Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Livres

Indochine années vingt : le balcon de la France sur le Pacifique. Une page de l’histoire de France en Extrême-Orient, Patrice Morlat

Paris : Les Indes savantes, 2001, 610 p.
Laurent Dartigues
p. 364-366
Référence(s) :

Patrice Morlat, Indochine années vingt : le balcon de la France sur le Pacifique. Une page de l’histoire de France en Extrême-Orient, Paris : Les Indes savantes, 2001, 610 p.

Texte intégral

1Le livre de Patrice Morlat devrait rapidement devenir un classique, au sens où il s’agit à mes yeux d’un véritable manuel qui dresse un panorama général de l’Indochine des années 1920, d’autant plus qu’il s’agit du premier tome d’une série de trois consacrée à l’Indochine de cette période. À ce titre, on ne peut que regretter que l’auteur n’ait pas rédigé une introduction à son ouvrage pour permettre, entre autres, de situer ce travail dans le cadre global des trois livres. Avouons-le, c’est un peu plus qu’un manuel, dans la mesure où la documentation repose pour une bonne part sur des sources de première main puisées dans les archives d’outre-mer, du ministère des Affaires étrangères, ou du Grand Orient de France, pour n’en citer que quelques-unes. Signalons, en outre, l’excellence des illustrations graphiques, fort nombreuses, d’une construction originale et particulièrement claires.

2La première partie, qui présente la France face aux enjeux du Pacifique extrême-oriental à la sortie de la Grande Guerre, tient lieu en quelque sorte d’introduction. Elle met bien en évidence l’affaiblissement économique de la France face au Japon et aux États-Unis qui, eux, ressortent grandis de la guerre. La vertu de cette partie est de notifier clairement les enjeux internationaux qui se nouent autour de l’Extrême-Orient. Par là même, l’auteur évite d’enfermer la problématique dans le strict cadre national. Les descriptions n’en restent cependant pas à un niveau trop général. À l’occasion, et je pense ici en particulier à l’exposé de la mission Legendre, qui fait partie de cet ensemble de missions d’après-guerre dont le but consistait à redessiner une reconquête française de l’espace extrême-oriental, Morlat sait retraduire la complexité des situations. Pas simplement les difficultés matérielles perceptibles à travers le montage financier de l’opération, mais aussi et surtout la multiplicité des intérêts en jeu qui obligent à déconstruire la catégorie « État » comme agent doué de volition –la chose est banale, s’y atteler est une autre affaire. La mission Legendre actualise, en effet, des rapports de force entre ministères, entre la « métropole » et les représentants de l’État français en Chine et en Indochine, sans compter le jeu de Legendre lui-même, qui cherche à œuvrer au mieux de ses intérêts personnels. La crise bancaire française en Extrême-Orient donne également lieu à une description détaillée, basée notamment sur les archives du MAE, du krach de la Banque industrielle de Chine. Sa qualité réside, là aussi, en ce qu’elle fait éclater les catégories d’analyse « public/privé », tant ce partage apparaît bien fragile pour qui veut saisir le déroulement de l’affaire.

3La deuxième partie cherche à dégager la place de l’Indochine en Extrême-Orient au sortir de la Première Guerre mondiale. Sont tour à tour exposées les différentes modalités de la présence française en Chine, au Japon et au Siam via l’Indochine, tandis que les relations avec les dominions (Nouvelle-Zélande, Australie) et les Straits Settlements (Hong Kong, Singapour, etc.) semblent plus anecdotiques. Il apparaît ici aussi que la complexité caractérise l’implantation française. Il faudrait peut-être, d’ailleurs, parler de feuilletage, puisque le Gouvernement général de l’Indochine et divers ministères interviennent de manière plus ou moins coordonnée pour tenter d’assurer une réalité à cette présence.

4La troisième partie décrit le projet colonial indochinois, tel que certaines personnalités (au premier rang desquelles figure Sarraut) le redéfinissent pour tenir compte des difficultés financières au sortir de la guerre, de la crise des banques asiatiques et de la montée des impérialismes japonais et états-uniens. Naît ainsi une nouvelle représentation de l’Indochine, perçue d’abord comme une terre extrême-orientale, avant d’être conçue comme un territoire français. L’idée est qu’elle dépend plus des marchés régionaux que du marché métropolitain, du fait de son éloignement et de sa monnaie, et qu’elle doit donc servir de relais pour attaquer notamment le marché chinois. C’est dans ce cadre qu’il faut comprendre le projet d’association auquel Sarraut attache son nom, si ce n’est son verbe. L’Indochine doit se payer sa mise en valeur et dégager des marges de manœuvre budgétaires pour partir à la conquête de l’« Eldorado » asiatique. Et c’est principalement pour cela que Sarraut imagine, entre autres, une plus large autonomie administrative de la colonie par rapport à la métropole. Saluons, dans cette partie, les efforts de quantification de la contribution pécuniaire de l’Indochine aux finances françaises, notamment par le biais de l’excédent commercial.

5La quatrième partie porte plus précisément sur les activités françaises pour répondre aux volontés impérialistes des États-Unis en Extrême-Orient. La conférence de Washington (1921), organisée par les États-Unis, sous couvert de limiter les armements pour éviter des affrontements autour du Pacifique entre les grandes puissances, marque plutôt la volonté d’isoler le Japon et la France. L’enjeu véritable est, en fait, la pénétration du marché chinois par la remise en cause des concessions territoriales et des tarifs douaniers, par la mise en avant de la notion de porte ouverte (i.e., ouverte aux intérêts états-uniens).

6La cinquième partie revient plus précisément sur ce qui a fait que l’Indochine a pu jouer durant les années vingt le rôle d’un balcon pour la France sur le Pacifique. L’auteur considère d’abord l’essor économique de l’Indochine, dû aux travaux hydrauliques, aux politiques en matière de santé publique et d’instruction et au développement de la production de matières premières (charbon, caoutchouc, phosphates, etc.). On notera avec intérêt l’évaluation des investissements français en Indochine, dans la mesure où elle met en parallèle les différentes estimations proposées jusqu’alors, par des historiens, notamment. Ensuite, P. Morlat met en évidence la position de relais du T.S.F. occupé par l’Indochine (Saigon et Hanoi, en fait), qui permet à la France de retransmettre en Extrême-Orient et en Océanie une information proprement française ; ou encore, celle de relais de la diplomatie française dans cette partie du monde. À ce sujet, un paragraphe particulièrement dense, basé sur des archives du MAE, traite des tractations entre le Siam et l’Indochine sur la question des droits et privilèges accordés dans les traités antérieurs signés par les deux pays.

7La sixième partie montre le passage de l’Indochine d’un statut de balcon ouvert sur l’Asie à celui de bastion fermé de la France en Extrême-Orient. Les causes principales ont trait au relatif échec de la mise en valeur de la colonie et, surtout, à l’intense mobilisation des énergies pour lutter contre la IIIe Internationale, dans laquelle la France voit le danger majeur pour ses intérêts.

  • 1 Cooper, Frederick, & Ann Laura Stoler (eds.), 1997, Tensions of Empire : Colonial Cultures in a Bou (...)

8Pour conclure, je soulèverai les contradictions portées par le titre. Celui-ci annonce une page de l’histoire de France, ce qui paraît tout à fait judicieux ; ce qui le semble moins, c’est l’emploi de termes tels que « franco-indochino-japonais » ou « franco-indochinois », censés marquer une autonomie de l’action de l’Indochine, non que l’on puisse la nier en certaines occasions ; toutefois, la problématique des tensions multidimensionnelles entre métropole et colonie (voir le désormais classique Tensions of Empire, de Cooper & Stoler1), ou bien entre les possessions françaises (Indochine et concessions chinoises), apparaît comme plus opératoire pour rendre intelligible ces pans d’histoire. Et avouons qu’il semble parfois un peu forcé de présenter l’Indochine comme un acteur plein et entier. Je pense par exemple au chapitre 7 sur les relations « franco-indochinoises » avec le Japon : l’Indochine y est, de fait, très peu présente ; ou encore, au chapitre 6, où l’auteur met en avant l’implantation de grandes sociétés indochinoises en Chine pour affirmer que « la notion des intérêts franco-indochinois en Chine prenait ainsi toute sa valeur » (p. 167). Mais qui contrôle ces sociétés ?

9Une autre contradiction tourne autour de la notion de balcon. Ce qui ne laisse pas d’étonner, c’est la persistance d’une obsession de la Chine. À ce propos, l’Indochine ne semblerait pas tant être conçue comme un balcon sur le Pacifique, comme l’annonce le titre, que comme un simple relais vers la Chine. Tel me paraît être, d’ailleurs, la problématique masquée de cet ouvrage, qui confère à la « perle » de l’empire colonial français une position ambivalente fort singulière.

Haut de page

Notes

1 Cooper, Frederick, & Ann Laura Stoler (eds.), 1997, Tensions of Empire : Colonial Cultures in a Bourgeois World, University of California Press, 463 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Dartigues, « Indochine années vingt : le balcon de la France sur le Pacifique. Une page de l’histoire de France en Extrême-Orient, Patrice Morlat », Moussons, 9-10 | 2006, 364-366.

Référence électronique

Laurent Dartigues, « Indochine années vingt : le balcon de la France sur le Pacifique. Une page de l’histoire de France en Extrême-Orient, Patrice Morlat », Moussons [En ligne], 9-10 | 2006, mis en ligne le 18 janvier 2013, consulté le 26 mai 2017. URL : http://moussons.revues.org/1929

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page