Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Sons of the Buddha. Continuities and Ruptures in a Burmese Monastic Tradition, Jason A. Carbine

Berlin/New York : Walter de Gruyter, 2011, 249 p.
Guillaume Rozenberg
p. 213-216
Référence(s) :

Jason A. Carbine, Sons of the Buddha. Continuities and Ruptures in a Burmese Monastic Tradition, Berlin/New York : Walter de Gruyter, 2011, 249 p.

Texte intégral

1Version sensiblement remaniée d’une thèse de doctorat, l’ouvrage de Jason Carbine envisage la « culture religieuse bouddhique birmane » sous l’angle de l’institution monastique, de ses représentations et de ses rouages. Il se concentre sur une branche particulière de la communauté monastique birmane, la branche Shwegyin, du nom du village natal de son fondateur, le moine Ashin Jāgara (1822-1894). Cette branche, établie vers 1860, comptait 40 000 membres (novices et moines) en 1999, soit 10 % environ de la communauté monastique nationale. Elle est réputée pour son rigorisme disciplinaire et pour la qualité de la formation dispensée dans ses centres d’études religieuses, à l’image du groupe Thammayuttika en Thaïlande. Le cas de Shwegyin a ceci d’intéressant que cette branche a toujours fait preuve d’une forte réflexivité : les grandes figures monastiques qui ont marqué son histoire n’ont eu de cesse de s’interroger sur l’identité monastique, ses fondements, ses valeurs, ses fonctions, et de mettre en application cette réflexion dans l’organisation et les pratiques de leur branche. Le discours et le fonctionnement de Shwegyin, tout en conservant d’évidentes singularités, constituent un miroir grossissant de certains aspects du monachisme birman et, plus largement, de la culture religieuse boud-dhique birmane.

2Le fil conducteur de l’ouvrage consiste à analyser la branche Shwegyin comme une « tradition » : « un système de pensée et de pratique, parfois formel parfois informel, organisé autour d’idées particulières du temps et de l’espace, autour de l’histoire, autour du travail administratif, autour d’entreprises doctrinales, et/ou autour d’une démarche collective d’ensemble pour produire et reproduire des objets et des valeurs » (p. 32). La « tradition Shwegyin », à l’instar de la culture religieuse bouddhique birmane, a pour moteur et horizon – on dirait presque pour obsession – le maintien et la défense du Sāsana, soit les enseignements et les pratiques boud-dhiques tels qu’ils sont censés avoir été institués par le Bouddha il y a plus de 2 500 ans. Cette tradition entretient un rapport avec le Sāsana que l’auteur résume à partir des notions de « rupture » et de « continuité », notions qu’il estime centrales dans la formulation et la dynamique de toute tradition. Aux deux types de rupture que permet ou implique le Sāsana, la « rupture désirable » qu’est la cessation du cycle des renaissances ou nirvana et la « rupture indésirable » qu’est la disparition programmée de la religion bouddhique cinq mille années après sa fondation, correspondent deux types de continuité, la « continuité indésirable » du cycle des renaissances et la « continuité désirable » du Sāsana. La tradition (ou le « traditionalisme ») Shwegyin, comme les autres traditions monastiques birmanes, est sous-tendue par la volonté d’assurer la continuité du Sāsana de façon à rendre possible la rupture nirvanique. L’ouvrage dissèque différentes facettes du travail accompli par la communauté Shwegyin pour contribuer à la sauvegarde du Sāsana. Ce travail passe par un effort sans relâche pour « incarner » et « (re)textualiser » le Sāsana : les moines sont supposé personnifier, physiquement et mentalement, la religion bouddhique tout en en renforçant la substance par la production de textes de toutes sortes. Les textes Shwegyin, en pâli ou en langue vernaculaire, doctrinaux ou administratifs, narratifs ou théoriques, constituent d’ailleurs le matériau principal de l’étude de Jason Carbine, matériau complété par des observations en Birmanie et des entretiens.

3Parmi les différents textes Shwegyin figurent notamment les histoires de la branche et les biographies de ses principaux leaders. Ces textes ne prennent pas seulement valeur documentaire ou informative. Investis d’une qualité didactique, ils véhiculent des représentations de l’identité monastique. Ils sont des moyens de transmettre ces représentations. S’appuyant sur deux publications de référence pour les intéressés, l’auteur met en évidence la « rhétorique » et l’« imagerie » qui nourrissent ces textes et soutiennent le projet de la continuité du Sāsana à travers l’existence de la communauté monastique, particulièrement de la branche Shwegyin, montrée comme exemplaire. Le langage de la parenté y donne corps à la communauté : « purs et nobles fils du Bouddha » (hpaya thadaw sit), les moines appartiennent à un « lignage » (anwe ahset), le lignage Shwegyin fondé par Ashin Jāgara, qui remonte de manière ininterrompue jusqu’au Bouddha, leur « père » (ahpa). Tout leur être, toutes leurs activités sont tendues vers un même objectif : actualiser dans leur personne les vertus et l’enseignement bouddhiques, dont leur « père » est la source et le modèle. Ils sont caractérisés comme des porteurs du Sāsana. Être moine, dans ces conditions, ne revient pas seulement à cultiver sa propre perfection morale et spirituelle mais aussi à rendre possible, par ce perfectionnement même, la perpétuation du Sāsana. Et lorsque quête du salut individuel et responsabilité vis-à-vis du Sāsana (donc de la collectivité) sont susceptibles de se contredire, c’est la seconde plutôt que la première, instruisent ces textes, qui doit commander le comportement du moine, comme elle commanda en son temps l’attitude du Bouddha.

4C’est en raison même de leur souci d’exemplarité, garant de la continuité du Sāsana, que les moines Shwegyin ont bâti une impressionnante machinerie administrative, laquelle n’a pas d’équivalent parmi les autres branches de la communauté monastique birmane. Prenant acte de la rupture suscitée par l’abolition de la monarchie par les Britanniques en 1885, les Shwegyin ont, à partir des années 1920, explicitement et activement souhaité assumer par eux-mêmes la fonction de purification de la communauté monastique normalement dévolue à la royauté : ils « sont devenus Asoka pour eux-mêmes » selon la belle formule de l’auteur (p. 87). Le développement d’une hiérarchie administrative au sein de la branche, qu’attestent les comptes rendus des réunions nationales tenues depuis 1920 (comptes rendus truffés de références aux écrits classiques en pâli), a donné à Shwegyin les moyens d’un relatif contrôle sur ses membres. L’administration Shwegyin assure le respect d’une discipline de groupe, essentiel à l’image publique de la branche. Elle évite les tendances naturelles à la division ou la fission interne, Shwegyin visant aussi à sa propre continuité. Enfin, du point de vue organisationnel, scolaire et juridictionnel, elle fournit à la branche une indépendance de fonctionnement par rapport aux autres branches de la communauté monastique. Jason Carbine propose à cet égard quelques pages fort intéressantes sur les relations et les interactions entre les différentes branches monastiques et sur les débats que génère l’existence de ces branches, source d’une fragmentation de la communauté monastique et par conséquent cause possible, d’après certains, d’une accélération de la rupture du Sāsana.

5Ce qui fonde une branche tient notamment à ce que ses membres procèdent aux cérémonies monastiques de manière séparée, sans la participation de membres d’autres branches. Parmi les cérémonies les plus importantes on compte l’ordination majeure, rite d’accession à l’état de moine. En « faisant » un moine, cette cérémonie contribue d’une part à lutter contre le déclin du Sāsana, d’autre part à créer les conditions de possibilité, pour le postulant, de l’obtention du nirvana. Le terme qui désigne un moine en birman (yahan) dérive, note Jason Carbine, du terme pâli arahant, « le valeureux, le parfait », celui qui a atteint la perfection spirituelle (tels le Bouddha et les saints). Si les moines ne sont pas des arahant, on peut néanmoins les définir comme étant, en théorie au moins, des « arahant en formation », autre formule heureuse de l’auteur. À partir d’un exposé minutieux du déroulement d’une ordination majeure (complément aux travaux sur la Birmanie qui se sont plutôt intéressés à l’ordination mineure ou noviciat, rite de passage pour les garçons birmans), Jason Carbine dévoile les tenants et les aboutissants de cette procédure qui consiste à « produire un nouveau disciple-fils du Bouddha », « acquérant une sorte de corps et d’esprit monastiques » (p. 116).

6Ce fils du Bouddha a notamment pour vocation d’enseigner et de diffuser la doctrine bouddhique. Après avoir évoqué l’« historien et le biographe », l’« administrateur et le leader », le « spécialiste de la règle monastique » (qui officie à l’occasion de l’ordination majeure), Jason Carbine considère un ultime rôle monastique, celui de prédicateur. Il s’appuie sur des sermons délivrés par un moine Shwegyin prolifique et influent, Ashin Janakābhivaṃsa (1900-1977), concernant le Paṭṭhāna (Relations conditionnelles). Le Paṭṭhāna est un texte canonique au contenu complexe qu’on trouve dans l’Abhidhamma, compendium de la doctrine bouddhique et troisième corbeille du canon. Il est donné pour être le premier texte canonique appelé à disparaître au cours du déclin de la religion bouddhique. L’auteur birman qui introduit la compilation des sermons de Ashin Janakābhivaṃsa qualifie ainsi le Paṭṭhāna de « forteresse d’avant-poste » qu’il convient de défendre à tout prix : si cet édifice tombait, le « territoire du Sāsana » serait aisément « envahi » par ses ennemis. En même temps qu’elle contribue à la sauvegarde du Paṭṭhāna et donc du Sāsana, la prédication relative aux « relations conditionnelles », par la compréhension des vérités bouddhiques qu’elle engendre, ouvre la possibilité pour les auditeurs, laïcs et monastiques, d’une progression spirituelle, d’un avancement vers le nirvana.

7En conclusion, Jason Carbine suggère que la société birmane connaîtrait aujourd’hui un processus de « Sāsana-isation » par lequel le Sāsana, sa préservation, son développement deviendraient « une fin en et par soi-même » (p. 171), une préoccupation générale et dominante. Le phénomène Shwegyin, mais également l’expansion spectaculaire de la pratique de la méditation parmi les laïcs au xxe siècle seraient des symptômes et des moteurs de ce processus. C’est là sans aucun doute l’argument le plus faible de l’ouvrage, un argument historique volontiers spéculatif auquel manque une véritable démonstration reposant sur une vue d’ensemble des évolutions du champ bouddhique birman depuis plusieurs siècles. Il n’en reste pas moins que cet ouvrage, attentif à des dimensions peu spectaculaires de la « culture religieuse bouddhique birmane », nous fait apercevoir et pénétrer avec habileté certains rouages plus ou moins routiniers du monachisme, considéré comme une institution en voie de permanente (re)constitution. Le souci récurrent de l’auteur de situer sa perspective et son propos par rapport aux travaux existants sur le boud-dhisme en Asie du Sud et du Sud-Est (ce que couronne la deuxième partie de la conclusion, p. 179-187) vient amplifier l’effet d’intelligibilité que sa sensibilité à ces rouages produit. Et la centration constante des développements sur la question du devenir du Sāsana passée au crible du « traditionalisme Shwegyin » restitue fidèlement l’état d’esprit des bouddhistes birmans, grande réussite de ce travail cohérent et avisé.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guillaume Rozenberg, « Sons of the Buddha. Continuities and Ruptures in a Burmese Monastic Tradition, Jason A. Carbine », Moussons, 20 | 2012, 213-216.

Référence électronique

Guillaume Rozenberg, « Sons of the Buddha. Continuities and Ruptures in a Burmese Monastic Tradition, Jason A. Carbine », Moussons [En ligne], 20 | 2012, mis en ligne le 29 novembre 2012, consulté le 29 juin 2017. URL : http://moussons.revues.org/1712

Haut de page

Auteur

Guillaume Rozenberg

Chargé de recherche CNRS, LISST – Centre d’Anthropologie Sociale.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page