Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Conférences

Colloque international : « Pluralisme religieux : regards croisés France-Vietnam », Hà Nội, 5-6 octobre 2007

Pascal Bourdeaux
p. 388-390

Texte intégral

1Les vendredis 5 et samedi 6 octobre 2007 s’est tenu à Hà Nội un colloque ayant pour objet l’étude comparée du pluralisme religieux en France et au Việt Nam. Co-organisé par l’Institut de Recherches sur les Religions (IRR-Viện nghiên cứu tôn giáo) et la section des sciences religieuses de l’École Pratique des Hautes Études, ce dernier a bénéficié des soutiens logistiques, financiers et humains de l’Académie des Sciences Sociales du Việt Nam (mise à disposition d’une salle de conférences de niveau international et d’annexes sur son site de la rue Liễu Giai), de l’EPHE, du GSRL (UMR EPHE-CNRS 8582) et de l’Ambassade de France au Việt Nam.

2Cette rencontre s’est placée dans le prolongement d’une première tenue en Sorbonne les 7 et 8 juillet 1999, laquelle avait ouvert de premiers échanges sur la conception des « sciences religieuses » dans les deux pays concernés. Si l’on peut regretter un si grand intervalle dans l’organisation de ces rencontres bilatérales, on peut se féliciter – comme l’atteste la richesse des communications – des progrès réalisés au cours de ce laps de temps en termes de recherche empirique, de renforcement de la coopération et de la formation, d’ajustement de problématiques (modernité religieuse appliquée au contexte asiatique, pluralisme) qui ouvrent des perspectives nouvelles dans l’élaboration théorique et dans l’analyse conjointe des pratiques contemporaines du religieux. Notons dans ce même registre que la bonne tenue d’ensemble de la volumineuse publication des actes du premier colloque parisien compense pour partie la longue attente de cette édition bilingue sortie à Hà Nội en juin 2007 (Nxb khoa học xã hội) et qui a donné lieu à une présentation publique la matinée du vendredi.

3En ouverture du second acte de ces rencontres, Messieurs Trần Đức Cường, Vice-président de l’Académie des Sciences Sociales du Việt Nam et Michel Flesch, Conseiller de coopération et d’action culturelle à l’Ambassade de France, ont rappelé l’intérêt partagé pour l’étude de la société contemporaine vietnamienne et le programme opératoire sur fonds de solidarité prioritaire qui en est une des concrétisations : le FSP « Appui à la recherche sur les enjeux de la transition économique et sociale au Việt Nam ». A été également rappelée la signature dans ces mêmes lieux d’une convention cadre entre l’ASSV et l’EPHE en octobre 2006 qui cherche à valoriser la conception pratique de la formation doctorale et de la recherche dans des domaines aussi divers que l’épigraphie, la psychologie, les sciences religieuses. Messieurs Nguyễn Hồng Dương, tout récent remplaçant de Đỗ Quang Hưng à la direction de l’IRR, et le doyen de section, Philippe Hoffmann ont, quant à eux, tenu à exprimer leurs vœux de poursuite d’un partenariat privilégié que ne peut mieux illustrer l’actuel projet de coopération intitulé « modernité religieuse et Đổi mới : de la reconfiguration des paysages bouddhistes et chrétiens au Việt Nam ».

4Le pluralisme, notion classique dans de nombreux domaines des sciences sociales, morales et politiques, a été fortement théorisé, y compris en sociologie des religions au point d’en devenir un paradigme. Si les différentes interventions des chercheurs français se sont évertuées à présenter leurs conceptions du pluralisme religieux selon différentes approches d’analyse (historique, juridique, politiste, sociologique et anthropologique), en insistant sur certaines confessions (catholicisme, protestantisme) et en diversifiant les jeux d’échelles (groupes d’acteurs locaux, État-nation, Union Européenne), les intervenants vietnamiens ont, quant à eux, considéré le pluralisme religieux comme un moyen de décrire, d’un point de vue globalisant ou dans des études de cas précis, les « changements » de la vie religieuse – en creux sa diversification – et l’actualité de ces changements depuis l’instauration du Đổi mới, plus précisément depuis les premiers signes d’évolution, au début des années 1990, de la posture étatique et de la société face aux phénomènes religieux, fussent-ils une réactivation de formes traditionnelles ou des productions religieuses de la modernité.

5La première matinée a comparé la situation du pluralisme religieux en contextes monothéistes et polythéistes en prenant pour objets de réflexion commune le catholicisme (préoccupations de l’église catholique à l’égard des religions du monde présentées par Jean-Robert Armogathe ; approche culturelle du catholicisme vietnamien par Nguyễn Hồng Dương) et le rapport entre État et religions (communications de Denis Pelletier sur les catholiques français et l’État laïque au xxe siècle ; de Patrice Rolland sur la régulation juridique de la pluralité depuis la Séparation). Nguyễn Thanh Xuân, vice-président du département des religions de l’Etat, empêché de dernière minute, n’a pu présenter sa communication portant sur les évolutions de la politique religieuse au Việt Nam. Les participants ont pu néanmoins consulter sa communication écrite se trouvant dans le recueil de documents. Après un essai de différenciation des religions occidentales et orientales par Đặng Nghiêm Vạn, Nguyễn Duy Hinh a parlé du bouddhisme vietnamien dans son rapport à l’économie, dans le passé et de nos jours, alors que Nguyễn Quốc Tuấn l’a abordé sous l’angle de sa très grande diversité notamment sociologique, doctrinale et structurelle.

6Les intervenants de l’après-midi ont abordé la modernité religieuse et les régulations nationales de la pluralité religieuse. Jean Paul Willaime et Philippe Portier ont présenté, l’un, le rapport entre religion et politique dans le contexte de la construction européenne, l’autre, les divergences et les convergences menant ou non vers un modèle commun de laïcité au sein de l’Union européenne. En réponse à ces interventions, Đặng Thế Đại est intervenu sur les articulations qu’il perçoit entre communauté nationale et communautés religieuses au Việt Nam après que Đỗ Quang Hưng a présenté les enjeux de la pluralisation et de la reconnaissance étatique de nouvelles expressions religieuses au Việt Nam. Dans une parfaite symétrie, deux chercheurs ont traité d’autres défis que représentent, pour les États, les minorités protestantes évangélistes en France (Sébastien Fath) et au Việt Nam (Nguyễn Xuân Hùng). Deux dernières études ont apporté à la thématique de la modernité en insistant sur l’utilité sociale des religions (Nguyễn Mạnh Cường sur le rôle actuel des moines khmers du theravadha au Sud du Việt Nam ; Nguyễn Nghị sur les activités de la jeunesse catholique).

7Dans la poursuite de ces deux dernières interventions, la matinée du samedi a été entièrement consacrée aux évolutions contemporaines du paysage religieux vietnamien depuis l’instauration de la politique du Đổi mới et l’intégration grandissante du Việt Nam dans l’économie mondialisée. Trần Hồng Liên a mené une analyse à la fois qualitative et quantitative des pratiques bouddhistes au Sud du Việt Nam ; Dương Viết Hồng a fait de même pour l’ensemble des pratiques religieuses dans la région de Huâ. Nguyễn Đức Truyến a présenté les différentes organisations sociales des communautés Cham du Centre Việt Nam soumises, comme l’ensemble du pays, à de rapides transformations économiques. Ngô Hữu Thảo a enfin considéré certaines inscriptions physiques et matérielles de la vie religieuse telles que les activités éditoriales et la construction (ou la rénovation) de lieux de cultes.

8Les organisateurs du colloque avaient enfin souhaité réserver une séance pour que de jeunes chercheurs, français et vietnamiens puissent présenter leurs travaux récents ou en cours sur les réalités religieuses du pays hôte. Ils ont pu illustrer de la sorte, la pluralité des recherches menées, l’intérêt de la coopération scientifique et la réactualisation des problématiques en cherchant à se situer, non sans difficultés parfois, à l’interface de réflexions théoriques de portée générale et de nouvelles appréhensions du terrain vietnamien. Pascal Bourdeaux a ainsi présenté un des aspects de son étude socio-historique du bouddhisme Hòa Hảo ; il a lu par ailleurs la communication de Christian Culas, retenu en France, portant sur le chamanisme hmong ; Jérémy Jammes a décrit quelques-uns des réseaux du caodaïsme au Việt Nam et dans la diaspora. Nguyễn Thị Thu Hàng a fait part des premières données d’enquêtes réalisées auprès de la jeunesse catholique à Hà Nội, objet de sa thèse de doctorat ; Mathieu Bouquet a enfin présenté les hypothèses de son investigation portant sur les reconfigurations religieuses des Hauts plateaux du Centre Việt Nam depuis le début des années 1980.

9Au vu de la richesse des interventions et du nombre de réactions suscitées, les responsables de séance, Đỗ Quang Hưng et Jean-Paul Willaime, ont proposé de sérier l’ensemble des questions posées lors des présentations individuelles et de déléguer à quelques intervenants, français et vietnamiens, la charge d’articuler le débat en répondant aux interrogations récurrentes et en les intégrant aux thématiques qui se sont dégagées (éclaircissements sur la régulation juridique, le prosélytisme évangélique, la politique religieuse au Việt Nam, la diversité du bouddhisme). Ces réponses ont été également l’occasion pour les intervenants français d’exprimer leur point de vue extérieur sur ce que laissent percevoir ces échanges de la situation vietnamienne (débats concernant le modèle de laïcité et l’émergence d’une société civile).

10Il est revenu au doyen Philippe Hoffmann la tâche et l’honneur de conclure. Son allocution a su parfaitement résumer l’ensemble de ces deux journées, rappeler les nuances et les détails saillants des interventions, souligner enfin les interrogations centrales et les discussions suscitées par cette conférence. Il a encouragé les organisateurs à publier, rapidement et sous un même format bilingue, les actes qui seront très utiles à l’ensemble de la communauté scientifique. Ses derniers mots ont été adressés à l’ensemble des intervenants venus de France, de Hồ Chí Minh-ville, de Huâ, rattachés à divers instituts de recherche (EPHE, CNRS, IRR, Institut de sociologie, Institut des Sciences Sociales au sud du Việt Nam, Institut politique Hồ Chí Minh, instances centrale et provinciale des affaires religieuses et des cultes) ainsi qu’aux organisateurs et aux traducteurs qui tous ont contribué à réunir les conditions favorables à l’instauration de ce riche dialogue franco-vietnamien.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pascal Bourdeaux, « Colloque international : « Pluralisme religieux : regards croisés France-Vietnam », Hà Nội, 5-6 octobre 2007 », Moussons, 13-14 | 2009, 388-390.

Référence électronique

Pascal Bourdeaux, « Colloque international : « Pluralisme religieux : regards croisés France-Vietnam », Hà Nội, 5-6 octobre 2007 », Moussons [En ligne], 13-14 | 2009, mis en ligne le 12 juillet 2012, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://moussons.revues.org/1122

Haut de page

Auteur

Pascal Bourdeaux

Maître de conférences, histoire des religions de l’Asie du Sud-Est, EPHE.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page