Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Conférences

Colloque international : Modernities and dynamics of tradition in Vietnam : Anthropological approaches, 15-18 décembre 2007 à Bình Châu (Việt Nam)

Nguyen Phuong Ngoc
p. 385-387

Texte intégral

1Le colloque international Modernities and dynamics of tradition in Vietnam : Anthropological approaches s’est déroulé du 15 au 18 décembre 2007 à Bình Châu dans la province de Bà Ria au Sud du Việt Nam. Financé par la Ford Fondation au Việt Nam et la Wenner-Gren Fondation pour l’anthropologie, ce colloque a été organisé conjointement par l’Université des Sciences Sociales et Humaines (Université Nationale de Hồchíminh-ville) et l’Université de Toronto (Canada).

2Le professeur Lương Văn Hy du département d’Anthropologie de l’Université de Toronto est à l’initiative de ce colloque. Sollicité au départ pour donner une vision d’ensemble de la recherche anthropologique sur le Việt Nam, il s’est rendu compte de son développement rapide ces dernières années dans les pays anglo-saxons, mais aussi ailleurs comme au Japon. Cela est dû à un ensemble de facteurs, en particulier l’accès plus aisé au terrain de recherche et l’intérêt suscité par les changements récents du pays.

3Ce colloque avait donc pour l’objectif, d’une part, de dresser un état des lieux des recherches anthropologiques récentes sur le Việt Nam (9 ateliers, 81 communications), et d’autre part, de contribuer au développement de l’enseignement et de la recherche en anthropologie au Việt Nam (10e atelier). Environ cent cinquante chercheurs, enseignants et doctorants venus des différentes régions du Việt Nam et de seize pays d’Amérique, d’Europe, d’Asie et d’Australie, ont participé au colloque. En ce qui concerne les chercheurs français, on note la présence de Nelly Krowolski, Nguyen Tung et Claire Chauvet (Centre d’Asie du Sud-Est, CNRS-EHESS), Olivier Tessier et Andrew Hardy (EFEO), Jérémy Jammes (Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative, CNRS-Paris X), ainsi que Frédéric Bourdier (Société Santé Développement, CNRS-Univ. Bordeaux 2) et les doctorants Nicolas Lainez (EHESS Paris) et Emmanuel Panier (inscrit à l’Université de Provence dans le cadre du projet FSP Sciences Sociales sur les « réseaux sociaux au Nord du Việt Nam »). Deux chercheurs de l’IRSEA ont été invités par l’Université de Toronto : Christian Culas avec une communication dans le premier atelier sur la Study of discourses on local knowledge and practices on environment management in Vietnam mountains : An anthropological perspective ; et Nguyên Phuong Ngoc avec une communication dans le deuxième atelier sur les Private Enterprises in Society : Enterprise Research from an anthropological perspective to understand contemporary Vietnam.

4Malgré le nombre important des communications, les ateliers du colloque ont été tenus en séance plénière afin de favoriser la connaissance mutuelle et la discussion. Chaque atelier est animé par un président et deux rapporteurs, dans l’objectif de multiplier les points de vue et les perspectives comparatives. Le temps est consacré à l’intervention des rapporteurs, aux réponses des auteurs, puis à la discussion générale. Une sélection des communications en vietnamien sera publiée au Việt Nam en 2009 dans un ouvrage collectif, certaines communications en anglais seront également publiées prochainement.

5— La séance inaugurale du 15 décembre est suivie par le premier atelier portant sur « Environnement et Écologie » avec cinq communications qui s’articulent autour de la question de l’utilisation des ressources naturelles de la forêt qui soulève souvent des contradictions entre les besoins du développement économiques et les respects de l’environnement par les populations locales (groupes ethniques et Kinh).

6— L’atelier 2, « Économie : Production, Échanges, et Consommation », regroupe sept communications dont certaines explorent de nouvelles pistes de recherche dont la pêche (John Kleinen), l’argent et son utilisation au Việt Nam (Allison Truitt), la moto et les facteurs déterminant son achat dont sa signification sociale (Elizabeth Vann).

7— L’atelier 3 portant sur le thème de la « Structure de la société et sécurité sociale » réunit seize communications. À côté des problématiques déjà bien connues (comme le village et la parenté), d’autres témoignent du renouvellement des thèmes en abordant les questions du pouvoir, des genres, des classes et les réseaux sociaux. Les niveaux de distinction entre les villes et les campagnes sont des réalités, de même que les changements structurels profonds en milieu rural.

8— La problématique « Transnational et mondialisation » du 4e atelier a suscité sept communications : les communautés vietnamiennes en ex-Allemagne de l’Est, au Laos, en Corée du Sud, au Taïwan. L’étude de Melissa J. Pashigian porte sur l’infertilité comme un moyen de connaissance des changements dans les relations de parenté à l’ère de mondialisation.

9— Les trois communications du 5e atelier, la « Santé », s’intéressent, dans le contexte de la propagation du Sida, aux changements comportementaux masculins, ainsi qu’à la construction sociale et symbolique du Sida au Việt Nam.

10— Le 6e atelier, « Rituels et religion », regroupe seize communications. Oscar Salemink s’interroge sur la question générale de la sécurité spirituelle, Thành Phần s’intéresse aux problèmes méthodologiques concernant la recherche sur les Chams au Việt Nam. D’autres contributions portent sur des ethnies minoritaires (Vargyas, Yoshimoto) ou des cultes populaires comme celui des Quatre-Palais (Claire Chauvet), de Tran Hung Dao (Phạm Quỳnh Phương), le chamanisme (Gábor Vargyas, Phan Thị Yến Tuyết). La problématique de changement est également retenue, comme par exemple l’évolution du bouddhisme vietnamien contemporain (Trần Hồng Liên), ou la filiation entre le « Temple des Trois Doctrines » et le caodaïsme au Sud du Việt Nam (Jeremy Jammes).

11— Les huit communications du 7e atelier, « Ethnicité, lois et Etat », explorent les relations entre le pouvoir central et les ethnies minoritaires dans l’histoire (Shine Toshihiko) comme à l’époque actuelle (Hoàng Lương), ainsi que les politiques ethniques dans les domaines de l’éducation (Trương Huyền Chi) et de l’enseignement des langues (Vũ Thị Thanh Hương, Yukti Mukdawijitra).

12— Le 8e atelier (quatre communications) porte sur le thème des « Narrations et mémoires » : la guerre est le sujet dominant à travers les traumatismes de la guerre comme l’agent orange (Diane Fox) ou la violence du point de vue des genres (Helle Rydstrom). Susan Bayly explore les imaginaires des familles intellectuelles, quand Ken MacLean s’interroge sur la construction d’un passé proche, celui de Thời bao cấp des années 1975-1986.

13— « Héritage, textes, médias et construction culturelle » (9e atelier) regroupe quatorze communications. Neil Jamieson propose une réflexion d’ordre général sur la culture vietnamienne. Plusieurs s’interrogent sur les transformations culturelles récentes : chez les habitants de Hồchíminh-ville (Phan Xuân Biên), dans des villages limitrophes de Hà Nội (Nguyễn Thị Phương Châm), à travers des mises en scène du patrimoine (Lauren Meeker), etc. D’autres proposent de nouvelles sources pour l’anthropologue : histoires drôles (Nelly Krowolski et Nguyễn Tùng), calligraphie de l’écriture vietnamienne romanisée (Phan Phương Anh), cinéma (Michael DiGregorio), art contemporain (Nora Taylor)

14— Le 10e atelier du 18 décembre est consacré au bilan du colloque et aux propositions concernant l’enseignement et la recherche en anthropologie au Việt Nam dans les années à venir. Dans son rapport, Võ Công Nguyện estime que les changements se font trop lentement et ne sont pas coordonnés entre les universités. Selon Hy Van Luong, l’anthropologie au Việt Nam, sous le poids de son histoire, est encore « une ethnologie élargie ». Le professeur Mạc Đường, représentant de la première génération d’ethnologue du Việt Nam indépendant, rappelle la longue histoire de la discipline au Việt Nam et souligne qu’il ne faut pas oublier les défis spécifiques du Việt Nam un pays multiethnique et multiculturel. De l’avis général, il faut accorder une attention particulière à la formation des enseignants et des chercheurs pour assurer la relève, ainsi qu’à la traduction des ouvrages théoriques et des manuels. Parallèlement, il ressort qu’il faut faire mieux connaître la discipline et ses applications en direction des étudiants et de leurs familles, mais aussi de la société en général. Cette préoccupation correspond par ailleurs à l’impératif de trouver des débouchés pour les étudiants diplômés en anthropologie, condition importante pour son développement dans l’avenir.

  • 1 Sur cette période, voir Nguyen Phuong Ngoc, « À l’origine de l’anthropologie au Vietnam. Recherches (...)
  • 2 Je remercie le Pr Lương Văn Hy pour ces informations.

15Suite aux colloques tenus à Hà Nội, à Hồchíminh-ville et à Huế entre 2000 et 2001, ce colloque se situe dans la perspective d’une réforme en profondeur de la discipline au Việt Nam. Celle-ci est en passe de devenir « anthropologie » (nhân học) sur la base de « ethnologie » (dân tộc học) qui a derrière elle une longue histoire enracinée dans la tradition de l’école française à l’époque coloniale1 et enrichie par les apports des écoles chinoise ou soviétique (au Nord). Depuis une dizaine d’années, l’influence américaine et anglo-saxonne est devenue prépondérante, comme en témoignent la formation des chercheurs et des enseignants (au Việt Nam ou à l’étranger), la traduction d’ouvrages, l’organisation des séminaires et des colloques. Le processus de la création des départements d’anthropologie indépendants (l’ethnologie était traditionnellement intégrée dans le département d’histoire) dans les universités nationales de H“chíminh-ville et de Hà Nội, ainsi qu’à l’Université de Huế, est en cours. À Hồchíminh-ville, un programme de formation en anthropologie a été introduit en 2002 et un département d’Anthropologie a été créé en février 2008. À Huâ, un département d’Anthropologie et d’Action sociale vient d’être créé2. Le changement de nom s’accompagne donc d’un changement institutionnel, d’une augmentation des offres de formation, d’un renouvellement des thèmes et des méthodes de recherche, ainsi que d’une nouvelle génération de chercheurs. L’ouverture à la communauté internationale est remarquable, résultat d’une conjonction des efforts de chercheurs vietnamiens et de leurs collègues étrangers, de la volonté des autorités universitaires et ministérielles, mais aussi du soutien important de la Ford Fondation au Việt Nam Dans ce processus de renouvellement de l’anthropologie au Việt Nam, le colloque de Bình Châu est un jalon essentiel.

Haut de page

Notes

1 Sur cette période, voir Nguyen Phuong Ngoc, « À l’origine de l’anthropologie au Vietnam. Recherches sur les auteurs de la première génération », thèse, tapuscrit, sous la dir. de Trinh Van Thao, Université de Provence, 2004, 599 p. À paraître prochainement sous le titre À l’origine de l’anthropologie au Vietnam, Aix-en-Provence : Publications de l’Université de Provence.

2 Je remercie le Pr Lương Văn Hy pour ces informations.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nguyen Phuong Ngoc, « Colloque international : Modernities and dynamics of tradition in Vietnam : Anthropological approaches, 15-18 décembre 2007 à Bình Châu (Việt Nam) », Moussons, 13-14 | 2009, 385-387.

Référence électronique

Nguyen Phuong Ngoc, « Colloque international : Modernities and dynamics of tradition in Vietnam : Anthropological approaches, 15-18 décembre 2007 à Bình Châu (Việt Nam) », Moussons [En ligne], 13-14 | 2009, mis en ligne le 12 juillet 2012, consulté le 26 mars 2017. URL : http://moussons.revues.org/1120

Haut de page

Auteur

Nguyen Phuong Ngoc

Sociologue, Chargée de cours de langue et civilisation vietnamienne, Université de Provence (Aix-en-Provence)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page