Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Livres

André Baudrit. Bétail humain, la traite des femmes et des enfants en Indochine et en Chine du Sud, suivi de onze documents sur l’esclavage (1860-1940), Nicolas Lainez et Pierre Le Roux

Paris : Connaissances et Savoirs, 2008, 416 p.
Isabelle Tracol-Huynh
p. 393-394
Référence(s) :

Nicolas Lainez et Pierre Le Roux, André Baudrit. Bétail humain, la traite des femmes et des enfants en Indochine et en Chine du Sud, suivi de onze documents sur l’esclavage (1860-1940), Paris : Connaissances et Savoirs, 2008, 416 p.

Texte intégral

1L’ensemble des articles constituant ce livre sont parus pour la première fois en 1941 sous le titre « La Femme et l’enfant dans l’Indochine française et dans la Chine du Sud (rapt – vente – infanticide) » dans le Bulletin de la Société des études indochinoises (Sài Gòn). La première édition regroupée en un ouvrage est publiée en 1943 aux éditions de la Société des Imprimeries et Librairies Indochinoises (Sài Gòn) et sera rééditée deux ans plus tard.

2Nicolas Lainez, doctorant en anthropologie à l’EHESS – spécialiste des formes extrêmes de dépendances au Việt Nam – ainsi que l’anthropologue Pierre Le Roux – qui a, lui aussi, travaillé sur ces questions au Cambodge – ont eu l’excellente initiative de rééditer l’ouvrage d’André Baudrit, Bétail humain, la traite des femmes et des enfants en Indochine et en Chine du sud. Cet ouvrage, dont l’actualité est évidente, demeurait pourtant largement méconnu du grand public et, plus grave encore, des organisations humanitaires travaillant sur les trafics d’êtres humains en Asie du Sud-Est. De plus, Nicolas Lainez souligne très justement que « la prise en compte de la longue durée s’avère fondamentale si l’on souhaite appréhender les phénomènes actuels de transaction de personnes. » (p. 61).

3Il ne s’agit cependant pas ici d’une simple réédition puisque l’ouvrage originel est ici présenté avec d’autres textes de l’époque coloniale en Indochine, textes judicieusement choisis et qui permettent d’aller plus loin dans la lecture du Bétail humain, véritable « pivot de l’ouvrage » (p. 63). On peut ainsi trouver des textes cités par André Baudrit lui-même, notamment celui d’Antony Landes sur la « prostitution à Chợ Lớn » ou le brillant « Rapport sur l’esclavage » du commandant Pierre Silvestre, et des textes apportant des informations supplémentaires sur les phénomènes évoqués par Baudrit. On pense, par exemple, au texte de Hugh Lyttleton Haslewood portant sur le système chinois des mui tsai (jeunes filles pauvres qui deviennent domestiques), ou encore le texte de Nguyên Van Khoan sur un sujet peu connu : « les ventes d’enfants aux génies ». L’intérêt principal de cette réédition découle donc essentiellement de la mise en perspective de tous ces textes qui, jusqu’alors, n’avaient jamais été réunis en un corpus unique. On peut donc saluer le patient travail des éditeurs qui sont ainsi parvenus à réunir des textes d’époques diverses (1863 à 1939 pour les dates extrêmes), en français et en anglais, portant sur deux des trois thématiques abordées, de façon centrale, par André Baudrit, à savoir les « rapts » et les « ventes », laissant ainsi de côté la question des « infanticides ».

4Ces textes, brièvement présentés par Nicolas Lainez, sont dans l’introduction de l’ouvrage replacés dans une véritable perspective historique par l’historien Gilles de Gantès. Celle-ci permettant de se replonger dans l’univers mental de la longue période coloniale avec pour but clairement affiché d’éviter au lecteur d’éviter dans son analyse tout anachronisme ou vision téléologique qui consisterait à plaquer nos concepts contemporains sur ces textes du siècle dernier. On regrettera seulement que ladite introduction porte avant tout sur le début de l’époque coloniale, essentiellement le xixe siècle, car nous savons peu de chose sur le contexte politique et socio-culturel dans lequel vivait André Baudrit ; cependant Gilles de Gantès expose avec justesse la notion d’évolution des idées (p. 54).

5Le fait que l’ensemble de la période coloniale ne soit pas couvert – ceci étant peut-être dû à l’approche anthropologique des auteurs – se pose également dans l’introduction de Nicolas Lainez. Son excellente analyse des différentes formes des transactions d’êtres humains et de dépendances souffre néanmoins d’un manque de clarté quant à leur appartenance au passé ou au présent. En effet, Nicolas Lainez entend démontrer « l’actualité de la traite au Việt Nam » (p. 68) mais son analyse semble décrire des phénomènes datant de l’époque coloniale, sans le dire clairement pour autant. Il manque donc une étude de la permanence de ces mêmes phénomènes dans le Việt Nam contemporain, ce qui aurait pu être fait en conclusion générale de l’ouvrage. De même, on a du mal à saisir le cadre géographique des ventes et autres mises en gage de personnes. En effet, le terme Việt Nam reste flou : parle-t-on du Sud, du Centre ou du Nord ? du Việt Nam des Việt (Kinh) ou de celui des groupes ethniques des Hauts Plateaux (après tout il est beaucoup question des « Moïs » dans l’ouvrage d’André Baudrit) ? Autant d’éléments qui auraient mérité un éclaircissement. On retrouve le même problème spatial dans l’introduction de Pierre Le Roux. Sa contribution sur « Esclavage et colonisation » prend à la fois pour cadre les Antilles, l’Afrique et l’Asie, le lecteur se perdant quelque peu dans l’évocation des différents groupes ethniques. Ce qui est dommage car l’analyse du lien entre esclavage et colonisation est particulièrement intéressante, d’autant que ces phénomènes interdépendants durant la traite Atlantique et la colonisation des « îsles à sucre » deviennent plus complexes au moment de ce que l’on a appelé la « seconde colonisation » où est souvent utilisée la cause antiesclavagiste pour légitimer l’expansion ultramarine.

6Malgré ces quelques remarques, cette nouvelle édition reste néanmoins incontournable pour qui veut essayer de comprendre la complexité des trafics d’êtres humains en Asie et notamment au Việt Nam contemporain, l’analyse d’André Baudrit restant en effet, malheureusement, encore d’actualité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Tracol-Huynh, « André Baudrit. Bétail humain, la traite des femmes et des enfants en Indochine et en Chine du Sud, suivi de onze documents sur l’esclavage (1860-1940), Nicolas Lainez et Pierre Le Roux », Moussons, 13-14 | 2009, 393-394.

Référence électronique

Isabelle Tracol-Huynh, « André Baudrit. Bétail humain, la traite des femmes et des enfants en Indochine et en Chine du Sud, suivi de onze documents sur l’esclavage (1860-1940), Nicolas Lainez et Pierre Le Roux », Moussons [En ligne], 13-14 | 2009, mis en ligne le 13 juillet 2012, consulté le 16 août 2017. URL : http://moussons.revues.org/1127

Haut de page

Auteur

Isabelle Tracol-Huynh

Doctorante en histoire, Université Lumière - Lyon 2

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page