Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Livres

La Question religieuse dans l’Empire colonial français, Patrice Morlat (éd.)

Paris : les Indes savantes, 2003, 173 p.
Chantal Zheng
p. 366-367
Référence(s) :

Patrice Morlat (éd.), La Question religieuse dans l’Empire colonial français, Paris : les Indes savantes, 2003, 173 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage reprend les communications faites lors d’une journée d’étude sur la colonisation française, qui s’est déroulée dans le cadre de l’université de Paris VII en 2002. Sept articles le composent, qui apportent un éclairage différent sur la cohabitation entre l’État colonial et le christianisme en Asie, en Afrique noire et à Madagascar, du xviie siècle au milieu du xxe siècle.

2L’article de Frédéric Mantienne, « États et Églises de l’expansion européenne en Asie, xviie-xviiie siècles », fait l’historique du système « padroado » qui donne, dès la fin du xve siècle, à l’Espagne et au Portugal la juridiction religieuse en Asie, et il décrit l’installation des puissantes compagnies des Indes Anglaises, de la VOC et de la Compagnie des Indes Orientales, ainsi que leurs différentes stratégies d’approche de la politique missionnaire. Il poursuit avec la naissance de la Propaganda Fide (1622), qui brisa le monopole politico-religieux de l’Espagne et du Portugal sur l’Asie, et conclut avec le développement des Missions étrangères de Paris et du modèle français. Jacques Weber montre à son tour, dans « La politique religieuse de la France dans ses établissements de l’Inde de la Restauration à la Troisième République 1816-1914 », le contraste entre la souplesse et la tolérance des Indiens à l’égard des religions autres, qu’ils parviennent à intégrer à leur univers spirituel et social, tandis que la politique jésuite, plus radicale, tente d’abattre les cultes locaux, ceci dans un contexte colonial subtil dans lequel les Français sont bien conscients d’avoir affaire à une civilisation millénaire dont l’influence est impossible à gommer. Dans « Les missionnaires du terrain et l’intervention française en Indochine », Alain Forest souligne le rôle important et la longue présence depuis les années 1660 des Missions étrangères de Paris dans cette région et la relation contradictoire du missionnaire et du colonisateur, dans laquelle le missionnaire, partagé entre sa solidarité envers l’entreprise coloniale et sa volonté d’en dénoncer les effets pervers, montre bien souvent une propension à instrumentaliser la présence française au profit de ses besoins propres.

3L’article de Marcel Launay, intitulé « Réflexions missiologiques et pratiques missionnaires en Afrique noire durant la période coloniale », évoque le décalage entre les objectifs d’évangélisation et de civilisation et le lent cheminement de la réflexion doctrinale avant son aboutissement aux notions d’« acculturation », puis d’« inculturation ». Dans « Culte des ancêtres et politique coloniale. Les reliques des rois Sakalava au cœur de l’enjeu colonial (côte ouest de Madagascar), 1930-1960 », Marie-Pierre Ballarin évoque la conquête de Madagascar par les Français et l’enjeu représenté par ces reliques qui vont, tout au long de l’histoire de l’île, être instrumentalisées aussi bien par les Malgaches que par les Français. Dans « Le Saint-Siège, la France et le protectorat des Missions catholiques en Chine, xixe-xxe siècles », Claude Prudhomme aborde la question du Protectorat établi dans la deuxième moitié du xixe siècle en faveur de la France, dès lors élevée au rang de protectrice des chrétientés, car la Chine constitue dès le Pontificat de Léon xiii (1878-1903) une priorité missionnaire pour le Saint-Siège. L’auteur montre ensuite que ce protectorat va peu à peu se diluer dans la multiplicité des accords internationaux et la promotion d’une Église chinoise, puis par l’instauration de relations diplomatiques directes, avec l’envoi d’abord d’un délégué apostolique, enfin d’un nonce en 1946.

4L’article de Patrice Morlat, « La rivalité entre les missions et les loges maçonniques en Indochine durant les années vingt », introduit l’hypothèse d’une France coloniale qui se serait appuyée sur la religion catholique pour asseoir son autorité morale et politique dans l’Union indochinoise, et examine par ailleurs en profondeur la nature des affrontements entre missionnaires et francs-maçons. La longueur exceptionnelle de cet article permet en réalité de faire l’historique des missions catholiques en Indochine et de détailler leur contribution dans différentes sphères telles que l’éducation et les sciences, notamment. L’article dévoile un monde d’outre-mer semé de conflits entre les fonctionnaires coloniaux proches des Missions étrangères de Paris, ceux des loges maçonniques et ceux, enfin, qui sont favorables au bouddhisme et au confucianisme. Il montre la lutte constante des francs-maçons et des congrégations pour se rallier, d’un côté comme de l’autre, les élites indigènes.

5Cet ouvrage intervient profitablement dans un univers de réflexion scientifique où le fait religieux (et particulièrement le fait chrétien) n’occupe pas encore une très grande place. La nature des sources (archives de la franc-maçonnerie, des congrégations, du Vatican, du ministère des Affaires étrangères et du CAOM d’Aix-en-Provence) en fait une contribution précieuse pour les chercheurs spécialisés. Tout au plus peut-on reprocher à ce collectif le choix étroit de ses illustrations, qui concernent principalement les MEP et les Jésuites, à l’exception d’autres ordres.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Chantal Zheng, « La Question religieuse dans l’Empire colonial français, Patrice Morlat (éd.) », Moussons, 9-10 | 2006, 366-367.

Référence électronique

Chantal Zheng, « La Question religieuse dans l’Empire colonial français, Patrice Morlat (éd.) », Moussons [En ligne], 9-10 | 2006, mis en ligne le 18 janvier 2013, consulté le 28 mars 2017. URL : http://moussons.revues.org/1932

Haut de page

Auteur

Chantal Zheng

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page