Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Livres

Paul Doumer, gouverneur général de l’Indochine (1897-1902). Le tremplin colonial, Amaury Lorin

Paris : L’Harmattan, coll. « Recherches asiatiques », 2004, 248 pages.
Gilles de Gantès
p. 399-401
Référence(s) :

Amaury Lorin, Paul Doumer, gouverneur général de l’Indochine (1897-1902). Le tremplin colonial, Paris : L’Harmattan, coll. « Recherches asiatiques », 2004, 248 pages.

Texte intégral

1Une des curiosités du champ historiographique consacré à la colonisation française est que l’action de Paul Doumer à la tête de l’Indochine n’a jamais fait l’objet d’une étude scientifique sérieuse : la plupart des passages qui lui sont consacrés dans les grandes synthèses s’appuient exclusivement sur ses propres écrits ou sur ceux de ses proches, ce qui en dit long sur l’état du champ. L’annonce de la parution de l’ouvrage de Monsieur Lorin ne pouvait donc qu’intéresser les spécialistes. La déception est à la mesure de l’attente.

2L’ouvrage n’est en effet qu’une paraphrase de divers ouvrages et articles existants (Bruguières, Devillers, Fourniau, Meyer, Nguyên Thé Anh entre autres) ; il n’apporte pas d’élément de connaissance nouveau par rapport à ce que nous savions déjà. La plupart des sources citées sont les correspondances et rapports adressés par Doumer à ses ministres de colonies (série A des fonds ministériels), documents déjà bien connus et d’un intérêt limité pour établir une biographie novatrice. Le fonds du Gouvernement général n’est quasiment pas utilisé, sauf pour les séries B et D : pour la biographie d’un homme qui a été Gouverneur général, c’est bien léger. Il est vrai que le CAOM est situé dans une région française périphérique et que l’auteur n’a pu effectuer à Aix-en-Provence que deux séjours. Par contre, il aurait pu consulter plus intensivement les comptes rendus et travaux de la Chambre des Députés : Doumer a fait un rapport sur l’Indochine bien avant d’y être nommé gouverneur général. Qu’est-ce qui a motivé son intérêt ? Qui l’a poussé à se charger de ce travail ? Quel a été le rôle du député Maurice Berteaux (personnage qui n’apparaît pas une fois dans l’ouvrage), qui plaça l’emprunt Doumer, dans la maturation de ses idées coloniales et dans leur réalisation ? Le rôle d’opposant joué par Gaston Doumergue, ancien magistrat en Cochinchine et futur ministre des Colonies, au cours du débat consacré à l’emprunt Doumer à la Chambre des députés a-t-elle un sens ? Monsieur Lorin aurait pu également consulter les Archives départementales de l’Aisne. Il aurait pu nous en apprendre beaucoup sur les liens entre le beau-père de Doumer et le sénateur Henri Martin (signalé seulement, sans développement) ou sur les relations entre Henri Martin et Gabriel Hanotaux, implanté dans l’Aisne lui-aussi et dont le rôle a été essentiel dans la définition de la politique coloniale telle qu’elle était menée au moment où Paul Doumer avait été nommé gouverneur général. Les dossiers conservés à Laon permettent également de constater que, hostile aux candidats présentés par les maîtres de forges de la région aux tous débuts de sa carrière politique, Doumer semble s’être assez rapidement converti à des opinions plus respectueuses de ces industriels, puisqu’il a été le promoteur de la construction du chemin de fer à crémaillère qui relie les villes haute et basse de Laon. Le fait n’est en rien anodin concernant un personnage qui a lancé un programme de construction ferroviaire gigantesque en Indochine. Charles Fourniau, Jean Estèbe ou Yasuo Gonjo (curieusement utilisé davantage que Marc Meuleau) ont émis des hypothèses sur les liens de Paul Doumer avec les milieux d’affaires et ils sont scrupuleusement cités ici, mais une lecture attentive de leurs œuvres montre qu’aucun de ces auteurs n’avance d’élément précis. Le fait que Doumer, né pauvre, soit devenu très riche ou le fait que sa politique a profité aux sidérurgistes ne sont pas des indices négligeables, mais ce ne sont que des indices : on aurait été en droit d’attendre des révélations inédites dans un ouvrage spécifiquement consacré aux années indochinoises du député de l’Aisne. Enfin, l’auteur de cette biographie l’avoue naïvement : il y a peu de chose sur la vie privée du gouverneur général en Indochine (page 184). Il me semble justement que l’utilité d’une biographie, à partir du moment où on choisit d’en publier une, est d’établir ces éléments ou alors de n’en pas traiter parce qu’ils semblent anecdotiques par rapport aux thèmes que le biographe estimerait essentiels. En l’occurrence, la presse locale fourmille de détails sur la vie privée de Paul Doumer (il ne buvait jamais d’alcool par exemple) et il est trop facile de l’ignorer en avançant qu’elle ne colporte que des ragots : au milieu de ces ragots, il y a tout de même une masse importante de faits avérés. Évidemment, un dépouillement sérieux de la presse, c’est beaucoup de travail.

  • 1 Qu’il référence « sous la direction de Charles Fourniau », alors qu’il s’agit d’un ouvrage collecti (...)
  • 2 Pierre Guillen : L’expansion, 1881-1898, Paris, Imprimerie nationale, 1985, page 364. Je ne connais (...)

3Ignorant les recherches les plus récentes (on peut s’étonner de ne pas voir citée la thèse de Laurence Monnais par exemple), l’auteur manque de chance en s’appuyant uniquement sur les publications existantes : elles sont souvent anciennes. Apprécier l’action de Paul Beau, d’après l’histoire de la colonisation d’Henri Blet (note 449, page 165), publiée en 1950, une histoire très générale et très coloniale, manque de sérieux. Quitte à citer à longueur de pages Le contact colonial franco-vietnamien1, Monsieur Lorin n’avait qu’à utiliser les passages nombreux qui y sont consacrés au successeur de Paul Doumer, vers la fin de l’ouvrage il est vrai. Sans doute influencé par la tonalité générale de ces ouvrages anciens, il utilise des citations qui fleurent bon le « bon vieux temps » des colonies : la « piraterie » des années 1890 (page 68) est également une des formes des sentiments nationalistes des Vietnamiens, les œuvres d’Auguste Pavie ne peuvent se résumer à une « action pacifique » (page 24) et on peut être réservé quant à l’utilité de citer (note 18, page 20) l’appréciation portée par Arthur Conte sur l’histoire coloniale française, « remarquablement humaine ». Que dire de la façon de citer (note 400, page 140), sans commentaire, l’argument utilisé par Doumer contre Dejean de la Batie suivant lequel celui-ci n’est pas un « Français de race »… Loin de moi l’idée que Monsieur Lorin partage l’opinion explicitement affirmée par Doumer à cette occasion selon laquelle les Réunionnais ne sont pas de « vrais » Français ; je pense plutôt qu’il n’a pas relu son manuscrit assez attentivement, ce que révèlent par ailleurs de nombreux défauts formels. L’usage de souligner les titres d’ouvrages a par exemple été abandonné pour les italiques il y a quelques décennies. Une relecture attentive aurait également permis d’éviter d’affubler le Colonel Fernand Bernard, un personnage considérable, connu de tous ceux qui s’intéressent à l’Indochine coloniale, du prénom de « Franck » ; elle aurait permis d’éviter de décrire Nguyên Thé Anh, agrégé d’Histoire et professeur émérite à l’EPHE, comme un « historien vietnamien ». Enfin, quitte à illustrer le texte de cartes, autant que celles-ci correspondent à la période traitée, ce qui n’est pas le cas des cartes 4.2 (pénétration japonaise en Indochine… en 1939), 4.3 (plantations de caoutchouc qui n’existaient pas à l’époque de Doumer) et 4.4 (chemins de fer… à la fin des années 1930). La carte 4.5, il est vrai, correspond à l’époque où Paul Doumer dirigeait l’Indochine ; je signale cependant qu’elle est une photocopie tirée d’un ouvrage de Pierre Guillen2, sans indication de crédit, ce qui est admissible pour un mémoire de DEA, mais pas dans un ouvrage publié.

4L’ouvrage est donc non seulement prématuré, il est également une œuvre de jeunesse, avec des qualités (quelques intuitions de bonne tenue quant à la fonction de la réorganisation fiscale entreprise par Doumer) et des défauts caractéristiques d’un chercheur débutant. Tout d’abord, certains passages sont véritablement naïfs ; je me bornerai ici à deux exemples. Comment s’étonner que Doumer n’ait pas suivi les cours de l’École coloniale ? Doumer était déjà adulte quand celle-ci a été fondée ; elle ne formait au demeurant qu’une poignée de fonctionnaires avant la Grande guerre ; les gouverneurs généraux de l’Indochine titulaires n’en étaient jamais issus (Pierre Pasquier constitue l’exception). Les passages où l’agressivité des journalistes indochinois à l’encontre de Doumer est déplorée, révèlent également une certaine méconnaissance de la période : c’était la règle du genre et les hommes politiques savaient très bien s’en protéger, quitte à acheter à leur tour tel ou tel publiciste. Je signale au passage que Ulysse Leriche, directeur du journal Le Mékong, dont une lettre est citée (note 495, page 176) sans plus de précision, était justement un de ces personnages douteux chargés de battre du tambour en l’honneur de Paul Doumer. Quelques anachronismes révèlent par ailleurs une maîtrise incertaine des pratiques historiennes. À propos des ambitions expansionnistes par exemple, dans un même passage, est évoquée (page 26) tout d’abord la conversion de Gambetta à l’idée coloniale (qui date de la fin des années 1870), puis un texte de Francis Garnier de 1873 (page 27) : les contextes, les lieux, la position des personnages sont totalement différents, on ne peut tout mélanger et encore moins intervertir chronologiquement ! De la même façon, les passages consacrés au radicalisme de Doumer et à ses implications en matière coloniale s’appuient essentiellement sur Albert Sarraut, qui ne s’est intéressé aux affaires coloniales qu’après 1910. Monsieur Lorin évoque d’ailleurs le « programme colonial » que Doumer se serait chargé d’appliquer en 1896, programme de ce parti radical… qui ne sera créé que cinq ans plus tard ! S’il y a une « sensibilité » radicale dans les années 1890, celle-ci serait plutôt marquée par l’anti-colonialisme ou, au mieux, par une vision humaniste de la colonisation : le moins que l’on puisse dire est qu’elle ne semble pas avoir animé Doumer.

5L’auteur est un chercheur débutant ; il n’est pas douteux qu’il pourra corriger les quelques défauts signalés et, grâce à des dépouillements plus sérieux et des lectures plus nombreuses, livrer une thèse intéressante. Il est permis cependant de s’interroger sur les pratiques éditoriales laissant publier des travaux de cette qualité.

Haut de page

Notes

1 Qu’il référence « sous la direction de Charles Fourniau », alors qu’il s’agit d’un ouvrage collectif dont Charles Fourniau lui-même avait souhaité une rédaction totalement collective, ce qui apparaît nettement sur la couverture, la page de garde et la mise en page.

2 Pierre Guillen : L’expansion, 1881-1898, Paris, Imprimerie nationale, 1985, page 364. Je ne connais pas l’édition de 1984 citée dans la bibliographie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilles de Gantès, « Paul Doumer, gouverneur général de l’Indochine (1897-1902). Le tremplin colonial, Amaury Lorin », Moussons, 13-14 | 2009, 399-401.

Référence électronique

Gilles de Gantès, « Paul Doumer, gouverneur général de l’Indochine (1897-1902). Le tremplin colonial, Amaury Lorin », Moussons [En ligne], 13-14 | 2009, mis en ligne le 13 juillet 2012, consulté le 17 août 2017. URL : http://moussons.revues.org/1138

Haut de page

Auteur

Gilles de Gantès

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page