Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Livres

Wiat Kiao nai prathet thai kap khwamsamphan thai-wiatnam (Viet Kieu in Thailand in Thai-Vietnamese Relationship), Thanyathip Sripana et Trinh Dieu Thin

Bangkok : Institut des Études Asiatiques de l’université Chulalongkorn, Institut des Études Sud-Est Asiatiques de Hanoi, et le soutien la Fondation Rockfeller, 2548 [2005], 297 p., annexes, photographies, bibliographie.
Jean Baffie
p. 410-412
Référence(s) :

Thanyathip Sripana et Trinh Dieu Thin, Wiat Kiao nai prathet thai kap khwamsamphan thai-wiatnam (Viet Kieu in Thailand in Thai-Vietnamese Relationship), Bangkok : Institut des Études Asiatiques de l’université Chulalongkorn, Institut des Études Sud-Est Asiatiques de Hanoi, et le soutien la Fondation Rockfeller, 2548 [2005], 297 p., annexes, photographies, bibliographie.

Notes de l’auteur

Une version vietnamienne a été publiée à Hà Nội en 2006 et une traduction anglaise est annoncée. Un résumé anglais de quinze pages est disponible sur Internet (Sripana 2007). L’auteur reprend une partie de ses informations sur le sujet dans un article en français à paraître (Sripana 2009).

Texte intégral

1Historiquement les Vietnamiens de Thaïlande sont établis principalement dans trois parties du royaume. Dans l’Est du pays, et surtout dans la province de Chanthaburi, ce sont les descendants de réfugiés catholiques fuyant les répressions des empereurs vietnamiens. Ils sont connus par les archives missionnaires, mais les études universitaires font défaut.

  • 1 Philippe Courtine les présente dans « La communauté vietnamienne du quartier chinois de Bangkok, un (...)
  • 2 C’est sans doute entre 1965 et 1969 que Akin Rabibhadana fit son terrain dans ce quartier déjà cons (...)

2Le second lieu d’émigration est Bangkok. Ceux anciennement installés dans le quartier chinois de Yaowarat ont été assimilés à la population chinoise. Il reste cependant cinq pagodes rattachées à l’église bouddhique vietnamienne de Thaïlande (annamnikai)1. Un autre quartier de Vietnamiens bouddhistes se trouvait dans le quartier de Saphan Khao, mais, là encore, il ne reste guère qu’une pagode appelée wat Yuan (pagode vietnamienne). Quand l’anthropologue Akin Rabibhadana étudia ce quartier à la fin des années 1960, il ne s’y trouvait que de très rares familles pouvant se prétendre d’origine vietnamienne2. Le dernier quartier vietnamien de Bangkok est celui de Ban Yuan Samsen, situé sur la rive du fleuve Chao Phraya, au sud du pont Krung Thon (Sang-hi). Comme à Chanthaburi, il s’agit d’une population composée essentiellement de catholiques. Les archives missionnaires françaises parlent beaucoup de ce quartier, mais les travaux scientifiques restent rares. Notons qu’en 2002, une anthropologue, le Dr Ngampit Satsanguan a publié une étude sur l’institution familiale dans cette communauté (Satsanguan 2545 [2002]).

3Cependant, la région de Thaïlande où sont, en majorité, établis les Vietnamiens est la région Nord-Est (Isan), dans les provinces situées le long du fleuve Mékong (Udon Thani, Nong Khai, Nakhon Phanom, Sakon Nakhon, Ubon Ratchathani, etc.). Ils y sont nombreux et encore relativement peu intégrés. Les travaux anciens portant sur cette population ne sont pas rares (Ansuchote 1960 ; Poole 1970 ; Burusphat 2521 [1978], etc.). Ce sont ces Vietnamiens de l’Isan qu’ont étudiés Thanyathip Sripana et Trinh Dieu Thin.

  • 3 A cette date, l’Institut des Études Asiatique de l’Université Chulalongkorn lança un projet de rech (...)

4Thanyathip Sripana est la grande spécialiste du Việt Nam de l’Institut d’Etudes Asiatiques de l’université Chulalongkorn. Vietnamisante et francophone, docteure de l’université Aix-Marseille III  ; elle a beaucoup travaillé avec l’Institut de Recherche sur le Sud-Est Asiatique (IRSEA), spécialement au cours de la décennie 1990 lorsqu’elle publiait régulièrement dans Réalités Vietnamiennes. Cahier d’études du Centre d’Observation de l’Actualité Vietnamienne, la revue animée par notre collègue Trân Ngoc Bich. Plutôt spécialisée à l’origine sur l’analyse des relations internationales et de la situation politique et économique au Việt Nam, elle s’est surtout intéressée à la communauté vietnamienne de Thaïlande à partir de 20023. Le second auteur, Trinh Dieu Thin, ne nous est pas connu, mais d’après les travaux cités en bibliographie, il est, depuis plus d’une décennie, spécialiste de la communauté vietnamienne de Thaïlande et des relations vietnamo-thaïlandaises

5Cette étude, qui a été nommée la meilleure recherche de l’année 2005 par l’université Chulalongkorn (Lê Huong 2006), est une preuve de plus que la production en langue thaïe peut être de qualité et qu’un chercheur sérieux ne peut l’ignorer.

6L’ouvrage compte six chapitres d’importances très diverses. Le chapitre premier (p. 1-30) s’intéresse aux ethnonymes dont ceux de Yuan et Kaew, qui désignent populairement les Vietnamiens en Thaïlande. Il donne ensuite un bref historique des migrations de Vietnamiens en Thaïlande du xviie au milieu du xxe siècle. Il ne manque pas aujourd’hui de travaux plus approfondis sur cette question et l’historien intéressé lira avec le plus grand profit le livre de Pussadee Chandavimol paru en 1998 ou des travaux de langue anglaise plus anciens (Poole 1970 ; Schrock 1970).

7Le chapitre deux (p. 31-67) est un développement sur le sentiment national vietnamien aux xixe et xxe siècles et le rôle dévolu aux Vietnamiens de l’Isan thaïlandais.

8Le chapitre trois (p. 69-125) fait le point sur les politiques des divers gouvernements thaïlandais vis-à-vis des réfugiés vietnamiens. Si le sujet a beaucoup été traité pour les décennies 1960 et 1970 (Ansuchote 1960 ; Poole 1970 ; Burusphat 2521 [1978]), l’époque des gouvernements de Prem Tinsulanonda (1980-1988) et de Chatichai Choonhawan (1988-1991) a plus rarement été traité dans des ouvrages.

9Le chapitre quatre (p. 127-174) traite du rapatriement des Việt kiều vers leur pays d’origine entre 1960 et 1964 à la suite d’un accord entre la Croix rouge thaïlandaise et la Croix rouge vietnamienne signé à Rangoon le 14 août 1959. Le sujet a déjà été traité par les chercheurs thaïs, mais ce qui est nouveau ici c’est l’usage de nombreuses sources en langue vietnamienne.

10Le chapitre cinq (p. 175-203) sera le plus intéressant pour le sociologue et l’anthropologue puisqu’il concerne le mode de vie des Kinh de Thaïlande, mais également de retour au Việt Nam, leur adaptation à la société vietnamienne et les liens conservés avec les Vietnamiens de Thaïlande. Pour les Vietnamiens de Thaïlande, il y a tout un développement sur le maintien de la culture, de la langue et des traditions vietnamiennes, d’abord en milieu hostile, puis dans une situation de plus grande tolérance, pour la période la plus récente. On trouve également quelques pages sur la contribution des Việt kiều au développement économique et social de l’Isan (p. 200-202).

11Le sixième et dernier chapitre (p. 205-244) traite du facteur Việt kiều dans les relations entre la Thaïlande et le Việt Nam. Il inclut une chronologie commentée pour la période 1953-1975 (p. 211-218). Les dernières pages couvrent des événements récents : l’inauguration à Udon Thani, le 19 septembre 2004, par le gouverneur de la province et le consul général du Việt Nam à Khon Kaen d’un « centre d’études et de tourisme historique » baptisé « Maison Hồ Chí Minh » (p. 242).

12La bibliographie de 23 pages est très précieuse. Elle comprend des références en thaï, vietnamien, anglais et français. Elle se termine par la liste des Vietnamiens interviewés avec pour chacun des éléments biographiques très éclairants (p. 291-297). Quelques sites Internet auraient sans doute put être signalés comme c’est aujourd’hui le cas dans la plupart des recherches.

13Les reproches sont peu nombreux et ne concernent guère l’essentiel. Les vietnamisants regretteront que les mots vietnamiens soient écrits sans signes diacritiques : ainsi Việt kiều hồi hương est rendu par Viet Kieu hoi huong. Même si l’ambiguïté est improbable pour cette expression bien connue, ce n’est pas vrai dans tous les cas. Et, à l’heure où l’on peut aisément télécharger des polices de caractères vietnamiennes d’Internet, cette lacune est difficilement pardonnable dans un ouvrage de ce niveau. Par ailleurs, un index aurait été le bienvenu, même si ceux-ci sont encore trop rares dans les ouvrages de langue thaïe. Déjà disponible en vietnamien, l’ouvrage devrait être rapidement disponible en anglais. Ce pourrait être l’occasion de l’améliorer sur ces deux faiblesses qui retranchent toutefois relativement peu à l’intérêt de l’ouvrage.

Haut de page

Bibliographie

ANSUCHOTE Chan, 1960, « The Vietnamese Refugees in Thailand : A Case Study in Decision-Making », mémoire de science politique, Université de Thammasat.

BUI Quang Trung, 1958, « Contribution à l’étude des colonies vietnamiennes en Thaïlande », France-Asie, 148 : 438-451.

BURUSPHAT Khachatphai, 2521 [1978], Yuan apphayop [Les réfugiés vietnamiens], Bangkok : Duang Kamol, 235 p.

CHANDAVIMOL Pussadee, 2541 [1998], Wiatnam nai mueang thai : The Vietnamese in Thailand, Bangkok : The Thailand Research Fund, 329 p.

COURTINE Philippe, 1993, « La communauté vietnamienne du quartier chinois de Bangkok, une assimilation centenaire », Recherches sur l’Asie du Sud-Est (Hanoi), N°0 : 74-92.

LE Huong, 2006, « Thai researcher on Viet kieu receives award », 3 p. disponible sur le site, http://vietnamnews.vnagency.com.vn/showarticle.php?num=01CUL300306 (consulté en septembre 2008).

POOLE Peter A., 1970, The Vietnamese in Thailand. A Historical Perspective, Ithaca : Cornell University Press, 180 p.

PRASANKLIAO Wicha, WATTHANATHAM Suraphon, ADISAK Primawasut et THONGNIRAMON Atsani, 2521 [1978], « Chao Yuan apphayop nai prathet thai » [« Les réfugiés vietnamiens en Thaïlande »] in Likhit DHIRAVEGIN (ed.), Chon klum noi nai prathet thai [Les minorities de Thaïlande], Bangkok : Phraephitthaya.

RABIBHADANA Akin, 1975, Bangkok Slum : Aspects of social organization, Ithaca : Cornell University, PhD Thesis.

SAT-SANGUAN Ngamphit, 2545 [2003], Satthaban khropkhrua khong klum chatiphan nai krungthep mahanakhon : korani sueksa khropkhrua yuan [L’institution familiale chez les groupes ethniques de Bangkok : le cas de la famille vietnamienne], Bangkok : Faculté de Sciences politiques, Université de Chulalongkorn, 326 p.

SCHROCK Joann L. et al. 1970, Minority groups in Thailand, Washington : Department of Defense, Ethnographic Study Series, chap. “The Vietnamese”, p. 35-86.

SRIPANA Thanyathip, NUCHPIAM Theera and PHAM Duc Thanh (eds.), 2003, Twenty-five years of Thai-Vietnamese Relationship, Bangkok : Institute of Asian Studies, Chulalongkorn University, 256 p.

SRIPANA Thanyathip, 2007, « The Vietnamese in Thailand : A Cultural bridge in Thai-Vietnamese relationship », 15 p.

www.vietnamoverseas.com/wp-content/uploads/2007/05/vietnamese-in-thailand.pdf

SRIPANA Thanyathip, (à paraître 2009), « Quelques remarques sur les Chinois du Viêt-nam et les Vietnamiens de Thaïlande » in Michel DOLINSKI et Jean BAFFIE (eds.), Les Chinois du Viêt-nam, Paris-Bangkok : Les Indes Savantes-IRASEC.

TRINH Dieu Thinh, 2003, « Formation of the Vietnamese community of Thailand » in : SRIPANA T. ; NUCHPIAM T. and PHAM Duc Thanh (eds.), Twenty-five years of Thai-Vietnamese Relationship, Bangkok : Institute of Asian Studies, Chulalongkorn University, p.. 131-157.

Haut de page

Notes

1 Philippe Courtine les présente dans « La communauté vietnamienne du quartier chinois de Bangkok, une assimilation centenaire » (Courtine 1993), article extrait de sa thèse de géographie soutenue à la Sorbonne en 1992.

2 C’est sans doute entre 1965 et 1969 que Akin Rabibhadana fit son terrain dans ce quartier déjà considéré comme un slum. Sa thèse, « Bangkok Slum : Aspects of social organization » ne fut toutefois soutenue qu’en 1975 à Cornell University aux États-Unis.

3 A cette date, l’Institut des Études Asiatique de l’Université Chulalongkorn lança un projet de recherche sur ce thème en coopération avec l’Institut de l’Asie du Sud-Est de Hà N?i, un centre de l’Académie des Sciences Sociales du Vi?t Nam (ASSV).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Baffie, « Wiat Kiao nai prathet thai kap khwamsamphan thai-wiatnam (Viet Kieu in Thailand in Thai-Vietnamese Relationship), Thanyathip Sripana et Trinh Dieu Thin », Moussons, 13-14 | 2009, 410-412.

Référence électronique

Jean Baffie, « Wiat Kiao nai prathet thai kap khwamsamphan thai-wiatnam (Viet Kieu in Thailand in Thai-Vietnamese Relationship), Thanyathip Sripana et Trinh Dieu Thin », Moussons [En ligne], 13-14 | 2009, mis en ligne le 30 août 2012, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://moussons.revues.org/1156

Haut de page

Auteur

Jean Baffie

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page