Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Livres

Asie du Sud-Est : enjeu régional ou enjeu mondial ?, Hugues Tertrais

Paris : Gallimard, 2002, 280 p.
Laurent Gédéon
p. 358-360
Référence(s) :

Hugues Tertrais, Asie du Sud-Est : enjeu régional ou enjeu mondial ?, Paris : Gallimard, 2002, 280 p.

Texte intégral

1Dans Asie du Sud-Est : enjeu régional ou enjeu mondial ?, Hugues Tertrais se livre à une analyse précise de la situation en Asie du sud-est au regard de la crise économique qui a secoué cette région du monde en 1997 et de ses conséquences. Soulignant la fragmentation de cet espace politique, caractérisé par sa très grande diversité culturelle et linguistique, l’auteur rappelle qu’il s’est édifié sur l’ancienne ligne de fracture entre monde chinois et puissances européennes, tout d’abord, puis entre monde communiste et monde occidental, ensuite. Il souligne le fait que, compte tenu de ce contexte géo-historique particulièrement sensible, l’affirmation de l’ASEAN depuis les années 1990 marque une rupture avec les processus d’alliance traditionnels de la région car, pour la première fois, une organisation régionale s’identifie à une entité géographique traditionnellement réputée pour ses divisions.

2Cependant, si la création de l’ASEAN marque une étape dans la régionalisation politique, force est de constater que l’intégration économique ne suit pas la même logique spatiale. Si l’ASEAN inclut tous les états de l’Asie du sud-est dans un vaste ensemble situé à l’angle de l’Asie, l’espace économique, quant à lui, ne développe pas tout à fait la même géographie. L’axe qui le structure plonge au cœur de l’ASEAN sans s’identifier avec elle et donne corps à une sorte de couloir transversal, plus ou moins équivalent à l’axe littoral, qui file du nord du détroit de Malacca à celui de Corée. C’est à cet ensemble élargi (Asie du Sud-Est et Asie du nord-est) que s’intéresse Tertrais dans son ouvrage.

3Dans une première étape, il porte son regard sur la crise financière, qui va développer ses effets dans cette zone de manière d’autant plus inattendue et dévastatrice qu’elle prend la région par surprise. Les états du sud-est asiatique étaient en effet animés, depuis plusieurs années, d’une forte croissance économique, qui trouvait ses racines dans plusieurs facteurs : interventionnisme des états par le biais d’une planification souple, mais fortement incitative ; priorité donnée à l’agriculture ; industrialisation efficace visant d’abord à substituer les produits fabriqués localement aux produits importés, puis, dans une seconde étape, à développer leurs propres exportations. Cependant, ce développement s’était accompagné de plusieurs effets pervers. C’est ainsi que s’étaient multipliés les mouvements de capitaux spéculatifs à court terme, accompagnés d’une inflation du crédit, dans une économie déjà très dépendante du marché mondial. C’est donc l’effet conjugué des fragilités asiatiques et de l’humeur des marchés qui servira de détonateur à la crise.

4Celle-ci se déclenche en juillet 1997 (mais elle couvait déjà depuis janvier 1997) et ne s’achève qu’un an plus tard, en juillet 1998. Elle fragilise considérablement les économies asiatiques, qui voient leurs indices boursiers chuter de 44 % et leurs monnaies souffrir d’une dévaluation massive. Dans son ouvrage, Tertrais analyse de manière très fine le processus qui paralyse en quelques semaines l’ensemble des économies du Sud-Est asiatique. Il met en lumière la manière dont l’enchevêtrement des investissements financiers dans les secteurs clés de l’économie (banques, immobilier, automobile, etc.) et le poids des créances douteuses aboutit à l’écroulement de l’ensemble du système.

5Compte tenu de l’ampleur de la récession, le Fonds monétaire international apparaît très vite comme le seul organisme apte à mobiliser rapidement les moyens financiers à la hauteur de l’événement. Cependant, comme le souligne l’auteur, « compte tenu des enjeux et de la masse de dollars mobilisée, le FMI impose le mode d’emploi avec l’enveloppe » et exige des pays bénéficiaires qu’ils mettent en œuvre une politique d’austérité. Si des pays comme la Corée du Sud et la Thaïlande se plient sans discuter à ces exigences, d’autres manifestent une évidente mauvaise volonté comme l’Indonésie. La Malaisie, quant à elle, refusera d’avoir recours au FMI et se fera le chef de file d’un certain nationalisme économique.

6Après avoir effectué cet historique de la crise et de ses conséquences, l’auteur dresse un état des lieux de l’Asie du sud-est en mettant en lumière les faiblesses structurelles toujours présentes. Car l’économie de cette région reste encore fragile, comme en témoignent les répercussions des attentats du 11 septembre 2001 aux États-Unis. Dans l’ensemble, on a l’impression que le recul économique général ayant suivi la crise financière ne s’est pas encore comblé et que la région hésite « entre repli et reprise ». Toutefois, les réformes entreprises par les états asiatiques, en particulier dans le domaine économique, et qui portent sur la simplification du paysage bancaire et la restructuration industrielle, semblent peu à peu porter leurs fruits. Elles ont aussi pour effet, par l’ouverture aux capitaux étrangers qu’elles suscitent, de renforcer l’influence économique des États-Unis, du Japon et de l’Europe dans cette zone, ce qui n’est pas sans provoquer quelques réticences.

7L’Asie du Sud-Est apparaît donc aujourd’hui en pleine mutation. Comme l’Europe des xixe et xxe siècles, elle connaît un accroissement de population accompagné d’une urbanisation galopante. Ce phénomène amplifie les inégalités sociales traditionnelles, avec un creusement de la différence entre riches et pauvres. Un phénomène nouveau se fait cependant jour : la montée en puissance d’une classe moyenne, qui forme le gros du marché intérieur des pays de la région, tout en constituant le terreau sur lequel se construit la « société civile ».

8L’ouvrage, dans une troisième partie, revient sur les sources de tension en Asie du Sud-Est et du Nord-Est. Il rappelle que les attentats de New York font planer sur la région une nouvelle menace, celle de l’islamisme, qui s’ajoute aux trois points chauds traditionnels de la région : la péninsule coréenne, Taiwan et la mer de Chine méridionale. Pour le moment, note Tertrais, la réponse donnée à ces différentes menaces apparaît essentiellement nationale. Dans l’état actuel des choses, il semble impossible, en effet, qu’elles puissent recevoir un traitement régional de la part de l’ASEAN, en raison notamment de l’absence de volonté politique et d’une capacité commune d’intervention. Cette situation hypothèque les chances de paix durable dans cette zone, compte tenu de la course aux armements qui y règne et du déséquilibre des rapports de force. Celui-ci reste, en effet, largement en faveur du Nord, où Japon, Corée du Sud, Chine et Taiwan dépensent ensemble quatre fois plus pour leur défense que les dix pays de l’ASEAN réunis.

9Au total, ce livre présente une approche claire et détaillée de ce fait majeur que représente la crise asiatique. L’auteur en démonte les mécanismes de manière rigoureuse et effectue un état des lieux détaillé de l’Asie du Sud-Est au sortir de cette épreuve. Il met en évidence les profondes transformations économiques et sociales qui affectent aujourd’hui les pays de cette zone. Cependant, certaines parties assez denses, telle celle portant sur « Les dynamiques migratoires », auraient mérité quelques cartes ou schémas clarificateurs. On peut également s’interroger sur la pertinence du titre, sachant que l’analyse met principalement l’accent sur l’enjeu régional, l’approche mondiale restant, somme toute, relativement marginale. On peut aussi regretter un certain flou dans le champ géographique qui, tout en semblant vouloir se concentrer sur la seule Asie du sud-est, inclut des états situés géographiquement hors de cette zone, tels la Corée du sud, Taiwan et l’entité de Hong Kong. Il est aussi étonnant que l’auteur ne fasse allusion que d’une manière très superficielle au rôle économique important des Chinois dans cette région, alors que l’on connaît leur influence primordiale, dans ce domaine, dans certains pays. La carte intitulée « Les Chinois en Asie du Sud-Est » apparaît d’ailleurs relativement approximative, puisqu’elle ne fait mention ni de l’île de Hainan ni de la province chinoise du Guangxi parmi les régions d’origine des Chinois de la diaspora ; de plus, les indications qu’elle livre sont sujettes à caution, puisqu’elle suggère, par exemple, que les Chinois du Vietnam (Hoa) sont environ 4 millions, alors que les indications les plus optimistes les chiffrent à environ 1 300 000 individus. Enfin, on note que la carte qui détaille les contestations croisées sur la mer de Chine méridionale ne fait guère mention de la présence des forces taïwanaises sur l’îlot de Itu Aba, situé dans l’archipel des Spratleys, ni des revendications de Taiwan sur cet archipel.

10Cela étant, ces quelques remarques n’enlèvent rien de la valeur de cet ouvrage, qui apporte des éléments précieux à tous ceux qui souhaitent mieux comprendre les défis économiques et politiques qui sont ceux de l’Asie du Sud-Est aujourd’hui.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Gédéon, « Asie du Sud-Est : enjeu régional ou enjeu mondial ?, Hugues Tertrais », Moussons, 9-10 | 2006, 358-360.

Référence électronique

Laurent Gédéon, « Asie du Sud-Est : enjeu régional ou enjeu mondial ?, Hugues Tertrais », Moussons [En ligne], 9-10 | 2006, mis en ligne le 17 janvier 2013, consulté le 28 juin 2017. URL : http://moussons.revues.org/1918

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page