Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Livres

Bali and Beyond. Explorations in the Anthropology of Tourism, Shinji Yamashita

New York & Oxford : Berghahn Books, 2003, 175 p.
Michel Picard
p. 376-377
Référence(s) :

Shinji Yamashita, Bali and Beyond. Explorations in the Anthropology of Tourism, New York & Oxford : Berghahn Books, 2003, 175 p.

Texte intégral

1Shinji Yamashita, professeur d’anthropologie culturelle à l’Université de Tokyo, est de ces ethnologues qui, après avoir vainement tenté d’oblitérer la présence importune des touristes sur leur terrain, ont fini non seulement par les intégrer dans leur champ d’observation, mais aussi par faire du tourisme l’objet même de leur investigation. Il s’en est d’ailleurs expliqué dans un précédent volume collectif. Arrivé à Sulawesi en 1976, avec l’intention d’étudier le système rituel traditionnel des Toraja, il s’est trouvé environné de touristes intéressés tout comme lui à leurs spectaculaires cérémonies funéraires :

  • 1 Tourism and Cultural Development in Asia and Oceania, S. Yamashita, K.H. Din, & J.S. Eades (eds.), (...)

At first, he disliked the tourists, because he felt that they were an eyesore, and because they interrupted his research on “traditional” culture in Toraja […] Later, however, he realised that this was a mistake. It was wrong to see Toraja culture as something “pure”, and as isolated from the rest of the contemporary world system […] It thus appeared to be necessary to take tourism into account in writing a “dynamic ethnography” of Toraja society, and to regard tourism as one of the primary objects of research on the Toraja11.

2Après achevé ses recherches en pays Toraja, Yamashita décida de se rendre à Bali, principale destination touristique de l’Indonésie, pour y étudier les implications culturelles du tourisme. Plus précisément, il s’est intéressé à la manière dont les Balinais ont utilisé le tourisme pour construire et faire reconnaître leur identité culturelle. Il nous présente dans ce livre les résultats de son étude, augmentés de divers travaux relevant d’une anthropologie du tourisme telle qu’il l’appelle de ses vœux.

3Le programme qu’assigne Yamashita à l’étude anthropologique du tourisme n’est rien moins qu’ambitieux, puisqu’il concerne la conceptualisation même de la « culture ». En l’occurrence, nous dit-il, il n’est plus possible de concevoir la culture en termes d’usages coutumiers inconscients, mais il s’agit de l’appréhender au contraire comme faisant l’objet de manipulations conscientes. Dans un univers marqué par la globalisation et l’érosion des frontières, il n’est plus de culture isolée et statique car, prises comme elles le sont dans des flux continus de populations, d’argent, d’objets et d’informations, les cultures sont déterritorialisées et tendent en conséquence à devenir hybrides et hétérogènes. Dès lors, les oppositions entre tradition et modernité, entre local et global, se révèlent caduques, et l’anthropologue doit désormais s’intéresser aux processus par lesquels les cultures se transforment et se renouvellent.

4Dans un tel contexte, le tourisme a vocation à devenir un objet d’étude privilégié pour l’anthropologie. Car avec le tourisme, nous avons affaire non seulement à des déplacements de personnes en quête d’ailleurs, avec les aménagements destinés à les recevoir et les activités commerciales qui leur sont liées, mais bien aussi à un rapport inédit à l’histoire et aux traditions des peuples du monde, qui débouche sur une recomposition en profondeur de leur culture. Dans cette perspective, le tourisme fournit un lieu d’observation approprié pour saisir les processus culturels à l’œuvre dans le monde contemporain. Mais pour ce faire, il faut au préalable se déprendre de la tendance à appréhender la promotion touristique internationale comme un vecteur d’homogénéisation et d’érosion des cultures traditionnelles, pour y voir au contraire un lieu d’émergence et d’invention culturelle.

5Il est clair que, pour Yamashita, ce processus d’invention culturelle n’est nulle part plus manifeste qu’à Bali. Car la « culture balinaise traditionnelle » que les touristes viennent contempler et consommer n’est pas une tradition culturelle transmise et entretenue depuis des temps immémoriaux, mais une création contemporaine que les Balinais ont négociée et développée en dialogue avec leurs divers interlocuteursdepuis le tournant du xxe siècle : à savoir, non seulement les touristes et les opérateurs touristiques qui, avec les artistes, les orientalistes et les ethnologues, ont contribué à composer l’image de Bali, mais encore les nationalistes javanais, les réformateurs musulmans et les missionnaires chrétiens, sans oublier les administrateurs néerlandais, qui ont travaillé à façonner la société balinaise conformément à leurs visées, une tâche poursuivie de nos jours par leurs émules indonésiens.

6Dans ces conditions, la question n’est plus de se demander si la culture balinaise a pu survivre intacte, sans être corrompue par la civilisation occidentale moderne, mais bien de comprendre comment les Balinais se sont approprié la vision touristique de leur culture pour construire leur propre identité culturelle. Ce faisant, la culture qu’ils ont mise en scène pour le bénéfice des touristes est devenue aux yeux des Balinais eux-mêmes leur culture traditionnelle.

7Si Yamashita fait montre d’une utilisation judicieuse de la littérature anthropologique sur le tourisme pour appuyer et conceptualiser son propos, en revanche la pertinence de ses conclusions est sérieusement entachée par sa méconnaissance de la société balinaise et de ses complexités. En témoignent notamment, outre le caractère extrêmement superficiel de ses descriptions ethnographiques, les nombreuses erreurs factuelles qui émaillent son étude ainsi que l’orthographe trop souvent fantaisiste des termes vernaculaires. De sorte que, pour un lecteur un tant soit peu informé des réalités balinaises, cet ouvrage n’est malheureusement pas à la hauteur des ambitions théoriques affichées par son auteur.

Haut de page

Notes

1 Tourism and Cultural Development in Asia and Oceania, S. Yamashita, K.H. Din, & J.S. Eades (eds.), Bangi : Pernerbit Universiti Kebangsaan Malaysia, 1997, p. 14.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Picard, « Bali and Beyond. Explorations in the Anthropology of Tourism, Shinji Yamashita », Moussons, 9-10 | 2006, 376-377.

Référence électronique

Michel Picard, « Bali and Beyond. Explorations in the Anthropology of Tourism, Shinji Yamashita », Moussons [En ligne], 9-10 | 2006, mis en ligne le 21 janvier 2013, consulté le 24 avril 2017. URL : http://moussons.revues.org/1947

Haut de page

Auteur

Michel Picard

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page