Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Il était une fois des « esclaves ». Le cas des Toradja de Célèbes, Jeannine Koubi

Paris : Presses de l’Université Paris-Sorbonne, coll. « Asie », 2008, 190 p.
Pierre Le Roux
p. 187-190
Référence(s) :

Jeannine Koubi, Il était une fois des « esclaves ». Le cas des Toradja de Célèbes, Paris : Presses de l’Université Paris-Sorbonne, coll. « Asie », 2008, 190 p.

Texte intégral

  • 1 Rambu Solo’ « La fumée descend ». Le culte des morts chez les Toradja du sud, Paris : CNRS Editions (...)

1Jeannine Koubi est chargée de recherche au CNRS, membre du Centre Asie du Sud-Est (CASE, unité mixte de recherche 8170 CNRS et EHESS), spécialiste des Toradja de l’île de Sulawesi (l’ancienne Célèbes) en Indonésie, parmi lesquels elle a mené des recherches pendant plusieurs années, de 1971 à 1986, et qu’elle connaît intimement. Elle est l’auteur de divers articles et documents scientifiques portant essentiellement sur cette société attachante, ainsi que de deux ouvrages : Rambu Solo’ « La fumée descend ». Le culte des morts chez les Toradja du sud (1982) et Histoires d’enfants exposés. Pays toradja, Sulawesi, Indonésie (2003). Elle a également dirigé, avec Josiane Massard-Vincent, l’important ouvrage collectif Enfants et sociétés d’Asie du Sud-Est (1994)1.

2Le présent ouvrage, tout à la fois dans l’air du temps et original, est consacré à l’esclavage ; thème aussi fort, violent, dramatique, que malheureusement à la mode, et même de plus en plus.

3Dans l’air du temps car, depuis quelques années, pour ce qui concerne notamment le Sud-Est asiatique, les institutions et agences internationales et intergouvernementales, les principales organisations non-gouvernementales d’aide au Tiers-monde, de lutte contre les inégalités et pour le développement économique dans les pays émergents, de même que le Département d’État américain, suivis de bien d’autres gouvernements occidentaux (notamment Australie, Canada, Espagne, Grande-Bretagne, Grèce, Israël, Italie), montrent qu’ils portent une grande attention à ce thème de recherche, ainsi qu’à divers autres thèmes associés comme le trafic humain ou les migrations illégales, dont ils comprennent malaisément causes et modalités.

  • 2 Alain Testart, Critique du don. Études sur la circulation non marchande, Paris : Syllepse, 2007, 26 (...)

4Original, car cette étude concerne non pas une société majoritaire et « urbaine » –même si celle-ci est d’abord, pratiquement, rurale –, mais une minorité ethnique traditionnelle, c’est-à-dire, relevant des espaces sociaux restreints ou des sociétés primitives. On parle ici de la morphologie sociale, c’est-à-dire, des institutions et non pas des hommes, qui n’ont, eux, rien de primitif, bien entendu : c’est le but même de l’anthropologie sociale que d’étudier le fonctionnement des sociétés primitives, comme récemment rappelé très pertinemment par Alain Testart2. Le travail de Jeannine Koubi, voulu ici particulièrement non ethnocentrique, part en effet volontairement de l’intérieur de la culture toradja, en analysant leurs concepts propres et leur terminologie relatifs à l’esclavage. C’est aussi pour cette raison que l’auteur a consacré son ouvrage à l’examen des formes de dépendance pratiquées par les Toradja durant la période pré-coloniale, qui s’acheva au début du xxe siècle. Il est important de souligner ce point à l’heure où les agences intergouvernementales et des Nations Unies intéressées par la lutte contre l’esclavage et le trafic humain, très encouragées dans leur erreur par les subsides du Département d’État américain, imposent à ce sujet, à propos des sociétés d’Asie du Sud-Est, des vues typiquement occidentales, donc hors de propos, basant par exemple leur approche, bien à tort, sur la notion d’individus, alors que ce sont des collectivités  à identifier et définir chaque fois, bien sûr – qui sont d’abord concernées dans cette région du monde.

  • 3 Fernard Braudel, L’Identité de la France, Paris : Arthaud, 3 vol., 1986.

5Sans compter quelque 500000 individus installés ailleurs qu’à Sulawesi, dans l’archipel nousantarien, à l’heure actuelle, les Toradja de Célèbes forment une population d’environ 400 000 personnes vivant dans le territoire septentrional de la province de Sulawesi-Selatan ou Célèbes-Sud. Leur nom provient d’un exonyme donné par leurs voisins musulmans, les Bugis de Luwu’, mais selon Jeannine Koubi les Toradja préfèrent se présenter comme issus de tel ou tel village, ou tel « pays » – à l’instar de ces « pays » ou terroirs des régions de France, comme les pays d’Auge ou d’Ouche en Normandie, décrits par Fernand Braudel3 – au sein de l’ensemble ethnolinguistique toradja, plutôt que comme Toradja même. Comme le dit l’auteur, pour la plupart, ils précisent leur village natal en tant que première référence identitaire : « la spécificité culturelle de chaque région étant bien marquée, dire que l’on est né ailleurs, c’est sous-entendre que l’on est différent notamment par son parler, ses mythes et ses traditions ». Cela joue d’ailleurs un rôle important dans l’esclavage, ainsi que le précise l’auteur (p. 42): « les prisonniers de guerre asservis chez les Toradja étaient fréquemment de même origine ethnique et de même langue que les vainqueurs, mais de localité différente : ils avaient une autre référence identitaire ».

6Il faut souligner, fait d’ordre universel montré par l’histoire, comme me l’a fait remarquer Alain Testart (com. pers., 2006), que les sociétés humaines se fournissent préférentiellement en esclaves, et en particulier lors de guerres, chez les étrangers, les personnes extérieures à leur monde, à leur religion, qu’il s’agisse de la Rome antique avec les Thraces, Germains, Gaulois, ou Slaves, du monde chrétien avec les Noirs animistes, les Asiatiques, ou les musulmans, ou du monde musulman avec tous ceux vus comme « infidèles »; ceci à propos d’esclavage externe évidemment, c’est-dire, qui concerne deux sociétés différentes, et à la différence de l’esclavage interne, comme l’esclavage pour dette, très présent en Extrême-Orient et en Asie du Sud-Est et qui, par définition, concerne les membres d’un même pays, d’un même groupe.

7Formant une société très hiérarchisée, les Toradja, animistes aujourd’hui recouverts d’un vernis catholique, comprenaient jadis des aristocrates et des roturiers et aussi des dépendants, c’est-à-dire, une classe sociale composée de personnes asservies. Jeannine Koubi commence fort à propos par définir les concepts et la terminologie utilisés, ainsi que les catégories distinguées, avant d’entrer dans l’analyse proprement dite du corpus et du thème. Puis, elle examine les interdits traditionnels – les tabous – associés à la servitude, les tâches et contraintes des dépendants dans le contexte de la vie quotidienne, ainsi que dans celui des jours festifs, des célébrations et des rites, les devoirs des maîtres à l’égard de leurs esclaves, avant de terminer par la présentation annotée et expliquée des mythes d’origine de l’esclavage. Les traductions en français des fragments de littérature orale toradja présentées dans l’ouvrage sont disponibles en fin de volume dans la transcription de la langue toradja afin de proposer une restitution aux membres de cette société et de mettre à disposition des spécialistes les récits originaux, ce qui est scientifiquement un plus.

  • 4 Alain Testart (dir.), Aux origines de la monnaie, Paris : Errance, 2001.

8Chez les Toradja d’autrefois, on trouve d’abord les esclaves de souche ou « touffe de bambou », plante qui connote ici l’ancestralité et l’ancienneté du lien de dépendance ; puis, les dépendants pour dette, « ceux qui sont destitués » ; puis, ceux qui se vendent eux-mêmes comme esclaves par souci de se protéger, car trop pauvres pour acquitter une créance –souvent le cas des joueurs – et n’ayant rien d’autre à fournir que soi-même, ou bien au lieu de se suicider. On trouve encore les prisonniers de guerre capturés lors de raids guerriers, d’expéditions de représailles, et aussi de rapts de femmes, ou de chasses aux têtes – les anciens Toradja étaient, comme les Dayak de Bornéo, de grands chasseurs de têtes humaines (et de foies), à fins rituelles. C’était souvent, comme signalé au début de ce texte, des Toradja d’autres villages, c’est-à-dire, de l’esclavage non pas interne mais externe, puisque l’identité toradja est basée d’abord sur le terroir, le village, et non sur la reconnaissance du grand ensemble ethnolinguistique qui nous fait parler d’eux en tant que groupe ethnique constitué. Enfin, ce pouvait être des esclaves achetés, acquis contre un paiement estimé par l’auteur entre un et huit buffles ; ici à considérer comme la monnaie avant la monnaie (voir Testart 2001)4.

  • 5 Georges Condominas, L’Espace social. À propos de l’Asie du Sud-Est, Paris : Flammarion, 1980.

9Les esclaves toradja étaient soumis à de nombreux tabous : interdit pour les hommes de relation sexuelle et d’alliance avec les catégories sociales supérieures, rappelant le tabou de l’aîné du conjoint des Mnong Gar du Vietnam (Condominas 1980)5alors que les femmes esclaves pouvaient avoir des rapports sexuels avec leurs maîtres, qui avaient d’ailleurs un droit de cuissage, ce qui, comme précisé par l’auteur (p. 66) pouvait amener ces femmes à être livrées à la prostitution, bien avant les vagues de touristes sexuels venus d’Occident. En cas de polygamie, les femmes officielles ne pouvant accepter de partager leur mari avec des esclaves, celles-ci étaient en général cantonnées à des relations adultérines, cachées autant que possible. Outre les nombreux tabous relatifs à l’habitat, à l’orientation cardinale, à la parole et au geste, à la parure, au vêtement, aux repas et à la nourriture, les esclaves étaient également interdits de rituels complexes, notamment ceux des funérailles pluriphasées, point d’orgue de la fonction symbolique chez les Toradja.

10Jeannine Koubi parle d’une société à tradition orale. On le voit grâce aux mythes qu’elle présente, et également par l’importance de la parole donnée, qu’elle souligne à plusieurs reprises, comme à propos des devoirs des possédants (p. 81) : « les maîtres étaient tenus de respecter les promesses faites à leurs esclaves, bien que cette prescription s’appliquât à tout le monde ». Si la seule sanction pratique des mauvais maîtres, avares ou violents, par exemple, est la réprobation sociale, les bons maîtres se comportent en revanche comme de véritables parents (p. 87), mettant « leur point d’honneur à remplir leurs engagements. De plus, ils travaillaient comme leurs dépendants, à leurs côtés, et entretenaient avec eux de bonnes relations : ils traitaient leurs gens avec gentillesse et prévenance. La preuve, dit-on, ils partageaient avec eux leur précieux lait de bufflesse, pour la plus grande joie de leur progéniture ».

11L’un des mythes toradja proposés par Jeannine Koubi (p. 106) pour expliquer l’origine de la servitude paraît d’une importance cruciale, par ce qu’il révèle de proprement sud-est asiatique et même de « proto-indochinois », au sens de fonds ancien typique culturellement de cette région du monde. Il s’agit du récit intitulé Kakanna na adinna, c’est-à-dire « l’Aîné et le cadet ». Selon moi, il n’est que de rappeler que la quasi-totalité des sociétés d’Asie du Sud-Est et d’Extrême-Orient (Chine, Japon et Corée inclus) fonctionne sur la base de cette dichotomie qui résume parfaitement nombre de caractéristiques culturelles, familiales, religieuses, économiques, sociales et politiques de cette immense aire. On retrouve ce « couple » insécable partout dans cette aire sous la forme de la trinité symbolique : « l’aîné, le cadet, la femme », dont les premiers éléments peuvent se lire, sous les oripeaux de l’un de leurs avatars, une de leurs nombreuses formes métaphoriques, comme l’association du maître et de son esclave.

12Un solide appareil critique, sobre mais efficace et très bien fait, vient augmenter l’intérêt documentaire de ce livre, modèle du genre : outre trois cartes utiles et lisibles replaçant le pays toradja au sein de l’Indonésie, au début du livre, une bibliographie bien construite et excellemment présentée, ce qui est rare, on trouve un glossaire des termes toradja utilisés, un index analytique pratique et informatif, et une table des illustrations qui complète les légendes détaillées, sans redondance, et de nombreuses, utiles et belles photographies en couleurs, toutes dues à l’auteur. Aucune de ces images n’est de trop. Chacune apporte un complément utile d’information ethnographique que le texte ne répète pas. Au contraire, la photo, ici purement documentaire bien qu’également toujours esthétique, précise celui-ci. C’est tellement rare qu’on doit le souligner : les images ne servent pas à combler des vides ou à cacher des manques. Elles sont un instrument supplémentaire bienvenu dans les mains d’une ethnographe de grand métier.

  • 6 Alain Testart, L’Esclave, la dette et le pouvoir. Études de sociologie comparative, Paris : Errance (...)

13Un seul (petit) bémol concerne la définition générale de l’esclavage proposée et la description de ses principaux types, qui a récemment bénéficié d’un nouvel éclairage si pertinent qu’il en est à mon sens incontournable, celui d’Alain Testart6, qui n’est pas cité en bibliographie. Selon Testart, la meilleure définition lapidaire de l’esclavage qu’on puisse proposer, la plus claire, basée sur le droit en fonction des sources et données disponibles dans la littérature, est celle-ci : l’esclave est celui qui est exclu (de la société, de la parenté) et, d’autre part, qui est exploité et dont le maître tire profit. Les prisonniers de guerre ne sont ainsi, selon cette définition, pas des esclaves stricto sensu, s’ils sont bien des dépendants, de même que ceux qui se mettent en gage, même si les conditions faites aux uns et aux autres sont proches, voire d’apparence identique.

14La mise en page est une réussite, un luxe même. Le format du livre, l’élégante couverture glacée, la qualité du papier, comme la police retenue rendent la lecture agréable. À cela, il faut ajouter la grande rigueur du texte, qui est bref mais pas trop court, et comme certain chevalier, « sans reproche », sans coquille, sans faute résiduelle. Une rareté, je vous dis. Mais surtout, si le texte est suffisamment court, c’est parce qu’il est concis et précis, et ce parce que l’observatrice sait de quoi il retourne, ne se perdant pas dans d’éventuels bras morts, mais sachant rester, avec pertinence, sur le cours principal et en vue des rives. Le style est fluide, le texte informatif et le résultat que l’ouvrage est non seulement intéressant mais passionnant, et même titillant, c’est-à-dire, entraînant l’esprit à sa suite, résonnant longtemps après sa lecture. En résumé, et encore une fois, un coup de maître !

Haut de page

Notes

1 Rambu Solo’ « La fumée descend ». Le culte des morts chez les Toradja du sud, Paris : CNRS Editions, 1982 ; Histoires d’enfants exposés. Pays toradja, Sulawesi, Indonésie, Paris : PUPS, 2003, dont j’ai établi le compte rendu paru en 2006 dans Anthropologie et Sociétés (Québec, Université Laval), 30 (3) : 259-261 ; J. Koubi et J. Massard-Vincent (eds), Enfants et sociétés d’Asie du Sud-Est, Paris : L’Harmattan, 1994.

2 Alain Testart, Critique du don. Études sur la circulation non marchande, Paris : Syllepse, 2007, 265 p. ; voir p. 9 n. 1.

3 Fernard Braudel, L’Identité de la France, Paris : Arthaud, 3 vol., 1986.

4 Alain Testart (dir.), Aux origines de la monnaie, Paris : Errance, 2001.

5 Georges Condominas, L’Espace social. À propos de l’Asie du Sud-Est, Paris : Flammarion, 1980.

6 Alain Testart, L’Esclave, la dette et le pouvoir. Études de sociologie comparative, Paris : Errance, 2001, 238 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Le Roux, « Il était une fois des « esclaves ». Le cas des Toradja de Célèbes, Jeannine Koubi », Moussons, 12 | 2008, 187-190.

Référence électronique

Pierre Le Roux, « Il était une fois des « esclaves ». Le cas des Toradja de Célèbes, Jeannine Koubi », Moussons [En ligne], 12 | 2008, mis en ligne le 15 novembre 2012, consulté le 29 mars 2017. URL : http://moussons.revues.org/1538

Haut de page

Auteur

Pierre Le Roux

Ethnologue, docteur de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page