Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Livres

Sur les Missions Étrangères

Jean-François Klein
Référence(s) :

Marcel Launay et Gérard Moussay (dir.), Les Missions Étrangères. Trois siècles et demi d’histoire et d’aventures en Asie, Paris : Perrin, 2008, 424 p.

Gérard Moussay (dir.), Les Missions Étrangères en Asie et dans l’Océan Indien, Paris : Les Indes Savantes-MEP, 2007, 203 p.

Gérard Moussay, Bibliographie des Missions Étrangères. Civilisations, Religions et Langues d’Asie, Paris : Les Indes Savantes-MEP, 2008, 607 p.

Françoise Fauconnet-Buzelin, Aux sources des Missions Étrangères. Pierre Lambert de la Motte (1624-1679), Paris : Perrin, 2006, 358 p.

Gilles Van Grasdorff, À la découverte de l’Asie avec les Missions Étrangères, Paris : Omnibus, 2008, 999 p.

Texte intégral

1À la suite des demandes réalisées auprès du Saint-Siège et de la Compagnie du Saint-Sacrement par le jésuite Alexandre de Rhodes réclamant la fondation d’un ordre missionnaire destiné à l’Asie qui ne dépendrait pas des patronats ibériques, en 1658, Mgr François Pallu, vicaire apostolique du Tonkin et Mgr Pierre Lambert de La Motte, vicaire apostolique de Cochinchine, fondent à Paris une congrégation appelée à durer : les Missions Étrangères de Paris – protégées par Louis XIV – s’installaient en effet rue du Bac. 350 ans plus tard, elles y sont toujours, envoyèrent 4 500 missionnaires en Asie et fêtèrent l’année dernière leur Jubilé Après le Siam, le Tonkin, la Cochinchine, le Cambodge et quelques provinces de Chine, le Saint-Siège a demandé à la Société des Missions Étrangères de remplacer les Jésuites dans le sud de l’Inde (1776). En 1831, il lui a confié la Corée et le Japon, en 1838 la Mandchourie, en 1841 la Malaisie, en 1846 le Tibet et l’Assam, en 1855 la Birmanie, en 1952 le nouveau diocèse de Hualien à Taiwan. Deux séminaires marquèrent son histoire, tout d’abord celui qui se tint à Ayutthaya jusqu’à la fin du xviiie siècle et, le second, qui s’installa sous le Ier Empire à Penang, îlot appartenant à l’East India Company. Ces missionnaires, parfois impliqués dans l’expansion impériale occidentale, jouèrent néanmoins un rôle considérable dans la diffusion du christianisme, mais aussi des valeurs et techniques occidentales, sans compter la formation des élites autochtones. Au tournant des indépendances et dans les vagues suscitées par la Guerre froide, nombre d’entre eux se firent expulser, en particulier de Chine, de Birmanie, du Vietnam, du Cambodge ou encore du Laos. Il a fallu alors les envoyer vers de nouveaux territoires, notamment Madagascar, l’Île Maurice, l’Indonésie. Les missionnaires continuent aujourd’hui à épauler les Églises locales qu’elles ont contribué à fonder. L’année 2008, qui marquait donc les 350 ans de ces hommes de l’apostolat, fut déclarée année du jubilé des MEP. Plusieurs manifestations de grande importance ont été célébrées, dont une messe jubilaire donnée en la cathédrale Notre-Dame de Paris et l’organisation d’une magnifique exposition, intitulée Les Missions étrangères de Paris en Asie, 350 ans d’histoire et d’aventure se tint durant plusieurs mois au siège de la maison mère de la rue du Bac afin de mieux faire connaître l’action – parfois hors du commun – de ces hommes tournés vers Dieu et dédiés à l’altérité lointaine. Cinq espaces, organisés par les pères Moussay et Reithinger, donnaient à découvrir un peu plus l’Asie et sa culture, mais aussi les portraits et des objets des missionnaires morts en martyrs pour l’évangélisation, ou encore les fruits matériels de leur présence (traduction de la Bible en chinois, édition de livres de catéchismes et de prières, cartes levées sur le terrain, travaux de botanique, sauvegarde des langues locales…). En parallèle, les 4 et 5 avril 2008 se tint à l’Institut catholique de Paris un colloque organisé par Catherine Marin qui aborda l’histoire, la spiritualité et l’action de cet institut missionnaire dans la longue durée historique.

2C’est dans ce contexte que les ouvrages dont nous traitons ici ont été commandés et publiés avec le soutien des Missions Étrangères. Bien entendu, il ne s’agit pas d’un compte rendu exhaustif, l’exercice ne s’y prêtant pas ni le contenu de tous ces livres mais, plutôt, d’une mise en perspective de cette vague éditoriale peu commune (relativement au sujet abordé). On compte parmi les ouvrages références ici deux ouvrages historiques que nous considérons comme véritablement importants. Le premier, Les Missions Étrangères. Trois siècles et demi d’histoire et d’aventures en Asie (Perrin, 2008), est un collectif dirigé par l’historien Marcel Launay, professeur émérite de l’Université de Nantes, et le père Gérard Moussay, le très dynamique directeur des archives historiques des MEP. Incontestablement ce livre est appelé à devenir une référence pour tous ceux qui souhaitent comprendre l’histoire de la congrégation de la rue du Bac avant de se lancer dans des travaux plus pointus. De grand format, magnifiquement illustré de photographies, cartes et gravures, il regroupe les textes de 29 intervenants (10 universitaires et historiens, de nombreux membres de MEP ou d’autres ordres ecclésiastiques), retraçant, de façon chronologique (en 5 parties) un temps missiologique allant des fondateurs (xviie siècle) aux perspectives d’avenir (xxie siècle). Si tous les articles ne sont pas égaux, d’autres en revanche (Gérard Moussay, Philippe Haudrère, Alain Forest, Jacques Weber, Frédéric Mantienne, Catherine Marin, Bernard Patary), pour ce citer qu’eux, sont très solides. On relèvera, en particulier, l’article passionnant de Bernard Patary, « Le collège de Penang (1808-1968) » (p. 326-339), qui retrace l’histoire de ce séminaire pas comme les autres. Il s’agit, en fait, de la synthèse de la remarquable thèse que M. Patary vient de soutenir à l’Université Lyon-2 et dont nous attendons une prochaine publication. On regrettera seulement l’absence d’une conclusion générale de l’ouvrage, même si, bien évidement, les MEP ne souhaitent pas mettre un terme à leur action apostolique. Le second ouvrage historique est une biographie consacrée Aux sources des Missions Étrangères. Pierre Lambert de la Motte (1624-1679). Rédigée par Françoise Fauconnet-Buzelin, historienne de l’Art, conservateur du Patrimoine et publié en 2006 chez Perrin, cette belle biographie, munie d’un solide index, retrace la vie de l’un des principaux fondateurs de la congrégation des Missions Étrangères de Paris. Issu de la noblesse de robe normande, entourée par des hommes du parti dévot, Pierre Lambert de la Motte va réussir une véritable transformation personnelle en découvrant la lointaine Asie. Son action missiologique, que l’auteur décrit comme équilibrée, est inspirée du modèle paulinien qui, longtemps, restera la marque des Missions Étrangères, s’investissant tout en les respectant les cultures de ces âmes en devenir des « populations païennes » asiatiques. Le troisième ouvrage à caractère historique, publié par les Indes Savantes et les MEP, Les Missions Étrangères en Asie et dans l’océan Indien, est encore un collectif, dirigé par Gérard Moussay. Cependant, il n’est pas l’œuvre d’historiens académiques, mais, davantage, d’hommes de terrain – tous missionnaires des MEP – qui ont pris plaisir à se plonger dans les archives (certains articles s’en ressentent, tel celui consacré au Cambodge par Mgr Ramousse) tout en y mêlant leurs souvenirs, leurs vécus. Cela donne au lecteur un magnifique ouvrage, superbement présenté, illustré de photographies, de cartes et de gravures qui sont autant de documents historiques à exploiter. À la découverte de l’Asie avec les Missions Étrangères, publié chez Omnibus est une commande des MEP. Son auteur, l’écrivain-journaliste, Gilles Van Grasdorff à qui l’on doit, déjà, La Belle histoire des Missions étrangères (Perrin, 2006) ainsi que des beaux romans historiques sur le Beaujolais ou le Tibet, a écrit de sa plume alerte et bien informée, un livre passionnant, relatant – en s’appuyant sur les archives des Missions et, en particulier, des correspondances missionnaires – la vie quotidienne de ces « Envoyés de Dieu ». Le lecteur se retrouve ainsi à découvrir, au fil de la plume, le choc culturel et les expériences parfois stupéfiantes faites par ces missionnaires de l’extrême, que ce soit avec Nicolas Krick envoyé au Tibet sous la Monarchie de Juillet, Charles Dallet qui, à la même époque, part évangéliser la Corée avant de finir martyr de sa foi en 1866. La liste serait trop longue à énumérer. Cependant, ce livre qui, s’il n’est pas « scientifique » – au sens académique du terme – n’en est pas moins un complément, très vivant – des précédents ouvrages. Quant au dernier, dirigé par Gérard Moussay, Bibliographie des Missions Étrangères. Civilisations, Religions et Langues d’Asie – publié par Les Indes Savantes dont on sait l’attachement à diffuser une véritable culture historique sur l’Asie – il s’agit d’un formidable instrument de travail, particulièrement utile pour le chercheur. Ce livre recense en effet, de façon exhaustive, les très riches fonds historiques abrités par la maison mère de la rue du Bac. Trois sortes de documents y sont présentées : les manuscrits, les ouvrages imprimés qui sont conservés à la Bibliothèque asiatique des MEP et, enfin, les livres, articles écrits par les missionnaires. Ce dernier fond est subdivisé en trois groupes : les études portant sur l’histoire, les traditions et les croyances de pays de mission ; les études linguistiques (dictionnaires, grammaires, manuels de langue, de traduction, etc. ; les cartes manuscrites ou imprimées dressées dans chaque pays. Il s’agit, le lecteur l’aura compris, d’une collection unique qui relate une Asie qui n’existe plus. Enfin, on découvre avec stupeur, l’immense travail de compilation et de rédaction quant aux notices bibliographiques des missionnaires qui sont, pour l’essentiel, aujourd’hui accessibles en ligne sur le site des MEP. à la lumière de ce livre qui éclaire la richesse de ces fonds qui devraient intéresser tout chercheur travaillant sur l’Asie des Moussons, on comprend mieux, dès lors – et outre le désir de se faire mieux connaître – la fièvre de publications qui s’est emparée de la très paisible rue du Bac. Un rendez-vous à ne pas manquer avec l’Histoire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-François Klein, « Sur les Missions Étrangères », Moussons [En ligne], 13-14 | 2009, mis en ligne le 13 juillet 2012, consulté le 17 août 2017. URL : http://moussons.revues.org/1141

Haut de page

Auteur

Jean-François Klein

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page