focalisa sur l’expansion de son appareil de distribution. Rinkes pensait qu’il fallait avant tout faire une excellente publicité pour les ouvrages issus de la nouvelle institution culturelle ; puis, il mit en place un réseau d’agents pouvant faciliter la distribution locale des ouvrages51 ; enfin, il créa un système de bibliothèques mobiles qui sillonnaient l’archipel pendant des semaines, et s’arrangeaient pour stationner près des marchés ou en face de la maison du chef de chaque village. Cette stratégie fut efficace puisque, par exemple, le nombre d’exemplaires de l’Almanach populaire52 créé en 1919 passa de 29 000 à près de 90 000 en 1929 ; de même, en 1920, environ 100 000 livres furent vendus et près d’un million de prêts enregistrés (5 fois plus qu’en 1914).

40Malgré ces succès, l’administration coloniale resta plutôt distante et méfiante envers le travail d’avant-garde accompli par Rinkes, qu’elle appréhendait surtout comme une activité trop onéreuse :

  • 53 Traduction de l’auteur : « So, in the end the administration – still hesitating and with a fearful (...)

À la fin, l’administration – toujours hésitante, et gardant un œil inquiet sur les comptes – décida de tolérer la ligne suivie par Rinkes. Cependant, aux yeux de ce dernier, le succès manifeste du Volkslectuur était éclipsé par la déception qu’il ressentait face au manque d’estime et de soutien des autres départements. […] La conception que Rinkes avait de la culture et de la littérature était en avance sur son temps, et de fait, elle était difficilement acceptée (reçue). Habituellement, la littérature n’était pas considérée comme pouvant jouer un rôle néfaste ou favorable dans un contexte politique ou sociétal ; tout au mieux, pouvait-on attendre d’elle (pour peu qu’on en attende quelque chose) qu’elle ne fut pas une source de dépenses supplémentaires53 (Jedamski 1992 : 29).

  • 54 En 1930, le « Bureau pour la littérature populaire » était constitué de 4 sections : linguistique, (...)

41Suite à des questions d’engagement politique personnel sans issue, Rinkes préféra démissionner de son poste durant l’été 1926. Il quitta l’administration coloniale en mars 1927. C’est T.-J. Lekkerkerker, expert dans les questions d’agriculture, qui lui succéda ; contre toute attente, cet ancien administrateur du Département de l’Agriculture, du Commerce, et de l’Artisanat, suivit strictement la voie tracée par son prédécesseur. Le Volkslectuur fut alors divisé en deux sections54, l’une linguistique, l’autre administrative ; et entre 1927 et 1930, un certain nombre d’universitaires le rejoignirent. Enfin, Lekkerkerker travailla à faire de son institution un outil de propagande anticommuniste ; dans la droite ligne de Rinkes, il tâcha de montrer tout l’intérêt politique de cette institution (Jedamski 1992 : 30).

  • 55 À partir de 1925, un almanach agricole est créé (en plus de l’almanach traditionnel). Il se proposa (...)

42Fin décembre 1929, suite au décès de Lekkerkerker, G.-W.-J. Drewes lui succéda. Docteur en études orientales, il était arrivé dans les Indes néerlandaises en 1926 et devint conseiller en langues, avant d’être promu à la tête de la nouvelle section de linguistique en 1928. Directeur du Volkslectuur à partir de 1930, c’est dans une optique très différente de celle de Rinkes qu’il comptait travailler : en fait, il souhaitait juste faire fonctionner le Volkslectuur comme n’importe quel service gouvernemental. Pendant la crise économique, il empêcha notamment que le « Bureau pour la littérature populaire » ne tombât entre les mains d’intérêts privés. Drewes resta à sa tête jusqu’en 1935, puis fut remplacé par J.-F. Vos, lui-même remplacé par K.-A.-H. Hidding. Une seconde génération d’orientalistes sut épauler ce dernier dans sa tâche, et jusqu’en 1939, les résultats furent toujours exemplaires : les prêts de livres avoisinaient annuellement les deux millions ; les différents almanachs55 étaient vendus à près de 100 000 par an ; les journaux s’étaient diversifiés, au point de créer un magazine pour les enfants.

43Quant à la publicité, elle fut encore renforcée par des catalogues détaillés, d’innombrables prospectus et un journal littéraire (Boekennieuws) tri-annuel. Avec l’occupation japonaise, la direction du Volkslectuur passa ensuite aux mains des Indonésiens.

Le Volkslectuur et la presse indigène

44Le Volkslectuur, constitué d’une équipe de spécialistes versés dans les langues et la connaissance des peuples de l’archipel, pouvait être d’une grande utilité pour d’autres services de l’administration coloniale, notamment pour qu’ils puissent se faire une idée juste de la progression du sentiment national parmi le peuple, surtout à partir de la seconde moitié des années 1920 (Jedamski 1992 : 33-34).

45Dès 1915, Rinkes avait en effet pressenti l’importance de la presse pour toucher les esprits et pour mieux les contrôler ; c’est pourquoi, en 1917, il créa une section de presse au sein du Volkslectuur, qui fonctionnait comme un « stéthoscope avec lequel le Bureau enregistrait les battements du cœur de la pensée indigène » (id.). L’objectif de Rinkes n’était pas seulement d’observer, mais aussi d’influencer indirectement la presse indigène dans l’intérêt du gouvernement colonial. Dans un premier temps, il chercha, mais en vain, à faire passer sous la coupe du gouvernement des organes de presse indépendants ; son échec le conduisit à se tourner dans un second temps vers la publication de ses propres journaux afin de faire de la concurrence aux périodiques jugés dangereux. Ainsi, en 1918, le Volkslectuur publia une première revue en malais, le Sri Poestaka (« Splendeur des Belles-lettres »), et en 1923, ce fut au tour d’un nouvel hebdomadaire, le Pandji Poestaka (« Étendard des Belles-lettres ») de voir le jour :

Le Sri Poestaka est un mensuel illustré. Le but de cette publication était au début de faire connaître à la population indigène les sciences techniques et sociales. Cependant, il a semblé nécessaire d’y introduire des éléments plus simples, de la science popularisée, de la littérature et un peu d’ethnographie.

Le Pandji Poestaka est un périodique bi-hebdomadaire ; il publie des actualités qui atteignent le public indigène aussi vite que les périodiques européens atteignent leurs lecteurs. Cette revue contient des articles sur les sujets les plus variés : des détails dans le domaine de l’agriculture, de l’enseignement et du sport, tous les événements actuels y sont exposés, aussi bien ceux qui se rapportent aux Indes Néerlandaises que ceux qui concernent le monde entier : on y traite des questions actuelles sur les affaires de l’État et on y trouve notamment des rapports assez détaillés sur les assemblées du Conseil du peuple (Volksraad). Le but spécial de ces dernières rubriques est de développer le sens social des indigènes et d’en faire de bons citoyens, en leur montrant la nécessité des mesures prises dans leur intérêt. Enfin, on y trouve encore des renseignements sur le cours du marché et un feuilleton. On se rend bien compte, par ce court exposé que le Pandji Poestaka peut remplacer les journaux dans l’intérieur du pays, où la poste n’arrive pas encore tous les jours.

  • 56 Le journal Parahyangan date de 1928-1929.
  • 57 Le journal Kedjawèn date de 1926.

Ce que le Pandji Poestaka est pour le public malais, le Parahiangan56 l’est pour le public soundanais et le Kadjawèn57 pour le public javanais. On a adapté un peu ces périodiques au goût spécial et au niveau intellectuel de ces différents peuples, mais ils contiennent essentiellement des articles du même caractère (Lekkerkerker n.d. : 16-17).

  • 58 Notons que le Volkslectuur publiait également un rapport mensuel à caractère secret, sur les princi (...)

Ces deux organes en malais, et leurs équivalents en soundanais et javanais, connurent un grand succès, qui permit d’organiser une sorte de contre-propagande58 par la presse dans les Indes néerlandaises. Notons enfin que Rinkes fut soutenu dans son travail par les Indonésiens eux-mêmes, dans la mesure où ils croyaient au Volkslectuur. Ainsi, trois nationalistes de premier plan, activistes dans le Parti Sarekat Islam, furent intégrés à son équipe de rédaction alors qu’ils travaillaient auparavant pour un journal opposé à l’action gouvernementale, le Neratja. Il est intéressant de relever qu’en aucun cas ces hommes n’ont été considérés comme des collaborateurs par leurs compatriotes (Jedamski 1992 : 36).

Les lectures prônées par le Volkslectuur : littérature et science occidentale

46Outre les informations d’intérêt général, les sciences pratiques, les techniques et le feuilleton, présentés au peuple indonésien à travers les organes de presse du Volkslectuur, le principal devoir de ce « Bureau pour la littérature populaire » fut de déterminer quelle littérature pourrait être diffusée avec profit à travers les Indes néerlandaises.

47Au tout début, le Comité de lectures pour le peuple s’était employé à rééditer des récits et légendes populaires d’une manière nouvelle ; mais selon Lekkerkerker, le peuple – surtout celui qui avait été scolarisé –, souhaitait avoir accès à des histoires plus « modernes » ; il fallait par ailleurs lutter contre l’influence des éditeurs chinois qui « offraient à la jeunesse indigène une masse de littérature d’origine occidentale, mais de caractère peu élevé et plutôt sensationnel, qui ne pouvait exercer qu’une mauvaise influence » (Lekkerkerker n.d. : 11).

48Le Volkslectuur s’employa donc à orienter le peuple vers de « bonnes lectures », qui ne devaient être ni systématiquement choisies dans le fond de la littérature traditionnelle, ni forcément dans celui de la littérature hollandaise (il a également cherché dans « la littérature française, anglaise et allemande » et « même dans les littératures orientales ») (id.). Pour ce qui était de la littérature occidentale, le Volkslectuur se mit à la recherche de ce qui pouvait réellement intéresser les populations des Indes néerlandaises, et élabora les méthodes de traduction les plus appropriées à cette tâche. Souhaitant par ailleurs toucher les enfants, via la publication de contes indigènes et des traductions d’ouvrages européens de littérature enfantine, le Volkslectuur s’appliqua également à ce que la littérature choisie fut récréative, tout autant qu’instructive, afin de développer la culture et les connaissances des lecteurs dans les domaines les plus divers. De façon générale, la vulgarisation des sciences occidentales dans leurs applications pratiques fut l’une des tâches difficiles, mais nécessaires, menées par ce bureau :

Rien n’est plus difficile que d’expliquer une matière compliquée de façon simple et claire. […] Bien des sujets ont été traités de cette manière ; des sujets économiques (dans le sens le plus étendu), médicaux (y compris les problèmes de salubrité publique), enfin tout ce que la science européenne offre de pratique et d’utile. Il faut encore citer les brochures traitant des connaissances professionnelles : des manuels pour les maçons, pour les charpentiers, etc. ; des brochures sur l’agriculture et l’horticulture […]. (Lekkerkerker n.d. : 12)

Les systèmes de l’Indochine française et des Indes néerlandaises se sont-ils influencés l’un l’autre ?

49Il est impossible de ne pas remarquer l’existence de nombreuses similitudes entre les systèmes de vulgarisation mis en œuvre dans les Indes néerlandaises et en Indochine française :

  • les bibliothèques de vulgarisation ont été créées à l’origine pour venir renforcer l’œuvre éducative menée par chacune des deux puissances coloniales « en faveur » des populations colonisées, et dans les deux cas elles furent le fruit d’entreprises individuelles ;

  • une contre-propagande fut organisée par le biais de la presse (sorte de baromètre du sentiment national), pour lutter contre des actions « subversives » fomentées de l’intérieur ou de l’extérieur du territoire colonisé ;

  • la littérature a été utilisée de façon privilégiée pour toucher les esprits de peuples différents ; son rôle politique y a de fait été affirmé : ainsi, la lutte contre les ouvrages chinois de mauvaise qualité, « empoisonnant les esprits », devint un enjeu majeur ;

  • une place considérable fut accordée à la qualité de la traduction ;

  • la romanisation de l’écriture des langues autochtones fut jugée nécessaire dans les deux systèmes coloniaux.

50Toutefois, des différences sensibles peuvent également être relevées, notamment au niveau des dates : si c’est bien en 1908 que Schneider pensa tout d’abord à son idée de « Bibliothèque de vulgarisation », c’est-à-dire à l’époque même où le « Comité des lectures pour le peuple » des Indes néerlandaises fut créé, il n’en reste pas moins qu’en 1916 le projet de Schneider était déjà très avancé (mis en place en 1912) alors que celui de Rinkes ne fut élaboré qu’en 1917, à la faveur de la création du Volkslectuur.

51Par ailleurs, les autorités coloniales françaises s’étaient aperçues dès 1915 de l’intérêt qu’il pouvait y avoir à récupérer la « Bibliothèque de vulgarisation » créée et développée par Schneider, au profit de leur propre activité de propagande. De leur côté, les autorités coloniales néerlandaises ne fondèrent le Volkslectuur en 1917 que pour évincer Rinkes ; à cette époque elles ne semblaient pas avoir perçu l’enjeu politique que pouvait représenter la littérature, et n’envisageaient certainement pas le système de presse tel qu’il sera mis en place par Rinkes par la suite. Il fallut attendre 1926 pour que le gouvernement colonial, par le biais de Lekkerkerker, « récupère » l’entreprise de Rinkes.

  • 59 Tableau inspiré des documents placés en « appendice » dans cette brochure, sous le titre : « Choix (...)

Fig. 3 : Exemples de titres des publications littéraires du Volkslectuur (Lekkerkerker n.d : 29-31)59

Fig. 3 : Exemples de titres des publications littéraires du Volkslectuur (Lekkerkerker n.d : 29-31)59
  • 60 En ce qui concerne cette revue, lire : Ph?m Th? Ngo?n (1973). Voir également (Affidi 2006 : chap. 1 (...)

52Pourtant, il semble qu’au-delà de 1926, les autorités coloniales françaises ont commencé à s’intéresser de très près aux succès hollandais en la matière, et ce malgré la création de la bibliothèque « La Pensée de l’Occident » dans les pays vietnamiens (parallèlement aux activités du système de presse créé par Schneider et développé – au Tonkin notamment – par Nguyễn Văn Vĩnh, Vayrac et Phạm Quỳnh [revue Nam Phong]60).

53Cet intérêt que les autorités coloniales françaises portèrent au travail effectué dans les Indes néerlandaises s’intensifia à partir de 1929, sous l’impulsion du Gouverneur général Pierre Pasquier (1928-1934), comme le montre cette information parue dans le journal l’Annam Nouveau en 1931 :

Le Comité franco-hollandais d’études coloniales, récemment constitué, a tenu sa première séance Vendredi dernier, sous la présidence de M. Albert Sarraut, ancien Gouverneur Général de l’Indochine. […] Sur la demande du Comité, M. Pasquier a exposé les résultats obtenus ces deux dernières années par la collaboration […] (des) Indes Néerlandaises et de l’Indochine, dans les services de la propagande, dans l’étude du passé (très nécessaires pour comprendre les réactions actuelles des peuples) […].

  • 61 Dans l’article : « M. Pasquier au Comité franco-hollandais d’études coloniales », in L’Annam Nouvea (...)

Le Gouverneur Général a rendu ensuite hommage à l’œuvre admirable accomplie par les Hollandais aux Indes Néerlandaises61. (Mes italiques.)

54Rappel de ces succès à travers les chiffres (Lekkerkerker n.d. : 25-28) :

Accroissement du nombre d’abonnés des périodiques phares entre 1925 et 1929

Périodiques

1925

1929

Pandji Poestaka

2 050

5 020

Kedjawan

570

3 820

Parahiangan

100

1 250

Accroissement du nombre d’exemplaires de l’almanach populaire entre1919 et 1929

Almanachs

1919

1923

1927

1929

En malais

Tirages

en

exemplaires

15 000

25 000

30 000

40 000

En javanais

10 000

25 000

17 000

35 000

En soundanais

4 000

12 000

11 000

12 500

55Le modèle néerlandais en matière de vulgarisation et de propagande avait donc fait des émules parmi les hauts fonctionnaires de l’Indochine française. L’« avant-propos » figurant en tête de la brochure d’information de Lekkerkerker (n.d.), est à cet égard significatif :

À mesure que la population indigène des Indes Néerlandaises commençait à connaître et à apprécier le travail du Bureau voor de Volkslectuur*, beaucoup d’autres personnes se sont mises à manifester leur intérêt pour cette nouvelle institution. Après quelque temps, cet intérêt ne s’est plus limité aux personnes et institutions des Pays-Bas et des Indes Néerlandaises, mais il s’est trouvé que plusieurs hauts-fonctionnaires de pays étrangers, qui visitaient nos colonies, s’intéressaient à ce travail culturel de haute importance […].

[*Traduction littérale : bureau de lectures pour le peuple. Il est difficile de trouver une expression française rendant exactement cette idée. Nous avons traduit : bureau pour la littérature populaire.]

  • 62 La brochure aurait donc peut-être été réalisée à leur intention.

Notons que la brochure en question était rédigée en français ; l’auteur précisait, en outre, que l’expression « Bureau voor de Volkslectuur » était difficile à traduire en langue française, ce qui laisse penser que ce concept de littérature pour les peuples des colonies intéressait particulièrement des Français, ou tout au moins des lecteurs francophones62.

56Christiane Pasquel Rageau et Claudine Salmon vont nettement dans ce sens dans un article intitulé : « Un projet colonial en Indochine inspiré de Balai Pustaka (1928-1930) » (Pasquel-Rageau et Salmon 1992 : 57-74). Elles y montrent comment ce projet serait né du voyage officiel du Gouverneur général Pasquier, aux Indes néerlandaises, entre le 9 et le 20 avril 1929 ; il aurait alors manifesté « un intérêt personnel […] pour les réalisations du Gouvernement néerlandais en Indonésie », notamment pour le travail de Balai Pustaka, et souhaité le transposer en Indochine. Pasquier avait été mis sur cette voie par le Consul général de France à Batavia, A. Bodard, qui lui avait adressé dès le 23 octobre 1928 un rapport à propos des Volkslectuur.

  • 63 Tous ces documents se trouvent dans un dossier du CAOM (GGI 47 458).

57À partir de 1929, la volonté gouvernementale de suivre le modèle néerlandais était donc claire, et plusieurs projets (Pasquel Rageau et Salmon 1992 : 58-59)63 ont alors vu le jour dans ce sens :

  • une « Note sur quelques œuvres européennes à traduire, qui […] semble bien avoir été rédigée par Emile Vayrac » (début 1929 ou antérieure) ;

  • un « Rapport sur la création de bibliothèques provinciales et d’un organisme central de distribution des livres en date du 6 mars 1929, émanant de Paul Boudet, Directeur du Service des archives et des Bibliothèques d’Indochine » ;

  • le « projet Moulin, daté du 10 juin 1929, intitulé « Création d’un bureau ou office des publications indigènes dans chacun des trois pays de langue annamite », et qui reprend les lignes directrices du « Projet Vayrac » ;

  • le souhait du Gouverneur général Pasquier (lettre du 7 juillet 1929), de voir créer à Hanoi, à Saigon et à Huâ, un « Office des publications indigènes et des bibliothèques populaires ».

58Si le projet de Paul Boudet, pourtant lui aussi inspiré du modèle des Indes néerlandaises a très vite été écarté, celui que les auteurs de l’article attribuent à Vayrac a, pour sa part, attiré l’attention du secrétaire général Graffeuil, chargé de ce dossier par Pierre Pasquier. Les principaux points de ce projet étaient les suivants (Pasquel Rageau et Salmon 1992 : 63-64) :

En premier, il demande à ce que l’on veille à assurer une meilleure diffusion de cette littérature, tout d’abord en augmentant les tirages allant jusqu’à avancer le chiffre approximatif de « centaines de milliers » pour les œuvres les plus populaires comme les Fables de La Fontaine ou les Contes de Perrault ; ensuite en développant les bibliothèques « annamites » et « franco-annamites » sur le modèle des Indes Néerlandaises. De façon plus précise, l’auteur envisage déjà la création de trois « branches » de publications ; la première pour la littérature européenne, la deuxième pour la littérature chinoise et la troisième pour la littérature « annamite ». De même, des « commissions » pourraient aussi prospecter et susciter la publication d’ouvrages littéraires modernes, scientifiques et de vulgarisation technique, ainsi que des ouvrages pour enfants. On se bornerait toutefois à aider à la production de ces ouvrages en prenant modèle sur ce qui se fait déjà dans la « Pensée de l’Occident » tout en essayant de l’améliorer. Enfin, l’auteur recommande vivement la création d’un organe administratif, le « Bureau des publications indigènes », qui remplacerait avantageusement le « Bureau de la presse indigène » (de la Résidence Supérieure du Tonkin) […]. On en est donc arrivé à l’idée d’un Bureau des publications fortement inspiré de celui de Balai Pustaka, mais qui tient compte des réalisations antérieures franco-vietnamiennes.

59Graffeuil voulait élargir le projet proposé par Vayrac à toute l’Indochine ; toutefois, contrairement à lui, il souhaitait qu’un « service de rédaction, d’édition et de vente complet » puisse être constitué comme à Java. Vayrac considérait pour sa part que le Bureau devait s’en tenir à animer les « bonnes volontés indigènes, s’adressant […] aux imprimeurs existants, les faisant travailler et les aidant au lieu de leur faire concurrence ». Le secrétaire général n’a finalement pas retenu cette position dans la mesure où Vayrac lui paraissait par trop lié à des intérêts privés, notamment à ceux de Nguyễn Văn Vĩnh. Le général Pasquier adressa ensuite aux Résidents supérieurs et au Lieutenant-gouverneur de Cochinchine, une lettre fondée sur les conclusions de son Secrétaire général ; seul René Robin, Résident supérieur au Tonkin, semble avoir opposé une certaine résistance au projet inspiré de Balai Poestaka.

60Christiane Pasquel Rageau et Claudine Salmon pensent pour leur part que « le Résident Supérieur du Tonkin, M. Robin, qui avec Émile Vayrac et Nguyễn Văn Vĩnh, était à l’origine du « projet franco-annamite » de 1926, ne voyait pas d’un très bon œil, son initiative supplantée par celle du Gouverneur Général Pasquier » (1992 : 65). Nous partageons ce sentiment : Robin devait trouver plutôt étrange que l’on accorde tout à coup autant d’importance au modèle néerlandais, alors même que le gouvernement colonial français œuvrait dans un sens similaire depuis déjà plusieurs années, et qu’en matière de « bibliothèque de vulgarisation », l’Indochine française ne partait pas de rien… C’est bien ce qu’entendait Vayrac lorsqu’il écrivit :

  • 64 CAOM – RSTNF 5219 : rapport de Vayrac du 17 février 1937, p. 2.

Bien des années avant que les rapports de M. le Consul Général Bodard eussent fait connaître au Gouvernement Général et à l’administration locale, les magnifiques résultats obtenus à Java grâce à l’institution appelée Folkslecture Bureau (Bureau de la littérature pour le peuple), nous avions rêvé de créer ici quelque chose de semblable64.

61Par ailleurs, avoir considéré que les Hollandais faisaient mieux que les Français parce qu’ils avaient su étatiser leur propre système de diffusion de la pensée occidentale, semble bien n’avoir été qu’une vue de l’esprit sans grand fondement : Doris Jedamski a montré que l’idée d’utiliser la littérature et la presse à des fins de propagande, était essentiellement celle d’un homme, Rinkes, que l’administration néerlandaise avait surtout cherché à marginaliser. L’utilisation de la littérature à des fins politiques n’allait pas de soi pour cette administration : jusqu’en 1930, les autorités néerlandaises ont conservé une attitude « réservée » vis-à-vis de l’idée de toucher les esprits des populations locales par le biais de la presse et d’ouvrages ciblés.

  • 65 Le Tonkin étant, par sa position géographique, le plus touché (des cinq pays de l’Indochine françai (...)
  • 66 CNAVN – RST 21 425.
  • 67 CAOM – RSTNF 5219 : rapport du 17 février 1937, p. 19-20.

62Telle n’était pas l’attitude des autorités françaises : au contraire, dès 1911, le Gouverneur général Sarraut avait personnellement encouragé l’entreprise menée par Schneider dans ce sens ; par ailleurs, en 1915, le Résident supérieur au Tonkin65 de l’époque considérait, pour sa part, qu’il était devenu urgent d’organiser « une propagande méthodique pénétrant profondément toutes les couches de la société indigène », et avait bien perçu l’intérêt d’utiliser la presse à cette fin ; en passant de nouveaux contrats avec Schneider, il souhaitait que la presse puisse ainsi agir « franchement et loyalement sur l’opinion des Annamites », qu’elle « les éclairât sur les fins » de la politique de la France, « révisât leurs jugements et combattit les ignorances causes de tant de malentendus », pour « répandre la vérité à bon marché »66. Enfin, la revue Nam Phong, qui faisait de la vulgarisation auprès des élites vietnamiennes depuis 1917, était une pure création de l’administration coloniale. Il y avait donc bien eu dans la conscience politique française, au Tonkin du moins, l’amorce du concept de propagande culturelle, de colonisation des esprits, par la presse et le livre (bibliothèques de vulgarisation), dès les années 1910. Dans son rapport67 de 1937, Vayrac évoquait clairement le rôle de modèle que devait naturellement jouer le « Bureau pour la littérature populaire » des Indes néerlandaises dans le développement des bibliothèques de vulgarisation au Tonkin, du fait de ses succès évidents ; mais il y montrait également que dans le contexte indochinois, il était possible d’obtenir des résultats similaires, avec des moyens très différents :

Bref, je suis persuadé que nous pouvons obtenir le résultat recherché, par des moyens beaucoup plus modestes. J’ai toujours pensé, d’autre part, que, avec un peuple aussi fin et aussi moqueur que les Annamites, la propagande proprement dite est aussi nuisible qu’inutile. Seule porte la propagande indirecte. Faisons-nous connaître tels que nous sommes, par nos œuvres, par les œuvres de nos grands génies. Nous ne saurions confier notre cause à de meilleurs avocats.

Ce témoignage indique que Vayrac connaissait bien le travail de propagande mené par les Hollandais dans leus colonies. Si, dans une certaine mesure, il pouvait regretter que le gouvernement général d’Indochine n’ait pas mis autant de moyens dans son propre système de vulgarisation de la pensée occidentale, il pensait toutefois qu’il n’y avait pas lieu de prendre les Indes néerlandaises comme modèle absolu ; selon lui, la tâche de propagande pouvait être menée de façon différente, en s’attachant notamment à faire découvrir aux Vietnamiens la richesse intrinsèque de la littérature française, donc de la culture française, pour leur faire comprendre que la France était un modèle digne d’être suivi.

63Rappelons toutefois que le nom de la nouvelle collection qu’il dirigea à partir de 1935, le « Tứ Dân Văn Uyển », signifiant « Jardin des Lettres pour les quatre classes de la société », n’est pas sans rappeler celui des bibliothèques « Taman Poestaka » (« Jardin des Belles-lettres ») des Indes néerlandaises ; mais là encore, il s’agit de relativiser cette influence, dans la mesure où une rubrique intitulée « Jardin des Lettres » apparaissait déjà dans la revue Nam Phong en 1917.

  • 68 L’Almanach Hachette, ou « la petite encyclopédie populaire de la vie pratique », publié à Paris ent (...)
  • 69 Cf. supra – tableau « Exemples de titres de publications littéraires du Volkslectuur ».

64Finalement, on pourrait même aller jusqu’à se demander qui a pu influencer qui. Par exemple, si l’idée de Graffeuil et Pasquier de développer la publication d’almanachs semble bien avoir été influencée par Balai Poestaka, il n’en reste pas moins que le Tonkin connaissait déjà ce genre de publications du fait de l’entrée massive d’almanachs chinois dans ce pays vietnamien. Vĩnh, par exemple, publiait déjà un almanach en quốc ngữ pour contrer cette influence chinoise… Par ailleurs, rappelons que Balai Poestaka aurait été inspiré de l’Almanach Hachette68 permettant ainsi de développer ses « Volks Almanach » à partir de 1918… Il est également troublant de constater69 qu’en ce qui concerne la littérature qui a été publiée par Balai Poestaka, une très grande partie ait été d’origine française. Enfin, quand le Volkslectuur faisait publier des œuvres européennes comme celle de Swift, Les Voyages de Gulliver, en quoi faisait-il figure de précurseur ou de modèle par rapport à la rubrique littéraire de Ðông Dương Tạp Chí qui avait publié cette œuvre dès 1915 ?

  • 70 Forteresse française qui commandait le fleuve Rouge, attaquée et prise par les partisans du Parti n (...)
  • 71 Une bibliothèque mobile, inspirée du modèle néerlandais, a toutefois été créée en Cochinchine en 19 (...)
  • 72 Sur les 500 000 ex. de Tứ Dân Văn Uyển tirés entre mai 1935 (n° 1) et déc. 1936 (n° 36), 360 000 fu (...)

65Aussi, s’agit-il de nuancer l’influence du modèle néerlandais sur l’œuvre de vulgarisation par la presse et le livre développée par la France en Indochine, dans la mesure où Français et Vietnamiens avaient su mettre en place leur propre système bien avant que le Volkslectuur, en tant qu’organe gouvernemental à part entière, ne vît le jour en 1917 : les bibliothèques de vulgarisation avaient existé bien avant cette époque, et la première manifestation de ce fait se trouve dans l’existence même de Ðông Dương Tạp Chí dès 1913, et de son développement à une époque où le Volkslectuur n’en était qu’à ses balbutiements. De plus, avec les conséquences de la crise économique de 1929 et l’affaire de Yến Bay70 en 1930, il semble que le projet envisagé par Pasquier ait été complètement abandonné71, ce qui n’a sans doute pas permis à Balai Poestaka de pouvoir jouer pleinement un rôle de modèle en Indochine (Pasquel Rageau ; Salmon 1992 : 67-68). Enfin, René Robin, devenu Gouverneur général en juillet 1934, souhaitait poursuivre cette œuvre qui lui tenait à cœur depuis longtemps ; c’est ce qu’il fit en créant un « Bureau des Publications Indigènes », la revue Tứ Dân Văn Uyển 72, et en relançant la collection « La Pensée de l’Occident » avec Vayrac et Vĩnh.

66Hollandais et Français semblent avoir suivi des voies différentes du seul fait des circonstances : dans chacun des deux systèmes, le développement des bibliothèques de vulgarisation est dû à des initiatives privées ; toutefois dans le cas néerlandais, l’initiateur était un fonctionnaire de l’administration coloniale, alors que dans le cas français, il s’agissait d’un imprimeur et éditeur indépendant. Comme l’a très bien montré D. Jedamski, le fait que le système néerlandais de vulgarisation ait été institutionnalisé s’explique par un faisceau de circonstances particulières. Du côté français, cette institutionnalisation était plus difficile dans la mesure où des forces indépendantes, telles que Schneider ou Vĩnh, avaient finalement permis au gouvernement colonial de faire un travail similaire tout en lui permettant de faire des économies et de garder ses distances : cette situation particulière pouvait donner l’illusion qu’il ne s’agissait pas directement de propagande, mais bien d’organes de vulgarisation d’un certain savoir, lié à une demande particulière de la part des peuples indigènes. Dans les faits, ce n’était sans doute pas complètement une illusion car, si Vĩnh et Vayrac croyaient tous deux à la France comme guide et modèle pour le Việt Nam, et s’employaient à en diffuser la pensée (notamment par la littérature) (Affidi 2005), c’était essentiellement pour construire une identité spécifique pour ce Việt Nam qui entrait dans la modernité occidentale, et pour faire de la colonisation une chance historique d’ouverture sur autrui et d’enrichissement mutuel.

67Toutefois, si au niveau particulier la vulgarisation du savoir était une entreprise dont les motivations pouvaient être généreuses et humanistes, on ne peut occulter qu’au niveau des gouvernements coloniaux – français ou néerlandais – il s’agissait bien de tentatives de colonisation des esprits, ou du moins de maîtrise de la pensée des peuples colonisés, plus ou moins bien orchestrées, au gré des circonstances.

Haut de page

Bibliographie

AFFIDI Emmanuelle, 2006, « Ðông Dương Tạp Chí (1913-1919), une tentative de diffusion du discours et de la science de l’Occident au Tonkin : l’interculturalité, un enjeu colonial entre savoir et pouvoir (1906-1936) », thèse de doctorat, dir. Alain Forest, Université Paris VII-Denis Diderot, 793 p.

AFFIDI Emmanuelle, 2005, « L’action culturelle d’Émile Vayrac au Tonkin : Vulgariser la pensée française par la littérature… », in Weber, Jacques (dir.), Littérature et Histoire coloniale, Paris : Les Indes Savantes, pp. 327-363.

ANONYME, [n.d.], Guide de recherche sur « La Presse d’éducation et d’enseignement (xviiie siècle-1940) » - notice 185 de la Bibliothèque Nationale de France.

BEGUET Bruno (dir.), 1990, La Science pour tous : Sur la vulgarisation scientifique en France de 1850 à 1914, Paris : Bibliothèque du CNAM, 168 p.

BROCHEUX Pierre et HEMERY Daniel, 2001 (rééd. 1995), Indochine, la colonisation ambiguë (1858-1954), Paris : La Découverte. Édition augmentée en anglais (+ 80 p.), 2009, Berkeley : California University Press.

JEDAMSKI Doris, 1992, « Balai Pustaka -A Colonial Wolf in Sheep’s Clothing », Archipel, 44 : 23-47.

LASZLO Pierre, 1993, La Vulgarisation scientifique, Paris: PUF, Col. « Que Sais-Je ? ».

LEKKERKERKER T. -J., [n.d.] [cir. 1930], « Bureau voor de Volkslectuur, ce qu’il est et ce qu’il fait », Indes Néerlandaises, 31 p.

PASQUEL RAGEAU Ch. et SALMON Claudine, 1992, « Un projet colonial en Indochine inspiré de Balai Pustaka (1928-1930) », Archipel, 44 : 57-74.

PERREAU-PRADIER Pierre, 1931, « La presse en Indochine », Revue du Pacifique, I (2) : 289-293.

Phạm Thị Ngoạn, 1973, « Introduction au Nam Phong », Bulletin de la Société des Études Indochinoises de Saigon, Nouvelle série, XLVIII : 175-500.

Phạm Thị Ngoạn, 1978, « Index analytique du Nam Phong », thèse de doctorat de 3e cycle, Paris, Université Paris VII-Denis Diderot, 2 vol., 677 p. et 636 p.

ROLLET Laurent, 1994, « La vulgarisation scientifique chez Henri Poincaré », mémoire de DEA en Histoire et Philosophie des Sciences de l’Université Nancy 2, 178 p.

Haut de page

Notes

1 L’intention de « coloniser des esprits » n’étant pas clairement définie dans l’esprit même du colonisateur, cette étude montrera essentiellement quels moyens furent mis en œuvre afin de parvenir à quelque chose allant dans ce sens ; pour approfondir cette question et saisir le lien subtil existant entre savoir et pouvoir en situation coloniale, je renvoie le lecteur à ma thèse de doctorat (Affidi 2006). Et pour mesurer plus largement les enjeux de la « colonisation des esprits » et la circulation culturelle dans les empires coloniaux dans d’autres contextes spatio-temporels, voir notamment les travaux de Serge Gruzinski, par exemple : La Pensée métisse (1999) et La colonisation de l’imaginaire. Sociétés indigènes et occidentalisation dans le Mexique espagnol (xvie-xviiie siècles) (1988).

2 Paul Bert est à l’origine de l’organisation intellectuelle de l’Indochine. Le 3 juillet 1886, il créa les bases d’une « Académie tonkinoise » qui se proposait trois objectifs principaux : la conservation des monuments, la formation de bibliothèques publiques, et la publication d’un bulletin scientifique, littéraire et artistique ; chaque compagnie savante devait comprendre vingt membres français et vingt membres vietnamiens. Paul Bert disparut en novembre 1886, ce qui ne permit pas d’appliquer les dispositions de son arrêté.

3 Voir le travail de Jean Macé et de la Ligue de l’Enseignement.

4 Voir l’ensemble de ma thèse de doctorat (Affidi 2006) où il est question des enjeux liés à la traduction lors du passage des savoirs et des concepts philosophiques et moraux, de l’Occident en Indochine (et plus spécialement : partie I, chap. 4, 5, 6 et 7 : 102-243 ; partie III, chap. 14 : 531-561). Voir également l’article de Daniel Hémery dans le présent numéro.

5 Créé le 13 décembre 1886 par Jules Cousin, et imprimé par Schneider.

6 Avec l’administrateur Jules Boissière. Je rappelle que la Revue Indochinoise n’a rien à voir avec Ðông Dương Tp Chí (1913-1919).

7 Il s’agit du lac de l’Epée restituée (Hoàn Kiếm), à Hanoi.

8 « La voix commune du Ðại-Nam » (Phạm Thị Ngoạn 1973 : 176).

9 Ðông Kinh Nghĩa Thục est une école créée à Hanoi en mars 1907 par un groupe de lettrés modernistes et patriotes, sur le modèle de l’école japonaise Keiô fondée par Fukuzawa Yukichi avant la restauration de Meiji. Elle fut fermée par les autorités coloniales en décembre 1907. Nghĩa Thục signifie littéralement « école publique » (nghĩa = « commun » ; thục = « école »). Toutefois, le terme « nghĩa » peut également être envisagé dans le sens de « juste », « devoir », « amitié » ; c’est l’un des termes clés des vertus confucéennes. Ðông Kinh est l’ancien nom de Hanoi (le terme « Tonkin » créé par les Européens vient de là) ; littéralement, ce terme signifie « capitale de l’Est » et renvoie donc également à Tôkyô (d’où la filiation avec l’école Keiô-gijuku).

10 Traduit par : « Gazette des six provinces » (en Cochinchine).

11 De 1915 à 1919, le tirage de Ðông Dương Tạp Chí était d’environ 2 000 exemplaires, et celui de Trung Bắc Tân Văn, d’environ 4 500 (mais les lecteurs potentiels étaient dix fois plus nombreux que les acheteurs et abonnés).

12 C’était d’ailleurs la position des lettrés de l’école Ðông Kinh Nghĩa Thục.

13 Centre national des Archives d’Outre-Mer (CAOM) : GGI 65 407 : « propagande par la presse indigène ». Cf. Lettre-rapport de Schneider au Gouverneur général de l’Indochine A. Sarraut, du 25 juillet 1918, 20 p.

14 Tous deux inspecteurs de l’Instruction Publique de l’Indochine.

15 Il est probable que Schneider parle entre autres de Nguyễn Văn Vĩnh, qu’il connaissait depuis 1906.

16 Rapport Schneider (juillet 1918 : 1-2). En gras dans l’original.

17 En avril, le matériel est toujours incomplet.

18 « Sous le patronage de M. Gourbeil », lieutenant-gouverneur de Cochinchine.

19 Lettre-rapport de Schneider (juillet 1918 : 3-4). En gras dans l’original.

20 Sur la question du quốc ngữ, cf. Affidi (2006 : partie I, chap. 3).

21 CAOM – GGI 65 407 : lettre de Schneider au Gouverneur général de l’Indochine du 30 déc. 1912.

22 Pour en savoir plus sur cette revue, voir Affidi (2006).

23 Pháp = « méthode »/Việt = « ce qui est relatif au Việt Nam », ou « vietnamien ».

24 Il ne souhaitait pas que les annonces officielles puissent être présentées sur la même feuille que des annonces commerciales (qui finançaient de fait la diffusion de la méthode). Cf. lettre Schneider (juillet 1918 : 5).

25 Les Nouvelles du Nord et du Centre.

26 Litt. « paysans », terme servant communément à désigner (souvent de façon péjorative) les Vietnamiens ruraux.

27 En italique dans le texte de Schneider.

28 Rapport Schneider de juillet 1918 (cité supra), p. 12.

29 Donc les journaux Trung Bắc Tân Văn et Lục Tỉnh Tân Văn.

30 En gras dans le texte de Schneider.

31 En gras dans le texte original.

32 Rapport Schneider de juillet 1918 (cité supra), p. 8. La faute d’orthographe sur Ðông Dương Tập Chí se trouve dans le texte de Schneider (citation).

33 Selon Schneider, ces deux journaux devaient être « naturellement les défenseurs et les propagateurs de la Ðông Dương, de ses suppléments, de (sa) méthode et du programme de la France en Indochine » (Rapport Schneider de juillet 1918 [cité supra], p. 9).

34 Cf. ÐDTC, 14 janvier 1917, n° 104, dernière page. Mes traductions sont placées entre crochets.

35 Cf. ÐDTC - 1916 : n° 66 (critique de Phan Kế Bính), n° 70 (critique de Trần Trọng Kim) et n° 73 (critique de Ð? Th?n).

36 Centre National des Archives du Việt Nam, Centre n° 1, Hanoi (CNAVN) – Résidence supérieure du Tonkin (RST) 21 425 : rapport du résident supérieur au Tonkin Le Gallen, n° 776c, « sur une entente entre le gouvernement de l’Indochine et Schneider en vue de créer un journal indigène pour poursuivre l’œuvre politique », du 15 novembre 1915.

37 CNAVN – RST 21 425 : cf. rapport cité, p. 3-4. Je souligne dans le texte.

38 CAOM – GGI 65 407 : lettre de Schneider à M. Saint Chaffray, Résident supérieur au Tonkin, du 11 juillet 1918. Je souligne dans le texte.

39 CAOM – GGI 19 126, dossier « presse indochinoise (1911-1917) » : lettre du Lieutenant-gouverneur de la Cochinchine du 22 avril 1916, au sujet « des journaux indigènes édités par M. Schneider ».

40 Sur le parcours de ce personnage très particulier, voir ma thèse de doctorat (Affidi 2006 ; plus spécialement : partie II, chap. 10).

41 CAOM – GGI 43 944 : lettre n° 421 du 13 novembre 1916 ; CAOM – GGI 19 126 : lettre du 13 mai 1918.

42 CAOM – GGI 65 407 : cf. le rapport de Pasquier (alors directeur du Cabinet des affaires politiques et indigènes, au Gouvernement général de l’Indochine) en date du 18 mars 1919.

43 Sur la question des « bibliothèques de vulgarisation » ayant vu le jour suite aux succès de celle de Schneider, voir Affidi (2006 : partie II, chap. 13).

44 « Die Volksbibliothek » en allemand. Cette bibliothèque précède la « Bibliothèque alsacienne » et sera publiée entre 1867 et 1870.

45 Ces deux hommes menaient en effet depuis des années une intense activité de vulgarisation dont l’orientation était essentiellement littéraire, à travers les collections « Les lectures tonkinoises », « La Pensée de l’Occident », et « Tứ Dân Văn Uyển  » (« Le Jardin des Lettres pour les quatre classes de la société »). Cf. Affidi (2006 : chap. 10, 11 et 12).

46 Le titre peut être traduit par : « Balai Pustaka – Un Loup colonial déguisé en mouton (en Habits de Mouton) ».

47 Ces livres devaient favoriser le développement de la lecture des principales langues des Indes néerlandaises (javanais, soundanais, madurais et malais) dans des textes en caractères latins.

48 Suite au départ d’Hazeu pour l’Europe.

49 Le Sarekat Islam (Union de l’Islam) est un mouvement nationaliste anti-néerlandais, créé en 1912. Une scission en son sein en 1920 conduira à la création du Parti communiste indonésien.

50 Traduction de l’auteur : « Rinkes’ personal ambition led him to determine to develop the Volkslectuur into a significant instrument of colonial policy, and thus to restore his damage standing. [...] In this context, Rinkes’ view of literature and culture as a potential means of influencing politics is evident. This view was contrary to the conventional notion of literature. »

51 Pour éviter la corruption, Rinkes leur offrit un pourcentage de la vente, et fit inscrire le prix officiel de l’ouvrage sur la couverture (1925).

52 Edité en malais, en javanais et en soundanais.

53 Traduction de l’auteur : « So, in the end the administration – still hesitating and with a fearful eye on finances – decided to tolerate Rinkes’ policy. However, in Rinkes’ eyes, the evident success of the Volkslectuur was overshadowed by personal disappointment about the lack of esteem and the support withheld by the other departments. [...] Rinkes’ notion of culture and literature was ahead of its time and, thus, hardly met with any response. Conventionally, literature was not considered harmful or advantageous in a societal or political context. The only expectation connected with literature (if any at all) was that it not cause any extra expenses, at best. »

54 En 1930, le « Bureau pour la littérature populaire » était constitué de 4 sections : linguistique, administrative, des bibliothèques et de la presse, qui avaient pour objectif commun « l’élévation morale et culturale de la population indigène » (Lekkerkerker n.d. : 18).

55 À partir de 1925, un almanach agricole est créé (en plus de l’almanach traditionnel). Il se proposait « d’enseigner aux paysans les méthodes occidentales de travail, plus efficaces que leurs anciennes méthodes » (Lekkerkerker n.d. : 28).

56 Le journal Parahyangan date de 1928-1929.

57 Le journal Kedjawèn date de 1926.

58 Notons que le Volkslectuur publiait également un rapport mensuel à caractère secret, sur les principales tendances de la presse indigène (Jedamski 1992 : 35).

59 Tableau inspiré des documents placés en « appendice » dans cette brochure, sous le titre : « Choix de titres des publications du bureau ». Notons que la littérature française est placée à part.

60 En ce qui concerne cette revue, lire : Ph?m Th? Ngo?n (1973). Voir également (Affidi 2006 : chap. 12). NB : Nam Phong avait environ 2 000 abonnés en 1920.

61 Dans l’article : « M. Pasquier au Comité franco-hollandais d’études coloniales », in L’Annam Nouveau (journal dirigé par Nguyễn Văn Vĩnh au Tonkin) – 5 février 1931.

62 La brochure aurait donc peut-être été réalisée à leur intention.

63 Tous ces documents se trouvent dans un dossier du CAOM (GGI 47 458).

64 CAOM – RSTNF 5219 : rapport de Vayrac du 17 février 1937, p. 2.

65 Le Tonkin étant, par sa position géographique, le plus touché (des cinq pays de l’Indochine française) par la propagande anti-française animée depuis la Chine. Il était aussi le plus peuplé de l’Union indochinoise.

66 CNAVN – RST 21 425.

67 CAOM – RSTNF 5219 : rapport du 17 février 1937, p. 19-20.

68 L’Almanach Hachette, ou « la petite encyclopédie populaire de la vie pratique », publié à Paris entre 1895 et 1922. Rappelons cependant que les Hollandais connaissaient également les almanachs (a priori, il en existait, publiés à Amsterdam au xixe siècle) ; on peut penser que l’almanach parisien était un modèle du genre.

69 Cf. supra – tableau « Exemples de titres de publications littéraires du Volkslectuur ».

70 Forteresse française qui commandait le fleuve Rouge, attaquée et prise par les partisans du Parti nationaliste vietnamien VNQDÐ (Việt Nam Quốc Dân Ðảng), entre le 9 et le 10 février 1930. La répression qui s’ensuivit fut terrible : « 1 086 jugés, 80 condamnés à mort et 594 à de lourdes peines de prison. » (Brocheux et Hémery 2001 : 306). Pour les détails sur le VNQDÐ, voir l’article de François Guillemot dans le présent numéro.

71 Une bibliothèque mobile, inspirée du modèle néerlandais, a toutefois été créée en Cochinchine en 1936, sous le nom de « bibliobus ».

72 Sur les 500 000 ex. de Tứ Dân Văn Uyển tirés entre mai 1935 (n° 1) et déc. 1936 (n° 36), 360 000 furent distribués gratuitement…

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Publicité (1916) pour les ouvrages publiés par l’imprimerie Schneider (traductions de l’auteur entre crochets)
URL http://moussons.revues.org/docannexe/image/1078/img-1.png
Fichier image/png, 122k
Titre Fig. 2 : Exemples de publications de la « Bibliothèque franco-annamite de vulgarisation » (1917) (Texte original en vietnamien traduit par l’auteur)
URL http://moussons.revues.org/docannexe/image/1078/img-2.png
Fichier image/png, 42k
Titre Fig. 3 : Exemples de titres des publications littéraires du Volkslectuur (Lekkerkerker n.d : 29-31)59
URL http://moussons.revues.org/docannexe/image/1078/img-3.png
Fichier image/png, 86k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuelle Affidi, « Vulgarisation du savoir et colonisation des esprits par la presse et le livre en Indochine française et dans les Indes néerlandaises (1908-1936) », Moussons, 13-14 | 2009, 95-121.

Référence électronique

Emmanuelle Affidi, « Vulgarisation du savoir et colonisation des esprits par la presse et le livre en Indochine française et dans les Indes néerlandaises (1908-1936) », Moussons [En ligne], 13-14 | 2009, mis en ligne le 27 novembre 2012, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://moussons.revues.org/1078

Haut de page

Auteur

Emmanuelle Affidi

Docteur en Histoire contemporaine de l'Université Paris 7-Denis Diderot, diplômée de l’INALCO en langue vietnamienne, et chercheuse associée à l’équipe EPHE-EFEO « État et société en Péninsule indochinoise : le Vietnam et ses voisins dans son évolution historique », l’auteur est spécialiste des civilisations comparées et des passages de savoirs et concepts d’une sphère culturelle à une autre.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page