Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Livres

Thaïlande. Ressources documentaires françaises, Laurent Hennequin

Bangkok : IRASEC, & Paris : Les Indes savantes, 2006, 579 p.
Jean Baffie
p. 370-373
Référence(s) :

Laurent Hennequin, Thaïlande. Ressources documentaires françaises, Bangkok : IRASEC, & Paris : Les Indes savantes, 2006, 579p.

Texte intégral

1Le plus souvent, les grands organismes de recherche négligent les ouvrages bibliographiques ; ils seraient des travaux indignes de véritables chercheurs. Pourtant, parmi les plus grands chercheurs français de l’aire sud-est asiatique, ne sont pas rares ceux qui ont senti la nécessité de publier des bibliographies. Citons le professeur P.-B. Lafont sur le Laos, D. Bernot sur la Birmanie, voire G. Condominas, dont la contribution à Ethnologie de l’Union française peut être considérée comme une bibliographie commentée des travaux sur l’Indochine.

2Contrairement à ce que l’on pourrait imaginer, publier une bonne bibliographie n’est pas chose facile. Souvenons-nous de la tentative de bibliographie sur la Thaïlande du Sud et la Malaisie, à laquelle Igor Besson a consacré un temps considérable au milieu des années 1990 (Besson & Ivanoff 1995). Disons dès à présent que Hennequin s’est tiré très honorablement de ce travail ingrat avec Thaïlande. Ressources documentaires française, qui restera une référence précieuse, et même indispensable, aux étudiants et aux chercheurs longtemps après que la plupart des ouvrages de recherche sera oublié. Pourtant réputé pour avoir une bonne connaissance de la bibliographie de la Thaïlande, j’y ai relevé de très nombreux titres dont j’ignorais même l’existence.

3Bien sûr, on aurait pu défendre d’autres choix que ceux faits par Hennequin. N’aurait-il pas été judicieux de ne retenir que les ouvrages et articles de revue, plutôt que les thèses et mémoires, souvent difficiles d’accès et déjà bien répertoriés (voir Rozenberg 2001) ? N’aurait-il pas été plus aisé de prévoir un volume séparé pour les références en thaï ? Avec près de 600 pages, l’ouvrage atteint les limites du raisonnable et, cependant, à vouloir tout saisir, il est encore loin d’être exhaustif, à la fois pour les références en langues occidentales et pour celles en thaï.

4Ainsi, je m’attendais à trouver une rubrique « dictionnaires », car ceux-ci constituent un outil essentiel pour l’étudiant et une somme considérable de travail pour leurs auteurs. Grande a été ma déception de ne voir nulle part mentionnés les dictionnaires de Phra Riem Virajbhakaya, bien connu de générations d’étudiants et de chercheurs, qui fut longtemps l’équivalent de ce qu’est So Sethaphutra pour l’anglais. Moins réussis, mais plus récents, les dictionnaires thaï-français ou français-thaï de M.L. Manich Jumsai, du capitaine de vaisseau Siri Pongsathat, de Sawang Wongphuaphan, de Yem Maekintai (James MacIntyre), de Khunying Chinthana Yosunthon, et de quelques autres, comme les dictionnaires trilingues, auraient pu être cités. Mais les (rares et anciens) dictionnaires signés par des Français sont inclus.

5Le choix d’inclure les guides de voyage peut être discuté, mais alors pourquoi n’en citer que quelques-uns, alors que mon article en donnait une liste alors à peu près complète (Baffie 1988). Surtout, comment oublier le guide Clarac, encore aujourd’hui le plus complet, et pourquoi classer les guides Madrolle dans le chapitre sur l’histoire (p. 318-319).

6Certaines informations font défaut, sans que Hennequin puisse en être rendu responsable. Ainsi, je dois signaler que j’ai assuré les – médiocres, car il y avait urgence – traductions du thaï en français des communications de Chantaboon Sutthi, Iam Thongdee, Mongkhol Chantrabamroung, Pichet Kalamkaset (et non Kalamaset), Prasert Chaipikusit, Prawit Pothirat, Ralana Maneeprasert, Sanit Wongprasert, Saowapa Phonsiripongse, Pornthip Usuparat, Duangporn Kumnoonwat, Solot Sirisai, Somnuk Panyasing, Sompob Latcharot, et Somsak Srisantisuk, reprises dans les Actes du séminaire franco-thaï d’anthropologie culturelle (médiocrement) édités en 1995 par Pattiya Jimreivat. Ceux qui lisent le thaï auront intérêt à se référer au recueil diffusé lors de la conférence (Ekkasan 2533).

7Je suis surpris de lire que les chercheurs français ne s’intéressent guère au contemporain (p. 399). Pourtant, les géographes, sociologues et ethnologues dont les travaux sont regroupés dans le chapitre « Cadre physique et humain» travaillent autant sur le contemporain que les politologues, économistes, juristes et spécialistes de l’éducation, dont les travaux se trouvent dans le chapitre « La Thaïlande contemporaine». Michel Bruneau aurait bien pu également couvrir ces champs en développant son introduction. L’ouvrage y aurait gagné en cohérence.

8Dans le domaine de la science politique se pose la question de la frontière avec le journalisme. Martial Dassé fut correspondant de La Croix, mais ses articles de fond dans la Revue de la Défense Nationale et ses résumés d’actualité dans L’État du Monde auraient dû être inclus. Patrice de Beer fut journaliste du Monde, mais son article – certes, en anglais – sur l’histoire du Parti communiste de Thaïlande mérite une mention. J’aurai même été tenté d’inclure les reportages sur la Thaïlande publiés par les envoyés spéciaux du Monde dans les décennies 1960-1970, ou les longs articles de Marcel Barang et de Nayan Chanda dans Le Monde diplomatique des années 1970, l’intérêt du texte devant parfois l’emporter. Et quid de magazines comme Sudestasie, Le Mékong, Gavroche et quelques autres ? Pour avoir suivi Gavroche depuis l’origine et y avoir collaboré, je sais que nombre d’articles peuvent présenter un réel intérêt, même pour des universitaires et des chercheurs.

9L’urbanisme et les études architecturales auraient pu aussi être mieux traités. Les références étant dispersées entre géographie, société et art, un index thématique aurait eu là une réelle utilité. Mais ceux qui connaissent ces auteurs savent que A. Durand-Lasserve, Ch. Goldblum ou S. Clément-Charpentier (qu’il aurait fallu placer sous ce nom dans l’index, plutôt qu’à Charpentier) ont plus écrit sur les villes thaïes qu’il n’est fait état. Mentionnons aussi une bibliographie commentée d’une centaine de titres en « Anthropologie urbaine de l’Asie du Sud-Est», avec une nette orientation « Thaïlande», que j’ai placée sur le site Web de la Maison Asie Pacifique (IRSEA, rubrique « Enseignements»), incluant de nombreuses références en anglais. Autre quasi-absence choquante, le livre majeur édité par François Molle aurait pu avoir une entrée à part entière, plutôt qu’à la seule occasion de mon article sur la mise en place des ethnies dans la plaine centrale de Thaïlande.

  • 1 Publié en Angleterre en 1935, l’ouvrage fut réédité en 1986 (Singapour : Oxford University Press). (...)

10A propos de l’ouvrage de Reginald Campbell, Dans la forêt siamoise, repris par Stéphane Dovert dans son introduction, sans doute sans l’avoir ouvert, remarquons qu’il s’agit en fait d’un des nombreux récits ou romans autobiographiques – dont presque tous ont été traduits en français (généralement dans des collections pour la jeunesse) – rédigés par ce forestier britannique, installé dans le nord du Siam dans la décennie 1920, et que son classement dans le chapitre de l’histoire contemporaine reste très surprenant1.

11On trouve bien peu de romans situés en Thaïlande, même le plus célèbre, Le Pont de la rivière Kwai de Pierre Boulle, ou les plus scandaleux, comme Emmanuelle d’Emmanuelle Arsan (Marayat Krasaesin) ou Plateforme de Michel Houellebecq. Mais peut-être est-ce le souci, fort légitime, de ne conserver que les travaux plus sérieux. Dans ce cas, même s’il s’agit d’un ouvrage destiné à la jeunesse, Le Siam de Pierre Boulle (1955) aurait dû trouver sa place.

12Les remarques critiques de détail pourraient ainsi être multipliées, mais donneraient une idée très erronée de la valeur de l’ouvrage. Les parties concernant les ouvrages de références (en dehors des dictionnaires) et les diverses périodes historiques, de loin les plus développées, sont remarquables et de la plus grande utilité. J’ai spécialement apprécié le chapitre sur les cartes et la cartographie (p. 252-260), qui donne une liste impressionnante de cartes et de plans anciens, presque toujours avec de précieux commentaires. Un autre point à signaler est le dépouillement systématique des revues francophones spécialisées sur la région (BEFEO, ASEMI, Péninsule, Les Cahiers de l’Asie du Sud-Est, Inter-Mondes, Aséanie, Moussons) : une économie de temps considérable pour les étudiants et chercheurs abordant la Thaïlande.

13Globalement, cet ouvrage du CEDREFT (Centre de documentation et de recherches d’études franco-thaïes) de l’université Silpakorn et de l’IRASEC, avec les contributions d’un chercheur du CNRS (M. Bruneau) et d’un chercheur de l’EFEO (F. Lagirarde), est une réussite qui augure favorablement de la collection « Recherches bibliographiques» de l’IRASEC.

14Hennequin mentionne le recours à la documentation iconographique, notamment dans le mensuel Sinlapa Watthanatham (p. 32). Pour la petite histoire, on peut dater d’octobre-novembre 1983 cet intérêt pour les illustrations françaises, grâce au succès de l’exposition « Le Siam vu par les voyageurs français du xixe siècle», organisée sur le campus de Salaya de l’université Mahidol par l’Institut des Langues et des Cultures pour le développement rural, les Services culturels de l’ambassade de France et le CeDRASEMI (Anonyme 1983).

15A diverses reprises, Hennequin signale l’intérêt d’un projet d’encyclopédie de la Thaïlande, projet intéressant, mais peut-être trop ambitieux pour l’instant. On a vu le sort réservé à l’intéressante encyclopédie historique de langue thaïe, interrompue après quelques volumes. La publication d’un dictionnaire (encyclopédique) de la Thaïlande en un seul volume serait un objectif plus raisonnable, pouvant faire l’objet d’une coopération entre CEDREFT, IRASEC et d’autres centres de recherches français. Avec ce Thaïlande. Ressources documentaires françaises, la partie bibliographique de ce dictionnaire est d’ores et déjà disponible.

Haut de page

Bibliographie

Anonyme, 2481 [1938], Modern Linguistic Dictionary. Photchananukrom thai-farangset-angkrit [dictionnaire thaï-français-anglais], Bangkok : Imprimerie Bamrung Nukunkit, 931 p.

Anonyme, 1983, « Le Siam vu par les voyageurs français du xixe siècle», catalogue de l’exposition organisée par l’Institut des Langues et des Cultures, université Mahidol avec le concours de l’ambassade de France, Bangkok, 26 octobre-4 novembre, 28 p.

Baffie, Jean, 1988, « Voyage à travers les guides. Les guides de voyage de langue française sur la Thaïlande», Inter-Mondes, 1 (1) : 103-164.

Besson, Igor, & Jacques Ivanoff, 1995, Catalogue, Projet Grand Sud, Patani, 305 p.

Boulle, Pierre, 1955, Le Siam, Lausanne : Librairie Payot, coll. « Walt Disney», 82 p.

Campbell, Reginald, 1925, Brown Wife or White ? A Tale of Love, Alcohol, and Elephants, Londres : Chapman & Hall, 280 p.

Campbell, Reginald, 1950, Dans la forêt siamoise (Teak-Wallah), Paris : Hachette, coll. « Jeunesse du monde», traduit de l’anglais par Jean Muray, 253 p.

Clarac, Achille, & Michael Smithies, 1974, Thaïlande : Guide touristique, Bangkok : Duang Kamol, 611 p. [nouvelle éd. 1984, par Achille Clarac & Henri Pageau-Clarac, même éditeur].

Ekkasan prakop sammana thangwichakan thai-farangset thang manutsayawitthaya watthanatham 13-15 thanwakhom 2533 [documents pour le colloque thai-français d’anthropologie culturelle, 13-15 décembre 1990], Salaya : Université Mahidol, 216 p.

Jumsai, Manich (M.L.), 2502 [1969], Photchananukrom thai-farangset [dictionnaire thaï-français], Bangkok : Chalermnit, 948 p.

Maekintai, Yem [James MacIntyre], 2505 [1962], Photchananukrom farangset-thai [dictionnaire français-thaï], Bangkok : Kasem Bannakit, 661 p.

Pongsathat, Siri, 1971, Nouveau dictionnaire français-thaï, Bangkok : Prae Pittaya, 2094 p.

Riem Virajbhakaya, (Luang), 2467 [1924], Patthanukrom farangset plae pen thai [dictionnaire de français avec traduction thaïe], Bangkok : Impr. de l’Assomption, 1959 p.

Riem Virajbhakaya, (Phra), s.d., Photchananukrom farangset-thai phrom duai kham an [dictionnaire français-thaï avec la prononciation], Bangkok : Nakhon Kasem Buk Sato, 660 p. [nombreuses réimpressions].

Riem Virajbhakaya, (Phra), s.d., Photchananukrom farangset-angkrit-thai phrom duai kham an [dictionnaire français-anglais-thaï avec la prononciation], Bangkok : Nakhon Kasem Buk Sato, 2000 p. [plusieurs réimpressions].

Riem Virajbhakaya, (Phra), 2501 [1958], Photchananukrom thai-farangset phrom duai kham an [dictionnaire français-thaï avec la prononciation], Bangkok : Nakhon Kasem Buk Sato, 765 p. [nombreuses réimpressions].

Riem Virajbhakaya, (Phra), 2510 [1967], Photchananukrom thai-angkrit- farangset-yerman [dictionnaire thaï-anglais-français-allemand], Bangkok : Prae Pittaya, 1555 p. [nombreuses réimpressions].

Rozenberg, Guillaume, 2001, Inventaire des thèses françaises relatives à l’Asie du Sud-Est, 1990-2000, Paris : AFRASE, 279 p.

Smithies, Michael, 1986, « Just Another Farang Kee Nok in the Jungle…», The Bangkok Post, 11 avril, p. 37.

Wongphuaphan, Sawang, 2527 [1984], Photachananukrom duang kamon farangset-thai [dictionnaire français-thaï de Duang Kamol], Bangkok : Editions Duang Kamol, 1158 p.

Yossunthon, Chinthana, 2516 [1973], Photchananukrom farangset-thai [dictionnaire français-thaï], Bangkok : Ruamsan, 961 p.

Haut de page

Notes

1 Publié en Angleterre en 1935, l’ouvrage fut réédité en 1986 (Singapour : Oxford University Press). Dans son compte rendu dans le Bangkok Post, Michael Smithies (1986 : 37) note que « nous n’apprenons à peu près rien sur le Siam de l’époque…». A ma connaissance, seul le livre le plus intéressant de Campbell (1925) n’a pas été traduit en français.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Baffie, « Thaïlande. Ressources documentaires françaises, Laurent Hennequin », Moussons, 9-10 | 2006, 370-373.

Référence électronique

Jean Baffie, « Thaïlande. Ressources documentaires françaises, Laurent Hennequin », Moussons [En ligne], 9-10 | 2006, mis en ligne le 18 janvier 2013, consulté le 29 avril 2017. URL : http://moussons.revues.org/1937

Haut de page

Auteur

Jean Baffie

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page