Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Livres

In Search of Chin Identity. A Study in Religion, Politics and Ethnic Identity in Burma, Lian H. Sakhong

Copenhague : NIAS Press, 2003, xxi+280p.
François Robinne
p. 380-381
Référence(s) :

Lian H. Sakhong, In Search of Chin Identity. A Study in Religion, Politics and Ethnic Identity in Burma, Copenhague : NIAS Press,2003, xxi+280 p.

Texte intégral

1Les Chin, groupe tibéto-birman de Birmanie, ont le privilège d’avoir fait l’objet de publications de référence aux différentes époques de leur histoire mouvementée. On doit aux administrateurs britanniques quelques monographies de référence sur lesquelles s’appuie pour beaucoup l’auteur. Après la Seconde guerre mondiale et l’indépendance de Birmanie, F.K. Lehman publia, dans la ligne de Edmund Leach, un ouvrage qui continue de faire autorité. L’étude de Lian Sakhong, ancien Secrétaire général de la Chin National League for Democracy vivant en exil, constitue la troisième génération de recherches anthropologiques consacrées aux différents sous-groupes chin.

2L’auteur a découpé son livre en trois parties. La première, intitulée « The Chin background », reprend en détail les questions de l’ethnonyme chin et les concepts relatifs au culte des esprits. La seconde partie, « Colonial power, Christian mission, and the Chin response », est consacrée au processus de christianisation. La dernière partie – la plus convaincante – « The Chin in a new context of independant Burma», est un retour sur les constitutions birmanes de 1947 et de 1974 et le processus de construction identitaire au sein de l’Union de Birmanie. L’ouvrage s’achève sur deux appendices portant, l’un sur les « pionniers des études ethniques », l’autre sur les études consacrées aux Chin.

3Malgré ses ambitions scientifiques, l’auteur reste enfermé dans ses racines culturelles, à un double titre : en tant que Chin, il n’a pas su prendre la distance qu’aurait nécessité l’analyse de sa propre culture ; en tant que baptiste, il reste enfermé dans l’univers où l’ont plongé son éducation et ses responsabilités politiques. L’exercice était difficile et l’obstacle a manqué d’être franchi. La maîtrise des termes vernaculaires et des concepts auxquels ils renvoient, ainsi que les responsabilités politiques de l’auteur, qui en font l’un des acteurs du rapport entretenu ces dernières décennies par les Chin à l’égard du pouvoir central birman, contribuent à l’intérêt de l’ouvrage. Néanmoins, force est de constater qu’à aucun moment Lian Sakhong n’a pu sortir des catégories ethniques ou religieuses.

4Trois problèmes d’ordre méthodologique émergent de l’ensemble : 1) tout d’abord, l’auteur impute de manière récurrente aux interdits rituels le cloisonnement dans lequel se seraient enfermés les sous-groupes et les villages. Si l’on devine, ici et là, que les formes rituelles « animistes » sont communes aux différents groupes, ce n’est que pour mieux voir réfuter dans ce qui suit non seulement tout lien de continuité entre les sous-groupes, mais également une quelconque dynamique des échanges intervillageois (p. 56, 85, 119) ; 2) le christianisme est ensuite considéré du seul point de vue baptiste : c’est en tant que chrétien que l’auteur s’exprime, en utilisant des termes comme « dieu » dans son aversion, sans doute, à écrire « esprit », ou encore en considérant pour acquis la présence dans la mythologie d’un « être suprême », d’autant plus sujet à caution que le panthéon des esprits n’est à aucun moment considéré dans sa globalité et par le biais seulement des auteurs anglo-saxons ou des missionnaires ; c’est en tant que baptiste qu’il élude la présence des autres courants religieux, hormis un court passage sur la présence catholique (p. 107 sq.) ; or, derrière une façade unitaire, la multiplicité des églises (esquissée dans une phrase, p. 229) est fondamentalement source de division entre les différents courants, au même titre que les catégories ethniques étaient source de division par le pouvoir colonial ; enfin, 3) à l’instar des premiers missionnaires, l’auteur commet l’erreur de considérer la partie comme représentative du tout : il retrouve dans la mythologie la Vierge Marie, le déluge, bien sûr, et la tour de Babel, le dieu créateur (p. 232 sq.), et autres classiques du genre, sur lesquels il n’apporte aucune lecture critique.

  • 1 Les Lautu. Contribution à l’étude de l’organisation sociale d’une ethnie chin de Haute-Birmanie , P (...)
  • 2 Par exemple, Les Khyang des collines de Chittagong (Pakistan Oriental). Matériaux pour l’étude lin­ (...)

5A l’évidence, la lecture de l’ouvrage, non mentionné dans la bibliographie, du père André Bareigts1 aurait était été bénéfique. L’impasse est également faite sur les travaux de Denise et Lucien Bernot2.

6Les raisons, sinon de ce constat d’échec, du moins des faiblesses de l’analyse, sont multiples. Outre l’absence de distanciation par rapport à son propre univers culturel et quelques faiblesses bibliographiques, le malaise dans lequel nous plonge l’ouvrage tient aussi au fait que, en tant qu’exilé, l’auteur n’a pu effectuer les enquêtes de terrain qui auraient contribué à donner un second souffle à son analyse. Dans le contexte birman actuel, on ne peut bien évidemment qu’être respectueux des raisons qui ont conduit l’auteur à l’exil, mais on aurait pu aussi s’attendre à une plus grande rigueur intellectuelle.

Haut de page

Notes

1 Les Lautu. Contribution à l’étude de l’organisation sociale d’une ethnie chin de Haute-Birmanie , Paris : SELAF, 1981.

2 Par exemple, Les Khyang des collines de Chittagong (Pakistan Oriental). Matériaux pour l’étude lin­guistique des Chin, Paris : Plon, 1958.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Robinne, « In Search of Chin Identity. A Study in Religion, Politics and Ethnic Identity in Burma, Lian H. Sakhong », Moussons, 9-10 | 2006, 380-381.

Référence électronique

François Robinne, « In Search of Chin Identity. A Study in Religion, Politics and Ethnic Identity in Burma, Lian H. Sakhong », Moussons [En ligne], 9-10 | 2006, mis en ligne le 21 janvier 2013, consulté le 24 juin 2017. URL : http://moussons.revues.org/1955

Haut de page

Auteur

François Robinne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page