Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Le Maître des aveux, Thierry Cruvellier

Paris : Gallimard, 2011, 370 p.
Luc Benaiche
p. 183-185
Référence(s) :

Thierry Cruvellier, Le Maître des aveux, Paris : Gallimard, 2011, 370 p.

Texte intégral

1Le livre de Thierry Cruvellier porte sur le procès de Duch, le directeur de la prison S-21 où périrent environ 14 000 détenus sous le régime khmer rouge (1975-1979). Le titre est à double sens : Duch était celui qui présidait à l’obtention des aveux des détenus avant leur « écrasement », c’est-à-dire leur exécution, mais il est également celui qui fait ses propres aveux au travers de ce tribunal, tout en en restant « maître », dans la mesure du possible.

  • 1 Sur les prolégomènes de l’institution des CETC voir Tom Fawthrop & Helen Jarvis, Getting away with (...)

2L’ossature de l’ouvrage – 360 pages dépourvues de tout appareil critique, réparties en 40 chapitres relativement courts, accompagnés de trois pages de repères historiques en fin de volume – montre assez qu’il ne s’agit pas d’une étude fouillée de ce procès et des débats qui s’y sont tenus. L’auteur n’est pas un spécialiste des questions cambodgiennes et le but de l’ouvrage n’est pas de montrer ce que ce premier procès devant les Chambres extraordinaires au sein du Tribunal cambodgien (CETC)1 apporte à notre connaissance de la période.

  • 2 Le lecteur pourra consulter l’ouvrage de François Bizot, Le Silence du boureau paru en 2011 chez Fl (...)
  • 3 Il réalise en cela ce que voulait faire le cinéaste Rithy Panh pour ce procès. Les propositions du (...)

3Il s’agit là avant tout d’un témoignage sur le déroulement du procès vu par un observateur ayant assisté à la totalité des débats2. L’expérience de l’auteur est à cet égard évidente puisque le journaliste a suivi durant quinze années d’autres grands procès internationaux : Rwanda, Sierra Leone et Bosnie-Herzégovine. Il sait où regarder et porte justement une attention toute particulière au regard des différents protagonistes, il sait décrire la tension et les émotions qui s’y lisent3. Il brosse un tableau des grands moments des audiences de façon souvent non chronologique sans pour autant briser le déroulement général du procès. Il s’intéresse à la fois sur ce qui se passe à l’intérieur de la salle d’audience et sur les réactions et les attitudes du public, au milieu duquel il se trouve et dont il rappelle qu’il est bien plus nombreux et d’origine plus rurale que dans les procès qu’il lui a été donné d’observer jusque-là.

  • 4 Vann Nath avait fait le récit de son incarcération à S-21 dans son ouvrage : Dans l’enfer de Tuol S (...)

4Il évoque ainsi une partie des témoignages des trois seuls survivants encore en vie de S-21 : Bou Meng, Chum Mey et Vann Nath (mort le 5 septembre 2011 peu de temps après sa déposition)4. On entre avec eux dans l’enfer de ce qu’a pu être S-21, le quotidien des prisonniers, leur peur, la torture, la faim. Les témoignages ne s’accordent pas toujours. La mémoire de Bou Meng ne concorde pas en partie avec celle de son codétenu Vann Nath dans l’atelier des artistes. Des subalternes de Duch à S-21 sont également convoqués : Him Huy, Suor Thi, Prak Khan et Mam Naï (alias Chan). Sont évoqués avec eux le fonctionnement de la prison, le rôle de chacun, celui de son directeur, les tortures pratiquées ou non. Des familles des victimes sont également entendues par le tribunal. On entend au travers de leur témoignage la détresse de ceux qui ont perdu les leurs, de façon violente, sans jamais savoir avec exactitude à quel point leur fin fut douloureuse.

  • 5 David Chandler a en effet été entendu par la Cour le 6août 2009 en tant qu’expert. Ce dernier a lon (...)

5Le principal protagoniste reste l’accusé : comme le dit l’auteur, jamais « à Arusha, Freetown ou La Haye, il ne fut donné à la parole du bourreau d’être entendue avec une telle abondance » (p. 19). L’intérêt de ce procès doit beaucoup à sa coopération avec le tribunal. Celle-ci n’a bien sûr pas été totale – Duch ne reconnaît que ce qui est contenu dans les archives elles-mêmes de S-21, que ce qui est prouvable et documenté – mais n’en demeure pas moins exceptionnelle. En effet, même si l’authenticité du repentir du directeur de S-21 est mise en doute, l’historien David Chandler, cité par l’auteur, rappelle que cette attitude reste unique dans le contexte politique cambodgien5. On n’en attend en effet pas autant du procès en cours qui vise à juger les plus hauts dirigeants encore en vie du régime, lesquels nient les charges qui leur sont reprochées.

  • 6 Sur les charges qui peuvent peser sur les plus hauts dirigeants khmers rouges voir Steve Heder & Br (...)

6Duch parle beaucoup selon Thierry Cruvellier, et qui plus est, il domine clairement les audiences, à l’aide de son ex-avocat français, Me Roux. Duch est bien préparé, tout comme l’est son avocat qui ne manque ni d’éloquence ni de sérieux. De plus, tous deux sont aidés par leurs adversaires, les avocats des parties civiles, qui ne sont pas à la hauteur (certains, par exemple, ne sont présents qu’à la première et dernière journée d’audience). Le bureau du Procureur est également visé par les critiques, notamment pour sa véhémence et son réquisitoire très dur, alors que ce n’est pas la règle lors de ce genre de procès lorsqu’un criminel reconnaît ses crimes, coopère avec la justice et offre un témoignage à charge pour les inculpations ultérieures6.

7Le Maître des aveux est un bon ouvrage de synthèse sur ce premier procès des Khmers rouges, le choix heureux des témoignages sélectionnés permettra au lecteur de se faire une bonne idée des moments importants du procès et le glacera parfois, comme lorsque Chan, l’interrogateur en chef de S-21, répond aux questions de Me François Roux :

« Regrettez-vous d’avoir été interrogateur à S-21 ?
— Je ne comprends pas tout à fait ce que vous voulez dire.
— Avez-vous des regrets, aujourd’hui, d’avoir été interrogateur à S-21 ?
— Avoir des regrets, oui. Je dois dire que j’ai effectivement des regrets.
— Je crois qu’il y avait des gens bien et que des méfaits ont été commis. Selon mon observation, il y avait moins de gens bien. J’ai des regrets pour ce petit groupe de gens bien.
— Vous n’avez pas de regrets pour les gens « moins bien » qui ont été écrasés ?
— Je n’ai jamais eu de regrets pour les personnes mauvaises qui sont mortes. »

8Cet ouvrage restera surtout important du fait de la capacité de l’auteur à capter l’ambiance générale du procès et à la transmettre, matière évidemment absente des minutes des audiences et, par certains égards, tout aussi importante.

Haut de page

Notes

1 Sur les prolégomènes de l’institution des CETC voir Tom Fawthrop & Helen Jarvis, Getting away with Genocide ? : Elusive Justice and the Khmer Rouge Tribunal, 2004, Londres, Ann Arbor : Pluto Press.

2 Le lecteur pourra consulter l’ouvrage de François Bizot, Le Silence du boureau paru en 2011 chez Flammarion dans lequel il revient sur sa propre expérience de témoin aux CETC. Cet ethnologue français avait été détenu en 1971 à M-13, un centre de sécurité alors commandé par Duch à l’époque de la guerre civile (1970-1975).

3 Il réalise en cela ce que voulait faire le cinéaste Rithy Panh pour ce procès. Les propositions du réalisateur du documentaire S-21 : la machine de mort khmère rouge (2002) n’ayant pas été retenues par la Cour, il fut néanmoins autorisé à réaliser des entretiens filmés avec Duch qui constituent la matière de son dernier long métrage Duch, Le Maître des forges de l’enfer.

4 Vann Nath avait fait le récit de son incarcération à S-21 dans son ouvrage : Dans l’enfer de Tuol Sleng : l’inquisition khmère rouge en mots et en tableaux, 2008, Paris : Calmann-Lévy.

5 David Chandler a en effet été entendu par la Cour le 6août 2009 en tant qu’expert. Ce dernier a longtemps travaillé sur les archives de S-21 et publié l’ouvrage de référence sur cette prison : Voices from S-21 : Terror and History in Pol Pot’s secret prison, 2000, Chiang Mai : Sikworm Books.

6 Sur les charges qui peuvent peser sur les plus hauts dirigeants khmers rouges voir Steve Heder & Brian Tittemore, Seven Candidates for prosecutions : Accountability for the Crimes of the Khmer Rouge, 2001, Washington, American University : War Crimes Research Office.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Luc Benaiche, « Le Maître des aveux, Thierry Cruvellier », Moussons, 19 | 2012, 183-185.

Référence électronique

Luc Benaiche, « Le Maître des aveux, Thierry Cruvellier », Moussons [En ligne], 19 | 2012, mis en ligne le 01 octobre 2012, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://moussons.revues.org/1329

Haut de page

Auteur

Luc Benaiche

Doctorant en histoire, Aix-Marseille Université, CNRS, IrAsia UMR 7306, 13003, Marseille, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page