Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Livres

Les Javanais du Caillou. Des affres de l’exil aux aléas de l’intégration, Jean-Luc Maurer, avec la collaboration de Marcel Magi et une contribution de Marie-Jo Siban

Paris : Association Archipel, Cahiers d’Archipel, No. 35, 2006, 367 p.
Isabelle Merle
p. 240-241
Référence(s) :

Jean-Luc Maurer, Les Javanais du Caillou. Des affres de l’exil aux aléas de l’intégration, Paris : Association Archipel, Cahiers d’Archipel, No. 35, 2006, 367 p.

Texte intégral

1Voici enfin une étude très complète de l’histoire de l’émigration javanaise en Nouvelle-Calédonie à partir de 1896 et de son devenir jusqu’à la période actuelle. Jusqu’alors existait une série de travaux universitaires, limités en nombre ou partiels, consacrés pour la plupart à la situation néo-calédonienne. L’intérêt de l’ouvrage de Jean-Luc Maurer, lui-même spécialiste de l’espace indonésien et auteur en 1974 d’une thèse sur Sumatra, réside dans le fait qu’il englobe un large espace d’interconnexions fondées sur les migrations de travail mises en place au xixe siècle, couvrant l’Indonésie actuelle, anciennement colonie hollandaise, particulièrement Java, source majeure de ces migrations, et les lieux d’implantation – Sumatra, Bornéo, Nouvelle-Guinée, Surinam, Nouvelle-Calédonie.

2Maurer replace le processus migratoire javanais en Nouvelle-Calédonie dans le contexte historique qui l’a initié : l’entreprise coloniale hollandaise en Insulinde, ses logiques et ses objectifs. Il le suit, au-delà de la période coloniale, à travers l’itinéraire de ces Javanais qui décidèrent de rester en Nouvelle-Calédonie dans les années 1950, mais aussi de ceux qui repartirent s’installer dans leur pays d’origine, l’Indonésie nouvellement indépendante. Cette perspective donne la véritable mesure d’un marché de l’emploi fondé sur le principe du contrat à temps, qui se déploie à partir des colonies hollandaises et britanniques, ou encore de la Chine et du Japon, dans la seconde moitié du xixe siècle, vers des lieux aussi éloignés que l’Afrique, l’Australie, les îles du Pacifique, l’Amérique.

3L’étude évoque plus précisément les logiques coloniales hollandaises, qui inaugurent le principe de la migration de travail en important, dès les années 1880, des coolies chinois pour la mise en valeur de Sumatra, puis déplacent les populations de Java, jugée surpeuplée, vers leur colonie d’Amérique, le Surinam, et vers d’autres destinations, la Malaisie sous contrôle britannique, la Nouvelle-Guinée orientale sous contrôle britannique et allemand, le Queensland australien et la Nouvelle-Calédonie française. Cette dernière reçoit, entre 1896 et 1939, 20 000 travailleurs javanais, le nombre le plus élevé de migrants après celui du Surinam (33 000 travailleurs entre 1890 et 1939).

4Le principe, établi en 1880, consiste en un contrat de travail qui oblige l’employeur à payer les frais de voyage de l’employé et à assurer son entretien pendant une durée de trois à cinq ans, en échange de quoi celui-ci se trouve dans l’impossibilité de rompre le contrat sous peine de sanctions pénales. S’il quitte son employeur sur décision unilatérale avant la fin du contrat, il est considéré comme évadé. Contesté aux Pays-Bas pendant toute la période coloniale par les défenseurs de la cause indigène, ce principe est cependant maintenu jusqu’en 1939 dans les colonies hollandaises et en Nouvelle-Calédonie, où les réglementations de travail sont similaires. Seuls y échappent les Japonais qui, en Nouvelle-Calédonie, ont pu obtenir la « résidence libre », en d’autres termes, la liberté de travail et de résidence. Les Javanais et les Tonkinois, en revanche, sont traités, dans cette colonie française, comme des indigènes assimilés et soumis, à ce titre, aux réglementations de l’indigénat, dont certaines restreignent considérablement leurs libertés (circulation, accès aux débits de boisson, jeux d’argent, etc.).

5S’appuyant sur des travaux universitaires antérieurs, Jean-Luc Maurer décrit avec précision les conditions d’exploitation auxquelles sont soumis les travailleurs javanais, hommes, femmes et enfants, dans la Nouvelle-Calédonie coloniale. Recrutés majoritairement dans les plantations plutôt que dans les mines (où travaillent les Tonkinois), les Javanais forment une domesticité placée sous la dépendance étroite des colons et de leurs femmes. Les coups, les mauvais traitements, voire les viols, sont fréquents. Les carences alimentaires, les logements insalubres, les vêtements élimés caractérisent la condition des recrutés sur contrat, marquée par une très grande misère. Le nombre d’évadés dans les années 1930 témoigne de cette misère et de ces violences.

6L’originalité du travail de Jean-Luc Maurer ne repose pas sur l’utilisation de sources de première main, mais sur des séries d’entretiens qu’il a menés entre 2000 et 2003 en Nouvelle-Calédonie et en Indonésie auprès de personnes issues de cette émigration javanaise vers cette île du Pacifique. Ainsi lui doit-on des trajectoires détaillées très intéressantes, les unes retraçant les modalités difficiles d’intégration dans la Nouvelle-Calédonie des années 1950-1970, les autres, plus stupéfiantes encore, témoignant des conditions de retour dans l’Indonésie indépendante, où certains furent installés comme « pionniers » à Sumatra (aux alentours de la nouvelle ville de Metro, dans la région de Lampung Central, comme le furent, au siècle précédent, les petits colons néo-calédoniens.

7L’ouvrage s’achève sur la description détaillée de la situation politique néo-calédonienne dans les années 1980-1990 et des contradictions aiguës dans lesquelles se trouve une communauté javanaise longtemps silencieuse, repliée sur ses souffrances anciennes, et qui ne peut avoir sa place dans le conflit entre Kanaks et Caldoches. De très loin moins engagés politiquement que les Wallisiens, à l’époque, qui servent de force de frappe au RPCR (Rassemblement pour la Calédonie dans la République), les Javanais, dans leur grande majorité, rallient une position pro-française et légaliste en dépit de l’expérience coloniale qu’ils ont subie. Le projet d’indépendance kanak et socialiste, pourtant, prenait en compte ce que Jean-Marie Tjibaou appelait les « victimes de l’histoire ». A la lumière de cette histoire que relate Jean-Luc Maurer, on mesure, aujourd’hui, les enjeux de la mémoire pour une communauté javanaise qui parvient enfin à faire entendre sa voix.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Merle, « Les Javanais du Caillou. Des affres de l’exil aux aléas de l’intégration, Jean-Luc Maurer, avec la collaboration de Marcel Magi et une contribution de Marie-Jo Siban », Moussons, 11 | 2007, 240-241.

Référence électronique

Isabelle Merle, « Les Javanais du Caillou. Des affres de l’exil aux aléas de l’intégration, Jean-Luc Maurer, avec la collaboration de Marcel Magi et une contribution de Marie-Jo Siban », Moussons [En ligne], 11 | 2007, mis en ligne le 11 décembre 2012, consulté le 25 avril 2017. URL : http://moussons.revues.org/1871

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page