Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Conférences

Colloque international : « Duy Tân, “modernisation”, au Vietnam dans la première décennie du xxe siècle », Aix-en-Provence, 3-5 mai 2007

La Rédaction
p. 390-392

Texte intégral

1Le colloque consacré à l’étude des débuts de « Duy Tân, « modernisation », au Việt Nam dans la première décennie du xxe siècle » s’est tenu les 3, 4 et 5 mai 2007 à Aix-en-Provence, dans les locaux de l’Université de Provence et dans ceux du Centre des archives d’Outre-mer (CAOM). Organisé par Nguyên Phuong Ngoc et Gilles de Gantès, sous l’autorité des Professeurs Trinh Van Thao et Charles Fourniau, il a été soutenu matériellement par la Maison Asie-Pacifique, l’IRSEA, l’Université de Provence et le CAOM, ainsi que par l’EFEO-Hà Nội, l’Ambassade de France au Việt Nam, le ministère français des Affaires étrangères, l’Agence universitaire de la francophonie (AUF), le Conseil régional PACA, le Conseil général des Bouches-du-Rhône, la Ville d’Aix-en-Provence et la compagnie Vietnam Airlines.

2Il s’agissait d’étudier dans le détail comment la sensibilité moderniste s’était développée au Việt Nam au début du xxe siècle et sous quelles formes particulières. Une des difficultés épistémologiques dans la définition des interventions avait été que, 1908 étant une date symbolique importante dans l’histoire du Việt Nam, marquée par une révolte paysanne anti-fiscale d’une part et par une tentative d’empoisonnement de la garnison française de Hà Nội d’autre part, le souvenir de ces révoltes et de la répression coloniale est, légitimement, un des thèmes importants de la mémoire collective vietnamienne et masque le développement de la sensibilité moderniste. La nature du phénomène entraîne en effet qu’il est mal enregistré : la plupart des communications ont montré que le Duy Tan n’était pas exactement un mouvement organisé mais plutôt une sensibilité, dont les manifestations ont d’ailleurs été très diverses : adaptation subtile d’une association traditionnelle (intervention de Vũ Thế Khôi sur l’Association des lettrés du temple Ngọc Sơn), négociation habile et pugnace de groupes de villageois confrontés à la brutalité du développement entrepreneurial (intervention de David Del Testa à propos des ouvriers-paysans de Vinh), création de coopératives de production (intervention de Trinh Van Thao à propos de la société Liên Thành), création d’écoles dont la plus célèbre, sise à Hà Nội, était l’école Đông Kinh Nghĩa Thục mentionnée dans plusieurs interventions. Peu de rapports entre ces éléments, pas de chef d’orchestre magistral ; une ambiance. Le pari épistémologique proposé était de tenter d’approcher cette ambiance conjoncturelle en centrant les communications sur un temps très court (une dizaine d’années) afin de pouvoir pénétrer dans le détail des structures mal connues jusqu’ici. Il entraînait également d’une part une interrogation sur la façon dont est écrite l’histoire (prendre en compte l’épaisseur sociale dans laquelle s’exerce l’action des rois et des héros ; il était inspiré d’autre part de l’observation du Việt Nam contemporain où l’adaptation extraordinaire de la société à la politique d’ouverture (Đổi mới) ne peut se comprendre sans prendre en compte l’évolution antérieure des mentalités. La dernière communication du colloque, celle de Đặng Phong, concluait d’ailleurs la manifestation par un parallèle drôle et brillant entre le Duy Tân et le Đổi mới, juste après que Nguyễn Văn Khánh ait tracé un tableau des recherches et publications dédiées au mouvement Duy Tân depuis un demi-siècle, ayant souligné lui-aussi leur nécessaire renouveau actuel.

3Après l’ouverture de la manifestation par MM. Caverni (Président de l’Université de Provence) et Nguyễn Văn Khánh (Recteur de l’Université des Sciences sociales et Humaines, Université Nationale de Hà Nội), le premier atelier (jeudi matin), dont les communications furent orchestrées par Jean-Louis Margolin (Université de Provence/IRSEA), fut consacré à une comparaison avec les autres pays asiatiques car cette sensibilité était répandue dans toute l’Asie, en Chine bien-sûr (communisation de Van My Huong), mais aussi à Taiwan alors colonisée (Chantal Zheng) ou au Siam (Jean Baffie), inspirée notamment de l’exemple japonais (Chizuru Namba). Les idées dites « modernistes » se propageaient d’ailleurs entre ces différents pôles et elles circulaient en grande partie d’une façon autonome, hors des circuits dominés par les Européens, comme l’ont montré Chizuru Namba et Van My Huong. Le modernisme dont il est question n’est donc pas une simple copie des méthodes occidentales, mais une interprétation (ou plutôt, des interprétations) faites par les élites modernistes de nombreux pays d’Asie orientale et d’Asie du Sud-Est. Les trois ateliers suivants (jeudi après-midi à l’Université de Provence et vendredi au CAOM, généreusement ouvert par sa directrice, Martine Cornède), dont les séances furent présidées respectivement par Stein Tønnesson (PRIO Oslo), Trinh Van Thao et Charles Fourniau, ont été consacrés à l’étude détaillée des structures et des acteurs qui ont permis le développement de la sensibilité moderniste. Outre les études de cas précédemment citées, après que Nguyễn Quyết Thắng eut brossé un tableau général de Duy Tân interprété comme un mouvement et que Nguyễn Kim Sơn a présenté le socle idéologique sur lequel se fondait la sensibilité moderniste (étude des thèmes principaux abordés par la version nouvelle du Manuel de morale, nouvelle version), quatre communications ont été consacrées à des parcours individuels : Nguyễn Văn Hoàn, Phạm Xuân Thạch et Pierre Brocheux ont souligné le rôle de certaines personnalités éminentes (respectivement, Đặng Nguyên Cẩn d’une part, Nguyễn Văn Vĩnh d’autre part, Gilbert Chieu et Phan Văn Trường enfin). La communication de Vinh Sinh, empêché en dernière minute, mais qui avait fourni son texte consacré au rôle de Phan Châu Trinh, fut lue aux participants. Le rapprochement des quatre textes permet de comprendre que le groupe des Vietnamiens acquis aux idées modernistes était relativement restreint et qu’ils se connaissaient tous. Malgré ce qui pourrait apparaître comme une faiblesse, leurs idées se répandirent pourtant et, assez rapidement, dans l’ensemble de la société vietnamienne : Bùi Trân Phượng a montré combien les femmes avaient joué un rôle essentiel dans la propagation et le développement de ces idées ; Claire Trân Thi Liên et Yves Le Jariel ont montré que les catholiques y jouèrent un rôle jusqu’alors peu connu ; Nguyên Thé Anh et Emmanuel Poisson (empêché de dernière minute mais dont la communication a été lue par Daniel Hémery) développèrent l’idée que même le mandarinat – même la frange la plus traditionnelle – a eu à s’y adapter. Le quatrième atelier (vendredi après-midi, CAOM) a été l’occasion de présenter les sources iconographiques permettant une approche originale de la société vietnamienne du début du xxe siècle. Marie-Hélène Degroise a présenté les fonds photographiques dont elle est responsable du CAOM, signalant leur richesse, leur accessibilité (beaucoup de ces fonds ont été mis en ligne et sont consultables sur la base Ulysse) et la délicate question des droits ; John Kleinen a analysé les clichés laissés par un ingénieur hollandais résidant à Hà Nội en 1908, signalant avec humour qu’aucun de ces clichés n’était consacré au modernisme, ce qui interroge sur la façon dont les contemporains pouvaient appréhender le phénomène ; un rapide inventaire de fonds disponibles en France (ECPAD Evry, CHETOM Fréjus, ASEMI Nice, fonds privés…) et à l’Ecole française d’Extrême-Orient-Hà Nội, grâce aux renseignements fournis par Philippe Le Failler, a été dressé par Gilles de Gantès. Le quatrième atelier a enfin été l’occasion d’un hommage rendu à Lucette Vachier qui partait à la retraite en juin 2007 après avoir été responsable des fonds indochinois du CAOM pendant trois décennies, ce qui lui a permis de présenter Olivia Pelletier, appelée à lui succéder en novembre 2007 : les spécialistes du Việt Nam continueront donc d’être bien accueillis au CAOM.

4Le dernier atelier (samedi matin, Université de Provence), présidé par Daniel Hémery, a été l’occasion de s’interroger sur l’héritage du mouvement moderniste. A lire les histoires officielles, coloniales ou post-coloniales, la répression violente qui a suivi la tentative d’empoisonnement et la révolte dite des « cheveux coupés », aurait brisé net l’essor du mouvement. De fait, comme en attestent les sources policières et la mémoire collective vietnamienne, nombre de lettrés modernistes ont été jetés en prison, certains furent exécutés et l’école Đông Kinh Nghĩa Thục a été fermée dès décembre 1907. Dans la réalité, les colonisateurs n’avaient pas été unanimes, et certains avaient soutenu les idées modernistes, comme l’a montré Yves Panis dans son intervention consacrée au journaliste Ernest Babut, dont un des descendants a pu prendre la parole pour signaler quelques sources inédites. Surtout, ne pouvant pas tout contrôler, incapable de répondre à la demande vietnamienne d’un développement des écoles, l’administration coloniale a finalement laissé se développer des écoles libres et la presse en quốc ngữ, quitte à la contrôler soigneusement, comme l’a montré Gilles de Gantès. Emmanuelle Affidi (à propos de la revue Đông Dương tạp chí) et Nguyên Phuong Ngoc (à propos de la Société d’Enseignement mutuel du Tonkin) ont d’ailleurs prouvé que les idées modernistes ont continué à se répandre dans la société vietnamienne après 1908, silencieusement car leurs promoteurs avaient appris à ruser avec la censure et avec la répression, mais sûrement : on ne s’expliquerait pas, sinon, la soudaineté apparente et l’efficacité de l’affirmation nationale vietnamienne après 1945. Les interventions antérieures de Trinh Van Thao et de Phạm Xuân Thạch avait déjà souligné que les promoteurs éminents des idées modernistes avaient continué à œuvrer dans les années 1930 et au-delà. Le rôle joué par Phan Châu Trinh à Paris auprès du futur Hồ Chí Minh est bien connu, mais, au cours du colloque, plusieurs interventions ont montré que le bagne de Poulo Condore, où avaient été emprisonnés nombre de lettrés modernistes, a servi de pépinière au développement du nationalisme vietnamien, que beaucoup de survivants se sont investis dans le journalisme (notamment Ngô Đức Kế ou Huỳnh Thúc Kháng), que d’autres ont créé des associations hướng thiện (faire le bien) qui, derrière leurs professions de foi religieuses, ont sans doute perpétué les idées modernistes.

5Les conclusions du colloque ont été dressées par Trinh Van Thao qui, à la veille de prendre sa retraite, a souligné sa satisfaction de voir se perpétuer à Aix-en-Provence, la tradition des études sur le Việt Nam.

6Un ouvrage collectif issu de ce colloque est publié aux Publications de l’Université de Provence (PUP) et est disponible en 2009 (possibilité de le commander par courriel à l’adresse pup@univ-provence.fr).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

La Rédaction, « Colloque international : « Duy Tân, “modernisation”, au Vietnam dans la première décennie du xxe siècle », Aix-en-Provence, 3-5 mai 2007 », Moussons, 13-14 | 2009, 390-392.

Référence électronique

La Rédaction, « Colloque international : « Duy Tân, “modernisation”, au Vietnam dans la première décennie du xxe siècle », Aix-en-Provence, 3-5 mai 2007 », Moussons [En ligne], 13-14 | 2009, mis en ligne le 12 juillet 2012, consulté le 29 mars 2017. URL : http://moussons.revues.org/1124

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page