Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Livres

Les enfants de la colonie. Les métis de l’Empire français entre sujétion et citoyenneté, Emmanuelle Saada

Paris : la Découverte, coll. « L’espace de l’Histoire », 2007, 335 p.
Jean-François Klein
p. 404-406
Référence(s) :

Emmanuelle Saada, Les Enfants de la colonie. Les métis de l’Empire français entre sujétion et citoyenneté, Paris : la Découverte, coll. « L’espace de l’Histoire », 2007, 335 p.

Texte intégral

1Depuis une dizaine d’années, l’histoire de ce que l’on appelait dans les années 1990 le « fait colonial » connaît un profond renouvellement, en France comme dans nombre d’anciennes métropoles coloniales. Cet espace de recherche connaît en effet un bouleversement à la fois quantitatif et épistémologique au point que la revue Annales, Histoire, Sciences Sociales (2008-3) consacra aux Empires un numéro spécial porté par Frederik Cooper, l’un des historiens américains à qui il revient le mérite d’avoir fait évoluer le regard traditionnellement porté sur ces périodes et ces situations complexes. Le renouvellement est tel que, dans ce même numéro des Annales, l’historien moderniste Jean-Frédéric Schaub refuse de voir catégorisé et essentialisé en un monde clos l’histoire des colonisations. Malgré l’intérêt récent porté à ces questions devenues ou redevenues sensibles (cf. loi du 23 février 2005 mettant en avant le « rôle positif » joué par la colonisation française), l’historien émet un doute sur la pertinence de l’établissement des études coloniales comme branche spécifique des recherches historiques académiques françaises. Selon lui, une spécialisation coloniale présenterait en effet l’inconvénient majeur de renforcer la dichotomie entre terrains d’outre-mer et métropole, qui est une traduction de la distinction entre république et empire, en vigueur sous les IIIe et IVe Républiques et dont nombre de travaux historiques ont eu à souffrir. En outre, et toujours selon lui, les études coloniales couraient le risque de favoriser les recherches aréales à partir de sources en langues européennes. En conclusion, dans cet article qui fit couler beaucoup d’encre, Jean-Frédéric Schaub proposait à la recherche historique portant sur les anciens empires coloniaux un cadre à la fois national, colonial et international permettant de comprendre les enjeux et les complexités d’une telle histoire croisée. Si le débat est aujourd’hui très vif, opposant souvent les mémorialistes aux historiens – les premiers mobilisant ou critiquant souvent les seconds au nom de leur conscience citoyenne – il est à noter que l’histoire des situations coloniales permet de renouveler en profondeur ce que l’on croyait savoir des rapports coloniaux/colonisés qui n’ont rien d’un tableau en bichromie.

2L’excellent ouvrage d’Emmanuelle Saada, Les Enfants de la colonie. Les métis de l’Empire français entre sujétion et citoyenneté, publié en 2007 par les éditions La Découverte est à replacer dans ce débat. Mieux encore, il le nourrit dans la mesure où Emmanuelle Saada fait partie de cette nouvelle génération d’historien(ne)s qui ont empoigné à bras-le-corps ces questions qui n’ont rien d’ultramarines, démontrant, au contraire, leur enracinement profond dans les histoires nationales, celles des pays des ex-empires. C’est donc un essai d’histoire impériale au sens propre qui est offert au lecteur de ce livre stimulant qui est la version remaniée de la thèse de doctorat de sociologie historique qu’a soutenue en 2001 Emmanuelle Saada à l’EHESS sous la direction de Gérard Noiriel. Après avoir enseigné à l’EHESS durant trois ans la sociologie historique de la colonisation, dans la tradition d’un Balandier, Emmanuelle Saada enseigne depuis 2006 comme assistant-professor à Colombia University (New-York), l’histoire française, celle de l’immigration et aussi ses situations coloniales. À partir des archives et du cas indochinois (encore plus spécifiquement vietnamien) qu’elle a étudié tant en France qu’à Hà Nội, Emmanuelle Saada étend sa réflexion à l’ensemble impérial, évitant du même coup l’impasse aréale consistant à penser que le mode de gestion du « cas métis » était uniquement propre à l’Indochine française. Si les autres zones de l’Empire ne sont pas traitées avec la même force ni le même luxe de détails, il n’empêche que le pari est, largement et globalement, réussi. En prenant au sérieux la question du traitement juridique du cas de ces « enfants de la colonie » – pensée comme un tout englobant – Emmanuelle Saada a réussi à poser clairement le problème et les enjeux de la citoyenneté en situation impériale. Partant du postulat de l’existence d’une « question métisse » qui agita la quasi-totalité des colonies, protectorats et autres zones sous influence de la France et qui connaît un point d’orgue dans les années 1920, Emmanuelle Saada démontre comment le gouvernement français et les administrateurs coloniaux tentèrent d’y répondre à différentes échelles, localement comme à celle de l’Empire. Dans une société française juridiquement marquée par la patrilinéarité, l’abandon de ces enfants nés de la rencontre impériale, pose un vrai problème, tant au point de vue moral que politique. D’une part, les métis étaient la preuve vivante de la transgression possible de la frontière tacitement reconnue dans le monde colonial, c’est-à-dire le non-contact entre dominant/dominé, coloniaux/colonisés. D’autre part, l’abandon de ces enfants les condamnait, lorsqu’ils n’étaient pas reconnus par leur père à se « déciviliser », davantage d’ailleurs par le rang que par le sang. Ces êtres, à la fois hybrides culturellement et bâtards juridiquement, en font des étrangers ou des « indigènes » dans leur propre monde. Marqués par leur double exclusion – du monde « indigène » comme du monde colonial européen – les métis de la colonie représentent une catégorie sociale potentiellement facteur de désordre, tant à la fois sur le plan social et politique que dans la nécessité de leur trouver une place dans l’ordonnancement des catégories juridiques aux colonies. Cette population, pensée à la frontière entre société coloniale et colonisée, menaçait par son existence même la cohérence de tout le maillage social impérial. Reléguée à la marge de la société coloniale, leur existence les place juridiquement au cœur de la question coloniale. En effet, les métis non reconnus par leur père ne peuvent accéder à la place de citoyen, restent à vie – et ce malgré leur sang et leur éducation lorsqu’ils en reçurent avant le départ de leur père – des sujets d’empire, au même titre que leur mère. Dès lors, naissait une difficulté à les classer : si leur faciès en faisait des citoyens français, leur état civil en faisait des « indigènes ». Craignant que cette injustice ne transforme ces « déclassés » en ennemis irréductibles du système colonial, les autorités administratives ainsi que des édiles coloniaux s’attelèrent à ce problème. Le décret indochinois de novembre 1928 visant à reconnaître la pleine citoyenneté à ces enfants qui pouvaient prouver qu’ils étaient de père français allait servir de modèle impérial, puisqu’il se diffuse peu à peu dans l’ensemble des possessions ultramarines françaises. Dans ce cas – comme dans de nombreux autres d’ailleurs – l’Indochine servit de laboratoire à l’ensemble de l’Empire, partout où la question métisse se posait avec plus ou moins d’acuité. « Tous ces éléments ont été connus et débattus dans d’autres territoires ; les solutions indochinoises y ont été reprises et adaptées aux contingences locales » (p. 15), en AOF (1930), à Madagascar (1931), en Nouvelle-Calédonie (1933), en AEF (1936), au Togo (1937) et au Cameroun (1944).

3Plutôt que tenter de chercher partout où elle le peut de façon anachronique et téléologique une République qui se serait fourvoyée aux colonies, Emmanuelle Saada cherche à dégager les tensions inhérentes à l’Empire. La question métisse en fait intégralement partie, ainsi que son « traitement » juridique. Son étude pose clairement la question de la dialectique de l’inclusion et de l’exclusion, de la notion de « race » en situation coloniale et métropolitaine. Celle-ci devenant en effet l’un des critères de la « qualité de français ». Si l’auteur de cet ouvrage relève que contrairement à ce qui a toujours été affirmé – durant la période de l’État français vichyssois – la question de la race est posée clairement dans le droit national lorsqu’il s’applique aux colonies (les candidats à la citoyenneté devant fournir un « certificat médical de race »), en revanche et paradoxalement, le décret de novembre 1928 est un décret racial qui est fait non pour exclure mais pour inclure ces enfants à la nation française et, tout aussi paradoxalement, de gré ou de force. Nombre d’entre eux furent en effet littéralement arrachés à leur famille vietnamienne pour gagner la « Mère Patrie » qui était celle de leur père biologique afin de faire disparaître la question métisse en la noyant dans la communauté des citoyens.

4Ce livre de 335 pages, divisé en 3 parties (Le métissage : une question sociale coloniale ; La question métisse saisie par le droit ; La force du droit), est donc un jalon historiographique important quant à la question du renouvellement du champ étudié. S’il est novateur par bien des aspects, cet ouvrage – encore une fois, remarquable – n’en est pas moins sujet à quelques critiques. La première se posant sur le plan formel : il est dommage que l’auteur veuille autant asséner sa démonstration. Nombre de chapitres ont en effet tendance à se répéter, ce qui est dommageable car, de facto, perd de sa force de persuasion. D’autant que la première démonstration est suffisamment percutante. L’asséner à chaque chapitre finit presque par faire douter le lecteur. D’autre part, on regrette dans un tel ouvrage – au vu de son importance – l’absence de tout index qui aurait permis de naviguer plus facilement dans la jungle des noms propres et des noms de lieux. D’autre part, nous regrettons qu’Emmanuelle Saada ait laissé penser dans sa bibliographie qu’il n’existait pas de travaux déjà réalisés sur la question. Si peu d’entre eux atteignent l’ampleur de ses travaux ou le degré de sa réflexion, il n’est pas vrai pour autant que l’auteur de ce livre soit à ce point une figure pionnière. Dans un premier temps, nous avions pensé que l’absence d’ouvrages en français sur l’Indochine coloniale était, peut-être, la clef de compréhension d’une telle absence. Car si, en effet, la bibliographie est riche, elle fait peu de cas des travaux importants qui ont été écrits en France ces quinze dernières années sur la question coloniale en Indochine et, plus particulièrement, au Việt Nam. Nous pensons, en particulier, aux ouvrages de Charles Fourniau ou, sur la question du métissage en situation coloniale, aux articles de Gilles de Gantès et Pierre Guillaume. De plus, nos collègues américains, en particulier Cristina Firpo ou David Del Testa, ont, eux aussi, travaillé sur des questions similaires. Pourquoi ces chercheurs sont-ils ignorés ? Enfin, lorsqu’Emmanuelle Saada rappelle qu’en 1952 la Fédération Eurasienne annonce (p. 53) l’existence de 300 000 Eurasiens (une terminologie récente dont la création est un programme en soi), elle note aussi que 50 000 d’entre eux sont de nationalité française. Si 250 000 sont donc des sujets d’Empire (il s’agit bien là de « la question métisse » traitée par E. Saada), il n’en reste pas moins de 50 000 qui étaient citoyens français. Ceci atteste, d’une part que nombre de pères reconnurent leur progéniture (davantage qu’on aurait pu le penser, ce qui indique clairement une société en train de se créoliser) et, d’autre part, que la question métisse n’est pas uniquement un cas de droit. En effet, il nous paraît difficile d’expédier le cas de ces métis-citoyens en expliquant que puisqu’ils étaient français, il n’y avait pas de problème métis. Les témoignages prouvent le contraire. Enfin, si les autorités françaises craignirent pendant un temps que ces déclassés de la race, de la culture et du droit pouvaient devenir de terribles adversaires du système colonial, il faut rappeler que, globalement, les métis devinrent au contraire les meilleurs auxiliaires de la colonisation. En revanche, les « métis culturels », c’est-à-dire les Vietnamiens qui étaient passés par le moule colonial – scolaire en particulier, mais aussi religieux ou militaire – allaient eux, en revanche, être les adversaires irréductibles de la présence française en Indochine.

5Bien entendu, le lecteur l’aura compris, ces quelques remarques n’enlèvent en rien au caractère novateur et stimulant de cet ouvrage qui ouvre de nombreuses et prometteuses pistes de recherches.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-François Klein, « Les enfants de la colonie. Les métis de l’Empire français entre sujétion et citoyenneté, Emmanuelle Saada », Moussons, 13-14 | 2009, 404-406.

Référence électronique

Jean-François Klein, « Les enfants de la colonie. Les métis de l’Empire français entre sujétion et citoyenneté, Emmanuelle Saada », Moussons [En ligne], 13-14 | 2009, mis en ligne le 28 août 2012, consulté le 25 mars 2017. URL : http://moussons.revues.org/1148

Haut de page

Auteur

Jean-François Klein

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page