Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Livres

Autorités et entreprises suisses face à la guerre du Việt Nam, David Gaffino

Neuchâtel : Ed. Alphil, coll. « HistoireNE.ch », 2006, 280 p.
Jean-François Klein
p. 395-397
Référence(s) :

David Gaffino, Autorités et entreprises suisses face à la guerre du Việt Nam, Neuchâtel : Ed. Alphil, coll. « HistoireNE.ch », 2006, 280 p.

Texte intégral

1Les éditions Alphil, basées en Suisse, outre une importante publication tournée, pour l’essentiel, vers l’histoire locale – soit du Canton de Neuchâtel où est basé l’éditeur, soit, plus largement de la confédération helvétique – ont fait le pari de l’intelligence. En effet, l’un des choix éditoriaux de cette dynamique maison d’édition a été de donner leur chance aux travaux les plus remarquables de cette littérature grise que constituent les mémoires universitaires qui, une fois remisés dans les placards ou bibliothèques universitaires, se couvrent de grise poussière. L’ouvrage de David Gaffino, aujourd’hui journaliste au Journal du Jura, à Bienne (Suisse) – capitale horlogère mondiale – est la version remaniée de son mémoire de fin d’études (2004), « La neutralité suisse face à la guerre du Việt Nam, 1960-1975 », dont le sujet portait sur les relations diplomatiques et économiques de la Suisse avec les belligérants de la guerre du Việt Nam. La qualité du travail de David Gaffino fut remarquée une seconde fois, son livre obtenant en 2005 le Prix Kunz d’histoire. La solide préface de Daniel Bourgeois est encore un bon indicateur de la solidité de ce travail. Ce dernier, adjoint scientifique aux Archives fédérales suisses – aujourd’hui retraité – est davantage connu pour le travail qu’il a effectué sur les liens occultes ayant existé entre le régime nazi et les hommes d’affaires et diplomates suisses. Les travaux de D. Gaffino sont, de fait, de la même veine et entre ouvrent le lourd rideau opaque de la diplomatie suisse et des contradictions inhérentes à cet État affichant sans cesse sa neutralité et son multilatéralisme sans pour autant cesser de jouer un jeu personnel basé sur le bilatéralisme.

2Cet ouvrage de 280 pages est organisé de façon chronologique, subdivisé classiquement en trois temps bien articulés autour d’une intéressante problématique. Celle-ci pouvant se résumer dans la question : dans quelle mesure l’attitude des autorités helvétiques ont-elles respecté, dans le cadre de la guerre du Việt Nam, les quatre piliers de la politique étrangère suisse (la neutralité, la solidarité, l’universalité et la disponibilité). Quatre valeurs dont D. Gaffino nous donne dans son introduction une définition claire qui permet de mieux saisir les enjeux posés par son ouvrage.

3Le premier chapitre, intitulé « Engrenage (1961-1965) » (p. 41-90), met l’accent sur la politique internationale qui mène les belligérants à l’escalade et un début de guerre larvée. Dans ce chapitre, David Gaffino met en évidence que la position suisse est tout sauf celle de la neutralité affichée. Tout d’abord parce que Berne a reconnu l’existence de la République du Việt Nam de Ngô Đình Diệm dès 1958 alors qu’elle semble ignorer sur le plan international le régime de Hà Nội, ayant fermé l’ensemble de ses représentations officielles en 1955. Sur le plan de la solidarité internationale, la Suisse n’a toujours pas mis en place d’aide humanitaire dans les deux Việt Nam. Et lorsqu’elle tente une opération de ce genre à Sài Gòn, la récupération à des fins de propagande par le régime sudiste et les États-Unis fait que la Suisse abandonne sa timide incursion humanitaire. Indication d’une neutralité inéquitable, aucun programme n’est envisagé pour le Nord. Durant cette période où la diplomatie helvétique estime que le rouleau compresseur américain enrayera rapidement les maquis du Sud, aucune conférence internationale n’est prévue pour envisager une sortie de crise, à l’instar de ce qui pourtant s’était fait pour le royaume du Laos voisin en 1961-1962. Enfin, la neutralité dans les échanges économiques est encore en défaveur de la RDVN. En effet, nombre d’entreprises suisses sont présentes au Sud, en particulier dans le domaine de l’horlogerie, de la chimie, des machines et de la laiterie (demande des soldats américains). Si le Nord n’intéresse personne – d’autant plus qu’il est soumis à un embargo depuis 1951 et celui-ci est respecté à la lettre par Berne – la diplomatie confédérale cherche à promouvoir ses produits ainsi que ceux de la République du Việt Nam. Sans compter l’industrie horlogère (Bienne) qui écoule massivement ses engrenages de précisions sur le marché militaire américain afin que ceux-ci servent au guidage des bombes qui commencent à tomber au Việt Nam.

4Le second chapitre, « Escalade militaire et offensive diplomatique (1965-1973) » (p. 91-162), porte sur le cœur du conflit, notamment lors de la présence des troupes du général Westmorland et, finalement, leur retrait du théâtre d’opérations. Ici, David Gaffino attire l’attention du lecteur sur la modification de la politique helvétique induite par la nécessaire prise en compte de la pression de l’opinion publique qui n’est pas sans faire penser aux revirements américains suite aux vagues contestataires des campus. La cohésion confédérale est en effet une pierre d’angle de la vie politique suisse et, dans le cas de l’intervention américaine, l’extrême division de l’opinion publique oblige Berne à modifier sensiblement sa politique étrangère. Ce n’est qu’en 1966, suite aux demandes réitérées de Lyndon Johnson, de Paul VI et de Hồ Chí Minh, que la Suisse propose ses bons offices afin d’organiser une médiation entre Washington et Hà Nội. Le rôle du conseiller fédéral Spülher est mis en exergue par l’auteur alors que celui-ci commence à nouer des contacts informels avec ses homologues de la RDVN en utilisant Pékin comme intermédiaire. De plus, la Suède – autre pays neutre – en accélérant sa coopération avec le régime de Hà Nội, force la Suisse à multiplier ses prises de contact afin de pouvoir continuer à jouer le rôle de médiateur comme elle l’avait fait lors des accords de Genève (1954) et ceux sur le Laos (1961-1962), le tout dans le dessein de ne pas être dépassée sur ce terrain par Stockholm. Malgré tout, la neutralité penche toujours davantage pour le Sud, la confédération réussissant à éviter que le fameux tribunal d’opinion Sarte-Russel, chargé de juger les « crimes de guerre de l’armée américaine au Việt Nam » ne siège sur son territoire (c’est finalement à Stockholm que ce tribunal pu se tenir en 1967). La solidarité et l’aide humanitaire qui commence à se développer avec le Nord sont en fait un prétexte parfait pour ouvrir la voie de la médiation suisse dans l’affaire vietnamienne, sans cependant reconnaître, dans un premier temps ; le gouvernement de Hà Nội sous prétexte de ne nuire à la neutralité. Cette politique tortueuse et paradoxale est – de loin – l’apport le plus remarquable de cet ouvrage. D’autant que le cas vietnamien oblige la diplomatie suisse à revenir sur le cas complexe des pays divisés par la Guerre froide et à tenir une « neutralité » nettement moins pro-occidentale. C’est, de facto, ce qui pousse le gouvernement suisse à reconnaître, enfin, le gouvernement de Hà Nội. Dès 1968, pour tenter de se dégager de cet imbroglio très gênant, Berne propose dès mai 1968, aux lendemains de l’offensive du Tết, d’entamer des négociations de paix. Cependant, malgré une timide apparition diplomatique des Suisses vis-à-vis du régime nord vietnamien, la coopération économique est largement encore en faveur du Sud : les échanges sextuplent avec Sài Gòn de 1965 à 1969. Le manque d’intérêt des hommes d’affaires suisses pour le régime de Hà Nội est total. Mieux encore, la haute administration suisse favorise discrètement l’exportation massive vers les États-Unis de pièces détachées d’horlogerie dont a besoin l’industrie d’armement américaine et réussit l’incroyable tour de passe-passe en faisant construire des avions de reconnaissance Pilatus PC-6 Porter sous licence aux États-Unis par Fairchild afin que le Pentagone puisse les utiliser au Việt Nam dans sa lutte antiguérilla sans que Berne ne soit accusée de favoriser par des importations d’armes un camp plutôt qu’un autre.

5Enfin, le dernier chapitre, « Négociations, vietnamisation et reconstruction (1968-1975) » (p. 163-225), place la focale sur un changement perceptible de la Suisse dans ses relations avec les deux Việt Nam. Tout d’abord émerge une prise en compte de plus en plus évidente de du Nord : reconnaissance de la RDVN en 1971, normalisation équivalente des relations diplomatiques avec les deux États, une solidarité accrue avec le Nord (dès le lendemain des Accords de Paris en janvier 1973) et une disponibilité totale pour favoriser les discussions internationales. Dans le cas de la reconnaissance du Nord Việt Nam, D. Gaffino établit d’intelligente façon le parallèle avec l’évolution de la doctrine Hallstein prise en 1955 par la RFA visant à couper tout lien diplomatique avec tout État reconnaissant la RDA. En effet, en 1971, s’amorce une reprise de dialogue entre les deux Allemagne et Berne en profite pour normaliser ses relations avec Berlin-Est (1972). L’auteur – qui décidément met le doigt là où cela fait mal – rappel avec ironie que la Suisse en reconnaissant la RDVN ne fait œuvre de pionnière  – ses dirigeants savent bien que d’autres États sont prêt à le faire – et qu’au contraire son attentisme désigne une froide realpoltik « la guerre touchant à sa fin, le Nord Việt Nam, devient un partenaire commercial potentiel et, surtout, un pays qu’il faudra reconstruire avec l’aide d’entrepreneurs étrangers. » (p. 223-224). La balance penche alors brutalement en faveur du Nord : le consulat suisse de Sài Gòn joue le rôle d’ambassade tandis qu’en août 1974, la Confédération ratifie avec Hà Nội le projet Durisol, premier accord d’aide au développement et humanitaire qui maquille une aide technique de première importance. Si, officiellement, la Suisse veille à la neutralité des aides qu’elle apporte aux deux Việt Nam, en réalité, elle a déjà réorienté sa politique envers le vainqueur ou plutôt, le Việt Nam du Nord dont les Suisses sont persuadés qu’il va l’emporter contre son frère méridional.

6Très bien documenté, d’un ton impartial, cet ouvrage représente une contribution importante à l’histoire des relations internationales en général et à l’histoire du Việt Nam en particulier. On notera la présence d’un tableau chronologique Suisse/Việt Nam(s) très pratique pour le lecteur. On regrettera cependant l’absence d’index qui aiderait le chercheur souhaitant utiliser ce remarquable travail ainsi qu’une bibliographie concernant le Việt Nam un peu ancienne, voir franchement datée, qui aurait mérité d’être étoffée. Néanmoins, ces quelques remarques n’enlèvent rien au caractère novateur et passionnant de ce livre captivant.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-François Klein, « Autorités et entreprises suisses face à la guerre du Việt Nam, David Gaffino », Moussons, 13-14 | 2009, 395-397.

Référence électronique

Jean-François Klein, « Autorités et entreprises suisses face à la guerre du Việt Nam, David Gaffino », Moussons [En ligne], 13-14 | 2009, mis en ligne le 13 juillet 2012, consulté le 24 juin 2017. URL : http://moussons.revues.org/1134

Haut de page

Auteur

Jean-François Klein

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page