Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Laos. Un pays en mutation, Vatthana Pholsena

Paris : Éditions Belin, coll. « Asie Plurielle », 2011, 208 p., 12 figures
Vanina Bouté
p. 181-182
Référence(s) :

Vatthana Pholsena, Laos. Un pays en mutation, Paris : Éditions Belin, coll. « Asie Plurielle », 2011, 208 p., 12 figures

Texte intégral

1C’est avec un regard neuf et une approche originale que Vatthana Pholsena a relevé le défi d’écrire l’ouvrage Laos. Un pays en mutation, le dernier-né de la collection « Asie Plurielle » (Belin) qui a déjà proposé une longue série d’ouvrages de présentation générale des pays d’Asie.

2Cet ouvrage vient combler un grand manque dans la littérature sur le Laos. Aucun ouvrage généraliste en langue française n’existant jusque-là sur ce petit pays d’Asie du Sud-Est, le lecteur curieux devait se référer à des guides de voyage, aux informations souvent limitées.

3Dans cet ouvrage, Vatthana Pholsena a choisi de combiner plusieurs approches : historique, sociologique et politique articulées au sein des trois parties qui composent l’ouvrage, l’auteur soulignant que « le choix de la longue durée permet d’approfondir les réminiscences les plus contemporaines en les reliant à une trame historique ancienne » (p. 6). Et de fait, la force de l’auteur est d’être aussi bien historienne de terrain que formée à des approches en sciences politiques, maîtrisant ainsi l’analyse des différentes échelles du pays.

4La première partie expose tout d’abord quelques éléments généraux sur le pays (caractéristiques géographiques, démographiques, notamment ethniques) afin d’amorcer dans les 2e et 3e chapitres un retour sur le passé permettant de mettre en lumière les processus de peuplement, puis la constitution des principautés taïs et leurs caractéristiques (2e chapitre), et enfin la période moderne et contemporaine (3e chapitre). L’ouvrage n’a pas pour ambition d’établir une histoire complète en quelques pages, mais plutôt de souligner certains aspects de ces différentes périodes (« bouddhisme et politique », « des frontières modernes », « révolutionnaires et populations des hautes terres », etc.), susceptibles d’éclairer la situation contemporaine.

5Les trois axes de la deuxième partie se présentent ainsi dans une certaine continuité de ces précédentes thématiques. Dans le 5e chapitre, « le renouveau de la culture majoritaire », l’auteur analyse certains des traits culturels les plus caractéristiques de la société lao contemporaine : l’histoire, le bouddhisme, la relation aîné-cadet, l’écriture et la langue, etc. Autant d’éléments dans lesquels le régime actuel puise pour consolider la construction d’une culture nationale, une culture – Vatthana Pholsena le montre bien – qui est essentiellement celle de l’ethnie lao, à peine majoritaire au niveau démographique. C’est ainsi vers les autres populations du Laos, lesdites « minorités ethniques » que se tourne le chapitre suivant, en montrant la place qui leur est donnée par le gouvernement. Le tableau est contrasté. Si l’État tente de saisir, via les recensements nationaux, la diversité des populations à travers des ethnonymes, ces classifications restent mouvantes en raison du flou qui entoure les critères de classement choisis. L’intégration des minorités est également passée ces dernières décennies par des opérations souvent autoritaires : nombre de populations montagnardes ont été déplacées vers les plaines ou les axes routiers, ont vu leurs pratiques agricoles condamnées, souffrent d’un appauvrissement d’autant plus criant qu’il contraste avec l’enrichissement des populations urbaines, etc. Pour autant, Vatthana Pholsena rappelle que la dialectique pouvoir-minorités n’est pas univoque : s’appuyant sur ses propres matériaux, elle explique comment la période révolutionnaire a permis à un certain nombre de membres de ces minorités d’intégrer, durant l’enfance, les écoles de fortune installées dans la forêt par les révolutionnaires, puis d’être formés, parfois à l’étranger, et d’intégrer la fonction publique d’État après 1975. Enfin, l’auteur interroge, dans un 6e chapitre, le devenir des éléments culturels précédemment présentés en montrant comment ils sont susceptibles d’être remis en cause par les nouvelles données de la société laotienne : une population jeune, urbaine, mobile, d’une part, et une présence vietnamienne et chinoise de plus en plus marquée dans les villes du pays.

6La troisième et dernière partie de l’ouvrage adopte enfin une vue plus globale du Laos en montrant les défis auxquels le pays est confronté au niveau international. Le 7e chapitre revient sur les années de l’expérience socialiste pour montrer ensuite l’évolution de l’économie laotienne dans les années 1980, avec l’adoption du « nouveau mécanisme économique », l’ouverture progressive du pays aux investisseurs étrangers, le développement des entreprises privées laotiennes et bien sûr, la situation du secteur agricole qui emploie encore 75 % de la population. Les deux derniers chapitres abordent les problématiques de l’intégration régionale : intégration au niveau des infrastructures et du commerce (chapitre 8), et problématique du devenir du Parti populaire lao, ainsi que de ses relations avec les « pays frères » que sont le Vietnam et la Chine.

7D’utiles encadrés jalonnent le texte : il s’agit d’extraits d’ouvrages de recherche ou d’articles de presse sur le Laos mettant en lumière tel ou tel point particulier, ou encore de précisions apportées, par exemple, sur certains termes en langue lao, la guérilla hmong, le projet controversé de construction près du That Luang, la structure du Parti au niveau villageois.

8Certains lecteurs pourront être surpris par l’absence complète de notes de bas de page, de références dans le texte aux travaux des auteurs qui ont été nécessaires au grand travail de synthèse effectué par Vatthana Pholsena, ou encore par le petit nombre d’ouvrages référencés dans la bibliographie finale (2 pages). De même, les très nombreuses cartes qui illustrent le texte omettent systématiquement de mentionner les sources à partir desquelles elles ont été élaborées (recensements nationaux ? littérature d’ONG ?) ou les dates auxquelles les informations se réfèrent. Cela rend l’utilisation de l’ouvrage pour un public de spécialistes malaisée, mais il s’agit là d’un choix des éditeurs, choix que l’on peut déplorer, et qui ont été imposés à l’auteur.

9Hormis ces critiques faites aux responsables de la collection « Asie plurielle », on ne peut au final que saluer le travail considérable accompli par Vatthana Pholsena pour cet ouvrage qui s’avère être autant une synthèse utile au néophyte désireux de connaître le Laos, qu’une mise en exergue des nouveaux enjeux que rencontre le Laos contemporain.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vanina Bouté, « Laos. Un pays en mutation, Vatthana Pholsena », Moussons, 19 | 2012, 181-182.

Référence électronique

Vanina Bouté, « Laos. Un pays en mutation, Vatthana Pholsena », Moussons [En ligne], 19 | 2012, mis en ligne le 18 septembre 2012, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://moussons.revues.org/1324

Haut de page

Auteur

Vanina Bouté

Maître de conférences à l’université de Picardie Jules Verne et membre du Centre Asie du Sud-Est (CNRS-EHESS).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page