Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Chinese Circulations. Capital, Commodities, and Networks in Southeast Asia, Eric Tagliacozzo & Wen-Chin Chang (éds)

Durham & Londres : Duke University Press, 2011, préface de Wang Gungwu, illustrations, cartes, index, 536 p.
Jean Baffie
p. 163-166
Référence(s) :

Eric Tagliacozzo & Wen-Chin Chang (éds), Chinese Circulations. Capital, Commodities, and Networks in Southeast Asia, Durham & Londres : Duke University Press, 2011, préface de Wang Gungwu, illustrations, cartes, index, 536 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage est une contribution majeure à l’étude des activités commerciales des Chinois d’Asie du Sud-Est, particulièrement du commerce entre les Chinois installés en Asie du Sud-Est et la Chine. Il est publié sous la direction d’un historien de l’université de Cornell aux États-Unis, Eric Tagliacozzo, spécialiste de l’Asie du Sud-Est musulmane, de l’Insulinde, principalement, et de Wen-Chin Chang, anthropologue au CAPAS de l’Academia Sinica et spécialiste des Chinois yunnanais de la Thaïlande du nord et de Birmanie.

2L’ouvrage comprend vingt contributions, neuf Occidentaux (deux Néerlandais, un Canadien, deux Australiens, quatre Américains) et onze Asiatiques (Taïwanais, Chinois, Japonais). À l’origine de celui-ci il y eut deux ateliers dont l’un, intitulé « Chinese traders in the Nanyang : Capital, commodities and networks », se tint au CAPAS de l’Academia Sinica en janvier 2007. Le livre est divisé en quatre parties chacune contenant quatre contributions ; elles traitent successivement de la théorie et de la longue durée, de l’époque précoloniale, de la première époque coloniale (early colonial), de la grande époque coloniale (highly colonial), enfin de l’époque postcoloniale.

3Les marchandises étudiées sont très variées puisqu’il s’agit aussi bien du jade et des pierres et métaux précieux que du riz, du poisson séché et des nids d’hirondelles en passant par le coton, le cuivre, le poivre, le bois de santal, les autres bois, mais aussi l’opium, les livres chinois, la bible et même le travail considéré comme une marchandise.

4En introduction de son désormais célèbre ouvrage The Art of Not Being Governed, consacré aux populations des montagnes en Asie du Sud-Est, James C. Scott dit son regret d’avoir dû faire l’impasse sur les sociétés des littoraux, mais confie qu’il préfère laisser cette tâche à des chercheurs comme Eric Tagliacozzo qui l’a entreprise de la meilleure des manières (Scott 2009 : xiv). Ce volumineux recueil est loin de ne traiter que des échanges maritimes puisqu’il se termine sur deux contributions qui concernent essentiellement les frontières sino-birmanes et birmano-thaïlandaises. Mais l’image de couverture, celle de bateaux du Ryukyu apportant des tributs, résume bien l’impression générale de l’ouvrage, celui d’une contribution capitale – la première de cette ampleur – sur les réseaux marchands d’Asie du Sud-Est.

5Les quatre premières contributions sont les plus ambitieuses puisqu’elles couvrent la « longue durée » (en français dans le texte) et sont l’œuvre d’auteurs très connus. Anthony Reid traite – un peu trop brièvement (16 pages, notes comprises) – des mineurs chinois en Asie du Sud-Est. Il est tout spécialement question des mineurs d’or et d’étain aux xviiie et xixe siècles. Très justement, Reid explique que les leaders locaux préféraient des Chinois réputés politiquement dociles et bien contrôlés par leurs associations, parmi lesquelles les sociétés secrètes (p. 34). C. Patterson Giersch, historien spécialiste de la Chine et auteur d’un ouvrage remarqué sur le Yunnan (2006), traite du commerce caravanier du cuivre et du coton dans cette région de la Chine du sud-ouest. Il confirme ce que les chercheurs français savent depuis bien longtemps à savoir que le Yunnan ne peut être étudié séparément de l’Asie du Sud-Est continentale. Spécialiste d’« histoire globale » et des diasporas chinoises, Adam McKeown signe un article sur les travailleurs chinois au xixe siècle, notamment vers la Malaisie britannique. Il montre – sans doute un peu trop rapidement – comment ce « travail chinois » était tenu comme une marchandise. Un des spécialistes reconnus de la question, Carl A. Trocki, traite d’une des marchandises les plus importantes de l’économie sud-est asiatique pendant un siècle, l’opium. Elle représenta entre 40 et 60 % des revenus de Singapour et des Établissements des Détroits, et 25 à 35 % en Indochine française et aux Indes néerlandaises (p. 100).

6La deuxième partie aborde précisément l’époque précoloniale. Takeshi Hamashita traite du commerce aux Ryukyu fait à l’occasion des relations tributaires entre la Chine et les pays de l’Asie du Sud-Est entre le xive et le xviie siècle. Il développe tout particulièrement les cas du Siam, de Java et de Manille. Spécialiste reconnu des Chinois du Viêt Nam, Li Tana donne une assez brève contribution sur la production et la circulation des monnaies cochinchinoises au xviiie siècle tout particulièrement en Chine, au Cambodge, au Siam et dans le monde malais. Elle utilise un nombre impressionnant de sources en vietnamien, chinois, anglais et français. Masuda Erika, connue pour ses nombreux travaux sur les relations entre la Chine et le Siam aux xviiie et xixe siècles, propose un article original sur les produits de luxe importés de Chine au Siam entre 1767 et 1854 qu’elle considère – en l’absence de preuves écrites évidentes – comme des témoignages de popularité de la Chine au Siam, voire de la sinisation de l’élite siamoise de l’époque. Dans une des contributions les plus fouillées, Heather Sutherland insiste sur l’importance du commerce des holothuries, ou concombres de mer, entre Makassar et la Chine. Cet article souligne combien les commerçants bugis ont pu faire une sévère concurrence aux Chinois.

7La troisième partie concerne la première période coloniale. Ayant signé de nombreuses études sur les régions frontalières de la Chine et de la Birmanie et du Viêt Nam, Sun Laichen, formé en Chine et aux États-Unis, donne ici une contribution sur le commerce des pierres précieuses (rubis, saphir, jade) de Birmanie en Chine entre 1644 et 1800. Il nous apprend ainsi que parmi ses titres, le roi de Birmanie était dit « propriétaire de toutes les variétés de pierres précieuses, des mines de rubis, d’agate, de Lasni, de saphir, d’opale ; ainsi que des mines d’or, d’argent, d’ambre, de plomb, d’étain, et de pétrole […] » (p. 215). Historien à Leiden, Leonard Blussé donne la plus longue contribution (38 p.) sur le commerce entre Java et les ports du sud de la Chine dans la deuxième moitié du xviiie siècle. Blussé apporte une série impressionnante de données quantitatives qui seront du plus grand intérêt pour les historiens de cette période. Lucille Chia signe ensuite un chapitre original – et largement illustré – sur les ouvrages en langue chinoise aux Philippines au début de l’époque coloniale. Elle souligne au passage combien les Chinois du pays se distinguaient de ceux des autres pays, avec une première école établie seulement en 1899 et des journaux à l’existence éphémère (p. 275). Diplômée de Singapour et de Leiden, enseignante à Toronto, Kwee Hui Kian contribue avec un texte sur le commerce du coton javanais aux xviie et xviiie siècles. Là encore, les commerçants chinois – ici des Hokchia du Fujian – étaient concurrencés par commerçants locaux, des Sundanais musulmans.

8La quatrième partie concerne la dernière période coloniale, à savoir la fin du xixe siècle et la première moitié du xxe. La première contribution par Man-houng Lin concerne étrangement assez marginalement l’Asie du Sud-Est puisqu’elle traite des activités des marchands taiwanais (alors de nationalité japonaise) entre1895 et1945, lesquelle étaient plus importantes en Chine du Sud et en Manchourie. L’article suivant, de Wu Xiao An, enseignant d’histoire à Pékin, traite d’un secteur plus classique celui du riz, ici dans le cas de la Malaisie à la fin du xixe siècle et au début du xxe. Le texte doit beaucoup à la thèse de l’auteur (1999) et à un ouvrage qu’il publia en 2003. Nola Cooke, plutôt spécialiste du Viêt Nam colonial, donne ici une contribution de valeur intitulée « Préparations à base des poissons du Tonle Sap : d’un produit alimentaire khmer de base à une marchandise coloniale d’exportation ». Elle rappelle au passage que le Cambodge, un pays de dimensions très modeste, est actuellement le quatrième producteur de poissons d’eau douce au monde (p. 360). Anthropologue à l’université de l’Alberta, où il donne – en 2012 – un cours sur l’anthropologie de l’alimentation, Jean DeBernardi a signé une contribution inattendue sur la diffusion des bibles traduites en chinois au cours du xixe siècle parmi les Chinois d’Asie du Sud-Est et peut-être surtout en Chine même, puisque certains missionnaires semblaient persuadés que ce pays n’allait pas tarder à devenir majoritairement chrétien (p. 394).

9La cinquième et dernière partie traite de la période « postcoloniale ». L’anthropologue Bien Chiang, chercheur-assistant, spécialiste des Paiwan de Taiwan et des peuples indigènes de Bornéo, donne une des meilleures contributions sur la production et le commerce des « nids d’hirondelles » de Sarawak, lequel est avec le Viêt Nam, la Malaisie et la Thaïlande un des principaux fournisseurs de ce met de choix pour les palais chinois. Il est particulièrement intéressant de noter que ces opérations impliquent de nombreux groupes ethniques : Chinois, Punan, Malais, Iban, Bugis. Eric Tagliacozzo, un des deux éditeurs de l’ouvrage, propose ensuite une « ethnohistoire du commerce des produits de la mer ». Il a combiné le travail classique de l’historien avec des entretiens avec des protagonistes qui l’ont conduit dans au moins dix pays de l’Asie du Sud-Est et de l’Est. Il a toutefois une vision réductrice des méthodes ethnographiques (p. 438), qui ne se limitent pas à de simples entretiens. Par ailleurs, son projet est beaucoup trop ambitieux pour être traité en moins de vingt pages et il est probable que l’auteur prépare un ouvrage sur le sujet. Cela lui permettrait d’être plus précis et de ne pas écrire, par exemple, que les produits de la mer nourrissent la population du Cambodge (p. 440) alors que les Cambodgiens sont presque uniquement des consommateurs de poissons d’eau douce. Deux contributions sur la Birmanie concluent l’ouvrage, ce qui fait au total un nombre bien plus grand de chapitres sur la Birmanie que sur la Thaïlande, par exemple. Wen-Chin Chang écrit sur le commerce – légal et illégal – du jade par les Chinois yunnanais à la frontière birmano-thaïlandaise. Comme l’auteur, qui est anthropologue, a également une approche historique, le lecteur ne peut que le rapprocher de la contribution de Sun Laichen (p. 203-220) qui parlait du jade, tout autant que des rubis et des saphirs mais sur une période réduite : les xviie et xviiie siècles. Pourtant la contribution de Wen-Chin Chang porte finalement moins sur le jade comme marchandise que sur les commerçants Yunnanais, dont elle est depuis des décennies la meilleure spécialiste. Cadre d’ONG à Chiang Mai et doctorant à Berkeley, Kevin Woods propose un article peut-être moins académique mais très actuel et bien documenté sur les conflits liés aux coupes de bois par des Chinois dans l’État Kachin du nord de la Birmanie. Utilisant l’approche de la « global commodity chain » il suit la marchandise sur la côte orientale de la Chine et même sur le marché international des bois tropicaux.

10Le défaut principal de cet imposant ouvrage réside certainement dans l’absence d’essai de synthèse des données présentées dans chacune des contributions. Une conclusion des deux éditeurs ou d’un autre chercheur confirmé aurait pu dégager des idées forces. Mais peut-être le livre rassemble-t-il trop de contributions, ce qui rend toute tentative de réflexion synthétique très hasardeuse. L’introduction est, pour l’essentiel, un résumé des divers chapitres du livre et les trois premières pages (sur la théorie) montrent surtout que les chercheurs, redoutant le véritable anathème qu’est devenue l’accusation d’« essentialisation » des aspects culturels des réseaux d’affaires chinois (p. 3), n’osent plus se permettre de quelconques généralisations. L’absence d’une bibliographie finale renforce l’impression de collection de communications de colloques avec un déficit de travail d’édition. Il aurait ainsi été appréciable d’utiliser une unique orthographe pour des mots comme taukehs (p. 89), towkays (p. 294).

11Comme c’est fréquemment le cas des ouvrages récents sur l’Asie du Sud-Est, les chercheurs français ne sont guère mentionnés dans ce gros volume. Je n’ai trouvé mention que des travaux de Claudine Salmon (1987, 1988), de Christian Pelras (1996), de Philippe Langlet et Thanh Tâm Quach, 2001, d’un article de Marie-Sybille de Vienne (2004) et de deux thèses sur l’opium en Indochine par Philippe Le Failler (1993) et Chantal Descours-Gatin (1992). Signalons néanmoins que Nola Cooke, de l’Australian National University, qui a signé la contribution sur le Cambodge, fait un usage important des sources coloniales françaises et qu’elle remercie le personnel des Archives d’Outre-Mer d’Aix-en-Provence (p. 375).

12Toutes les bibliothèques concernées par l’Asie du Sud-Est, la Chine et Taiwan se doivent de faire l’acquisition de cet ouvrage, même si son format de plus de 500 pages ne manquera pas de décourager beaucoup d’en faire la lecture intégrale. Dans tous les cas, les chercheurs intéressés par un ou plusieurs des pays couverts tireront certainement de la lecture des chapitres correspondants le plus grand profit.

Haut de page

Bibliographie

DESCOURS-GATIN, 1992, Quand l’opium finançait la colonisation en Indochine, Paris : L’Harmattan.

GIERSCH, C.Patterson, 2006, Asian Borderlands. The Transformation of Qing China’s Yunnan Frontier, Cambridge : Harvard University Press.

LANGLET, Philippe & Thanh Tâm Quach, 2001, Atlas historique des six provinces du sud du Vietnam du xixe au début du xxe siècles, Paris : Les Indes Savantes.

LE FAILLER, Philippe, 1993, « Le Mouvement international anti-opium et l’Indochine, 1906-1940 », université de Provence.

LOMBARD, Denys, 1990, Le Carrefour javanais. Essai d’histoire globale, Paris : Éditions de l’EHESS.

McKEOWN, Adam M., 1999, « Conceptualizing Chinese Diasporas, 1842 to 1949 », Journal of Asian Studies, 58 : 306-37.

PELRAS, Christian, 1996, The Bugis, Blackwell Publishers : Oxford.

SALMON, Claudine (éd.), 1987, Literary Migrations – Traditional Chinese Fiction in Asia (17th-20th Centuries), Pékin : International Culture Publishing Corporation

SALMON, Claudine, 1988, « Les Marchands chinois en Asie du Sud-Est », in Marchands et hommes d’affaires asiatiques dans l’Océan Indien et la Mer de Chine, 13e-20e siècles, Denys Lombard & Jean Aubin Paris, Éditions de l’EHESS.

PELRAS, Christian, 1996, The Bugis, Oxford : Blackwell Publishers.

SCOTT, James C., 2009, The Art of Not Being Governed. An Anarchist History of Upland Southeast Asia, New Haven : Yales University Press.

VIENNE, Marie-Sybille (de), 2004, « For a tentative modelization of the economic weight of overseas Chinese at the beginning of the third millennium », 5th international conference of the international society for the study of Chinese Overseas, 10-14 May.

WU Xiao An, 1999, « Chinese Family Networks in the Making of a Malay State : Kedah and the Region, 1882-1941 », thèse de doctorat, université d’Amsterdam.

WU Xiao An, 2003, Chinese Business in the Making of the Malay State, 1882-1941 Kedah and Penang, Londres : Routledge Curzon.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Baffie, « Chinese Circulations. Capital, Commodities, and Networks in Southeast Asia, Eric Tagliacozzo & Wen-Chin Chang (éds) », Moussons, 19 | 2012, 163-166.

Référence électronique

Jean Baffie, « Chinese Circulations. Capital, Commodities, and Networks in Southeast Asia, Eric Tagliacozzo & Wen-Chin Chang (éds) », Moussons [En ligne], 19 | 2012, mis en ligne le 18 septembre 2012, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://moussons.revues.org/1311

Haut de page

Auteur

Jean Baffie

Chargé de recherche, Aix-Marseille Université, CNRS, IrAsia UMR 7306, 13003, Marseille, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page