Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Livres

Looking through Taiwan. American Anthropology Collusion with Ethnic Domination, Keelung Hong & Stephen O. Murray

Lincoln : University of Nebraska Press, 2005, 161 p.
Chantal Zheng
p. 381-382
Référence(s) :

Keelung Hong & Stephen O. Murray, Looking through Taiwan. American Anthropology Collusion with Ethnic Domination, Lincoln : University of Nebraska Press, 2005, 161 p.

Texte intégral

1Ce court ouvrage, dont le titre suggère déjà le ton par des termes provocateurs tels que « collusion » ou « domination », désempare quelque peu le lecteur. S’il annonce deux auteurs, l’usage quasi-systématique du pronom personnel « je » au fil des chapitres laisse penser que Keelung Hong assume une grande part de la responsabilité du contenu. Se présentant comme directeur d’entreprise, celui-ci, d’origine taiwanaise (hokkien), donne le ton de sa diatribe dès les premières lignes : « Né à Taiwan, alors colonie du Japon où vivaient mes parents, moi, Keelung Hong, j’ai grandi dans une colonie chinoise placée sous la loi martiale. A l’image de ce qui s’est passé chez les Indiens d’Amérique dans leurs réserves, mes camarades de classe sont devenus des espions veillant à ce que personne de chez nous n’utilise la langue maternelle (hoklo/hokkien). Les Chinois nous ont imposé des noms dans leur langue, le mandarin, ont rebaptisé nos villes et nos villages et nous ont punis si nous utilisions notre langue d’origine, même pour prononcer le nom de quelqu’un. Comme les Algériens et les Vietnamiens, qui ont appris l’histoire de leurs ancêtres les Gaulois, nous n’avons rien appris de notre terre natale ou de sa géographie. Et puisque ses noms de lieux en taiwanais avaient été supprimés, nous avons dû apprendre ceux de la Chine… ».

2Les trois chapitres du livre se révèlent une rétrospective critique de l’anthropologie américaine qui, dès les années 1950, envoie ses émissaires à Taiwan, parce que la Chine leur a fermé ses portes, et qui, lorsque les premiers signes de la démocratisation se feront sentir, tournera le dos à l’île pour aller réinvestir l’objet de ses vieux rêves. Mais ceci est le moindre des crimes de ces anthropologues, que nos auteurs accusent surtout d’avoir collaboré avec l’oligarchie du KMT et du gouvernement de Tchang Kai-chek pour nier en masse la culture taiwanaise au profit d’une pseudo-culture chinoise traditionnelle qu’ils ont inventée pour leur usage personnel, à défaut de pouvoir l’étudier sur le continent, et qu’ils ont inculquée à leurs disciples crédules de la génération suivante. Tout ceci dans un contexte insulaire, dans lequel les autorités locales, revendiquant précisément leur légitimité chinoise, leur ont fait un pont d’or pour leurs recherches.

3Pour ces anthropologues, l’île n’était ainsi qu’une annexe de la Chine, une « province », relève avec colère l’auteur. C’est pourquoi, en exagérant la sinité du lieu, les anthropologues américains ont dès le départ totalement faussé la vision que le reste du monde pouvait avoir de Taiwan. Quant à leurs travaux, par exemple, ceux concernant le monde rural, nos auteurs les disent dictés par l’idéologie américaine anti-communiste, tandis que ceux sur la religion et la santé ont occulté systématiquement la spécificité insulaire, tant ils visaient obstinément à établir la « continuité chinoise ».

4Cet ouvrage est un réquisitoire au vitriol. En effet, apparaissent en filigrane les idéologies subtiles de certaines universités américaines, les objectifs politiques des grandes fondations bailleuses de fonds, l’opportunisme hypocrite de quelques chercheurs, tandis que le procès fait à certains travaux (Margery Wolf, par exemple, et ses thèses sur les dang-gi, chamanes guérisseurs), dont les auteurs déconstruisent les résultats au cordeau et au niveau avec une hostilité non déguisée, ne semble pas toujours très objectif. Mais pour la défense des auteurs de ce livre, il faut reconnaître que l’entreprise est, d’une certaine manière, courageuse. Nous dirions aussi que, dans le contexte de Taiwan, de son histoire particulière, des grandes redéfinitions politiques et identitaires de ces deux dernières décennies et de l’évolution de la recherche taiwanologique, cet ouvrage a sans doute le mérite de remettre certaines choses à leur place. Et c’est plutôt de bonne guerre. L’un des auteurs étant taiwanais, il n’a toutefois pu éviter l’écueil affectif mais, habilement cautionné par son co-auteur américain, il s’est offert le luxe de pouvoir ainsi régler quelques comptes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Chantal Zheng, « Looking through Taiwan. American Anthropology Collusion with Ethnic Domination, Keelung Hong & Stephen O. Murray », Moussons, 9-10 | 2006, 381-382.

Référence électronique

Chantal Zheng, « Looking through Taiwan. American Anthropology Collusion with Ethnic Domination, Keelung Hong & Stephen O. Murray », Moussons [En ligne], 9-10 | 2006, mis en ligne le 29 novembre 2013, consulté le 23 avril 2017. URL : http://moussons.revues.org/1957

Haut de page

Auteur

Chantal Zheng

Professeur, Université de Provence et IRSEA.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page