Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Thaïlande. Histoire, Société, Culture, Arnaud Dubus

Paris : éditions de La Découverte, « Les guides de l’état du monde », 2011, chronologie, bibl. index, 223 p.
Jean Baffie
p. 172-174
Référence(s) :

Arnaud Dubus, Thaïlande. Histoire, Société, Culture, Paris : éditions de La Découverte, « Les guides de l’état du monde », 2011, chronologie, bibl. index, 223 p.

Texte intégral

1L’annuaire L’État du Monde propose aux lecteurs des guides historiques, sociaux et culturels, qui devraient permettre de donner le contexte permettant de mieux comprendre les brèves notices annuelles, à dominante politique et économique. Tout naturellement ce sont aux services des contributeurs de l’annuaire qu’il a été fait appel, Arnaud Dubus pour la Thaïlande.

2Arnaud Dubus est – selon moi – le meilleur journaliste français en poste en Thaïlande. Je lis toujours attentivement ses articles dans Libération. Contrairement aux correspondants de plusieurs de ses concurrents, il prend toujours le temps de répondre aux courriers lui indiquant une erreur, même mineure. Tout ceci pour dire que j’ai le plus grand respect pour un journaliste doté d’une grande conscience professionnelle. J’avais été un peu sévère pour le précédent livre publié avec Nicolas Revise, en 2002, sur les armées en Thaïlande et en Indonésie, car il s’agissait d’un ouvrage de type universitaire publié par l’Institut de Recherche sur l’Asie du Sud-Est Contemporaine (IRASEC). Le présent ouvrage, lui, se présente comme une « invitation au voyage ».

3L’ouvrage couvre la plupart des domaines en onze chapitres, qui comprennent chacun trois encadrés illustrant un aspect, donnant une biographie, le texte d’une chanson, une recette de cuisine, etc. Ces vignettes, des éclairages sur un point très précis, sont presque toujours d’un grand intérêt et donnent le point de vue de l’auteur.

4On trouve ainsi des chapitres sur Bangkok, les campagnes, l’histoire, les groupes ethniques, l’identité nationale, les mentalités, l’économie, la politique, les relations avec les voisins, le bouddhisme et la « culture » (littérature, musique, cinéma, cuisine).

5Dubus n’est jamais aussi intéressant que lorsqu’il parle avec son cœur. Bangkok est monstrueuse mais tellement attachante. Elle est sa ville, comme elle est ma ville. Il faut y avoir vécu quelques années – ou quelques décennies – pour comprendre comment cela est possible. Le chapitre géographique réserve un développement très utile sur la déforestation qui explique qu’en un siècle les forêts sont passées de 75 % à 25 % de la superficie du territoire (p. 48). Le troisième chapitre sur l’histoire a, entre autres, le mérite de consacrer une page à la guerre franco-siamoise de 1941, souvent ignorée dans ce type d’ouvrage. Le chapitre quatre passe un peu rapidement sur les groupes ethniques avant de revenir à des points d’histoire. Le cinquième chapitre sur l’identité thaïe (ou thaïlandaise) est également très utile sur un sujet souvent traité sans grande rigueur. On apprécie l’homme de presse qui suit de près l’actualité quand Dubus note qu’en octobre 2010 il fut proposé par le ministère de l’Éducation de faire de l’anglais « la seconde langue officielle » (p. 101). Le chapitre six sur la psychologie et les mentalités complète le précédent et donne de précieuses indications qui seront utiles aux résidents comme aux voyageurs. Il faut tout spécialement recommander le chapitre sept sur l’économie (et l’éducation) qui est une synthèse réussie sur un sujet plutôt complexe. J’attendais beaucoup du chapitre huit sur les aspects politiques et quelques approximations font qu’il ne me satisfait pas entièrement, même si c’est surtout sur l’histoire politique que l’on trouve des imperfections. Le chapitre neuf sur les relations internationales dit l’essentiel. Paradoxalement, c’est peut-être les deux derniers chapitres – sur lesquels on l’attendait moins – que Dubus écrit les meilleures pages. Sur le bouddhisme et l’animisme, il est clair et précis bien documenté, avec des vignettes sur les talismans, la réforme du roi Mongkut et le célèbre bonze Buddhadasa. Enfin, le onzième et dernier chapitre sur les arts royaux et populaires donne à la fois des indications sur la culture ancienne, mais surtout sur la culture contemporaine des villes et des campagnes.

6Il ne manque pas bien entendu d’approximations, d’informations incomplètes voire d’erreurs : les Chinois hainanais sont oubliés dans l’énumération des populations chinoises de Thaïlande, et on ne peut bien entendu pas soutenir que les Chinois constituent 80 % de la population de Bangkok (p. 80) ; Dubus abuse des maha, terme en principe réservé, sous cette forme, aux bonzes ou anciens bonzes. Un mom ratchawong n’est pas un noble (p. 93) mais un fils de prince (mom chao), ce qui dans la terminologie thaïe est très différent. Sulak Sivaraksa fut un célèbre éditeur et libraire (et un « activiste social ») mais jamais un enseignant (p. 112). L’histoire du bouddha d’émeraude est un peu confuse et on comprend mal le passage d’Ayutthaya à Vientiane, avant de revenir à Bangkok (p. 165-166). Insister sur le fait que Chatichai Choonhavan était un général à la retraite est assez exaspérant. Fils de maréchal, Chatichai fut certes militaire entre décembre 1940 et 1957, année où il quitta l’armée avec le grade de brigadier général (phon chattawa). À partir de 1958, il fut ambassadeur, puis politicien, homme d’affaires et président de l’Association pour l’amitié entre la Thaïlande et la Chine. Ses grades de major général puis de général ne furent qu’honorifiques.

7Les véritables erreurs sont rares cependant. L’expression exacte pour désigner le régime politique de la Thaïlande est « régime de démocratie dont le roi est le leader » (« rabop prachathipatai an mi phramahakasat song pen pramuk », art. 2 des constitutions) (p. 155). Décédé subitement en avril 1976, alors qu’il venait d’être nommé ministre de la Défense, le général Krit Sivara ne put bien entendu prendre la tête du coup d’État du mois d’octobre de la même année (p. 152).

8Si Dubus parle couramment le thaï, il ne semble pas le lire aussi aisément d’où les transcriptions assez approximatives et suivant rarement les recommandations de l’Institut Royal : kon pour khon, Ayuthia pour Ayutthaya, Sukhotai pour Sukhothai, Isaan pour Isan… On trouve aussi des formes incorrectes comme « fleuve Ménam Chao Phraya » qui est un pléonasme, Thai hom mali pour khao hom mali.

9L’idée de repères chronologiques est excellente, mais les imprécisions et les approximations font que son usage universitaire serait imprudent. Mgr Pallegoix n’a jamais été « un des conseillers du roi » Mongkut, même si l’évêque français lui avait enseigné des rudiments de latin lorsque Mongkut était abbé d’une pagode de Bangkok. Lorsque Phibul Songkhram devint Premier ministre, il était colonel ; il eut une promotion très rapide ; après la guerre avec la France de Vichy, en 1941, il devint maréchal sans avoir jamais été pleinement général. Phibun n’a pas été emprisonné longtemps pour crime de guerre, délit inconnu du droit thaïlandais de l’époque ; après cinq mois, il était libre et deux ans plus tard, il redevenait Premier ministre. Il y a sans cesse des confusions entre les grades de généraux et de maréchaux : Thanom est maréchal en 1963, puis quelques lignes plus loin il « redevient » général (p. 214). Chatichai Choonhavan n’est le « premier » chef de gouvernement élu que pour la décennie 1980.

10Ces légères imperfections et quelques autres (quelques phrases sont répétées à la virgule près à quelques pages de distance) auraient certes dû être éliminées par une relecture attentive des responsables de l’édition, mais retranchent peu de l’intérêt que l’on prend à la lecture de ce guide que pourront lire, outre les touristes cultivés, les étudiants (et les enseignants et les chercheurs) en science politique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Baffie, « Thaïlande. Histoire, Société, Culture, Arnaud Dubus », Moussons, 19 | 2012, 172-174.

Référence électronique

Jean Baffie, « Thaïlande. Histoire, Société, Culture, Arnaud Dubus », Moussons [En ligne], 19 | 2012, mis en ligne le 18 septembre 2012, consulté le 23 mars 2017. URL : http://moussons.revues.org/1318

Haut de page

Auteur

Jean Baffie

Chargé de recherche, Aix-Marseille Université, CNRS, IrAsia UMR 7306, 13003, Marseille, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page