Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Livres

Bangkok. Place, Practice and Representation, Marc Askew

Londres : Routledge, coll. « Asia’s Global Cities», 2002, 358 p., plans, photographies, tableaux, bibliographie, index.
Jean Baffie
p. 367-370
Référence(s) :

Marc Askew, Bangkok. Place, Practice and Representation, Londres : Routledge, coll. « Asia’s Global Cities», 2002, 358 p., plans, photographies, tableaux, bibliographie, index.

Texte intégral

1Voici le livre le plus important écrit sur Bangkok depuis fort longtemps. Il est vrai qu’il existe bien peu de travaux sérieux sur cette ville, particulièrement en langues occidentales. Ce sont surtout les essais de synthèse et les tentatives d’approche globale qui font largement défaut. Les travaux de London (1980), Korff (1986, 1989) et O’Connor (1978 et suivants), des contributions essentielles à la connaissance de Bangkok, abordent de nombreux domaines, mais datent pour beaucoup d’une époque où la ville n’avait pas encore acquis tous les symboles de la modernité qu’elle présente aujourd’hui. Dans un ouvrage de 1994, Askew s’était d’ailleurs livré à un très utile état des lieux de cette recherche urbaine en Thaïlande.

2Marc Askew a reçu une formation d’historien dans les universités australiennes de Melbourne et de Monash. C’est à partir de 1993 qu’il commença à étudier les sociétés et les cultures d’Asie du sud-est1. En 1993-94, il enseigna au département de la Planification urbaine et régionale de l’université Chulalongkorn de Bangkok, tout en entamant la série de recherches qui aboutiront à l’ouvrage recensé. En 1997-1998, il séjourna à l’Université nationale de Singapour. Il parle thaï, lao et cambodgien. Dans son institution de rattachement, la Victoria University of Technology de Melbourne, il dispense des cours sur « Colonialism, nationalism and revolution in South-East Asia » et « Gender and sexuality : Asian perspectives »2.

  • 3 Il existe toute une littérature de témoignages bruts, disponible dans les librairies fréquentées pa (...)

3Quatre des dix chapitres sont des versions révisées d’articles ou d’études de littérature grise, qui étaient assez difficiles d’accès. Leur inclusion allait de soi, sauf, peut-être, le chapitre 9 sur les prostituées (surtout les filles de bars) tournées vers les clients occidentaux (résidents et touristes). Celles-ci sont si minoritaires dans le monde thaïlandais de la prostitution que leur étude, aussi intéressante qu’elle puisse être, ne peut nous en apprendre beaucoup sur Bangkok. Le chapitre est toutefois très bien mené et plutôt convaincant, mais l’on savait déjà que cette catégorie de prostituées n’était pas la plus maltraitée et qu’elle parvenait souvent à manipuler à son avantage les relations établies avec certains des clients3.

4Askew croit beaucoup à la méthode ethnographique de l’observation participante. Dans le cadre urbain de Bangkok, cela signifie planter sa résidence dans un slum, un ensemble de lotissements représentatif du logement de certaines classes moyennes dans une zone située dans la frange urbaine du nord de la ville, participer aux activités lorsque cela est possible, parler avec les voisins, noter systématiquement ses observations, et même se livrer à quelques rapides enquêtes statistiques.

5Mais Askew a d’abord une formation d’historien et les trois premiers chapitres constituent une bonne introduction à l’histoire de Bangkok. L’historien regrettera que la période la plus ancienne – de 1782 à 1945 – ne soit l’objet que d’un premier chapitre d’une trentaine de pages, mais les sources disponibles, même en thaï, ne sont pas si nombreuses. Quoique bref, ce résumé est complet et les plans de Bangkok très éclairants. Quelques points pourraient être discutés. Ainsi, d’après le tableau des revenus de l’état siamois au milieu du xixe siècle de Mgr Pallegoix, les taxes sur la prostitution rapportaient peu. Après l’immigration massive de travailleurs chinois sous le roi Chulalongkorn (1868-1910), les maisons de prostitution devinrent plus nombreuses, mais avaient généralement moins de dix prostituées chacune.

  • 4 Les études de villages de lotissements sont très rares en Thaïlande. Signalons cependant le récent (...)

6Le chapitre 4 est une monographie du quartier de Banglamphu, que les Européens connaissent bien puisqu’il inclut la rue des routards, thanon Khao San, longée de guesthouses bon marché et de restaurants et boutiques orientés vers ce type de clientèle. L’étude, actualisée depuis 1993, mentionne l’engouement de la jeunesse thaïe qui vient dans le quartier se frotter à l’Occident (p. 137). Mais le changement se s’arrête pas là : depuis deux ou trois ans, Khao San voit se multiplier les établissements visant cette clientèle de la jeunesse locale huppée, tandis que les routards trouvent refuge dans les ruelles voisines, jusqu’ici plutôt épargnées.

  • 5 La première étude d’un soi de Sukhumwit par Cohen (1985) a beaucoup servi de modèle.

7Le chapitre 5 est une étude de slum. Askew s’est attaqué au plus grand slum de Bangkok, celui de Khlong Toei (73 634 habitants en 1994). Les études de slums sont des classiques en anthropologie et en sociologie urbaines et Bangkok n’y échappe pas, mais Askew est moins intéressé à présenter un site à problèmes qu’une « locality » dynamique, « un type d’organisation soutenue par un engagement à défendre son lieu d’habitation » (p. 168). Il conclut en suggérant que Khlong Toei est, de ce point de vue, un slum atypique. Sans doute à tort, car s’il avait mieux suivi la lutte des habitants de Ban Khrua (le slum de King Phet) pour leur survie, entre 1987 et 2001, il aurait dû réviser son jugement (voir Baffie 2003).

  • 6 Le soi Uthairat de la rue Pradiphat, dans le quartier de Saphan Khwai, où l’auteur de cette recensi (...)

8Le chapitre 6 est une étude ethnographique d’une partie du lotissement de Pratchaniwet, situé en banlieue nord de Bangkok. Askew appréhende ainsi le phénomène des classes moyennes, dont il est beaucoup question depuis le début de la décennie 1990 comme moteur éventuel de la scène politique. Peut-être y a-t-il une certaine confusion entre la classe moyenne, composée surtout de fonctionnaires, de la fin des années 1970, quand le lotissement fut créé, et celle des années 1990, dans laquelle les hommes d’affaires et les employés du secteur privé dominent largement. Il faut aussi signaler que Pratchaniwet fait partie de ces quelques grands muban chatsan spécifiques de la banlieue éloignée4, mais qu’existent de nombreux autres muban de dimensions modestes, comme le muban chattumit de la rue Pradiphat, où j’habite lors de mes séjours à Bangkok depuis 1978. Et là encore, les problèmes sont loin d’être identiques.

  • 7 Il n’est pas exclu qu’une administration rouvre un jour le dossier, quand les conditions politiques (...)

9Avec le chapitre 7, nous nous éloignons encore plus du centre de Bangkok. Il s’agit d’étudier une frange urbaine, les sous-districts de Bang Khanun et de Phimonrat, dans la province de Nonthaburi, généralement incluse dans le Grand Bangkok. Ce type de recherche est très précieux, même s’il s’apparente plus à de la sociologie ou à de l’ethnologie rurale. En France, c’est un géographe, Alain Durand-Lasserve, qui mena ce type d’études dans les années 1970 (Durand-Lasserve 1976). Il est regrettable que Askew n’ait pas eu accès à ses travaux.

  • 8 Askew ayant d’abord voulu se spécialiser sur l’histoire de la France, il est probable qu’il soit ca (...)

10Le chapitre 8, plus original, s’intéresse aux habitants de condominiums, tours d’appartements (et de bureaux), qui se sont multipliés à Bangkok (et dans quelques villes de province) à partir du début des années 1980. C’est un des premiers travaux de ce type pour Bangkok, mais il s’agit ici moins d’ethnographie que d’une étude plus classique, tenant de la géographie et de la sociologie urbaines. Askew note d’ailleurs que ce sont les expatriés étrangers dotés d’un fort pouvoir d’achat qui logent dans ces appartements (pp. 229-239). Bizarrement, la seconde partie du chapitre traite d’autres thèmes : l’évolution du quartier « chic » de l’avenue de Sukhumwit et l’étude de ses soi (ruelles). Si le soi est essentiel à la structuration de l’espace de Bangkok, les chercheurs ne paraissent intéressés que par ceux de Sukhumwit, pourtant guère représentatifs5. Le soi typique, sans issue ni voie transversale, se termine souvent sur un canal et dessert une variété de logements : des compartiments chinois à l’entrée, de belles villas, plus loin, un lotissement de pavillonnaires et, tout au fond, un ou plusieurs slums6.

11Comme je l’ai signalé, le chapitre 9, sur les prostituées de Sukhumwit, essentiellement au service de clients étrangers, ne paraît pas indispensable au livre. J’aurais préféré une étude sur Yaowarat, la ville chinoise, Pahurat, le quartier indien, ou Samsen, le quartier vietnamien. Le dernier chapitre, en revanche, est un des plus novateurs, opposant le Krungthep (« capitale», terme de la plupart des Thaïlandais du centre pour désigner la ville) officiel, celui du roi et de l’administration, au Bangkok populaire, celui des mouvements sociaux. Il mentionne le village urbain de Ban Khrua et sa lutte contre le projet de l’administration d’en raser une partie pour y élever une portion d’autoroute (pp. 295-298). Tandis que Askew, interrompant son observation en avril 2000, termine sur une note pessimiste, annonçant la disparition au moins partielle de Ban Khrua, le combat fut finalement gagné au début de l’année 20017.

12Après une introduction historique tout à fait acceptable, une série d’éclairages très ciblés, quoique, pour la plupart, représentatifs de la réalité, et un chapitre sur la politique de la ville, il faut tout de même se demander si l’on parvient à une vision globale et réaliste de Bangkok. Il est difficile de répondre positivement. Ainsi, la place des Chinois paraît très minimisée. En fait, c’est presque seulement dans la partie historique qu’il est question des Chinois. Or la resinisation des Chinois de Thaïlande – et de Bangkok, tout particulièrement – est un trait marquant de la société thaïlandaise d’aujourd’hui. D’autres groupes sont laissés de côté, non seulement d’autres minorités, comme les Malais et les Indiens, mais aussi, par exemple, les militaires, qui occupent une grande parte de l’espace au nord du palais de Chitrlada.

13La bibliographie de 32 pages sera précieuse à qui voudra aborder les études urbaines en Thaïlande. On regrettera que Askew ait ignoré les travaux en français. Paradoxalement, le seul travail en français mentionné est quasiment introuvable en France : le mémoire de M. Bundit Chulasai, professeur à la faculté d’Architecture de l’université Chulalongkorn, sur « L’évolution des logements urbains à Bangkok » (1983)8.

  • 9 Mentionnons pour mémoire un livre de William Warren (2002), enseignant d’anglais à l’université Chu (...)

14Après cet ouvrage majeur, Askew semble se tourner vers d’autres terrains : le tourisme à la frontière entre Malaisie et Thaïlande, la politique locale à Hat Yai, ou même le Laos (un ouvrage sur les traditions urbaines au Laos est annoncé). Souhaitons que ce retrait des études sur Bangkok ne soit que provisoire. En tout cas, Bangkok. Place, Practice and Representation restera incontournable dans les études urbaines thaïlandaises9.

Haut de page

Bibliographie

Askew, Marc, 1993a, The Banglamphu District : A portrait of change in inner Bangkok, Bangkok : TDRI, The 1993 Year-End Conference, « Who gets what and how ? : Challenges for the future», Ambassador City, Jomtien, Chon Buri. Background report, 45 p.

Askew, Marc, 1993b, The making of modern Bangkok : State, market and people in the shaping of the Thai metropolis, Bangkok : TDRI, The 1993 Year-End Conference, « Who gets what and how ? : Challenges for the future». Ambassador City, Jomtien, Chon Buri. Background report, 62 p.

Askew, Marc, 1994, Interpreting Bangkok : The urban question in Thai studies, Bangkok : Chulalongkorn University Press, 203 p.

Askew, Marc, & Paritta Ko-Anantakul, 1992, « Bangkok : the evolving urban landscape», in : Regional Development and Change in Southeast Asia in the 1990s, Amara Pongsapich, Michael C. Howard, & Jacques Amyot (eds.), Bangkok : Chulalongkorn University, Social Research Institute, p. 163-172.

Baffie, Jean, 2003, « La lutte de Ban Khrua, village des Chams/Malais de Bangkok, contre la construction de l’autoroute», in : Péninsule indochinoise et Monde malais (Relations historiques et culturelles), Pô Dharma & Mak Phoeun(éds), Kuala Lumpur : Ministry of Culture, Arts and Tourism, & Paris : EFEO, p. 15-73.

Cohen, Eric, 1985, « A soi in Bangkok : the dynamics of lateral urban expansion », Journal of the Siam Society, 73 (1-2) : 1-35.

Durand-Lasserve, Alain, 1976, « Les facteurs et les mécanismes de la croissance de Bangkok à l’époque contemporaine», Bordeaux : Travaux et documents de géographie tropicale, n° 26.

Korff, Rüdiger, 1986, Bangkok : Urban system and everyday life, Sarre : Verlag Breitenbach, 386 p.

Korff, Rüdiger, 1989, Bangkokand modernity, Bangkok : Chulalongkorn University, Social Research Institute, 78 p.

London, Bruce, 1980, Metropolis and Nation in Thailand. The political economy of uneven development, Boulder, CO : Westwiew Press.

O’Connor, Richard, 1978, « Urbanism and religion : community and sanctity in urban Thai Buddhist temples», thèse de Ph.D., Université Cornell.

Phanwongklom, Waraphon, 2544 [2001], « Kansang chumchon : korani suksa muban chonladda [Community building : case study of Chollada]», in : 30 pi thai khadi suksa, Bangkok : Université Thammasat, p. 201-224.

Warren, William, 1993, [Entretien] Vision (février-mars), p. 49-56 (bilingue anglais-thaï).

Warren, William, 2002, Bangkok, Londres : Reaktion, 160 p.

Warren, William, & Marc Riboud, 1971, Bangkok, New York : Weatherhill, 173 p.

Waugh, Alec, 1971, Bangkok, the Story of a City, Boston : Little, Brown, 282 p.

Haut de page

Notes

1 Il commença par un séjour dans une pagode de la province de Kalasin, une des plus pauvres de la région Nord-Est.

2 http://www.vu.edu.au/Faculties/Arts.

3 Il existe toute une littérature de témoignages bruts, disponible dans les librairies fréquentées par les Occidentaux, mais il faut mentionner la rubrique « Nite owl» de l’Américain Bernard Trink dans le Bangkok Post du vendredi.

4 Les études de villages de lotissements sont très rares en Thaïlande. Signalons cependant le récent travail de Phanwongklom (2544 : 201-224) sur le village de Chollada à Banbuathong.

5 La première étude d’un soi de Sukhumwit par Cohen (1985) a beaucoup servi de modèle.

6 Le soi Uthairat de la rue Pradiphat, dans le quartier de Saphan Khwai, où l’auteur de cette recension vit depuis plus d’un quart de siècle, correspond exactement à cette définition.

7 Il n’est pas exclu qu’une administration rouvre un jour le dossier, quand les conditions politiques et sociales auront changé.

8 Askew ayant d’abord voulu se spécialiser sur l’histoire de la France, il est probable qu’il soit capable de lire les ouvrages spécialisés. De fait, pour un ouvrage précédent, il semble avoir lu L’Espace social de Georges Condominas en version originale (Askew 1994). Une quinzaine de publications en anglais (ou en thaï) d’auteurs français sont citées ici, soit moins d’une page sur 32.

9 Mentionnons pour mémoire un livre de William Warren (2002), enseignant d’anglais à l’université Chulalongkorn de Bangkok de 1960 à 1980, intitulé également Bangkok. Publié en même temps que l’ouvrage de Askew et sans doute appelé à un plus grand succès de librairie, il est plutôt destiné au touriste qu’à l’universitaire, faisant ainsi concurrence au livre de Waugh, Bangkok, the Story of a City (1971), récemment réédité. Warren, auteur de plus de vingt ouvrages sur la Thaïlande et biographe de Jim Thompson – le célèbre Américain qui relança l’artisanat de la soie après la Seconde guerre mondiale –, avait aussi contribué à un ouvrage de photographies de Bangkok par Marc Riboud.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Baffie, « Bangkok. Place, Practice and Representation, Marc Askew », Moussons, 9-10 | 2006, 367-370.

Référence électronique

Jean Baffie, « Bangkok. Place, Practice and Representation, Marc Askew », Moussons [En ligne], 9-10 | 2006, mis en ligne le 18 janvier 2013, consulté le 24 avril 2017. URL : http://moussons.revues.org/1934

Haut de page

Auteur

Jean Baffie

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page