Navigation – Plan du site
Articles

La détention dans le Kampuchéa démocratique. Un modèle communiste paroxystique ?

Imprisonment in Democratic Kampuchea: a Paroxystic Communist Model?
Luc Benaiche
p. 121-140

Résumés

Le régime khmer rouge fut l’un des plus meurtriers que connut le monde au xxe siècle. La compréhension de ce phénomène passe nécessairement par l’étude du phénomène carcéral, pris au sens large, et de sa place dans la répression commandée par ce régime. Les exécutions massives ne furent en effet pas comme on le pensait d’abord des exécutions sommaires dans des lieux reculés, mais l’aboutissement d’un processus passant par l’arrestation, la mise en détention, l’interrogatoire souvent violent, puis à plus ou moins court terme la mise à mort. L’étude de ce système répressif laisse entrapercevoir des spécificités par rapport à d’autres pays communistes : l’absence de tout cadre légal, même formel, à la répression, l’absence de toute tentative de « rééducation » des détenus, pourtant si caractéristique du phénomène carcéral communiste, le peu d’intérêt porté à la main-d’œuvre carcérale, alors que cette dernière fut massivement utilisée par d’autres régimes. Par-dessus tout, la mortalité relative enregistrée par ce système fut extraordinaire par rapport aux autres expériences communistes, et la violence semble y avoir été portée à son paroxysme, posant là au chercheur un problème quant à la caractérisation de ce système répressif.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Conversation de Pol Pot avec la délégation de l’Association de l’Amitié Belgique-Kampuchéa, (Docume (...)

Nous n’avons pas de prison et nous n’utilisons même plus le mot prison. Les mauvais éléments sont envoyés travailler dans les champs.
Pol Pot, 5 août 19781

  • 2 Bien que nous ayons conscience des différences existant entre « prison », « camps », « centre de dé (...)

1Que penser de cette affirmation de Pol Pot alors que nous savons aujourd’hui que des centaines de lieux de détention 2 existaient sur le territoire cambodgien sous le régime qu’il dirigea ? Certes, nous pouvons lui accorder que le mot même de « prison », kuk en khmer, a sans doute disparu de tout document officiel et qu’il fut sans doute très rare que des personnes arrêtées se fussent vu dire qu’elles étaient emmenées en prison. Si de nouveaux mots remplacèrent les anciens, il n’en demeure pas moins qu’un véritable réseau de lieux de détention exista sous le régime des Khmers rouges et que l’affirmation de Pol Pot est à mettre dans la longue liste des dénégations des dirigeants de ce régime sur ses aspects les plus sombres.

  • 3 Ces ouvrages ne sont pas les premiers sur le système carcéral de ces deux régimes, mais ce sont san (...)

2Moyen de comprendre comment un État traite ceux qu’il juge nuisibles pour la société, la connaissance d’un système carcéral est devenue d’autant plus importante qu’il s’agit souvent du principal moyen de répression d’un État sur sa population. Ainsi, la dénonciation des crimes commis par les États communistes contre leur population est généralement passée par la dénonciation de leur « système carcéral », de leur réseau de camps de travail, de leur système d’enfermement. Les deux ouvrages qui sont réputés avoir le plus profondément marqué les esprits occidentaux au sujet de l’URSS et de la République populaire de Chine (RPC) sont L’Archipel du Goulag d’Alexandre Soljenitsyne ([1973] 1974) et le témoignage Prisonnier de Mao de Jean Pasqualini ([1973] 1975) 3. Le véritable scandale concernant ces deux pays semblant passer par l’évocation de leur système répressif et donc de leur réseau de prisons et de camps de travaux forcés.

3À cet égard, le Cambodge ne suit pas la règle. Pourtant, l’étude du système carcéral ou du système d’enfermement d’un régime accusé de divers crimes contre l’humanité est déterminante pour une raison simple : c’est le lieu où la responsabilité du pouvoir en question est la plus évidente. Ces systèmes sont des administrations au service d’un régime et il est beaucoup plus difficile pour ses dirigeants de nier la responsabilité de l’État dans l’administration de ses prisons. Les juristes travaillant au tribunal de Nuremberg ne s’y sont pas trompés et l’accusation contre les nazis fut portée par ceux qui deviendront les premiers historiens des camps de concentration (voir Lindeperg & Wierviorka 2008). Il en est de même aujourd’hui pour les Chambres extraordinaires au sein des tribunaux cambodgiens (CETC) chargées de juger les principaux dirigeants Khmers rouges encore en vie.

  • 4 Nom que le régime de Pol Pot donna au pays à partir de 1976, il est passé dans l’usage d’utiliser c (...)

4Les atrocités vécues par les Cambodgiens à l’époque du Kampuchéa démocratique 4 filtrèrent rapidement hors du pays, pourtant assez hermétiquement fermé, et c’est un ouvrage pionnier d’un autre genre, Cambodge année zéro de François Ponchaud ([1977] 2005), qui provoqua plutôt la prise de conscience. Or, dans cette étude du régime khmer rouge, il n’y a aucun mot sur les prisons. Rien d’étonnant à cela, compte tenu des sources disponibles à l’époque. Ce qui choqua, et ce que l’on en retient encore aujourd’hui, c’est davantage l’évacuation des villes, et en premier lieu celle de Phnom Penh et de Battambang. Dans le cas de Phnom Penh, des journalistes étrangers étaient encore présents dans la capitale le 17 avril 1975 au moment de sa capture par les révolutionnaires. Les récits de la prise de la ville et de son évacuation arrivèrent avec un décalage de quelques semaines puisqu’ils ne furent vraiment connus que lorsque ces étrangers purent sortir du pays après un séjour forcé dans l’Ambassade de France et leur expulsion en Thaïlande. La prise et l’évacuation des villes de l’ouest du Cambodge, et surtout Battambang, ont également filtré, une partie des Cambodgiens qui parvinrent à fuir clandestinement le pays vivait dans ces villes, relativement proches de la frontière. Des récits des massacres de soldats du régime vaincu circulaient également dans la presse, notamment ceux de la ville de Battambang, déjà bien connus.

  • 5 On note une exception pour la presse française, un article de Jean Pouget dans le Figaro du 11 févr (...)

5On pourrait résumer ainsi la dénonciation du régime qui fut imprimée, plus ou moins rapidement, dans la grande presse : évacuation forcée des villes, déportation des populations vers ce qui est décrit comme de véritables camps de travaux forcés, manque de nourriture entraînant une surmortalité importante, traque et exécution sommaire des personnes liées d’une façon ou d’une autre à l’ancien régime, puis des intellectuels ou supposés tels, règne implacable de la mystérieuse Angkar (Organisation), derrière laquelle on présume déjà que se cache le Parti communiste du Kampuchéa (PCK), et qui a le droit de vie ou de mort sur toute la population. Aucune mention n’est faite d’une quelconque prison 5, les personnes victimes de la répression khmère rouge disparaissaient la nuit, écrivait-on, et étaient exécutées dans les bois, ou dans quelque lieu à l’abri des regards, de façon sommaire, le plus généralement d’un grand coup de gourdin derrière la nuque ou sur le crâne.

6Après l’écroulement du régime devant l’invasion vietnamienne en janvier 1979, les nouveaux maîtres de Phnom Penh organisèrent leur propagande anti-khmère rouge autour du centre de sécurité de Tuol Sleng (en fait appelé S-21 par les Khmers rouges eux-mêmes, « S » pour santébal en khmer ou sécurité et 21, le numéro de code du premier directeur, Nat), qui devint petit à petit le symbole suprême de l’horreur khmère rouge, justifiant ainsi a posteriori leur intervention. Il fallut donc attendre que le régime ne soit plus pour que la dénonciation des crimes Khmers rouges passât par l’évocation de la prison, même s’il faut souligner dans le cas de S-21 que les Vietnamiens ont arrangé le lieu pour le rapprocher, ainsi que le régime dont il est censé être le symbole, du nazisme et, ce faisant, lui dénier toute affiliation avec le communisme (Chandler 2000 : 9).

7Le centre de S-21, devenu musée du génocide, reste encore aujourd’hui la référence à laquelle tout le monde pense dès que l’on évoque les prisons khmères rouges. Il est devenu un site touristique obligé de la capitale cambodgienne avec le site d’exécution de Chœung Aèk qui lui était associé. Pourtant, au-delà de S-21, tout un réseau de prisons ou de centres de détention a bien existé, et la plupart des personnes arrêtées la nuit qui « disparurent » furent en fait menées, interrogées et détenues avant d’être exécutées. Cet état de fait est sans doute dû à une importante lacune de la recherche sur le Kampuchéa démocratique. Très rares sont en effet les études publiées sur les prisons khmères rouges. Cette rareté s’explique par plusieurs facteurs. Tout d’abord, il n’existe malheureusement pas d’archives administratives sur ce réseau carcéral, hormis celles de S-21, remarquablement exploitées par David Chandler dans son Voices from S-21 : Terror and History in Pol Pot’s Secret Prison (ibid.), et une partie de celles de la prison de Kraing Ta Chan, district de Tramkâk, de la province de Takéo. Non pas que ces archives n’aient pas existé, elles ont été soit détruites par les Khmers rouges avant leur fuite devant les Vietnamiens en 1979, soit perdues par la suite. Écrire une histoire du Kampuchéa démocratique nécessite donc de se passer en grande partie de ces archives, matériau privilégié de l’historien. Cet état de fait oblige le chercheur à recourir aux témoignages oraux dont l’exploitation est d’autant plus délicate qu’un très faible nombre des anciens détenus de cette période en est sorti vivant. Il est donc parfois difficile de croiser les sources pour une prison donnée.

8En dehors de l’étude de Chandler évoquée ci-dessus, deux études sont à citer concernant les prisons khmères rouges, celle d’Henri Locard intitulée le « Goulag khmer rouge » (1996) et celle d’Ea Meng-Try, The Chain of Terror (2005).

9Au-delà de ce double constat, de la présence d’un système carcéral au Cambodge qui fut, à partir de 1976, le cadre principal de la répression khmère rouge, et du fait que ce système n’ait pas rejoint dans la « représentation collective » le goulag soviétique et le làogăi chinois, on se demandera quelles sont les spécificités du système carcéral du Kampuchéa démocratique et dans quelle mesure il se démarque des systèmes carcéraux ou concentrationnaires mieux connus de l’URSS et de la Chine maoïste.

Naissance et développement du système carcéral khmer rouge

  • 6 Deux dates peuvent être retenues pour le début de cette guerre civile, 1968, date à laquelle le PCK (...)
  • 7 L’établissement de ces communes populaires s’étala de 1972 à 1976.

10Le système carcéral khmer rouge voit le jour pendant la guerre civile (1970-1975) 6, alors que le Parti communiste du Kampuchéa (PCK) est progressivement amené à administrer des parts croissantes de territoires tombant sous son contrôle. On estime qu’en 1973, les Khmers rouges sont déjà maîtres des deux tiers du pays même si la population vivant sous leur contrôle est moins importante. À partir de 1972, naissent les premières sahakâr ou « communes populaires » qui sont instituées à des dates différentes en fonction des lieux 7. Les Khmers rouges installent également dès cette époque un certain nombre de prisons et de camps de travail. Nombre de caractéristiques de ces prisons khmères rouges de l’époque de la guerre civile se retrouveront dans les nouvelles installations qui seront établies après la victoire des communistes cambodgiens.

  • 8 Kaing Guek Eav de son vrai nom. Pour une autre prison à cette période, voir par exemple Henri Locar (...)
  • 9 CETC, Transcriptions des audiences de l’Affaire n° 1, Audience du 6 avril 2009, p. 58-59 (nous util (...)
  • 10 Il s’agit d’une zone administrative khmère rouge créée en 1971 et placée sous le commandement direc (...)
  • 11 CETC, Transcriptions, 6 avril 2009, p. 66-67, 86, 88 et 90.

11La plus connue de ces prisons du temps de la guerre civile est M-13, située à Omleang, dans la province de Kompong Speu et qui fut dirigée par Duch 8, le futur directeur de S-21. Duch expliqua lui-même devant le CETC qu’il avait connaissance d’autres prisons durant la période de la guerre civile 9. M-13 était la prison du secteur 15 de la Zone Spéciale 10. Le rôle de ce centre était initialement d’interroger les personnes qui venaient des zones contrôlées par les armées lonnoliennes : ces personnes devaient avouer, souvent sous la torture, des activités d’espionnage pour le compte de la République khmère (RK), puis elles étaient exécutées. Le premier but de cette prison, selon Duch, était donc de protéger les « zones libérées ». Des habitants de ces zones sous administration khmère rouge furent également accusés d’être des « ennemis », emmenés à M-13 où ils connurent le même sort que les « espions » supposés de la République khmère. Les hommes étaient placés dans des fers (knoh) jour et nuit alors que les femmes pouvaient aller planter des légumes pendant la journée. Duch déclarera à la suite d’une question d’un de ses juges qu’il a pu arriver que des prisonniers soient morts de faim à M-13, mais que cela était rare puisque les détenus n’étaient pas gardés suffisamment longtemps pour cela. Généralement, les détenus étaient interrogés, puis rapidement exécutés 11.

  • 12 CETC, Transcriptions, 7 avril 2009, p. 65, 99-100.
  • 13 CETC, Transcriptions, 7 avril 2009, p. 30.
  • 14 CETC, Transcriptions, 6 avril 2009, p. 65. Pour le système de la chaîne de commandement voir infra.

12Une deuxième section du même camp M-13 avait été créée par Duch pour les prisonniers qui lui étaient envoyés et qui n’avaient pas vocation à être exécutés, il s’agit de M-13 B (la première section devenant M-13 A lors de la création de la deuxième branche). Les personnes qui y étaient menées n’étaient pas considérées comme des ennemis ou des traîtres, mais ce sont des personnes qui avaient commis des fautes et qui étaient donc envoyées là pour être rééduquées. Elles étaient astreintes au travail pendant la journée, puis relâchées au bout d’un certain temps. Selon Duch aucun de ces détenus ne serait mort du fait de ces travaux forcés 12. Il n’est pas fait mention dans les réponses de Duch à la Cour de la détention de soldats de Lon Nol, ce fut pourtant également le rôle des prisons khmères rouges du temps de la guerre civile de détenir et d’exécuter, souvent assez rapidement, cette catégorie de détenus (Locard 2008 : 125-126). L’ethnologue français François Bizot, qui fut détenu à M-13 et qui en fut un des très rares survivants, raconte y avoir vu des soldats de Lon Nol, ils n’y seraient restés qu’une seule nuit (Bizot 2000 : 104-106). À M-13 A, Duch admet qu’il n’y eut que 10 personnes libérées sur à peu près 300 détenus qui lui ont été amenés, tous les autres détenus furent exécutés 13. Les arrestations étaient décidées par le Comité de Zone, il en allait de même pour les exécutions ou les libérations 14.

13Au lendemain de la victoire khmère rouge, le 17 avril 1975, une grande campagne de répression débuta en même temps que la population des zones contrôlées par les Républicains fut évacuée sur l’ordre des Khmers rouges. Cette campagne de répression visait l’ancien régime et plus particulièrement l’armée lonnolienne. Les Khmers rouges recherchaient les officiers et les sous-officiers, parfois les simples soldats. Ils furent soit exécutés directement, soit regroupés dans des camps improvisés ou dans des bâtiments administratifs avant d’être massivement passés par les armes. Les plus hauts dirigeants furent également exécutés durant cette première période de répression, de même que souvent les cadres locaux comme les chefs de commune (voir par exemple Vann 2008 : 32). Parfois, les soldats furent placés dans des camps de travaux forcés dont fort peu sortiront du fait de la difficulté du travail, de la pauvreté de l’alimentation et bien sûr, du manque d’hygiène et de soin. Ceux qui ont pu survivre ont ensuite été intégrés dans une sahakâr (Locard 1996 : 136). L’essentiel de cette campagne de répression s’est déroulé en dehors des prisons khmères rouges, bien que certaines des victimes aient été détenues, un temps très court, sur des sites qui seront par la suite utilisés comme des prisons (Ea 2005 : 9).

  • 15 Ce fut le cas par exemple dans le khum de Chres, srok Kompong Tralach, Khet de Kompong Chhnang. Une (...)
  • 16 Ce fut le cas au moment de la transformation du Wat Banteay Krom en prison (sans doute entre les mo (...)

14Dans un deuxième temps, entre la fin de l’année 1975 et le début de l’année 1976, en fonction des endroits et de l’extension temporelle de la première vague répressive, le pays se couvrit de prisons. Il arriva que les anciennes installations de la guerre civile fussent conservées. D’autres fois, on déplaça les anciennes prisons de quelques centaines de mètres, les anciennes installations n’étant pas toujours suffisamment grandes 15. Les Khmers rouges se servirent souvent des pagodes, des écoles, voire d’anciens hôpitaux pour leurs nouvelles prisons. Certaines furent construites de toutes pièces sous forme de huttes rudimentaires, il arriva également que les Khmers rouges utilisent de grandes maisons de village. La population vivant près de ces nouvelles prisons fut éloignée. Elle put même quelques fois être prévenue par des cadres Khmers rouges eux-mêmes de la construction ou de l’aménagement d’une prison dans les endroits dont elle était écartée 16.

  • 17 Les détenus étaient sous le Kampuchéa démocratique divisés entre les prisonniers « lourds », qui re (...)

15La plupart de ces prisons restèrent en fonction jusqu’à l’invasion vietnamienne. Elles furent alors toutes fermées à la hâte. Dans la majorité des prisons, les prisonniers dits « lourds » (tgoun) furent alors tous exécutés 17. Mais la rapidité de l’avancée vietnamienne prit de court beaucoup de cadres des services de sécurité. Les prisonniers dits « légers » (sral) furent soit exécutés, soit emmenés avec les autres populations dans la retraite des Khmers rouges. Les archives de ces prisons furent abandonnées sur place dans la hâte de la fuite, ou détruites. Il n’existe par ailleurs pas de preuves de la présence d’archives détaillées dans toutes les prisons khmères rouges. La plupart des prisonniers emmenés par les Khmers rouges parvinrent cependant à s’enfuir pendant cette retraite.

Infrastructure carcérale

16L’agencement de ces prisons khmères rouges était variable. La description qui suit se veut celle de la prison type que l’on pouvait trouver dans la campagne cambodgienne ; il est évident que beaucoup de prisons connaissaient des particularités qui ne sont pas prises en compte ici. Elles pouvaient être composées d’un ou de plusieurs bâtiments. Généralement deux catégories de détenus étaient tenues séparées : les prisonniers lourds et les prisonniers légers, ils étaient fréquemment placés dans des bâtiments ou dans des pièces différentes. Il en va de même pour la séparation entre les femmes et les hommes. Les enfants qui se retrouvèrent assez nombreux dans ces prisons n’étaient généralement pas séparés de leur mère, mais ils mouraient souvent avant les autres. En dehors de S-21, on ne trouve que dans peu de cas des cellules individuelles, le lieu de détention est une grande pièce dans laquelle les détenus étaient entravés dans des knoh soit en bois, soit en fer, soit d’un mélange des deux.

  • 18 Le premier type de knoh est visible encore aujourd’hui à S-21. Nous n’avons pas pu voir de knoh en (...)

17Les knoh en fer sont en fait des anneaux dans lesquels les détenus plaçaient leur cheville et qu’une barre de fer, plus ou moins longue, venait refermer. Les détenus étaient donc maintenus assis, par rangée, avec une ou leurs deux chevilles prises dans ce dispositif. Nous connaissons également deux types de knoh en bois. Le plus rudimentaire consiste en deux morceaux de bois superposés dans lesquels ont été taillés des cercles permettant de placer les chevilles des détenus. Les deux morceaux de bois sont verrouillés aux extrémités par un moyen quelconque, généralement une vis. Le second dispositif que l’on nous a décrit a l’avantage pour les gardiens de ne pas avoir à libérer tous les détenus lorsqu’un seul dans la rangée doit en être sorti. La partie inférieure de ces knoh est fixe et similaire à la précédente. La partie supérieure est par contre individuelle, elle est fixée à la traverse inférieure par deux longues vis verticales 18. Les prisonniers lourds restent en règle générale entravés jour et nuit, alors que les prisonniers légers sont libérés le jour pour travailler. Les enfants ne sont jamais entravés. Lorsque l’infrastructure carcérale ne permet pas de séparer les femmes des hommes dans des bâtiments ou des pièces séparées, ils sont simplement placés dans des rangées de knoh différentes. Ces knoh, qui devinrent un des symboles de la prison khmère rouge, étaient en fait des « barres de justice » exactement semblables, que ce soit pour les modèles en fer ou pour ceux en bois, à celles utilisées durant la période coloniale, au Cambodge, en Indochine et même, à des périodes plus anciennes, sur les négriers.

18Les gardiens disposaient d’un bâtiment pour leur logement. Une cuisine permettait la préparation de la nourriture des détenus et des gardiens. Les interrogatoires des détenus devaient être menés dans un bâtiment ou dans un lieu à l’écart des autres détenus. L’ombre d’un arbre dans la cour de la prison faisait parfois office de lieu d’interrogatoire. Ces prisons pouvaient être entourées d’un mur, de barbelés, d’une palissade ou de rien de tout cela. Il est significatif que, dans leur volonté de rupture avec le passé, nulle part les anciennes infrastructures carcérales du pays, souvent héritées de la colonisation française, ne fussent utilisées comme lieu de détention.

Populations cibles et moyens de la répression

19Avec l’établissement des nouveaux centres de sécurité entre la fin 1975 et le début 1976, le nombre d’exécutions sommaires décrut. Les anciens militaires de l’armée de Lon Nol restèrent une cible pour la sécurité khmère rouge ; les arrestations ne furent plus massives mais devinrent individuelles. Les anciens fonctionnaires ou toute personne ayant travaillé de près ou de loin avec l’ancien régime furent inquiétés. Ils étaient considérés comme hostiles à la révolution. Certains comportements étaient également passibles d’emprisonnement. Le vol de nourriture, la prise individuelle de repas, des erreurs répétées pendant le travail, les infractions d’ordre « moral », c’est-à-dire en fait les relations sexuelles ou simplement amoureuses (consommées ou non) en dehors du cadre marital. Par la suite, ce sont les familles des anciens soldats et des anciens fonctionnaires qui seront emportées dans les prisons khmères rouges. Il faut y ajouter tous les traîtres ou les ennemis supposés, catégories qui pouvaient recouvrer tout ou partie des catégories précédentes, mais qui purent également être bien plus extensibles.

20Enfin, le système carcéral et les centres de sécurité furent les acteurs privilégiés des grandes purges qui frappèrent le Parti. Ces purges, qui commencèrent par frapper le centre du pouvoir en 1976 et qui ne virent les membres déchus arriver qu’à S-21, s’étendirent bientôt vers la base et l’on en retrouve les victimes dans des centres de sécurité de moindre importance. Cela est dû à l’ampleur des purges internes au PCK : lorsqu’un cadre était arrêté, il arrivait fréquemment que les personnes qu’il avait sous son commandement suivissent ; elles furent alors soit menées à S-21, soit dans des centres de sécurité inférieurs.

21Afin de pouvoir accomplir leur action, les organes de la sécurité devaient enserrer la population au plus près. Le peuple nouveau devait rédiger des autobiographies expliquant leurs anciennes positions, leur profession et situation familiale. Les Khmers rouges s’en servirent évidemment pour purger de la société les éléments considérés comme indésirables. Au début du régime, les nouvelles autorités demandèrent également à ceux exerçant telle ou telle profession de se faire connaître afin d’aider à la reconstruction du pays. Il s’agissait souvent d’un mensonge, et de nombreuses personnes se retrouvèrent dans des camps de rééducation (Pouget 1977), ou pire. Mais ce n’était pas toujours le cas, des usines de Phnom Penh notamment furent remises en route par des anciens employés qui se firent connaître à la demande des Khmers rouges (Martin 1983 : 88-89). Il était alors difficile pour le peuple nouveau d’élaborer des stratégies de survie. La population était également étroitement surveillée par des chhlôp, la milice locale, par des « personnes ordinaires » chargées par les Khmers rouges de rapporter ce qu’elles voyaient et entendaient, et la dénonciation était également fortement encouragée par les autorités. Le résultat fut bien évidemment que plus personne n’osa parler ouvertement, même chez soi, et que tout le monde finit par se méfier de tout le monde, annihilant ainsi la plupart des liens sociaux. On retrouve dans une certaine mesure les mêmes effets à la fois en Chine et en Union soviétique.

  • 19 Entretien avec Chhean Sok, khet Kompong Chhnang, srok Samaki Meanchey, khum Svay Chuk, phum Chhrok (...)

22Quant aux purges touchant l’appareil interne du Parti, leur expansion se fit grâce à l’acharnement des interrogateurs de S-21, et sans doute d’autres centres, à extirper des listes de traîtres qui devaient accompagner tous leurs aveux, ce qui engendra une sorte de cercle infernal dans lequel des pans entiers du Parti finirent par sombrer (Chandler 2000 : 45-75). La même pratique fut évidemment utilisée aux échelons inférieurs de l’appareil de Sécurité, si bien que certains habitants n’avaient non pas peur d’avoir mal agi, ou de mal agir, mais avaient peur d’avoir leur nom cité par un détenu 19.

Structures administratives et judiciaires

  • 20 Ces échelons posent problème, car revus par les Khmers rouges, ils ne correspondent pas partout à l (...)

23Tout d’abord, ces structures étaient bien plus simples au Cambodge qu’en Chine ou qu’en Union soviétique. Il existait différents niveaux de prison correspondant aux différents échelons administratifs existant sous ce régime. En dehors des innombrables centres de détention provisoire des milices aux échelons de la sahakâr ou du phum (village), les principaux centres étaient ceux des khum (commune) 20, des srok (ou district), des dambon (secteur) et des phumphea (les six régions, ou zones, qui remplaçaient les anciennes provinces cambodgiennes). Au-dessus se trouvait la prison dépendant directement du centre du pouvoir S-21. Ce dernier, sous la direction de Duch – passé de M-13 à S-21 comme adjoint du directeur, Nat, puis comme directeur lors de la purge de ce dernier –, rendait compte à Son Sen, ministre de la Défense et de la Sécurité. En bout de chaîne, tout l’appareil carcéral dépendait de lui et d’un Comité de la défense du Comité central du PCK, et surtout de trois hommes : Pol Pot (Frère nº 1), Nuon Chea (Frère nº 2) et Son Sen (Heder & Tittemore [2001] 2004 : 52). La règle voulait que chaque prison d’une circonscription administrative donnée reçût ses ordres du comité de la circonscription supérieure.

24Le système carcéral khmer rouge se trouvait donc être une structure pyramidale relativement simple ne dépendant que d’un Comité. En fait, le Comité central du PCK déléguait aux Comités de parti au niveau des régions l’autorité d’exécuter toute personne qui mènerait des activités contre la Révolution. Les forces de sécurité de tous les niveaux avaient le devoir de lister toutes les personnes susceptibles d’être exécutées pour cette raison ou parce qu’elles appartenaient à l’ancien appareil du régime de Lon Nol. Ces listes devaient être soumises aux Comités de parti de Zone qui devaient trier les personnes à exécuter (fonction accomplie en général par les secrétaires de ces Comités, aidés par le responsable à la sécurité). Cette autorité de décision fut déléguée, voire usurpée, par des cadres des Comités de srok ou de niveaux inférieurs (Heder & Tittemore [2001] 2004 : 28, 34-35, voir également note 105, p. 33).

25Structure administrative des plus simples donc. De plus, aucune législation n’existait sous le Kampuchéa démocratique. Le seul document législatif émis sous le Kampuchéa démocratique est la Constitution de 1976. Les articles 9 et 10 concernent la justice :

Article 9 :
La justice est rendue par des tribunaux populaires qui représentent et défendent la justice populaire, qui défendent les droits démocratiques du Peuple et punissent toute activité dirigée contre l’État populaire ou en violation avec les lois de l’État populaire.
Les juges à tous les niveaux sont choisis et nommés par l’Assemblée des Représentants du Peuple.

  • 21 Jennar (1994 : 69).

Article 10 :
Les actes violant les lois de l’État populaire sont les suivants :
– les activités hostiles qui menacent l’État populaire sont punies de la manière la plus sévère.
– Les autres cas font l’objet d’une rééducation constructive dans le cadre des organisations de l’État ou des organisations populaires 21.

26Contrairement à ce qu’affirme ce texte, aucun tribunal populaire ne vit jamais le jour, aucun code de lois ne fut constitué, aucun juge ne fut nommé. Seule la séparation des condamnations en deux catégories, la « rééducation » et « la peine la plus sévère » pourrait éventuellement être considérée comme ayant été appliquée. Mais chercher dans cette Constitution de rares éléments recouvrant une réalité est sans doute une erreur, elle fut rédigée à l’usage de l’étranger principalement, et il ne s’agit pas d’un texte sur lequel s’appuyèrent les forces de sécurité pour régler leur conduite.

27Il en résulte que les personnes qui entrèrent dans le système carcéral khmer rouge n’avaient violé aucune loi, cette dernière n’existant finalement pas, et qu’ils ne furent jamais condamnés au sens juridique du terme, ce qui conférait aux forces de la sécurité khmère rouge un pouvoir immense sur la population. L’arrestation et ses suites ne relevaient que de décisions administratives et non judiciaires. Ceci constitue une spécificité importante de la répression dans le Kampuchéa démocratique face à celle qu’ont connue la République populaire de Chine et l’URSS. Ces deux derniers régimes ont maintenu un système judiciaire « régulier » avec des lois, des tribunaux, des juges, un parquet, etc., quel que soit par ailleurs leur côté artificiel et partial, ainsi que l’ascendant de la Sécurité sur la justice.

28En Chine, par exemple, à la fin de la guerre civile la justice était rendue par des tribunaux militaires. La réforme agraire a introduit des tribunaux populaires et, dès 1951, des tribunaux réguliers furent rétablis. D’un point de vue juridique, les autorités s’appuyaient sur le Programme commun de 1949 puis elles comblèrent le vide juridique petit à petit en fonction des besoins. La Sécurité publique (Gōng’ānbù) joua un rôle décisif dans les enquêtes : elle pouvait définir elle-même la catégorie à laquelle appartenait le crime, voire définir la peine que le tribunal entérinait ensuite. Cependant, les parquets pouvaient instruire des enquêtes civiles et criminelles, même si cela concernait un nombre d’affaires numériquement faible (Domenach 1992 : 83). Par ailleurs, la codification des lois continuait, bien que de façon très partielle, et bien que les détentions administratives y fussent également nombreuses.

29Il exista donc dans ces deux pays un système judiciaire même si les services de sécurité restèrent prédominants. L’un et l’autre servirent le Parti et un certain nombre de lois furent conçues pour légaliser l’arbitraire du pouvoir. C’est le cas de l’article 58 du code pénal qui, en Union soviétique, réprimait les « activités contre-révolutionnaires », notion également reprise dans la Constitution chinoise de 1954. Dans ces conditions, que change donc l’absence de loi, de structure judiciaire dans le régime révolutionnaire cambodgien ?

30Au Cambodge, la très grande majorité des personnes arrêtées le fut pour des raisons politiques : appartenance à certaines classes, supposés actes de trahison ou actes contre-révolutionnaires. Il semble que cela soit également le cas en Chine (Domenach 1992 : 159). Dans le cas de l’URSS, Nicolas Werth rappelle que les « politiques » ne représentent qu’entre un quart et un tiers des détenus du goulag, les autres n’étaient pour la plupart pas non plus des droits communs au sens habituel du terme, mais des victimes d’une législation qui punissait des infractions mineures dans presque chaque sphère de la société (Werth 1997 : 239-240 ; 2000 : 204). Il ne semble donc pas que cette absence de loi et de système judiciaire ait provoqué des différences notables dans la composition de la population carcérale.

31La véritable spécificité cambodgienne émanant de l’absence de loi et de système judiciaire nous semble en fait se situer non en amont, mais plutôt en aval de l’arrestation.

Processus de production de l’aveu et jugement

32En Chine et en URSS, les personnes arrêtées qui passaient par une procédure « régulière » étaient placées en détention préventive dans une maison d’arrêt que l’on distingue des prisons d’application des peines ou des camps où les prisonniers de-vaient effectivement purger leur peine. Cette distinction, on l’a vu, n’existait pas au Cambodge.

33Commençait alors la période de l’instruction de leur dossier durant laquelle tout était mis en œuvre pour arriver à un objectif : la production de l’aveu. Cette période d’instruction et les méthodes d’obtention de l’aveu semblent bien plus complexes et subtiles en Chine qu’en URSS pour la simple raison que c’est là où commençait en Chine la « réforme de la pensée ». Tout forçait le détenu à passer aux aveux, même (ou surtout) ses propres compagnons de cellule. La surveillance entre les prisonniers était constante et elle ne concernait pas uniquement les règles à suivre à la maison d’arrêt, mais également l’évolution de la réforme individuelle de chacun. Les séances d’« études » et de « luttes » jouaient un rôle fondamental (voir Pasqualini 1975 : 28-78). Enfin, toutes sortes de pressions psychologiques comme physiques étaient employées. Les tortures y étaient interdites et rares, hormis à certaines périodes (1949-1953, Révolution Culturelle 1966-197l). En URSS, la torture fut massivement utilisée dans la seconde moitié des années trente, elle était interdite avant et fut interdite à nouveau en 1939, ce qui n’empêcha guère son utilisation.

  • 22 Qui resta tout de même relative, Son Sen ayant lui-même ordonné à Duch d’exécuter 300 soldats Khmer (...)

34À S-21 comme dans les prisons d’échelons inférieurs, la torture joua un grand rôle dans l’obtention des aveux. Cependant, il est probable qu’à S-21, où étaient conduits les « ennemis » les plus importants (des cadres du régime pour la majeure partie), la production de l’aveu eut un rôle plus important qu’ailleurs, il devait surtout sans doute y être plus complet et son obtention devait y être une nécessité plus absolue 22. Il s’agit sans doute de la seule prison du Kampuchéa démocratique possédant une « équipe médicale » dont le rôle était de maintenir les prisonniers en vie tant qu’ils n’avaient pas encore complété leur confession.

  • 23 Il semble que les deux cas aient été connus dans la prison de phum Thmey dans le khum de Sraè Sdok, (...)

35Dans de nombreux cas, dans les prisons de moindres échelons, les détenus n’ont connu qu’un petit nombre d’interrogatoires. Il était également fréquent que, lorsque les prisons étaient trop pleines, l’on exécutât soit les anciens détenus « pour faire de la place », soit les nouveaux, faute de place 23. Dans le premier cas, il est fort probable que les aveux n’avaient pas pu être tous complétés, dans le second, ils n’avaient pas commencé à être recueillis. Mais cela pouvait également arriver à S-21 où les prisonniers les moins « prometteurs » ne connaissaient qu’un nombre réduit d’interrogatoires, et dans certains cas, aucun.

  • 24 David Chandler note qu’à S-21 les interrogateurs ne savaient souvent que peu de choses des détenus (...)

36L’importance de l’aveu n’est cependant pas à négliger puisque la plupart des prisonniers dans tout le Cambodge passèrent par des interrogatoires. Mais d’un autre côté, l’arrestation était déjà une preuve en soi de la culpabilité du détenu. L’aveu ne devait venir que confirmer ce que les cadres des forces de sécurité savaient déjà, et ce dont il ne leur était pas permis de douter, c’est-à-dire que ces personnes étaient des ennemis 24. Ce qui permet de comprendre pourquoi il pouvait arriver qu’un certain nombre de prisonniers fût exécuté avant qu’ils n’aient fait leur confession. La torture ou la menace de torture, à S-21 comme dans les autres prisons du pays, excepté peut-être les plus petites, était le principal moyen d’obtention de ces confessions.

37Dans le Kampuchéa démocratique, tout comme en URSS et en Chine maoïste, l’aveu avait le rôle de justifier a posteriori l’arrestation du détenu. Et cette justification devait venir du détenu lui-même. Il est significatif que dans ces trois systèmes carcéraux, des détenus durent donner eux-mêmes à leur interrogateur les raisons de leur arrestation (Vann 2008 : 32 ; Chandler 2000 : 77 ; Soljenitsyne 1974 : tome 1, 78 ; Pasqualini 1975 : 39). Nier qu’il y eût une raison à son arrestation revenait à dire que le Parti s’était trompé, ce qui était évidemment impossible. Le détenu devait alors avouer ses crimes, c’est-à-dire dans les faits, inventer une histoire, la plus proche possible de la réalité, ou du moins la plus vraisemblable, mais qui montrait que le Parti avait vu juste et que l’on méritait d’être puni. En Chine cependant, l’aveu a un rôle supplémentaire : il indique que le prisonnier est sur la voie de la réforme.

38En Chine et en URSS, le jugement suivait l’obtention de l’aveu, tous les détenus n’eurent cependant pas le droit à un procès et certains ne prirent connaissance de leur jugement que des années plus tard. À la suite du jugement, nombreux sont ceux qui en URSS et en Chine connurent la déportation dans des camps éloignés. Cette opération causait généralement un nombre de morts très important en URSS, alors qu’en Chine il semble qu’elle fut généralement plus économe en vies humaines (Domenach 1992, 199-200). Au Cambodge en revanche, cette expérience de la déportation vers le lieu de l’application de la peine n’existait pour ainsi dire pas. Et le jugement dont « bénéficièrent » les détenus chinois et soviétiques non plus. Les prisonniers cambodgiens ne savaient donc jamais s’ils seraient libérés ou non, n’ayant pas de peine à purger. En URSS, les libérations n’étaient pas rares et les camps du goulag connurent un renouvellement important de leur population puisque les prisonniers en fin de peine étaient généralement libérés et que 20 à 40 % des détenus du goulag étaient libérés chaque année (Werth 1997 : 240 ; 2007 : 203). En Chine, les articles 61 et 62 des « règlements sur la réforme par le travail » du 26 août 1956 autorisent les autorités pénitentiaires à contraindre les détenus en fin de peine à se porter « volontaire » pour rester travailler au camp dans lequel ils ont purgé leur peine. Dans certains camps, la moitié des libérés devaient rester travailler comme « prisonnier libre ». Ils vivaient séparés des détenus, pouvaient parfois faire venir leur famille, et avaient le droit de se rendre en ville régulièrement (Domenach, 1992 : 114-116). Harry Wu estime quant à lui à environ 95 % le taux des détenus en fin de peine devant subir ce régime dans les années 1950 et 1960 pour se réduire au début des années 1980 à 50 % des prisonniers du làogăi et 20 à 30 % des prisonniers du làojiăo (1996 : 143).

  • 25 L’arrestation d’un membre de sa famille par exemple.
  • 26 C’est le cas de plusieurs personnes que nous avons eu l’occasion d’interroger. Par exemple Chuon Ch (...)

39Au Cambodge rien de tel. Il pouvait arriver que le statut du prisonnier, lourd ou léger, fût attribué à la suite des interrogatoires. Mais seuls les prisonniers légers ou les détenus des camps de rééducation étaient éventuellement libérables. Il est difficile d’estimer la proportion de prisonniers légers effectivement libérés, mais il semble qu’elle ne fut pas très importante. Ils n’avaient pas de peine à purger donc leur libération dépendait des seules autorités. Il restait aux prisonniers de cette catégorie à travailler le plus dur possible sans se plaindre, à ne pas commettre de fautes, et à espérer qu’aucun élément extérieur ne vienne aggraver leur cas 25. Au niveau le plus local cependant, si le prisonnier niait complètement ce qui lui était reproché, et si ce qu’on lui reprochait n’était pas trop grave, il pouvait arriver que les cadres de la sécurité fissent une enquête aboutissant à la preuve de l’innocence du détenu et donc, qu’éventuellement, il fût libéré 26. Cela semble néanmoins avoir été l’exception plutôt que la règle.

Le travail, la rééducation et la mort dans les prisons

40On en arrive là au fond du problème : quel est le rôle que le pouvoir politique assigne à la détention ?

41En Chine comme en URSS, le système de prisons et de camps avait pour rôle l’isolement d’éléments considérés comme socialement dangereux ainsi que des criminels. Il s’agissait, dans le second cas, de leur infliger une peine pour des crimes qu’ils étaient supposés avoir commis. On sait également que le travail carcéral était une donnée essentielle de ces deux systèmes. En URSS, le but était d’abord, en théorie, de rompre avec le système de prison « impérialiste », de donner au détenu une utilité sociale ainsi que de lui donner par l’apprentissage d’un métier les moyens d’une réintégration plus satisfaisante dans la société à l’issue de sa peine (préoccupation qui existait également en Occident depuis au moins la fin du xviiie siècle avec les mouvements philanthropiques). Il faut noter que dans les premiers temps, le travail carcéral était réservé aux détenus de droits communs, les politiques n’y étant pas astreints et jouissant d’un certain nombre de privilèges, dans la droite ligne des prisons tsaristes. Avec la multiplication des camps et le manque de moyens de l’État, le travail carcéral eut rapidement une autre visée : rendre les camps autonomes et enlever cette charge de dépenses à l’État. But qui ne fut jamais atteint dans les faits. Enfin, le goulag devint un acteur industriel de premier plan.

  • 27 Par exemple en URSS, les années de la Grande Terreur, 1937-1938, marquent un recul du rôle économiq (...)
  • 28 Il permettait à la Sécurité d’emprisonner des personnes sans jugement. Cette mesure fut encadrée pa (...)

42De même en Chine, le travail a un rôle central dans le système carcéral. Il est également un des outils de la réforme des détenus, à la réforme de la pensée succède la réforme par le travail. Ces deux systèmes ont donc un double rôle : ce sont des outils de la répression, mais également des acteurs économiques majeurs. L’un semblant prendre le pas sur l’autre en fonction des périodes considérées 27. Ils gèrent une masse de détenus-travailleurs considérable. D’ailleurs, la perte de cette main-d’œuvre semblait effrayer la Sécurité qui contrôlait ces systèmes pénitentiaires. C’est pourquoi fut mis en place en Chine le statut de « prisonnier libre », et c’est ce qui explique également en partie le système de la làojiăo (« rééducation par le travail ») 28.

43La forme même des camps du goulag et du làogăi suggère cette place centrale du travail productif. Le goulag est composé en effet de vastes complexes industriels, de grandes exploitations agricoles, de coupes de bois, de chantiers gigantesques comme celui du canal de la mer Blanche. Leur structure le montre également, le Goulag n’était en effet pas divisé en directions géographiques ou fonctionnelles mais en directions économiques : directions des constructions hydroélectriques, direction des constructions ferroviaires, directions des ponts et chaussées, etc. (Werth 1997 : 239). En Chine, même si les installations sont moins impressionnantes par leur taille qu’en URSS, la plupart des camps de làogăi étaient des prisons usines, ou de grandes exploitations agricoles.

44La RPC et l’URSS se servirent de la main-d’œuvre carcérale, car elle était très bon marché, il était possible de la contraindre à aller peupler des lieux reculés pour fonder des camps, même là où les conditions étaient spécialement rudes : Kolyma, Sibérie, Nord de la Chine. Ce qui provoqua d’ailleurs certains épisodes dramatiques lorsque les moyens logistiques et humains n’étaient pas à la hauteur, comme ce fut le cas pour la tentative de fondation d’un camp sur l’île de Nazino en 1933 à 900 kilomètres de la ville sibérienne de Tomsk (voir Werth 2006).

45Outre la répression, il semble clair que l’un des buts de ces deux systèmes carcéraux fut clairement économique, et que par conséquent la Sécurité était amenée à jouer en ce domaine un rôle majeur.

  • 29 Par exemple dans la prison de Taney où Moeung Sonn fut prisonnier de décembre 1975 à juin 1976, ils (...)

46Au Cambodge, le travail carcéral était aussi une réalité. Des détenus y étaient astreints dans un grand nombre des prisons. Le travail carcéral était réservé aux « prisonniers légers ». Ils devaient effectuer des tâches d’entretien dans la prison, mais également, comme partout dans le pays, creuser des canaux, ériger des digues, défricher des terrains, accomplir des travaux agricoles, produire du sucre de palme, etc. Ces prisonniers légers pouvaient recevoir des rations alimentaires un peu plus importantes que les prisonniers lourds et avaient sans doute de meilleures chances de survie. De plus, le travail, surtout s’il devait être accompli à l’extérieur de la prison – ce qui était rare – permettait comme dans tous les camps du monde de trouver un supplément de nourriture. Cependant, il semble que dans la plupart des prisons du régime, les détenus légers ne représentaient qu’une faible minorité des prisonniers 29.

  • 30 Entretien avec Ven Yet, né en 1958, Khet Kompong Chhnang, srok Kompong Leng, khum Da, phum Da, le 2 (...)

47Il existait également des « camps de rééducation », où tous les détenus étaient astreints au travail. Il semble en fait que ces camps étaient de simples annexes de prisons réservées aux détenus légers, comme ce fut le cas pour M-13 B pendant la guerre civile, pour S-24 (qui dépendait de S-21). Dans un de ces camps, dans le phum d’Anlong Ronuk (province de Kompong Chhnang) une centaine de personnes étaient « rééduquées ». Cette rééducation consistait à se plier aux horaires fixes du camp, aux règles de travail, à ne pas se plaindre ni parler. La nourriture y était un peu meilleure que dans la prison dont dépendait ce camp (Rork Bane dans le khum de Trangel). Les exécutions y étaient néanmoins très fréquentes, sans même parler de la mortalité provoquée par les conditions de vie 30. Il en allait de même à S-24 : les prisonniers, hommes, femmes et enfants, étaient soit des personnes dont des membres de leur famille avaient déjà été arrêtés, soit des subordonnés de cadres déjà purgés. Ils pouvaient également provenir d’unités militaires ou de différents mi-nistères et administrations et de leur famille. Il y avait plusieurs centaines de détenus à un temps T à S-2431. Ces détenus légers pouvaient être simplement en observation avant d’être libérés. À la moindre « faute », le détenu, dans ces camps, pouvait être renvoyé immédiatement en prison ou exécuté. Les tâches de ces détenus étaient principalement les mêmes que dans les prisons ou que dans toutes les communes populaires du pays. Mais la mortalité y était bien plus importante.

48L’aspect rééducatif de ces camps était complètement inexistant. Il ne passait que par le travail et la non-violation des règles du camp. Il semble d’ailleurs que le seul cas où les Khmers rouges ont tenté de réformer des détenus, et de les « rééduquer » idéologiquement, soit celui des intellectuels rentrés de l’étranger pour « aider la révolution ». Il s’agit en fait de tous les Cambodgiens qui ont décidé de rejoindre leur pays après 1975 pour aider à la reconstruction, ainsi que de certains diplomates Khmers rouges. Un système de camps spéciaux leur était réservé sous la direction du ministère des Affaires étrangères de Ieng Sary (Y 1982 ; Ong 2003, Hour 2007).

49Le travail carcéral est loin d’être au Cambodge une priorité des autorités comme cela a pu être le cas en Chine ou en URSS. Il n’est pas mis au cœur d’un plan agricole ou industriel de quelque importance que ce soit. Il semble extrêmement rare que des détenus aient été utilisés pour accomplir de grands chantiers comme ce fut le cas en Union soviétique et en Chine pour la construction de routes, de chemins de fer, de grands canaux. On peut se demander pourquoi les autorités khmères rouges ont négligé cette masse potentielle de travailleurs. Une réponse possible est qu’au Cambodge des populations étaient déjà désignées pour accomplir les grands travaux, aller défricher les zones impaludées et autres zones périphériques. Il s’agissait à la fois des kong chalat, ces brigades mobiles composées de jeunes et de célibataires qui se déplaçaient de chantier en chantier, là où l’on avait besoin d’eux, mais plus largement le « peuple nouveau » qui fut utilisé dans bien des endroits comme une masse servile corvéable à merci, ainsi que le fut la population carcérale chinoise et soviétique.

  • 31 Il est à noter que dans un premier temps, la construction de cette base avait été confiée à des sol (...)

50Un des rares exemples où les autorités cambodgiennes trouvèrent une utilité à l’emploi massif de cette main-d’œuvre fut la construction de la base aérienne proche de Kompong Chhnang, réalisée sous la supervision technique d’ingénieurs chinois. Cette base aérienne fut construite par des soldats Khmers rouges de la région Est considérés comme traîtres à la suite d’une des grandes purges du régime. L’intérêt de l’emploi de ces soldats est sans doute à chercher du côté de l’aspect secret que devait garder cette base aérienne 31.

51En fin de compte, c’est la population entière qui fut mise au régime des travaux forcés et les détenus ne prirent qu’une place très secondaire dans ce labeur de masse.

  • 32 CETC, Transcriptions, 8 avril 2009, p. 31.

52Duch lui-même définit ainsi les fonctions de M-13 : détenir, interroger, tuer 32. Il semble que cela soit vrai pour la majeure partie des lieux de détention au Cambodge. De fait, la différence la plus importante qui semble exister entre le système carcéral khmer rouge et son équivalent soviétique et chinois est que, dans une certaine mesure, l’incarcération n’était pas considérée comme une peine, au moins pour les détenus lourds, mais davantage comme une période nécessaire à l’établissement formel de leur culpabilité. La peine qui s’ensuivait et qui était administrée par l’institution carcérale était la mort. De fait, la mortalité relative des détenus y fut bien plus importante que dans les prisons chinoises et soviétiques. À M-13 comme à S-21, une fois que le détenu avait avoué, il était rapidement exécuté. Cela fut le cas dans la majorité des prisons du pays. Par ailleurs, le taux de mortalité augmente en même temps que l’importance hiérarchique de la prison. Dans la plupart des lieux de détention, il y eut des exécutions tous les soirs ou, au minimum, toutes les semaines. Comme nous l’avons vu, il arrivait qu’une partie ou que tous les détenus d’une prison fussent exécutés afin de pouvoir l’emplir à nouveau. Les alentours des anciennes prisons khmères rouges sont remplis de fosses communes où étaient entassés les cadavres des exécutés. Certaines fosses ont été mises à jour et fouillées après la fin du régime par des villageois qui recherchaient soit les restes de leurs proches soit de l’or. Toutes, et loin de là, n’ont pas été ouvertes. Les corps des exécutés n’étaient cependant pas tous enterrés dans des fosses. Il arrivait en effet que les cadavres fussent laissés dans des rizières, ou dans des bois environnant une prison.

  • 33 Nous choisissons ici de n’évoquer que les travaux de Marek Sliwinski qui est le seul démographe à a (...)

53On manque de documentation pour quantifier le nombre de morts des prisons khmères rouges. Sans doute ne saurons-nous jamais combien de personnes y ont péri. À titre indicatif, Henri Locard estimait en 1996 que le nombre minimum de victimes des prisons khmères rouges devait se trouver entre 400 000 et 600 000 (1996 : 157). De son côté, le démographe Marek Sliwinski estime le nombre de personnes « assassinées » pendant la période khmère rouge à 937 500, dont 53 % auraient eu le crâne écrasé, soit un peu moins de 500 000 personnes (1995 : 26 tableau n° 1 ; 57 figure n° 10 ; 78 figure n° 18). On sait que dans les premiers temps du régime, les exécutions de masse des militaires de la République khmère se faisaient à l’aide d’armes à feu, et que les exécutions au moyen de coup de gourdin dans la nuque ou sur le crâne furent davantage le fait des exécutions d’après 1976 et de l’établissement du système carcéral khmer rouge. Si l’on y ajoute le nombre de personnes pendues ou asphyxiées, égorgées ou battues à mort – des pratiques de tortures et d’exécutions que l’on connaît dans ce système carcéral, mais qui peuvent éventuellement exister en dehors de façon plus sporadique –, on arrive selon les mêmes estimations à un total de 650 000 personnes (Sliwinski 1995 : 78 figure 18). Ces chiffres n’ont bien sûr qu’une valeur indicative, même l’étude de Marek Sliwinki comporte des faiblesses que l’auteur reconnaît lui-même, ils suggèrent cependant l’ampleur de la mortalité dans les prisons cambodgiennes 33.

  • 34 Sur le nombre de décès au goulag, voir Werth (2007 : 231, tableau II) ; Getty, Rittersporn & Zemsko (...)

54Il est impossible d’établir un taux de mortalité carcérale puisque nous ne disposons pas d’archives sur lesquelles nous appuyer pour quantifier la population des prisons. Cependant, les taux moyens de la mortalité carcérale de la RPC (2 % à 3,5 %, exception notable faite des années 1949-1952 et 1959-1962 ; Domenach 1992 : 491) et de l’URSS (sans doute de 4 % à 6 % en temps de paix 34) doivent être très nettement au-dessous de ceux connus dans le Kampuchéa démocratique. Enfin, si on rapporte ces estimations à la population totale en 1975, soit près de 8 millions de personnes, ou à la mortalité totale sous ce régime, estimée à près de 2 millions de personnes, on voit à quel point la létalité des prisons khmères rouges a pu être considérable.

55Même si nombre de détenus sont morts des suites de leur torture ou bien du fait du manque de nourriture, la majorité des personnes qui trouvèrent la mort dans les prisons khmères rouges fut exécutée. Au contraire, en Chine et en URSS, les pics de la mortalité carcérale semblent se situer à des moments où les prisonniers meurent surtout de faim. Ce fut le cas pendant les années de la Seconde Guerre mondiale en URSS (surtout les années 1942-1943) et la période du Grand Bond en avant en Chine.

  • 35 Différence de nature dans les moyens de répression qui implique et découle à la fois d’une différen (...)

56Cela suppose une différence de nature qui fait finalement hésiter sur l’emploi du mot de « prison » ou de « système carcéral » dans le cas du Cambodge 35. Il apparaît que la détention en tant que telle, dans des camps ou dans des prisons, n’avait pour finalité que la mort à court terme. Elle n’était jamais une peine en soi puisque le concept de jugement semble lui-même avoir disparu. Il en va de même pour la mort qui y était administrée, il s’agissait moins de punition que de résolution froide d’un problème posé par les supposés « ennemis » du régime, ennemis qui ne pouvaient être rééduqués et dont il fallait se débarrasser sous peine de compromettre la révolution. Peut-être que finalement les anciens dirigeants du Cambodge avaient raison lorsqu’ils prétendaient encore qu’il n’y avait pas de prison au Cambodge.

Haut de page

Bibliographie

BIZOT, François, 2000, Le Portail, Paris : La Table Ronde, coll. « Folio ».

CHANDLER, David, 2000, Voices from S-21 : Terror and History in Pol Pot’s Secret Prison, Chiang Mai : Silkworm Books.

DOMENACH, Jean-Luc, 1992, Chine : l’archipel oublié, Paris : Fayard.

EA, Meng-Try, 2005, The Chain of Terror. The Khmer Rouge Southwest Zone Security System, Documentation Series No. 7, DCCAM, Phnom Penh : DCCAM, Documentation Series No. 7.

GETTY, J. Arch, Gábor T. RITTERSPORN & Viktor N. ZEMSKOV, 1993, « Victims of the Soviet penal system in the pre-war years : A first approach on the basis of archival evidence », The American Historical Review, 98, 4 : 1017-1049.

HEDER, Steve & Brian TITTEMORE, 2001, Seven Candidates for Prosecutions : Accountability for the Crimes of the Khmer Rouge, American University : War Crimes Research Office (nous utilisons sa réédition de 2004 avec la collaboration du Documentation Center of Cambodia).

HEUVELINE, Patrick, 1998, « L’insoutenable incertitude du nombre. Estimations des décès de la période Khmer rouge », Population, 6 : 1103-1117.

HOUR, Chea, 2007, Quatre ans avec les Khmers rouges, Paris : Tchou.

JENNAR, Raoul M., 1994, Les Constitutions du Cambodge, Paris : La documentation Française.

LINDEPERG, Sylvie & Annette WIERVIORKA, 2008, Univers concentrationnaire et génocide. Voir, savoir, comprendre, Paris : éditions Mille et une nuits.

LOCARD, Henri, 1996, « Le goulag khmer rouge (17 avril 1975-7 janvier 1979) »,
Communisme, 47-48 : 127-161.

LOCARD, Henri, 2008, « La province de Siemréap dans les années 1970 : de la guerre au totalitarisme », Communisme, 95-96 : 121-162.

LOCARD, Henri & Sonn MOEUNG, 1993, Prisonnier de l’Angkar, Paris : Fayard.

MARGOLIN, Jean-Louis, 1999, « Le “génocide” cambodgien : des particularités irréductibles ? », in Génocide(s), Katia Boustany & Daniel Dormoy, éd., Bruxelles : éditions Bruylan, éditions de l’Université de Bruxelles, p. 178-212.

MARTIN, Marie-Alexandrine, 1983, « L’industrie dans le Kampuchéa Démocratique (1975-1978) », Études Rurales, 89/91 : 77-110.

NGOR, Haing, 1988, Une odyssée cambodgienne, Paris : Fixot-Filipacchi.

ONG, Thong Hoeung, 2003, J’ai cru aux Khmers rouges, Paris : Buchet Castel.

PASQUALINI, Jean, avec la collaboration de Rudolph Chelminski, 1975, Prisonnier de Mao. Sept ans dans un camp de travail en Chine, Paris : Gallimard (1973 pour l’édition originale en anglais).

PONCHAUD, François, 2005, Cambodge année zéro, Paris : Éditions Kailash (1977 pour la 1re édition).

POUGET, Jean, 1977, « Un docteur Jivago chez les Khmers rouges », Figaro, 11 février.

SHER, Sacha, 2004, Le Kampuchéa des « Khmers rouges » : Essai de compréhension d’une tentative de révolution, Paris : L’Harmattan.

SLIWINSKI, Marek, 1995, Le Génocide khmer rouge – une analyse démographique, Paris : L’Harmattan.

SOLJENITSYNE, Alexandre, 1974, L’Archipel du Goulag 1918-1956. Essai d’investigation littéraire, tomes 1-2, Paris : Seuil (1973 pour l’édition originale en russe).

VANN, Nath, 2008, Dans l’enfer de Tuol Sleng. L’inquisition khmère rouge en mots et en tableau, Paris : Calmann-Lévy.

WERTH, Nicolas, 1997, « Un État contre son peuple. Violences, répressions, terreurs en Union soviétique », in Le livre noir du communisme. Crimes, Terreur répression, Stéphane Courtois et al., Paris : Robert Laffont, coll. « Bouquins », p. 39-312.

WERTH, Nicolas, 2006, L’île aux cannibales, Paris : Perrin.

WERTH, Nicolas, 2007, La Terreur et le Désarroi. Staline et son système, Paris : Perrin.

WU, Harry, 1996, Laogai : le Goulag chinois, Paris : Dagorno.

Y, Phandara, 1982, Retour à Phnom Penh. Le Cambodge du génocide à la colonisation, Paris : A. M. Métailié.

Haut de page

Notes

1 Conversation de Pol Pot avec la délégation de l’Association de l’Amitié Belgique-Kampuchéa, (Documentation Center of Cambodia, D00484).

2 Bien que nous ayons conscience des différences existant entre « prison », « camps », « centre de détention », etc., ce qui nous intéresse ici est le point commun entre ces diverses structures : l’enfermement dans un contexte d’exclusion sociale et de stigmatisation. Nous emploierons par conséquent les termes « carcéral » et « pénitentiaire » de manière interchangeable notre but étant ici d’éclaircir le sens de ces systèmes plus que leurs procédures précises.

3 Ces ouvrages ne sont pas les premiers sur le système carcéral de ces deux régimes, mais ce sont sans doute ceux qui auront le plus profondément marqué le public français sur cette question. Notons également que la critique des crimes commis dans les pays communistes fut bien plus précoce dans les pays anglo-saxons qu’en France.

4 Nom que le régime de Pol Pot donna au pays à partir de 1976, il est passé dans l’usage d’utiliser ce terme pour toute la période khmère rouge, à partir du 17 avril 1975.

5 On note une exception pour la presse française, un article de Jean Pouget dans le Figaro du 11 février 1977, « Un docteur Jivago chez les Khmers rouges ».

6 Deux dates peuvent être retenues pour le début de cette guerre civile, 1968, date à laquelle le PCK commence la lutte armée contre le régime du prince Sihanouk qui tient les rênes du pouvoir depuis 1955, ou le 18 mars 1970, date de la destitution de Sihanouk qui sous l’influence de la Chine décide d’appuyer les Khmers rouges contre le nouveau pouvoir de ce qui deviendra la République khmère (RK), afin de laver l’affront qui lui a été fait.

7 L’établissement de ces communes populaires s’étala de 1972 à 1976.

8 Kaing Guek Eav de son vrai nom. Pour une autre prison à cette période, voir par exemple Henri Locard (2008).

9 CETC, Transcriptions des audiences de l’Affaire n° 1, Audience du 6 avril 2009, p. 58-59 (nous utilisons la version anglaise des transcriptions bien que le français soit une des trois langues du tribunal, les transcriptions dans cette langue ont donné lieu à trop de problèmes de traduction, notamment du fait que celle-ci était effectuée de l’anglais vers le français et non directement à partir du khmer).

10 Il s’agit d’une zone administrative khmère rouge créée en 1971 et placée sous le commandement direct du Bureau permanent du comité central du Parti communiste du Kampuchéa.

11 CETC, Transcriptions, 6 avril 2009, p. 66-67, 86, 88 et 90.

12 CETC, Transcriptions, 7 avril 2009, p. 65, 99-100.

13 CETC, Transcriptions, 7 avril 2009, p. 30.

14 CETC, Transcriptions, 6 avril 2009, p. 65. Pour le système de la chaîne de commandement voir infra.

15 Ce fut le cas par exemple dans le khum de Chres, srok Kompong Tralach, Khet de Kompong Chhnang. Une première prison fut utilisée durant l’année 1975 dans le phum de Kbal Domrei. En 1976, la prison fut transférée à quelques centaines de mètres de là, à Wat Champa (entretien avec M. Pravon, né en 1950, et Sous Ron, né en 1937, dans le khum de Chres, le 18 mars 2010).

16 Ce fut le cas au moment de la transformation du Wat Banteay Krom en prison (sans doute entre les mois de juillet et août 1975) dans le khum d’Anlong Thnot, srok Krakor, khet Pursat (entretien avec Sok Eum, né en 1948, dans le khum d’Anlong Thnot, le 17 février 2010).

17 Les détenus étaient sous le Kampuchéa démocratique divisés entre les prisonniers « lourds », qui restaient entravés pendant toute la durée de leur détention et qui étaient rapidement exécutés, et les prisonniers « légers », peu nombreux, qui étaient forcés à travailler en guise de rééducation en attendant une libération éventuelle (ce qui arrivait rarement). Voir infra pour la rééducation et les exécutions.

18 Le premier type de knoh est visible encore aujourd’hui à S-21. Nous n’avons pas pu voir de knoh en bois au cours de nos enquêtes, le bois a généralement été réutilisé par les habitants à d’autres fins. Le système de knoh en bois avec une partie individuelle mobile nous a été décrit pour la prison de Wat Samdech Muny, srok Boribo, khet Kompong Chhnang (entretien avec Chhay Yon, née en 1939, srok Boribo, khum Konrang, phum Tropeang Sva, le 25 février 2010).

19 Entretien avec Chhean Sok, khet Kompong Chhnang, srok Samaki Meanchey, khum Svay Chuk, phum Chhrok Sangkae, le 18 mars 2010.

20 Ces échelons posent problème, car revus par les Khmers rouges, ils ne correspondent pas partout à la même réalité. Par exemple, la sahakâr doit remplacer le phum, le village cambodgien, et surtout doit réunir petit à petit plusieurs phum, afin de réaliser de grandes communes populaires, et se faisant, la sahakâr doit finalement se substituer au khum, la commune cambodgienne. Cependant la réalité est très variable, une sahakâr pouvant finalement recouvrir ou l’une ou l’autre de ces deux entités administratives.

21 Jennar (1994 : 69).

22 Qui resta tout de même relative, Son Sen ayant lui-même ordonné à Duch d’exécuter 300 soldats Khmers rouges « purgés » sans perdre de temps à les interroger (Heder & Tittemore 2004 : 70), mais cela il est vrai, dans les circonstances particulières de la fin du régime.

23 Il semble que les deux cas aient été connus dans la prison de phum Thmey dans le khum de Sraè Sdok, srok Pursat, khet Pursat. La prison y aurait été établie en janvier 1976, dans une paillote. Les gardes y auraient mis le feu avant la fin de l’année (la nouvelle prison fut achevée en janvier 1977) alors qu’elle était pleine et que tous les prisonniers étaient à l’intérieur. Par la suite, lorsque la nouvelle prison était pleine, les nouveaux arrivants étaient immédiatement tués. Les militaires des régimes précédents étaient également exécutés dès leur arrivée (entretien avec Nhem Ny, né en 1952, khet Pursat, srok Pursat, khum Sraè Sdok, phum Thmey, le 25 mars 2010).

24 David Chandler note qu’à S-21 les interrogateurs ne savaient souvent que peu de choses des détenus qui leur étaient amenés (2000 : 80), il ne leur était cependant pas permis de douter de leur culpabilité puisque c’était le Parti qui décidait des arrestations et que ce dernier ne saurait se tromper.

25 L’arrestation d’un membre de sa famille par exemple.

26 C’est le cas de plusieurs personnes que nous avons eu l’occasion d’interroger. Par exemple Chuon Chhin, né en 1933, entretien du 13 mai 2010, khet Battambang, srok Ratanak Mongdol, khum Treng. Chuon Chhin fut arrêté en mai 1977 et conduit dans l’ancienne caserne de Treng : Banteay Treng. Après son interrogatoire, une enquête fut menée sur la base de ses réponses qui s’avérèrent exactes. Il fut alors relâché quelques jours plus tard et envoyé dans une autre sahakâr à Krakâr. Voir également par exemple le témoignage d’Haing Ngor qui fut lui-même emprisonné à plusieurs reprises (Ngor 1988 : 270-283).

27 Par exemple en URSS, les années de la Grande Terreur, 1937-1938, marquent un recul du rôle économique du goulag, et sa production baisse. Lorsque Lavrenti Béria remplace Nicolaï Iejov à la tête de la NKVD (Commissariat du peuple aux Affaires intérieures) en 1939, il replace les fonctions économiques au cœur du système carcéral.

28 Il permettait à la Sécurité d’emprisonner des personnes sans jugement. Cette mesure fut encadrée par une durée maximale de détention de trois années à partir de 1961 (Domenach 1992 : 144)

29 Par exemple dans la prison de Taney où Moeung Sonn fut prisonnier de décembre 1975 à juin 1976, ils étaient moins de dix prisonniers légers sur un effectif d’une soixantaine de prisonniers (Locard & Moeung 1993 : 124-125).

30 Entretien avec Ven Yet, né en 1958, Khet Kompong Chhnang, srok Kompong Leng, khum Da, phum Da, le 25 février 2010.

31 Il est à noter que dans un premier temps, la construction de cette base avait été confiée à des soldats encore non suspects de trahison, et même au contraire, aux armées en lesquelles le Centre avait le plus confiance : celles de la Zone Est de Sao Phim – qui seront purgées par la suite – et celles de la Zone Sud-Ouest de Ta Mok.

32 CETC, Transcriptions, 8 avril 2009, p. 31.

33 Nous choisissons ici de n’évoquer que les travaux de Marek Sliwinski qui est le seul démographe à avoir travaillé sur la mortalité du Kampuchéa démocratique en utilisant une approche par échantillonnage qui permet de renseigner la cause des décès. Pour une discussion autour des problèmes démographiques que posent cette période, voir notamment Heuveline (1998) et Sher (2004 : 325-334). De son côté, le Documentation Center of Cambodia propose un bilan de la mortalité pour un nombre significatif de prisons que nous ne prenons pas en compte pour des raisons de faiblesses méthodologiques des enquêtes sur lesquelles il s’appuie, il est disponible en ligne : http://www.d.dccam.org/Projects/Maps/Mapping.htm.

34 Sur le nombre de décès au goulag, voir Werth (2007 : 231, tableau II) ; Getty, Rittersporn & Zemskov (1993).

35 Différence de nature dans les moyens de répression qui implique et découle à la fois d’une différence dans la caractérisation des crimes commis (sur la caractérisation des crimes Khmers rouges, voir Margolin [1999]).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Luc Benaiche, « La détention dans le Kampuchéa démocratique. Un modèle communiste paroxystique ? », Moussons, 20 | 2012, 121-140.

Référence électronique

Luc Benaiche, « La détention dans le Kampuchéa démocratique. Un modèle communiste paroxystique ? », Moussons [En ligne], 20 | 2012, mis en ligne le 26 novembre 2012, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://moussons.revues.org/1639 ; DOI : 10.4000/moussons.1639

Haut de page

Auteur

Luc Benaiche

L’auteur est doctorant en histoire contemporaine à Aix-Marseille Université et en rattachement avec Aix-Marseille Université, CNRS, IrAsia UMR 7306, 13284, Marseille, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page