Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Livres

De Gaulle, les Gaullistes et l’Indochine, Frédéric Turpin

Paris : Les Indes Savantes, 2005, 666 p.
Jean-François Klein
p. 406-410
Référence(s) :

Frédéric Turpin, De Gaulle, les Gaullistes et l’Indochine, Paris : Les Indes Savantes, 2005, 666 p.

Texte intégral

1La question de la légitimité politique autour de la question impériale est déjà vive en juin 1940 lorsque les Gaullistes et les partisans de Vichy revendiquent chacun la suzeraineté de l’empire ultramarin. Dire que De Gaulle est attaché à « la Plus grande France » et donc à l’Indochine revient à écrire une tautologie. Fallait-il encore le démontrer. C’est désormais chose faite avec cet ouvrage remarquable publié en 2005 aux Indes Savantes. Frédéric Turpin est un spécialiste du gaullisme. Sa biographie, André Diethelm (1896-1954). De Georges Mandel à Charles De Gaulle (Les Indes Savantes, 2004) et ses diverses recherches, dont un ouvrage à paraître prochainement aux Indes Savantes, De Gaulle, Foccart et l’Afrique noire : l’invention de la politique française de coopération avec l’Afrique subsaharienne francophone au prisme de la volonté de puissance (1960-1974) en attestent largement. Cet ouvrage, consacré au rôle joué par De Gaulle et son entourage politique dans le déroulement de la Guerre d’Indochine, est issu de la thèse d’histoire contemporaine que Frédéric Turpin a soutenue à Paris IV-Sorbonne sous la direction du Professeur Georges-Henri Soutou et se décline en six temps.

2Les deux premières parties se déroulent entre juin 1940 début 1946, dans le cadre de la seconde déflagration mondiale. Frédéric Turpin y brosse un tableau presque intimiste des stratégies ambiguës que mènent à la fois les Gaullistes et les partisans de l’amiral Decoux dans leur relation de pouvoir tant avec les nationalistes indochinois qu’avec les Japonais. Il met en évidence cette guerre d’influence que mènent, sur le terrain colonial, les partisans de la France Libre et ceux de Vichy, comme l’avait fait Éric Jennings dans Vichy sous les tropiques (Grasset, 2004), tous deux démontrant, en diachronie, que certains phénomènes se comprennent mieux à la périphérie qu’au centre. Frédéric Turpin met en évidence avec maestria la complexité des relations et des différents temps de cette guerre qui, jusqu’au 9 mars 1945, ne dit pas son nom, d’autant que les chronologies des fronts européens et ceux de l’Asie-Pacifique sont singulièrement désynchronisés et qu’à partir de 1943 la bataille de Guadalcanal marque un tournant dans la guerre, les Alliés préparant la reconquête de la région. Pour les hommes de la France Libre, l’Indochine est occupée par les forces de l’Axe et la France doit être présente pour pouvoir légitimement y revenir après le conflit achevé. Il en va de l’avenir de la métropole (nous rappellerons l’importance tant sur le plan stratégique qu’économique de l’Union Indochinoise) et l’engagement des forces gaullistes dans cette question ne peut être déconnecté de la stratégie d’ensemble qui se déroule ailleurs, pas seulement à l’échelle impériale mais, déjà, à l’échelle globale. Pour De Gaulle, dans une vision somme toute très IIIe République, la puissance nationale passait par la sauvegarde de la totalité des possessions ultramarines. Aucune réforme ne pouvait donc passer sans avoir reçu son approbation et celle de ses collaborateurs. Ainsi, la déclaration du 24 mars 1945 – à l’origine de la refondation du statut de l’Union Indochinoise en Fédération des États indochinois – sert de pierre angulaire à tout futur statut de l’Indochine. Le Général est donc au centre de cette politique – y compris lorsqu’il semble absent du jeu politique français – car, il ne peut en aller autrement. Sans prendre en compte cette réalité du mode de fonctionnement de l’appareil gaullien, toute analyse s’en trouve faussée. Dans cet ordre des choses, Hà Nội est donc perçue comme la dernière étape de la libération du territoire national. Jusqu’en 1946, c’est donc dans cette logique que le retour des troupes dans le cadre du Corps expéditionnaire français après le coup de force japonais s’opère en Indochine. La présence de Jean Sainteny envoyé en Indochine avec le rang de Commissaire de la République pour l’Annam-Tonkin est tout un symbole. Celui de la continuité du lien impérial, Sainteny étant, entre autres, le gendre d’Albert Sarraut, mais aussi un résistant reconnu pour ses exploits en Normandie qui assure la filiation des Compagnons de la Libération dans la lointaine « France d’Asie ». Pour De Gaulle, contrairement à ce qui est annoncé officiellement, les proclamations d’indépendance ne sont pas considérées comme réalistes ni réalisables dans les termes énoncés par les dirigeants locaux. Après sa libération, la Fédération indochinoise à venir disposera d’une liberté propre au sein de la future Union française. Ce « Commonwealth à la française » devait, en quelque sorte, tout en donnant un nouveau visage à l’Empire et une marge politique plus large pour ses élites, fournir à la métropole les instruments nécessaires à son rayonnement et à sa puissance. L’Union française, dont le nom fut trouvé par Paul Mus – autre gaulliste historique, camarade de promotion de la Force 136 de Pierre Mesmer – fut bien un instrument de la puissance gaullienne et ne pouvait, comme le démontre fort bien l’auteur que le seul compromis cédé aux nationalistes indochinois. En revanche, l’exercice de la souveraineté extérieure incombe à la France (p. 101). De plus, en distinguant cinq pays dans la Fédération, les Français ne tiennent aucunement compte de l’unité vietnamienne pourtant proclamée par le gouvernement Trần Trọng Kim le 11 mars 1945, soit quinze jours auparavant. Mais il est vrai que les gaullistes ne reconnurent pas davantage les déclarations d’indépendance cambodgienne de Norodom Sihanouk ou laotienne de Sisavang Vong. Cependant, au-delà du peu d’intérêt porté par le Gouvernement Provisoire de la République Française (GPRF) à la proclamation d’un État considéré comme fantoche, les gaullistes appréciaient mal le fait que, sur place, la situation et le temps jouaient contre eux (p. 103). Le temps, principalement fut l’allié du front d’union nationale Việt Minh dont Tân Tào organise le « Congrès National » le 16 août, deux jours après la capitulation japonaise et après la nomination, la veille, de l’amiral Thierry d’Argenlieu au poste de Haut-commissaire de la France en Indochine qui, avec Leclerc, peinent à rétablir l’autorité française.

3Finalement, la troisième partie de cet ouvrage, dont la richesse en informations donne la mesure du travail effectué, démontre la continuité des opérations militaires qui d’une opération de libération se mue peu à peu en une guerre visant au maintien de la présence française sur place. Dans l’impossibilité de trouver une solution viable, allant d’échecs en échecs, de dialogues de sourds en dialogues de sourds, la tension ne cesse de s’accroître pour déboucher sur ce qu’il convient d’appeler la Guerre d’Indochine. Dans ce chapitre, Frédéric Turpin fait un sort au débat historique pour savoir à partir de quelle date débute la Guerre d’Indochine proprement dite. Pour lui, l’année 1946 n’est que la suite logique de décisions qui ont été prises entre 1943 et 1945. De plus, il met aussi en exergue dans ce chapitre l’incroyable imbroglio politique de cette affaire tout en dévoilant les relations beaucoup plus complexes que celles décrites jusqu’alors entre le général Leclerc et l’amiral d’Argenlieu (p. 265-266). Enfin, il montre clairement que l’homme du général De Gaulle en Indochine ne fut pas le libérateur de Paris mais bien celui qui fit bombarder Haiphong. Dans ces pages l’auteur met en évidence que le personnage de la modernité de l’État, qui se rend compte de la nécessité d’engager un dialogue avec les dirigeants du front Việt Minh est, incontestablement, Leclerc tandis que l’homme de la Tradition, celui qui souhaite revenir à la situation des amiraux de la conquête et des points d’appuis (il est vrai qu’il est marin), est l’amiral Thierry d’Argenlieu. Bien après que De Gaulle a quitté les commandes le 20 janvier 1946, l’amiral continue ses manœuvres jusqu’en mars 1947, sapant en pratiquant une politique obstructions-dénigrements systématiques des objectifs de la IVe République. Frédéric Turpin démontre ici que pour De Gaulle et les gaullistes « l’Indochine apparut ainsi tour à tour comme un moyen de s’en prendre, a bon compte, au régime en place, ou bien comme un sujet de vives préoccupations quant au rang de la France et a sa politique de défense. » L’Indochine, comme en son temps dans l’affaire de la conquête du Tonkin par Ferry, n’est finalement qu’un prétexte à la politique intérieure métropolitaine. Cet ouvrage de premier ordre engage à « un réexamen des conceptions, tant du chef de la France libre, du président du GPRF, du chef du RPF que du « retraité de Colombey » concernant l’évolution des rapports entre la France et la péninsule Indochinoise ». Un livre qui plaide, une nouvelle fois, pour que les historiens cessent d’aborder les questions coloniales comme étant périphériques lorsqu’elles ne sont pas étrangères à la « grande politique », à savoir, celle de l’Hémicycle. Sans une analyse à l’échelle de l’Empire, en permettant de comprendre les circulations entre Indochine et métropole, cette analyse aurait finalement ressemblé à ces autres ouvrages – somme toute classiques – d’histoire des relations internationales, d’histoire politique du gaullisme métropolitain ou de la Guerre d’Indochine. L’auteur dépassa ces analyses en connectant l’ensemble de ces informations, puisées dans une richesse documentaire et archivistique imposante, pour dégager une conception très nouvelle de ces événements et qui, en passant, tord le cou à un certain nombre de représentations jusqu’alors mal démontrées. À partir de 1947, en effet, dans leur volonté d’affaiblissement du régime de la IVe République, De Gaulle et ses hommes utilisent le conflit indochinois comme un exemple de « l’incurie criminelle » du régime tandis que les solutions avancées par le Rassemblement du Peuple Français (RPF) en matière d’évolution politique des territoires d’outre-mer ne brillent pas par leur libéralisme. Le mythe de la puissance par l’Empire connaît alors une belle arrière-saison au sein du mouvement gaulliste et explique, par la suite, la politique de coopération menée en Afrique subsaharienne mais aussi au Cambodge et au Laos après le retour du Général au pouvoir en 1958. Bref, ce qu’il est convenu d’appeler le « pré-carré » qui, un temps, fut aussi en Asie du Sud-Est. Finalement controversé, après avoir été maintenu en place par les gouvernements de Félix Gouin, Georges Bidault et Léon Blum, l’amiral d’Argenlieu est rappelé par le gouvernement Paul Ramadier qui le considère comme « usé » (p. 327) et le fait remplacer le 5 mars 1947 par Émile Bollaert, faute d’avoir pu engager sur cette affaire les généraux Leclerc ou Juin. Le nouveau proconsul de la IVe République en Indochine engage alors la négociation avec Bảo Đại et le Việt Minh.

4La quatrième partie de l’ouvrage explique comment, alors qu’au temps du RPF les gaullistes sont marginalisés dans la conduite de la Guerre d’Indochine de 1947 à 1952, ils réussissent à conserver une main politique sur la guerre en se positionnant dans tous les débats et en menant une critique sévère dont la façon dont le gouvernement même les opérations du CEFEO et sur le fondement même de sa politique indochinoise (p. 428). Le RPF fait feu de tout bois et va jusqu’à comparer le désastre de Lạng Sơn de 1885 qui coûta la présidence du Conseil à Jules Ferry à une autre défaite, celle de la RC4, à Cao Bắng, exigeant la tête de Georges Bidault alors à la tête de la coalition de la « IIIe Force » (p. 432). Comprenant rapidement qu’il s’agit d’un tournant majeur de la Guerre, les gaullistes se posent alors non plus en défenseurs de la grandeur impériale française mais comme défenseurs du monde libre dans le cadre de la Guerre froide. Tout en fustigeant l’équipe gouvernementale, ils s’en prennent alors violemment aux communistes, accusant du même coup la IVe République d’incurie tout en se posant comme les avocats des combattants du CEFEO.

5Cette dernière politique s’avérant payante car leur action auprès des anciens combattants ne se résumait pas à de simples discours mais bien à d’actives initiatives combinée à l’action politique entreprise par Jacques Foccart qui, en même temps, en appelait au réarmement moral de la France (p. 438). L’armée de métier globalement penche du côté du RPF et saura s’en souvenir en 1958.

6Le cinquième acte du rôle joué par les gaullistes dans le déroulement du drame indochinois va de 1953 à 1954 que Frédéric Turpin a justement appelé « la fin des illusions ». En effet, à partir de 1953, dans le contexte de traversée du désert du général De Gaulle, une vue beaucoup plus réaliste se fait jour des conceptions gaulliennes aux nouvelles donnes… Pourtant, à son retour de mission en Indochine fin 1952, Jacques Foccart préconise de rester sur le terrain, d’accroître les efforts et de ne pas céder à la tentation de négociation avec Hồ Chí Minh. Pourtant, peu à peu, la vision gaulliste évolue. Incontestablement, l’Indochine est devenue un fardeau, la grandeur et l’indépendance de la France obligent désormais la recherche de compromis soit auprès du Việt Minh soit avec les autres acteurs politiques internationaux, à savoir les Soviétiques (rendus plus fréquentables après la mort de Staline) et les Chinois tout en ayant pour but ultime la volonté de sauver la France et l’Union française. Cette dernière carte politique leur permettait du même coup de renouer avec le vieux mythe gaullien de la France jouant les arbitres entre l’URSS et les Anglo-Saxons, d’autant que l’antiaméricanisme, sous couvert d’indépendance nationale, ne cessait alors de progresser dans les rangs des gaullistes. « Le désastre de Diên Biên Phu constituant une nouvelle occasion de souligner les errements coupables de la politique américaine » (p. 457), le tout se jouant dans le contexte d’opposition farouche à la fondation de la Communauté Européenne de Défense (CED). À partir de 1953, lorsque la détente internationale se dessine, le général De Gaulle et les gaullistes commencent à évoluer vers l’idée de sortie négociée d’une guerre désormais sans commune mesure avec les sacrifices exigés par un régime qui s’abîme dans le trafic des piastres largement monté en épingle par ses opposants. Pourtant, malgré la recherche effective d’une sortie honorable de la guerre, les gaullistes restent très critiques des Accords de Genève qui, à terme, posent plus de problèmes qu’ils n’en règlent tout en ne garantissant aucunement la survie des États associés du Cambodge et du Laos.

7Dès lors, le but du général et de ses hommes est de maintenir, coût que coût, des relations privilégiées avec l’Indochine. La peur panique de devenir une puissance secondaire, d’être relégué au rang de l’Espagne sans son empire, obsédait les gaullistes. Le statut de puissance de la France passait donc, impérativement, par le maintien de l’Union française, critiquant violemment la politique de Pierre Mendès France qu’ils calomniaient de « bradeur d’empire ». Alors que les tensions prennent chaque jour plus d’ampleur au Maghreb, les gaullistes appellent à la fermeté sous peine de voir la « Plus grande France » réduite à peau de chagrin. Dès lors, De Gaulle prône une prise de position plus ferme dans la péninsule indochinoise, l’armée française devant aider à faire respecter les résolutions prises à Genève, en particulier la tenue des élections de 1956. Cependant, après la chute de Bảo Ðại et suite au refus catégorique du régime de Saigon, soutenu ouvertement par Washington, les Français doivent céder le pas aux conseillers américains. La France, une nouvelle fois, subissait le jeu politique international sans pouvoir y jouer sa partie. Les Accords de Genève ne remettant pas en cause l’appartenance des États associés (Sud-Việt Nam du Laos et du Cambodge) à l’Union française, les gaullistes condamnent l’idée même de toute espèce d’indépendance totale hors du giron français, élément qui explique, en partie, la réaction gaulliste lors du « non » de Sékou Touré en 1958. Ils fustigèrent donc violemment la sortie unilatérale du Cambodge sihanoukien de l’Union en septembre 1955 ainsi que l’alignement clairement pro-américain du régime sud-vietnamien (p. 539). Les relations franco-indochinoises dépendaient, dès lors, du droit international. Restait le Laos et le Cambodge qui, dans à la suite de Bandœng proclamait sa neutralité, carte politique sur laquelle De Gaulle allait rebondir. Enfin, avec la mission Mendès France et Sainteny, la France tente de sauver ce qu’elle peut des relations diplomatiques avec la RDVN. Si le bilan peut apparaître mitigé à la fin de l’année 1956, Sainteny posa des jalons qui allaient servir au général lorsqu’il revient, deux ans plus tard, au pouvoir. La France gaullienne, désormais au pouvoir, allait imposer sa présence dans le second conflit indochinois et se poser comme médiateur. Une fois de plus, l’Empire – ou tout au moins ce qu’il en restait – allait permettre à la France de faire bonne figure et de renouer avec sa puissance perdue. Un temps.

8Le livre de Frédéric Turpin apporte ainsi plusieurs éléments nouveaux au sujet d’une période de l’histoire qui amena nombre de publications. Le premier élément est incontestablement une remise à plat des rôles tenus simultanément par Decoux, d’Argenlieu et le général lui-même dans le moment où se noue le drame indochinois. L’auteur met clairement en évidence que derrière l’amiral, le « carme-naval », il faut voir la main du général De Gaulle. Le silence monacal (p. 570) de Thierry d’Argenlieu s’explique, selon l’auteur, par la volonté de protéger son chef et ne pas compromettre une stratégie politique dont le but était clairement de détruire le régime ingrat qui l’avait éloigné du pouvoir. L’auteur montre aussi comment la Guerre d’Indochine joua le rôle de matrice idéologique dans la redéfinition d’un gaullisme que nous qualifierons bien improprement de « post-1945 ». La politique indochinoise préfigure la politique impériale et internationale de Charles de Gaulle. Il démontre en outre le fait que l’équipe du GPRF n’était pas au fait des réalités indochinoises et que la crise provient de l’entêtement des gaullistes à jouer un jeu opaque avec le Việt Minh. Même après avoir quitté le pouvoir en janvier 1946, De Gaulle s’enferra dans cette position, en faisant jouer à d’Argenlieu une politique de boutefeu. Les gaullistes eurent beau jeu, par la suite, de dénigrer systématiquement les gouvernements successifs dans leur façon de mener la guerre. Si l’affaire échoua en Indochine, elle réussit cependant en Algérie, par ces mêmes officiers que le RPF avait su s’attacher quelques années plus tôt. Enfin, Frédéric Turpin conclut en rappelant que malgré une victoire sur les débris de l’Empire, certains hommes qui entouraient De Gaulle ne brillèrent pas non plus par leur ouverture à l’esprit du temps. Leur vision passéiste de la puissance passant par l’Empire et un antiaméricanisme à la hauteur de leur anticommunisme viscéral permet de voir se dégager des fractures progressives dans l’équipe gaullienne. Elles prendront toute leur ampleur, plus tard. En Algérie.

9C’est un ouvrage essentiel que nous avons là, qui est autant une leçon d’histoire diplomatique, que d’histoire politique française et une pierre importante apportée à la connaissance de la période des décolonisations. Sans compter ce qu’il apporte de révélations sur la période trouble de l’Indochine entre 1940 et 1946. Un livre indispensable donc.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-François Klein, « De Gaulle, les Gaullistes et l’Indochine, Frédéric Turpin », Moussons, 13-14 | 2009, 406-410.

Référence électronique

Jean-François Klein, « De Gaulle, les Gaullistes et l’Indochine, Frédéric Turpin », Moussons [En ligne], 13-14 | 2009, mis en ligne le 30 août 2012, consulté le 30 avril 2017. URL : http://moussons.revues.org/1159

Haut de page

Auteur

Jean-François Klein

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page