Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Livres

La Fin de l'innocence ? L'islam indonésien face à la tentation radicale de 1967 à nos jours, Andrée Feillard & Rémy Madinier

Paris : Les Indes Savantes, & Bangkok : Institut de Recherche sur l'Asie du Sud-est Contemporaine, 2006, 276 p.
Jacques Bertrand
p. 233-234
Référence(s) :

Andrée Feillard & Rémy Madinier, La Fin de l'innocence ? L'islam indonésien face à la tentation radicale de 1967 à nos jours, Paris : Les Indes Savantes, & Bangkok : Institut de Recherche sur l'Asie du Sud-est Contemporaine, 2006, 276 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage touche à une des questions les plus importantes de l’univers politique indonésien d’aujourd’hui. Le plus grand pays du monde musulman basculera-t-il, lui aussi, vers une radicalisation de l’islam ? Andrée Feillard et Rémy Madinier tracent un portrait équilibré et nuancé du radicalisme islamique en Indonésie, en l’insérant dans une analyse plus globale de l’évolution de l’islam politique au pays. Leur contribution se situe particulièrement dans le détail descriptif des divers groupes radicaux, surtout depuis la chute du régime autoritaire du président Suharto en 1998. Des partis politiques frisant le radicalisme islamique, tel le Parti Keadilan Sejahtera (Parti de la justice et de la prospérité), jusqu’aux groupuscules obscurs, tels les usroh qui ne regroupent qu’une dizaine de militants dévoués à un mode de vie islamique « pur », Feillard et Madinier analysent leur éclosion après plusieurs décennies de fermentation clandestine. Ils décrivent bien les divers réseaux qui relient les écoles de pensées radicales, les lieux de leur intervention, leur pénétration même au sein des grandes organisations traditionnellement plus modérées, tels le Nahdlatul Ulama et la Muhammadiyah. Ils tracent leurs origines depuis les échecs de l’islam politique dans les années 1950, aux politiques de répression et d’encouragement à une religiosité plus grande mais dépolitisée durant les années d’autoritarisme de l’Ordre Nouveau, ainsi que des contacts de plus en plus fréquents et influents avec divers courants islamistes au Moyen-Orient.

2À un autre niveau d’analyse, les auteurs dépeignent aussi les divers courants idéologiques, ainsi que leur transmission par le biais d’oulémas et de personnalités influentes issues de l’islam radical. Une analyse d’ouvrages publiés ces dernières années, ainsi que la publication de revues islamiques, permettent aux auteurs de décrire l’évolution de la pensée radicale face à l’état, à la loi islamique (charia), aux relations entre musulmans et non-musulmans, en somme, une radicalisation du discours et une fermeté dans leur prises de position qui permettent d’identifier un courant très clairement établi depuis l’ouverture de l’espace politique, et une démarcation très évidente du discours beaucoup plus ténu et encore bien cadré par les courants modérés au cours des décennies précédentes. Or Feillard et Madinier démontrent même une certaine défensive au sein des organismes musulmans les plus influents et les plus modérés, indiquant une certaine tendance au conservatisme et à une critique de plus en plus aiguë envers les tenants d’un islam libéral et tolérant. Ils brossent donc un tableau de l’islam politique indonésien qui démontre que l’Indonésie est arrivée à un carrefour : les forces modératrices de l’islam indonésien arriveront-elles à endiguer la propagation progressive du radicalisme ?

3Feillard et Madinier offrent une réflexion posée et non alarmiste de la situation, mais refusent de se prononcer de façon concluante sur l’avenir. À la lueur de cette analyse profonde, détaillée, et historiquement bien cadrée de l’émergence du radicalisme islamique, on aurait pu espérer que les auteurs tentent tout au moins d’y dégager une tendance tant soit peu faible, et de prendre une position plus claire face au débat amorcé par Robert Hefner qui, quelques années auparavant, dénonçait les effets dévastateurs d’un islam « régimiste » poussant l’Indonésie à la dérive, bien qu’un islam démocratique et civique y ait été bien ancré depuis des décennies. Feillard et Madinier mentionnent bien les divers ouvrages ayant marqué ce débat, mais hésitent à prendre position. Il est possible que cette hésitation reflète un certain manque de recul et d’analyse sociologique des facteurs sous-tendants du radicalisme. Bien que son émergence et sa propagation soient très bien cadrées dans une analyse historique, et bien que les auteurs les relient au changement de régime, à la propagation d’un discours radical au niveau national et international, à l’intervention efficace d’élites influentes, et à l’utilisation de ressources matérielles et idéationnelles dans l’édification des réseaux, il manque une certaine analyse systématique de l’effet de transformation des institutions politiques, de la consolidation de valeurs et d’institutions démocratiques, ou de changements socio-économiques pouvant soutenir ou contenir le radicalisme.

4Le chapitre dédié principalement à faire le point met surtout l’emphase, par exemple, sur le rôle et les idées de personnages présentement influents au sein des grandes organisations islamiques du pays, une situation qui peut rapidement changer au fil des mutations organisationnelles. Par ailleurs, l’analyse de l’émergence et de la participation de groupes radicaux aux conflits ethno-religieux ayant marqué le début de la transition à la démocratie repose beaucoup sur les faits et gestes des divers groupes, tels que décrits au sein de plusieurs études de l’International Crisis Group. Or cette analyse aurait pu bénéficier de la prise en considération d’analyses reposant sur les changements du cadre institutionnel indonésien, en rapport à la progression et à la contestation du modèle national indonésien, et de ses conséquences sur les rapports entre chrétiens et musulmans lors des divers conflits qui ont éclaté à partir de 1995. Le raffermissement d’un modèle reposant sur la quasi-sécularisation de l’état, ainsi qu’une plus grande ouverture au sein de l’élite politique à l’accommodement de la diversité, a permis depuis 2001 de solidifier certains aspects de la démocratie, et suggère que l’espace politique démocratique débordant le cadre de l’islam politique (radical ou modéré) semble créer un obstacle de plus en plus ferme à la progression du radicalisme, qu’il soit exprimé au sein de conflits inter-religieux, par le biais d’actes terroristes, ou par la voie de la mobilisation en faveur de la charia.

5Néanmoins, cet ouvrage demeure une ressource indiscutablement utile et riche pour comprendre l’état actuel du radicalisme islamique indonésien et pour démystifier un sujet qui sombre trop souvent dans des explications simplistes et alarmistes sur l’islam politique. À cet égard, l’ouvrage de Feillard et Madinier vient enrichir considérablement la littérature émergente sur l’islam politique en Indonésie, tout en offrant une analyse bénéfique pour le grand public en quête d’analyses sérieuses pouvant atténuer l’anxiété souvent amplifiée par des conclusions souvent trop hâtives et stéréotypées face à l’islam radical.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Bertrand, « La Fin de l'innocence ? L'islam indonésien face à la tentation radicale de 1967 à nos jours, Andrée Feillard & Rémy Madinier », Moussons, 11 | 2007, 233-234.

Référence électronique

Jacques Bertrand, « La Fin de l'innocence ? L'islam indonésien face à la tentation radicale de 1967 à nos jours, Andrée Feillard & Rémy Madinier », Moussons [En ligne], 11 | 2007, mis en ligne le 11 décembre 2012, consulté le 19 septembre 2017. URL : http://moussons.revues.org/1857

Haut de page

Auteur

Jacques Bertrand

Science politique, Université de Toronto, Canada.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page