Navigation – Plan du site
Comptes rendus

La Thaïlande de A à Z, Jacques Bekaert

Bruxelles : André Versaille éditeur, coll. « Les Abécédaires du voyageur », 2010, 219 p., chronologie, bibliographie, liste des entrées et des corrélats
Jean Baffie
p. 170-172
Référence(s) :

Jacques Bekaert, La Thaïlande de A à Z, Bruxelles : André Versaille éditeur, coll. « Les Abécédaires du voyageur », 2010, 219 p., chronologie, bibliographie, liste des entrées et des corrélats

Texte intégral

1Cet ouvrage, destiné à apporter des éclairages sur l’histoire, la politique, la culture de la Thaïlande, réunit de très nombreuses données.

2L’auteur, Jacques Bekaert, est un journaliste belge auteur de cinq livres sur le Cambodge et un sur le Viêt Nam. Je lis toujours avec intérêt les articles qu’il publie sur la situation cambodgienne dans le quotidien Bangkok Post. Comme il réside en Thaïlande depuis des années, il est compréhensible qu’un éditeur lui demande un ouvrage sur la Thaïlande. L’exercice réclamé était moins aisé qu’il ne semblait et le résultat est donc mitigé. En cent entrées, Bekaert couvre de nombreux domaines et paraît avoir été assez libre pour la longueur des articles. Quelques entrées sont particulièrement intéressantes et l’on sent l’intérêt du journaliste pour ces domaines. C’est ainsi le cas des développements sur l’armée (p. 14-20) et sur la police (p. 140-144). Des entrées inattendues sont également les bienvenues, comme sur l’affaire (toujours non élucidée) des bijoux de la couronne d’Arabie Saoudite (p. 12-14), les domestiques (p. 59-62), les faux passeports (p. 72-73), le peintre Fua Haripitak (p. 80-81), l’écrivain Saneh Sangsuk (p. 151-152), l’orchestre Suntaraporn (p. 168), ou le tourisme médical (étrangement placé après l’entrée tourisme thaï), p. 186-188. Un des autres bons points de la maquette de cette collection est la présence de vignettes à l’intérieur des articles. De tailles très diverses (quelques lignes à plusieurs pages) celles-ci développent un point plus précis (les tribus montagnardes, l’isthme de Kra) ou donne une impression plus personnelle. J’aime tout particulièrement les allusions aux réactions de Nee, la « fidèle cuisinière » de Bekaert. Ainsi, dans l’article sur le wai, le salut thaï, Nee est passablement étonnée que le président de la Chambre de députés de Belgique – oncle d’Amélie Nothomb – qu’elle avait vu serrer la main du roi à la télévision prenne l’initiative de lui faire un wai d’une grande humilité (p. 198). Si Bekaert avait écrit le récit de ses années de séjour d’expatrié en Thaïlande, cela aurait été un ouvrage vraisemblablement passionnant à lire. L’ouvrage dont je fais le recensement ici est cependant très différent et comporte beaucoup trop d’approximations et d’erreurs pour être réellement recommandé.

3Il est d’abord étonnant de voir en couverture d’un ouvrage sur la Thaïlande une jeune fille dont le chapeau indique une origine vietnamienne. Bekaert n’est sans doute pas responsable de cette bévue, mais l’impression première ne peut qu’être négative. Dès le premier article sur Abhisit Vejjajiva, le leader du Parti démocrate, les erreurs sont présentes. Abhisit, né le 3 août 1964 à Newcastle où ses deux parents, d’origine chinoise, étaient médecins, a été élu deux fois député de Bangkok en 1992, une fois en 1995 (dans une autre circonscription), puis en 1996, et en 2001, 2005 et 2011 sur liste. Annoncer que le Parti de la nouvelle politique (celui des Chemises jaunes) est un concurrent du Parti démocrate n’est guère sérieux (p. 10). Bekaert – qui, à l’évidence, ne lit pas le thaï – croit que le roi Taksin et le Premier ministre Thaksin portent le même nom. Les Thaïs et les thaïsants ne peuvent, eux, confondre ตากสิน (Taksin) et ทักษิณ (Thaksin) ; même ceux qui ne peuvent lire le thaï réalisent que, en thaï, contrairement à l’anglais ou au français, la quasi-totalité des lettres sont différentes. Comme cela est répété tout au long de l’ouvrage (p. 23, 154, 204) sauf à la page 110 où il est bien écrit Taksin (!), l’impression est celle d’un travail non relu par un véritable connaisseur.

4Comme beaucoup de « spécialistes » de la Thaïlande, Bekaert écrit que le prénom est plus important que le nom dans ce pays. C’est une erreur. Les prénoms sont souvent ignorés même des amis les plus proches qui ne s’appellent que par leurs surnoms. Ainsi, pour reprendre l’exemple du Premier ministre de l’époque, Abhisit Vejjajiva, si son nom est connu depuis longtemps comme étant celui d’une famille de la high society, c’est par son surnom anglais de Marc que la plupart des quotidiens de langue thaïe le désigne. Mais, il est vrai que cette tradition n’est pas suivie par les deux quotidiens anglais de Bangkok que lit Bekaert.

5En vrac quelques-unes des autres erreurs : Bangkok existait déjà au xviie siècle (p. 23) ; pas de rue et de voitures « au début du xixe siècle » (p. 24) ; vieux se dit kao (p. 26) ; la maison de Jim Thompson et le stade national ne se trouvent pas dans le quartier Silom-Sathorn ; Bhumibol (phummiphon) signifie seulement « force du pays » (p. 29) ; la fête des mères est wan mae (p. 31) ; noble ne signifie pas aristocrate en Thaïlande (p. 31) ; farang ne désigne pas les étrangers en général mais seulement les Occidentaux (p. 55) ; les Lisus sont oubliés parmi les ethnies des montagnes (p. 122-123) ; ce ne sont pas les marins mais les aviateurs américains de Khorat qui « découvrirent » Pattaya (p. 132) ; Thai Rath ne signifie pas « la nation thaïlandaise », mais « l’État thaïlandais » (p. 145) ; le quotidien Business Day a cessé de paraître depuis des années (p. 145) ; Siam n’est devenu officiellement le nom du pays – qu’à partir du règne du roi Mongkut (1851-1868) (p. 152) ; C’est sous Rama VI (1910-1925) et pas sous Rama V (1868-1910) que les noms de famille furent imposés aux Siamois (p. 154) ; depuis 1988 la compagnie aérienne nationale se nomme Thai Airways International (p. 173) ; Bhichit Rattakul n’était pas membre du Parti démocrate (p. 177) ; le programme de Chavalit était appelé Isan khiao (p. 177) ; Ban(g)kok ne signifie pas « le champ de prunes amères » mais plutôt « le village des olives sauvages » (p. 181) ; un fils de mom luang peut seulement ajouter à son nom Na Ayutthaya (p. 182) ; TOUS les fonctionnaires recevaient des titres de noblesses avant 1932 (p. 182) ; le système traditionnel est appelé sakdina (p. 183) ; en 1893, la France n’occupe pas Bangkok (p. 204) ; Mueang Thai plutôt que Mouang Thaï (p. 205) ; la reine Sirikit n’était pas princesse (p. 205) ; 1992 : le général Suchinda démissionne sans être renversé (p. 206) ; en 2008, il est exagéré d’écrire que Samak fut accusé de corruption, il n’aurait simplement pas dû être rémunéré pour une émission culinaire qu’il avait animée une fois élu Premier ministre (p. 208).

6Bien entendu, d’autres erreurs pourraient être relevées et je passe sous silence les points sur lesquels je ne suis pas d’accord mais sur lesquels il faudrait débattre comme l’estimation de 15 % de la population chinoise de Thaïlande, curieusement présentée comme un chiffre quasi officiel.

7Certes, cet ouvrage n’est pas présenté comme un manuel universitaire, mais une simple introduction à la connaissance de la Thaïlande destinée aux voyageurs. On peut estimer que les qualités l’emportent tout de même sur les faiblesses même si celles-ci paraissent assez nombreuses. L’auteur aurait toutefois gagné à cosigner l’ouvrage avec un universitaire local ; cela aurait notamment permis d’éviter de nombreuses fautes de transcription inévitables pour celui qui a une connaissance inadéquate de la langue thaïe.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Baffie, « La Thaïlande de A à Z, Jacques Bekaert », Moussons, 19 | 2012, 170-172.

Référence électronique

Jean Baffie, « La Thaïlande de A à Z, Jacques Bekaert », Moussons [En ligne], 19 | 2012, mis en ligne le 06 septembre 2012, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://moussons.revues.org/1316

Haut de page

Auteur

Jean Baffie

Chargé de recherche, Aix-Marseille Université, CNRS, IrAsia UMR 7306, 13003, Marseille, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page